Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'articles

Comptes rendus d'articles

Articles review
p. 653-664

Plan

Haut de page

Texte intégral

Alexandre Adveev, Tatiana Eremenko, Patrick Festy, Joëlle Gaymu, Nathalie Le Bouteillec, Sabine Springer : Populations et tendances démographiques des pays européens (1980-2010), Population, 2011, vol. 66, n° 1, pp. 9-133

1Au cours des trente dernières années, la croissance de la population européenne s’est effectuée à un rythme de plus en plus ralenti. L’excédent naturel des naissances sur les décès n’a cessé de reculer, et l’excédent migratoire représente désormais un apport substantiel, parfois décisif pour le maintien d’une croissance positive. Cette tendance générale est largement partagée par la plupart des pays, à travers un mouvement qui combine recul de la fécondité, progression des espérances de vie et solde migratoire positif en augmentation. À un niveau plus fin d’analyse, on observe une évolution semblable des formes familiales vers moins de mariages et davantage de situations de fait, et un même recul des causes majeures de mortalité, cancéreuses ou cardio-vasculaires. Pourtant, il y a moins convergence de ces tendances à travers l’espace européen que répétition à quelques années d’intervalle de ces transformations, les écarts se maintenant entre les pays ou les régions du continent. L’avenir de la population européenne dépendra largement du niveau de la fécondité future : croissance ou décroissance selon qu’elle sera élevée ou faible, quasi-stabilité si elle reste moyenne. Quelle que soit la fécondité des quarante ans à venir, le vieillissement de la population européenne est inéluctable, y compris en cas de poursuite de l’immigration, et des différences notables vont perdurer à travers l’Europe.

Carlos Agudelo : Les Garifuna. Transnationalité territoriale, construction d’identités et action publique, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 47-70

2Les Garifuna, produits du métissage entre Africains et indigènes Caribes au cours de la période coloniale, vivent depuis le 18ème siècle sur le littoral caribéen de quatre pays d’Amérique Centrale (Belize, Guatemala, Honduras et Nicaragua). Suite à un processus migratoire constant qui a débuté vers les années 1950, la plupart d’entre eux habitent actuellement aux États-Unis. La transnationalité, qui a pour origine leur territorialisation en Amérique Centrale et leur présence récente aux États-Unis, s’est toujours accompagnée d’une forte circulation de symboles identitaires. Ces symboles se composent de diverses représentations ethno-raciales qui se sont transformées sous l’incidence de processus politiques et sociaux d’ordre national, régional ou global jusqu’à devenir une identification au sens générique comme peuple afro-descendant.

Cédric Audebert : Catégorisation raciale, ethnicité et compétition spatiale des communautés afro-caribéennes aux États-Unis : géographie urbaine et stratégies politiques, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 31-46

3Au regard de l’impact remarquable de l’immigration contemporaine sur les changements démographiques et culturels dans les villes nord-américaines, la question se pose du lien entre la catégorie raciale, l’ethnicité, la géographie résidentielle et l’ascension politique des communautés immigrées arrivées récemment. La réflexion porte sur la concentration résidentielle des deux principales communautés migrantes afro-antillaises, les Haïtiens et les Jamaïcains, comme possible facteur de la visibilité électorale et de l’ascension politique de ces groupes aux États-Unis. Un des enseignements principaux est que le recours aux registres ethnique ou racial ne sont pas exclusifs l’un de l’autre et peuvent être tour à tour utilisés par un même groupe en fonction du contexte, des objectifs visés et de l’échelle spatiale considérée.

Émilie Barraud : Kafâla transnationale : modalités de formation des familles kafilates de France, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 247-262

4Cet article propose d’explorer un aspect méconnu de l’adoption internationale entre la France et les pays du Maghreb, et l’émergence en France d’une nouvelle catégorie de famille, dite « kafilate », dont l’origine est une famille élargie transnationale. Les familles kafilates de France se répartissent en deux grandes catégories. La première s’inscrit dans une logique d’adoption : un couple confronté à la stérilité, ou une femme seule, recueille légalement sous « kafâla » judiciaire un enfant abandonné au Maroc ou en Algérie. La seconde est basée sur le regroupement familial : des immigrés de France recueillent légalement sous « kafâla » notariale (au Maroc) ou judiciaire (en Algérie) un enfant de la famille. Après avoir présenté cette institution récente qu’est le recueil légal kafâla, l’article expose les causes et modalités de formation de ces nouveaux foyers, avant de se pencher sur les obstacles administratifs et juridiques que rencontrent ces familles, doublement marquées par le principe de « transnationalité ».

Azita Bathaïe : Les relations familiales à distance. Ethnographies des migrations afghanes, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 59-76

5Cet article questionne les échanges et interrelations entre les membres d’une famille afghane, à travers le parcours migratoire d’un père au Pakistan et en Iran, puis celui de son fils, vingt ans plus tard, vers l’Europe. Le premier s’appuie sur le « savoir-circuler » de ses germains et de ses amis, tandis que le second construit ses réseaux au gré des rencontres sur sa route. L’article expose les différentes étapes qui amèneront le fils à interrompre ou à reprendre les liens avec sa famille restée en Iran. L’analyse de ces itinéraires rend compte du vécu des relations à distance entre les membres de la famille. À la seconde génération, il apparaît que le cycle de vie de la fratrie est intimement lié à la circulation de celui qui migre. Le fils absent peut participer pleinement à l’organisation d’un mariage, jouer un rôle crucial dans la gestion des conflits intergénérationnels, et va jusqu’à intervenir sur le choix matrimonial de sa sœur en favorisant la modification des pratiques.

Hassan Boubakri, Sylvie Mazzella : L’horizon transnational d’une famille tunisienne élargie, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 111-126

6La question du regroupement familial dépasse de beaucoup la seule problématique de l’intégration sans le débat politico-juridique français autour du droit ou non au regroupement partiel des familles et de la capacité de la France à enraciner les populations étrangères qui travaillent depuis longtemps sur son sol. Quand elle n’est pas considérée du simple point de vue juridique français, cette question peut être un critère pertinent d’analyse de la famille transnationale élargie. À partir d’une enquête monographique auprès d’une famille tunisienne originaire de la zone rurale de Ghoumrassen (région de Tataouine dans le Sud-Est tunisien), et constituée de sept familles nucléaires dont les membres sont répartis entre Marseille, Tunis et Ghoumrassen, les auteurs cherchent à souligner diverses configurations de mobilité. L’analyse veut démontrer que ces configurations plurielles au sein d’un même clan familial sont liées aux différentes recompositions du projet migratoire « des pères de familles pionniers ». S’ils ont vécu cinquante ans plus tôt une même destinée migratoire, l’expérience transnationale de ces pères révèle en fin de compte des bifurcations professionnelles et familiales divergentes, et ce n’est pas sans effets sur la seconde génération.

France Bourgoin : Des individualistes globaux : ruptures et discontinuités dans les familles d’élites africaines transnationales, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 299-314

7Cet article cherche à démêler les sens attribués par les élites politiques et militaires de l’Afrique à l’investissement éducatif international pour les enfants. L’analyse ethnographique est basée sur les récits de vie d’un groupe de professionnels de la finance d’origine africaine occupant des postes de cadres supérieurs au sein des sociétés transnationales à Johannesburg, au moment de la bulle financière de 2004. L’article montre que l’investissement dans une éducation transnationale constitue un mécanisme de reproduction de l’identité d’élite. L’une des conséquences de cette trajectoire identitaire et professionnelle a été un affaiblissement passif des liens familiaux, et une réticence, de la part de ces jeunes professionnels, à fonder une famille dans sa forme classique. L’article conclut en analysant la signification des discontinuités et des dislocations de la vie familiale comme un moyen de réaffirmer une identité, et comme une quête de légitimité parmi l’élite africaine contemporaine.

Geneviève Cortes : La fabrique de la famille transnationale. Approche diachronique des espaces migratoires et de la dispersion des familles rurales boliviennes, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 95-110

8Cette contribution propose une vision diachronique des espaces migratoires et de la dispersion familiale dans la migration internationale. En milieu rural bolivien, la famille dispersée est une réalité du quotidien qui dure depuis plus de cinquante ans et qui, en même temps connaît de profondes recompositions dans ses formes d’organisation sociale et spatiale. Le double processus de mondialisation migratoire et de féminisation des migrations contribue à une reconfiguration des territoires de vie multisitués des familles rurales et des espaces d’origine. À partir de la région rurale de Cochabamba en Bolivie, qui a fait l’objet d’enquêtes et d’observations successives étalées sur une vingtaine d’années (entre 1991 et 2011), cet article reconstitue la morphologie changeante des espaces migratoires et la complexité des agencements familiaux structurés par les liens entre origine et destination. La proposition met en lumière une certaine figure de la famille transnationale, dès lors que le dispositif de dispersion et de circulation, dans le temps long des cycles de vie, fait « système de liens et de lieux ».

Ėlisabeth Cunin : Negritos et mestizos à Mérida dans la première moitié du 20ème siècle. Métissage, région, race, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 147-169

9Dans la péninsule du Yucatán, au sud-est du Mexique, l’Indien incarne l’altérité, tant d’un point de vue scientifique que politique. Cet article se propose d’adopter un regard décalé en s’intéressant au « noir » : s’il est absent des travaux historiques locaux et des recherches ethnologiques, d’autres sources permettent néanmoins d’analyser le statut du « noir » dans le Yucatán, dans la première moitié du 20ème siècle. Au-delà du récit dominant portant sur la confrontation entre l’Européen et l’Indien, l’ancrage caribéen du Yucatán déplace le débat sur « l’identité régionale » dans un cadre géographique et culturel plus large, renvoyant notamment au phénomène du blackface, et d’accentuation des traits physiques noirs, dans une logique racisante. Ce blackface sera étudié au travers du personnage de negrito, et de la référence aux Negros. L’altérité différentielle entre Indiens et Noirs renvoie à des processus historiques et à des données démographiques, et révèle le regard porté par la société dominante sur ses minorités.

Patrice Dion : Migrations secondaires des nouveaux immigrants au cours de leurs quatre premières années au Canada : motivations et trajectoires, Cahiers québécois de démographie, Automne 2010, vol. 39, n° 2, pp. 243-273

10Se basant sur les données de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada, cette étude examine d’abord les raisons pour lesquelles les nouveaux immigrants ont quitté leur région d’établissement, et cherche à mieux comprendre les mécanismes par lesquels les migrations secondaires agissent sur la répartition des immigrants sur le territoire. Les résultats montrent que les motivations en lien avec le travail ou les études priment, mais que la présence d’amis et de membres de la famille est un facteur important dans le choix d’un lieu de destination. Les migrants des régions traditionnellement moins prisées par les immigrants sont proportionnellement plus nombreux à partir pour trouver un emploi ou de meilleures possibilités d’emploi que ceux en provenance d’autres régions. De plus, les migrants motivés par cette même raison ont une propension plus faible à s’établir dans une région à faible densité d’immigrants, comparativement à ceux ayant migré pour d’autres raisons.

Fedora Gasparetti : Relying on Teranga : Senegalese Migrants to Italy and their Children Left Behind, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 215-232

11Though migratory experience offers opportunities for new kinds of practices, traditions, and family dynamics to develop, it also often replicates patterns and codes of behaviour that already exist in the migrant’s home culture. Senegalese migrants residing in Italy and elsewhere tend to send their children to Senegal to be raised by relatives. This practice among Senegalese parents long predates contemporary Senegalese migration to Europe. It follows a long-standing custom of receiving young family members into the home, drawing on the fundamental Senegalese value of teranga, often inadequately translated as hospitality. In the migrant context, this kind of teranga becomes crucial and works both ways. The article highlights how distance parenting is organized in the particular Senegalese context of teranga, and how migrants live their separation from their children.

Birgit Glorius : Internal Migration in Germany after Reunification, Belgeo, 2010, n° 3, pp. 281-292

12The paper wants to shed light on the phenomenon of internal migration in Germany after the fall of the iron curtain. Since German reunification, the eastern part of Germany lost a large share of its population due to internal migration. Whereas in the beginning, departures were spread evenly over all age and educational groups and were accompanied by a significant counter-stream, in the course of time the negative migration balance was mainly produced by younger people at the beginning of their professional career. The paper describes the development of internal east-west migration in detail and presents primary data on the profiles of young migrants drawn from a research project during the years 2004-2007 (in this research project, financed by the German Research Foundation DFG, data were gathered from 1,200 migrants aged between 18-35 who moved from the federal state Sachsen-Anhalt to the western part of Germany). Hereby, special emphasis will be given to the methodological implications of studying selective migration processes. Final conclusions are drawn regarding the regional assessment and theoretical classification of this migration process, but also on the theoretical and methodological constraints of mobility research.

Odile Hoffmann : Les rythmes de l’altérité au Mexique (18ème-19ème siècles), Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 17-30

13Au-delà du rappel des natures situées, construites et reconstruites en permanence des identités, l’article explore les rythmes de ces transformations ainsi que leur pluralité. Parlant des « noirs au Mexique » sur temps mi-long de deux siècles, la question de l’identification bascule d’une époque à l’autre, entre des visions qui privilégient l’interprétation racialisée ou culturelle de l’identification. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, l’ethnicisation comme la racialisation s’imposent et semblent nier le métissage, pourtant omniprésent dans la vie quotidienne. Ces deux tendances se nourrissent l’une de l’autre sans se confondre. Elles posent alors de nouveau la question de la fabrication de la différence et son instrumentalisation, que ce soit comme fondement d’une domination, ou condition d’une émancipation.

Gloria Lara : La construction politique d’un sujet « afro » ou « noir » au Mexique, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 89-106

14Cet article porte sur l’action politique des afro-descendants au Mexique et sur l’ethnisation liée à l’identification de traits culturels et phénotypiques soi-disant « spécifiques ». Les catégories ethniques et raciales sont des constructions émanant d’acteurs universitaires, politiques, juridiques, locaux visant à reconnaître un statut particulier à la population afromexicaine. Au Mexique, on assiste à la mobilisation politique de plusieurs organisations civiles et communautaires qui revendiquent la reconnaissance constitutionnelle des « peuples noirs » et de certains droits associés ainsi que la mise en place de politiques publiques qui leur soient bénéfiques. L’article décrit l’émergence du thème « afro » dans les études universitaires et les interventions des institutions gouvernementales. Il met l’accent sur les acteurs principaux de cette action politique et sur les différentes « catégories de la différence » qui font l’objet du débat.

Josiane Le Gall, Deirdre Meintel : Liens transnationaux et transmission intergénérationnelle : le cas des familles mixtes au Québec, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 127-144

15À partir de données recueillies au Québec auprès de quarante-huit couples composés d’un partenaire franco-québécois et d’un partenaire immigrant (non européen), l’article examine les liens transnationaux tissés avec les membres de la famille du partenaire immigrant ainsi que les motifs invoqués pour maintenir ces liens. Les auteurs discutent de l’importance de la valeur attachée à la famille et aux liens familiaux, de la transmission de cet « esprit de famille » aux enfants, et du désir des parents de léguer à ces derniers les ressources culturelles liées au pays d’origine du parent immigrant, dans la poursuite des relations avec la famille à l’étranger.

David Lessault, Cris Beauchemin, Papa Sakho : Migration internationale et conditions d’habitat des ménages à Dakar, Population, 2011, vol. 66, n° 1, pp. 197-228

16Le secteur immobilier est considéré au Sénégal comme le principal débouché des investissements des Sénégalais de l’extérieur. Ainsi, la manne que représentent les transferts des migrants pourrait bien être un facteur d’amélioration des conditions d’habitat des ménages dakarois. C’est l’hypothèse que teste cet article à travers diverses analyses réalisées à partir des données collectées à Dakar dans le cadre de l’enquête Mafe. Sans surprise, les premiers résultats montrent qu’au moment de l’enquête, les ménages avec migrant(s) sont globalement mieux logés que les ménages sans migrant (type de logement, densité, niveau d’équipement). Mais la suite des résultats nuance l’effet de la migration internationale sur les conditions d’habitat des ménages dakarois. D’une part, l’argent de la migration perçu par les ménages est faiblement utilisé à des fins de construction ou de transformation de l’habitat. D’autre part, l’analyse des conditions d’accès à la propriété des ménages, au moment de l’entrée dans le logement et non celui de l’enquête, montre l’absence d’influence des migrants. Finalement, les investissements immobiliers des migrants semblent assez peu orientés vers l’amélioration des conditions d’habitat des ménages auxquels ils sont apparentés. Ceci n’empêche pas qu’ils puissent jouer un rôle dans la transformation de l’habitat à Dakar, notamment à travers des investissements locatifs.

Serge Loungou : La libre circulation des personnes au sein de l’espace de la C.E.M.A.C.1 : entre mythes et réalités, Belgeo, 2010, n° 3, pp. 315-329

  • 1 Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale.

17La question de la libre circulation des personnes est une des pierres d’achoppement entre les États membres de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (C.E.M.A.C.). Cette mésentente est liée à une multitude de raisons, dont certaines participent de constructions imaginaires développées en particulier au Gabon et en Guinée équatoriale. Trois grands mythes sous-tendent le refus manifeste de ces deux États d’appliquer le principe communautaire de la libre circulation des personnes ; il s’agit des mythes de l’invasion démographique, de la spoliation économique et de la perversion sociale associée à la délinquance d’origine étrangère. Fortement ancrées dans les consciences nationales, ces représentations s’expriment à travers des politiques migratoires et des pratiques frontalières particulièrement discriminatoires à l’égard des ressortissants de la sous-région.

Marc Luy, Paola Di Giulio, Graziella Caselli : Differences in Life Expectancy by Education and Occupation in Italy, 1980-94 : Indirect Estimates from Maternal and Paternal Orphanhood, Population Studies, 2011, (July), vol. 65, n° 2, pp. 137-155

18In the present study, the authors use the modified orphanhood method to analyse mortality differences by socio-economic status in Italy. This technique permits the indirect estimation of adult mortality from survey-based information on parents’ survival in developed populations and helps to overcome several limitations of conventional studies on mortality differences by social class. They estimate a time series of life tables by education and occupation and analyse the differences by socio-economic status along with their changes between 1980-84, 1985-89, and 1990-94. Whereas mortality differences between the highest social class and the other socio-economic status groups increased among men, they decreased among women. They speculate about the reasons for these sex-specific trends and evaluate the application of indirect estimation techniques to the populations of developed countries.

Jacinthe Mazzochetti : Fermeture des frontières et liens transnationaux : un terrain auprès des primo-migrants africains en Belgique, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 263-280

19Au travers de cet article, l’auteur aborde l’incidence des restrictions en matière d’immigration en Belgique, ainsi que des conceptions différenciées de la parenté (biologique versus sociale) sur les recompositions familiales en lien avec le contexte européen de fermeture des frontières. En resserrant le champ d’étude à la situation des nouveaux migrants originaires du continent africain, ces questions sont abordées au travers de deux groupes de populations : les mineurs d’âge et les femmes.

Laura Merla : Familles salvadoriennes à l’épreuve de la distance : solidarités familiales et soins intergénérationnels, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 145-162

20Cet article présente une analyse comparative de la participation des membres de deux familles salvadoriennes, dont l’une compte des enfants adultes installés en Australie, et l’autre en Belgique, au soin de leurs parents âgés. En dépit de la distance, ces migrants fournissent à leurs parents un soutien financier, émotionnel et pratique en mobilisant les membres de leur réseau familial transnational. L’article montre que c’est notamment en s’engageant dans les soins transnationaux que les migrants salvadoriens et leurs proches créent et maintiennent vivante leur inscription dans le groupe familial.

Aurélia Michel, Delphine Prunier, Laurent Faret : Familles migrantes et ancrages locaux au Mexique : trajectoires et patrimoines migratoires dans la région de Tehuantepec, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 77-94

21Dans l’isthme de Tehuantepec au Mexique, les mobilités régionales anciennes constituent un patrimoine familial qui s’articule aux nouvelles dynamiques migratoires, allongeant distances géographiques, temporelles et culturelles entre les membres migrants et leurs familles. En se penchant sur les structures foncières et sur l’appareil productif autour desquels s’organisent les économies familiales, cet article interroge les capacités des familles migrantes à s’ancrer sur leur territoire d’origine. À partir de cas d’étude précis dans deux municipes ruraux et d’entretiens menés avec des familles paysannes engagées dans la migration, il décrit et analyse les contours mouvants de l’unité sociale et productive qu’est la famille pour observer comment elle s’adapte, résiste ou éclate à l’épreuve de ces nouvelles distances.

Jean-Dominique Morency, Benoît Laplante : L’action publique et la première naissance au Canada, Cahiers québécois de démographie, Automne 2010, vol. 39, n° 2, pp. 201-241

22Les études sur la relation entre l’action publique et la fécondité cherchent habituellement à mesurer l’effet d’une ou plusieurs mesures sur la fécondité. Dans cet article, les auteurs ne s’intéressent ni à l’effet d’une mesure en particulier, ni à l’effet de l’action publique dans son ensemble sur la fécondité, mais plutôt à la manière dont les couples canadiens susceptibles d’avoir leur premier enfant réagissent à l’environnement que créent l’État et le marché du travail. Ils utilisent des données qui proviennent d’une enquête longitudinale prospective auprès des ménages menée par Statistique Canada, l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu. Leurs résultats montrent que peu de facteurs ont un effet appréciable. Il semble que la décision qui conduit à la première naissance soit régie par deux mécanismes différents, selon que le revenu du couple est modeste ou non. Lorsque le revenu familial est modeste, la décision repose sur le montant des aides financières récurrentes ; lorsque le revenu est moyen, la décision repose plutôt sur le montant des prestations de maternité qui compensent la perte de revenu pendant le congé de maternité. Dans tous les cas, l’emploi permanent de la conjointe joue un rôle déterminant. La propriété de la résidence familiale joue également un rôle important. La décision d’avoir le premier enfant semble donc dépendre avant tout de la condition de la conjointe et de l’évaluation que le couple fait de ce que sera la situation financière de la famille une fois l’enfant né.

Lise Nelson, Peter B. Nelson : The Global Rural : Gentrification and Linked migration in the Rural USA, Progress in Human Geography, 2011, (August), vol. 35, n° 4, pp. 441-459

23This article explores the possibility that US rural amenity destinations are affected by ‘linked migration’ streams similar to ones connecting the fate of high wage professionals and low-wage immigrants in global cities. To date, the possibility of such a linkage has not been considered in the vast literature on migration and social transformation in rural America, a literature that has treated the arrival of these two groups (high-wage professionals and low-wage immigrants) in rural spaces. The authors explore the possibility that these two groups, in a particular set of US rural amenity communities, are structurally linked. They focus on the theoretical implications of documenting such linkages, arguing that the presence of linked migration dynamics in rural areas would transform scholarly debates on : (1) Latino immigrants in the rural USA ; (2) amenity migration and rural gentrification, not only in the USA but in a range of postindustrial economies ; and (3) theories of globalization and mobility, as well as the place of the rural in globalization dynamics.

Sofi Ohlsson-Wijk : Sweden’s Marriage Revival : An Analysis of the New-Millennium Switch from Long-Term Decline to Increasing Popularity, Population Studies, 2011, (July), vol. 65, n° 2, pp. 183-200

24Usually seen as a forerunner in the development of new trends in family demographic behaviour, Sweden has recently experienced a reversal in marriage trends, from a steady decline in marriage rate between the 1960s and 1990s, to a steady increase beginning in 1998. An event-history analysis of women’s first marriages in the period 1991-2007, using register data, shows that compositional changes in labour-market activity and childbearing can only partly explain the reversal, and that apparently no part of it is explained by compositional changes in age, country of birth, educational level and type of settlement. The evidence suggests that the popularity of marriage in Sweden is increasing, in contrast to what might be expected from the way demographic trends in Sweden and other Western counties are often portrayed in the literature.

Mathilde Plard : Familles transnationales et parents vieillissants à Chennai (Inde) : organisation des solidarités intergénérationnelles dans un espace intrafamilial mondialisé, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 163-180

25Dans le contexte démographique actuel, le Sud de l’Inde est marqué par un allongement de la durée de la vie et une augmentation significative des formes de mobilités internationales ; dans ces conditions, les relations intergénérationnelles évoluent. Si les migrations induisent des changements dans les mécanismes de transmission entre générations, elles modifient dans leurs formes les échanges familiaux et les solidarités intergénérationnelles. Une étude de terrain de type sociogéographique effectuée dans la ville de Chennai en 2010 auprès de parents (de haute caste brahmane) dont les enfants ont migré vers des pays occidentaux, a permis d’étudier l’organisation des solidarités et de saisir les conséquences de la décohabitation entre générations, dans une nouvelle géographie familiale. Ces familles transnationales interrogent les modèles organisationnels de prise en charge et de solidarité concernant les personnes âgées vivant en dehors de l’idéal type de la joint family - la famille indivise.

Christian Poiret : les processus d’ethnicisation et de raci(ali)sation dans la France contemporaine : Africains, Ultramarins et « Noirs », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 107-127

26Si les « races » humaines n’existent pas, des groupes racisés existent, constitués d’individus qui tendent à être traités comme l’incarnation de leur groupe d’appartenance et doivent donc apprendre à « faire avec ». Mais plutôt que de considérer ces groupes comme un objet scientifique, cet article leur substitue un objet processuel et contextualisé. La première partie de cet article précise donc les modalités théoriques de construction de cet objet avant de le replacer dans le contexte français contemporain, marqué par le retour de la catégorie « Noirs » dans l’espace public. La deuxième partie présente une approche compréhensive du processus subjectif de racisation par lequel on devient « Noir », basée sur l’analyse de la parole de personnes pouvant être ainsi catégorisées. Ce processus est découpé en quatre grandes formes, liées mais analytiquement distinctes, faisant chacune l’objet d’un développement : la racialisation, l’altérisation, la conscientisation et l’adaptation à la situation subordonnée. Enfin, la troisième partie conclusive revient sur la dimension collective des processus d’ethnicisation et de racisation et leurs conséquences en termes d’action collective.

Élise Prébin : Le projet transnational des familles sud-coréennes de la classe moyenne, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 281-298

27En Corée du Sud, malgré le perpétuel discours pessimiste sur les milliers de familles séparées contre leur gré au cours du 20ème siècle, de plus en plus de familles de la classe moyenne et moyenne-supérieure font le choix de se séparer durablement pour mener une existence transnationale, encouragées par la politique de retour mise en place depuis la fin des années 1990, qui valorise l’expérience transnationale et favorise les échanges à une échelle globale. Mais le transnationalisme en tant que valeur et projet pour les familles ne va pas sans poser problème. Face à la surenchère éducative et à des perspectives restreintes sur le marché du travail, nombre de familles aisées envoient leurs enfants en bas âge étudier à l’étranger, selon un nombre restreint d’options supposées viables : l’enfant part seul, accompagné par sa mère, ou est pris en charge par un parent ou une connaissance. Ces séparations prolongées dans le but d’atteindre une mobilité sociale supérieure ont des dénouements souvent imprévus, et parfois, tragiques.

Oscar Quintero : Entre universalisme et multiculturalisme : politiques publiques et luttes politiques autour de l’éducation supérieure en Colombie, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 71-87

28Cet article propose d’analyser les politiques publiques destinées à promouvoir la présence des populations noires dans le système d’enseignement supérieur colombien à partir de 1880, ainsi que les réponses à ces politiques de la part des populations noires. L’auteur développe ici l’hypothèse selon laquelle, malgré l’existence de réglementations et de programmes dits « multiculturels », les logiques fondées sur le modèle de l’égalité entre les citoyens sont toujours d’actualité et se concrétisent par des propositions d’égalité des chances définies notamment à partir des critères de classe sociale ou de territoire. Pour autant, cette tendance s’accompagne d’une mobilisation croissante de la part des associations noires et des étudiants concernés afin de faire respecter et appliquer les principes multiculturels dans l’université. Ils élaborent des revendications et des propositions qui dépassent le répertoire d’action imposé par la réglementation existante et proposent un profond changement de la société colombienne.

Sara Randall, Ernestina Coast, Tiziana Leone : Cultural Constructions of the Concept of Household in Sample Surveys, Population Studies, 2011, (July), vol. 65, n° 2, pp. 217-229

29The authors analyse the use of the concept of household in sample surveys, with evidence drawn from a review of survey definitions, a series of in-depth interviews with data producers and users and a systematic study of recent literature. They consider the place of the concept within the discipline of demography, and demonstrate how its definition and use interact with cultural values and core concepts integral to the discipline. Focusing on Tanzania as a case study, they examine the diversity of factors that influence the construction of household-level data from cross-sectional household surveys. Throughout the survey process, constructing interpretations of the meaning of household and different motivations for using specific definitions of the term interact. This generates data and outputs with potential for undercounting, bias, and misrepresentations, with adverse effects on the quality of data used for monitoring development indicators. Some ways of improving data collection on households are proposed.

Juliette Sakoyan : Les frontières des relations familiales dans l’archipel des Comores, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 181-198

30Aujourd’hui, la plupart des familles dispersées sur l’archipel des Comores sont d’abord des familles fragmentées par une frontière politique. Lorsque c’est la maladie d’un enfant qui est à l’origine d’une dispersion familiale dans une logique d’accès aux soins, les liens transnationaux sont mis à l’épreuve de manière spécifique. Cet article contribue à la réflexion sur les familles transnationales à partir d’une analyse anthropologique des réseaux de care autour d’enfants malades, dans un archipel où les traditions migratoires insulaires coexistent désormais avec des contraintes circulatoires fortes. L’objectif est d’historiciser un espace transnational afin de souligner les transformations et les récurrences dans les conditions de vie à distance.

Marc Tremblay : La contribution des immigrants d’origine germanique au peuplement des régions de Lanaudière, de la Mauricie, de la Montérégie, de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent, Cahiers québécois de démographie, Automne 2010, vol. 39, n° 2, pp. 179-200

31La population du Québec est issue en grande partie de quelques milliers d’immigrants français qui se sont établis dans la vallée du Saint-Laurent au 17ème siècle. Cependant, des pionniers d’autres origines ont aussi contribué au peuplement initial du territoire québécois. Un certain nombre d’entre eux étaient originaires de régions ou pays dont l’allemand était la langue principale. Les plus connus sont sans doute les mercenaires allemands qui ont fait souche au Québec durant le premier quart du 18ème siècle. À partir de données généalogiques s’étendant sur plus de trois siècles, cette étude vise à retracer ces immigrants d’origine germanique et à mesurer leur contribution au peuplement de cinq régions du Québec (Lanaudière, Mauricie, Montérégie, Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent). Les résultats révèlent la présence d’ancêtres germaniques dans les généalogies de toutes les régions étudiées. Ils représentent entre 0,9 % et 1,5 % de l’ensemble des immigrants identifiés et sont à l’origine d’un peu moins de 11 % des bassins génétiques régionaux mais de 2,7 % des lignées paternelles.

Anne-Christine Trémon : Parenté flexible. Ajustements familiaux et accumulation de capitaux dans la diaspora chinoise en Polynésie française, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 23-40

32Cet article interroge les pratiques familiales transnationales dans la diaspora chinoise à partir d’une étude plurigénérationnelle de la communauté chinoise en Polynésie française. Il conceptualise la notion de « parenté flexible » afin d’examiner comment la famille est mise au service des stratégies d’accumulation de divers capitaux culturels, symboliques, économiques mais aussi juridiques. La parenté flexible recouvre l’ensemble des pratiques consistant à jouer sur l’agencement et la composition de la famille en vue de s’ajuster aux, et de bénéficier des différentiels entre régimes et conjonctures en situation transnationale.

María Elisa Velázquez : Racisme, métissage et population d’origine africaine au Mexique : une perspective historique, Revue Européenne des Migrations Internationales, 2011, vol. 27, n° 1, pp. 129-145

33Cet article explore les mécanismes de la construction du racisme au Mexique dans une perspective historique. Il insiste sur l’importance de comprendre la période coloniale comme une période de grande mobilité et d’échange social, économique et culturel intense, en prenant en considération les contributions des Africains et de leurs descendants. Il analyse les processus sociaux qui ont permis le « métissage » entre indigènes, Espagnols et Africains, et il explique, comment les idées du 18ème siècle, qui ont servi à justifier le commerce esclavagiste, ont influencé le discours « raciste » qui se développe au Mexique au cours du 19ème siècle.

Gregory Verdugo : Logement social et ségrégation résidentielle des immigrés en France, 1968-1999, Population, 2011, vol. 66, n° 1, pp. 171-196

34Cet article analyse l’évolution de la ségrégation résidentielle des immigrés en France entre 1968 et 1999 et ses liens avec le logement social, dans les unités urbaines de plus de 50 000 habitants et entre ces unités, à l’aide des données issues des recensements. Durant, cette période, la ségrégation des immigrés européens et celle des immigrés non européens ont suivi des tendances divergentes. Au niveau macrogéographique, les résultats indiquent une baisse de la concentration des immigrés dans certaines unités urbaines, notamment pour les immigrés non européens vivant en logement social. À l’intérieur des unités urbaines, une ségrégation par origine nationale prédominait en 1968 pour tous les groupes, avant de décliner par la suite, principalement pour les immigrés européens. Quant aux immigrés non européens vivant en logement social, la diminution de la ségrégation par origine nationale a été contrebalancée par une augmentation de la ségrégation par continent ou sous-continent d’origine. La concentration des immigrés de différentes origines nationales dans les logements sociaux de certains quartiers peut en partie l’expliquer. En 1999, les immigrés habitant des logements sociaux, particulièrement les non Européens, connaissaient des niveaux de ségrégation plus élevés que ceux vivant en logement privé. Toutefois, les niveaux de ségrégation des différents groupes d’immigrés ne varient pas avec l’ancienneté moyenne de séjour en France.

Catherine Villeneuve-Gokalp : Les femmes qui accouchent sous le secret en France, 2007-2009, Population, 2011, vol. 66, n° 1, pp. 135-169

35Chaque année en France, 600 à 700 femmes demandent le secret de leur accouchement. Cette étude, réalisée dans 83 des 100 départements, a permis de rassembler des informations administratives sur 835 accouchements secrets ayant eu lieu de juillet 2007 à juin 2009, et de connaître les caractéristiques socio-démographiques ainsi que le contexte de la grossesse de 739 femmes. À la naissance, 10 % des femmes établissent la filiation, 13 % indiquent leur identité dans le dossier de l’enfant et 29 % y laissent un pli fermé qui, si plusieurs conditions sont remplies, permettra à l’enfant de connaître son identité. Trois « profils » principaux de femmes ont été définis : les « jeunes femmes dépendantes de leurs parents » (25 % des femmes), les « femmes indépendantes » (25 %), et les « femmes seules en situation de précarité » (15 %). L’accouchement secret n’est donc pas seulement le fait de très jeunes femmes « abandonnées » par leur partenaire ou en situation de précarité, même si elles sont effectivement surreprésentées. Dans le délai légal de deux mois après la naissance, 14 % des mères reprennent l’enfant. Les femmes qui reviennent le plus souvent sur leur décision sont celles qui ont dû se séparer de l’enfant sous la pression de contraintes familiales ou économiques. L’accouchement secret étant plus rare chez les femmes qui ont acquis leur indépendance économique ou qui vivent en couple, celles qui y ont recours seraient plus déterminées et se rétracteraient moins souvent.

Bruce Whitehouse : Approche comparative des familles dispersées (Mali-Congo) : éducation et espaces nationaux, Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 233-246

36La littérature sur la « famille transnationale » présuppose souvent que la dispersion spatiale des familles au-delà des frontières nationales diffère de la dispersion spatiale des familles à l’intérieur d’un même État-nation. Mais en quoi ces deux formes de dispersion se distinguent-elles ? Pour répondre à cette question, l’article se base sur l’analyse de données ethnographiques portant sur trois communautés : une communauté rurale dans la région du Koulikoro (Mali) ; Bamako, la capitale du Mali, première destination de la majorité des migrants de cette communauté ; et Brazzaville, la capitale du Congo. La perspective comparative permet d’identifier plusieurs points communs entre les familles « transnationales » (dispersées entre le Mali et le Congo) et les familles dispersées « nationales » (entre le village et la ville capitale au Mali). Elle permet également de mettre au jour les différences entre ces deux types de familles translocales, surtout en ce qui concerne l’éducation et la circulation des enfants. C’est à partir de l’analyse de ces différences que l’article montre l’intérêt de la perspective transnationale dans l’étude des dynamiques familiales contemporaines.

Isabel Yepez del Castillo, Carmen Ledo, Mirko Marzadro : « Si tu veux que je reste ici, il faut que tu t’occupes de nos enfants ! ». Migration et maternité transnationale entre Cochabamba (Bolivie) et Bergame (Italie), Autrepart, 2011, n° 57/58, pp. 199-214

37Dans cet article, les auteurs analysent, d’une part, les transformations dans les configurations familiales provoquées par la migration internationale de femmes originaires de la ville de Cochabamba vers Bergame pour travailler dans le domaine du care, et d’autre part la manière dont ces migrantes boliviennes vivent leur « maternité transnationale ». En guise d’introduction, l’article présente les traits principaux des nouvelles migrations boliviennes vers l’Europe. Il aborde ensuite les éléments qui conditionnent l’exercice de la maternité transnationale, tant dans le pays d’origine que dans le pays de destination. Ce cadre général permet d’analyser les multiples arrangements familiaux, et le maintien de liens affectifs qui caractérisent l’exercice de la maternité à distance, illustrés par l’histoire migratoire et familiale d’Ana. En guise de conclusion, l’article discute l’hypothèse selon laquelle la majorité des femmes migrantes latino-américaines visent une réunification familiale dans le pays de destination.

Haut de page

Notes

1 Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Comptes rendus d'articles », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 653-664.

Référence électronique

« Comptes rendus d'articles », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/4770

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals