Navigation – Plan du site
Articles

« La Ruée vers l’Ouest ? »

Une analyse de l’attraction résidentielle du littoral atlantique à partir du recensement
An Analysis of the Residential Attraction of the Atlantic Coast on the Basis of a Census
Didier Vye
p. 603-616

Résumés

Espaces convoités, les littoraux français sont généralement soumis à une forte attraction résidentielle, elle-même porteuse d’enjeux territoriaux majeurs. Toutefois, il existe un décalage entre l’importance de ces enjeux et la difficile évaluation de l’attraction du littoral, particulièrement en France. La perspective d’exploiter les données du recensement 2006 représente une excellente occasion de se pencher sur cette question en étudiant plus particulièrement la façade atlantique, devenue la plus attractive de France depuis 1999. Après s’être interrogé sur les indicateurs pertinents pour mesurer l’attraction résidentielle, l’article propose d’évaluer l’ampleur de ce processus au sein des villes du littoral atlantique puis d’en décliner les modalités (origine géographique et profil des migrants, espaces privilégiés d’implantation), notamment à partir d’une comparaison entre deux villes-ports : Lorient et La Rochelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Entre 1999 et 2006, la population des communes littorales de France métropolitaine a augmenté de 5  (...)
  • 2 Nous réserverons le terme de « migration » à la définition aujourd’hui communément admise par la co (...)

1Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia, en ravageant des centaines de maisons récemment construites sur les côtes vendéennes et charentaises, a mis en lumière l’ampleur inédite de la croissance démographique de cette partie du littoral français. Or, comme sur la plupart des littoraux, cette croissance est induite dans une très large mesure par l’arrivée de nouveaux résidents1. De ce fait, le choix du lieu de résidence est véritablement porteur de sens géographique. En effectuant une migration2, chaque individu, chaque famille contribue à rendre répulsif son précédent lieu de résidence et à rendre attractif son nouvel espace de vie. Dans un contexte de concurrence territoriale où les mobilités géographiques, en particulier résidentielles s’accentuent [Baccaïni, 2005 ; Donzeau & Pan Ké Shon, 2009], savoir attirer ou retenir de nouvelles populations est gage de dynamisme, les travaux portant sur l’économie résidentielle ayant établi une corrélation entre mobilité résidentielle et développement territorial [Davezies, 2009].

2Toutefois, la question de l’attractivité résidentielle véhicule des enjeux spécifiques sur le littoral, en France comme dans de nombreuses régions du Monde. Progressivement mises en désir par le tourisme tout en conservant à l’heure de la maritimisation de l’économie une fonction stratégique d’interface, les côtes sont désormais organisées autour de villes attractives et sont parcourues par de nombreuses tensions environnementales et socio-spatiales : conflits d’usages, inflation immobilière, exposition au changement climatique, inégalités écologiques. Or, il existe un décalage entre l’importance de ces enjeux et la difficile évaluation de l’attraction du littoral, particulièrement en France. La perspective d’exploiter les données du recensement 2006 représente toutefois une excellente occasion de se pencher avec précision sur les tendances actuelles de l’attraction résidentielle des façades maritimes françaises et plus particulièrement de la façade atlantique, devenue la plus attractive de France depuis 1999.

3Cependant, étudier l’attraction résidentielle du littoral dépasse l’analyse des flux migratoires. Ces derniers sont par définition centrés sur les changements de résidence principale négligeant ainsi les nouveaux modes d’habiter des populations à la fois poly-topiques [Stock, 2006] et interterritoriaux [Vanier, 2008]. L’objet de cet article est ainsi de prendre la mesure du phénomène de l’attraction résidentielle littorale à partir du croisement d’indicateurs simples (solde migratoire, nombre de résidences principales, de résidences secondaires..) issus du recensement. En revanche, il ne s’agit pas d’une étude sur l’attractivité du littoral c’est-à-dire sur son pouvoir d’attraction [Brunet, 1992 ; Moriconi-Hébrard, 2003]. Celle-ci nécessiterait une analyse à part entière interrogeant de manière systémique ses multiples déterminants : emploi, qualité de vie, stratégies résidentielles, rôle des politiques publiques et des effets d’image et de modes [Vye, 2005].

  • 3 Cette réflexion plus spécifique s’inscrit dans le cadre du programme de recherche DYTEFORT (PSDR-Gr (...)

4Interrogeons-nous d’abord sur les indicateurs à disposition du chercheur en général et du géographe en particulier pour mesurer l’attraction résidentielle à partir du recensement. Il s’agira ensuite d’évaluer avec précision l’antériorité, la puissance et les formes différenciées de cette « ruée vers l’Ouest ». Enfin, un éclairage particulier sera effectué sur deux villes-ports du littoral atlantique de taille similaire, Lorient et La Rochelle, mais développant des profils d’attraction assez dissemblables. Cette étude comparée et localisée sera l’occasion de cerner avec précision les profils de migrants ainsi que leurs espaces privilégiés d’implantation3. Cette caractérisation à l’échelle locale nous permettra d’appréhender certains enjeux socio-spatiaux des espaces littoraux français.

1. La difficile évaluation de l’attraction résidentielle littorale à partir du recensement

5Évaluer l’attraction résidentielle d’un territoire nécessite d’abord de comprendre l’organisation des flux migratoires. Or, dans le cas français, la question du changement de résidence principale est un évènement difficile à mesurer [Desplanques, 1994] et le chercheur reste largement tributaire des données du recensement. Nous questionnerons donc les apports et les lacunes de cette source avant de nous intéresser au choix des indicateurs et des échelles de mesure pertinentes pour estimer l’attraction résidentielle sur les littoraux. Nous nous placerons ici selon une perspective géographique, en complémentarité avec les analyses menées par les démographes de l’INED [Courgeau, 1973 ; Pan Ké Shon, 2007] ou des statisticiens de l’INSEE [Baccaïni, 1999] aux attentes méthodologiques qui peuvent différer.

1.1. Le recensement de population : un recensement des migrants et non des migrations

  • 4 Au sein de l’Europe des 27, ces 7 pays sont : Chypre, la France, la Grèce, l’Irlande, Malte, le Por (...)

6Au sein de l’Union européenne, la France fait partie des rares pays qui ne disposent pas de registres de population [Poulain, 1994 ; Thierry, 2008]4, seul dispositif capable de mesurer en continu les trajectoires résidentielles des individus. Or, la dernière tentative d’enregistrement obligatoire des changements de résidence remonte à 1941 quand l’État de Vichy souhaitait contrôler, sous la pression de l’occupant nazi, les déplacements des individus en « zone libre ». Ce lourd héritage explique certainement la réticence de la population française vis-à-vis de l’obligation de déclarer son changement de domicile en mairie alors même que beaucoup le font auprès d’organismes publics ou privés. Ces nombreuses sources administratives pourraient renseigner le chercheur mais ils sont souvent incomplets (fichiers électoraux, EDF) ou très difficiles d’accès (Assurance-maladie, fichiers fiscaux..). Les enquêtes ménages réalisées par l’INSEE (« Emploi », « Logement », « Déplacement/transport ») sont quant à elles généralement inadaptées à une étude spatialisée et exhaustive à l’échelle nationale. Enfin, la mise en place d’un échantillon démographique permanent rénové et adossé au recensement peut être une source très utile pour les démographes [Pan Ké Shon, 2007], mais beaucoup moins pour les géographes, toute analyse infrarégionale étant impossible.

7Seul le recensement représente une source incontournable bien qu’imparfaite, l’étude des migrations y étant très secondaire. De 1962 à 1999, celle-ci dépendait d’une question unique sur le lieu d’habitation au 1er janvier du recensement précédent. Or, la période intercensitaire n’a cessé d’augmenter passant de 6 ans au milieu des années 1960 à 9 ans pour les années 1990. C’est en partie pour corriger cette obsolescence croissante des données du recensement général que celui-ci a été remplacé à partir de 2004 par les « Enquêtes annuelles de recensement ». On connait les réserves que cette réforme a suscitées au sein de la communauté scientifique en général et des géographes en particulier [Bussi, 1999 ; Damais, 2001]. Pour notre propos, la définition d’une période intercensitaire plus courte (5 ans) est un progrès indéniable mais la connaissance des migrations reste dépendante d’une seule question « Où habitiez-vous le 1er janvier (5 ans auparavant) ? » alors même que le Conseil National de l’Information Scientifique préconisait dès 1999 de poser également une question sur le lieu de résidence 1 an plus tôt. Ainsi, ce nouveau recensement ne permet toujours pas de reconstituer des itinéraires migratoires. Au mieux, il comptabilise des « migrants » mais leur nombre réel est lui-même sous-estimé puisque trois catégories ne sont pas comptabilisées : les migrants partis à l’étranger au cours des 5 dernières années, les migrants décédés entre temps et ceux ayant fait au cours de la période au moins deux changements de résidence avec retour dans la résidence de départ [INSEE, 2009].

8Si le recensement sous-estime le fait migratoire, les données issues du bulletin individuel permettent de transmettre de nombreuses informations sur le migrant lui-même (sexe, âge, nationalité, diplôme, activité, catégorie socioprofessionnelle..) et le recensement rénové a permis de réduire la fenêtre pour supposer l’âge au moment de la migration. De surcroît, la problématique liée aux enfants en bas âge a été évacuée dans la mesure où les enfants de moins de 5 ans ne sont désormais plus comptabilisés. Toutefois, les caractéristiques du migrant ne sont connues qu’au moment de la date du recensement et non au moment de la migration alors même que celle-ci peut-être liée à un changement de statut familial ou professionnel. Comme nous y invite l’INSEE, il ne faudrait pas écrire « migration de retraités » mais « migrations de retraités au moment du recensement » [INSEE, 2009].

1.2. De la connaissance des migrations à la mesure de l’attraction migratoire littorale : quels indicateurs et échelles d’analyse ?

9Qualifier un espace d’attractif ne se fait pas simplement en fonction du nombre de migrants qu’il enregistre. Toute analyse de l’attractivité territoriale doit aussi tenir compte de la capacité d’un territoire à limiter les départs. L’indicateur de base à utiliser est ainsi le solde migratoire qui mesure pour un territoire la différence entres les entrées et les sorties au cours d’une période donnée. Notons ainsi qu’un solde proche de zéro peut tout aussi bien signifier une forte intensité des échanges (beaucoup d’entrées et beaucoup de sorties) qu’une faiblesse de ces échanges. À partir du recensement, l’INSEE produit deux types de soldes.

Tableau 1. Indicateurs issus du recensement et permettant d’évaluer l’attraction résidentielle littorale en France métropolitaine

Tableau 1. Indicateurs issus du recensement et permettant d’évaluer l’attraction résidentielle littorale en France métropolitaine
  • 5 En revanche, la nouvelle formule du recensement exclut désormais l’analyse à l’échelle de l’îlot ur (...)

10Le premier est appelé solde apparent des entrées-sorties (ou solde migratoire total apparent). Il possède l’inconvénient d’être calculé par défaut, puisqu’il résulte de la différence entre la variation totale d’une population entre deux recensements et le solde naturel connu avec précision grâce aux registres d’état civil. Il est également qualifié d’apparent car il dépend aussi des variations de la qualité de la donnée entre plusieurs recensements. Malgré ces défauts, il s’agit d’un solde calculé dès que sont disponibles les chiffres de populations légales et peut ainsi être réactualisé chaque année depuis 2004. Il présente également l’avantage d’être calculé de la commune à la France entière5. Enfin, il englobe indirectement les migrations internationales. C’est ainsi l’indicateur le plus simple lorsqu’il s’agit de mesurer l’attraction globale d’un territoire.

11Mais le solde migratoire apparent n’est pas suffisant dans la mesure où il ne donne aucun renseignement sur le profil des migrants. Or, un même territoire peut-être attractif pour une catégorie de population et répulsif pour une autre. Par exemple, la région Parisienne, qui peut hâtivement être qualifiée de pôle répulsif du fait de son solde migratoire négatif depuis les années 1970, joue en fait le rôle de pôle organisateur des migrations en France en attirant des jeunes actifs tout en constituant un pôle de départ pour les actifs plus âgés. Or, cette tendance ne peut être qu’observée qu’à partir du second type de solde produit par l’INSEE. Cet indicateur directement calculé à partir de la question relative au lieu de résidence, est nommé solde migratoire interne car il ne cerne que les déplacements des populations restées en France. Il offre néanmoins la possibilité de décomposer, de la commune à la région, les flux entrants et les flux sortants, de connaître les échanges migratoires entre zones ainsi que les caractéristiques socio-démographiques des migrants.

12Toutefois, afin de mesurer l’attraction migratoire sur le long terme, ces soldes doivent être convertis en taux annuels afin de tenir compte de la variabilité des périodes intercensitaires. Cette conversion donne ainsi naissance au taux de variation annuelle due au solde migratoire apparent, exprimé le plus souvent en % et au taux annuel de migration nette interne (pour 10 000). Toutefois cette conversion en taux a pour inconvénient de surestimer l’attraction migratoire des espaces les moins peuplés.

  • 6 Sur 18 départements, 10 bordent réellement l’Atlantique même si parmi eux, l’Ille-et-Vilaine en Bre (...)

13À quelle échelle appliquer ces indicateurs afin de mesurer l’attraction du littoral ? Les études des migrations internes en France traitent de l’organisation des flux interrégionaux [Baccaïni, 1993 ; Baccaïni 2001] ou interdépartementaux [Baccaïni & Lévy, 2009]. Les changements de régions étant moins fréquents que les autres changements de résidence, cette échelle de raisonnement tend à faire correspondre davantage le migrant et la migration. De plus, en traitant des échanges entre 22 unités statistiques en France métropolitaine, les migrations interrégionales sont les plus commodes pour comprendre de manière simplifiée le système migratoire français. C’est donc à cette échelle que les principales tendances du système migratoire français ont été mises en avant depuis les années 1980 comme la « Revanche des Suds » [Pumain, Saint-Julien, Ferras, 1990] ou l’« Appel de l’Ouest » [Baccaïni, 2001]. Toutefois, dans le cadre de notre étude, cette échelle nous paraît insuffisante : comment mesurer l’attraction du littoral atlantique alors même que l’ensemble des régions bordant l’océan Atlantique (Bretagne, Pays de La Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine) ont la moitié de leurs départements situés à l’intérieur des terres6 ? L’échelle départementale est évidemment plus précise sans être totalement satisfaisante en raison du nombre de villes importantes non littorales (Pau, Mont-de-Marsan, Dax, Saintes, La Roche-sur-Yon, Rennes) sans oublier le cas particulier des deux métropoles principales de la France de l’Ouest (Nantes et Bordeaux) situées en fond d’estuaire.

14À l’opposé, appliquer les soldes migratoires à une échelle communale présente l’inconvénient, outre la lourdeur du traitement statistique à cette échelle, de ne pas être pertinente dans le cadre du recensement rénové. Celui-ci sépare les communes selon une double distinction : d’une part, une distinction démographique entre les communes de moins de 10 000 habitants qui conservent un recensement exhaustif et les communes de plus de 10 000 habitants où seulement 40 % de la population est recensée à raison de 8 % par an ; d’autre part, une distinction temporelle dans la mesure où chaque commune n’est plus recensée la même année. Pour permettre la comparaison, l’INSEE a choisi d’attribuer à l’année médiane la valeur de l’estimation (2006 pour le 1er cycle 2004-2008), ce qui signifie que les changements de résidence sont eux aussi lissés sur deux bornes temporelles (2001 et 2006). Mais en réalité, il existe un décalage de 4 ans entre les populations du 1er groupe de communes qui se sont vues demander en 2004 où elles habitaient en 1999 et celles du dernier groupe qui se sont vues poser cette question en 2008 pour l’année 2003.

  • 7 Les défauts les plus rédhibitoires sont : l’absence de réactualisation depuis 1999, l’unique prise (...)

15Au-delà de ce biais statistique, l’échelle communale est devenue obsolète au regard des mobilités quotidiennes des populations. Ainsi, nous avons choisi le périmètre des aires urbaines qui, malgré d’incontestables défauts7, nous semble celui qui reste le mieux adapté dans le cadre de cette étude. Travailler à cette échelle permet d’individualiser les aires urbaines en bord de mer et de les comparer avec celles situées à l’intérieur des terres, de comparer l’attraction en fonction de la taille (petite ville, ville moyenne, grande ville) ou des fonctions (métropole, ville portuaire, ville touristique, ville-station) rendant possible la construction de typologies. Ce périmètre permet aussi une comparaison sur le long terme : bien que le zonage ait été créé en 1999, l’INSEE a en effet constitué une base de données rétrospective permettant de suivre les évolutions de la croissance démographique des aires urbaines depuis 1975. Enfin, ce périmètre permet de ne pas se focaliser uniquement sur les flux à longue distance, ce qu’induisaient les migrations entre régions. Toutefois, pour mesurer le décalage éventuel entre l’attraction départementale et l’attraction des aires urbaines littorales proprement dite, nous croiserons utilement ces deux échelles.

1.3. De l’attraction migratoire à l’attraction résidentielle littorale

16Pour que notre analyse soit davantage celle de l’attraction résidentielle que celle de l’attraction migratoire, il convient de considérer un autre type d’indicateur : l’évolution du parc de logements. Ce dernier distingue, à partir de la déclaration effectuée par le recensé (feuille logement), la résidence principale (83 % des logements en France en 2007), la résidence secondaire ou occasionnelle (10 %) et les logements vacants (7 %). En effet, le recours à cet indicateur incluant la notion de résidence secondaire ou occasionnelle s’avère d’autant plus indispensable dans le cas d’une étude portant sur la frange côtière. En effet, considérer l’attraction résidentielle uniquement sous l’angle des changements de résidence principale peut-être pertinente à l’échelle de la France entière ou même dans l’analyse de l’attractivité des villes. En revanche, au sein de certains espaces ruraux, des zones de montagne ou du littoral, cela prive le chercheur d’une réflexion sur l’ensemble des mobilités et de modes d’habiter aujourd’hui en plein essor rendant de plus en plus floue la frontière entre résidences principales et résidences secondaires [Sacareau, Vacher, Vye, 2010]. En effet, ces dernières sont particulièrement nombreuses sur le littoral, représentant plus d’un tiers du parc de logements en France en 2006 selon l’Observatoire du littoral. Or, l’acquisition d’une résidence secondaire est parfois destinée à devenir à terme une résidence principale, notamment au moment de la retraite. Enfin, la multirésidentialité et l’habiter poly-topique tend aujourd’hui à s’affirmer avec la mobilité croissante des individus et l’éclatement des lieux de vie, de loisirs et de travail (familles recomposées, couples bi-actifs). Enfin, qu’ils soient secondaires, occasionnels ou principaux, les logements participent tous au développement d’une économie résidentielle, induite par les mobilités et levier de développement de nombreux littoraux [Davezies, 2008].

1.4. Qualifier l’attraction littorale : amplitude et profil des nouveaux résidents à partir des statistiques bi-localisées

  • 8 En effet la confusion est fréquente entre une migration interrégionale et une migration à longue di (...)

17Enfin, le recensement INSEE offre la possibilité de reconstituer le lien entre le lieu de résidence actuel et le lieu de résidence antérieure. Ces statistiques bi-localisées permettent de distinguer des flux entre territoires voisins ou au contraire très éloignés et ainsi de mesurer l’amplitude spatiale de l’attraction. La mise en évidence de flux à longue distance, est alors meilleure entre les aires urbaines qu’entre les régions8. Par exemple, nous pouvons évaluer le nombre de résidents qui ont quitté l’aire urbaine parisienne pour venir s’installer dans celles situées sur le littoral atlantique et vérifier ainsi l’hypothèse que ces ex-Franciliens représentent la majeure partie des migrants à longue distance s’installant sur les côtes françaises. Toutefois, s’attarder sur les seules entrées n’a de sens que si l’on compare des territoires au poids démographique similaire. C’est ce que nous ferons en 3ème partie en comparant La Rochelle et Lorient. Ce choix nous permettra de replacer l’attraction littorale dans des contextes territoriaux spécifiques. Cela permettra aussi de s’attarder sur le profil de ces nouveaux résidents à partir d’une étude croisant l’activité et la catégorie socioprofessionnelle à partir des données issues de l’exploitation complémentaire. Enfin, ce sera aussi l’occasion, inédite, de mesurer à l’intérieur de l’aire urbaine, le lien entre l’attraction littorale et la périurbanisation en comparant, commune par commune la part des flux provenant de l’extérieur de l’aire urbaine avec celle des flux internes (3.3.). Toutefois, en raison des biais existants à l’échelle communale, nous présenterons nos résultats comme des ordres de grandeurs et nous exclurons certaines communes aux flux trop peu significatifs.

18Le tableau 1 résume les indicateurs choisis pour mesurer l’attraction littorale à partir des résultats du recensement INSEE de 2006.

Tableau 2. La réorientation des flux migratoires vers la façade atlantique en valeur absolue (1982-2008)

Tableau 2. La réorientation des flux migratoires vers la façade atlantique en valeur absolue (1982-2008)

(1) Solde migratoire apparent par période intercensitaire
(2) Départements : Manche, Calvados, Seine-Maritime, Somme et Pas-de-Calais
(3) Départements littoraux des régions PACA et Languedoc-Roussillon
(4) Départements littoraux des régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Bretagne

Sources : Insee, Recensements de la Population (RP) de 1968 à 1990 dénombrements - RP1999 et RP2008 exploitations principales - État civil.

2. Une « ruée vers l’ouest » qui cache des formes différenciées d’attraction résidentielle sur le littoral

19Le 8 décembre 2010, la une du Journal Sud-Ouest s’intitulait « La Ruée vers l’Ouest fait toujours rêver ». Cette expression s’inscrit dans une série de formules utilisées en marketing territorial (« l’Effet Côte Ouest » slogan de la ville de Nantes depuis les années 1990) ou par les démographes de l’INSEE (« l’Appel de l’Ouest » de Brigitte Baccaïni). Cette rhétorique rend compte d’une réorientation plus ou moins massive des flux migratoires vers les régions bordant l’Atlantique à partir de la décennie 1990. Il s’agira toutefois de montrer que derrière ce processus incontestable se cachent des formes contrastées d’attraction résidentielle dans l’espace et dans le temps, en particulier lorsque l’on s’attarde plus spécifiquement sur les pôles urbains de la frange côtière.

2.1. 1982-2007 : la réorientation progressive des flux migratoires vers l’Ouest français

20À l’image du célèbre « Exode rural », les expressions « Ruée vers l’Ouest » ou « Appel de l’Ouest » semblent renvoyer à un phénomène massif (carte1). Or, il s’appuie surtout sur des statistiques relatives aux migrations interrégionales, type de flux qui est loin d’être majoritaire puisqu’il est beaucoup moins fréquent de changer de région que de département et a fortiori de commune [Baccaïni, 2007]. Toutefois, il est possible de cerner avec plus de précision ce glissement progressif des flux en direction de la façade atlantique tant en valeur absolue qu’en valeur relative.

21La comparaison en valeur absolue depuis 1982 de l’attraction migratoire des trois grandes façades maritimes, considérées ici par département montre bien ce glissement. Si la façade atlantique attirait durant les années 1980 environ deux fois moins de population que la façade méditerranéenne, elle est depuis le début du 21ème siècle devenue la plus attractive de France avec un gain de près de 600 000 personnes entre 1999 et 2008 soit presque 100 000 personnes de plus que les départements bordant la Grande Bleue (Corse exceptée).

22Il est également possible de croiser l’échelle départementale et l’échelle des aires urbaines françaises de plus de 50 000 habitants puis, en comparant leur niveau d’attraction depuis 1982 à travers le solde migratoire apparent.

Carte 1 La réorientation progressive de l'attraction migratoire vers les départements et les principales aires urbaines de l'Ouest français (1982-2007)

Carte 1 La réorientation progressive de l'attraction migratoire vers les départements et les principales aires urbaines de l'Ouest français (1982-2007)

Source : INSEE-RP (recensement de la population).
Conception : D. Vye.
Réalisation : P. Brunello - http://www.univ-lr.fr/​ctig

23Cette série de cartes souligne la permanence d’une France des départs qui s’étend au nord-est d’une ligne Le Havre/Paris/Genève avec cependant l’Alsace comme « îlot » d’attraction. À cette France « répulsive », s’oppose dans les années 1980, une France attractive se résumant aux départements limitrophes de l’Île-de-France, aux métropoles régionales, aux Alpes et aux Midis (méditerranéen, toulousain ou aquitain). Marseille exceptée, la métropolisation et la revanche des Suds sont alors les deux logiques dominantes. Dans les années 1990, la géographie de l’attraction devient plus contrastée au sud mais remonte le long de la façade atlantique englobant la Charente-Maritime, la Vendée et l’ensemble des départements bretons avec une attraction remarquable des capitales régionales de l’Ouest (Poitiers, Nantes, Rennes). Cette attraction est bien « atlantique » dans la mesure où une césure s’opère à partir du département de la Manche. Au tournant du 21ème siècle, cette tendance s’accentue puisque les départements bordant le littoral atlantique voient leur attraction se renforcer notablement : les Landes deviennent le département le plus attractif de France depuis 1999 avec 1,5 % de croissance annuelle, les Pyrénées-Atlantiques doublent leur rythme de croissance, dynamique largement enclenchée en Gironde, Vendée ou Finistère. Les progrès sont encore plus spectaculaires pour deux des quatre départements bretons : le Morbihan triple son rythme de croissance pendant que les Côtes d’Armor le quadruplent ! En comparaison, les deux départements les moins littoralisés (Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique) apparaissent plus en retrait. Ceci est à mettre en relation avec une stagnation de l’attraction de Nantes et de Rennes depuis 1999. Ces villes poursuivent toutefois une croissance démographique sensible en raison d’un solde naturel largement excédentaire, caractéristique des métropoles à la population plus jeune que celle des villes en bord de mer. Certes, ces territoires atlantiques n’ont pas le monopole de la croissance, mais cette dynamique d’ensemble tranche avec une façade méditerranéenne qui, de manière générale, n’atteint pas les taux de croissance des années 1980 et encore moins ceux de la fin des Trente Glorieuses quand le solde migratoire était fortement alimenté par l’immigration en provenance du Maghreb, qu’il s’agisse d’étrangers ou de rapatriés.

24La carte 1 montre bien que l’échelle régionale est insuffisante pour lire l’attraction migratoire à l’image de la Région Pays de la Loire. Même si depuis 1999, les contrastes s’atténuent entre les départements, des différences notables sont visibles entre les villes littorales. Ceci rend nécessaire la construction d’une typologie des formes d’attraction migratoire à cette échelle.

2.2. D’une ville littorale à l’autre, des formes contrastées d’attraction migratoire

25La comparaison porte sur trois catégories d’aires urbaines en France métropolitaine (carte 2) :

  • L’ensemble des aires urbaines littorales c’est-à-dire comportant au moins une commune littorale au sein de leur périmètre ;

    • 9 Ce choix de restreindre la comparaison aux 50 premières aires urbaines plutôt qu’à l’ensemble des 3 (...)

    Les 50 aires urbaines les plus peuplées de France en 2007 (plus de 150 000 habitants) afin de replacer l’attraction littorale dans un contexte national 9;

    • 10 L’Eure, le Pas-de-Calais et la Somme ont toutefois été exclus en raison de la petitesse de leur tra (...)

    Les aires urbaines non littorales de moins de 50 000 habitants appartenant à des départements littoraux afin de cerner les différentiels d’attraction entre la bande côtière et l’arrière-pays et de mesurer d’éventuels effets de « façade »10.

  • 11 Attraction forte ou élevée lorsque celle-ci dépasse les 0,7 %/an, moyenne entre 0,3 % et 0,7 %, fai (...)

26La typologie a été construite selon deux critères : d’une part le gradient d’attraction annuelle pour la période la plus récente (1999-2007)11 et, d’autre part, l’évolution de l’attraction sur les trois derniers recensements (1982-2007). Le croisement entre ces deux critères aboutit à la création de 7 types différents (voir légende).

Carte 2. L’attraction contrastée des aires urbaines littorales (1982 – 2007)

Carte 2. L’attraction contrastée des aires urbaines littorales (1982 – 2007)

Source : INSEE - RP.
Traitement : D. Vye.

27La plupart des aires urbaines des littoraux atlantiques et méditerranéens appartiennent aux trois premiers types et présentent des niveaux d’attraction systématiquement supérieurs à celles des plus grandes villes de France, Toulouse étant la seule à pouvoir rivaliser avec les villes littorales. À l’inverse, l’aire urbaine brestoise fait figure d’exception, sa situation migratoire ne s’améliorant pas au cours de la dernière décennie. Malgré les efforts des pouvoirs publics pour changer l’image de la ville, Brest reste plus proche du profil migratoire des villes portuaires et industrielles de la Manche et de la Mer du Nord. L’exemple brestois tranche avec le cas des autres villes portuaires situées plus au sud comme Lorient ou Toulon. Ces dernières, bien que présentant des niveaux d’attraction plus faibles que leur environnement proche, ont toutes connu une reprise de leur attraction après une phase de déclin économique et migratoire (type 5).

28D’importantes différences sont toutefois visibles entre les villes d’une même façade. La façade méditerranéenne regroupe en quelques centaines de kilomètres des profils de villes très différents : si la plupart des villes azuréennes appartiennent plutôt au type 3, avec une attraction en décroissance depuis les années 1980, d’autres, toutes à l’ouest du Rhône (Perpignan, Béziers, Sète), appartiennent au type 1 (attraction forte et prolongée) avec un arrière-pays (Alès, Carcassonne) tout aussi dynamique. Sur la façade atlantique, les différences sont également notables en particulier en Bretagne, la densité urbaine augmentant également. Ainsi, plusieurs aires urbaines voisines de quelques dizaines de kilomètres appartiennent à des profils migratoires différents ce qui peut aussi signifier d’importants mouvements migratoires de proximité.

  • 12 Taux de variation annuelle de la population liée au solde naturel 1999-2007 dans l’ordre décroissan (...)

29D’assez nombreuses villes atlantiques appartiennent au type 1 révélant donc une attraction élevée au minimum depuis les années 1980, c’est-à-dire antérieure à « l’appel de l’Ouest ». Cette attraction forte et prolongée concerne les villes-stations c’est-à-dire conçues et développées pour et par le tourisme [Équipe MIT, 2003] : Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les Sables-d’Olonne, Royan, Arcachon, Dinard, Hendaye. Une large part des migrants est constituée de retraités comme l’indique un solde naturel systématiquement négatif, ralentissant ainsi la croissance démographique12. L’emploi est essentiellement soutenu par l’économie résidentielle. En revanche, d’autres aires urbaines que nous qualifierons de villes touristiques c’est-à-dire associant le tourisme à d’autres activités [Équipe MIT, 2003] comme Lannion, Vannes ou Bayonne accueillent des profils plus variés de migrants.

30Le type 2 (attraction récente et élevée) est proprement atlantique, cette attraction se diffusant même au sud du département de la Manche. Fait remarquable, ce type est particulièrement représenté dans l’arrière-pays : Saintes, La Roche-sur-Yon, Dinan, Mont-de-Marsan. S’agit-il pour autant d’une dynamique propre à ces villes ou d’un effet de redistribution de l’attraction migratoire du littoral vers l’intérieur ? Toujours est-il que ces pôles intérieurs, sont aussi pour beaucoup dans le niveau inédit d’attraction atteint par la Vendée, les Landes ou la Charente-Maritime depuis 1999. Il s’agit bien ici d’une attraction de « façade »c’est-à-dire concernant aussi bien le trait de côte que l’arrière-pays. De ce point de vue, la façade atlantique finit par ressembler à la façade méditerranéenne. L’analyse du parc de logements, confirme-t-elle cette tendance ?

2.3. Les résidences se lèvent à l’Ouest 

31Les aires urbaines sélectionnées ici appartiennent à l’ensemble des départements littoraux atlantiques (carte 3). Ces villes, représentées proportionnellement au nombre total de logements en 2007 ont été comparées à leurs homologues des deux autres façades littorales. L’ensemble a ainsi été classé en combinant deux critères :

  • le taux de croissance du nombre de logements lors de la dernière période intercensitaire (1999-2007) ;

  • la variable influençant la croissance (croissance indifférenciée, liée aux résidences principales, liées aux résidences secondaires).

Carte 3. La croissance des logements dans les villes littorales (1999-2007) : un indicateur d'attraction résidentielle

Carte 3. La croissance des logements dans les villes littorales (1999-2007) : un indicateur d'attraction résidentielle

Source : INSEE-RP 2007.
Traitement : D. Vye.

32Cet indicateur vient renforcer l’idée d’une forte attraction résidentielle de la façade atlantique par rapport à la façade méditerranéenne puisque la quasi-totalité des aires urbaines présentant la plus forte croissance du nombre de logements (plus de 1,9 % par an) appartiennent aux départements atlantiques. Suivent ensuite les aires urbaines du littoral du Languedoc-Roussillon (Narbonne, Montpellier, Perpignan, Béziers). En négatif, cet indicateur souligne de manière iconoclaste que certaines villes de la Côte d’Azur (Nice, Menton ou Toulon) ont actuellement une dynamique résidentielle très proche de celles de la Manche et de la Mer du Nord !

  • 13 Part des résidences secondaires dans le total des logements en 2007 : 51 % à Royan, 41 % à Dinard, (...)

33Une autre distinction s’opère entre les aires urbaines littorales dont la croissance est en partie influencée par les résidences secondaires et celles situées à l’intérieur des terres dont l’évolution suit celles des résidences principales. Pour ces dernières, la croissance du nombre de logements est évidemment corrélée avec la forte croissance migratoire (Dax, Mont-de-Marsan, La Roche-sur-Yon, Auray). Sur le littoral, la plupart des villes-stations de la façade atlantique aux taux de résidences secondaires très élevés13 progressent désormais grâce à l’augmentation des résidences principales. Ce sont des lieux en transition « résidentielle » avec un passage progressif du lieu touristique au lieu de vie comme l’a montré Philippe Violier pour La Baule, station balnéaire appartenant à l’aire urbaine de Saint-Nazaire [Violier, 2002].

  • 14 Pour ces dernières, cette forte dynamique est essentiellement liée à la présence de stations balnéa (...)

34À l’inverse, certaines villes au parc de résidences secondaires plus restreint (moins de 10 %) présentent aujourd’hui, soit une attraction résidentielle généralisée (La Rochelle, Vannes), soit une croissance liée à une explosion de leur nombre de résidences secondaires (Rochefort, Quimper14. Ces villes moyennes sont toutefois des territoires présentant une importante diversité fonctionnelle (fonction touristique, industrielle, culturelle) associée à des formes variées de coprésence entre une population résidente à l’année en profond renouvellement, et une population présente comportant un nombre croissant de résidents secondaires et de multirésidents, sans oublier la fréquentation plus occasionnelle des touristes en hébergement marchand ou des excursionnistes. Ces agglomérations touristiques semblent alors posséder une urbanité [Lussault, 2003] supérieure à ce que leur poids démographique de ville « moyenne » laisserait supposer. La Rochelle fait ainsi partie de ces « villes-phares » qui éclairent les mutations récentes qui ont touché la façade atlantique. Il est alors intéressant de décrypter les caractéristiques de son attraction en la comparant avec une aire urbaine de taille similaire mais présentant une attraction moins spectaculaire, Lorient.

3. « Si loin, si proches » : La Rochelle et Lorient, deux villes portuaires, deux formes d’attraction distinctes

  • 15 Population des aires urbaines : Lorient : 192 588 habitants ; La Rochelle : 186 271 habitants (RP 2 (...)

35Pendant que La Rochelle se maintient à un niveau élevé d’attraction depuis 1990, Lorient semble enfin bénéficier de cette « ruée vers l’Ouest » en enregistrant entre 1999 et 2007, son record de croissance migratoire depuis 1975. Ce rapprochement rend possible leur comparaison au même titre que leur taille démographique similaire15 et leur identité portuaire issue d’une même communauté de destin « atlantique » : la fonction portuaire fut en effet tour à tour source de richesse au moment du commerce colonial puis de long déclin. Pour faire face à ce déclin, elles ont entamé une reconversion culturelle, touristique et universitaire, cependant plus aboutie dans le cas rochelais. Toutefois, les différences ne manquent pas. Dans le domaine portuaire, La Rochelle s’appuie sur la plaisance (Les Minimes, 1er port atlantique européen) et le commerce (La Pallice, 8ème port français) tandis que Lorient s’illustre par la pêche (2ème port français) et l’activité militaire. De plus, la cité bretonne reste une ville d’État, alors que La Rochelle a toujours entretenu des relations complexes avec le pouvoir central par sa culture protestante et son autonomie revendiquée. Enfin, si La Rochelle a pu et su préserver un inestimable patrimoine urbain, Lorient fut entièrement reconstruite après-guerre. Sans rechercher d’éventuels liens de causalité, les caractéristiques respectives de leur attraction résidentielle présentent elles-aussi d’importantes distinctions.

3.1. Deux attractions d’inégale amplitude

  • 16 A La Rochelle, entre 1999 et 2007, 16,7 % des ménages ont changé de domicile tout en restant dans l (...)

36Une des clés pour comprendre le différentiel d’attraction entre ces deux villes, réside dans la comparaison de leur attraction auprès des principales aires urbaines de France métropolitaine (carte 4). Cette comparaison exclut logiquement les aires d’influence immédiate des deux villes à savoir la Bretagne pour Lorient et Poitou-Charentes et la Vendée pour La Rochelle. À l’échelle de la façade atlantique, chacune possède une aire d’attraction différente et de superficie équivalente, l’une septentrionale de Cherbourg à Nantes pour Lorient, l’autre méridionale mais qui reste finalement limitée à Bordeaux pour La Rochelle. Mais très vite, à l’est d’une ligne Laval/Nantes, La Rochelle supplante quasi systématiquement Lorient auprès de villes pourtant à distance comparable (Le Mans) ou même plus proche de Lorient (Rouen). Surtout, La Rochelle l’emporte très nettement par sa capacité à accueillir beaucoup plus de Franciliens. Cette relation migratoire privilégiée avec Paris, premier pourvoyeur de migrants de France, est un des éléments décisifs de la force d’attraction rochelaise depuis les années 1990. Lorient se singularise toutefois par son pouvoir d’attraction auprès de migrants d’autres villes portuaires proches (Cherbourg, Saint-Nazaire) ou même très éloignées comme les ports méditerranéens de Toulon ou de Marseille. Nous nous retrouvons donc face à deux attractions d’amplitude différente : celle de Lorient est plus spécialisée et essentiellement confinée aux villes-ports ; celle de La Rochelle concerne assez peu le littoral mais est d’envergure nationale tout en étant dominée par des migrations « descendantes » en provenance des métropoles, en particulier Paris. Ceci confirme la particularité rochelaise déjà constatée au cours de la décennie 1990 [Vye, 2005] : bien que ville moyenne, elle possède une capacité d’attraction digne d’une métropole régionale dynamique (Bordeaux, Toulouse, Montpellier ou Nice). De ce point de vue, La Rochelle, en tant que ville côtière, s’oppose à sa propre capitale régionale Poitiers qui attire dans une très large mesure à l’échelle de sa région16. Ce différentiel d’attraction entre Lorient et La Rochelle se retrouve-t-il en comparant les profils des nouveaux arrivants ?

Carte 4. Deux villes atlantiques, deux attractions d’inégale amplitude (2001-2006)

Carte 4. Deux villes atlantiques, deux attractions d’inégale amplitude (2001-2006)

Source : INSEE-RP 2006 / CETE OUEST.
Traitement : D. Vye.

3.2. Les profils comparés des nouveaux résidents : proches dans leur globalité, éloignés par leur origine géographique

  • 17 Rappel : nous employons cette formule par facilité de langage puisque 2001 et 2006 sont deux bornes (...)
  • 18 En 2007, 16,4 % seulement des nouveaux ménages rochelais en provenance d’une autre région avaient u (...)

37En examinant le profil des migrants arrivés à La Rochelle et Lorient entre 2001 et 200617 selon l’activité et la catégorie socioprofessionnelle, on s’aperçoit que les différences sont assez peu marquées (graphique 1). Certes, par son caractère plus industriel, Lorient attire une part légèrement plus élevée d’employés ou d’ouvriers que La Rochelle. Mais la capacité à attirer des cadres, un des marqueurs de la métropolisation, est particulièrement semblable d’une ville à l’autre tout comme celle des retraités. Bien que présentant des aménités naturelles (ensoleillement le plus élevé de la façade atlantique, paysage littoral et insulaire diversifié) a priori supérieures à une ville plus industrialisée comme Lorient, La Rochelle ne développe pas une capacité d’attraction particulièrement significative vis-à-vis de cette population à la différence des villes-stations18. Au final, seule la catégorie des étudiants est réellement discriminante : bien que les deux Universités aient « été crées toutes deux au milieu des années 1990 et soient de taille équivalente (environ 7000 étudiants), La Rochelle est une ville universitaire à part entière tandis que Lorient ne capte qu’une partie (40 % environ) des étudiants de l’Université de Bretagne-Sud qu’elle partage avec Vannes et Pontivy.

Graphique 1. Profil des migrants à La Rochelle et Lorient selon l’activité et la catégorie socio-professionnelle (2006)

Graphique 1. Profil des migrants à La Rochelle et Lorient selon l’activité et la catégorie socio-professionnelle (2006)

Source : INSEE –RP 2006. Extraction CETE OUEST.
Traitement : D. Vye

38Le croisement entre l’activité et l’origine géographique des nouveaux résidents met-il à nouveau en lumière un différentiel d’attraction (tableaux 3) ? Certes, quelle que soit la ville, l’amplitude de la migration augmente avec le niveau de qualification : la mobilité résidentielle est surtout ascendante et de proximité lorsque le niveau de qualification des migrants est modeste (ouvriers, employés) et descendante et de plus longue distance lorsqu’il s’agit de cadres et de retraités qui proviennent dans une très large mesure de Paris. De plus, il est possible d’opposer des types de migrants dont l’origine géographique est très centralisée, comme les retraités (environ 1 migrant sur 2 est soit originaire de Paris soit du département d’appartenance), et d’autres dont l’origine géographique est plus éclatée comme les étudiants et les professions intermédiaires.

Tableau 3a. Principaux foyers d’origine des migrants néo-lorientais selon l’activité (2006)

Tableau 3a. Principaux foyers d’origine des migrants néo-lorientais selon l’activité (2006)

Tableau 3b. Principaux foyers d’origine des migrants néo-rochelais selon l’activité (2006)

Tableau 3b. Principaux foyers d’origine des migrants néo-rochelais selon l’activité (2006)

Source : INSEE RP 2006. Extraction : CETE OUEST.
Traitement : D.Vye.

39Mais La Rochelle se distingue de Lorient en plaçant Paris comme 1er ou 2ème foyer d’origine quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle y compris pour des populations a priori moins sujettes aux mobilités résidentielles longue distance. À l’opposé, Lorient s’appuie surtout sur un recrutement de proximité partagé entre le Morbihan et le Finistère voisins. Seule Paris (pour les cadres et les retraités) et certaines grandes villes-ports comme Marseille ou Toulon (pour les employés notamment) font figure d’exception. Ainsi, La Rochelle connecte deux aires d’attraction très différentes : une, évidente, de proximité (Charente-Maritime) et une autre beaucoup plus originale d’échelle nationale voire internationale : pour les étudiants, les ouvriers ou les retraités, la part des étrangers dépasse celle des migrants originaires des départements limitrophes (Vendée, Deux-Sèvres, Charente).

3.3. La ville atlantique entre attraction littorale et redéploiement périurbain

  • 19 À Lorient comme à La Rochelle la part des migrants internes dans le total des migrants est assez si (...)
  • 20 Pour évaluer les préférences résidentielles selon les profils de migrants, nous avons comparé pour (...)

40Où s’installent ces nouveaux résidents au sein des deux aires urbaines littorales étudiées ? Privilégient-ils la centralité urbaine et/ou la proximité de la mer ou bien les communes périurbaines ? Leurs stratégies différent-elles de celles des migrants qui ont migré à l’intérieur de l’aire urbaine19 ? Existe-t-il des stratégies de localisation résidentielle différentes selon que le migrant soit retraité, cadre ou ouvrier 20 ? Ces questions sont autant d’enjeux pour ces territoires car les espaces littoraux attractifs sont confrontés à des tensions foncières qui vont jouer sur les localisations résidentielles [Buhot, 2009]. Quel rôle jouent alors les nouveaux résidents dans le redéploiement périurbain en cours au sein des deux aires urbaines ? Lorient et La Rochelle se ressemblent-elles à cet égard ?

41À première vue, il est assez logique que les nouveaux résidents privilégient une commune urbaine et littorale : 75 % des nouveaux résidents ont choisi ce type de commune à Lorient et 70 % à La Rochelle. Un effet de masse joue, les communes les plus peuplées et urbanisées étant elles-mêmes littorales. Ainsi, les deux villes-centres captent la grande majorité des migrants, beaucoup plus que ceux déjà installés dans l’aire urbaine (carte 5). Parmi eux, les étudiants, seule catégorie à être réellement surreprésentée dans les deux communes-centres : à La Rochelle 23 % des nouveaux résidents sont des étudiants. Dans ce cas, la ville, ici universitaire, attire au moins autant que le bord de mer.

Carte 5. Les communes privilégiées par les nouveaux résidents (2001-2006)

Carte 5. Les communes privilégiées par les nouveaux résidents (2001-2006)

Traitement : D. Vye.Source : INSEE-RP 2006 et CETE OUEST.

42Autre confirmation, les stations balnéaires (Châtelaillon-Plage à La Rochelle, Larmor-Plage à Lorient) ainsi que certaines communes littorales (Port-Louis, Riantec, Locmiquélic à Lorient) ont une surreprésentation de migrants retraités : entre 26 et 40 % pour une moyenne de 15 % pour l’ensemble de l’aire urbaine. Majoritairement propriétaires, ceux-ci sont, rappelons-le, principalement originaires de la région parisienne. Disposant ainsi d’un capital important du fait de la vente de leur bien francilien, ils contribuent à importer une inflation immobilière sur le littoral elle-même soutenue par un parc de résidences secondaires qui ne cesse de croître (voir 2.3.). La hausse du coût de l’immobilier explique aussi que ces mêmes communes connaissent une sous-représentation des catégories de migrants les plus modestes : à peine 4 % d’ouvriers à Larmor-Plage, 5 % à Riantec ou Châtelaillon-Plage. De ce fait, les flux migratoires externes participent à un processus de sélection socio-spatiale en cours sur le littoral breton comme charentais.

  • 21 Pour Lorient, nous avons choisi d’inclure Lanester qui forme depuis plusieurs siècles avec la ville (...)

43Pour autant, il est possible d’évaluer une attraction proprement « littorale » en faisant abstraction de l’attraction « urbaine » de la commune-centre21. Dans ce cas, les deux aires urbaines se distinguent nettement. Si à Lorient, une petite majorité (51 %) de migrants choisit une commune face à l’océan ou autour de la rade de Lorient, dans le cas rochelais, 2 nouveaux résidents sur 3 s’installent à l’intérieur des terres alimentant ainsi la périurbanisation déjà très importante autour de la ville charentaise. En effet, cet étalement urbain s’alimente d’abord par des flux centrifuges particulièrement vivaces : 83 % des flux internes à l’aire urbaine rochelaise sont des flux de la ville-centre vers les autres communes alors que cette part n’est que de 63 % à Lorient. De plus, en évaluant pour chaque commune, la part des migrants qui n’habitaient pas dans l’aire urbaine 5 ans auparavant (carte 5), on remarque qu’une large majorité des communes rochelaises (33 sur 46 soit 71 %) reçoit en fait plus de 50 % de migrants internes à l’aire urbaine contre seulement 37 % (9 sur 24) à Lorient. Mais, à La Rochelle, le redéploiement est aussi du littoral vers l’intérieur : en raison d’un marché de l’immobilier devenu inabordable pour de nombreux résidents, les communes littorales charentaises ne captent que 23 % des flux internes (commune-centre exclue). En revanche, à Lorient, 44 % des flux internes sont en direction des communes littorales soit au final des échanges assez équilibrés entre intérieur et littoral.

44La Rochelle présente donc une périurbanisation alimentée à la fois par l’arrivée de nouveaux résidents comme par les migrants qui résidaient déjà dans l’aire urbaine. Cette périurbanisation s’accompagne de distinctions socio-spatiales assez marquées : les communes de la première couronne comme Dompierre, Lagord ou Puilboreau constituent aujourd’hui une alternative résidentielle pour certains retraités, ces derniers représentant environ 1 nouveau résident sur 4. Toujours au sein de cette première couronne, les cadres sont surreprésentés parmi les nouveaux résidents (22 % de cadres à Marsilly, 20 % à Lagord) à la différence de Lorient où ils sont surreprésentés sur le littoral. En revanche, les cadres sont proportionnellement beaucoup moins nombreux dans les communes aux marges de l’aire urbaine rochelaise (6 % à Saint-Jean-de-Liversay ou Andilly) pourtant en pleine explosion démographique en raison d’un foncier plus abordable [Rousseaux & Vye, 2010]. À l’inverse, ce rural en transition est privilégié par les ouvriers (23 % à Saint-Jean, 19 % à Andilly) ou les employés (26 % à Charron, 21 % à Andilly). Ces communes éloignées du littoral et de La Rochelle apparaissent alors comme des espaces de relégation sociale avec une mobilité résidentielle davantage subie que choisie. À l’inverse, Lorient, à l’attraction plus récente et moins spectaculaire ne semble pas (encore ?) présenter un tel degré de distinction socio-spatiale.

Conclusion

45Malgré certaines difficultés pour mesurer l’attraction résidentielle à partir du recensement, nous avons pu montrer que le littoral français était parcouru par des dynamiques migratoires et résidentielles hétérogènes qui ne peuvent se résumer à un processus inéluctable de littoralisation se diffusant de la façade méditerranéenne vers la façade atlantique. Au sein de cette dernière, plusieurs formes d’attraction correspondant à trois catégories de villes peuvent ainsi être déclinées.

46La première correspond à la ville-station, avec comme illustration possible Royan, Les Sables-d’Olonne ou Arcachon. Caractérisées par une attraction antérieure à la « Ruée vers l’Ouest », ces villes côtières conservent un rythme élevé de croissance migratoire et résidentielle, le parc de logements progressant encore fortement. Toutefois, les pouvoirs publics locaux doivent gérer le décalage social et temporel entre une population touristique nombreuse et hétéroclite fréquentant la ville-station de manière discontinue et la plus faible mixité d’une population permanente vieillissante.

47La deuxième forme d’attraction renvoie à la ville moyenne portuaire, incarnée par Lorient dans le cadre de cet article mais qu’il serait possible d’étendre à d’autres villes atlantiques comme Saint-Nazaire ou Saint-Brieuc. Faisant suite à une phase de crise économique et migratoire, l’attraction y est plus récente. Si le profil des migrants est beaucoup plus diversifié que dans la forme précédente, l’origine géographique des nouveaux résidents est de faible amplitude, privilégiant les flux de proximité ou les relations avec d’autres villes portuaires. La périurbanisation y est plus contenue et les communes littorales n’accueillent pas seulement des migrants extérieurs à l’aire urbaine.

  • 22 D’après l’expression Mésopolis, employée par le géographe Franco Farinelli à propos des villes de l (...)

48La comparaison effectuée entre Lorient et La Rochelle montre que cette dernière appartient à une autre catégorie, à laquelle sont également susceptibles d’appartenir des aires urbaines comme Vannes ou Bayonne. Son attraction à l’échelle nationale et internationale, la diversité des migrants, la part croissante des résidents secondaires et l’ampleur des migrations en provenance de Paris positionne La Rochelle comme une « mésopole22 littorale ». C'est-à-dire une ville moyenne avec des attributs de métropole, attirant des populations elles-mêmes métropolitaines séduites également par le cadre de vie en bord de mer. Mais elle emprunte aussi à la métropole un certain nombre de tensions socio-spatiales : une périurbanisation massive, plutôt subie que choisie par les migrants les plus modestes pendant que le littoral voit grandir le nombre de résidents d’origine métropolitaine qui importent avec eux une inflation immobilière. Bref, la voie empruntée par la mésopole littorale n’est-elle pas celle vers la « ville à trois vitesses » [Donzelot, 2004] marquée par la relégation, la périurbanisation et la gentrification ? Or, pour faire face à cette tendance, les acteurs publics locaux doivent aussi résoudre l’équation des périmètres de gestion qui ne correspondent guère aux territoires de vie des populations, l’aire urbaine rochelaise étant toujours partagée entre 5 intercommunalités et 2 SCoT différents [Rousseaux, Vye, 2010]. À l’heure des réformes territoriales, voilà un défi de plus pour la ville littorale attractive, qu’elle soit face à l’Océan ou face à la Méditerranée.

Haut de page

Bibliographie

BACCAÏNI B. (1993), Régions attractives et régions répulsives entre 1982 et 1990, Population, vol. 48, n° 6, pp. 1791-1812.

BACCAÏNI B. (1999), Analyse des migrations internes et estimation du solde migratoire externe au niveau local à l’aide de données intercensitaires, Population, vol. 54, n° 4-5, pp. 801-816.

BACCAÏNI B. (2001), Les migrations internes en France de 1990 à 1999 : l’appel de l’Ouest, Économie et Statistique, n° 344, pp. 39-79.

BACCAÏNI B. (2005), Enquêtes annuelles de recensement : résultats de la collecte 2004. Des changements de région plus fréquents qui bénéficient aux régions du sud et de l’ouest, Insee Première, n° 1028. 4 p.

BACCAÏNI B. (2007), Les flux migratoires interrégionaux en France depuis 50 ans, Population, vol. 62, n° 1, pp. 143-160.

BACCAÏNI B. & LÉVY D, (2009), Recensement de la population de 2006. Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs, Insee Première, n° 1248. 4 p.

BRUNET R. (1992), « Attraction, attractivité », in Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris. GIP Reclus/ La Documentation Française, p.51.

BUHOT C. (2009), Embourgeoisement et effet littoral. Recompositions socio-spatiales à La Rochelle et à l’Île de Ré, Articulo, Journal of Urban Research, [Online since 27 May 2009], Special issue 1 | 2009, URL : http://articulo.revues.org/1034.

BUSSI M. (1999), Quand l’INSEE projette d’enterrer le recensement de population... et la Géographie avec !, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ? URL : http://cybergeo.revues.org/5531.

COURGEAU D. (1973), Migrants et migrations, Population, vol. 28, n° 1, pp. 95-129.

DAMAIS J.-P. (2001), Du recensement général au recensement rénové de la population : vers une dégradation de son apport à la recherche géographique, Revue de Géographie Alpine, n° 1, pp. 119-131.

DAVEZIES L. (2009), L’économie locale « résidentielle », Géographie Économie Société, volume 11, n° 1, janvier-mars 2009.

DAVEZIES L. (2008), La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses, Paris, Seuil, Coll. « La République des Idées », 110 p.

DESPLANQUES G. (1994), « Connaître les migrations », in Les migrations internes, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 31-39.

DONZEAU N. & PAN KÉ SHON J.-L. (2009), L’évolution de la mobilité résidentielle française de 1973 à 2006. Population, vol. 64, n° 4, pp. 779-795.

DONZELOT J. (2004), La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification, Esprit, n° 3/4, pp. 14-39

Équipe MIT (2003), Le tourisme : acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin, 320 p.

INSEE (2009), Les migrations résidentielles, Fiche pratique « Recensement de Population », 5 p.

INSEE POITOU-CHARENTES (2009), Les résidences secondaires : une composante du développement et de l’attractivité de la région, Décimal, n° 288, 6 p.

LUSSAULT M. (2003), « Urbanité », in  J. Lévy. & M. Lussault, Dictionnaire de la géographie, de l’espace et des sociétés, Paris, Belin, pp. 966-967.

MORICONI-HÉBRARD F. (2003), « Attraction », in J. Lévy. & M. Lussault, Dictionnaire de la géographie, de l’espace et des sociétés, Paris, Belin, p. 92.

PAN KÉ SHON J.-L. (2007), Le recensement rénové et l’étude des mobilités, Population, vol. 62, n° 1, pp. 123-139.

POULAIN M. (1994), La mobilité interne en Europe, quelles données statistiques? Espace, Populations, Sociétés, n° 1, pp. 13-30.

PUMAIN D., SAINT-JULIEN T., FERRAS R. (1990), France, Europe du sud, Géographie universelle, Paris, Hachette/Reclus, 479 p.

SACAREAU I., VACHER L., VYE D. (2010), Attractivité touristique et attractivité résidentielle du littoral charentais : lorsque les Anglais brouillent la donne, Sud-Ouest Européen, n° 29, pp. 7-22.

STOCK M. (2006), L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles, EspacesTemps.net, textuel URL : http://espacestemps.net/document1853.html

THIERRY X. (2008), Les migrations internationales en Europe : vers l’harmonisation des statistiques, Populations et sociétés, n° 442, 4 p.

VANIER M. (2008), Le pouvoir des territoires, essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica, coll. Anthropos, 160 p.

VIOLIER P. (2002), La Baule, du tourisme au lieu de vie, Mappemonde, Paris-Montpellier, Belin-Reclus, n° 2, pp. 20-24.

VYE D. (2005), Une lecture géographique de l’attractivité : le cas des principales villes du Centre-Ouest atlantique, thèse de doctorat en géographie, Université de Paris 13, 678 p.

VYE D. & ROUSSEAUX F. (2010), « Evaluation of urban planning strategies with a versatile urban growth model », in CA Brebbia, S. Hernandez, Tiezzi (dir.), The Sustainable City VI, Urban regeneration and sustainability, Southampton, WIT Press, pp. 227-238

Haut de page

Notes

1 Entre 1999 et 2006, la population des communes littorales de France métropolitaine a augmenté de 5 % dont 4 % directement imputables au solde migratoire. Sur les deux façades maritimes les plus dynamiques (Méditerranée et Atlantique) la contribution des migrations à la croissance est encore plus nette. Source : Le littoral, les chiffres-clés 2011, Observatoire de l’environnement.

2 Nous réserverons le terme de « migration » à la définition aujourd’hui communément admise par la communauté scientifique et qui reprend celle de la Division démographique de l’ONU à savoir un « déplacement exceptionnel entraînant l’installation durable dans un lieu autre que le lieu d’origine et s’accompagnant d’un changement de lieu de résidence principale ». Cette définition exclut ainsi d’autres formes de mobilité parfois à tort qualifiées de migrations qu’elles soient quotidiennes comme les déplacements domicile-travail ou plus espacées dans le temps comme les mobilités touristiques. En revanche, ces différentes mobilités peuvent interagir avec les migrations, l’attractivité résidentielle étant souvent corrélée avec l’attractivité touristique [Sacareau, Vacher, Vye, 2010].

3 Cette réflexion plus spécifique s’inscrit dans le cadre du programme de recherche DYTEFORT (PSDR-Grand Ouest). Celui-ci traite des dynamiques territoriales et foncières dans le rural en transition dans 4 régions du Grand Ouest (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de La Loire et Poitou-Charentes) à partir de terrains variés dont deux situés autour des deux villes de notre étude (Pays Lorientais, Aunis).

4 Au sein de l’Europe des 27, ces 7 pays sont : Chypre, la France, la Grèce, l’Irlande, Malte, le Portugal et le Royaume-Uni.

5 En revanche, la nouvelle formule du recensement exclut désormais l’analyse à l’échelle de l’îlot urbain, ce qui représente un sérieux handicap pour le chercheur travaillant sur les inégalités socio-spatiales de la ville.

6 Sur 18 départements, 10 bordent réellement l’Atlantique même si parmi eux, l’Ille-et-Vilaine en Bretagne ne possède qu’une dizaine de kilomètres de côtes.

7 Les défauts les plus rédhibitoires sont : l’absence de réactualisation depuis 1999, l’unique prise en compte des déplacements domicile-travail alors même que ces derniers sont minoritaires dans l’ensemble des déplacements quotidiens et l’hétérogénéité de certaines aires urbaines comme Marseille-Aix ou Saint-Nazaire.

8 En effet la confusion est fréquente entre une migration interrégionale et une migration à longue distance alors que la majeure partie des flux s’effectuent entre régions voisines. Or, ces derniers peuvent tout aussi bien concerner des communes très excentrées comme des communes voisines de part et d’autre des limites régionales.

9 Ce choix de restreindre la comparaison aux 50 premières aires urbaines plutôt qu’à l’ensemble des 354 aires urbaines françaises a été fait dans le but de ne pas complexifier la construction de la typologie.

10 L’Eure, le Pas-de-Calais et la Somme ont toutefois été exclus en raison de la petitesse de leur trait de côte rendant inopérante la notion d’arrière-pays.

11 Attraction forte ou élevée lorsque celle-ci dépasse les 0,7 %/an, moyenne entre 0,3 % et 0,7 %, faible ou nulle entre -0,1 % et +0,2 % et enfin répulsivité pour les aires urbaines dont le taux est inférieur à -0,1 %.

12 Taux de variation annuelle de la population liée au solde naturel 1999-2007 dans l’ordre décroissant : Arcachon (-0,2 %), Saint-Gilles-Croix-de-Vie (-0,2 %), Les Sables-d’Olonne (-0,3 %), Dinard (-0,4 %), Royan (-0,6 %). Source : Insee-RP 2007 et registres d’état-civil.

13 Part des résidences secondaires dans le total des logements en 2007 : 51 % à Royan, 41 % à Dinard, 38 % aux Sables-d’Olonne, 34 % à Arcachon, 32 % à Granville.

14 Pour ces dernières, cette forte dynamique est essentiellement liée à la présence de stations balnéaires situées à l'intérieur de l'aire urbaine (Fouras pour Rochefort, Bénodet ou Fouesnant pour Quimper

15 Population des aires urbaines : Lorient : 192 588 habitants ; La Rochelle : 186 271 habitants (RP 2007).

16 A La Rochelle, entre 1999 et 2007, 16,7 % des ménages ont changé de domicile tout en restant dans la même région contre 22,4 % à Poitiers. Source : Insee Poitou-Charentes.

17 Rappel : nous employons cette formule par facilité de langage puisque 2001 et 2006 sont deux bornes correspondant à un état moyen des migrations, les migrants, selon les communes, pouvant avoir changé de résidence entre 1999 et 2008.

18 En 2007, 16,4 % seulement des nouveaux ménages rochelais en provenance d’une autre région avaient un chef de ménage retraité. C’est certes trois fois plus qu’à Poitiers (5,7 %) mais trois fois moins qu’à Royan (53,4 %) ! En définitive, la part des ménages « retraités » ou préretraités (34 %) rochelais était encore inférieure à la moyenne régionale (38 %). Source : INSEE-Poitou-Charentes.

19 À Lorient comme à La Rochelle la part des migrants internes dans le total des migrants est assez similaire : 39 % des migrants à La Rochelle, 41,5 % à Lorient.

20 Pour évaluer les préférences résidentielles selon les profils de migrants, nous avons comparé pour chaque commune dont les flux étaient significatifs (supérieurs à 100 migrants) la part des différentes catégories avec la moyenne de l’aire urbaine. Cela nous donne ainsi selon les communes, des catégories sous-représentées ou surreprésentées.

21 Pour Lorient, nous avons choisi d’inclure Lanester qui forme depuis plusieurs siècles avec la ville-centre, un seul et même ensemble urbain, Lanester étant historiquement le lieu de résidence de nombreux salariés de l’arsenal de Lorient.

22 D’après l’expression Mésopolis, employée par le géographe Franco Farinelli à propos des villes de la 3ème Italie qui, bien que moyennes par leur taille ou leur position dans la hiérarchie urbaine, possèdent néanmoins certaines caractéristiques métropolitaines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Indicateurs issus du recensement et permettant d’évaluer l’attraction résidentielle littorale en France métropolitaine
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau 2. La réorientation des flux migratoires vers la façade atlantique en valeur absolue (1982-2008)
Légende (1) Solde migratoire apparent par période intercensitaire(2) Départements : Manche, Calvados, Seine-Maritime, Somme et Pas-de-Calais(3) Départements littoraux des régions PACA et Languedoc-Roussillon(4) Départements littoraux des régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Bretagne
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Carte 1 La réorientation progressive de l'attraction migratoire vers les départements et les principales aires urbaines de l'Ouest français (1982-2007)
Crédits Source : INSEE-RP (recensement de la population).Conception : D. Vye.Réalisation : P. Brunello - http://www.univ-lr.fr/​ctig
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Carte 2. L’attraction contrastée des aires urbaines littorales (1982 – 2007)
Crédits Source : INSEE - RP. Traitement : D. Vye.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Carte 3. La croissance des logements dans les villes littorales (1999-2007) : un indicateur d'attraction résidentielle
Crédits Source : INSEE-RP 2007.Traitement : D. Vye.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Carte 4. Deux villes atlantiques, deux attractions d’inégale amplitude (2001-2006)
Crédits Source : INSEE-RP 2006 / CETE OUEST.Traitement : D. Vye.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Graphique 1. Profil des migrants à La Rochelle et Lorient selon l’activité et la catégorie socio-professionnelle (2006)
Crédits Source : INSEE –RP 2006. Extraction CETE OUEST.Traitement : D. Vye
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 3a. Principaux foyers d’origine des migrants néo-lorientais selon l’activité (2006)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Tableau 3b. Principaux foyers d’origine des migrants néo-rochelais selon l’activité (2006)
Crédits Source : INSEE RP 2006. Extraction : CETE OUEST. Traitement : D.Vye.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Carte 5. Les communes privilégiées par les nouveaux résidents (2001-2006)
Crédits Traitement : D. Vye.Source : INSEE-RP 2006 et CETE OUEST.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/4753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Vye, « « La Ruée vers l’Ouest ? » », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 603-616.

Référence électronique

Didier Vye, « « La Ruée vers l’Ouest ? » », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4753 ; DOI : 10.4000/eps.4753

Haut de page

Auteur

Didier Vye

Université de La Rochelle
Équipe AGÎLE
UMR Littoral, Environnement, Sociétés (LIENS CNRS 6250)
Institut du Littoral et de l’Environnement
2, Rue Olympe de Gouges
17000 La Rochelle
dvye@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals