Navigation – Plan du site
Articles

La fécondité légitime dans différents agrosystèmes sociaux en Flandre, 1830-1930

Marital Fertility in Different Social Agro-systems in Flanders, 1830-1930
Christa Matthys et Marianne Caron

Résumés

Les comportements de fécondité des régions rurales ont été perçus comme statiques, conservateurs et uniformes. Cet article analyse les changements et la variation relative de la fécondité légitime de deux agrosystèmes sociaux en Flandre. En nous appuyant sur des données individuelles longitudinales provenant des registres de population, nous analysons le cours de la baisse de la fécondité à partir de deux études de cas. En outre, nous utilisons les estimations de Kaplan Meier pour examiner l’impact sur le comportement de la fécondité légitime de différents facteurs tels que la profession, l’âge au premier mariage, l’expérience de la migration urbaine et la fécondité prénuptiale. Cette analyse démontre que ces facteurs ont une influence variable dans des contextes ruraux différents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À partir de la seconde moitié du 19ème siècle, la fécondité (légitime) a diminué dans toute l’Europe. Cette évolution de la fécondité s'est déroulée avec une variation considérable dans le temps et dans l’espace. En Belgique, la diminution s’est manifestée d’abord dans les centres urbains dynamiques et/ou industrialisés. Dans la partie néerlandophone du pays notamment, le démarrage de la transition démographique se caractérise par un décalage temporel important entre les régions urbaines et rurales [Lesthaeghe, 1977]. La littérature sur ce sujet a principalement mis l’accent sur les différences entre des zones relativement vastes (arrondissements, provinces), ainsi qu'entre les régions urbaines/industrialisées et rurales. Par conséquent, l'étude de la variabilité du changement des comportements à l’intérieur des espaces ruraux est encore largement négligée, surtout pour la Flandre [Alter, Oris, Neven, 2007]. Implicitement, la campagne a longtemps été perçue comme conservatrice et uniforme. Pourtant, pendant la seconde moitié du 19ème siècle, on constate des disparités considérables de niveaux de fécondité (légitime) entre les différents arrondissements ruraux en Flandre [Lesthaeghe, 1977].

2Dans cet article, nous analysons la fécondité légitime pendant le 19ème siècle de deux communautés rurales : Assenede d’une part, Eine, Heurne et Mullem, d’autre part. Eine, Heurne et Mullem (EHM) sont trois villages distincts, mais nous les considérons comme une seule unité [Matthys, 2012, 89]. Ces communautés se différencient, comme nous le verrons plus loin, par leur structure socio-économique et leur régime démographique. Les villages d'Assenede et d'EHM sont localisés en Flandre-Orientale, respectivement dans les arrondissements d'Eeclo et d'Audenarde. Ceux-ci ont connu une transition de la fécondité plutôt tardive, conforme à la moyenne de la Belgique néerlandophone. Dans cette contribution, nous posons l’hypothèse que ces communautés rurales se caractérisaient par des comportements spécifiques de fécondité des couples mariés.

3L’analyse des différences entre les deux localités rurales repose sur le concept d’agrosystèmes sociaux. Pendant les années 1980, des agronomes ont développé ce concept « d’agrosystème » pour définir la relation, au niveau local et régional, entre les facteurs environnementaux et le mode d’exploitation des terres agricoles. L’historien E. Thoen a élargi le concept en définissant un agrosystème social comme étant « (…) un système de production rurale basé sur des rapports sociaux spécifiques propres à la région impliquée dans la reproduction économique d’une région géographique donnée » [Thoen, 2004, 47]. Ces systèmes remontent au Moyen-Âge et sont déterminés par les interactions entre le type de sol, la répartition des biens, la taille des exploitations agricoles, les rapports de travail, les migrations etc. Dans les provinces belges de la Flandre-Occidentale et de la Flandre-Orientale, il y avait principalement deux agrosystèmes sociaux : l’économie commerciale des fermiers dans la région des polders et l’économie de survie commerciale dans la Flandre intérieure.

4Les polders, caractérisés par un sol argileux lourd, étaient surtout composés de grandes exploitations agricoles commerciales reposant sur le travail des chevaux et d’une main-d’œuvre extérieure. En revanche, la Flandre intérieure se distinguait par un morcellement important de la propriété des terres et la prédominance de l’agriculture de subsistance. Dans cette région, l’agriculture intensive prévalait et les familles complétaient leurs revenus grâce à l’industrie textile à domicile (un système de putting-out proto-industriel). Les polders et les régions intérieures présentaient des particularités démographiques au moins jusqu’à la fin du 19ème siècle. Dans les régions dominées par l’industrie artisanale (Flandre intérieur), l’âge au mariage et la proportion de célibat définitif à 50 ans étaient plus élevés, l’allaitement était davantage pratiqué et la mortalité infantile inférieure à celle des polders [Vandenbroeke, 1984]. En outre, la migration rurale vers la ville était plus importante dans les régions possédant des industries artisanales que dans les régions agricoles [Karel, Vanhaute, Paping, 2012]. Dans le cas de nos deux communautés rurales, il a également été démontré que la fécondité illégitime était plus élevée à Assenede qu’à EHM [Art, 1979]. Il reste cependant à établir comment ces facteurs ont influencé la fécondité légitime dans la Flandre rurale.

5L’objectif global de cette étude est d’analyser l’évolution de la fécondité légitime à Assenede et à EHM entre 1830 et 1930. Il s’agira d’abord de présenter les caractéristiques socio-économiques et religieuses de ces deux communautés, ainsi que leur régime démographique. On montrera qu’elles se différencient sur le plan de la sécularisation, de la composition professionnelle, de la nuptialité, des taux de migration et du niveau de fécondité illégitime. Ensuite, nous analyserons la fécondité par cohorte afin de reconstituer les différents parcours de la transition de la fécondité. Puisque EHM se caractérise par un régime démographique malthusien et que la religion catholique y est plus persistante et intense qu'à Assenede (points 3 et 4), nous supposons que la fécondité y baissera une génération plus tard. Enfin, nous analyserons l’impact de variables qui différencient au niveau individuel les deux populations : la profession, l’âge au mariage, l’expérience de la migration urbaine et la fécondité prénuptiale. Sur le plan des professions, nous supposons que les travailleurs industriels et les groupes sociaux intermédiaires sont les plus innovateurs. Ensuite, nous posons l'hypothèse que l'âge au premier mariage aurait un effet plus déterminant à EHM étant donnée l’existence d'un système malthusien plus sévère qu'à Assenede. En matière de migration, nous supposons que les femmes qui ont passé une partie de leur vie dans un centre urbain – où la fécondité a commencé à baisser plus tôt – auraient une fécondité réduite par rapport à la population sédentaire. Quant à l’effet de la fécondité illégitime sur la fécondité légitime, nous vérifierons si on peut identifier des « couples sages » (pas de conception prénuptiale et faible fécondité légitime) dans les deux populations.

1. La variation régionale de la fécondité en Flandre

6La Flandre, au début de la période moderne, présentait deux principaux régimes démographiques selon les agrosystèmes sociaux dominants : l’un dans les polders et l’autre dans la Flandre intérieure. En utilisant la reconstitution des familles, C. Vandenbroeke a mis en évidence des différences significatives de fécondité légitime entre ces deux régions pendant la période 1785-1796 : « une fécondité maximale était atteinte dans la zone agricole », alors que les niveaux les plus bas de fécondité légitime ont été trouvés dans les régions où l’industrie artisanale était très répandue [Vandenbroeke, 1984, 932]. Ces différences ont été attribuées aux pratiques d’allaitement. Dans les polders - la région agricole - la plupart des femmes travaillaient à l’extérieur de la maison et étaient dans l’impossibilité d’allaiter leurs enfants. En Flandre intérieure, l’industrie à domicile permettait aux femmes de garder leurs enfants avec elles toute la journée et donc de les allaiter. Par conséquent, dans les Polders, la stérilité temporaire était plus courte et la mortalité infantile plus élevée ; ces deux facteurs ayant pour effet d'augmenter la fécondité des femmes.

7Avec l’analyse de la transition de la fécondité, l’intérêt s’est déplacé des disparités rurales vers les différences régionales et rurales/urbaines à plus grande échelle. En Belgique, la fécondité a baissé environ deux décennies plus tôt dans la partie francophone (la Wallonie) que dans la partie néerlandophone (la Flandre) du pays [Lesthaeghe, 1977]. Ces différences se reflètent dans une certaine mesure dans les comportements des migrants, les migrants flamands en Wallonie se distinguant, pour les générations pré-transitionnelles, par une fécondité plus élevée [Eggerickx, 2001]. Par ailleurs, en Flandre, on a constaté un décalage important entre le début du déclin de la fécondité des régions urbaines et rurales. R. Lesthaeghe, le démographe belge associé au « Princeton European Fertility Project », a utilisé l’indice de fécondité légitime Ig pour déterminer le début de la baisse de la fécondité. Cet indice, développé par A. Coale dans les années 1960, est une mesure standardisée par âge qui compare la fécondité légitime d’une population réelle à la fécondité maximale d’une population type (les Hutterites). Quand Ig est inférieur à 0,7, on considère qu'il y a un contrôle de la fécondité. Ce niveau a été atteint vers 1860 dans la ville de Gand et après 1900 dans la campagne environnante. Les dichotomies marquées entre la Wallonie et la Flandre, ainsi qu'entre la fécondité urbaine et rurale, ont nourri le débat sur les causes– socio-économiques ou culturelles – de la transition et ont réduit l’intérêt pour les variations rurales. Pourtant, il y avait des différences importantes dans la campagne flamande. Dans la province de la Flandre-Occidentale, qui couvre une superficie d'environ 3000 km2, les taux de natalité différaient considérablement entre des arrondissements voisins. La transition différentielle de la fécondité dans les régions rurales de la Flandre a fait l’objet de très peu d’études alors que dans la partie francophone du pays, on relèvera les analyses menées sur le Pays de Herve et les Ardennes [Alter, Oris, Neven, 2007]. Elles ont révélé une variation considérable des modèles de fécondité des populations au sein de régions proto-industrielles et agricoles. Cet article utilise une approche comparative similaire pour les deux localités flamandes.

2. Les sources de données et les zones géographiques de l'étude

8Assenede et EHM font partie de la province belge de la Flandre-Orientale, dans la partie néerlandophone de la Belgique. Assenede est situé au nord de la province, dans la région des polders jouxtant les Pays-Bas. EHM est situé dans le sud de la Flandre intérieure (voir figure 1). Durant la période étudiée, les deux localités, distantes de 25 km du grand centre urbain et industriel de Gand, comptaient entre 4000 et 5000 habitants.

Figure 1. Provinces belges et la localisation des localités d’Assenede et d’EHM

Figure 1. Provinces belges et la localisation des localités d’Assenede et d’EHM

Source : Matthys, 2012.

9Assenede constitue un exemple d’économie commerciale de fermiers. En 1846, plus de 15 % des exploitations agricoles couvraient une superficie supérieure à 20 hectares. Jusqu’en 1880, les trois quarts de la population travaillaient dans le secteur agricole. Ce n’est qu’après la crise agricole de 1880 que cette proportion a commencé à diminuer. Les industries artisanales avaient une importance mineure : en 1846, seulement 6,6 % de la population travaillait dans ce secteur et vers 1866 presque tous les tisserands et les fileurs avaient disparu. Assenede était aussi un centre de service régional pour les villages environnants ; il assurait une fonction commerciale (marché), scolaire et médicale et disposait d’une bourgeoisie locale assez prospère composée de brasseurs, de boulangers, de bouchers, de cordonniers, de forgerons, de menuisiers et de meuniers. L’industrie à Assenede ne s’est pas développée avant les premières décennies du 20e siècle et fut étroitement liée à l’agriculture (l’industrie laitière, le transport des pommes de terre, le commerce des engrais).

10Les villages d'EHM étaient situés dans la région sablonneuse caractérisée par une économie de survie commerciale : les petites exploitations agricoles autosuffisantes dominaient et l’orientation du marché était principalement déterminée par l'industrie du textile à domicile. Durant la première moitié du 19e siècle, le système putting out a subi une pression de plus en plus forte en raison de la concurrence des fils et tissus anglais produits mécaniquement. Lorsqu’au milieu des années 1840, une crise agricole sévère a coïncidé avec cette situation précaire, les populations proto-industrielles ont souffert d’une grande pauvreté et d’une crise de mortalité. L’industrialisation s’est produite plus rapidement à EHM qu’à Assenede. Dans les régions sablonneuses, la production mécanisée a remplacé le travail traditionnel, proto-industriel, après la crise. Déjà en 1855, une usine de filature propulsée par la vapeur a été créée, et vers 1880, il y avait au moins 8 usines à EHM. Les communes d'EHM étaient constituées de petits villages sans infrastructure importante. Leurs populations dépendaient principalement d’Audenarde, une ville de province considérée comme un centre commercial et de service. Hormis ces différents agrosystèmes, il a également été démontré que la sécularisation était plus prononcée à Assenede qu’à EHM [Art, 1979]. Dans des rapports épiscopaux, Assenede est décrit comme une commune « minima devota ». La population d’Eine au contraire est indiquée comme étant très catholique. Le tableau 1 ci-dessous résume les caractéristiques principales des deux localités.

Tableau 1. Les principales caractéristiques des deux communautés étudiées

 

Assenede

EMH

Population en 1830

4060

3981

Population en 1930

5391

4714

Agrosystème social

économie commerciale des fermiers

économie de survie commerciale

Principaux secteurs économiques

agriculture, services

industrie de textile à domicile

Industrialisation

depuis 1900

depuis 1850

Sécularisation

« minima devota »

« très catholique »

11Cette recherche se base sur une analyse de parcours de vie, recourant à des données individuelles longitudinales. Quatre générations de femmes ont tout d’abord été sélectionnées dans les registres des naissances : les femmes nées en 1830, 1846, 1860 et 1880 [Matthys, 2012]. Cette base de données est dénommée dans ce texte « Base de données Assenede et EHM ». Ensuite, nous avons utilisé les registres de population afin de reconstituer le parcours de vie de ces femmes dans leur lieu d’origine et dans la ville de Gand pour celles ayant émigré. Les registres de population, disponibles dans un nombre limité de pays, constituent une source de données unique pour la recherche en démographie historique. Leur intérêt réside dans le fait qu’ils présentent la structure par âge, sexe et situation de ménage d’une population avec, au cours d’une période donnée (généralement intercensitaire), un relevé systématique des événements démographiques qui la modifie. La population étudiée se compose de plus de 1300 femmes. L’étude est menée en utilisant des méthodes simples de l’analyse de survie, telles que les courbes de survie Kaplan-Meier, une technique statistique qui étudie l’occurrence d’événements en fonction de la durée.

3. Les régimes démographiques sur base de données locales

12Durant la période étudiée, les deux localités se caractérisent par la croissance de leur population. La population d’Assenede est passée de 4060 habitants en 1831 à 5391 en 1930, alors que la population d’EHM a augmenté de 3938 à 4714 personnes durant la même période. Le tableau 2 montre néanmoins que le bilan migratoire relatif était négatif pour les deux localités entre 1880 et 1930. La croissance démographique était donc uniquement le résultat de l'accroissement naturel.

13Le tableau révèle aussi que, malgré un solde migratoire similaire, les taux d’immigration et d’émigration à EHM étaient plus élevés qu’à Assenede, témoins d’une population plus mobile.

Tableau 2. Les taux d’immigration et d’émigration et le solde migratoire ( %)

Périodes

Assenede

EHM

immigration

émigration

solde migratoire

immigration

émigration

solde migratoire

1880-1889

2,58

3,55

-0,97

4,50

4,95

-0,45

1890-1899

2,62

3,12

-0,49

4,63

4,95

-0,32

1900-1909

2,81

2,98

-0,17

4,54

5,11

-0,56

1910-1919

2,38

2,96

-0,58

3,73

4,33

-0,60

1920-1930

3,38

3,75

-0,37

3,65

4,26

-0,61

Source : Institut National de Statistique (Statbel), Mouvement de la population des communes.

14Les données locales montrent également des différences en ce qui concerne le mariage et la fécondité. Les taux bruts de nuptialité et de natalité de la population des deux communautés rurales ont été calculés (figures 2 et 3).

Figure 2. Le taux brut de nuptialité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)

Figure 2. Le taux brut de nuptialité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)

Source : Matthys, 2012.

15La figure 2 indique clairement que, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, le modèle de nuptialité à Eine était plus restrictif qu’à Assenede, à l’exception de deux courtes périodes autour de 1830 et de 1880. Cela confirme les résultats de l’étude de C. Vandenbroeke (1984), selon laquelle il y avait un modèle de nuptialité plus restrictif dans les régions proto-industrialisées que dans les zones agricoles. De surcroît, le modèle d'Eine révèle davantage de fluctuations à court terme, ce qui semble démontrer que les individus ont adapté leur comportement de mariage au « stress économique » de court terme. En revanche, à Assenede, des tendances de durées moyennes prévalaient. À partir de 1912, les courbes se rejoignent et le taux de nuptialité à Eine dépasse même celui d'Assenede, ce qui indique une intensification importante de la nuptialité à Eine.

Figure 3. Le taux brut de natalité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)

Figure 3. Le taux brut de natalité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)

Source : HISSTAT-LOKSTAT.

16Conformément à la logique malthusienne et aux analyses menées par C. Vandenbroeke (1984), à Eine, les taux bruts de nuptialité et de natalité étaient inférieurs à ceux d’Assenede, au moins jusqu’en 1881 (figure 3). Par ailleurs, la baisse plus précoce, plus prononcée et plus durable du taux de natalité pour la Flandre intérieure durant cette période, confirme que la crise de 1846 y a été plus durement ressentie que dans les polders. Les données sur la pauvreté présentent le même constat : en 1846, 30 % des familles de la Flandre intérieure étaient soutenues par l’assistance aux pauvres, contre 16 % des familles des polders. Au cours des deux dernières décennies du XIXème siècle, le taux de natalité des deux villages était similaire. Cet indicateur a augmenté durant cette période. Cette hausse de la natalité-fécondité à la veille du déclin décisif, appelé le « ski-jump », a été observée dans d’autres pays européens [Alter, Oris, Neven, 2007]. Pourtant, au cours de cette période, le taux de nuptialité à Assenede était encore nettement plus élevé qu’à Eine. Cela pourrait indiquer que la population d'Assenede limitait davantage le nombre de naissances à l'intérieur du mariage que celle d'EHM. Après 1903, lorsque les niveaux de fécondité ont commencé à baisser partout dans la campagne flamande, le taux brut de nuptialité à Assenede est descendu sous le niveau observé à EHM. Le graphique semble donc indiquer que la transition de la fécondité était plus marquée dans le milieu agricole que dans le milieu proto-industriel. Pour mieux comprendre les dynamiques différentielles de cette transition, nous nous concentrerons dans la suite sur l’évolution de la fécondité légitime à partir de données individuelles.

4. Analyse longitudinale de la fécondité

  • 1 Les figures 4 et 5 se basent sur ce nombre total. Dans les graphiques suivants, le nombre exact peu (...)

17Comme mentionné précédemment, l’analyse est basée sur des données longitudinales individuelles. La population d’origine (au moment de la naissance) comptait plus de 2000 femmes et nous avons pu reconstruire le parcours de vie, de 15 à 50 ans, de 1361 d'entre elles (710 femmes à Assenede et 651 à EHM). La couverture incomplète est liée à différentes causes : décès, émigrations temporaires ou définitives, changement de l'état civil. Pour prendre en compte ces sorties d’observation, on utilisera la notion de « personnes-temps » comme unité d'analyse, soit la durée totale du suivi des individus à risque (d'avoir une naissance légitime) exprimée en années (personnes-années). Une femme mariée est considérée comme à risque d’avoir une autre naissance jusqu’à l’âge de ses 50 ans et à condition qu’elle réside à Assenede ou EHM. Ainsi, nous comptabilisons pour Assenede 4428 personnes-années et 1318 enfants (1070 légitimes), et 3979 personnes-années et 1280 enfants (1117 légitimes) pour EMH.1

4.1. L’évolution de la transition de la fécondité

18Les taux de fécondité légitime par âge sont généralement utilisés pour comparer les comportements de fécondité entre des groupes différents. Même pour les populations ne pratiquant pas la limitation des naissances, les taux de fécondité légitime baissent avec l’âge de la femme. Quand ce déclin n’est dû qu’aux pratiques d’allaitement, à la diminution de la fréquence des rapports sexuels et aux facteurs biologiques, la courbe prend une forme convexe. Inversement, une forme linéaire ou concave indique la présence d'un contrôle de la fécondité en fonction de la parité. Une comparaison générale (non présentée ici) entre les deux localités étudiée indique que les habitants d'EHM avaient un niveau de fécondité plus élevé que celui des habitants d'Assenede, et que la courbe de leur taux par âge avait une forme plus convexe. Ceci est en opposition avec les conclusions de C. Vandenbroeke (1984), qui soutenait que la fécondité légitime était plus élevée dans les régions agricoles que dans les régions proto-industrielles, en raison des différentes pratiques d’allaitement. La figure 3 indique aussi que le taux de natalité était plus élevé à Assenede qu’à EHM jusqu’à la fin du 19ème siècle. Toutefois, la fécondité légitime par groupe d’âge montre que les habitants d'Assenede avaient restreint davantage leur procréation que leurs homologues de la région intérieure. En ce qui concerne le déclin de la fécondité, il est pertinent d’examiner comment les différences entre les communautés évoluent dans le temps, ou plus précisément au fil des générations. La figure 4 présente ces résultats par groupe d’âge.

19

Figure 4. La fécondité légitime par classes d’âge selon la cohorte de naissances et le lieu de résidence

Figure 4. La fécondité légitime par classes d’âge selon la cohorte de naissances et le lieu de résidence

Source : Base de données Assenede et EHM.

20On observe une différence importante entre la cohorte de 1880 et les cohortes plus anciennes à Assenede, tant pour le niveau que pour la forme de la courbe. À EHM, les formes des courbes diffèrent radicalement entre les cohortes de 1830 et de 1846 d’une part, et celles de 1860 et de 1880, d’autre part. Ces graphiques démontrent que le changement s'est produit plus tard, et de façon plus soudaine, à Assenede qu'en Flandre intérieure. Ceci ne se conforme pas à priori aux enseignements de l’évolution des taux bruts de natalité. Il faut néanmoins nuancer cette conclusion. D’abord, alors que le taux brut de natalité à EHM reste élevé jusqu'à la cohorte de 1860, nous pouvons distinguer un modèle de limitation des naissances différent à partir de cette dernière cohorte. Ce n’est qu'à partir de la cohorte suivante (1880) que le niveau de la fécondité diminue également : la descendance finale légitime de cette cohorte était de 6,6 enfants, tandis que celles des cohortes antérieures variaient entre 8,7 et 9,9 enfants. De plus, les niveaux de fécondité inférieurs des cohortes d’Assenede de 1830 et de 1860, à l’exception de celle de 1846, indiquent que la fécondité légitime était plus basse à Assenede avant la transition.

21Cet article n’a pas pour objectif principal de discuter des méthodes de limitation de la famille. Néanmoins, les résultats obtenus suggèrent l'adoption de comportements différents dans la Flandre rurale. D'une part, les habitants d'Assenede semblaient recourir à des pratiques, considérées comme plus traditionnelles (spacing), qui ont pour effet de rallonger les intervalles intergénésiques. D'autre part, les habitants d'EHM étaient plutôt à la recherche de méthodes alternatives (stopping), mais sans résultat immédiat, car le niveau de fécondité reste élevé pour la cohorte de 1860. Ce résultat est étonnant, car on pourrait supposer que les habitants des villages à économie de survie commerciale (EHM) auraient davantage recours aux méthodes d’espacement des naissances que ceux caractérisés par l'économie commerciale des fermiers (Assenede), l'allaitement étant plus fréquent dans la région sablonneuse que dans les polders. Une explication possible de cette contradiction apparente entre la thèse de C. Vandenbroeke (1984) et ce résultat établit sur la base des données par cohorte, est que l’allaitement ne constitue pas une explication suffisante des différences observées entre ces populations. Il faut analyser plus en détail les différentes composantes de ces communautés, en se basant sur la profession, la migration, la nuptialité, ou encore le comportement prénuptial. En effet, même dans une économie commerciale de fermiers, ce n'était jamais qu'un groupe de femmes qui devait quitter la maison et ne pouvait allaiter. Les femmes des classes moyennes, par ailleurs, étaient surtout des ménagères. Avant de nous tourner vers l'analyse de ces divers sous-groupes, il convient de brièvement décrire la technique utilisée.

22L’utilisation des taux de fécondité présente plusieurs problèmes [Van Bavel, 2003]. Ainsi, ils ne tiennent pas compte de la couverture incomplète de certains parcours de vie et ne permettent pas de mesurer les intervalles intergénésiques. La courbe de Kaplan Meier (KM) permet de mieux mettre en évidence les différences de fécondité entre groupes. Cet outil fourni une représentation graphique des estimations de la ‘fonction de survie’ et tient compte des données manquantes. La courbe de survie présente ici le pourcentage des femmes sans naissance supplémentaire en fonction du temps écoulé depuis la naissance précédente, les premières naissances étant exclues. En d’autres termes : plus la courbe diminue brutalement, plus les intervalles intergénésiques sont courts et plus le niveau auquel se stabilise la courbe est bas, plus la fécondité est élevée. La figure 5 présente les estimations de survie par cohorte.

Figure 5. Évolution de la fécondité légitime à Assenede et EHM : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques par cohorte

Figure 5. Évolution de la fécondité légitime à Assenede et EHM : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques par cohorte

Source : Base de données Assenede et EHM.

23Quelques tendances peuvent être dégagées. Durant les dix-huit premiers mois suivant la naissance précédente, il y a peu de différences entre les cohortes, mais elles divergent par la suite. La fécondité est plus élevée et similaire pour les cohortes de 1830, 1846 et 1860 à EHM, et pour celle de 1846 à Assenede. Environ deux ans après la naissance précédente, seulement 25 % des femmes n’ont pas accouché à nouveau, et ce pourcentage baisse jusqu'à environ 10 % après trois ans. On relèvera que seule la cohorte de 1846 d'Assenede suit une tendance identique à celle des trois cohortes les plus anciennes d'EHM. Les femmes de la cohorte de 1846 sont dans leur vie reproductive entre 1860 et 1890, ce qui correspond à la période de ski-jump de la fécondité. Ce phénomène semble donc avoir été plus marqué à Assenede. À l'instar des cohortes précédentes d'EMH, 75 % des femmes de ces villages, nées en 1880, ont eu une naissance dans les deux ans qui suivent la naissance précédente. Toutefois, le rythme de baisse de la courbe pour cette cohorte se ralenti considérablement après 2 ans, indiquant le report (spacing) ou l'arrêt (stopping) de la maternité. Les courbes des cohortes d'Assenede de 1830 et de 1860 ont baissé plus lentement, révélant un espacement prolongé des naissances. Pour Assenede, la cohorte de 1880 se distingue par un niveau plus bas que les autres, surtout à partir des deux années suivant la naissance précédente. La survie dans les plus longs intervalles est également plus élevée pour cette cohorte, ce qui suggère une combinaison de comportements d’espacement et d’arrêt.

4.2. La profession

24Dans les petites communautés, les différences professionnelles produisent rarement des résultats statistiquement significatifs [Gutmann, Watkins, 1990]. Toutefois, l’impact de la profession peut varier entre les localités et des groupes particuliers peuvent présenter un comportement distinct. Ces groupes appartiennent habituellement aux classes moyennes locales, mais s'associent au comportement des classes plus élevées. Nous utilisons la profession du mari comme indicateur, car les titres professionnels sont moins précis pour les femmes.

25Puisque les deux localités étudiées appartenaient à des agrosystèmes sociaux distincts, leur structure professionnelle était très différente. Pour nos analyses, nous utilisons quatre catégories différentes : agriculture, travail non-qualifié, artisanat/petit commerce et travail industriel. À Assenede, le groupe le plus important est celui constitué des travailleurs agricoles (travail non-qualifié), alors qu’à EHM, il s’agit des tisserands à domicile (artisanat/petit commerce) et des agriculteurs. Notons que dans la région intérieure, les titres d’agriculteur et de travailleur du textile étaient plus ou moins interchangeables, la plupart des individus combinant les activités agricoles avec le tissage. En effet, tous ceux qui cultivaient une petite parcelle de terre pouvaient se déclarer agriculteurs, alors que, dans les régions agricoles des polders, seuls les gens qui cultivaient au moins 2 ou 3 hectares étaient enregistrés comme tels [Matthys, 2012].

26La figure 6 indique que les travailleurs agricoles non-qualifiés et les agriculteurs constituent des catégories distinctes. Les tisserands sont inclus dans la catégorie artisanat/petit commerce, mais leur position sociale était différente entre les deux communautés : à Assenede , la majorité appartenait à une classe moyenne relativement prospère, tandis qu’à EHM, ils étaient principalement des travailleurs pauvres du textile. La principale raison de cette différence résidait dans le fait qu'Assenede était un centre de service régional avec un hôpital, plusieurs écoles, notaires, bouchers, boulangers, forgerons, etc. EHM n’avait pas la même fonction de centre régional ; les habitants dépendaient alors principalement de la ville d'Oudenaarde pour ces services. Enfin, une catégorie spécifique de travailleurs industriels, comprenant les individus qui travaillaient dans les usines mécanisées, a été créée afin de saisir l’impact de la modernisation socio-économique.

27Bien que l’étude de M.P. Gutmann et S.C. Watkins (1990) soutienne que la profession n’est pas un bon indicateur de la fécondité différentielle, dans certains cas, certains groupes se distinguent par des caractéristiques particulières. Ces groupes constituent une sorte d’intermédiaires culturels : ils partagent des éléments de différents systèmes normatifs (urbain/rural, classe des travailleurs/classe supérieure, etc.) et de croyances. À Louvain par exemple, les domestiques avaient une fécondité plus basse que les autres femmes en raison de leur proximité avec des femmes des classes supérieures, pionnières du déclin de la fécondité [Van Bavel, 2002]. À Vottem, les armuriers se considéraient comme appartenant à la classe moyenne locale plutôt qu’à la classe ouvrière et adoptaient les comportements des classes moyennes et supérieures [Leboutte 1991]. À Assenede, le groupe des artisans de la classe moyenne pourrait avoir pris une telle position.

  • 2 Pour toutes les courbes de KM, les catégories avec moins de 100 observations ont été omises. C’est (...)

Figure 6. Fécondité légitime selon la profession et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques2

Figure 6. Fécondité légitime selon la profession et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques2

Source : Base de données Assenede et EHM.

28Les résultats corroborent cette hypothèse. Pour les intervalles intergénésiques les plus courts (moins de 24 mois), il y a peu de variation entre les catégories professionnelles. Les différences sont les plus marquées pour les intervalles intermédiaires, soit entre deux ans et trois ans et demi après la naissance précédente. Le groupe d’artisanat/petit commerce d'Assenede avait clairement la fécondité la plus basse, alors que tous les autres groupes avaient un comportement très similaire. Par ailleurs, les courbes des agriculteurs et des artisans/commerçants à EHM baissent plus rapidement que les autres, indiquant une fécondité plus élevée. Contrairement aux propos de C. Vandenbroeke (1984), pour qui la fécondité de la région sablonneuse était plus basse que celle des polders, on peut argumenter que dans les régions proto-industrielles, il était avantageux d’avoir des familles plus nombreuses, puisque chacun pouvait aspirer à un travail salarié dès l’enfance. Cette « stratégie » était très importante au 19ème siècle, alors que le système putting out était sous forte pression et que les salaires des artisans étaient extrêmement bas. Plus une famille était nombreuse, plus le revenu familial était élevé. Un autre élément à souligner est qu’à EHM, le groupe avec la fécondité la plus faible était celui des travailleurs industriels, particulièrement pour les intervalles de plus de trois ans. Ceci indique qu’au niveau individuel, l’industrialisation semblait avoir un effet modernisant sur la fécondité. Pour tous les autres groupes, les résultats sont plus flous, ce qui est conforme aux recherches précédentes [Gutmann, Watkins, 1990].

4.3. Le mariage comme régulateur de la fécondité

29La figure 2 a montré que le modèle matrimonial était plus restrictif à EHM qu’à Assenede. Les femmes à Assenede se mariaient également plus jeunes – en moyenne à l’âge de 24,8 ans (contre 27 ans à EHM). Le mariage pouvait donc agir comme un frein à la fécondité. L’effet de l’âge au mariage sur la fécondité des populations transitionnelles et prétransitionnelles au niveau individuel fait l’objet de discussions [Van Bavel, 2003, 55]. Celles-ci, reposant sur le fait que la fécondité légitime varie moins selon l’âge de la femme chez les couples qui se marient tard, se concentrent autour de quelques explications importantes, notamment la fréquence des rapports sexuels réduite lorsque la durée de mariage augmente, la stérilité biologique, mais aussi l’application des techniques contraceptives chez les jeunes couples. Selon les données longitudinales, il est apparu clairement que les femmes d'Assenede avaient une fécondité légitime plus faible que celles d'EHM, et ce, malgré un taux brut de natalité plus élevé. Comme l’indique la figure 7, nous avons distingué les femmes dont l’âge au premier mariage était inférieur à 25 ans et celles qui se sont mariées plus tard. Parmi les 481 femmes d'Assenede et les 411 d'EHM, pour lesquelles nous disposons de l'âge au mariage, 49 % était mariées avant l’âge de 25 ans dans la commune des polders, et 32 % dans les communes de la région sablonneuse.

30

Figure 7. Fécondité légitime selon l’âge au mariage et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Figure 7. Fécondité légitime selon l’âge au mariage et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Source : Base de données Assenede et EHM.

31Pour les deux populations, les femmes qui se sont mariées plus jeunes se distinguent par une fécondité légèrement inférieure aux autres. Par exemple, il y a une petite différence avant 24 mois pour les femmes d'Assenede qui se sont mariées avant 25 ans par rapport à celles qui se sont mariées plus tard. Puisque l’âge au mariage était plus précoce à Assenede qu’à EHM, les femmes de cette communauté avaient potentiellement une vie reproductive plus longue. On peut donc supposer que ces femmes cherchaient davantage à limiter leurs naissances puisque pour elles, le risque de famille nombreuse était plus élevé. À EHM, une situation similaire s’observe entre 9 et 16 mois. D’autres interprétations, allant de la diminution plus précoce de la fréquence coïtale parmi les femmes qui se marient jeunes, à l'effet de rattrapage de celles qui se marient tard, peuvent être formulées. Au vu des résultats, il est clair qu’il n’y a pas de réel effet différentiel de l’âge au mariage entre les deux localités. Nous avions cependant supposé que l’effet serait plus fort à EHM en raison du système de nuptialité plus restrictif, mais ceci ne semble pas être le cas.

4.4. L’expérience de la migration urbaine

32Comme démontré précédemment, les taux d’immigration et d’émigration étaient plus élevés à EHM qu’à Assenede. La population de la Flandre intérieure était donc plus souvent en contact avec des « éléments » externes que les habitants des polders, plus isolés. On peut supposer que les influences urbaines étaient particulièrement importantes, car la baisse de la fécondité légitime dans les villes flamandes a précédé de plusieurs décennies celle des campagnes. Les habitants qui ont migré vers les villes ou les centres industriels entraient en contact avec les normes, les valeurs et les comportements urbains [Eggerickx 2001]. Les études sur la diffusion de la fécondité ont démontré que le simple contact avec des gens qui se comportaient différemment pouvait influencer le comportement d'un individu [Van Bavel, 2002].

33Nous avons distingué les femmes mariées qui vivaient dans leur lieu d’origine pendant l’ensemble de leur vie reproductive et celles qui effectuaient des mouvements d’aller-retour entre leur lieu d’origine et la ville de Gand (figure 8). Nous nous intéressons donc principalement aux effets de la migration circulaire et de la migration de retour. Les femmes qui ont quitté définitivement leur lieu d’origine ont été exclues. Les deux villages se trouvent à la même distance de Gand et sont reliés à la ville par le système routier, ferroviaire et le réseau navigable [Matthys, 2012]. Le marché agricole d'Assenede et le marché du linge de Eine étaient orientés vers Gand. Pour les deux populations, cette ville était donc facilement accessible. Néanmoins, il a été démontré que les habitants des régions proto-industrielles migraient plus souvent vers des endroits industrialisés [Karel, Vanhaute, Paping, 2012]. Ceci transparaît dans les données mobilisées : seulement 2,7 % des femmes sous observation à Assenede ont passé quelque temps à Gand, comparativement à 9,7 % pour EHM.

Figure 8. Fécondité légitime selon l’expérience migratoire urbaine et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Figure 8. Fécondité légitime selon l’expérience migratoire urbaine et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Source : Base de données Assenede et EHM.

34Les résultats ne sont pas clairs à première vue. Pendant les dix-huit premiers mois suivant la naissance précédente, la migration rurale-urbaine semble avoir un effet de réduction des intervalles entre les naissances à EHM et un effet de prolongement à Assenede. Pour les femmes d'Assenede qui n’avaient pas encore accouché à ce moment, les résultats sont particulièrement flous puisque les courbes se croisent à plusieurs reprises. À EHM, les femmes avec une expérience de la migration urbaine continuaient à avoir leurs enfants plus rapidement que la population stable jusqu’à environ 27 mois (2,3 ans) après la naissance précédente. Ensuite, il y a un effet inverse. Après environ 3,5 ans, les niveaux des courbes des femmes, qui ont connu une expérience de migration urbaine pour les deux communes, se stabilisent à un niveau plus élevé, ce qui signifie qu'au bout du compte, elles ont tout de même moins de naissances que celles qui sont toujours restées dans leur communauté. D’autres facteurs brouillent probablement ces résultats. Ainsi, les migrants peuvent être issus de couches particulières de la population, un effet de sélection qui a déjà été détecté [Bardet, 1990]. De plus, il convient de préciser qu'il est malaisé d'obtenir des résultats probants à cause de la sortie d’observation d’une partie des femmes migrantes.

4.5. Liens entre la fécondité prénuptiale et la fécondité légitime

35Michel Oris a étudié l’effet des conceptions prénuptiales sur la fécondité légitime ultérieure, afin de distinguer les couples qui vivaient selon les valeurs de la famille bourgeoise – y compris la contrainte sexuelle – et les autres [Oris 1993]. Il a constaté que les couples sans conception avant le mariage, ‘les couples sages’, étaient plus susceptibles de contrôler leur fécondité dans le mariage.

36Pour la population étudiée, nous avons distingué les femmes qui ont eu une conception prénuptiale – qu’elles se soient mariées ou non avant la naissance de leur enfant – de celles qui n’en ont pas eu (figure 9). On observe des différences importantes de fréquences de conceptions prénuptiales dans les deux localités, notamment au cours de la seconde moitié du 19ème siècle [Matthys, 2012]. De 1851 à 1910, le pourcentage des naissances hors mariage était toujours plus élevé à Assenede qu’à EHM. De même, l’indice de fécondité illégitime Ih était de 0,061 pour les femmes d'Assenede et de 0,026 pour celles d'EHM.

37

Figure 9. Fécondité légitime selon le comportement prénuptial et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Figure 9. Fécondité légitime selon le comportement prénuptial et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques

Source : Base de données Assenede et EHM.

38Dans les deux localités, les femmes enceintes avant le mariage avaient en moyenne des intervalles de naissance plus courts que celles qui ne l’étaient pas. L’effet semble en réalité plus fort à Assenede. Nous observons que 75 % de ces femmes qui ont eu une naissance prénuptiale, ou étaient enceintes au moment du mariage, ont eu un enfant dans les deux années après la naissance précédente, ce qui est similaire aux femmes d'EHM. En revanche, les femmes d'Assenede sans conception prénuptiale atteignent ce niveau de 75 % un peu plus tard, soit 2,5 ans après la naissance précédente, ce qui n'est pas le cas à EHM. Les résultats pour les deux populations confirment globalement l'idée d'Oris. Toutefois, il semble qu’il y ait une différence plus marquée à Assenede entre ‘les couples sages’ et les autres. À EHM, les femmes qui ont eu une conception avant le mariage étaient plutôt des exceptions, alors qu'à Assenede, des comportements distincts entre les deux groupes (sans ou avec fécondité prénuptiale) peuvent exister.

Conclusions

39Le but de cet article était de démontrer que la transition de fécondité légitime s’est produite avec des variations importantes à l'intérieur de la Flandre rurale (1830-1930). Les cas d'Assenede et d'EHM, appartenant chacun à un agrosystème social différent - l’économie commerciale des fermiers dans les polders, d’une part, et l’économie commerciale de survie dans les régions sablonneuses, d’autre part - ont clairement illustré deux parcours distincts. Les agrosystèmes sociaux façonnaient les relations sociales et la structure démographique des lieux et des régions, mais également les processus de changements, ainsi que les comportements individuels.

40Des données individuelles de quatre générations de femmes nées entre 1830 et 1880 ont été utilisées. Au sujet de la transition de la fécondité, les résultats ont été assez surprenants. Des études précédentes avaient montré que dans les polders, la fécondité légitime était plus élevée que dans le reste de la Flandre. Notre analyse a démontré le contraire : en général, la fécondité était plus basse à Assenede qu’à EHM, et les intervalles intergénésiques étaient plus longs dans la communauté des polders. Avec la cohorte de 1860, les premiers changements se manifestent, mais ce n’est qu’avec la cohorte de 1880 que la fécondité baisse définitivement dans les deux communautés, par une combinaison de comportements d’espacement et d’arrêt.

41L’analyse a aussi montré que les communautés se distinguaient au niveau de leur composition professionnelle, de l'âge moyen au mariage, du taux de migration et du comportement prénuptial. Pour chacun de ces facteurs, une analyse des estimateurs de Kaplan-Meier a été réalisée afin de découvrir leurs effets au niveau individuel. Premièrement, l’effet de la profession était distinct pour les deux populations. Le groupe avec la fécondité la plus basse était celui des artisans et petits commerçants d’Assenede. Leur comportement peut avoir été influencé par celui des élites (non étudié ici) qui avaient une fécondité restreinte. La fécondité était plus haute chez les fermiers et les artisans à EHM. À EHM, la catégorie des artisans était surtout composée des tisserands, le groupe le plus vulnérable dans la société. Dans cette localité, les salariés de l’industrie mécanisée avaient la fécondité la plus basse, ce qui peut suggérer un effet du travail industriel sur les comportements démographiques. Quoi qu'il en soit, il est clair que la composition particulière et différente de certains groupes professionnels dans les deux localités est une variable importante pour comprendre les comportements individuels.

42En second lieu, malgré la présence de différents modèles de nuptialité, on a pu constater que l’âge au mariage avait un effet similaire dans les deux communautés : les femmes qui se sont mariées avant l’âge de 25 ans avaient une fécondité plus restreinte que celles qui se sont mariées plus tard. Troisièmement, l’analyse de l’impact de la migration urbaine est moins claire. Surtout à partir de dix-huit mois après le dernier accouchement, les courbes de survie de Kaplan-Meier se croisent plusieurs fois. Ces effets indistincts peuvent refléter la situation réelle ou peuvent être le résultat de la difficulté de suivre les populations mobiles. Par exemple, les données des registres de population ne nous informent pas sur les individus qui se rendaient en ville régulièrement sans y migrer. Cela peut être le cas pour la classe de l’artisanat et du petit commerce d'Assenede, ce qui contribue à leur fécondité basse. Finalement, par l'analyse de la fécondité légitime en relation avec le comportement avant le mariage, on peut observer une différence entre les « couples sages », qui ont une fécondité restreinte pendant le mariage et pas de conception prénuptiale, en contraste avec des femmes qui étaient enceintes avant le mariage et qui avaient une fécondité légitime plus élevée. Cette distinction apparaît nettement, surtout à Assenede où les femmes ayant eu une conception prénuptiale étaient beaucoup plus nombreuses.

43Les différences de fécondité pré-transitionnelle ont influencé le début, la rapidité du déclin de la fécondité et les moyens adoptés pour la limitation des naissances. En outre, il y a un impact clair des différences de la structure sociale des localités, comme la présence éventuelle d’une classe moyenne puissante, et des modèles de comportements démographiques divergents, comme la fréquence des conceptions illégitimes. Les populations du village des polders agricoles, et le cas de la Flandre intérieure proto-industrialisée, présentaient des dynamiques distinctes dans deux agrosystèmes sociaux. Des analyses plus complexes et des recherches comparatives seront nécessaires pour mettre en lumière et pour comprendre la fécondité différentielle des régions rurales. Toutefois, cette analyse montre qu’une exploration approfondie de la transition de la fécondité rurale est indispensable pour mieux comprendre les processus à la base de cette transformation importante de la société et de ses dynamiques de diffusions.

Haut de page

Bibliographie

ALTER G., ORIS M., NEVEN, M. (2007), “When protoindustry collapsed. Fertility and the demographic regime in rural eastern Belgium during the Industrial Revolution”, Historical Social Research, vol. 32, n˚2, pp. 149-159.

ART J. (1979), Herders en parochianen : kerkelijkheidsgegevens betreffende het bisdom Gent 1830-1914, Gand, Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde, 223 p.

BARDET J.P. (1990), « Innovators and imitators in the practice of contraception in town and country », in A. van der Woude, J. de Vries, A. Hayami (dir.), Urbanization in History, Oxford, Clarendon Press, pp. 264-281.

EGGERICKX T. (2001), “The fertility decline in the industrial area of Charleroi during the second half of the 19th century. Did sedentaries and migrants have a different behaviour ?” Belgisch Tijdschrift voor Nieuwste Geschiedenis, vol. 31, n° 3-4, pp. 403-429.

GUTMANN M. P., WATKINS S. C. (1990), “Socio-economic differences in fertility control. Is there an early warning system at the village level ?”, European Journal of Population, vol. 6, n˚1, pp. 69-102.

HISSTAT-LOKSTAT : Base de données historique des statistiques locales en Belgique (1800-1970), Université de Gand, Département d’histoire, sous la direction d’Eric Vanhaute et de Sven Vrielinck.

LEBOUTTE R. (1991), « Motivations des acteurs de la transition démographique. De l'analyse quantitative à l'enquête orale dans la région liégeoise (fin 19e-20e siècle) », in Société belge de démographie (dir.), Historiens et populations. Liber amicorum Étienne Hélin. Louvain-la-Neuve : Academia, pp. 281-300.

LESTHAEGHE R.J. (1977), The Decline of Belgian Fertility 1800-1970, Princeton, Princeton University Press, 259 p.

KAREL E.H.K., VANHAUTE, E, PAPING, R.F.J. (2012) « The Low Countries, 1750-2000 », in E. Vanhaute et al. (dir.), Making a Living. Family, Income and Labour (Rural Economy and Society in North-Western Europe, 500-2000) Turnhout, Brepols, pp. 185-207.

MATTHYS C. (2012), Sex and the city. Servants and the diffusion of fertility control in Flanders, 1830-1930, Gand, Thèse de doctorat inédite, 424 p.

ORIS M. (1993), « La Révolution au lit : Contraception et avortement dans la Wallonie des XIXe et XXe siècles », Cahiers de Clio, vol. 116, pp. 41-68.

THOEN E. (2004), « Social agrosystems as an economic concept to explain regional differences. An essay taking the former county of Flanders as an example (Middle ages-19th century) », in B. Van Bavel, P. Hoppenbrouwers (dir.), Landholding and Land Transfer in the North Sea Area (late Midle Ages- 19th century), Turnhout, Brepols, pp. 52-62.

VAN BAVEL J. (2002), Van natuurlijke naar gecontroleerde vruchtbaarheid ? Geboortebeperking in Leuven 1846-1910, Louvain, University Pers Leuven, 385 p.

VAN BAVEL J. (2003), “Does an effect of marriage duration on pre-transition fertility signal parity-dependent control ? An empirical test in nineteenth-century Leuven, Belgium”, Population Studies, vol. 57, n˚ 1, pp. 55-62.

VANDENBROEKE C. (1984), « Le cas flamand : évolution sociale et comportements démographiques aux XVIIe-XVIIIe siècles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 39, n˚5, pp. 915-838.

Haut de page

Notes

1 Les figures 4 et 5 se basent sur ce nombre total. Dans les graphiques suivants, le nombre exact peut varier quand l’information de certaines variables est incomplète.

2 Pour toutes les courbes de KM, les catégories avec moins de 100 observations ont été omises. C’est par exemple le cas pour les travailleurs industriels à Assenede. Comme alternative, nous avons fait la même analyse avec les tisserands dans la catégorie travail non-qualifié, mais les résultats vont dans la même direction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Provinces belges et la localisation des localités d’Assenede et d’EHM
Crédits Source : Matthys, 2012.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 2. Le taux brut de nuptialité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)
Crédits Source : Matthys, 2012.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 3. Le taux brut de natalité, 1830-1930 (moyenne mobile sur cinq ans)
Crédits Source : HISSTAT-LOKSTAT.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 4. La fécondité légitime par classes d’âge selon la cohorte de naissances et le lieu de résidence
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 5. Évolution de la fécondité légitime à Assenede et EHM : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques par cohorte
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 6. Fécondité légitime selon la profession et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques2
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 7. Fécondité légitime selon l’âge au mariage et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 8. Fécondité légitime selon l’expérience migratoire urbaine et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 9. Fécondité légitime selon le comportement prénuptial et le lieu de résidence : estimateurs de Kaplan-Meier des intervalles intergénésiques
Crédits Source : Base de données Assenede et EHM.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christa Matthys et Marianne Caron, « La fécondité légitime dans différents agrosystèmes sociaux en Flandre, 1830-1930 », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/5671 ; DOI : 10.4000/eps.5671

Haut de page

Auteurs

Christa Matthys

Boursière postdoctorale
Université de Gand
Département d’histoire
Sint-Pietersnieuwstraat 35
B-9000 Gand, Belgique
christa.matthys@ugent.be

Marianne Caron

Candidate au doctorat
Université de Montréal
Département de Démographie / Programme de recherche en démographie historique
3150 rue Jean-Brillant
Montréal
Canada
marianne.caron@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals