Navigation – Plan du site
Articles

La dynamique du peuplement dans le Centre-Ouest de la France 

Quel rôle joue encore la Loire ?
Population Dynamics in West Central France: What Role Does the Loire Still Play ?
Dominique Andrieu et Laurent Nowik
p. 603-616

Résumés

Cet article interroge le rôle joué par la Loire dans la dynamique du peuplement des territoires traversés par ce cours d’eau, en aval d’Orléans. Pour ce faire, il convient de replacer la Loire dans un ensemble géographique plus vaste composé des régions Centre et Pays de la Loire. Si le fleuve n’a plus le rôle structurant qu’il a joué dans le passé, sa présence explique encore aujourd’hui les relations entre certaines villes et certains territoires ruraux. Les habitants du Centre-Ouest se concentrent désormais autour des agglomérations qui subissent le mouvement général d’extension des couronnes périurbaines. L'organisation des agglomérations oppose deux réseaux urbains disjoints : à l'ouest, la façade atlantique forme un réseau de villes tournées vers la Bretagne ; à l'est, la vallée entre Orléans et Tours est un axe majeur de la région Centre. Dans cet ensemble, la Loire est le trait d'union entre la métropole parisienne et l'Atlantique. Le développement des moyens de transports individuels a facilité l'accessibilité des agglomérations à des territoires jusqu'alors démographiquement peu dynamiques. Dans la vallée de la Loire, on assiste à une polarisation de la population qui prend, pour des raisons historiques, la forme d’un chapelet de pôles urbains. À l’échelle locale, l'accroissement urbain a profité aux plateaux qui surplombent la vallée. Mais l'amélioration des transports de transit grâce à la construction de ponts et périphériques, favorise l’intégration urbaine des vallées et leur attractivité. Aujourd'hui, La dynamique de peuplement des grandes villes riveraines - dont une modélisation est proposée - s’émancipe ainsi de la contrainte géographique que le fleuve a longtemps fait peser sur leur développement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Loire, en aval de la confluence de l’Allier, constitue la partie basse et moyenne de la vallée. Elle fait actuellement l’objet de diverses attentions au travers de politiques publiques traitant de l’environnement, du risque d’inondation, des paysages ou du patrimoine. Historiquement, la Loire a structuré une activité fluviale où Orléans était un point de rupture de charge, ainsi qu’un changement radical de direction du fleuve. La partie en aval d’Orléans connaissait un trafic montant et descendant. Du fait de l’activité fluviale plus intense qui s’y déroulait, le cours d’eau a joué un rôle économique et a influencé le peuplement de la région. Cependant, avec l’arrivée de la voie ferrée au milieu du 19ème siècle, l’activité s’est assez vite ralentie puis arrêtée en amont de Saumur. Favorisée par un régime plus régulier, la basse Loire a conservé une activité modérée au cours du 20ème siècle. La dernière remontée d’un pétrolier jusqu’à la Maine, symbolisant la fin de l’usage commercial du fleuve, date de 1991. À cette période, un regain d’intérêt pour la marine traditionnelle de la Loire apparaît avec une arrière-pensée patrimoniale, mais en pratique l’utilisation du couloir de navigation reste aujourd’hui marginale. C’est davantage à l’échelle de son bassin, que de nouveaux usages indirects au fleuve ont pris forme. En 1996, la Loire fédère la création du Parc Naturel Régional en faveur du patrimoine environnemental quasi sauvage et de la reconnaissance de son patrimoine historique (industriel et culturel). En 2000, une section du fleuve est classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Depuis, l’intérêt autour du fleuve ne se dément pas, afin de protéger le milieu naturel et les paysages, de mettre en valeur son potentiel touristique (création de la « Loire à vélo » en 1998). Au regard de l’histoire du fleuve et au vu du renouveau de ces usages, cet article a pour objectif d’interroger les dynamiques démographiques dans la basse et moyenne vallée de la Loire de l’apogée de la navigation au milieu du 19ème siècle jusqu’à nos jours.

2Un tel intérêt autour de cette partie du fleuve s’observe-t-il dans la géographie de la population ? À l’échelle nationale, les dynamiques démographiques depuis la fin du 20ème siècle montrent une concentration urbaine accrue qui se traduit par une densification des centres des agglomérations et par l’étalement du phénomène urbain. Comment se comportent la Loire et sa vallée dans cette organisation polarisée de l’espace ? Cet article pose l’hypothèse d’une transformation de l’attractivité du fleuve. Les dynamiques démographiques permettront d’apprécier l’influence concrète du fleuve dans la structuration de l’espace qu’il traverse.

3Après une brève mise en perspective du peuplement de la vallée depuis le 19ème siècle, l’analyse de deux échelles géographiques est nécessaire pour étudier la spécificité de cette section de la Loire sur la géographie de la population : (a) une échelle régionale permettant de replacer l’axe ligérien dans le Centre-Ouest de la France, puis (b) un focus à l’échelle de la vallée et de ses abords, afin de comprendre la structuration locale du peuplement vis-à-vis du fleuve :

    • 1 cf. Andrieu (2005), Mappemonde et encart pp. 70-73 Armand Colin, 2010. Lorsque 65 % de la populatio (...)
    • 2 En géographie, l’urbanité se définit par l’importance de la densité et de la diversité des objets s (...)

    En traversant le sud du Bassin parisien pour se jeter dans l’Atlantique, la Loire passe à 100 km au Sud-Ouest de la capitale, mettant en relation deux régions parmi les plus dynamiques de la France septentrionale : l’Île-de-France et les Pays de la Loire : elles gagnent respectivement 6 et 8 % de population entre 1999 et 2007. Entre les deux, la région Centre s’accroît plus modestement de 3,5 %. Pour une bonne compréhension des liens entre la Loire et la dynamique démographique, il est utile que la zone d’étude couvre les deux régions administratives du Centre et des Pays de la Loire sans ignorer les franges des régions voisines comprises dans le cadrage. Cet espace du Centre-Ouest est à analyser à l’aide d’une cartographie adaptée au fait urbain. Le cartogramme, type particulier d’anamorphose, est la représentation spatiale qui est privilégié dans cette analyse régionale, car elle attribue une unité de mesure autre que le mètre : le nombre d’habitants recensés par commune en 2006 définira la taille des surfaces communales1. Le cartogramme rend visible la notion de gradient d’urbanité2, dimension sociétale de l’espace, tandis que la carte « classique » apporte l’information des distances du terrain avec la proximité ou l’éloignement des populations entre elles.

  • Après l’analyse régionale, qui doit permettre de caractériser la géographie du peuplement de l’axe ligérien, la vallée traversant les grandes agglomérations est l’échelle géographique indispensable pour comprendre l’influence contraignante ou non du fleuve sur les formes spatiales de l’accroissement de la population. Sur les communes des cinq grandes agglomérations ligériennes, une analyse spatiale du tissu urbain depuis la Seconde Guerre mondiale sera menée pour observer leurs spécificités et leurs rapports au fleuve.

1. de l’axe au réseau de pôles urbains

1.1. L’axe ligérien

4À la fin du 19ème siècle, les rives de la Loire accueillaient une population clairement identifiable. Sur les cartes et les écrits de l’époque, les densités de population ressortent aussi parfaitement que le Rhône ou la Garonne. Turquan écrit en 1886 : « Mieux encore que celui du Rhône et de la Saône, le cours de la Loire est partout marqué par un concours de population considérable, depuis le Puy jusqu’à Nantes. Remarquons cependant […] depuis Marcigny jusqu’à Nevers, [que] la Loire coule entre deux rives médiocrement habitées. ». Ainsi, l’auteur rapporte une opposition franche entre l’amont et l’aval du bassin, alors que la navigation et l’activité économique étaient encore actives : par exemple, avec l’industrie de la métallurgie dans le Nivernais ou avec l’extraction du charbon dans le bassin de Saint-Étienne.

5L’analyse de l’évolution des effectifs de population des communes riveraines de la Loire sur 200 ans, de 1800 à 1999, renseigne sur son attractivité. Bien que le tableau 1 ne décrive qu’une partie de la vallée par les départements d’Indre-et-Loire et de Maine-et-Loire, on voit que l’évolution de la population des communes riveraines comparées au reste des communes de ces deux départements s’oppose nettement entre 1850 et la Seconde Guerre mondiale.

Tableau 1. Évolution relative de la population communale en Indre-et-Loire et en Maine-et-Loire de 1800 à 1999

Source : EHESS, « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », http://cassini.ehess.fr

6En effet, la population proche de la Loire et de la Maine s’accroît fortement entre 1856 et 1896 (+21 %), alors que les autres parties de ces deux départements voient leur population diminuer. Si l’exode rural explique cette évolution négative, les rives de la Loire ne sont pas concernées par cette décroissance démographique, bien que le transport ferroviaire commence à se substituer à l’activité fluviale. La seconde partie du 20ème siècle connaît une évolution plus nuancée puisque le boom démographique d’après-guerre concerne les deux espaces, avec néanmoins une progression plus franche pour les communes riveraines du fleuve.

Figure 1. Les densités communales en France en 2007

Figure 1. Les densités communales en France en 2007

Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.

7La transformation de la dynamique démographique nous incite à étudier les nouvelles formes de peuplement. Si la vallée de la Loire est repérable sur la carte des densités en 2006 (figure 1), elle n’apparaît pas nettement sous une forme longiligne. Entre Orléans et Tours, l’axe est visible mais s’estompe en amont vers Nevers. La traversée de la « diagonale du vide » affecte aussi les densités autour de la Loire. Dans la région Centre, vers l’aval du fleuve, les densités se répartissent davantage en une succession de pôles : Saumur, Angers, Nantes. Au sud de ces deux dernières villes, les Mauges (Sud-Ouest de Maine-et-Loire), le Choletais et la Vendée forment des espaces denses atténuant la présence de la vallée. De l’estuaire aux côtes vendéennes et bretonnes, un front peuplé et continu se dessine très nettement. Celui-ci n’entretient pas de relation évidente avec la Loire.

1.2. Un axe divisé mais intégré dans les réseaux urbains

  • 3 Nous reprendrons les deux principaux types d’espace urbain que l’INSEE a défini dans le zonage en a (...)

8Au cours du 20ème siècle, la vallée de la Loire perd son rôle fédérateur d’activités. Les déplacements terrestres, ferroviaires puis routiers, prennent de l’ampleur. Ils structurent les pratiques spatiales contemporaines que l’INSEE traduit dans la définition des zonages de l’espace urbain3.

  • 4 L’augmentation des distances entre le domicile et le lieu de travail, ne s’accompagne pas d’un allo (...)

9L’analyse des mobilités entre le domicile et le lieu de travail dans le Centre-Ouest est un moyen de rendre compte de l’extension spatiale de la couronne périurbaine depuis quelques années. Si l’on considère les déplacements supérieurs à 10 personnes localisées dans les régions Centre et Pays de la Loire, l’éloignement à vol d’oiseau entre les communes du domicile et du lieu de travail, passe de 11,9 km en 1999 à 12,8 km en 2006. L’espace sous l’influence des villes s’agrandit grâce à l’amélioration des moyens de transports individuels ou collectifs4.

10Il nous faut interroger maintenant les relations entre la Loire et l’extension des espaces polarisés. Ceux-ci se déforment-ils avec la présence de l’axe ligérien qui concentre assez tôt des moyens de transports routiers et ferroviaires ?

Figure 2. Les déplacements domicile/travail entre les communes françaises en 2006

Figure 2. Les déplacements domicile/travail entre les communes françaises en 2006

Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.

  • 5 Lévy J. (sous la dir.) (2002), Jeu de Cartes, nouvelle donne : cartographier aujourd'hui les espace (...)
  • 6 Ces niveaux hiérarchiques et les constats qui suivent, s’appuient sur la figure 2 qui représente le (...)

11La cartographie des déplacements5 (figure 2) permet de répondre à cette interrogation. Elle rend visibles trois niveaux hiérarchiques de l’armature urbaine : national, régional et local6.

12Le premier est dominé par la capitale et rayonne sur les grandes villes françaises, des plus proches aux plus éloignées.

13Le deuxième montre les organisations urbaines régionales où la vallée de la Loire dévoile deux organisations distinctes séparées par les limites régionales :

  • en région Centre : les deux grandes villes (Tours et Orléans) composent un axe ligérien fort au milieu duquel croise (à Blois) un second axe allant de Vendôme à Bourges, moins dense en nombre et intensité des flux.

  • en région Pays de la Loire : les relations du Mans à Nantes sont denses mais la capitale régionale est à la tête de villes satellites, de l’estuaire à la Vendée et aux Mauges. Des relations externes à la région intègrent Rennes et complètent ce réseau.

14À l’inverse, la relation entre les réseaux des deux régions du Centre-Ouest est ténue. Elle est préservée modestement dans la vallée de la Loire entre Saumur et Chinon. Cet affaiblissement de la vallée à l’endroit de la limite régionale consacre le rôle de la vallée dans l’espace de ces deux collectivités territoriales. À l’ouest, d’Angers à Saint-Nazaire, elle est une maille d’un réseau plus vaste, tandis qu’à l’est, d’Orléans à Tours, elle forme un axe important de la région Centre.

15Le troisième niveau de cette hiérarchie urbaine représente l’attractivité locale de chaque pôle en forme d’oursin. La vallée de la Loire n’apparaît pas au sein de ces formes circulaires centrées sur des pôles d’emploi attractifs. Citons le plus important, celui de Nantes, au centre géographique d’une armature reliant des villes satellites moyennes (La Roche-sur-Yon, Challans, Cholet) ou d’autres plus petites (Châteaubriant, Ancenis, Clisson, Marchecoul), souvent situées bien loin de la vallée.

16Une première conclusion s’impose : la continuité de l’axe ligérien liant les deux régions est remise en question. Le boom démographique de l’après-guerre décrit dans le tableau 1 s’organise en pôles urbains représentés par ces « oursins ». La Loire est formée d’une succession de pôles souvent connectés entre eux, mais aussi en relation avec d’autres pôles non riverains du fleuve. Ces réseaux urbains ne sont d’ailleurs pas spécifiques au Centre-Ouest, puisqu’on les retrouve largement à l’échelle nationale [Lévy, 2002].

2. La Loire trait d’union entre Paris et l’Atlantique

17En 2007, la France regroupait 60 % de sa population métropolitaine dans des communes appartenant à un pôle urbain sur 8 % du territoire. Le rapport de ces proportions est identique dans les régions Centre et Pays de la Loire (45 % de la population sur 6 % du territoire). Ces concentrations sont-elles orientées par la vallée ? Pour répondre à cette question et comprendre l’influence du cours d’eau, la représentation spatiale des dynamiques démographiques récentes doit être mobilisée.

2.1. Des évolutions contrastées dans le Centre-Ouest

Figure 3. Carte (3a) et cartogramme (3b) du taux de variation de la population entre 1999 et 2006

Figure 3. Carte (3a) et cartogramme (3b) du taux de variation de la population entre 1999 et 2006

* définition de l'INSEE.

Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.

18Entre 1999 et 2006, l’évolution positive de la population vivant en France (augmentation de plus 3 millions d’habitants sur la période) se généralise dans tout l’espace du Centre-Ouest, non seulement dans les villes, mais aussi dans des espaces éloignés des pôles urbains caractérisés il y a encore quelques années par un exode rural. Sur cette période les communes en décroissance concernent des profils géographiques opposés : d’un côté des espaces ruraux très éloignés des villes et de l’autre des communes de centres urbains.

19La figure 3 oppose la zone étudiée en deux parties : à l’ouest, la façade atlantique connaît un accroissement démographique affirmé, tandis qu’à l’est, le Bassin parisien présente une dynamique plus contrastée. Aussi, convient-il d’analyser séparément, d’une part, la géographie de l’accroissement démographique à l’ouest et, d’autre part, celle de la décroissance à l’est, pour comprendre que l’axe ligérien prend une position particulière de "trait d’union" en reliant ces deux types d’espaces aux dynamiques opposées.

2.2. La façade atlantique attractive

20Le cartogramme (figure 3b) oppose les villes de la façade atlantique à celles du Bassin parisien. Cette dynamique est repérable dans les deux départements côtiers de la Loire-Atlantique et de la Vendée qui connaissent un accroissement du centre des villes jusque dans les campagnes éloignées : citons par exemple la commune de Châteaubriant qui forme une petite agglomération de 12 000 habitants en 2006. Entre 1990 et 1999, elle perdait 0,6 % d’habitants annuellement ; la perte est identique pour le canton et ses voisins. Aujourd’hui ces espaces sont dynamiques et s’étendent au nord vers l’agglomération rennaise, ainsi que dans l’intérieur des Pays de la Loire vers le Maine et l’Anjou. Ils reposent sur l’accroissement naturel et l’accroissement migratoire de la population (figure 4). Seules quelques communes des banlieues des moyennes et grandes villes (Nantes, Angers, Laval ou Cholet) ont un solde de population négatif et font exception à cette dynamique. Dans cette façade atlantique très attractive, il faut noter que les centres des villes doivent leur progression plus à la dynamique naturelle des populations qu’à l’apport de nouveaux habitants : les soldes migratoires y sont négatifs.

Figure 4. Cartogrammes des soldes naturels (4a) et migratoires (4b) entre 1999 et 2006

Figure 4. Cartogrammes des soldes naturels (4a) et migratoires (4b) entre 1999 et 2006

Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.

2.3. Le Bassin parisien irrigué par la Loire

21À l’opposé, le Bassin parisien présente un autre visage. La figure 3b montre les pertes de population localisées dans les centres des pôles urbains, comme au Mans, Blois, Saumur ou encore dans certaines villes d’Eure-et-Loir et du Berry. Seules quelques rares petites villes réussissent à inverser cette tendance : la Ferté-Bernard, Issoudun, Loches ou Saint-Amand-Montrond. Orléans et Tours sont les exceptions à cette tendance coupant en deux parties le Bassin parisien et formant un mince trait d’union entre deux régions dynamiques : l’Île-de-France et la façade atlantique. Comme précédemment, le dynamisme démographique (figure 4) tient à l’accroissement naturel des communes centrales des agglomérations. Le solde migratoire est négatif pour les communes aux centres des agglomérations excepté celle de Tours.

  • 7 Les petites villes se présentent sur le cartogramme par des surfaces de formes arrondies : sur la f (...)

22De part et d’autre des villes ligériennes, l’accroissement concerne surtout les couronnes périurbaines et certains espaces ruraux, appelés aussi hypo-urbains [Andrieu & Lévy, 2007 ; Lévy, 2007]. Le solde migratoire y est positif à la différence du solde naturel. Les nouveaux habitants sont trop peu nombreux et ne suffisent pas à leur donner une dynamique démographique positive. C’est le cas dans certaines petites villes7 au nord de la Loire (Perche et vallée du Loir), en Sologne ou dans le Berry. Ces dernières régions marquent la présence de la « diagonale du vide », dont le comblement décrit par H. Le Bras [Le Bras, 2007] ne tient que par la présence des couronnes périurbaines.

23En effet ces couronnes profitent de l’augmentation naturelle et migratoire. Elles concernent les villes de Romorantin, Vierzon, Châteauroux et Bourges dont le solde naturel des communes centrales ne compense pas les départs de population. Seuls leurs espaces périurbains s’accroissent grâce aux deux soldes positifs en raison notamment du coût de l’immobilier plus abordable. Ces aires urbaines n’ont toutefois pas la taille suffisante pour irriguer des territoires ruraux éloignés et « vieillissants ».

24Si le solde migratoire positif (figure 4b) marque un tournant pour ces espaces ruraux éloignés (voir par exemple dans l’Indre), il est insuffisant à leur repeuplement à la différence des couronnes périurbaines qui freinent le déclin démographique de cette partie de la « diagonale du vide ».

2.4. Les espaces interstitiels

25À l’image des couronnes périurbaines, certains espaces hypo-urbains additionnent l’accroissement des deux soldes. La dynamique positive de ces espaces très éloignés des grandes agglomérations (figure 3a) s’explique par la présence d’axes de transports (autoroutes et/ou grands axes) et la proximité de bourgs regroupant un minimum de commerces et services. Un exemple dans le Loiret, entre Orléans et Montargis à l’est, où la RN60 est désormais doublée par l’autoroute A19, en constitue une bonne illustration. En profitant de la facilité d’accès à plusieurs pôles urbains, de nouveaux habitants s’installent au cœur du département, dans de petites villes qui deviennent attractives. L’éloignement ne semble plus un handicap au développement de certains territoires car la multipolarisation est l’atout de ces espaces que l’on peut définir comme des espaces interstitiels. L’installation de jeunes ménages favorise un solde naturel positif à la différence des espaces ruraux décrits précédemment. D’autres espaces interstitiels se repèrent aux confins de la Sarthe, d’Indre-et-Loire et de Maine-et-Loire, dans la vallée du Cher (entre Tours et Romorantin), au sud de la Beauce (entre Blois, Vendôme et Orléans) et dans la vallée de l’Eure (entre Chartres, Dreux et Nogent-le-Rotrou).

2.5. Les migrations résidentielles

26La dynamique migratoire est un facteur essentiel à la compréhension de ces différents types d’espace. En effet, entre 2001 et 2006, le solde migratoire est d’environ 12 000 habitants supplémentaires par an pour la région Pays de la Loire qui en compte 3,4 millions, alors qu’il est de 1000 habitants pour la région Centre qui en compte 2,5 millions. Ces populations nouvelles (non originaires de ces régions dont beaucoup sont des Franciliens) s’installent plutôt dans une agglomération pour la région Centre et de manière indifférenciée en Pays de la Loire [Douillard et al., 2010]. Ces apports contrastés entre les deux régions ne suffisent pas à expliquer la nouvelle répartition de la population observée précédemment.

27Les reports sur la couronne périurbaine sont aussi constitués de mouvements internes aux régions et plus particulièrement à chaque aire urbaine. Analysées à l’échelle de la France [Degorre, Redor, 2007], ces migrations résidentielles d’un pôle urbain vers les communes monopolarisées ou multipolarisées sont évaluées à 124 personnes supplémentaires par an pour 10 000 habitants de 1999 à 2004. Cette augmentation est légèrement supérieure à ce qu’elle était entre 1990 et 1999, avec 115 pour 10 000 habitants. La déconcentration urbaine profite aussi à l’espace à dominante rurale puisqu’il gagne 88 habitants par an (sur 10 000) issus d’une aire urbaine. Inversement, les communes des pôles urbains perdent de la population dans cette recomposition interne. Les estimations existant pour la région Pays de la Loire confirment cette tendance entre 2001 et 2006 où les pôles urbains sont déficitaires dans ces mouvements de migrations résidentielles intra-régionales.

2.6. Le chapelet ligérien de pôles urbains

28La vallée de la Loire disparaît dans ce mouvement de desserrement urbain, au profit d’un continuum spatial (figure 3) où l’évolution positive de la population semble généralisée à l’exception de quelques petites villes ou communes de banlieues. La vallée ne forme plus un axe, mais une succession de pôles intégrés dans les différents types décrits précédemment. La dynamique positive de ce chapelet de pôles urbains relie au final la métropole parisienne et la façade atlantique.

29Ce chapelet ligérien se compose de grandes agglomérations dont les centres connaissent uniquement un accroissement du solde naturel (figure 4a). Des villes moyennes s’y intercalent dont les centres perdent de la population contrairement à leur couronne périurbaine. Elles préservent malgré tout un solde naturel positif qui distingue là encore la vallée du reste du Bassin parisien. Entre ces agglomérations, des espaces hypo-urbains s’apparentent aux espaces interstitiels car ils jouissent d’une bonne accessibilité aux grands pôles éloignés et de la proximité de petites villes : c’est le cas du Val d’Authion vers Saumur et du Chinonais immédiatement à l’est. Cette partie de la vallée, identifiée en première partie comme le tronçon de la Loire le moins bien polarisé et isolant les réseaux urbains des régions Centre et Pays de la Loire, apparaît avec une dynamique démographique contrastée. Loin des grandes agglomérations, mais équipée de bons moyens de transports (voie ferrée et autoroute A85), cette partie affiche des soldes migratoire et naturel positifs (figure 4) dans les communes peu peuplées. Le solde naturel de la commune urbaine de Saumur est positif, à la différence d’autres communes urbaines plus modestes comme Chinon, Bourgueil ou Langeais. Là encore, la continuité entre les deux régions administratives est peu marquée.

30D’autres espaces interstitiels assurent une continuité plus nette de la vallée autour de petites villes telles qu’Amboise, Beaugency ou en amont d’Orléans jusqu’à Gien. Toutefois les bourgs situés sur les plateaux profitent aussi de ce mouvement qui contribue à la perte de visibilité de la Loire. Ce réseau de villes secondaires participe à la formation d’une armature urbaine polycentrique autour des grandes agglomérations.

31À cette échelle, la vallée de la Loire se présente encore moins comme l’axe majeur des dynamiques régionales. Elle est intégrée dans une logique spatiale de l’accessibilité car elle concentre des moyens de transport variés. Équipée très tôt de voies ferrées sur toute sa longueur (seconde moitié du 19ème siècle), son développement autoroutier a privilégié les itinéraires Paris-Province qui ont profité à deux tronçons disjoints de la vallée : Angers-Nantes , d’une part, et Orléans-Tours, d’autre part. L’ancienneté du peuplement et de l’équipement de la vallée assure la permanence de la géographie du Centre-Ouest, caractérisée aujourd’hui par ce chapelet d’agglomérations aux dynamiques positives, surtout grâce au solde naturel.

32Toutefois, la Loire ne résiste pas aux dynamiques démographiques et géographiques qui sont générales à l’ensemble de la France. La diffusion du mode de vie urbain dans les espaces ruraux, c’est-à-dire la périurbanisation, la multi-polarisation des espaces et le desserrement urbain sont des phénomènes que nous avons observés sur toute l’étendue de l’espace du Centre-Ouest et qui se développent au niveau national. La Loire n’est donc pas un « objet » fédérateur, ni même une contrainte au niveau régional. Seul le changement d’échelle va permettre de comprendre qu’elle joue encore un rôle à l’échelon local.

3. De la contrainte à l’intégration

3.1. L’étude diachronique

  • 8 La première édition de cette couverture cartographique s’échelonne de 1955 à 1960 suivant les feuil (...)

33Si la Loire ne fédère plus, il semble alors légitime d’inverser la question : offre-t-elle une contrainte géographique au peuplement de ses rives ? Un éventuel effet de contrainte n’est pas perceptible à l’échelle analysée précédemment. Pour mieux appréhender l’incidence négative portée éventuellement par le régime hydrologique irrégulier du fleuve, il est nécessaire d’augmenter l’échelle cartographique. Une comparaison diachronique du tissu urbain construite à partir de cartes topographiques au 1/100 000ème donne les tendances des dynamiques urbaines internes que les statistiques recensées dans un maillage donné ne permettent pas d’atteindre aussi finement. La bonne homogénéité de cette source cartographique dans le temps et sur le territoire permet d’établir une évolution des surfaces bâties et urbanisées sur une période allant de 1955/19608 à 2005.

  • 9 Par commodité d’expression, les « plateaux » définissent les parties de communes situées hors des z (...)

34En croisant avec l’extension des zones inondables, cette analyse spatiale pose l’hypothèse d’un effet de contrainte du fleuve sur le développement de la ville. Signalons d’abord qu’aucune péripétie naturelle n’est venue inquiéter les villes bordant la Loire depuis longtemps. Les dernières inondations aux conséquences dévastatrices remontent à plus de 150 ans sur la Loire moyenne (1856 est l’année des dernières plus hautes eaux connues) et à 100 ans sur la basse Loire en aval de la confluence de la Maine (la crue de 1910 correspond aux dernières plus hautes eaux connues). Ces deux références définissent l’inondation dans les plans de prévention des risques naturels et dans notre méthode. À l’inverse, les espaces situés en dehors des zones inondables sont en grande majorité les parties de communes situées sur les coteaux et les plateaux9. L’extension spatiale de ces deux types d’espace complémentaire est croisée à l’évolution des surfaces des zones bâties. L’analyse de ces taux de surfaces bâties est appliquée pour les cinq principales agglomérations riveraines de la Loire : Orléans, Blois, Tours, Angers (sur les rives de la Maine) et Nantes. Cette analyse permet ensuite de décrire la croissance des villes ligériennes sous la forme d’une modélisation graphique.

3.2. Le développement urbain et la vallée de la Loire

35Vers 1955, les cinq agglomérations étudiées, telles que définies par l’INSEE en 1999, connaissent des taux de surfaces bâties assez faibles sur les parties communales situées sur les plateaux (tableau 2).

Tableau 2. Évolution des taux de surfaces bâties des cinq agglomérations de l’après-guerre à nos jours (en %)

Parties situées en zone inondable dans les communes des agglomérations coupant la vallée

Parties situées sur les plateaux dans les communes des agglomérations coupant la vallée

1955

1985

2005

1955

1985

2005

Nantes

4,1

10,4

14,0

Nantes

17,5

37,4

49,6

Angers

6,1

8,3

11,7

Angers

22,1

31,5

40,4

Tours

14,0

19,5

24,9

Tours

6,4

12,5

19,1

Blois

5,9

7,4

12,1

Blois

6,0

14,0

24,8

Orléans

6,2

11,9

23,5

Orléans

11,1

19,7

30,2

Taux moyen

7,6

12,7

18,4

Taux moyen

12,6

24,5

34,3

Sources : IGN, INSEE, Nantes-Métropole.

36La caractéristique des plateaux étant de s’ouvrir sur des espaces très peu urbanisés, de nouveaux quartiers d’habitation vont s’y étendre. Dans les années 1960 et 1970, les plateaux de la Loire sont ainsi investis par des immeubles et des zones d’activités et commerciales.

37Pour autant de grandes opérations n’épargnent pas la vallée et la zone inondable qui connaissent (aussi) une urbanisation constante, mais avec des taux plus modestes entre 1955 et 1985. Sur les plateaux, le taux de surfaces bâties est multiplié par 2 contre 1,7 en zone inondable. L’agglomération de Tours se démarque, car il s’agit de l’unique pôle urbain ayant un centre-ville qui se soit historiquement installé en zone inondable : c’est la seule agglomération dont la croissance du taux sur la période est plus importante dans la partie inondable que sur les plateaux.

38Lorsque l’urbanisation investit la vallée, des opérations remodèlent la morphologie du cours d’eau et de sa vallée. À Tours, les rives du Cher sont ainsi redressées, endiguées, et le fond de la vallée surélevé pour bâtir des immeubles d’habitation. Nantes s’accroît dans la même logique dans les années 1960 et 1970 : l’île Beaulieu et le quartier Pré-Gauchet/Malakoff se développent. Cependant, les surfaces bâties de la vallée dans la métropole nantaise restent très faibles par la présence sur ce territoire de vastes surfaces humides en aval. Angers et surtout Blois n’ont pas connu ce type d’opération urbanistique d’envergure et leur taux s’élève modérément. À Orléans, le taux de la zone inondable urbanisée est multiplié par 2 dès cette première période (1955-1985) et se rapproche en 2005 de celui des plateaux : 23,5 % contre 30,2 % pour les plateaux. La raison est à chercher dans la création de la ville nouvelle d’Orléans-la-Source dès les années 1960. Avec le centre-ville situé sur le rebord du plateau en rive droite et la ville nouvelle sur le plateau en rive gauche, l’espace inondable entre la Loire et le Loiret, large de 4 km en amont et de moins de 1 km en aval, devient un centre géométrique. À l’image de ces espaces interstitiels éloignés décrits précédemment, ces anciennes terres maraîchères du val d’Orléans acquièrent une position centrale dans le bi-pôle orléanais. La possibilité d’accéder aussi facilement au centre-ville qu’aux nouvelles activités installées dans cet aménagement urbain volontaire, crée alors une opportunité géographique sur cet espace. Orléans est un cas exemplaire où le val, après le développement des plateaux, retrouve un intérêt : l’urbanisation des vallées connaît un rattrapage vis-à-vis des plateaux.

39Le fonctionnement équivalent au val d’Orléans s’observe sur les autres agglomérations, à la différence que l’amélioration de la centralité géographique des vallées passe par l’amélioration de son accessibilité aux autres pôles périphériques apparus au cours des dernières décennies. La multiplication des ponts traversant le fleuve et la création de rocades lèvent alors l’obstacle fluvial. À Blois par exemple, l’unique pont ancien face au cœur historique de la ville est doublé en amont dans les années 1970 par un ouvrage qui donne accès au plateau urbanisé, où la ville s’est étendue et où se concentre une grande part des emplois. Au milieu des années 1990, un troisième pont en aval améliore les relations avec le quartier de la gare et à une partie ouest de ce même plateau. Mieux connectée, la rive gauche ne dépend plus de l’unique vieux pont historique et retrouve un certain intérêt urbain dans cette agglomération de 65 000 habitants : de 6 %, le taux de surfaces bâties passe à 12 % en 2005. Les exemples d’amélioration de l’accessibilité par les nouveaux ponts construits dans ces villes du Val de Loire sont nombreux et de nouvelles constructions tendent à fluidifier les échanges entre les deux rives : c’est le cas à Angers sur la Maine avec l’arrivée du tramway ou à Nantes entre l’Île de Nantes et le quartier sud de la gare.

3.3. Le modèle des villes ligériennes

40Ces différentes phases d’expansion urbaine s’expriment par une modélisation graphique.

Figure 5. Le modèle urbain de la ville ligérienne des années 1945 à 2005

Figure 5. Le modèle urbain de la ville ligérienne des années 1945 à 2005

© D. Andrieu - 2011.

41Le développement du transport individuel et l’émergence de nouveaux modes de consommation qui sont liés à ces évolutions du tissu urbain, éloignent relativement la rive opposée au centre historique des nouvelles zones d’activités en périphérie. Dans un premier temps, la traversée du fleuve étant peu développée, l’urbanisation s’effectue sur l’axe de communication transversal à la Loire emprunté par le pont (ou par les ponts situés dans la continuité du centre historique, comme à Angers). La densification du plateau contigu au centre historique engorge les flux au niveau des ponts et rend difficile l’accessibilité de la rive opposée. La construction de rocades ou d’axes autoroutiers est ensuite la solution qui permettra de fluidifier le trafic dans l’agglomération, en détournant le trafic de transit (national ou international) concerné par l’engorgement de la traversée du fleuve. La rive opposée retrouve alors une nouvelle place : elle devient plus accessible aux différents centres d’intérêt de l’agglomération. Ce modèle se décline en deux formes :

  • Développement des plateaux de part et d’autre du fleuve : il concerne les grandes agglomérations dont les deux plateaux se densifient rapidement au cours des Trente Glorieuses (c’est le cas de toutes les agglomérations étudiées, sauf Blois). De cette manière, la vallée et sa zone inondable acquièrent une nouvelle centralité, la multiplication des moyens de communication facilitant l’intégration de quartiers enclavés. Au-delà du cas d’Orléans, citons par exemple l’Île de Nantes en pleine reconversion urbaine ou la vallée en aval de Tours (commune de La Riche par exemple dont l’intégration est améliorée par la construction du périphérique traversant le Cher et la Loire).

  • Développement dissymétrique des plateaux : il concerne les agglomérations moyennes telles que Blois, dont la rive droite bénéficie aujourd’hui d’une meilleure accessibilité à l’ensemble de l’agglomération. Ce modèle s’observe sur d’autres sites comme Nevers en limite de l’espace étudié dans cet article.

42Cette analyse diachronique montre que la Loire a orienté sur une période récente le peuplement des villes riveraines en favorisant l’expansion de leur territoire transversalement à la vallée après l’avoir orienté longitudinalement [Rodier et al., 2010]. Pour autant, ces villes ne sont pas contraintes par le fleuve puisque leur développement spatial est facilité aujourd’hui par l’intégration de quartiers auparavant isolés derrières les digues de la Loire. L’extension urbaine s’effectue de façon concentrique, la Loire n’ayant créé qu’un effet d’écran momentané. À présent le fleuve est intégré au tissu urbain et l’aléa d’inondation n’est pas un frein au renouveau du développement de la vallée face à l’augmentation de la population sur ces espaces devenus centraux.

Conclusion

43La vallée de la Loire n’échappe pas au phénomène d’expansion spatiale de l’urbanisation. Après avoir été un axe attractif grâce à la navigation et ses activités induites, sa forme se modifie pour devenir un chapelet de pôles dynamiques traversant le Bassin parisien qui connaît une évolution démographique plus contrastée, voire négative. L’axe ligérien devient un trait d’union entre la capitale et la métropole nantaise, et plus largement vers la façade atlantique.

44Toutefois ce chapelet de villes se développe suivant un processus qui n’est pas restreint au Centre-Ouest et relève du fait urbain caractéristique du monde contemporain. La vallée de la Loire composant le site historique de ses villes, s’est intégrée à la croissance urbaine dont la mobilité – et son corollaire l’accessibilité – sont les facteurs déterminants aux deux échelles étudiées. Par ailleurs, la mobilité retourne depuis peu les mouvements migratoires en faveur de certains espaces ruraux qui connaissent des croissances démographiques sur des territoires peu denses. La pérennité de ce renouveau dépendra certainement du coût de l’énergie et des politiques de développement durable. Le renchérissement du prix des énergies fossiles interroge l’avenir de ces dynamiques démographiques et spatiales, car elles sont indissociables des modalités de transport individuel et de leurs coûts journaliers. La dispersion de l’habitat est aussi en contradiction avec les politiques de développement durable qui prônent une densification des espaces urbains et une moindre consommation des surfaces destinées à la construction.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU D. (2005), L’intérêt des cartogrammes dans la cartographie : l’exemple du traitement de l’élection présidentielle française de 2002, Revue Mappemonde, n° 77 (1-2005) ; http://mappemonde.mgm.fr/num5/articles/art05105.html

ANDRIEU D. (2010), « Le cartogramme : une autre dimension de l’espace urbain », in L. Cailly, M. Vanier (sous la dir.), La France - Une géographie urbaine, Armand Colin, Coll. U, pp. 70-73.

ANDRIEU D., DUMONT M. (2009), De Rennes-Nantes au Grand Ouest : les nouvelles cartes du peuplement, Place publique, n° 18.

ANDRIEU D., NOWIK L. (2005), « Le Val de Loire, un espace structurant pour les activités humaines ? », Contribution de l’UMR 6173 CITERES au colloque d’Angers « Val de Loire : la Loire, territoire de développement ? », organisé par la Mission Val de Loire.

BACCAÏNI B., LÉVY D. (2009), Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs, Insee Première, n° 1248 ; http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1248/ip1248.pdf

BACCAÏNI B., SÉMÉCURBE F. (2009), La croissance périurbaine depuis 45 ans, Insee Première, n° 1240 ; http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1240/ip1240.pdf

BIGARD M., DURIEUX E. (2010), « Occupation du territoire et mobilités : une typologie des aires urbaines et du rural », in La France et ses régions, INSEE ; http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/fsr10d.PDF

DEGORRE A., REDOR P., Enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 - Les départements du Sud et du littoral atlantique gagnants au jeu des migrations internes, Insee Première, n° 1116 ; http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1116/ip1116.pdf

DOUILLARD D., PIROT P., VIGNERON P., COLLOBERT J., GICQUAUD N., RODRIGUES A., SIGLER N. (2010), « La ville déborde de plus en plus sur la campagne », INSEE Pays de la Loire - en Pays de la Loire, Dossier n° 38 ; http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/dossiers/dossier38/dossier38.pdf

DUMONT M., ANDRIEU D. (2006), Qualité urbaine et ville durable à l’épreuve du Renouvellement Urbain. L’exemple du Grand Projet de Ville Malakoff-Pré-Gauchet à Nantes, Norois, n° 198, pp. 7-19.

DURVILLE J.-M. (2009), Densification de l'axe ligérien et dynamique localisée de l'espace rural, Insee Centre Info, n° 153 ; http://www.insee.fr/fr/insee_regions/centre/themes/ici/ici153/ici153.pdf

DURVILLE J.-M., CONNIN P. (2009), La région Centre, terre de migration, INSEE Centre Info, n° 156 ; http://www.insee.fr/fr/insee_regions/centre/themes/ici/ici156/ici156.pdf

GUILLEMOT L., SOUMAGNE J. (2007), Temporalités et services en milieu urbain : le cas d’Angers, Espace Populations Sociétés, n° 2-3 ; http://eps.revues.org/index2153.html

JULÉ M. (2009), En Pays de la Loire en 2006, des emplois en ville, des logements à la campagne, Insee Pays de la Loire Études, n° 77 ; http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/etudes/etudes77/etudes77.pdf

LAGANIER J., VIENNE D. (2009), Recensement de la population de 2006 - La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes, Insee Première, n° 1218 ; http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp ?ref_id =ip1218

LE BRAS H. (2007), Les 4 mystères de la population française, Odile Jacob.

LÉVY J. (1999), le tournant géographique - Penser l'espace pour lire le monde, Éd. Belin, Coll. Mappemonde.

LÉVY J. (sous la dir.) (2002), Jeu de Cartes, nouvelle donne : cartographier aujourd'hui les espaces d'aujourd'hui, Projet CartogrAm, Rapport Datar.

LÉVY J. (2007), Regarder, voir - Un discours informé par la cartographie, Les annales de la recherche urbaine, n° 102.

PUMAIN D., BRETAGNOLLE A., DEGORGE-LAVAGNE M. (1999), La ville et la croissance urbaine dans l'espace-temps, Revue Mappemonde, n° 55 (3-1999) ; http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M399/Pumain.pdf

RAPETTI D. (2007), Exode urbain des jeunes couples en Loire-Atlantique, Revue M@ppemonde, n° 88 (4-2007) ; http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07405.html

RODIER X., GALINIÉ H., BRUNET R. (2010), Tours : étude chrono-chorématique, Revue M@ppemonde, n° 100 (4-2010) ; http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10406.html

TURQUAN V. (1886), Répartition géographique et densité de la population en France, Journal de la Société de statistique de Paris, n° 27, pp. 259-271 ; http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k81428b

Haut de page

Notes

1 cf. Andrieu (2005), Mappemonde et encart pp. 70-73 Armand Colin, 2010. Lorsque 65 % de la population française résident en 2006 dans des unités urbaines qui ne couvrent que 12,3 % du territoire, représenter les dimensions de la topographie de l’espace devient un outil insuffisant à la compréhension sociodémographique des espaces très denses. Les communes urbaines peuplées apparaîtront « vastes », à l’inverse les communes rurales seront « petites », car peu peuplées.

2 En géographie, l’urbanité se définit par l’importance de la densité et de la diversité des objets socio-économiques en présence sur un espace. Elle est d’autant plus grande que la densité et la diversité de ces objets en relation est importante. Sa variation du centre vers la périphérie urbaine crée un gradient : cf. Lévy (1999), Le tournant géographique, Belin.

3 Nous reprendrons les deux principaux types d’espace urbain que l’INSEE a défini dans le zonage en aire urbaine et espace rural (cf. http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp ?page =zonages/aires_urbaines.html) :
Le pôle urbain : agglomération de communes dont le tissu urbain est continu ;
La couronne périurbaine : ensemble de communes contiguës et concentriques au pôle dont plus de 40 % des actifs se déplacent vers ce même pôle pour le travail.

4 L’augmentation des distances entre le domicile et le lieu de travail, ne s’accompagne pas d’un allongement de la durée du déplacement qui reste assez constant dans le temps : cette observation est faite par exemple sur Valence, cf. Pumain et al. (1999).

5 Lévy J. (sous la dir.) (2002), Jeu de Cartes, nouvelle donne : cartographier aujourd'hui les espaces d'aujourd'hui. Projet CartogrAm, rapport Datar 2002.

6 Ces niveaux hiérarchiques et les constats qui suivent, s’appuient sur la figure 2 qui représente les déplacements supérieurs à 100 personnes entre le domicile et le lieu de travail. Le choix de ce seuil est motivé par un souci de lisibilité cartographique et l’interprétation n’est pas différente lorsqu’il est inférieur à 100.

7 Les petites villes se présentent sur le cartogramme par des surfaces de formes arrondies : sur la figure 4a du solde naturel, entre Angers, le Mans et Tours les petites villes de la vallée du Loir apparaissent avec leurs valeurs négatives au centre de leurs couronnes périurbaines positives, reconnaissables par leurs formes très étirées car très peu peuplées.

8 La première édition de cette couverture cartographique s’échelonne de 1955 à 1960 suivant les feuilles. Sur Nantes, les données produites par Nantes-Métropole ont été préférées : 1952 est la première date pour cette agglomération.

9 Par commodité d’expression, les « plateaux » définissent les parties de communes situées hors des zones inondables. On ne perdra pas de vue que la réalité est plus fine : par exemple l’Île de Nantes située entièrement dans la vallée de la Loire, n’est qu’en partie inondable, pour 20 % de sa surface environ. Ce terme qui peut paraître comme un raccourci pour les géomorphologues est suffisant pour la démonstration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les densités communales en France en 2007
Crédits Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 2. Les déplacements domicile/travail entre les communes françaises en 2006
Crédits Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 3. Carte (3a) et cartogramme (3b) du taux de variation de la population entre 1999 et 2006
Légende * définition de l'INSEE.
Crédits Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 4. Cartogrammes des soldes naturels (4a) et migratoires (4b) entre 1999 et 2006
Crédits Sources : INSEE, IGN - © D. Andrieu - 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5. Le modèle urbain de la ville ligérienne des années 1945 à 2005
Crédits © D. Andrieu - 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Andrieu et Laurent Nowik, « La dynamique du peuplement dans le Centre-Ouest de la France  », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 603-616.

Référence électronique

Dominique Andrieu et Laurent Nowik, « La dynamique du peuplement dans le Centre-Ouest de la France  », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4735 ; DOI : 10.4000/eps.4735

Haut de page

Auteurs

Dominique Andrieu

CNRS - UMS 1835
Maison des Sciences de la Ville, de l’Urbanisme et des Paysages
BP 60449
33, allée Ferdinand de Lesseps
37204 Tours Cedex 03
dominique.andrieu@univ-tours.fr

Laurent Nowik

CNRS - UMR 6173 CITERES
Département de Sociologie, Université de Tours
33, rue des Tanneurs
BP 4103
37041 Tours Cedex 1
laurent.nowik@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals