Navigation – Plan du site
Articles

L’évolution sociodémographique des villes moyennes de 1968 à 2006

Socio-Demographic Evolution of French Medium-Sized Towns between 1968 and 2006
Jean-François Léger
p. 557-576

Résumés

À la fin des années 60, la structure par âge et la composition socioprofessionnelle des villes moyennes françaises étaient comparables à celles des villes de plus de 100 000 habitants. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Entre 1968 et 2006, le vieillissement de la population des villes moyennes a été plus important que celui de la population nationale. Dans le même temps, la proportion de cadres et professions intermédiaires résidant dans ces villes a moins augmenté qu’à l’échelle nationale. En 2006, la composition sociodémographique des villes moyennes est proche de celle des villes de moins de 50 000 habitants.
La moitié des villes moyennes a connu une évolution de ce type. D’autres s’en écartent donc, de manière plus ou moins nette. On peut ainsi déterminer 6 groupes. Le type d’activité économique sur lequel elles reposaient à la fin des années 60 et leur situation géographique (localisation par rapport aux grands axes routiers, aux métropoles, au littoral, etc.) sont parmi les principaux facteurs de cette diversité des évolutions.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis la fin des Trente Glorieuses, l’augmentation de la population urbaine en métropole a été dominée par le phénomène de métropolisation à un point tel, d’ailleurs, que « dans pratiquement toutes les disciplines qui s’occupent de l’urbain (…), toute la littérature ou presque était dominée par les références purement métropolitaines » [Racine, 1999]. Outre la densification de la population dans les très grandes villes, ce mouvement s’est accompagné d’une double spécialisation. La première est la concentration considérable de jeunes âgés de 18-24 ans dans un nombre limité d’aires urbaines, « qui s’explique par des migrations d’études en provenance du reste de la région d’influence de ces pôles » [Aubry, Bergouignan, Cauchi-Duval, Parant, 2005]. Ainsi, en 2006, celles de « Paris, Lyon, Marseille-Aix, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Nice, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Rouen et Nancy concentrent la moitié des jeunes de 18 à 24 ans, mais seulement un tiers de la population totale » [Brutel, 2010]. La seconde est la concentration croissante des cadres des fonctions métropolitaines (cadres, professions intellectuelles et chefs d’entreprise) à Paris et dans les treize aires urbaines de plus de 200 000 emplois : en 2006, 68 % des 2,3 millions d’emplois de cadres des fonctions métropolitaines au niveau national sont situés dans ces villes, dont la moitié à Paris [Van Puymbroeck, Reynard, 2010]. C. Bergouignan (2010) explique qu’en raison « de la concentration des équipements universitaires, cette attractivité des grandes aires urbaines de province vis-à-vis des jeunes et très jeunes adultes sélectionne les plus diplômés d’entre eux. De ce fait, on observe une surreprésentation des cadres dans les grandes aires urbaines ». La conjugaison de ces deux caractéristiques (concentration, d’une part, de jeunes âgés de 18-24 ans - principalement des étudiants - et, d’autre part, des cadres des fonctions métropolitaines) est un bon indicateur de l’insertion des villes dans l’économie de la connaissance et de leur rayonnement décisionnel.

  • 1 Il s’agit ici des agglomérations comptant au moins 50 000 habitants.

2Mécaniquement, cette surreprésentation des jeunes adultes et des cadres des fonctions métropolitaines dans les plus grandes villes et la densification démographique de ces dernières doivent se faire au détriment des autres espaces, qu’ils soient urbains ou ruraux. Mais dans quelle mesure ? Et qu’en est-il en particulier des villes moyennes qui, « pendant les Trente Glorieuses et durant toute la période de modernisation et d’urbanisation du pays (…) ont assumé trois fonctions principales : absorption de l’exode rural, développement industriel, modernisation sociale et économique » [DIACT, 2007] ? Au cours de cette période (en particulier les années 1954-1968) « qui correspond à un processus de tertiarisation de l’emploi, (…) les profils sociaux des agglomérations1 se sont dans l’ensemble homogénéisés du fait d’une uniformisation de l’importance relative dans les villes des catégories de salariés » [Pumain, Saint-Julien, 1978].

3À un processus global de convergence sociodémographique des villes de plus de 50 000 habitants a donc succédé une période qui se concrétise aujourd’hui par une relégation des villes moyennes dans l’ombre des métropoles régionales et de Paris. Nous allons revenir, dans une première partie, sur les évolutions des principales caractéristiques sociodémographiques (composition par âge, structure socioprofessionnelle) de la population des différents types de villes entre 1968 et 2006. Nous verrons notamment que le profil de la population des villes moyennes s’est écarté de celui des populations des villes de plus de 100 000 habitants, tandis qu’il s’est rapproché des villes plus petites.

4Puis, dans une deuxième partie, nous nous attacherons aux évolutions sociodémographiques de la population de chacune des villes moyennes. Ces dernières ont-elles évolué au même rythme ? Accueillent-elles aujourd’hui des populations proches les unes des autres, tant sur le plan de leur composition par âge que sur celui de leur structure socioprofessionnelle ? Ou bien au contraire forment-elles du point de vue démographique un ensemble particulièrement hétérogène ? L’analyse de leur évolution depuis 1968 et de leurs caractéristiques actuelles permet de définir plusieurs types de villes moyennes bien discriminés, qui sont présentés en conclusion de cet article.

2. La ville moyenne : une unité urbaine comptant de 50 à 100 000 habitants

  • 2 La base de données pop-act-2554-csp-cd.xls présente au niveau communal pour les recensements de 196 (...)
  • 3 La base de données ÂgeQuinquennal68-06.xls présente la structure de la population totale selon le s (...)

5La période considérée (1968-2006), outre sa pertinence du point de vue des évolutions urbaines observées au cours de ces quarante années, est suffisamment longue pour mettre en évidence les dynamiques démographiques d’ensemble. Mais l’analyse de données sociodémographiques sur une telle durée se heurte parfois à un problème de permanence des définitions des catégories statistiques utilisées. Il est souvent difficile de bénéficier de séries cohérentes sur une telle période. L’INSEE a précisément harmonisé la définition de certaines des variables utilisées dans les recensements de 1968 à 2006, qui sont réunies dans des fichiers thématiques couvrant toute cette période. C’est en particulier le cas de la profession et de la catégorie sociale (PCS)2 et de l’âge3 (maintenant défini en années révolues).

2.1. L’unité urbaine comme définition des contours de la ville

6Dans le cas présent, sur le plan méthodologique, la plus grande difficulté concerne la notion même de ville moyenne. Par exemple, la Fédération des Maires des Villes moyennes (FMVM) regroupe les maires des villes centres dont la population est comprise entre 20 000 et 100 000 habitants (et même moins de 20 000 habitants si elles sont sièges d’une préfecture), tandis que dans un document réalisé par la DIACT sur la base de travaux menés par P. de Roo avec la FMVM (2007), les villes moyennes correspondent aux aires urbaines de 30 000 à 200 000 habitants ! Comme le rappelle cet exemple, la notion de ville moyenne est donc particulièrement floue. Elle l’est même doublement :
Qu’entend-on par ville aujourd’hui? la commune, l’unité urbaine, l’aire urbaine?
À quelle condition peut-on dire qu’une ville est moyenne?

  • 4 Pour chaque ville, ce choix met donc délibérément l’accent sur les variations démographiques au sei (...)

7Il n’est pas simple de définir ce qu’est la ville. Ainsi A. Cambier (2005) estime que « la ville se présente d’abord comme un ensemble de constructions où logent ses habitants » avant de préciser qu’il « semble difficile de définir la ville à partir de sa stricte réalité matérielle ». La ville est en effet, comme le note J.-M. Besse (2005), « à la fois une cité et un espace construit, une organisation politique et un espace organisé, une idée et une réalité spatiale ». C’est aussi une histoire, des représentations qui y sont associées et, dans certains cas, une identité qui peut être très forte. Y. Fijalkow (2007) pense finalement que l’indicateur le plus commode pour décrire une ville est sa population, mais sans manquer de souligner que « le critère de la population urbaine agglomérée est très variable selon les pays : il y a ville lorsqu’une agglomération dépasse 250 habitants au Danemark, 2 000 en France, 11 000 en Égypte, 30 000 au Japon. » Finalement, c’est dans son opposition au village qu’il est peut être le plus facile d’identifier la ville. Mais cette distinction s’inscrit dans celle, plus générale, qui oppose l’urbain au rural. Quelle est alors la part de l’urbain que l’on peut considérer comme ville ? Est-ce la commune, l’agglomération (ou unité urbaine) ou encore l’aire urbaine ? Nous avons privilégié la continuité du bâti (au moins 200 mètres entre deux habitations) et une taille minimale de 2000 personnes comme critères de distinction entre la ville et la campagne, soit ceux retenus par l’INSEE : nous avons donc adopté la « continuité morphologique » [Dumont, 2010] pour définir la ville, à savoir l’unité urbaine. C’est aussi la définition adoptée, par exemple, par D. Pumain et T. Saint-Julien pour leur Atlas des villes de France (1989). Enfin, nous avons adopté un périmètre géographique constant, celui correspondant aux unités urbaines définies par l’INSEE en 19994.

2.2. Un effectif compris (le plus souvent) entre 50 000 et 100 000 habitants

8Reste à déterminer l’effectif de la population correspondant à une ville moyenne. Il est communément admis qu’au-delà de 100 000 habitants, on a affaire à une grande ville [Brunet, 1997]. Nous sommes partis de ce constat et avons agrégé les villes dont l’effectif se trouvent dans un rapport maximal de 1 à 2 afin, d’une part, de réduire l’hétérogénéité de la taille des villes et, d’autre part, de pouvoir tout de même disposer d’un ensemble de villes assez important sans l’être trop, ce qui permet de proposer une analyse des variations au sein de cet ensemble s’appuyant sur des graphiques et des cartes « lisibles ». De ce fait, par villes moyennes, nous avons retenu les unités urbaines comptant de 50 000 à 100 000 habitants.

9Fixer une limite basse à 50 000 et un seuil maximal de 100 000 est arbitraire, certaines villes se trouvant très proches de ces valeurs extrêmes (c’est par exemple le cas de Calais qui comptait environ 103 000 habitants en 2006, ou de Saint-Malo qui en compte près de 49 000 depuis 1990). Toutefois, la prise en compte ou non de ces villes proches des bornes de l’intervalle considéré est sans incidence sur les résultats que nous présentons.

10Enfin, sur une période de près de 40 ans, quel ensemble de villes considérer ? Les villes de 50 000 à 100 000 habitants en 2006 ? Celles qui appartenaient à cette tranche en 1968 ? Celles qui, tout au long de la période 1968-2006, ont compté de 50 000 à 100 000 habitants ? Ou bien encore celles qui, à au moins un recensement, ont appartenu à cette catégorie ?

11Entre 1968 et 2006, 74 villes ont au moins une fois appartenu à cette catégorie. Parmi elles :

  • 8 comptent en 2006 plus de 100 000 habitants. Certaines ont atteint ce seuil dès 1975 (Calais, Angoulême, La Rochelle, Valence, Poitiers et Annecy). Chambéry l’a fait en 1990 et Creil en 2006 seulement. Seule cette dernière ville, qui ne comptait encore que 101 100 habitants en 2006, a été conservée dans le champ de cette étude;

  • À l’opposé, 4 comptent moins de 50 000 habitants au recensement de 2006. Longwy (40 250 habitants en 2006) qui est passé sous le seuil des 50 000 en 1982; Montceau-les-Mines (41 800 en 2006) qui est passé sous les 50 000 habitants en 1990. Bien que l’effectif de la population de ces deux villes soit nettement inférieur à 50 000 habitants, nous les avons conservées dans le champ de l’étude en raison de leur présence dans ce groupe de villes jusque dans les années 80. De plus, elles témoignent aussi des difficultés démographiques rencontrées par les villes moyennes qui ont eu à se reconvertir sur le plan économique après la disparition de leur activité principale (respectivement la sidérurgie et l’extraction de charbon). Deux autres villes ont atteint les 50 000 habitants entre 1968 et 2006 sans conserver ce « statut » de villes moyennes: Cambrai (46 600 habitants en 2006, mais plus de 50 000 habitants en 1975 et 1982) et Saint-Malo (49 700 habitants en 2006, un peu plus de 50 000 habitants en 1999). Elles ont également été conservées dans le champ de l’étude compte tenu de la stabilité de l’effectif de leur population à un niveau très proche du seuil des 50 000 habitants.

  • 6 ont atteint ce seuil récemment (en 1999 pour Salon-de-Provence, Haguenau et Arcachon) voire très récemment (en 2006 pour La Roche-sur-Yon, Narbonne et Lannion). Ces villes moyennes émergeantes sont en quelque sorte symétriques à celles qui ont perdu ce « statut ». Elles ont donc été intégrées à cette étude.

  • Les 54 autres villes moyennes considérées dans le champ de cette étude comptent de 50 000 à 100 000 habitants depuis au moins 1990, et 35 n’ont jamais cessé d’appartenir à cette catégorie entre 1968 et 2006.

  • 5 La liste des villes retenues dans le champ de cette étude conserve, pour quelques unités seulement, (...)

12Finalement, toutes les villes comptant en 2006 de 50 000 à 100 000 habitants figurent dans le champ de cette étude, plus quelques villes qui ont fait partie de cette tranche au cours de la période 1968-2006. Cet ensemble de 67 villes est assez important pour mener une étude des corrélations éventuelles entre variations de la population, de la structure par âge et de la composition socio-professionnelle des villes moyennes5.

3. le « recul » socio-démographique des villes moyennes

13La population résidant en France métropolitaine a gagné plus de 15 millions d’habitants entre 1968 et 2007 (de 46,4 millions à 61,8 millions). Cette croissance a bénéficié à chaque ensemble de villes dans des proportions semblables. De ce fait, la répartition des Français résidant en métropole selon la taille des villes est stable dans le temps. En 1968, les villes moyennes accueillaient 6,3 % de la population métropolitaine. Cette proportion est de 6,6 % en 2006. Du point de vue quantitatif, il n’y a donc pas de déclin. En 1968, 3,107 millions de personnes résidaient dans une ville comptant de 50 000 à 100 000 habitants ; elles sont 4, 058 millions en 2006, soit un gain de près d’un million de personnes. Mais cette population se répartit en un plus grand nombre de villes : il y en avait 45 en 1968 tandis qu’on en compte 60 en 2006. Sur les 45 villes moyennes dénombrées en 1968, 35 le sont encore en 2006. Parmi les 10 autres, 8 dépassent les 100 000 habitants et 2 comptent dorénavant moins de 50 000 habitants. 25 villes sont donc devenues moyennes au cours de la période 1968-2006. Mais s’il y a en 2006 plus de villes moyennes qu’en 1968, elles comptent en moyenne un peu moins d’habitants : 69 050 en 1968 contre 67 600 en 2006.

3.1. Évolution de la composition par âge depuis 1968

14Du point de vue de leur composition démographique, les différents groupes de villes ont connu des variations inégales, qui contribuent à en distinguer certains par rapport à d’autres. Entre 1968 et aujourd’hui, l’évolution de la population française a été caractérisée par un processus de vieillissement consécutif, d’une part, à la baisse de la fécondité qui entraîne un moindre renouvellement de la base de la pyramide des âges et, d’autre part, à un recul de l’espérance de vie, qui ralentit au contraire le renouvellement de la pyramide à son sommet. De pyramidale, la forme de la structure par âge et par sexe tend donc à se « rectangulariser ». Ce processus caractérise l’évolution de la pyramide des âges de la population des villes moyennes (figure 1).

Figure1. Évolution entre 1968 et 2006 de la pyramide des âges de la population des villes de 50 à 100 000 habitants

Figure1. Évolution entre 1968 et 2006 de la pyramide des âges de la population des villes de 50 à 100 000 habitants

Source : INSEE, Recensements de population.

15En 1968, la base de la pyramide des âges de la population des villes moyennes est bien plus large que son sommet. À mesure que l’on « monte » dans la pyramide, le nombre de personnes diminue. Ainsi, l’effectif de jeunes âgés de moins de 20 ans était à la fin des années soixante 1,3 fois plus important que celui des 20-39 ans, 1,6 fois plus élevé que celui des 40-59 ans, 2,5 fois plus grand que celui des 60-79 ans ; enfin, on comptait 17,5 fois plus de 0-19 ans que de personnes âgées de 80 ans et plus. Près de quarante ans plus tard, la situation est bien différente : les 20-39 ans sont maintenant aussi nombreux que les 0-19 ans. Les 40-59 ans sont légèrement plus nombreux que ces derniers (110 personnes âgées de 40-59 ans pour 100 jeunes de moins de 20 ans). Les écarts se sont aussi résorbés entre les plus vieux et les plus jeunes. On ne compte ainsi en 2006 que 1,4 fois plus de personnes âgées de 0-19 ans que de 60-79 ans, et l’effectif des jeunes de moins de 20 ans n’est plus « que » 4,6 fois plus élevé que celui des personnes âgées de 80 ans ou plus.

  • 6 C. Bergouignan (2009) souligne bien l’effet important des migrations sur la composition par âge des (...)

16Tous les types de villes n’ont pas suivi ce schéma, en raison de dynamiques migratoires très différentes6. En 1968, par rapport à la structure par âge de la population française, les villes de moins de 20 000 habitants présentaient une sous-représentation des 20-49 ans et une surreprésentation de toutes les catégories d’âges au-delà de 55 ans. Les caractéristiques inverses étaient observées dans les villes de plus de 20 000 habitants. Globalement, la concentration de personnes âgées de 20-49 ans augmentait avec la taille de la ville de résidence (et vice-versa pour les plus de 50 ans). Les villes moyennes accueillaient alors une population plus jeune, en moyenne, que la moyenne nationale (figure 2). Ce n’est plus le cas près de 40 années plus tard (figure 3).

Figures 2 et 3. Part respective des 20-49 ans et des 50 ans ou plus dans la population des différents types de villes aux recensements de 1968 et 2006

Figures 2 et 3. Part respective des 20-49 ans et des 50 ans ou plus dans la population des différents types de villes aux recensements de 1968 et 2006

Source : INSEE, Recensements de population.

17En 2006, seules les villes de plus de 200 000 habitants ont une proportion de personnes âgées de plus de 50 ans nettement inférieure à la moyenne nationale. C’était le cas de toutes les villes de plus de 20 000 habitants en 1968. Ce sont aussi les seules, avec les villes de 100 000 habitants, à présenter des proportions d’adultes âgés de 20-49 ans supérieures à la moyenne nationale. Depuis quarante ans, les évolutions démographiques, et en particulier les mouvements migratoires, ont contribué à accroître la spécialisation démographique des différents types de villes. Les migrations, fortement sélectives du point de vue de l’âge [Bergouignan, 2009], ont contribué à renouveler de manière permanente la population des plus grandes villes françaises en attirant les jeunes adultes (qui contribuent le plus à la natalité), tandis qu’elles ont accentué les effets de la baisse de la fécondité et du recul de l’âge moyen au décès dans toutes les autres (à l’exception des communes rurales). C’est précisément le cas des villes moyennes dont la population a davantage « vieilli » que l’ensemble de la population française. La confrontation des figures 2 et 3 résume bien ce mouvement de vieillissement différentiel des populations selon la taille des villes, qui tend, d’une part à une uniformisation des caractéristiques d’âge des populations des villes de moins de 100 000 habitants et, d’autre part, à une singularisation croissante des populations des villes plus grandes. Sur ce plan, les villes moyennes ont été « rattrapées » par les villes plus petites et « distancées » par les plus grandes.

3.2. Évolution de la stratification socioprofessionnelle

18En 1968, on comptait dans l’ensemble des villes moyennes près de deux tiers d’employés ou d’ouvriers parmi les actifs âgés de 25-54 ans et près d’un quart de cadres ou de professions intermédiaires. Dans ce type de villes, on dénombrait alors en proportion plus de cadres et de professions intermédiaires qu’en France (23 % contre 20 %) mais aussi plus d’ouvriers et d’employés (64 % contre 58 %). Conformément à ce qui a été observé à l’échelle nationale, la proportion de cadres et de professions intermédiaires dans les villes de cette taille a augmenté entre 1968 et 2006, tandis que celles des employés et des ouvriers ont diminué : en 2006, plus du tiers (37 %) des actifs âgés de 25-54 ans est cadre ou a une profession intermédiaire, tandis qu’on dénombre 58 % d’ouvriers ou d’employés. Cette évolution est quasiment linéaire depuis 1975. Mais en 2006, si la proportion d’ouvriers et d’employés est toujours supérieure à celle de la France (53 %), celle des cadres et professions intermédiaires est dorénavant inférieure à la moyenne nationale (39 %).

19Sur le plan de la composition socioprofessionnelle, les villes de 50 000 à 100 000 habitants ont donc « reculé » par rapport à celles de plus grande taille. En 1968, les caractéristiques socioprofessionnelles de leur population active étaient les mêmes que celles, d’une part, des villes de 100 000 à 2 millions d’habitants et, d’autre part, des villes de 20 000 à 50 000 habitants (figure 4). L’unité urbaine de Paris se distinguait déjà par sa part plus importante de cadres et de professions intermédiaires (30 %) mais pas par celle d’employés et d’ouvriers qui était quasiment la même que celle des villes de plus de 10 000 habitants. Quarante ans plus tard (figure 5), la composition socioprofessionnelle de la population active des villes moyennes est bien différente de celle des villes de plus de 100 000 habitants. Un double mouvement d’hétérogénéisation et d’homogénéisation sociale est observé à l’échelle du territoire :

  • les populations actives âgées de 25-54 ans des villes de 5000 à 100 000 habitants forment dorénavant un ensemble particulièrement homogène;

  • les populations des villes de plus de 100 000 habitants se distinguent nettement par leur proportion plus forte de cadres et de professions intermédiaires et par le poids moins élevé d’employés et d’ouvriers. Cet ensemble, distinct du précédent, est lui-même particulièrement « éclaté ». Plus le nombre d’habitants est important, plus la part de cadres et de professions intermédiaires est élevée.

Figures 4 et 5. Composition socio-professionnelle de la population active âgée de 25-54 ans, selon la taille des villes aux recensements de 1968 et 2006

Figures 4 et 5. Composition socio-professionnelle de la population active âgée de 25-54 ans, selon la taille des villes aux recensements de 1968 et 2006

Source : INSEE, Recensements de population.

20En quarante ans, les villes se sont donc hiérarchisées sur le plan socioprofessionnel. Les villes moyennes accueillent une population active dorénavant sensiblement différente de celle qui réside dans les villes de plus de 100 000 habitants. Elles ressemblent maintenant plus, sur un plan « qualitatif », aux villes de plus petite taille. Cette évolution fait écho à la concentration des emplois de cadres à Paris et dans les principales métropoles régionales, qui s’est faite au détriment de tous les autres pôles urbains [Van Puymbroeck, Reynard, 2010]. Tout autant si ce n’est plus que leur taille, les villes « moyennes » le sont donc surtout maintenant par leur composition socioprofessionnelle.

21L’évolution de la proportion, d’une part, de cadres et de professions intermédiaires et, d’autres part, d’ouvriers et employés au sein de la population résidant dans les villes moyennes fait écho à la variation de la structure des emplois proposés dans ces villes. Mais les structures de la population active et des emplois localisés dans ces villes ont varié à des rythmes différents ces dernières années (figure 6). Jusqu’au début des années quatre-vingt, la composition socioprofessionnelle des actifs âgés de 25-54 ans était quasiment la même que celle des emplois localisés dans ces villes. Mais entre 1982 et 1990, ces deux structures se sont écartées l’une de l’autre : en particulier, ces villes ont accueilli en proportion plus d’emplois de cadres et professions intermédiaires que de résidents actifs appartenant à ces catégories. Ce mouvement différencié s’est maintenu tout au long des années quatre-vingt-dix et au cours des premières années de la dernière décade. En 2006, les proportions d’actifs âgés de 25-54 ans appartenant soit au groupe des cadres et des professions intermédiaires soit à celui des ouvriers et employés sont égales à celles des emplois de ces catégories localisés dans ces villes lors du recensement précédent. On peut donc entrevoir ici un mouvement de mobilité résidentielle d’une partie des cadres et professions intermédiaires vers la périphérie de ces villes, en milieu périurbain voire même rural, compte tenu des distances réduites entre ces différents types d’espace et de la facilité relative des déplacements quotidiens par rapport aux villes de plus grande taille. Ce constat atténue (sans le remettre en cause toutefois) le recul des villes moyennes par rapport à celles de plus de 100 000 habitants dans le domaine de l’économie de la connaissance et sur le plan de leur rayonnement décisionnel même si elles conservent, au niveau local, leur rayonnement.

Figure 6. Catégories socioprofessionnelles des emplois localisés et des actifs âgés de 25-54 ans qui résident dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants aux recensements de 1968 à 2006

Figure 6. Catégories socioprofessionnelles des emplois localisés et des actifs âgés de 25-54 ans qui résident dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants aux recensements de 1968 à 2006

Source : INSEE, Recensements de population.

4. Diversité et constantes socio-démographiques des villes moyennes

22Un grand nombre de villes moyennes a globalement suivi ce schéma d’évolution. Mais certaines villes s’en sont plus ou moins écartées, parvenant à se singulariser, soit du point de vue de leur croissance démographique, soit sur le plan de la composition par âge, soit encore sur celui de leur stratification socioprofessionnelle.

4.1. Des variations démographiques très contrastées

23Un nombre limité de villes a perdu des habitants entre 1968 et 2006. Sur les 67 villes étudiées, 13 seulement sont dans ce cas. La plupart se trouvent dans le Nord (Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Maubeuge) et le Nord-Est de la France (Charleville-Mézières, Forbach), le long de la frontière avec la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne. C’est aussi le cas de Longwy qui a perdu le quart de sa population en 40 ans et de Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire, qui, comme les villes du Nord et du Nord-Est de la France, a dû affronter la reconversion de son tissu économique dans les années 70. On peut également citer des villes moyennes situées dans le centre de la France, à l’écart des grands axes de circulation, comme Montluçon, Roanne, Vichy ou Nevers. La localisation des villes à croissance démographique négative, nulle ou très faiblement positive, contraste avec celles des villes qui ont nettement gagné des habitants au cours des 40 dernières années (carte 1). On peut notamment distinguer:

  • les villes situées dans ou à proximité de l’aire métropolitaine de Paris (Meaux, dont la population a été multipliée par 1,8 entre 1968 et 2006; Compiègne, Creil, Elbeuf, Évreux, Chartres);

  • les villes situées à l’ouest de Paris dans un triangle dont les sommets passent par la pointe du Finistère, le bassin d’Arcachon et Paris. Au sein de ce territoire, les villes de Lannion, Vannes, Arcachon ont connu des croissances fortes (de 46% à 57% en quarante ans). Mais la population de toutes les autres villes de cet ensemble géographique a également augmenté de manière significative;

  • les villes situées le long d’une bande reliant Arcachon à Sète, et qui englobe Agen, Albi ou encore Narbonne, ont également connu une dynamique démographique largement positive. Toutefois, au sud de la France, c’est à l’est que les variations démographiques ont été les plus élevées. À Fréjus par exemple, le nombre d’habitants a doublé en quarante ans;

  • enfin, dans l’Est de la France, les villes moyennes situées dans l’aire urbaine de Genève (Cluses, Thonon-les-Bains) et Haguenau, en Alsace, qui profite également de sa situation frontalière, sont celles dont les taux de croissance ont été les plus élevés. Enfin, Villefranche-sur-Saône, située sur l’A6, à proximité de Lyon, semble également avoir bénéficié sur le plan démographique de sa situation géographique: sa population a augmenté de 60% en 40 ans. En tout cas, son développement contraste avec celui des villes moyennes pourtant voisines, mais décentrées par rapport aux principaux axes routiers, de Bourg-en-Bresse (+ 26%) ou Roanne (- 7%).

24La réduction de la fécondité et l’allongement de l’espérance de vie étant des processus partagés sur l’ensemble du territoire, ces variations démographiques inégales sont la conséquence des échanges interurbains qui sont, comme le notaient déjà B. Baccaïni et D. Pumain en 1998, « fortement profitables aux villes méditerranéennes, à celles du Sud-Est et à quelques villes de la périphérie parisienne. » Nous pouvons donc rajouter à ce constat déjà ancien mais toujours d’actualité les villes moyennes de l’Ouest et certaines villes de l’Est qui profitent de leur proximité avec de plus grandes aires urbaines.

Carte 1. Variation de la population des villes moyennes entre 1968 et 2006

Carte 1. Variation de la population des villes moyennes entre 1968 et 2006

Note de lecture : les valeurs correspondent au rapport entre la population recensée en 2006 et celle recensée en 1968.
N indique le nombre de villes appartenant à chaque catégorie.
M mentionne la valeur moyenne au sein de chaque intervalle de variation relative. Par exemple, la première catégorie regroupe les villes qui comptent en 2006 de 1,42 à 2,07 fois plus d’habitants qu’en 1968. Treize villes appartiennent à cette classe. La variation relative moyenne de ces treize villes entre 1968 et 2006 est de 1,61 (soit une croissance de 61 %).

Réalisation : Jean-François Léger avec le logiciel Philcarto.

4.2. Un vieillissement démographique inégal selon les villes

25D’une ville moyenne à l’autre, les caractéristiques d’âge peuvent aussi être très différentes. C’était le cas en 1968, ça l’est (presque) tout autant en 2006. En 1968, la part de personnes âgées de moins de 20 ans variait de 25 % (Menton) à 43 % (Forbach), soit une étendue de 18 %. En 2006, cet écart entre les valeurs maximale et minimale n’est plus que de 10 % (de 20 % à Vichy à 30 % à Meaux). En revanche, pour les deux autres grands groupes d’âges utilisés ici, l’écart entre les valeurs haute et basse est resté quasiment constant. La proportion d’adultes âgés de 20-49 ans allait de 35 % (Bergerac) à 44 % (Cluses) en 1968, et de 34 % (à nouveau Bergerac) à 44 % (Meaux) en 2006. Enfin, la part de personnes âgées de 50 ans ou plus était comprise entre 18 % (Forbach) et 38 % (Menton) en 1968, et entre 26 % (Meaux) et 46 % (Vichy) en 2006, soit dans les deux cas une étendue de 20 %.

26Dans toutes les villes moyennes, la proportion de jeunes âgés de moins de 20 ans a diminué entre 1968 et 2006, tandis que celle des plus de 50 ans a augmenté. Ces évolutions sont la traduction à l’échelle locale de la baisse généralisée de la fécondité et de l’augmentation là aussi générale de l’espérance de vie. Même si la corrélation n’est pas parfaite (r = 0,68), la baisse de la part des 0-19 ans est liée à l’augmentation de celle des 50 ans ou plus. Les particularités locales s’expriment à travers l’amplitude inégale des variations du poids de ces deux grands groupes d’âges. Ainsi, c’est à Forbach que les transformations ont été les plus spectaculaires en quarante ans (- 19 points de pourcentage de 0-19 ans et + 19 points de pourcentage de 50 ans ou plus). Dans cette ville, le nombre de jeunes de moins de 20 ans a diminué de moitié entre 1968 et 2006 (- 47 %) alors que le nombre de personnes âgées de 50 ans et + doublait (+ 99 %). Le groupe de personnes âgées de 50 ans ou plus a bénéficié du vieillissement des générations nombreuses du baby-boom, tandis que les nombreux départs de jeunes adultes compte tenu des difficultés économiques locales ont accentué la baisse de la fécondité. Tout au sud de la France, à Menton, la part de ces deux tranches d’âges variait au contraire très peu (respectivement - 4 points de pourcentage et + 2 points de pourcentage). L’effectif de la population âgée de 50 ans ou plus en 1968, déjà important, n’a augmenté que de 25 %, alors que dans le même temps le nombre de jeunes âgés de moins de 20 ans demeurait le même.

27Mais ces variations de l’amplitude des différences de structure par âge n’ont pas remis en cause les grandes tendances qui étaient observées à la fin des années soixante. En 1968, la quasi-totalité des 32 villes moyennes (sur les 67 étudiées) comptant moins de 25 % de personnes âgées de 50 ans ou plus se situaient au nord d’une ligne reliant Vannes à Haguenau. Au sud, la population des villes moyennes était donc en moyenne plus âgée, à l’exception de Chalon-sur-Saône, Bourg-en-Bresse, Cluses, La Roche-sur-Yon et Cholet, qui se situent d’ailleurs toutes à peu près sur cette ligne de partage du Nord et du Sud de la France. À l’ouest, la situation était assez hétérogène, certaines abritant une population relativement jeune (Saint-Brieuc, Vannes), tandis que d’autres accueillaient une proportion plus importante de personnes âgées de 50 ans ou plus (Lannion, Saint-Malo). En 2006, un constat comparable peut être dressé. La ligne de partage s’est toutefois sensiblement abaissée. Au nord d’une ligne reliant cette fois La Roche-sur-Yon à Belfort, la plupart des villes comptent moins de 35 % de personnes âgées de 50 ans ou plus. Dans cette partie nord, seules les villes de Lannion, Saint-Brieuc et Saint-Malo se distinguent encore avec des proportions de personnes âgées de 50 ans ou plus supérieures à 41 %. À l’inverse, dans la partie sud, seules les villes de Villefranche-sur-Saône, Cluses, Thonon-les-Bains et Salon-de-Provence comptent moins de 35 % de personnes âgées de 50 ans ou plus (carte 2).

Carte 2. Proportions (en %) de personnes âgées de 50 ans ou plus dans les villes moyennes en 2006

Carte 2. Proportions (en %) de personnes âgées de 50 ans ou plus dans les villes moyennes en 2006

Note de lecture : les valeurs correspondent à la proportion de personnes âgées de 50 ans ou plus en 2006 dans chacune des villes moyennes faisant partie du champ de l’étude.
N mentionne le nombre de villes de chacune des catégories.
M indique la proportion moyenne de personnes âgées de 50 ans ou plus pour les villes de la catégorie concernée

Réalisation : Jean-François Léger avec le logiciel Philcarto.

28Cette ligne de partage recouvre globalement les caractéristiques de la dynamique démographique naturelle du Nord et du Sud de la France. Dans les années soixante, le « croissant fertile » s’étendait du Poitou-Charentes à l’Ouest jusqu’à la Lorraine à l’Est. Certes, c’est dans cette partie de la France que la réduction de la fécondité a été la plus forte au cours des quarante dernières années [Daguet, 2004]. Mais sur la période 1968-2006, c’est là que le renouvellement naturel a été le plus élevé. Et dans cette partie de la métropole, c’est dans le Nord-Pas-de-Calais que la fécondité a été la plus forte depuis 1968 [Daguet, 2004]. Une fécondité importante limite les effets du vieillissement. Ce phénomène a ici été renforcé, dans le contexte national, par le fait que cette zone correspond aussi à celle ou l’espérance de vie est la moins élevée. Les écarts sont d’ailleurs encore très nets [Daguet, 2006]. Les naissances étant en proportion plus nombreuses et les décès plus précoces, le contexte démographique régional de cette partie nord de la France est donc favorable à un vieillissement des populations locales sensiblement plus lent que partout ailleurs en France. Le mécanisme inverse explique qu’au contraire le vieillissement soit un peu plus marqué au sud. Certes, les écarts interrégionaux sont faibles et la tendance est à la convergence de l’intensité des phénomènes démographiques naturels, mais ils sont suffisants pour expliquer une partie des écarts généraux (là encore nuancés mais nets) entre les compositions par âge des villes moyennes du tiers supérieur (ou Nord) de la France et celles des villes situées plus au sud.

29Dans ce contexte général, les écarts par rapport à la tendance régionale globale s’expliquent par des dynamiques migratoires singulières à ce niveau géographique. Dans la moitié sud, Villefranche-sur-Saône, Cluses, Thonon-les-Bains et Salon-de-Provence bénéficient de leur proximité avec de grandes métropoles (Lyon, Genève et Aix-Marseille). Cette localisation leur permet vraisemblablement d’attirer une population active qui opte pour un repli résidentiel dans ces villes dont l’accès depuis la métropole voisine est facile. Cette dynamique migratoire tranche avec celle des villes du littoral qui accueillent une population plus âgée, qui accentue dès lors le poids des 50 ans ou plus. C’est tout particulièrement le cas à Fréjus ou Arcachon. Les autres villes de cette moitié sud, sans être « répulsives », ne sont pas pour autant attractives pour les migrants âgés de plus de 50 ans. Les personnes issues des générations du baby-boom qui y ont exercé leur activité professionnelle vieillissent donc pour un grand nombre sur place cependant que les plus jeunes sont amenés à les quitter, ce qui accentue le poids des plus âgés. C’est le cas par exemple de villes comme Roanne, Vichy ou Montluçon.

30Dans la partie nord, les dynamiques migratoires sont plus diversifiées. Les villes moyennes proches de l’aire d’influence de Paris parviennent à renouveler leur population, d’une part en attirant de jeunes adultes et leurs enfants et, d’autre part, par de nombreux départs au moment de la retraite, ce qui ralentit le processus de vieillissement des populations locales. Dans le Nord-Pas-de-Calais, en Champagne-Ardenne et Lorraine, les soldes migratoires ont globalement été négatifs à tous les âges. De ce fait, ils affectent peu la dynamique démographique naturelle qui, dans ces régions, pour les raisons évoquées ci-dessus, a conduit à limiter l’augmentation de la part des personnes âgées de 50 ans ou plus.

31Enfin, dans l’Ouest, on a globalement observé depuis le début des années 80 un excédent migratoire sauf entre 20 et 30 ans. Du point de vue du vieillissement des populations, ces départs sont compensés par l’arrivée de couples avec leurs enfants, ce qui là encore limite considérablement l’incidence des migrations sur l’accroissement de la proportion de personnes âgées de 50 ans ou plus. Les seules villes de la partie nord qui comptent des proportions de personnes âgées d’au moins 50 ans (très nettement) supérieures à 35 % sont situées le long d’une portion particulièrement touristique du littoral breton qui attire de nombreux retraités (mais pas seulement) : Lannion (44 % de personnes âgées de 50 ans ou plus en 2006), Saint-Brieuc (38 %) et Saint-Malo (42 %).

4.3. Autour d’un profil moyen, des transformations de la structure socioprofessionnelle parfois très différentes d’une ville à l’autre

32Dans toutes les villes moyennes, la proportion de cadres et de professions intermédiaires a augmenté parmi la population active âgée de 25-54 ans. Les variations sont toutefois très inégales d’une ville à l’autre. Ainsi, cette proportion est passée de 23 % en 1968 à 45 % en 2006 à Niort et Salon-de-Provence, soit un gain de 22 points en près de quarante ans. La progression est encore plus spectaculaire à Lannion : de 20 % à 47 %. C’est également dans ces trois villes que la proportion de cadres et de professions intermédiaires est aujourd’hui la plus élevée parmi les villes moyennes. À l’opposé, dans des villes comme Maubeuge (de 23 % à 28 %), Boulogne-sur-Mer (de 22 % à 30 %) ou Saint-Quentin (de 25 % à 33 %), la proportion de cadres et professions intermédiaires a peu varié. L’écart entre la ville dans laquelle cette proportion est la plus forte et celle dans laquelle elle est au contraire la plus faible a légèrement augmenté en quarante ans (de 16 % à 21 %). En revanche, la hiérarchie socioprofessionnelle au sein de ce groupe de villes a été considérablement bouleversée. Ainsi, Lannion, Niort et Salon-de-Provence, qui occupent en 2006 la tête de ce classement, se situaient en 1968 aux 53e, 30e et 38e rang. À l’inverse, les villes d’Évreux (4e en 1968), Charleville-Mézières (6e en 1968) ou Châlons-en-Champagne (7e en 1968), toutes classées parmi les dix villes moyennes qui comptaient les proportions les plus élevées de cadres et professions intermédiaires (respectivement 29 %, 28 % et 27 %), figurent maintenant au-delà du 20e rang : Évreux au 23e (38 %), Charleville-Mézières au 35e (37 %) et Châlons-en-Champagne au 40e (36 %).

33En queue de classement en 2006 se trouvent la plupart des villes moyennes du Nord et du Nord-Est de la France (Boulogne-sur-Mer, Saint-Omer, Maubeuge, Longwy, Forbach) ainsi que Montceau-les-Mines, dans lesquelles la part de cadres et de professions intermédiaires est comprise entre 25 % et 30 %. Ces villes, à l’exception de Saint-Omer, font également partie de celles dont le nombre d’habitants a diminué au cours de la période 1968-2006. Il convient toutefois de préciser que certaines d’entre elles ont vu la part de cadres et professions intermédiaires augmenter de manière non négligeable. Par exemple, en 1968, Saint-Omer, Forbach et Montceau-les-Mines figuraient déjà parmi les villes où la proportion de cadres et de professions intermédiaires était la plus faible (respectivement aux 63e, 66e et 67e rangs). Entre 1968 et 2006, cette catégorie professionnelle a gagné 12 points de pourcentage à Forbach et Saint-Omer, et 14 à Montceau-les-Mines.

34Existe-t-il un lien entre la croissance démographique et celle de la proportion de cadres et de professions intermédiaires ? On peut appréhender ce lien éventuel en calculant pour chaque ville le rapport entre, d’une part, la variation relative du nombre de cadres et de professions intermédiaires entre 1968 et 2006 et, d’autre part, la variation relative de l’effectif de sa population. Cet indicateur mesure d’une certaine manière la contribution des actifs âgés de 25-54 ans exerçant des fonctions de cadres ou des professions intermédiaires dans la croissance démographique de la ville dans laquelle ils résident. Il indique aussi les villes dans lesquelles la présence de cette catégorie socioprofessionnelle a été la plus renforcée. Pour toutes les villes moyennes, cet indicateur est supérieur à 1, la croissance du nombre de cadres et de professions intermédiaires ayant été partout plus forte que l’accroissement du nombre total d’habitants. Quelques tendances régionales se dessinent (carte 3) :

  • Globalement, la plupart des villes moyennes du Sud de la France, qui sont parmi celles dont la population a le plus augmenté, présentent un indice élevé. C’est dans cette zone qu’en moyenne les cadres et professions intermédiaires ont le plus contribué à l’accroissement de la population. Dans cette partie de la France, l’augmentation relativement importante du nombre de cadres et de professions intermédiaires a donc accompagné la croissance démographique générale.

  • C’est aussi le cas à l’Est, de Forbach à Cluses. Dans ces villes, le nombre de cadres et professions intermédiaires a nettement plus augmenté que le nombre total d’habitants. Ce constat fait écho (à l’exception de Forbach), à un accroissement démographique de ces villes moyennes sensiblement supérieur à la moyenne.

  • Au contraire, dans le centre de la France, les cadres et professions intermédiaires ont moins pesé sur la variation des effectifs locaux dans toutes les villes, qui ont connu une croissance démographique faible entre 1968 et 2006.

35Dans ces trois ensembles territoriaux, à l’échelle de presque chaque ville moyenne, le lien entre la croissance démographique globale et le renforcement de la présence des cadres et professions intermédiaires est donc net. Mais ce rapprochement est beaucoup moins concluant ailleurs :

  • Dans le bassin parisien élargi, à Meaux, Beauvais et Creil où la croissance démographique a été importante, les cadres et professions intermédiaires ont moins pesé sur la croissance de la population. C’est le cas aussi, en périphérie de l’aire métropolitaine de Paris, pour les villes d’Évreux et de Chartres.

  • Dans l’Ouest, la situation originale de quelques villes (Vannes où les cadres ont moins contribué qu’ailleurs à la croissance démographique, pourtant importante, de la ville; Cherbourg-Octeville et Niort où la présence de cadres et de professions intermédiaires s’est nettement accentuée sans entraîner pour autant une augmentation importante du nombre d’habitants) altère le lien entre les variations des effectifs de cadres et de professions intermédiaires et de la population totale.

  • Enfin au nord, on peut opposer les villes de Longwy, Charleville-Mézières, Maubeuge, Saint-Quentin et Cambrai où la contribution des cadres et professions intermédiaires à l’accroissement démographique a été parmi les plus faibles, aux villes d’Arras, Armentières, Saint-Omer et Boulogne où elle est supérieure à la moyenne. Or, la variation démographique de toutes ces villes était comparable. Dans cette région, il n’est donc pas possible de dégager le moindre lien entre la variation du nombre d’habitants et celle de la densité de cadres et de professions intermédiaires.

Carte 3. Rapport entre la variation du nombre de cadres et de professions intermédiaires (parmi les actifs âgés de 25-54 ans) et la variation du nombre total d’habitants dans les villes moyennes entre 1968 et 2006

Carte 3. Rapport entre la variation du nombre de cadres et de professions intermédiaires (parmi les actifs âgés de 25-54 ans) et la variation du nombre total d’habitants dans les villes moyennes entre 1968 et 2006

Note de lecture : les valeurs correspondent aux résultats du rapport suivant :
Image 100000000000003500000036A857A19F.jpg
C&PIi correspond au nombre de cadres et professions intermédiaires recensées au cours de l’année i
Pi à l’effectif de la population recensée au cours de l'année i.
Ce rapport est toujours nettement supérieur à 1, ce qui signifie que le nombre de cadres et de professions intermédiaires a beaucoup plus augmenté dans chaque ville, que le nombre d’habitants. Par exemple, une valeur égale à 2 (cas de Vannes) signifie que le nombre de cadres et de professions intermédiaires a augmenté deux fois plus en près de quarante ans que l'effectif total de la population.

Réalisation : JFL avec le logiciel Philcarto.

36Si dans certaines régions (le Sud, le Centre et l’Est de la France), un lien entre l’augmentation du nombre de cadres et celle de la population totale semble pouvoir être établi, celui-ci est moins évident à mettre en évidence dans la moitié nord de la France (y compris dans sa partie ouest). Par ailleurs, ici ou là, quelques villes présentent des évolutions contradictoires en regard de l’hypothèse testée. Elles pèsent de manière considérable sur l’absence de corrélation statistique (r = 0,31) entre la variation démographique des villes moyennes et la contribution des cadres et professions intermédiaires à cette dernière.

37L’autre évolution marquante de ces quarante dernières années est la structuration socioprofessionnelle de toutes ces villes moyennes autour des deux groupes composés d’une part des employés et des ouvriers et, d’autre part, des cadres et professions intermédiaires. En 1968, il n’y avait pas de corrélation très nette entre les proportions d’employés et d’ouvriers et de cadres et de professions intermédiaires (r = 0,39). En 2006, la composition socioprofessionnelle de toutes les villes se structure au contraire autour de ces deux groupes, le poids de l’un étant d’autant plus important que celui de l’autre est faible (r = 0,91). Ces évolutions correspondent au processus de tertiarisation de l’emploi. La division interurbaine du travail a donc bien évolué, comme D. Pumain et T. Saint-Julien l’entrevoyaient déjà comme une tendance émergeante dans les années 70, « vers une différenciation spatiale moins dépendante de la nature des activités et davantage fondée sur les niveaux de qualification du travail » [Pumain, Saint-Julien, 1978].

38La part de résidents de ces villes âgés de 25-54 ans appartenant à la catégorie des cadres et professions intermédiaires a augmenté en même temps que la part des emplois de cette catégorie localisés dans ces mêmes villes (figure 7). Toutefois, on observe que la relation n’est pas aussi linéaire qu’auparavant. Pour les cadres et les professions intermédiaires, le coefficient de corrélation linéaire entre emplois localisés et actifs résidant dans les villes moyennes était de 0,98 en 1968 ; il est égal à 0,83 en 2006. Mais surtout, une autre tendance se dégage dans la plupart de ces villes : tandis que la proportion de cadres et professions intermédiaires était, parmi les actifs résidents, (très) légèrement supérieure au poids de cette catégorie dans les emplois localisés dans ces villes en 1968, on observe dorénavant l’inverse, et ce de manière plus nette. En 2006, seules trois villes s’écartent nettement de ce schéma général : Salon-de-Provence (41 % d’emplois de niveau cadre et profession intermédiaire contre 45 % d’actifs âgés de 25-54 ans de cette catégorie résidant dans la ville), Thonon-les-Bains (36 % contre38 %) et Menton (32 % contre 33 %). On peut opposer ces trois villes à celles qui présentent les déficits les plus importants de résidents appartenant à ces catégories socioprofessionnelles par rapport aux emplois localisés de ce niveau : Forbach (34 % contre 26 %), Maubeuge (35 % contre 28 %), Creil (42 % contre 34 %) ou encore Boulogne-sur-Mer (37 % contre 30 %). Les villes moyennes concentrent donc quasiment toutes davantage d’emplois de cadres et de professions intermédiaires que d’actifs appartenant à ces catégories socioprofessionnelles.

Figure 7. Évolution du rapport entre la proportion d’emplois de cadres et de professions intermédiaires localisés dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants et la proportion d’actifs âgés de 25-54 ans appartenant à ces catégories résidant dans ces mêmes communes

Figure 7. Évolution du rapport entre la proportion d’emplois de cadres et de professions intermédiaires localisés dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants et la proportion d’actifs âgés de 25-54 ans appartenant à ces catégories résidant dans ces mêmes communes

Conclusion

39Au cours des quarante dernières années, la population des villes moyennes a connu des évolutions semblables à celle de la population française : augmentation de la part des personnes âgées de 50 ans ou plus et de la proportion de cadres et de professions intermédiaires. Toutefois, elles se sont faites à un rythme différent de celui des autres types de villes :

  • le vieillissement de la population des villes moyennes a été plus important que celui de la population française;

  • la proportion de cadres et de professions intermédiaires a au contraire moins augmenté qu’à l’échelle nationale.

40Ces nuances ont eu un effet important sur la caractérisation de la population des villes comptant de 50 000 à 100 000 habitants. En 1968, la structure par âge et la stratification sociale de la population de ces villes étaient comparables aux caractéristiques des personnes résidant dans les villes comptant plus de 100 000 habitants (à l’exception de l’agglomération parisienne, déjà à part). Elle était en outre plus jeune que la population française et comptait une proportion plus importante de cadres et de professions intermédiaires. La situation est totalement inversée quarante ans plus tard. La population des villes moyennes compte en 2006 plus de personnes âgées de 50 ans ou plus et moins de cadres et de professions intermédiaires qu’au niveau national. Ses caractéristiques sont maintenant plus proches de celles des populations des villes de moins de 50 000 habitants que de celles des villes de plus de 100 000 habitants.

41L’augmentation du nombre d’étudiants et leur forte concentration dans les grandes villes universitaires (qui comptent toutes au moins 100 000 habitants) [Brutel, 2010] est à l’origine de la différenciation de la pyramide des âges des villes moyennes par rapport à celles des villes de plus grande taille. Celles-ci accueillent en effet une population de jeunes âgés de 18-24 ans particulièrement importante. La concentration croissante des emplois de cadres dans ces mêmes villes, au détriment des villes plus petites, explique que la proportion de cadres et de professions intermédiaires ait davantage progressé dans ces villes que dans les villes plus petites, qui ont donc « reculé » dans la hiérarchie urbaine de l’économie de la connaissance.

  • 7 Avec ces six classes, l’inertie absorbée s’élève à 67,5 % de l’inertie totale.

42L’évolution sociodémographique des villes moyennes présente une assez grande variété, qu’une classification ascendante hiérarchique permet toutefois de réduire à 6 profils bien discriminés (tableau 1)7. Un peu plus de la moitié (37 sur 67) des villes moyennes retenues dans cette étude a globalement suivi le schéma d’évolution moyen rappelé ci-dessus. Cet ensemble de villes peut lui-même être scindé en deux sous-groupes :

  • G1a: un premier réunit 22 villes dont la croissance démographique et la variation (en points de pourcentage) des proportions, d’une part, de cadres et de professions intermédiaires et, d’autres part, de personnes âgées de 50 ans ou plus, est faiblement inférieure à la moyenne des villes moyennes. Elles se distribuent principalement le long d’un axe médian Nord-Sud;

  • G1b: le second rassemble 15 autres villes dont les variations du nombre d’habitants, des proportions de cadres et professions intermédiaires et de personnes âgées de 50 ans ou plus sont légèrement supérieures à la moyenne. Dans ce groupe, on trouve la plupart des villes de l’Ouest de la France, mais aussi Chartres, Blois, Bourg-en-Bresse, Romans-sur-Isère, Brive, Sète et les deux villes moyennes corses.

43Quatre autres groupes de villes s’écartent en revanche plus nettement du profil moyen :

  • G2: dans 9 villes, la variation de la proportion de cadres et de professions intermédiaires a été significativement supérieure à la moyenne, tandis que celle de personnes âgées de 50 ans ou plus était nettement moins élevée que la moyenne. En revanche, la croissance démographique est très proche de la moyenne. Dans ce groupe figurent cinq villes du Sud qui présentaient des proportions de personnes âgées de 50 ans ou plus bien au-dessus de la moyenne en 1968 (Menton, Albi, Montauban, Agen, Arles). Mais on trouve également quatre villes (Compiègne, Elbeuf, Belfort et Armentières) dont le poids de cette catégorie d’âges était proche voire en dessous de la moyenne des villes de 50 000 à 100 000 habitants en 1968 et qui ont réussi à mieux renouveler leur population âgée de moins de 50 ans tout en accentuant de manière sensible le poids des cadres et professions intermédiaires (ces deux aspects étant dans ce cas liés).

  • G3: 5 villes (Lannion, Niort, Arcachon, Salon-de-Provence et Fréjus), se distinguent par la progression très nettement supérieure à la moyenne de la proportion de cadres et de professions intermédiaires, et par celle, sensible, de personnes âgées de 50 ans ou plus. Ces transformations importantes de leur composition sociodémographique ont accompagné l’accroissement, là encore nettement supérieur à la moyenne, de leur nombre d’habitants.

  • G4: 11 villes ont au contraire eu une croissance démographique nettement inférieure à la moyenne, cependant que leur vieillissement était nettement plus important qu’en moyenne et la croissance de leur proportion de cadres et professions intermédiaires inférieure à la moyenne. On trouve deux grands ensembles géographiques: les villes moyennes à la population très jeune en 1968 du Nord-Est de la France (Cambrai, Longwy, Forbach, Saint-Quentin, Charleville-Mézières et Châlons-en-Champagne) et celles du Centre, dont la population était déjà plus vieille que la moyenne en 1968 (Montceau-les-Mines, Montluçon, Roanne, Nevers). Il faut enfin ajouter la ville moyenne de métropole la plus excentrée: Tarbes, dont le profil est proche de celui des villes du Centre de la France.

  • G5: enfin, on peut distinguer un dernier groupe de 5 villes qui se caractérisent par leur croissance démographique importante, fortement supérieure à la moyenne, et le vieillissement nettement moins marqué de leur population, cependant que la part de cadres augmentait dans des proportions faiblement supérieures à la moyenne. Ces cinq villes ont aussi pour trait commun de se situer dans l’orbite de grandes métropoles: Paris pour Meaux, Lyon pour Villefranche-sur-Saône, Genève pour Cluses et Thonon-les-Bains (qui est également à moins d’une heure de Lausanne) et Sarrebruck pour Forbach.

Tableau 1. Typologie des profils d’évolution de l’effectif et de la composition sociodémographique des villes moyennes (1968-2006)

Groupe

Distance par rapport aux valeurs moyennes (en écart-type)

Villes

Variation de la pop. totale

Variation du % de cadres et prof. int.

Variation du % de 50 ans ou plus

G1a

-

-

-

Alès, Arras, Beauvais, Bergerac, Béziers, Boulogne-sur-Mer, Bourges, Castres, Chalon-sur-Saône, Châteauroux, Cherbourg-Octeville, Colmar, Creil, Epinal, Evreux, Maubeuge, Montargis, Narbonne, Périgueux, Saint-Chamond, Saint-Omer, Vichy

G1b

+

+

++

Ajaccio, Bastia, Blois, Bourg-en-Bresse, Brive-la-Gaillarde, Chartres, Cholet, La Roche-sur-Yon, Laval, Quimper, Romans-sur-Isère, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Sète, Vannes

G2

+

++

- - -

Agen, Albi, Arles, Armentières, Belfort, Compiègne, Elbeuf, Menton, Montauban

G3

+++

++++

++

Arcachon, Fréjus, Lannion, Niort, Salon-de-Provence

G4

- - -

- -

+++

Cambrai, Châlons-en-Champagne, Charleville-Mézières, Forbach, Longwy, Montceau-les-Mines, Montluçon, Nevers, Roanne, Saint-Quentin, Tarbes

G5

++++

+

- - -

Cluses, Haguenau, Meaux, Thonon-les-Bains, Villefranche-sur-Saône

Note de lecture : le nombre de symboles (+ ou -) indique l’importance de l’écart (en écart-type de chaque variable) par rapport à la valeur moyenne (celle prise par l’ensemble des villes moyennes). Un symbole correspond à un écart faible par rapport à la moyenne ; deux symboles indiquent un écart sensible, trois une différence nette et quatre un écart fort. Par exemple, les villes du groupe G5 ont connu une croissance démographique fortement plus élevée que celle de l’ensemble des villes moyennes. L’augmentation en points de pourcentage de la proportion de cadres et professions intermédiaires a été légèrement plus élevée qu’en moyenne pour ce type de villes (elle a en fait été quasiment identique). Enfin, le vieillissement de la population (variation de la part de 50 ans ou plus) a été nettement moins important qu’en moyenne.

  • 8 Souligné par l’auteur.

44Selon le type d’activité économique sur lequel les villes moyennes reposaient à la fin des années 60, leur localisation par rapport aux grands axes routiers, leur situation géographique (par exemple, sur le littoral atlantique ou méditerranéen, à proximité de grandes métropoles françaises ou étrangères), elles ont pu ou non retenir et/ou attirer des populations spécifiques (par exemple de jeunes couples avec enfants, le plus souvent des employés, dans les villes moyennes de la périphérie de l’aire métropolitaine de Paris ; des cadres et professions intermédiaires et des personnes plus âgées dans certaines villes du littoral breton ou méditerranéen) qui leur ont permis de renouveler de manière plus ou moins importante la composition et l’effectif de leur population. Il n’y a pas autant de cas différents que de villes, mais cette diversité complique l’exercice de synthèse. Ce constat conduit tout naturellement vers des approches plus locales, plus à même de mettre en évidence les déterminants de ces évolutions différentes. De telles études existent mais là encore l’exercice de synthèse se révèle difficile [Commerçon et Goujon, 1997 ; Commerçon et George, 1999]. Comprendre les villes moyennes, comme le note d’ailleurs J.-B. Racine (1999), « comprendre ces villes de transition en8 transition représente donc encore l’un des défis de la géographie urbaine, que ce soit en termes de priorité pour la recherche, en termes d’information, voire de discours public ».

Haut de page

Bibliographie

AUBRY B., BERGOUIGNAN C., CAUCHI-DUVAl N., parant A. (2005), « L’évolution de la population de la France depuis 1946 : tendances et perspectives », in C. Bergouignan C. Blayo, A. Parant, J.-P. Sardon, et M. Tribalat (sous la dir.), La population de la France : Évolutions démographiques depuis 1946. Tome 1, Pessac, CUDEP, pp. 49-76.

BACCAÏNI B., PUMAIN D. (1998), Les migrations dans le système des villes françaises de 1982 à 1990, Population, n° 5, pp. 947-978.

BERGOUIGNAN c. (2009), L’impact des migrations sur les compositions par âge des populations locales : typologie cantonale pour une analyse rétrospective et prospective, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 45-65.

BERGOUIGNAN C. (2010), Portrait démographique des grandes aires urbaines de province, Cahiers de démographie locale 2009, Strasbourg, Néothèque, pp. 9-69.

BESSE J.-M. (2005), « Vues de ville et géographie au XVIe siècle : concepts, démarches cognitives, fonctions », in F. Poussin, Figures de la ville et construction des savoirs, Architecture, urbanisme, géographie, Paris, CNRS Éditions, pp. 19-30.

BESSY P., SICAMOIS Y. (1998), Portrait des petites villes, Insee Première, n °572.

BRUNET R. (1997), « Villes moyennes : point de vue de géographe », in N. Commerçon, P. Goujon (sous la dir.), Villes moyennes. Espace, société, patrimoine, Lyon, Presses universitaires de Lyon, pp. 13-25.

BRUTEL C. (2010), Jeunes et territoires. L’attractivité des villes étudiantes et des pôles d’activité, INSEE Première, n° 1275.

CAMBIER A. (2005), Qu’est-ce qu’une ville ?, Paris, Vrin, Collection Chemins philosophiques, 128 p.

COMMERÇOn n. (1988), La dynamique du changement en ville moyenne. Mâcon, Chalon-sur-Saône, Bourg-en-Bresse, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 578 p.

COMMERÇON n. (1999), « Entre métropoles et pays : les villes moyennes des plaines de Saône », in N. COMMERçon, P. GEORGE, Villes de transition, Paris, Anthropos, pp. 31-67.

COMMERÇON N., GEORGE P. (sous la dir.) (1999), Villes de transition, Paris, Anthropos, 221 p.

COMMERÇON N., GOUJON P. (sous la dir.) (1997), Villes moyennes. Espace, société, patrimoine, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 490 p.

DAGUET F. (2004), La fécondité dans les régions à la fin des années quatre-vingt-dix, INSEE Première, n° 963.

DAGUET F. (2006), Dans quelles régions meurt-on le plus tard au début du XXIe siècle ?, INSEE Première, n° 1114.

DIACT [Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires] (2007), Les villes moyennes françaises, coll. « Travaux », Paris, La Documentation française, 64 p.

DUMONT G.-F. (2010), La France en villes, Paris, Éditions Sedes/Cned, 352 p.

Fijalkow Y. (2007), Sociologie des villes, Paris, La Découverte, Collection Repères, 125 p.

PUMAIN D., SAINT-JULIEN T. (1978), Les dimensions du changement urbain, Paris, CNRS Éditions, 202 p.

PUMAIN D., SAINT-JULIEN T. (1989), Atlas des villes de France, Paris, RECLUS-La Documentation française, 175 p.

RACINE J.-B. (1999), « Entre logique de concentration et logique d’éclatement : la ville ordinaire en transition », in N. Commerçon, P. George, Villes de transition, Paris, Anthropos, pp. 203-217.

VAN PUYMBROECK C., REYNARD R. (2010), Répartition géographique des emplois, INSEE Première, n° 1278.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici des agglomérations comptant au moins 50 000 habitants.

2 La base de données pop-act-2554-csp-cd.xls présente au niveau communal pour les recensements de 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 et 2006 la structure de la population active de 25 à 54 ans dans ses diverses composantes : la catégorie socioprofessionnelle, le sexe et la position vis-à-vis de l’emploi (actif occupé ou chômeur) [http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp ?reg_id =99&ref_id =pop-act-csp-dipl].

3 La base de données ÂgeQuinquennal68-06.xls présente la structure de la population totale selon le sexe et l’âge révolu (20 tranches quinquennales) au niveau de la commune pour chaque recensement compris entre 1968 et 2006 (inclus) [http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp ?reg_id =99&ref_id =pop-sexe-age-quinquennal].

4 Pour chaque ville, ce choix met donc délibérément l’accent sur les variations démographiques au sein d’un périmètre géographique constant dans le temps (de 1968 à 2006), et non sur la dynamique des populations liée aux variations des contours de la ville, compte tenu par exemple de la densification du bâti autour de la ville centre de l’unité urbaine, qui assure son extension géographique.

5 La liste des villes retenues dans le champ de cette étude conserve, pour quelques unités seulement, un caractère arbitraire. Par exemple, on pourra s’étonner de trouver dans cet ensemble de villes moyennes Montceau-les-Mines (en Saône-et-Loire), tandis que la ville de Mâcon, dont l’effectif de la population en 2006 est comparable à celui de Montceau-les-Mines, qui est de plus préfecture du département et ville étudiée par N. Commerçon dans son travail, notamment, sur les villes moyennes du Val de Saône (1988, 1999), n’y figure pas. Toute catégorisation est arbitraire et imparfaite. Dans le ca présent, c’est parce que l’agglomération mâconnaise n’a jamais atteint le seuil de 50 000 habitants qu’elle n’a pas été retenue dans le champ de cette étude.

Toutefois, les quelques arbitrages qui pourraient être contestables ne remettent pas en cause les résultats présentés dans ce texte. Une version antérieure de cet article, fondée sur un ensemble de villes sensiblement différent, parvenait aux mêmes conclusions.

Les noms de ces 67 villes sont précisés à la fin de cet article, dans la conclusion, dans un tableau issu d’une classification ascendante hiérarchique.

6 C. Bergouignan (2009) souligne bien l’effet important des migrations sur la composition par âge des villes en écrivant que « la mobilité résidentielle “ sculpte ” littéralement les pyramides des âges des populations locales ».

7 Avec ces six classes, l’inertie absorbée s’élève à 67,5 % de l’inertie totale.

8 Souligné par l’auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1. Évolution entre 1968 et 2006 de la pyramide des âges de la population des villes de 50 à 100 000 habitants
Crédits Source : INSEE, Recensements de population.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figures 2 et 3. Part respective des 20-49 ans et des 50 ans ou plus dans la population des différents types de villes aux recensements de 1968 et 2006
Crédits Source : INSEE, Recensements de population.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figures 4 et 5. Composition socio-professionnelle de la population active âgée de 25-54 ans, selon la taille des villes aux recensements de 1968 et 2006
Crédits Source : INSEE, Recensements de population.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6. Catégories socioprofessionnelles des emplois localisés et des actifs âgés de 25-54 ans qui résident dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants aux recensements de 1968 à 2006
Crédits Source : INSEE, Recensements de population.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 1. Variation de la population des villes moyennes entre 1968 et 2006
Légende Note de lecture : les valeurs correspondent au rapport entre la population recensée en 2006 et celle recensée en 1968.N indique le nombre de villes appartenant à chaque catégorie.M mentionne la valeur moyenne au sein de chaque intervalle de variation relative. Par exemple, la première catégorie regroupe les villes qui comptent en 2006 de 1,42 à 2,07 fois plus d’habitants qu’en 1968. Treize villes appartiennent à cette classe. La variation relative moyenne de ces treize villes entre 1968 et 2006 est de 1,61 (soit une croissance de 61 %).
Crédits Réalisation : Jean-François Léger avec le logiciel Philcarto.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 2. Proportions (en %) de personnes âgées de 50 ans ou plus dans les villes moyennes en 2006
Légende Note de lecture : les valeurs correspondent à la proportion de personnes âgées de 50 ans ou plus en 2006 dans chacune des villes moyennes faisant partie du champ de l’étude.N mentionne le nombre de villes de chacune des catégories.M indique la proportion moyenne de personnes âgées de 50 ans ou plus pour les villes de la catégorie concernée
Crédits Réalisation : Jean-François Léger avec le logiciel Philcarto.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Carte 3. Rapport entre la variation du nombre de cadres et de professions intermédiaires (parmi les actifs âgés de 25-54 ans) et la variation du nombre total d’habitants dans les villes moyennes entre 1968 et 2006
Légende Note de lecture : les valeurs correspondent aux résultats du rapport suivant :où C&PIi correspond au nombre de cadres et professions intermédiaires recensées au cours de l’année i Pi à l’effectif de la population recensée au cours de l'année i. Ce rapport est toujours nettement supérieur à 1, ce qui signifie que le nombre de cadres et de professions intermédiaires a beaucoup plus augmenté dans chaque ville, que le nombre d’habitants. Par exemple, une valeur égale à 2 (cas de Vannes) signifie que le nombre de cadres et de professions intermédiaires a augmenté deux fois plus en près de quarante ans que l'effectif total de la population.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 7. Évolution du rapport entre la proportion d’emplois de cadres et de professions intermédiaires localisés dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants et la proportion d’actifs âgés de 25-54 ans appartenant à ces catégories résidant dans ces mêmes communes
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4701/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Léger, « L’évolution sociodémographique des villes moyennes de 1968 à 2006 », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 557-576.

Référence électronique

Jean-François Léger, « L’évolution sociodémographique des villes moyennes de 1968 à 2006 », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4701 ; DOI : 10.4000/eps.4701

Haut de page

Auteur

Jean-François Léger

Université Panthéon Sorbonne – Paris 1
Institut de démographie (IDUP)
Centre Pierre Mendès France
90, rue de Tolbiac
75694 Paris cedex 13
jfleger@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals