Navigation – Plan du site
Articles

Les DOM : terres de migrations

The French Overseas Territories : Lands of Migration
Claude-Valentin Marie et Franck Temporal
p. 475-491

Résumés

Particulièrement forte au cours des décennies passées, la croissance démographique des départements d’outre-mer (Dom) connaît aujourd’hui une évolution plus différenciée. Si son rythme demeure soutenu à La Réunion et plus encore en Guyane, il n’en va plus de même aux Antilles, où il est désormais inférieur à la moyenne métropolitaine.
Cet article propose une étude originale des déterminants de cette croissance démographique, de ses composantes et de ses variations dans chacun des quatre départements. Il accorde une place privilégiée aux conséquences des migrations sur la recomposition de la population de ces territoires selon l’âge, le sexe et l’origine des individus.
Depuis les débuts de la colonisation, les migrations ont joué un rôle déterminant dans le peuplement des DOM, en répondant d’abord à des impératifs économiques. Ce trait demeure et constitue toujours une composante essentielle de leur dynamique démographique et sociale Il explique, notamment, l’émigration en Métropole d’une part importante des actifs de ces départements et, notamment, des plus diplômés.
Les effets des mouvements croisés de départs et retours des natifs et d’arrivées de populations nouvelles dans chacun des départements sont évalués à partir d’une exploitation des recensements de population dans les Dom et en Métropole.
Mais, parce que ces recensements n’offrent qu’une vision partielle de ces migrations, nous avons initié une enquête spécifique : Migration, Famille et Vieillissement (MFV) qui autorise, pour la première fois, une connaissance des dynamiques sous-jacentes à chacun de ces mouvements et notamment celle relative aux « migrants de retour » dans leur département, après un séjour durable en Métropole.

Haut de page

Texte intégral

1En 2008, les quatre départements d’Outre-mer (DOM) comptaient ensemble 1 827 000 habitants, soit près de 3 % de la population française. Avec 808 250 résidants, La Réunion est le plus peuplé, suivi de la Guadeloupe (401 800) et de la Martinique (397 700). À cette date, la Guyane présente une triple spécificité : plus grand département français par sa superficie, il est le moins peuplé (219 300 habitants) des DOM, mais affiche le taux de croissance annuel le plus élevé ; au rythme actuel (4 %), la Guyane verrait sa population doubler d’ici 20 ans.

2Au cours du demi-siècle passé, ces quatre DOM ont connu une croissance démographique particulièrement forte. Si son rythme demeure encore soutenu à La Réunion et plus encore en Guyane, il n’en va plus de même aux Antilles, où il est désormais inférieur à la moyenne métropolitaine. Partout, les mouvements naturels demeurent le principal moteur de cette croissance et expliquent l’essentiel des écarts avec la Métropole. En revanche, c’est aux migrations que l’on doit l’essentiel des différences entre l’un et l’autre des ces départements.

3Les développements qui suivent s’attachent à l’étude des déterminants de cette croissance démographique ultramarine, de ses composantes et de ses variations dans chacun des quatre départements. Après un examen détaillé des moteurs de la croissance naturelle, une large place est accordée aux effets des migrations sur la recomposition par âge, sexe et origine de leur population. Variable de l’un à l’autre, cette recomposition affecte aussi à des degrés divers la population active et les effectifs occupés. Depuis les débuts de la colonisation les migrations ont en effet joué un rôle déterminant dans le peuplement des DOM, en répondant d’abord à des impératifs économiques. Ce trait demeure et constitue encore une dimension essentielle de leur dynamique démographique. Il explique en grande part l’installation durable en Métropole d’un nombre important des actifs de ces départements et, notamment, des plus diplômés.

  • 1 Dans les DOM et en Métropole.

4À partir d’une exploitation des recensements de population1 sont évalués les effets des mouvements croisés de départs et retours des natifs et d’arrivées de populations nouvelles dans chacun des départements. Cette analyse met en lumière les grandes phases de l’histoire de ces migrations soulignant les effets de leur gestion institutionnelle au gré des conjonctures politiques et économiques des DOM autant que de la Métropole.

  • 2 « Migrations, familles et vieillissement » (MFV) est une enquête Ined-Insee (2009-2010) conduite au (...)
  • 3 Enquête Ined-Insee (2009)

5Toutefois, parce que les recensements n’offrent qu’une vision partielle de ces migrations, nous avons initié une enquête spécifique : Migration, Famille et Vieillissement (MFV)2 permettant de mieux appréhender la complexité de ces mouvements. Cette enquête autorise pour la première fois – dans l’ensemble des Dom - une connaissance des dynamiques sous-jacentes aux migrations de ces « natifs de retour ». En complément, pour évaluer pleinement l’impact de cette émigration vers la Métropole, nous avons mobilisé les données - elles aussi inédites - de l’enquête TeO3 pour connaître le profil des natifs qui y résident, leurs modalités d’insertion et la durée de leur séjour.

1. La croissance démographique dans les DOM et ses composantes

6C’est au sortir de la Guerre que la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion vont connaître une très vive accélération de leur croissance démographique sous les effets conjugués d’une baisse rapide de la mortalité et d’une forte progression de la natalité. Longtemps commune aux trois îles, cette dynamique connaîtra, dès le milieu des années 60, des inflexions d’intensité variable selon les périodes et le territoire considérés.

7Les Antilles seront les premières concernées. Au motif d’une « démographie galopante » menaçant la stabilité économique et sociale, les pouvoirs publics engagent une politique volontariste visant au ralentissement de la natalité et à l’accélération des départs des jeunes adultes vers la France métropolitaine. Il en est résulté une stabilisation relative de la population des deux îles jusqu’au début des années 80. La révision de cette politique d’incitation au départ des jeunes se traduit par une inversion du solde migratoire (les arrivées l’emportent sur les départs) et une reprise dix ans durant de la croissance démographique antillaise. Dans les années 90, la nouvelle accélération du départ des jeunes concourt - dans un contexte de faible natalité - au ralentissement durable du rythme de croissance des populations martiniquaise et guadeloupéenne observé ces quinze dernières années.

Graphique 1. La population des DOM et son évolution depuis 1946

Graphique 1. La population des DOM et son évolution depuis 1946

* Saint-Martin et Saint-Barthélemy ne sont plus associés à la Guadeloupe aux recensements 1999 et 2008.

Source : Insee, Recensements de la population et enquêtes annuelles de recensement.

  • 4 Projections de population à l’horizon 2040, Insee Antilles-Guyane.

8À La Réunion, les évolutions ont été moins chaotiques. Les départs plus tardifs des jeunes vers la Métropole (à partir des années 70), le maintien d’une natalité plus forte, associés à un déficit migratoire moindre ont favorisé une croissance plus soutenue et plus régulière de la population sur la période 1955-2007. Il en résulte, entre les Antilles et La Réunion, un écart grandissant de leur dynamique démographique et du volume de leur population, pourtant très proches à la date de leur départementalisation (1946). En dépit de ces divergences, ces trois départements ont en commun un déséquilibre de leur structure par âge, lié aux départs en nombre des jeunes adultes qui concourent à un vieillissement de leur population dont l’accélération paraît inéluctable ces deux prochaines décennies4

9Toute autre a été la dynamique guyanaise. Après une longue période de croissance modérée de sa population, la Guyane enregistre depuis le début des années 1980 une accélération vive et rapide de sa démographie. L’impulsion en revient, pour l’essentiel, à l’immigration étrangère dont les effectifs n’ont cessé de croître suite aux troubles politiques au Surinam voisin et à l’appel grandissant à l’immigration de travail pour répondre aux besoins des grands travaux engagés dans la période. Combinée à une forte natalité, cette immigration a favorisé la forte croissance de la population qui devrait faire de la Guyane, dans les deux prochaines décennies, le second département d’Outre-mer le plus peuplé, précédant - pour la première fois dans l’histoire - la Martinique et la Guadeloupe.

10En dépit des différences dans les dynamiques observées, partout dans les DOM les mouvements naturels demeurent le principal moteur de la croissance de leur population. Cela se vérifie principalement en Guyane et à La Réunion, où la part de la contribution naturelle dépasse nettement celle enregistrée en Métropole (respectivement +2,8 % ; +1,4 % ; +0,4 %, pour les années 1999 à 2008). L’impact des migrations est, en revanche, plus inégal d’un département à l’autre. Le contraste est particulièrement net entre la Guyane et les Antilles. Si le solde migratoire complète positivement (+ 1,2 % moyenne par an) l’accroissement naturel guyanais, il pèse, au contraire, négativement aux Antilles (-0,5 % en Guadeloupe et -0,2 % en Martinique).

Tableau 1. Taux de variation de la population aux recensements (en %)

Taux de variation annuel moyen

Guadeloupe

Martinique

Guyane

La Réunion

France métropolitaine

Total

1974(*)-1982

0,1

0,2

3,9

1,1

0,5

1982-1990

1,4

1,1

5,8

1,9

0,5

1990-1999

1,0

0,7

3,6

1,9

0,4

1999-2008

0,5

0,5

4,0

1,5

0,7

Dû au mouvement naturel

1974-1982

1,2

1,1

1,9

2,0

0,4

1982-1990

1,3

1,1

2,3

1,8

0,4

1990-1999

1,2

1,0

2,7

1,6

0,4

1999-2008

1,0

0,7

2,8

1,4

0,4

Dû au solde apparent des entrées et des sorties

1974(*)-1982

-1,1

-1,0

2,0

-0,9

0,1

1982-1990

0,1

0,0

3,5

0,1

0,1

1990-1999

-0,1

-0,3

0,8

0,3

0,0

1999-2008

-0,5

-0,2

1,2

0,1

0,3

Les dates de recensements dans les Dom sont différentes de la France métropolitaine jusqu’en 1982.
(*) : 1975 pour la France métropolitaine.

Source : Insee, RP1974 à 1990 (dénombrements), RP1999 et RP 2008 (exploitation principale) ; État civil.

La fécondité : une baisse rapide mais variable selon les départements

  • 5 Comme en métropole, l'ICF a atteint son niveau le plus bas au milieu des années quatre-vingt dix, a (...)

11Très élevée aux Antilles et à La Réunion au lendemain de la départementalisation, la fécondité va connaître, à compter du milieu des années 60, une baisse exceptionnellement rapide dans les trois îles. En 1967, l’Indice Conjoncturel de Fécondité (ICF) se situait au-dessus de 5 enfants par femme aux Antilles [Charbit & Leridon, 1980] et il était supérieur à 6 à La Réunion [Festy & Hamon, 1983]. Quarante ans plus tard, cet indice est proche de la moyenne métropolitaine en Martinique (2,06) ; il s’élève à 2,29 en Guadeloupe et à 2,49 à La Réunion5. La mise en place des mesures de contrôle des naissances (planning familial, l’accès généralisé et rapide aux moyens contraceptifs), la volonté des femmes de réduire la taille de leur famille pour plus d’indépendance et la diffusion de valeurs culturelles nouvelles ont indubitablement favorisé ce résultat.

Tableau 2. Évolution de l'indice conjoncturel de fécondité (ICF) dans les DOM

Années

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Métropole

1967

5,33

5,12

-

6,07

2,67

1974

4,31

3,85

4,10

3,88

2,11

1982

2,62

2,11

3,90

2,81

1,91

1990

2,20

2,03

3,80

2,56

1,78

1999

2,10

1,90

3,90

2,40

1,79

2007

2,29

2,06

3,71

2,49

1,96

Sources : INSEE, Bilans démographiques départementaux.

12Aux Antilles et à La Réunion, cette chute de la fécondité a concerné tous les groupes d’âges, mais en priorité les femmes de plus de trente ans, désireuses, pour bon nombre, de réduire la taille de leur famille. La baisse s’est ensuite progressivement généralisée à tous les âges, rapprochant le calendrier de fécondité de celui de la Métropole, à l’exception des maternités précoces (avant 25 ans) toujours plus fréquentes Outre-mer. Cette particularité pourrait s’expliquer par le choix de certaines jeunes femmes de privilégier la formation d’une famille à l’entrée dans le monde du travail, dans des contextes socioéconomiques difficiles et de possibilités d’insertion professionnelle réduites [Breton, 2005 ; Breton & Temporal, 2010].

Graphique 2. Taux de fécondité par groupes d’âge dans les DOM en 2006

Graphique 2. Taux de fécondité par groupes d’âge dans les DOM en 2006

Source : INSEE, état civil et recensement de la population 2006.

  • 6 Natives de Guyane.

13Passé l’âge de 25 ans, on observe une nette convergence des comportements de fécondité comme l’illustrent les courbes des trois DOM insulaires qui, alors, se confondent quasiment avec la moyenne métropolitaine (graphique 2). Celle de la Martinique se situe même en deçà entre 25 et 34 ans, témoignant d’une fécondité plus faible. En revanche, l’écart reste sensible avec la Guyane qui, là encore, occupe une place à part : sa population est la plus jeune des quatre départements et, à tous les âges, les taux de fécondité y sont nettement supérieurs. Le poids de l’immigration étrangère est l’argument le plus souvent avancé pour expliquer ce haut niveau de fécondité. Certes, la fécondité des étrangères y est supérieure à celle des Françaises, et le surplus contribue à élever de 20 % environ l’indice départemental [Temporal, 2010]. Néanmoins, c’est bien aux Guyanaises6 que le département doit l’essentiel de son niveau élevé de fécondité.

Baisse significative (rapide) de la mortalité

14Les progrès sanitaires et médicaux importants qui ont suivi la départementalisation ont sans conteste accéléré la baisse de la mortalité dans les Dom qui affichent même des taux bruts inférieurs à la moyenne métropolitaine (graphiques 3). Mais ce résultat tient beaucoup à la structure plus jeune des populations. Une analyse détaillée par âge montre, en effet, des taux de mortalité plus élevés qu’en Métropole qui témoignent - à l’inverse de l’observation précédente - d’une surmortalité Outre-mer [Catteau & Bazely, 2004]. L’espérance de vie à la naissance sensiblement inférieure à la moyenne nationale le confirme, principalement en Guyane et à La Réunion. Il en va différemment aux Antilles et, notamment, en Martinique, où la situation est plus proche de celle de la Métropole. Quoi qu’il en soit, le vieillissement annoncé des trois départements insulaires aura pour effet une augmentation sensible du taux de mortalité et du nombre de décès.

Tableau 3. L’espérance de vie dans les DOM en 1990 et en 2006

 

Guadeloupe

Martinique

Réunion

Guyane

France métropolitaine

 

1990

2006

1990

2006

1990

2006

1990

2006

1990

2006

Espérance de vie à la naissance des hommes (a)

70,7

75,0

73,3

76,2

68,8

73,2

66,6

74,4

72,9

77,3

Espérance de vie à la naissance des femmes (b)

78,4

82,7

79,6

84,6

78,2

80,9

76,1

81,0

81,0

84,1

Source : INSEE, État civil et recensements de la population 1990 et 2006.

Une transition démographique achevée aux Antilles

15Si, cette dernière décennie (1999-2008), le rythme de croissance de la population ultramarine a été globalement supérieur à celui de la Métropole, ce résultat recouvre en réalité des évolutions très contrastées d’un DOM à l’autre. En comparaison des années antérieures, la croissance s’est ralentie à La Réunion (1,5 %) et plus encore aux Antilles (0,5 %), alors qu’en Guyane, elle demeure à un niveau très élevé, sous les effets conjugués de l’immigration et des mouvements naturels.

16Ces résultats confirment l’achèvement de la transition démographique aux Antilles qui présentent désormais une configuration proche de la Métropole. Il convient de souligner le caractère exceptionnel - par son ampleur et sa rapidité - de cette transition antillaise. En moins de 50 ans, Martinique et Guadeloupe ont connu un bouleversement démographique qui, en Métropole, s’est étalé sur près de 150 ans. À La Réunion, bien que très largement engagé, le processus demeure inachevé. En 2007, l’accroissement naturel y demeure important (13,5‰), combinant une faible mortalité (5,0‰), une natalité encore élevée (18,5‰) et un indice conjoncturel de fécondité qui oscille entre 2,4 et 2,5 enfants par femmes. Toute autre est la situation en Guyane. La faible mortalité (3,2‰), les niveaux élevés de fécondité (3,7 enfants par femme en 2007) et de natalité (29,4‰), concourent à une dynamique très éloignée de celle des DOM insulaires. Précisons que la natalité plus forte en Guyane et à La Réunion tient, tout à la fois, à une fécondité supérieure à celle des autres DOM et à la jeunesse de leur population (nombre élevé de femmes en âge de procréer).

Graphiques 3. L’accroissement naturel dans les DOM de 1950 à 20072.

Graphiques 3. L’accroissement naturel dans les DOM de 1950 à 20072.

Source : INSEE, État civil – estimation de population au 31/12 - (Bilans démographiques).

2. Les migrations : des dynamiques complexes

  • 7 Cette politique de « rattrapage » mise en place à la départementalisation visait à engager les DOM (...)
  • 8 Le taux du complément de rémunération applicable aux fonctionnaires de l’État atteint 53 % à La Réu (...)

17Sitôt l’implantation des premiers colons, la mise en valeur des quatre « Vieilles colonies » a reposé sur le recours massif à l’immigration. Initiée par la traite esclavagiste pour répondre aux importants besoins en main-d’œuvre des économies de plantation, elle s’est poursuivie sous le statut de « l’engagement », puis de « l’immigration de travail » au sens moderne du terme. Après la « départementalisation7 » cette immigration a aussi pris la forme d’un recours à des cadres métropolitains, en faveur desquels a été mis en place un dispositif de « sur-rémunération » dans la fonction publique8 qui pèse encore fortement sur le système économique de ces territoires. En parallèle, le déclin progressif de l’économie de plantation a conduit à plusieurs expériences d’émigration de la main-d’œuvre locale qui ont toutes affiché le même objet : lutter contre le sous-emploi d’une population en forte croissance en incitant au départ les jeunes en âge de travailler [Constant, 1987].

18Des débuts de la colonisation jusqu’aux années les plus récentes, les migrations ont ainsi constitué la principale variable d’ajustement des déséquilibres de main-d’œuvre (excédent ou pénurie) de ces « vieilles colonies » devenues départements d’Outre-mer. Elles ont, à ce titre, constitué une dimension essentielle de leur dynamique démographique [Domenach & Picouet, 1992]. À titre d’exemple, entre 1974 et 1982, le solde migratoire négatif a réduit de moitié la croissance démographique aux Antilles et de 30 % à La Réunion (graphique 4). Ces départs ont principalement concerné de jeunes actifs à la recherche d’un emploi, auxquels se sont ajoutés, en moindre part, des étudiants.

  • 9 Le solde net très légèrement positif (0,1 %) contribue pour à peine 7 % à la croissance démographiq (...)

19Cette dernière décennie, ces migrations se sont encore complexifiées. Variables selon le département et la période considérée, leur impact sur la croissance des populations apparaît aussi plus contrasté. Quasi nul à La Réunion, le solde migratoire est redevenu négatif en Guadeloupe et en Martinique. Entre 1999 et 2008, les départs ont de nouveau pesé négativement sur la croissance démographique des Antilles : à hauteur de 20 % en Martinique et 30 % en Guadeloupe, tandis qu’à La Réunion, les entrées et sorties de populations (natifs et immigrants) se sont largement compensées9

20La Guyane offre une configuration très différente. L’apport de l’immigration ne s’y est jamais démenti depuis le début des années 70. Jusqu’à la fin du siècle dernier, elle a contribué pour plus de la moitié à sa croissance démographique et, pour la période la plus récente (1999-2008), elle est responsable de près d’un tiers de l’augmentation annuelle de sa population (graphique 4). Le solde migratoire explique ainsi l’essentiel de l’accélération observée : + 4 % par an, contre + 3,6 % antérieurement (1990 à 1999). En provenance des pays voisins (Surinam et Brésil), de la Caraïbe (Haïti), de Métropole et d’Europe, ces arrivées nouvelles dépassent très largement les départs des jeunes guyanais vers la Métropole pour poursuivre leurs études ou occuper un emploi.

Graphique 4. Part du solde migratoire dans l'accroissement annuel total (en %)Le solde migratoire : nettement déficitaire pour les natifs et excédentaire pour les immigrants

Graphique 4. Part du solde migratoire dans l'accroissement annuel total (en %)Le solde migratoire : nettement déficitaire pour les natifs et excédentaire pour les immigrants

1: 1975 pour la France métropolitaine

Source : Insee, RP1974 à 1990 (dénombrements), RP1999 et RP 2008 (exploitation principale) État civil.

  • 10 Les fichiers détails du recensement comprenant les données individuelles mis à disposition par l’In (...)
  • 11 Différence entre les départs et les arrivées.

21Calculé sur la période 1999-200610, le solde global apparent relativement faible (- 5000) de la population en âge de travailler (15-64 ans) masque la très grande complexité des flux de populations (départs, arrivées, retours), dont les profils, par âge, sexe et lieu de naissance varient notablement d’un département à l’autre, et, au sein de chacun, selon le flux considéré. Ce sont les départs de jeunes natifs (âgés de 15 à 34 ans) qui constituent la grande part de ces mouvements (graphiques 5). En solde net11, cette classe âge enregistre un déficit de 54 000 jeunes (32 000 hommes pour 22 000 femmes) sur la période, soit une perte totale annuelle de 2800 jeunes en Guadeloupe, 2700 à La Réunion, 1900 en Martinique et 400 en Guyane.

22Passé 34 ans, le solde redevient positif du fait de retours en plus grand nombre. Les 35-64 ans affichent en effet un excédent de + 17 800 (soit un gain annuel moyen de + 2500), avec une contribution féminine prépondérante soulignant le net déséquilibre par sexe des mouvements de retour (+ 1650 contre + 850 hommes). C’est en Martinique (+ 6600) et à La Réunion (+ 6500) que ces retours ont été les plus importants. Mais ce solde positif après 35 ans est loin de compenser le départ des plus jeunes. Dans la population d’âge actif (15 à 64 ans), les DOM ont donc vu partir plus de natifs qu’il n’en est revenu : de 1999 à 2006, le déficit a dépassé les 25 000 chez les hommes et les 10 000 chez les femmes.

  • 12 Ce solde est composé d’une majorité de femmes (59 %) et de jeunes adultes (63 %).

23Sur la même période, le solde des « immigrants » (ensemble des populations non natives) est, lui, demeuré positif. On le doit essentiellement aux populations nées à l’étranger installées en Guyane. Sur un excédent de + 29 700 pour l’ensemble des DOM12 plus de la moitié s’explique par le surplus d’arrivées en Guyane (+ 16 000). Pour les natifs de la Métropole, départs et arrivées se sont dans l’ensemble compensés, avec un solde faiblement positif (+ 6700). Quasiment nul aux Antilles et en Guyane, l’excédent n’est significatif qu’à La Réunion (+ 1000 par an en moyenne).

Graphiques 5. Soldes migratoires selon le groupe d'âge et le lieu de naissance (Période 1999 -2006 -Ensemble DOM)

Graphiques 5. Soldes migratoires selon le groupe d'âge et le lieu de naissance (Période 1999 -2006 -Ensemble DOM)

Source : INSEE, Recensements de la population 1999 à 2006, calculs des auteurs.

3. L’impact des migrations : une recomposition des populations variable selon le département

24Relativement équilibrés, les flux d’entrées et de sorties ont peu affecté les effectifs de la population des DOM en âge de travailler (15-64 ans). Plus significatifs ont été leurs effets en termes de structure par âge (déficit avant 35 ans et excédent après), par sexe (diminution de la part des hommes au profit de celle des femmes) et par origine (baisse de la part des natifs et augmentation de celle des immigrants). Variable selon le département, cette recomposition, affecte aussi à des degrés divers la population active et les effectifs occupés.

  • 13 En métropole pour la plupart.

25La pyramide d’âges - selon le lieu de naissance des populations - illustre bien la complexité des dynamiques migratoires en soulignant, à chaque âge, les parts respectives de l’immigration, des retours et de l’émigration. Le creux observé entre 20 et 40 ans est typique des territoires qui connaissent une forte émigration de leurs jeunes adultes. Son accentuation pour les natifs de 20-24 ans et plus encore de 25-29 ans reflète les départs les plus récents de ceux qui, à la date du recensement, résident hors de leur département13.

Graphique 6. Pyramide des âges de l’ensemble des DOM au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance

Graphique 6. Pyramide des âges de l’ensemble des DOM au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance

Source : INSEE, Recensement de la population 206, calculs des auteurs

26Après 30 ans, les retours et les arrivées nouvelles comblent partiellement ce « trou » de la pyramide. Dans les trois départements insulaires, ces dernières concernent prioritairement des personnes nées en Métropole qui, toutefois, ne forment qu’une part relativement réduite de la population de chacun des DOM (environ 10 % en 2006). Celles nées à l’étranger sont encore plus faiblement représentées dans les trois îles (3 % à 5 %). On ne les trouve en part importante qu’en Guyane (32 %), dont la pyramide tranche nettement avec celles des trois îles. Sa base élargie illustre un niveau élevé de natalité, la population y apparaît donc nettement plus jeune et, à la différence des autres DOM, on note à tous les âges une forte part d’individus nés à l’étranger, avec une présence prépondérante des femmes.

Graphique 7. Pyramide des âges de la Guyane au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance

Graphique 7. Pyramide des âges de la Guyane au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance

Source : INSEE, Recensement de la population 2006, calculs des auteurs.

27Entre le départ des natifs et l’arrivée des immigrants, c’est aussi la composition par origine des populations qui se trouve modifiée, selon des modalités variables pour chaque département. En 2006, les immigrants (nationaux et étrangers) formaient 19 % de la population des DOM, avec une présence de loin plus importante en Guyane (45 %) que dans les DOM insulaires (entre 15 et 17 %). À La Réunion, leur part a doublé en moins de 25 ans (de 6,9 % à 15,3 %), avec, parmi eux, une progression plus vive des métropolitains (4,1 % à 10,2 %), qui à l’inverse, s’est ralentie en Guadeloupe et Martinique, tandis qu’en Guyane, la croissance de leurs effectifs a été masquée par celle plus rapide des immigrants étrangers et des natifs du département.

  • 14 Les personnes nées à l’étranger résidant en Guadeloupe sont majoritairement de nationalité étrangèr (...)
  • 15 L’immigration brésilienne, la plus ancienne, s’est développée dès les années 60. Les flux en proven (...)

28Rappelons que le lieu de naissance ne présume pas de la nationalité. Ainsi, en Martinique et à La Réunion, les immigrants nés à l’étranger sont dans leur grande majorité de nationalité française : ces deux îles ne comptent donc qu’une très faible proportion d’étrangers (respectivement 1,5 % et 0,7 %). En part un peu plus importante (4,2 %) en Guadeloupe14, la présence étrangère n’est véritablement significative qu’en Guyane, dont plus du tiers des habitants (37,6 %) est de nationalité étrangère. Trois nationalités fournissent, à elles seules, la grande majorité de ces étrangers (87 %) : les Surinamais (38 %), les Haïtiens (27 %) et les Brésiliens (22 %)15.

Tableau 4. Populations des DOM selon le lieu de naissance en 1999 et en 2006 (en pourcentage)

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Ensemble Dom

 

1999

2006

1999

2006

1999

2006

1999

2006

1999

2006

Nés dans le DOM

80,9

82,6

86,3

85,5

54,4

55,3

86,1

84,7

81,9

81,0

Immigrants (Non natifs)

19,1

17,4

13,7

14,5

45,6

44,7

13,9

15,3

18,1

19,0

Dont :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nés autre DOM-TOM

2,1

2,3

2,0

1,7

5,2

3,3

1,3

1,0

2,0

1,7

nés en France métro

10,9

10,2

9,4

9,9

11,8

9,6

9,1

10,2

9,9

10,1

nés à l'étranger

6,1

4,9

2,3

2,9

28,6

31,8

3,4

4,1

6,2

7,2

Source : INSEE, Recensement de la population 2006, calculs des auteurs.

29Parce que leur motivation première est l’occupation (ou la recherche) d’un emploi, les immigrants sont, quelle que soit leur origine, fortement concentrés dans les âges de pleine activité (20 à 59 ans). C’est le cas de 63 % des natifs de Métropole et de 73 % de ceux nés à l’étranger. L’impact de l’immigration sur le ratio natifs/non-natifs diffère donc sensiblement selon l’âge, mais aussi selon le DOM considéré. À titre d’exemple, en Guyane, parmi les actifs âgés de 20-59 ans, on compte plus de deux immigrants pour un natif, répartis entre 45 % nés à l’étranger, 15 % en France métropolitaine et 6 % dans un autre DOM. La composition par sexe est plus hétérogène. Parmi les immigrants nés à l’étranger les femmes sont toujours majoritaires, avec toutefois un sex-ratio plus équilibré en Guyane (92 hommes pour 100 femmes) et à La Réunion (84) qu’aux Antilles (72). Il en va différemment pour les natifs de Métropole. Plus masculine à La Réunion (113 hommes pour 100 femmes) et en Guyane (121), cette immigration est, à l’inverse, à dominante féminine aux Antilles (entre 90 et 94 hommes pour 100 femmes).

Les retours de natifs

  • 16 « Migrations, familles et vieillissement » (MFV) est une enquête Ined-Insee (2009-2010).

30Aux arrivées d’immigrants dans les DOM s’ajoutent les retours des natifs après un séjour plus ou moins long hors de leur département d’origine. Si les données des recensements en autorisent l’estimation pour les cinq années qui précèdent la collecte, elles n’offrent qu’une vision partielle de l’ampleur de la migration des natifs. Elles ignorent les retours antérieurs à cette période et ne comptabilisent pas les allers-retours effectués durant la période intercensitaire. Cette limite nous a conduit à initier une enquête spécifique (Migration, Famille et Vieillissement, dite MFV)16 auprès de la population des DOM âgée de 18 à 79 ans permettant de mieux appréhender la complexité des dynamiques migratoires des natifs.

31Les premiers résultats disponibles révèlent - pour la première fois - l’intensité des migrations des populations considérées. Sur 100 personnes natives des DOM âgées de 18 à 79 ans et vivant dans leur département, la moitié (50,4 %) l’a déjà quitté au moins une fois pour une durée inférieure à 6 mois et 30 % l’ont quitté pour un séjour plus durable égal ou supérieur à six mois avant de revenir s’y installer (les « migrants-retour »). Seule une faible part de ces natifs n’est jamais partie : ils sont 20 % dans ce cas dans l’ensemble des DOM.

  • 17 La très grande majorité d’entre eux ont migré en Métropole : de 94 % à La Réunion à 80 % en Martini (...)

32Là encore, les dynamiques diffèrent notablement d’un département à l’autre. Ce sont la Guadeloupe et la Martinique qui comptent le plus grand nombre de natifs (respectivement 35 % et 32 %) ayant connu une expérience d’émigration durable17 (6 mois ou plus) avant de revenir dans leur département. C’est aussi la Martinique qui affiche la part la plus faible de natifs qui n’ont jamais quitté leur île : ils ne sont que 13 % dans ce cas. À l’inverse, c’est de La Réunion - l’île la plus isolée, la plus éloignée de la Métropole avec la part la plus importante de population pauvre - que les départs paraissent les plus difficiles : plus d’un natif réunionnais sur quatre (26,4 %) n’a ainsi jamais quitté son département.

Tableau 5. Natifs des DOM selon leur rapport à la migration (en pourcentage)

%

Natifs n'ayant jamais quitté le Dom

Natifs ayant quitté le Dom pour une durée inférieure à 6 mois

Natifs de retour après un séjour de plus de 6 mois

Ensemble natifs

Guadeloupe

14,6

50,0

35,3

100,0

Martinique

12,9

55,3

31,8

100,0

Guyane

22,2

57,0

20,8

100,0

Réunion

26,4

47,2

26,4

100,0

Ensemble Dom

20,1

50,4

100,0

Source : Enquête MFV 2009-2010, Ined-Insee. Calculs des auteurs.

  • 18 L’effet du service militaire comme motif de migration important pour les hommes, explique en partie (...)

33Les « migrants-retours » identifiés par l’enquête MFV se caractérisent par un net déséquilibre dans leur répartition par sexe : les hommes (59 %) y sont plus nombreux que les femmes (41 %), notamment à La Réunion où le rapport s’établit à 2 /3 - 1/3, laissant supposer que la question du genre est loin d’être neutre dans les mécanismes de sélection au retour18

  • 19 Selon le critère du lieu de naissance.

34Un autre des profits de cette enquête est de repérer - pour la première fois - la part des « originaires » que masque le seul examen du lieu de naissance des immigrants. Une réalité que l’on pourrait nommer « effets d’après-coup » de l’émigration des natifs partis en nombre vers la Métropole dès les années 50-60 et qui, le plus souvent, y ont vu naître et grandir leurs enfants, voire petits-enfants. Lorsque ces derniers décident de s’installer dans le département de leur(s) parent(s) ou grand(s)-parent(s), ils sont comptabilisés au recensement comme « métropolitains19 », en dépit de leur attache forte avec un territoire dont ils sont - par leur(s) ascendant(s) - « originaires ». Leur part sera d’autant plus grande que l’émigration vers la Métropole aura été dense et durable.

35C’est le cas en Martinique où 42 % des immigrants nés en Métropole, ont au moins un ascendant - parent(s) et/ou grand(s)-parent(s) - né dans ce département et répondent donc à cette qualité d’« originaire » (tableau 7). Cette part atteint 32 % en Guadeloupe et 25 % à La Réunion. Logiquement, elle n’est que de 10 % en Guyane. Ces résultats inédits conduisent à relativiser l’importance de l’immigration des « métropolitains » dans les DOM et surtout à mieux appréhender les effets induits de la migration des natifs.

36À l’inverse, la quasi-totalité des immigrants (93 %) installés en Guyane n’y ont aucun lien d’ascendance. Ces populations s’inscrivent donc dans une dynamique de peuplement comparable à celles qu’ont connues les autres DOM jusqu’à la fin du 19ème siècle. Ainsi, 26 % des natifs du département n’ont aucun parent qui y sont nés et 36 % aucun grand-parent. Au total, 73 % des natifs de Guyane sont des descendants d’immigrants à une ou deux générations près, contre à peine 18 % des natifs des autres DOM. C’est dire l’intensité du processus de peuplement en cours qui distingue nettement la Guyane des trois autres départements.

Tableau 6. Population âgée de 18 à 79 ans selon leur lieu de naissance et leur ascendance (en pourcentage)

Total Natifs

Total Immigrants

Immigrants nés en métropole

Immigrants nés à l'étranger

Immigrants nés dans un Dom-Tom

%

dont originaires

%

dont originaires

%

dont originaires

Guadeloupe

80,1

19,9

10,9

32,1

6,6

9,7

2,4

18,4

Martinique

84,1

15,9

10,7

41,9

3,3

16,1

1,9

49,4

Guyane

36,7

63,3

13,7

10,0

42,7

6,3

6,9

2,1

Réunion

83,1

16,9

9,8

24,6

5,4

14,5

1,6

14,1

Ensemble Dom

77,6

22,4

10,7

28,2

9,3

9,7

2,4

17,4

Source : Ined-Insee, Enquête MFV 2009-2010, calculs des auteurs.

4. Une installation durable et renforcée en métropole

37Cette connaissance nouvelle des natifs de retours et des « originaires » ne suffit pas à évaluer l’impact d’ensemble de cette émigration sur les populations des DOM. Elle impose d’être complétée par l’étude de la situation de ceux qui à la même date vivent en France métropolitaine. En 2006, ils étaient 355 550 dans ce cas (tableau 8). Depuis 1999, leurs effectifs ont augmenté de 35 000 unités (+11 %), signe d’une vive accélération des installations nouvelles en nette rupture avec la relative stagnation de la période intercensitaire précédente.

38Avec plus de 114 000 résidants en Métropole, les Martiniquais présentent une triple caractéristique : ils sont les plus nombreux, leur migration est la plus ancienne, mais leur croissance est la plus faible depuis 1975. Les Réunionnais, à l’inverse, enregistrent une progression plus soutenue et leur effectif tend à se rapprocher de celui des Martiniquais et des Guadeloupéens. Ce sont les Guyanais qui connaissent la progression la plus remarquable ces dernières décennies. Encore modeste en nombre en 1990, ils ont doublé leur effectif 16 ans plus tard. L’accélération continue de leurs installations (+ 4,2 % et + 6,0 % par an au cours des deux dernières périodes intercensitaires) indique un engouement de plus en plus marqué pour un départ en Métropole.

Tableau 7. Populations des Dom recensées en métropole

Tableau 7. Populations des Dom recensées en métropole

Source : INSEE, Recensements de la population, France métropolitaine.

  • 20 Une contribution qui distingue l’immigration des natifs des DOM de celle de la majorité des étrange (...)

39L’immigration ultramarine en Métropole conserve sa caractéristique première de migration de travail. Sa pyramide d’âge l’illustre parfaitement. Sa forme de toupie presque parfaite souligne la présence très majoritaire des adultes en âge de pleine activité : plus de 80 % sont âgés de 20 à 59 ans. Elle met également en lumière la forte contribution des femmes d’âges actifs, équivalente, voire supérieure à celle des hommes20 (Graphique 8).

40Le profil de ceux le plus nouvellement arrivés (dans les 5 ans précédant le recensement) est encore plus édifiant : près de 9 sur 10 ont moins de 40 ans et la moitié environ est âgée de 20 à 29 ans. La dynamique observée il y a près de 40 ans n’a pas été modifiée : de jeunes adultes, régroupant autant de femmes que d’hommes, quittant leur département pour trouver un emploi ou suivre un cycle d’étude en Métropole. Cela posé, on ne saurait négliger l’installation durable, sinon définitive d’une grande part de leurs aînés arrivés au même âge dans les années antérieures. En témoigne, d’un recensement à l’autre, le poids grandissant des 50 ans et plus, signe du vieillissement relatif de cette population.

  • 21 Enquête Ined-Insee (2009) permettant d’évaluer la durée d’installation des natifs des DOM âgés de 1 (...)

41L’enquête TeO21 confirme l’ancienneté de cette présence en Métropole : 60 % y résident depuis plus de 20 ans et 38 % depuis plus de trente ans. Seuls 21 % y vivent depuis moins de 10 ans. Cette réalité commune aux Antillais et Réunionnais, dont les durées d’installation sont les plus longues, ne se vérifie pas pour les Guyanais : leur immigration en Métropole ne connaît que depuis peu une véritable accélération.

Graphique 8. Pyramide des âges des natifs des DOM résidant en métropole au recensement 2006

Graphique 8. Pyramide des âges des natifs des DOM résidant en métropole au recensement 2006

Source : INSEE, Recensement de la population, France métropolitaine.

42L’émigration des natifs des DOM vers la France métropolitaine constitue bien une dimension majeure de leur dynamique démographique. Organisés institutionnellement - au plus fort de leur croissance démographique - ces départs ont drastiquement réduit les effectifs des classes d’âges féconds. Les retours, même s’ils s’accroissent, n’en compensent que très partiellement l’impact, tant la part de ceux installés durablement en Métropole demeure importante. Le rapprochement des données de recensements de Métropole et des DOM l’illustre parfaitement.

  • 22 Ce calcul ne tient pas compte des natifs des DOM résidant dans un pays étranger ou dans un TOM.

43En 2007, une personne sur cinq nées dans un DOM (19,7 %) résidait en Métropole22 Mais, cette moyenne masque de vraies différences selon le groupe d’âge, la période d’émigration et le département considéré. Le ratio est ainsi supérieur à 1 sur 4 pour les Antillais, il est de 1 sur 6 pour les Guyanais et de 1 sur 7 pour les Réunionnais. Aux âges de pleine activité où se concentrent la majorité des natifs installés en Métropole (15-64 ans), ce ratio prend une tout autre ampleur : dans ce groupe d’âge, un natif des DOM sur quatre vit en Métropole.

44S’agissant des jeunes adultes de 20 à 30 ans qui forment l’émigration la plus récente, ce sont près de 40 % des natifs des Antilles, 30 % de ceux de Guyane et 20 % de ceux de La Réunion qui, en 2007, résidaient en Métropole. L’incidence de l’accélération récente de l’émigration guyanaise apparaît ici encore plus clairement. Si leurs effectifs demeurent les plus faibles en Métropole, l’impact des départs sur l’ensemble des jeunes de leur génération est en revanche supérieur à celui observé pour La Réunion.

45Enfin, on remarque que les jeunes partis nombreux dans les années 60/70, au plus fort de la période d’émigration, et aujourd’hui âgés d’environ 45 à 55 ans, sont demeurés en très grand nombre en Métropole. Dans ces groupes d’âges, ce sont ainsi 35 % des Antillais et 20 % des Réunionnais et Guyanais qui vivent en Métropole.

Graphique 9. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (DOM plus Métropole) en pourcentage

Graphique 9. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (DOM plus Métropole) en pourcentage

Source : INSEE, Recensement de la population 2007.

  • 23 Rassemblant les natifs en âge de travailler (15-64 ans) qu’ils vivent dans leur département ou rési (...)
  • 24 Individus n’ayant aucun diplôme, le certificat d’études primaires ou le brevet des collèges (BEPC).
  • 25 Chez les jeunes de 25-29 ans, ce ratio atteint 50 % pour la Guadeloupe, 45 % pour la Martinique, 40 (...)
  • 26 Dans la tranche d’âge plus jeune des 20-24 ans, la mieux représentée en Métropole, la part des nati (...)

46Parce que l’emploi (avec la poursuite des études) reste depuis plus d’un demi-siècle la première motivation au départ [Rallu & Marie, 2004], il s’opère également sur ce plan une forte sélection des populations, aussi bien au départ qu’au retour. C’est ce partage inégal que reflètent les ratios par niveau de diplôme ou statut d’activité selon le lieu de résidence23. En 2007, 39 % des natifs des DOM diplômés du supérieur vivent en Métropole contre 17 % des « pas ou peu diplômés24 ». Pareillement : 34 % des actifs occupés sont en Métropole25 contre seulement 13 % des chômeurs. Si l’on s’intéresse, dans les générations les plus jeunes (20-34 ans), aux diplômés du supérieur, l’inégalité du partage paraît encore plus nette : 43 % d’entre eux résident en Métropole en 2007. Ce taux approche les 53 % pour les jeunes Guadeloupéens (soit, 10 500 en Métropole contre 9350 dans l’île). Il est de 50 % pour les Martiniquais et de 34,5 % pour les Réunionnais26. À l’inverse, les « peu ou pas diplômés » du même groupe d’âge sont nettement moins présents en Métropole : soit 25 % pour les Guadeloupéens, 22 % pour les Martiniquais et seulement 11 % pour les Réunionnais.

47Outre ses effets sur la structure démographique (âges, sexe et origine) des DOM, la migration des natifs impacte donc plus vivement encore la composition de leur population active et sa structure par qualification. La Métropole, à l’évidence, en tire le meilleur profit : elle retient plus les « diplômés » que les « non-diplômés », et plus les « actifs occupés » que les « chômeurs ».

Graphique 10. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (Dom + Métropole), selon le niveau de diplôme et le groupe d’âge en pourcentage

Graphique 10. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (Dom + Métropole), selon le niveau de diplôme et le groupe d’âge en pourcentage

Source : INSEE, Recensement de la population 2007.

Conclusion

48Comme par le passé, les départements d’Outre-mer, dans leur ensemble, demeurent le théâtre de mouvements migratoires très intenses, où se croisent départs et retours des natifs, et arrivées de populations nouvelles françaises et étrangères. En dépit de leur importance, ces migrations n’affectent que très faiblement les effectifs de population, soulignant le rôle moteur depuis 1974 de la croissance naturelle dans la dynamique démographique des DOM.

  • 27 L’enquête MFV nous en fournit une appréciation indirecte à travers le lieu de résidence antérieur d (...)

49Au recensement de 2006, on dénombrait près de 340 000 immigrants dans les DOM, tandis qu’environ 355 500 natifs de ces départements résidaient en Métropole. Soit une différence de 15 500 équivalant à moins de 1 % de la population des DOM. Même si on ignore le nombre des natifs installés à l’étranger27 ce résultat témoigne d’un effet quantitatif global très limité des migrations malgré plus de 50 ans de gestion politique d’incitation au départ.

50Cette appréciation quantitative d’ensemble masque cependant des différences sensibles selon les départements. Limité dans les DOM insulaires, l’impact des migrations est plus net en Guyane qui est le seul département où l’immigration a renforcé la croissance démographique au cours des années 1999-2006. Son effet a été nul à La Réunion, tandis qu’aux Antilles le solde migratoire a pesé négativement sur la croissance de la population.

51Plus significatifs ont été les changements qualitatifs opérés dans la structure par âge, sexe et origine de la population de chacun de ces départements. Dans les trois îles, le premier effet notable est l’accélération du vieillissement. Certes, le rythme du processus diffère de l’un à l’autre, mais les modalités sont les mêmes : un solde très négatif dans les classes d’âge les plus jeunes, lié aux départs massifs des moins de 35 ans. Là encore, la Guyane se distingue radicalement.

52Ces migrations concourent pareillement à un déséquilibre de la répartition par sexe qui s’est accentué ces dernières années : les départs durables y ont davantage concerné les hommes, tandis que les femmes contribuaient plus aux retours et aux installations nouvelles. Il s’y ajoute une recomposition des populations selon leur origine, qui voit diminuer la part des natifs au profit des non natifs. C’est en Guyane, cette fois, que le phénomène est le plus massif. Il souligne, du même coup, combien, dans ce département, l’immigration concourt à une dynamique de peuplement que ne connaissent plus les trois DOM insulaires.

53Enfin, ces migrations ont pour caractéristique commune de concerner quasi exclusivement des populations en âge de travailler. Outre de modifier très sensiblement la composition de la population active, leurs effets socio-économiques sont remarquables tant en termes de qualification, de taux d’emploi et de taux de chômage des populations concernées. Ce constat ouvre un nouveau champ d’analyse visant à mieux comprendre les sélections qu’opèrent les dynamiques migratoires décrites, les concurrences nouvelles qu’elles instaurent sur le marché de l’emploi entre « natifs » et « immigrants » et les stratégies sur lesquelles elles reposent. Il conviendrait, dans ce contexte, de s’interroger sur les conséquences éventuelles sur le développement économique de ces départements de l’installation durable en Métropole des jeunes les plus qualifiés, notamment aux Antilles qui, à court terme, verront, avec le vieillissement s’accentuer le poids des plus âgés. À l’horizon 2030-2040, la part des 60 ans et plus y est estimée à plus de 36 %.

Haut de page

Bibliographie

BRETON D. (2005), Fécondité et naissances précoces dans un département d’outremer : le cas de l’île de la Réunion", Travaux et Documents de l’INED, Cahier n° 156.

BRETON D., CONDON S., MARIE C.-V., TEMPORAL F. (2009), Les départements d’Outre-Mer face aux défis du vieillissement démographique et des migrations, Population et sociétés, n° 460, (octobre), 4 p.

BRETON D., TEMPORAL F. (2010), « Des enfants de plus en plus tard ? Territoires de résistances en outremer », Retournements et résistance de la fécondité dans les pays du Sud - Chaire Quételet 2010, Louvain-la-Neuve, 24-26 novembre 2010, 20 p.

CATTEAU C., BAZÉLY P. (2004), L’évolution récente de la mortalité à la Réunion en regard des tendances en Antilles-Guyane et en Métropole, Espace Populations Sociétés [En ligne], 2004/2

CHARBIT Y., LERIDON H. (1980), Transition démographique et modernisation en Guadeloupe et en Martinique, Travaux et Documents, Cahier n° 89

CONTANT F. (1987), La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 3, n° 3, pp. 9-30.

DOMENACH H., PICOUET M. (1992), La dimension migratoire des Antilles, Paris, Economica

FESTY P., HAMON C. (1983), Croissance et révolution démographique à La Réunion, Travaux et Documents, Cahier n° 100.

MARIE C.-V., RALLU J.-L. (2004), Migrations croisées entre Dom et Métropole : l’emploi comme moteur de la migration, Espace Populations Sociétés [En ligne], n° 2.

TEMPORAL F. (2010), « Migrations et fécondité dans les Dom : tendances passées et perspectives », in Fécondité : représentation, causalité, prospectives. Actes du XVème colloque national de démographie, Strasbourg 2010. (à paraître 2011).

Haut de page

Notes

1 Dans les DOM et en Métropole.

2 « Migrations, familles et vieillissement » (MFV) est une enquête Ined-Insee (2009-2010) conduite auprès de la population âgée de 18 à 79 ans de chacun des quatre départements.

3 Enquête Ined-Insee (2009)

4 Projections de population à l’horizon 2040, Insee Antilles-Guyane.

5 Comme en métropole, l'ICF a atteint son niveau le plus bas au milieu des années quatre-vingt dix, avant d'augmenter jusqu'aux années les plus récentes

6 Natives de Guyane.

7 Cette politique de « rattrapage » mise en place à la départementalisation visait à engager les DOM dans la voie du modèle de développement métropolitain, en matière d’éducation, de santé et d’administrations notamment.

8 Le taux du complément de rémunération applicable aux fonctionnaires de l’État atteint 53 % à La Réunion et 40 % dans les trois autres DOM d’après le rapport parlementaire du député Brard de mars 2007.

9 Le solde net très légèrement positif (0,1 %) contribue pour à peine 7 % à la croissance démographique totale, contre 15 % dans la période antérieure (1990-1999).

10 Les fichiers détails du recensement comprenant les données individuelles mis à disposition par l’Insee, n’étaient pas disponibles pour l’année 2008 au moment de l’écriture de cet article.

11 Différence entre les départs et les arrivées.

12 Ce solde est composé d’une majorité de femmes (59 %) et de jeunes adultes (63 %).

13 En métropole pour la plupart.

14 Les personnes nées à l’étranger résidant en Guadeloupe sont majoritairement de nationalité étrangère en provenance des îles de la Caraïbe. Les individus nés à Haïti sont majoritaires, ils sont arrivés principalement dans les années soixante-dix/quatre-vingt au moment des troubles politiques de ce pays. Le second groupe est composé d’individus nés à La Dominique arrivés à la même période, au moment de l’indépendance de ce pays en 1978.

15 L’immigration brésilienne, la plus ancienne, s’est développée dès les années 60. Les flux en provenance du Surinam ont eux fortement augmenté durant la guerre civile dans ce pays (1982-1992), alors que l’immigration haïtienne entamée dans les années 80 avec les premiers troubles politiques s’est accrue dans les années 90 avec les regroupements familiaux. Ces dernières années (1999-2006), on enregistre une nouvelle accélération de l’immigration brésilienne : en moyenne, leur nombre a augmenté d’un peu plus de 20 % par an.

16 « Migrations, familles et vieillissement » (MFV) est une enquête Ined-Insee (2009-2010).

17 La très grande majorité d’entre eux ont migré en Métropole : de 94 % à La Réunion à 80 % en Martinique.

18 L’effet du service militaire comme motif de migration important pour les hommes, explique en partie cette différence. Ce point sera approfondi dans les travaux ultérieurs.

19 Selon le critère du lieu de naissance.

20 Une contribution qui distingue l’immigration des natifs des DOM de celle de la majorité des étrangers.

21 Enquête Ined-Insee (2009) permettant d’évaluer la durée d’installation des natifs des DOM âgés de 18 à 59 ans résidant en Métropole.

22 Ce calcul ne tient pas compte des natifs des DOM résidant dans un pays étranger ou dans un TOM.

23 Rassemblant les natifs en âge de travailler (15-64 ans) qu’ils vivent dans leur département ou résident en métropole.

24 Individus n’ayant aucun diplôme, le certificat d’études primaires ou le brevet des collèges (BEPC).

25 Chez les jeunes de 25-29 ans, ce ratio atteint 50 % pour la Guadeloupe, 45 % pour la Martinique, 40 % pour la Guyane et 28 % pour La Réunion.

26 Dans la tranche d’âge plus jeune des 20-24 ans, la mieux représentée en Métropole, la part des natifs diplômés du supérieur atteint 56 % pour les Martiniquais, les Guadeloupéens et les Guyanais et 36 % pour les Réunionnais.

27 L’enquête MFV nous en fournit une appréciation indirecte à travers le lieu de résidence antérieur des « migrants de retours » : ils sont entre 4 % et 7 % à avoir séjourné durablement à l’étranger.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. La population des DOM et son évolution depuis 1946
Légende * Saint-Martin et Saint-Barthélemy ne sont plus associés à la Guadeloupe aux recensements 1999 et 2008.
Crédits Source : Insee, Recensements de la population et enquêtes annuelles de recensement.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 2. Taux de fécondité par groupes d’âge dans les DOM en 2006
Crédits Source : INSEE, état civil et recensement de la population 2006.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphiques 3. L’accroissement naturel dans les DOM de 1950 à 20072.
Crédits Source : INSEE, État civil – estimation de population au 31/12 - (Bilans démographiques).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Graphique 4. Part du solde migratoire dans l'accroissement annuel total (en %)Le solde migratoire : nettement déficitaire pour les natifs et excédentaire pour les immigrants
Légende 1: 1975 pour la France métropolitaine
Crédits Source : Insee, RP1974 à 1990 (dénombrements), RP1999 et RP 2008 (exploitation principale) État civil.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphiques 5. Soldes migratoires selon le groupe d'âge et le lieu de naissance (Période 1999 -2006 -Ensemble DOM)
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1999 à 2006, calculs des auteurs.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 6. Pyramide des âges de l’ensemble des DOM au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population 206, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Graphique 7. Pyramide des âges de la Guyane au 1er janvier 2006, selon le lieu de naissance
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population 2006, calculs des auteurs.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 7. Populations des Dom recensées en métropole
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population, France métropolitaine.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Graphique 8. Pyramide des âges des natifs des DOM résidant en métropole au recensement 2006
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population, France métropolitaine.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 9. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (DOM plus Métropole) en pourcentage
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population 2007.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 10. Natifs des DOM résidant en métropole sur l’ensemble des natifs (Dom + Métropole), selon le niveau de diplôme et le groupe d’âge en pourcentage
Crédits Source : INSEE, Recensement de la population 2007.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude-Valentin Marie et Franck Temporal, « Les DOM : terres de migrations », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 475-491.

Référence électronique

Claude-Valentin Marie et Franck Temporal, « Les DOM : terres de migrations », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4652 ; DOI : 10.4000/eps.4652

Haut de page

Auteurs

Claude-Valentin Marie

Conseiller pour l'Outre-mer à la direction de l'INED
Ancien Vice-président de la halde
133, boulevard Davout
75020 Paris
Claude-Valentin.Marie@ined.fr

Articles du même auteur

Franck Temporal

Post-doctorant
INED
133, boulevard Davout
75020 Paris
Franck.Temporal@ined.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals