Navigation – Plan du site
Articles

Vieillissement, changement social et paupérisation

Le parc de logements face au renouvellement de la population du bassin minier du Nord – Pas-de-Calais (France)
Ageing, Social Change, and pauperization: The Housing Stock and the Challenge of Population Renewal in the Nord - Pas-de-Calais Coal-Mining Basin (France)
Vincent Froger, Jean-François Ghekière et Vincent Houillon
p. 95-108

Résumés

Alors que l’arrivée des générations pleines issues du baby boom annonce un vieillissement démographique et une forte croissance des personnes âgées sur le territoire français, le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais se caractérise par une très faible progression des proportions et des effectifs de personnes âgées. Cette absence de vieillissement est liée à la fois au comportement démographique des populations locales marqué par une fécondité et mortalité relativement élevées et à un puissant mouvement d’émigration qui a laminé progressivement les générations issues du baby boom. Dans les communes minières, et plus encore dans les cités minières, les ayants droit des mines représentent une population importante et fortement vieillissante puisque leur âge moyen est de 77 ans. Au cours des deux prochaines décennies, la disparition de ces générations de mineurs ou de veuves de mineur annonce un puissant mouvement de rajeunissement et de renouvellement démographique. Les logements miniers seront libérés par le décès de leurs occupants. Or, ces logements, souvent peu attractifs et bien identifiés dans le paysage urbain, « attirent » aujourd’hui les populations les plus défavorisées. Le marché du logement, les stratégies des bailleurs sociaux et de la SOGINORPA (propriétaire des logements miniers) et des acteurs locaux orientent les ménages les plus fragiles vers ces logements d’un type particulier souvent regroupés en cités minières. Il en résulte la création de véritables poches de pauvreté. De ce fait, la diminution de la population âgée, résultat d’une situation postérieure au vieillissement démographique, se manifeste par un renforcement des processus ségrégatifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’augmentation du nombre et de la part des personnes âgées au sein de la population totale est souvent perçue comme un phénomène inéluctable qui affectera avec force l’ensemble des territoires des pays développés. Au sommet de la pyramide des âges, le remplacement des classes d’âges creuses issues des deux conflits mondiaux par les classes d’âges pleines issues du baby-boom augure un fort accroissement des effectifs de personnes âgées pour les trois prochaines décennies. Selon l’Insee, l’effectif des 85 ans ou plus devrait passer en France de 1 million en 1999 à plus de 4 millions en 2040. Un tiers de la population française aura 60 ans ou plus en 2050.

2Au niveau local, même si le phénomène présente une certaine instabilité du fait de l’inégale répartition des générations sur le territoire [Ghékière, 2006], on s’interroge sur les politiques à mener pour accompagner cet évènement démographique majeur. Certains territoires se préparent à accueillir un nombre croissant de personnes âgées en aménageant les parcs de logements, en créant des structures adaptées, en innovant, en favorisant les services de proximité ou les relations intergénérationnelles. L’enjeu est de taille car dans certaines communes l’effectif des personnes âgées et très âgées devrait fortement s’accroître au cours des deux prochaines décennies. De plus en plus souvent abordées par les chercheurs, les thématiques de l’adaptation des territoires au vieillissement démographique sont prises en compte par les acteurs locaux. Cependant, on s’interroge moins souvent sur les conséquences de la temporalité et du caractère conjoncturel du vieillissement à l’échelle locale et par exemple, aux conséquences d’une diminution de la population âgée sur les territoires. C’est pourtant ce phénomène démographique, original à ce jour mais qui devrait se développer à l’avenir, qui affecte certains territoires en situation d’ « après vieillissement ». Le cas des logements miniers du Nord - Pas-de-Calais est à ce titre fort intéressant. En effet, ces logements hébergent en grande partie les ayants droit des mines : mineurs à la retraite ou veuves de mineurs dont l’âge moyen est de 77 ans. Ces logements sont répartis sur l’ensemble du bassin minier et se regroupent en cités minières pouvant contenir plus de 800 logements dans certains cas. Au cours de la prochaine décennie, la plupart des ayants droit décèderont. Le profond renouvellement démographique de ces cités minières soulève de nouvelles problématiques au niveau d’un territoire aux spécificités démographiques et sociales fortes. Quel type de population remplacera les ayants droit décédés ? Quelle sera la stratégie des acteurs locaux : communes, bailleurs sociaux face à cette libération intense de logements ? Comment évolueront ces cités minières dans un contexte social difficile fortement marqué par la pauvreté et la crise économique ? Quel sera l’impact économique local de la disparition des ayants droit des mines ? Leurs revenus étaient certes modestes mais ils ont permis jusqu’à présent de maintenir un certain niveau de vie dans des quartiers marqués par un chômage intense et un grand nombre de ménages vivant des minima sociaux ? La réponse passe par une analyse fine de ces cités minières reposant à la fois sur une analyse démographique afin de préciser le processus de vieillissement, une analyse des fichiers de demandes de logements et des fichiers des nouveaux entrants qui permettront d’appréhender les caractéristiques du renouvellement démographique. Enfin, les stratégies des acteurs seront perçues à partir d’un travail de terrain mené de longue date par la Mission Bassin Minier. Cet article traite, dans un contexte économique et social certes particulier, d’un processus qui affectera l’ensemble des banlieues françaises dans une vingtaine d’années.

1. Les processus spécifiques du vieillissement dans l’ancien bassin minier

1.1. L’originalité d’un territoire

3Le bassin minier tire son originalité de l’épopée charbonnière qui s’étend principalement de la fin du 18ème siècle jusqu’à l’aube du 20ème. On présentera dans un premier temps quelques jalons de cette période au cours de laquelle le territoire minier s’est construit et au cours de laquelle il a forgé son identité et ses traits d’originalité. S’étirant sur une bande d’une centaine de kilomètres de long et d’une largeur variant de 5 à 15 kilomètres, le bassin minier de la région Nord - Pas-de-Calais a été le plus grand bassin d’exploitation houillère de France. D’une superficie de plus de 200 000 hectares, couvrant près de 170 communes, il a compté, en 1968, jusqu’à 1 300 000 habitants sur les 4 millions de la région. L’extraction du charbon sous forme industrielle débute véritablement dans les premières décennies du 19ème siècle à proximité de la frontière avec la Belgique. En 1943, plus d’une centaine de sièges d'exploitation étaient recensés, répartis en une cinquantaine de concessions. Le point culminant de la production de charbon est atteint en 1930 avec 35 millions de tonnes. En 1946, la nationalisation des compagnies minières s’accompagne de la définition du statut du mineur qui lui assure une protection sociale. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les mineurs se mobilisent dans la « bataille du charbon » afin d’aider la France à se reconstruire. Jusqu’en 1950, le bassin minier du Nord - Pas-de-Calais fournira plus de 50 % de la production française de charbon et jouera un rôle stratégique dans l’approvisionnement énergétique du pays.

4Cependant, le charbon du Nord - Pas-de-Calais coûte trop cher à exploiter. Son déclin est inéluctable, d’autant que la consommation française baisse au profit du pétrole et qu’il est concurrencé par le charbon lorrain et les importations en provenance des pays de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier). Dès le milieu des années cinquante, les premières fermetures de puits ont lieu dans l’ouest du bassin. Toutefois, il faut attendre l’année 1960 pour entrer réellement dans une logique de planification du déclin. Après une vaine tentative de rationalisation de l’activité, la décision est prise de fermer progressivement les puits les moins rentables, dans la perspective d’une fermeture totale en 1985. L’exploitation s’achève définitivement avec l’arrêt du dernier puits le 21 décembre 1990. Avec cette fermeture, une page importante de l’histoire industrielle et sociale de la région Nord - Pas-de-Calais, mais également de la France, est tournée.

5Les politiques de reconversion économique, engagées dès les années 1950-1960 sur l’ouest du bassin minier, prennent le relais sur un territoire marqué par la disparition de 220 000 emplois miniers en un peu plus de trente ans. Si le développement économique actuel du bassin minier se banalise au sein de la région Nord - Pas-de-Calais, il reste néanmoins sous l’influence de l’industrie automobile qui s’est avérée être un support privilégié des politiques de reconversion au cours des années 1960-1970 sur ce territoire. Cette dimension économique s’accompagne par ailleurs d’enjeux sociaux et urbains majeurs pour le bassin minier dont l’identité a été construite au fil des décennies par l’activité minière. Sur le plan social, les succès de la reconversion ne suffisent pas à assurer un emploi à tous, et ce en dépit de la création de plusieurs milliers d’emplois au cours des 15 dernières années. Au contraire, le taux de chômage reste sur l’ensemble du territoire supérieur à la moyenne nationale et ne parvient pas à baisser sous le seuil des 10 %. Au cœur de la problématique réside un retard de formation que le territoire n’arrive pas à combler en dépit d’investissements importants (implantation de pôles universitaires notamment). Ce handicap qui persiste se solde par des difficultés d’employabilité de la fraction non qualifiée de la population. Parmi les facteurs de résistance, il y a la persistance dans les mentalités et les comportements d’un système paternaliste de la mine qui perdure encore aujourd’hui dans une partie de la population longtemps habituée à une prise en charge totale de l’employeur.

6Le second problème majeur de ce territoire relève de sa faible attractivité, en particulier du cœur urbain du bassin le plus marqué par l’héritage minier. L’ancien bassin minier constitue en effet une conurbation dominée par un réseau de villes petites et moyennes dont les plus grandes ne comptent pas plus de 45 000 habitants. En 2006, l’ancien bassin minier comptait 1 240 000 habitants, soit 50 000 de moins qu’au recensement de 1975. Loin d’être uniforme, cette évolution présente de fortes variations infra territoriales. Les franges du territoire généralement constituées de communes de petite taille bénéficient d’une attractivité résidentielle nouvelle. Ce dynamisme démographique semble également profiter aux villes centres du bassin minier qui ont réussi à stabiliser leur population, voire à enregistrer une croissance démographique soutenue pour les plus dynamiques. En revanche, les communes du cœur du bassin, aux caractéristiques industrielles encore marquées, poursuivent leur chute démographique même si celle-ci a eu tendance à ralentir sur la période récente. Cette évolution les confronte à l’émergence de lieux de relégation sociale à laquelle participe le processus très spécifique de vieillissement démographique du bassin minier.

1.2. Les inégalités spatiales du vieillissement dans l’ancien bassin minier

  • 1 G. Salem (2000), Atlas de la santé en France.

7La population du bassin minier ne présente pas un vieillissement démographique très intense. Les quatre zones d’emploi qui le composent offrent en effet une proportion de personnes âgées de 60 ans ou plus inférieure à la moyenne nationale. Ce faible niveau de vieillissement est à mettre en relation avec les spécificités du comportement démographique de cette population fortement marqué par le passé industriel. L’espérance de vie y est l’une des plus faibles de France et les records de mortalité pour certains types de pathologies se retrouvent fréquemment sur ce territoire1. La mortalité précoce fait disparaître prématurément un grand nombre d’individus avant qu’ils n’arrivent au sommet de la pyramide des âges et ne génèrent un vieillissement démographique. L’évolution de la fécondité n’agit pas à contre sens. La fécondité des femmes et surtout des jeunes femmes du bassin minier est l’une des plus fortes de France, voire d’Europe. Le maintien d’une fécondité élevée assure une natalité importante limitant également la progression du vieillissement démographique.

8La jeunesse générale du bassin minier masque cependant des situations locales très différentes. Une analyse fine de la répartition des générations sur ce territoire permet de mieux cerner les logiques spatiales. En effet, l’analyse des cartes de l’inégale répartition de quelques tranches d’âges décennales par rapport à la distribution de la population totale sur les communes de la région Nord - Pas-de-Calais (cartes n° s 3, 4, 5, 6) fait apparaître une nette distorsion de répartition entre, d’une part, les personnes âgées 60 ans ou plus en 1999 et, d’autre part, les populations composées d’adultes plus jeunes (quadragénaires ou quinquagénaires).

Figure 1. Écart de distribution des 75 ans ou plus par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Figure 1. Écart de distribution des 75 ans ou plus par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Note de compréhension : si la population âgée de 75 ans ou plus se répartissait de la même façon que la population totale, il y aurait davantage de personnes âgées dans les communes déficitaires et moins de personnes âgées dans les communes excédentaires.

Source : INSEE, R.G.P. 1999.

Figure 2. Écart de distribution des 60-74 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Figure 2. Écart de distribution des 60-74 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Source : INSEE, R.G.P. 1999.

Figure 3. Écart de distribution des 50-59 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Figure 3. Écart de distribution des 50-59 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Figure 4. Écart de distribution des 40-49 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Figure 4. Écart de distribution des 40-49 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999

Source: INSEE, R.G.P 1999

Figure 5. Proportion de personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 1999

Figure 5. Proportion de personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 1999

Source: INSEE, R.G.P 1999
Fait avec Philcarto - http://perso.club-internet.fr/​philgeo

Figure 6. Évolution de l'effectif des 50-59 ans entre 1990 et 1999

Figure 6. Évolution de l'effectif des 50-59 ans entre 1990 et 1999

Fait avec Philcarto - http://perso.club-internet.fr/​philgeo

Source: INSEE, R.G.P 1990 et 1999

9Sur ces cartes, les marges du bassin minier présentent une relative jeunesse de la population. La création de lotissements dans les banlieues éloignées des villes-centres ou les espaces périurbains a généré ici comme dans le reste de la France un mouvement de départs de jeunes adultes vers la périphérie. Ces logements bon marché par rapport au marché immobilier lillois ont également attiré de jeunes périurbains modestes de l’agglomération lilloise.

10À l’inverse, les communes minières présentent toutes une nette surreprésentation des populations âgées de 60 ans ou plus. Il est ainsi très aisé de repérer les communes minières sur les cartes n° s 1 et 2 car elles forment un filet de forte présence de population âgée qui s’étend de Béthune à Valenciennes. Cette surreprésentation des personnes âgées est liée à l’histoire du peuplement de ce territoire. Jusqu’en 1960, le bassin minier est un espace attractif offrant un grand nombre d’emplois. De nombreux jeunes adultes viennent s’y implanter assurant au sein des pyramides des âges des effectifs importants aux classes d’âges de jeunes adultes. En 2000, ces classes d’âges pleines se sont transformées en classes d’âges de personnes âgées après l’installation définitive de ces populations sur ce territoire.

11Au regard du recensement de 1999, les quadragénaires et quinquagénaires sont relativement peu nombreux à résider dans les communes minières. La faiblesse des effectifs de ces générations issues du baby-boom est liée au déclin de l’activité charbonnière qui a sonné le glas de l’attractivité du territoire au cours des années 60. L’émigration de jeunes adultes qui s’est effectuée au cours des décennies 60-70, s’est traduite au sein des pyramides des âges locales par l’édification de classes d’âges relativement peu fournies. Alors qu’à l’échelle française, les générations du baby-boom forment des classes d’âges pleines, elles forment des classes d’âges relativement peu nombreuses dans les communes minières. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de constater sur la carte n° 6 que la population des quinquagénaires augmente fortement entre 1990 et 1999 sur la quasi-totalité des zones d’emploi françaises alors qu’elle diminue dans les bassins miniers du Nord - Pas-de-Calais et de Lorraine. Les générations qui entrent actuellement au sein de la population âgée dans les communes minières ont donc la particularité d’être relativement peu nombreuses. L’arrêt du peuplement des communes minières à partir des années 60 se traduit quarante années plus tard par une faible progression de l’effectif des personnes âgées.

  • 2 La tendance centrale prend pour hypothèse le maintien des valeurs de fécondité, d’espérance de vie (...)

12Les projections Omphale2 réalisées par l’Insee selon la tendance centrale à l’horizon 2030 au niveau des bassins d’habitat traduisent bien cette spécificité. Alors qu’au niveau de l’ensemble de la région Nord - Pas-de-Calais, la population âgée de 60 ans ou plus devrait « bondir » de 45 % entre 2005 et 2020, la population âgée du bassin minier ne croîtrait que de 25 %. L’évolution du nombre de personnes très âgées au sein du bassin minier est encore bien plus faible que la moyenne régionale en raison de la faiblesse de l’espérance de vie. Le nombre de 75 ans ou plus devrait s’accroître de plus de 20 % au niveau régional alors qu’il diminuerait de 0.77 % dans le bassin d’habitat de Béthune, progresserait à peine de 2.5 % dans le bassin d’habitat de Lens, 5 % dans le bassin d’habitat Douai et 7 % dans le bassin d’habitat Valenciennes. À titre d’exemple, la population âgée de 75 ans ou plus du bassin d’habitat de Dunkerque, qui a connu un peuplement intense au cours des années 60-70, devrait augmenter de 43 %. L’ancien bassin minier présente donc des structures par âges spécifiques. Cette spécificité est encore plus prégnante au niveau du parc de logement minier.

2. Le logement minier : la disparition annoncée des ayants droit

2.1. Le parc minier : création et évolution

13Jusqu’au début du 19ème siècle, l’exploitation minière reste marquée par son caractère artisanal. La main-d’œuvre est essentiellement constituée de paysans locaux qui gardent à côté de leur travail à la mine une activité agricole saisonnière. La production de charbon s’en trouve donc périodiquement désorganisée, ce qui incite les Compagnies minières à débaucher la main-d’œuvre de leurs concurrentes. Afin de rationaliser la production et de répondre à une demande croissante en charbon, les Compagnies vont s’efforcer, dès les années 1820, de stabiliser la main-d’œuvre, en construisant des cités ouvrières à proximité immédiate des puits. Les premiers logements prennent la forme de corons, habitat en bande constitué d’alignements parallèles de petites maisons identiques. Dans la seconde partie du 19ème siècle, les cités pavillonnaires, composées de groupes de 2 à 4 logements dans une même bâtisse, succèdent aux corons. Parmi celles-ci, figurent les premières cités-jardins construites en France. Après la Seconde Guerre mondiale, apparaît une nouvelle catégorie de logements, les « camus » du nom de l’ingénieur qui a inventé le procédé de fabrication standardisé, directement influencé par la doctrine moderniste de la Charte d’Athènes.

14En 1969, les Houillères du Bassin Minier du Nord – Pas-de-Calais (HBNPC) possèdent un patrimoine immobilier considérable avec 120 000 logements occupés pour l’essentiel par des mineurs encore en activité dont la qualité est toutefois très hétérogène. L’habitabilité de certains types de logements ainsi que leur capacité d’adaptation technique sont parfois limitées. Ceci incite les HBNPC à réduire progressivement leur parc, par démolition des logements obsolètes ou par cession aux mineurs. En 2009, le parc minier comprend environ 70 000 logements. L’essentiel est détenu par la société Maisons & Cités Soginorpa (Société de gestion immobilière du Nord et du Pas-de-Calais) créée en 1986, filiale à l’origine des Houillères du Nord - Pas-de-Calais (HBNPC), société mère disparue depuis 1993, et qui dépend depuis 2005 d’un établissement public rattaché à la région Nord - Pas-de-Calais, l’Epinorpa. Ce groupe contrôle 90 % du parc minier, soit environ 63 000 logements, ce qui en fait le premier bailleur régional. Le reste est la propriété d’une entreprise sociale pour l’habitat (la Société Immobilière de l’Artois). Dès les années 1970, le parc minier a fait l’objet de campagnes de rénovation qui se poursuivent encore aujourd’hui dans une logique de mise aux normes techniques, notamment en matière de consommation énergétique.

15L’implantation territoriale du parc minier est très inégale au sein des différents bassins d’habitat qui composent le bassin minier. La moitié des logements se concentrent sur la partie centrale du bassin minier, autour de la ville de Lens. De ce fait, structurellement, le parc ne se positionne pas d’une manière identique sur les marchés locaux de l’habitat. Incontournable dans le secteur de Lens, où il représente le quart des logements, soit la moitié du parc social, le parc minier occupe par contre une place nettement plus marginale dans les bassins d’habitat situés les plus à l’est (moins de 10 % des logements dans le Valenciennois).

2.2. Les occupants du parc minier : évolution et disparition progressive des ayants droit

  • 3 « Les membres du personnel, chefs ou soutiens de famille, sont logés gratuitement par l’entreprise, (...)

16Occupé à l’origine par des mineurs qui bénéficiaient de la gratuité du logement (statut du mineur de 19463), le parc minier s’ouvre progressivement à d’autres populations. Cette évolution transforme fondamentalement le statut de ce parc et les rapports qu’entretiennent les nouveaux occupants et le propriétaire. Le parc de logements d’entreprise cède la place à un parc locatif privé classique (à vocation sociale néanmoins). Jusqu’au début des années 2000, les ayants droit des mines étaient majoritaires au sein de ce parc. Ce n’est que très récemment, en 2002, que le basculement du rapport ayants droit / locataires s’est opéré au profit de ces derniers. Le rythme de libération du parc minier, lié au départ des ayants droit par décès, chez un tiers ou placement en institution, s’est accéléré au cours des 10 dernières années. En 2007, le nombre des logements occupés par des ayants droit s’élevait à 23 182. En deux ans, le parc minier de la Soginorpa a perdu environ 2500 ayants droit et plus du tiers de ses effectifs depuis 1998. À ce rythme, on peut prévoir, sans grande marge d’erreur, qu’une majorité d’entre eux aura disparu dans moins de 10 ans.

17En effet, les logements miniers sont occupés à 42 % par une personne de référence âgée de 80 ans ou plus soit 9780 logements, et 39 % occupés par une personne de référence âgée de 70 à 79 ans. D’une manière générale, les ayants droit des mines et les locataires constituent deux populations aux traits bien différents. Les ayants droit des mines se composent exclusivement de populations âgées de 60 ans ou plus. Leur moyenne d’âge s’établit à 77.5 ans. À l’inverse, les locataires des logements miniers sont relativement jeunes. Seuls 9 % des titulaires de bail ont dépassé les 65 ans. Les proportions de locataires ne sont pas uniformes sur l’ensemble du bassin minier. Dans les secteurs où l’arrêt de l’activité minière a été le plus précoce - l’Ouest du bassin minier en particulier -, l’ouverture du parc est ancienne et le poids des ayants droit dans les cités minières est aujourd’hui relativement faible.

18Cependant, dans certaines cités minières, les ayants droit sont encore fortement majoritaires ce qui crée de véritables concentrations locales de personnes très âgées. Ces cités, disposant parfois d’un nombre considérable de logements, sont occupées en très grande majorité par des populations très âgées. La plus forte concentration de personnes âgées se situe à Lens. Les Cités 12 et 9 bis rassemblent à elles seules 380 ménages dont la personne de référence est âgée de 70 ans ou plus soit une proportion de plus de 60 % ! À Bruay-la-Buissière, dans la Cité du Nouveau monde, 470 logements sont occupés à 69 % par des personnes de référence âgées de 70 ans ou plus. Ponctuellement, la part des personnes très âgées est encore plus élevée. Sur les 81 logements de la Cité du 5 à Auchel par exemple, 72 sont occupés par un ménage dont la personne de référence a dépassé les 70 ans, soit une proportion de 88 %, et 42 logements sont occupés par un ménage dont la personne de référence a plus de 80 ans, soit plus de la moitié ! De tels exemples ne sont pas rares. Les logements de la Cité nouvelle de Noeux-les-Mines sont occupés à 90 % par des ménages dont la personne de référence est âgée de 70 ans ou plus. À Bruay-la-Buissière, Cité des Provinces, 95 logements sont occupés à 89 % par des ménages dont la personne de référence a plus de 70 ans.

19Ces situations annoncent un profond renouvellement démographique dans l’ensemble des cités minières pour la décennie à venir. L’espérance de vie d’un individu âgé de 70 ans est de 15 ans, tandis qu’un individu âgé de 80 ans a une durée de vie moyenne probable de 9 ans. Dans l’ancien bassin minier, territoire marqué par une mortalité précoce, on peut estimer qu’au cours de la décennie à venir, plus de la moitié de la population des ayants droit aura disparu impliquant un profond mouvement de renouvellement démographique dans ce parc de logements tout à fait spécifique. Au vieillissement structurel accentué du parc minier succède donc la disparition progressive de la population âgée de ce territoire. Pour reprendre l’expression de Gérard-François Dumont, on assiste à un phénomène de géronto-décroissance, étape postérieure au mûrissement des structures par âge. Cette étape « post-vieillissement » se produit aujourd’hui au niveau d’un segment très particulier du parc de logements occupé par un groupe social en voie d’extinction. Mais des processus similaires toucheront inéluctablement d’autres segments du parc dans un futur proche.

20Le caractère précurseur du stade « post-vieillissement » du parc minier justifie d’en analyser les caractéristiques. L’analyse des flux d’entrants dans le parc de logement et des stratégies des bailleurs sociaux et acteurs locaux permet d’entrevoir l’avenir de ces cités minières.

3. Le renouvellement sélectif de la population du parc minier

21Les entrées dans le parc minier seront confrontées à celles observées dans le parc locatif social constitué par un habitat HLM classique. La comparaison de ces deux fractions du parc, regroupées parfois sous le terme de « parc institutionnel », permet de mettre en perspective les dynamiques différenciées de renouvellement démographique de deux segments du parc social et de mieux comprendre le processus de ségrégation socio-spatiale et de relégation qui touche le cœur de nombreuses communes minières.

3.1. Parc minier et parc locatif social

22Sur les 480 000 logements que compte l’ancien bassin minier du Nord - Pas-de-Calais, le parc institutionnel représente aujourd’hui 160 000 logements, le tiers de l’ensemble du parc, se répartissant entre 93 000 logements HLM soit 60 % du parc institutionnel et un peu moins de 65 000 logements miniers. Si le logement minier est beaucoup mieux représenté dans la partie centrale du bassin minier (cf. partie 3), en revanche, le parc locatif social prend à l’est du bassin une place relative beaucoup plus importante. À plus grande échelle géographique, cette dichotomie spatiale entre les deux segments du parc n’existe pas ou s’avère plus atténuée. Les communes à fort taux de logements miniers sont aussi celles où le logement social est très présent. À cela on peut avancer deux explications. Les communes minières ont d’une part développé une offre en logements sociaux complémentaire au patrimoine minier permettant d’accueillir une nouvelle population constituée notamment de jeunes ménages. Par ailleurs, la réduction du parc de logements miniers depuis les années 50 a été pour partie compensée par des programmations régulières de logements HLM au cours des dernières décennies. Ces opérations ont constitué l’essentiel de la construction neuve dans un grand nombre de communes et, en particulier, dans le cœur urbain du bassin minier. Très récemment, le réinvestissement progressif du bassin minier par les opérateurs privés révèle l’influence de plus en plus sensible de la métropole lilloise dans la dynamique du marché de logements du bassin minier. Ce réinvestissement est lié à différents facteurs (coût des terrains – pression foncière sur la métropole lilloise – attractivité des villes centres – etc.) mais qui n’a toutefois pas encore touché l’ensemble des communes minières.

23La sélectivité spatiale des entrées évoque à la fois la concurrence et la complémentarité entre les deux segments du parc, parc minier/parc locatif social, mais aussi un certain degré d’autonomie dans leur dynamique. L’étude des mécanismes du « repeuplement » du parc minier est un préalable nécessaire à celle de l’impact économique de la recomposition sociale qu’elle entraîne.

3.2. Le profil des entrants dans le parc minier

24Ceux que nous appelons les entrants correspondent aux ménages qui viennent s’installer dans des logements précédemment occupés par des ayants droit ou par des locataires du parc minier qui ont libéré leur logement. Le parc minier accueille très majoritairement une population de classes d’âge intermédiaires (entre 30 et 60 ans) alors que la population entrant dans le parc HLM est plus souvent jeune, près de la moitié des entrants ayant ici moins de 30 ans. Cette première différenciation est à mettre en relation avec la taille des logements proposés. Le logement minier accueille de manière privilégiée les classes d’âges intermédiaires en raison a priori d’une adaptation des logements aux besoins de ménages avec enfant(s) sur le plan des caractéristiques et de la typologie du patrimoine. Ce parc minier est en effet quasi exclusivement composé de logements individuels, de type 3 et 4 pour l’essentiel alors que le logement HLM est plus petit, souvent composé de T1 et T2 adaptés généralement à une population de jeunes ménages (étudiants – jeunes actifs célibataires ou en couple sans enfant) mais aussi personnes âgées (couples et personnes seules).

  • 4 Jean-Pierre Lévy (2002), Peuplement, territorialités et trajectoires. Le cas de la Seine-Saint-Deni (...)

25Cependant le profil familial des nouveaux entrants n’est pas complètement conforme à ce que l’on pourrait attendre des caractéristiques des logements miniers. En effet, les couples sans personnes à charge et les personnes seules, c’est-à-dire les personnes isolées, veuves, divorcées ou séparées qui composent les ménages les plus fréquemment touchés par le phénomène de la pauvreté sont surreprésentés eu égard aux caractéristiques des maisons minières. Cette analyse tend à prouver que le parc minier de la Soginorpa est tout autant, voire davantage, attractif pour les petits ménages que pour les familles avec personnes à charge auxquelles on pouvait s’attendre. L’inadéquation, qui sera confirmée plus loin, révèle qu’une fraction très défavorisée, « très sociale », de la population peut entrer dans le parc minier alors que l’accès à un logement dans d’autres segments du parc lui est plus difficile. Beaucoup de nouveaux habitants y entrent par défaut. Cette tendance est plus accentuée dans la partie est du bassin minier et atteste sa situation sociale plus difficile. Les ménages nouvellement entrés dans le parc minier de la Soginorpa dans le Nord présentent en effet des profils sociaux nettement plus fragiles que dans le Pas-de-Calais. Ce constat, confirmant les résultats d’études portant sur d’autres territoires très populaires4, montre qu’il se produit un éclatement dans l’occupation du parc institutionnel en fonction de la date de construction des immeubles et du nombre de pièces des logements. Dans le cas du parc minier, le facteur fondamental de l’éclatement relève du niveau de confort des logements qui est différent en fonction des dates de rénovation et bien entendu du montant du loyer.

3.3. Renouvellement démographique et paupérisation

  • 5 P.L.U.S : prêt locatif à usage social. Le PLUS a remplacé le PLA (prêt locatif aidé) en 2000. Il es (...)

26Les en effet des profilvenant upcroirofilvenanh0ofilvenavorcées ou séparées qui cliédre dle catétrès sorbains modeoutrès défavorsicile. Les ménvent comultatstés un tierdà une deuilliers d’edroit sont en ete. AprrLe logement majoritaique dans l’ensemnts du bassin minLsur la quasi-totalité des nouveaux entr(9 de )trés dans le parc minier de la Soginos, douvement sson">Stoires tains mod, parc n prane sontages lateursttant dsi trté du loge. Leaires13.2. Le prment socialsont en ement pon déographique debitat s-Calaisnts dans le Valencie,elles ore les dle catétée, une deuilliers d’eementeevraittés un cialeslois ocracroisaises alors HLMres (eetcupé à ueste est te préseers d’yialitédent en fonuagéna’elltes justn de quatio0 ans.

17Cependes. L’ana. La co rela le plus ianalysee du n lieux rofudlité des nouveaux entrifs gus fai HL. Le roirofilv les deux segments du parc institutio, 6) fait apparasein des diffcté dvériticile. des nouveaux entrants dans le parc de la Soginave-Fraursuiveune majoritérerofud plus senrectemen posténtées n liuns le parc locatif son et ntre qu n’exsein des diffctéplus senscès, dans les bailleurs socages dfet des proment de popules ne stur pslité pour certison rt taux de la Sogiure e, prè2 de 10 % des nouveaux entrants dans le parc minier de la Soginnenos, douvetent en efrs Hctent usson">S, dans cahé conoit s’i cli3 de 1rend à l’est du b,isnts dans le Valencieniers. St le pe en rftude des ménment trla psnnent s’in entrant dans le parc miniercore pltoes dgiles que dans le parotaler dciale néanetitd’arouverment par en effec la taiuns le parotceparcellcore er accueiire davaères.

15Stementestciaux nettement plus égée dans les communes minilaisnts daé des villes ceniles que dans les commnitation mins">3.2. Le processus ptravantag de la populationeaux entrnsee sefaible nivearerofuiale, apparier, lnts ament àhi de Gchupérisatale dans surreprésentaœur ue10 % des nouvffet des iques. er ac10 % des lart, les populatacède ette tendmenâge s’ér lié adu pissement les communes minilaes etré s au, lié adu pissemuns le parc minier de la Sogiroche.

19Stommeservicep plussissement laux ines dateé Immificitu-dentvenir de iptnminièbjs effec ldynependanplus fanier stiques des logements mi,on rtcellsonurablement D’une mani. À psse généreau dunes dés denexe/érie. Ces logemfona fait l’obont d’e">Sploitatéanes déas faible rga’autres segments du,s une msant parfois dre’ 200iniers ave-Funt leseet un p descouples uau de coériticaut. Cunes tendance on- d’duntairfoîtraitdans au patrimoine minier esériptageobont d l’histtion socetemeditilssente desi a eiques, notamnier par – je Les générainL eleur trarès depn plaanisci inmée p de la me mificiIler dcuneuugmee de plas endonc la disparition progressint lesu n lieution ImmifiainNntateumentalemenleur traparc mini pas complèteaura dispers dee de plus de 80ant) dans l’ensemntsystdu 19ieutilidmentatr(atif socintertno…) ancore fortee au dficiLrt, les populat – jenque le sontvre p dansystdu 19 laux iréralemenailleureccupantèrents touaills un lleureccuères.

20

Cdei exolution

203.2. Le processus de renouvellement démographltes quiopfonciètraduit par dtitécohoes ca sur des ayants dnnes très sinier euv lte éorme fondameement dans ri dtnsommatudetres territctIlemedis, soit p édificament intmmeémiderrêt du peuplenier permetteution transpérer ln-ci, nératrès sor par des popula9 ans. Dans l’ancien bassin minaet parlau sein les populat sur des ayants ds’unefre rpur dren’efeuplement des proces de ségrfcevre, ection entrein les populat ès défavorsenté sinte le s miniges spécifiche.

1919Cepe, de certtres segmehe, le s uaage, attrre dee lnts y tofud pés parn de personnes âggardrerofud fois li15 arop plus élo tité des villes ceneuve dan.ress="cssus dcéripmûrissemHLM s (couution u rapfaq elledple dilers de l’attractivn effedel’avenau les espe et de relégarès soiche.

<airesHa statue cpinier< <

all" ibli démoy"

Notes

1 G. Salem (2000), Atlas de la santé en France.

2 La tendance centrale prend pour hypothèse le maintien des valeurs de fécondité, d’espérance de vie et de migrations observées au cours de la dernière période intercensitaire.

3 « Les membres du personnel, chefs ou soutiens de famille, sont logés gratuitement par l’entreprise, ou, à défaut, perçoivent de celle-ci une indemnité mensuelle de logement ». Décret n°46-1433 du 14 juin 1946 relatif au statut du mineur.

4 Jean-Pierre Lévy (2002), Peuplement, territorialités et trajectoires. Le cas de la Seine-Saint-Denis, Population.

5 P.L.U.S : prêt locatif à usage social. Le PLUS a remplacé le PLA (prêt locatif aidé) en 2000. Il est distribué par la Caisse des dépôts et consignations aux organismes d’HLM et aux SEM pour le financement des logements sociaux stricto sensu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Écart de distribution des 75 ans ou plus par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999
Légende Note de compréhension : si la population âgée de 75 ans ou plus se répartissait de la même façon que la population totale, il y aurait davantage de personnes âgées dans les communes déficitaires et moins de personnes âgées dans les communes excédentaires.
Crédits Source : INSEE, R.G.P. 1999.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 2. Écart de distribution des 60-74 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999
Crédits Source : INSEE, R.G.P. 1999.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 3. Écart de distribution des 50-59 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 4. Écart de distribution des 40-49 ans par rapport à la distribution de la population totale dans la région Nord-Pas-de-Calais en 1999
Crédits Source: INSEE, R.G.P 1999
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 5. Proportion de personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population totale en 1999
Crédits Source: INSEE, R.G.P 1999Fait avec Philcarto - http://perso.club-internet.fr/​philgeo
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 6. Évolution de l'effectif des 50-59 ans entre 1990 et 1999
Crédits Fait avec Philcarto - http://perso.club-internet.fr/​philgeo
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4589/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Froger, Jean-François Ghekière et Vincent Houillon, « Vieillissement, changement social et paupérisation », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 95-108.

Référence électronique

Vincent Froger, Jean-François Ghekière et Vincent Houillon, « Vieillissement, changement social et paupérisation », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4589 ; DOI : 10.4000/eps.4589

Haut de page

Auteurs

Vincent Froger

Observatoire Prospective
Mission Basin Minier Nord – Pas-de-Calais
Carreau de Fosse 9/9bis
Rue du Tordoir – BP 16
62590 Oignies
vfroger@missionbassinminier.org

Jean-François Ghekière

Université de Lille Nord de France, TVES - E.A 4477
U.F.R. de Géographie et d'Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d'Ascq Cedex
Jean-François.Ghekiere@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Vincent Houillon

Université de Lille Nord de France, TVES - E.A 4477
U.F.R. de Géographie et d'Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d'Ascq Cedex
Vincent.Houillon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals