Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Gerber Philippe et Carpentier Samuel (dir.) : Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter

Presses Universitaires de Rennes, 2013, 222 pages
Elodie Castex
Référence(s) :

Gerber Philippe et Carpentier Samuel (dir.) : Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 222 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection géographie sociale, présente différents travaux de recherches sur la question de la mobilité résidentielle en lien avec celle de la mobilité quotidienne. Il comprend sept contributions issues de recherches sérieuses mêlant approches géographiques, sociologiques, ethnologiques et anthropologiques. Les analyses, tour à tour quantitatives ou qualitatives, combinant parfois les deux, sont toutes agrémentées de tableaux, cartes et figures variées facilitant la compréhension des résultats et le contexte des différentes recherches. L’illustration, en noir et blanc, y est assez abondante et de bonne qualité.

2L'ouvrage commence par une préface de Dominique Desjeux et se termine par une postface de Gabriel Dupuy. Il est structuré en trois grandes parties subdivisées en chapitres.

3La première partie porte sur les modes de vie et la construction de l’habiter. Elle se compose de deux contributions. La première présente les résultats d’une recherche collective de M.-P. Thomas, L. Pattaroni et V. Kaufman qui compare deux villes suisses, Berne et Lausanne, se distinguant par leur morphologie. A l'issue d'une enquête menée par entretiens et par questionnaires téléphoniques, les auteurs proposent une typologie composée de sept groupes de ménages établis en fonction de leurs modes de vie résidentiels. Le second chapitre de D. Martouzet s’intéresse à l’attachement à l’espace et aux rapports que peuvent avoir les individus avec les déplacements. Il commence par un état de l’art très complet et présente ensuite des résultats issus d’entretiens approfondis auprès d’habitants du centre-ville et de la première couronne de Tours.

4La seconde partie s’intéresse aux pratiques de mobilités en lien avec la vulnérabilité sociale. Elle commence par une recherche sur la pauvreté des familles monoparentales menée en Bretagne par F. Leray et R. Séchet. Ce chapitre très riche et dense décrit les parcours résidentiels des femmes en situation de monoparentalité et met à jour les difficultés qu'elles peuvent rencontrer. Il démontre à juste titre la fragilité de certaines femmes qui se retrouvent dans des situations tendues qui varient en fonction du statut social des femmes, mais aussi de la nature du changement (veuvage, divorce, séparation). Le 2e chapitre de J. Meissonnier s’intéresse aux pratiques de l’espace urbain des jeunes issus de trois quartiers populaires d’Istanbul avec des localisations plus ou moins centrales. L’auteur identifie trois formes de repli associées à ces quartiers qui ont toutes en commun de porter sur des pratiques spatiales géographiquement limitées. Le chapitre suivant de N. Oppenchaim apporte un éclairage complémentaire sur la mobilité des jeunes issus des ZUS franciliennes. La recherche menée mobilise les données de l’Enquête Globale des Transport (EGT), complétées par une enquête ethnologique et des entretiens. Elle révèle trois rapports différents à la résidence qui dans certains cas se traduisent par une inscription spatiale forte ou un attachement au lieu, dans d'autres cas par un rejet.

5La troisième partie intitulée "Entre désir et contraintes" rassemble trois contributions. La première porte sur des ménages qui s’installent dans le Sud de l’Ardèche. Cette recherche très intéressante, issue d’une commande de la DDE, est présentée ici par un collectif de chercheurs : S. Chardonnel, S. Duvillard, A. Sgard, L. Charleux et G. Debizet. Les auteurs montrent comment cette mobilité résidentielle impacte l’organisation des ménages tout en distinguant deux types de ménages : les ardéchois d’origine, plus jeunes, qui cherchent à acquérir leur premier logement, et ceux originaires d'un autre département et qui s’installent dans ce territoire dans le but de construire une nouvelle vie dans un cadre perçu comme plus agréable. Le second chapitre écrit par M. Pierre s'intéresse à la double résidentialité, c'est-à-dire aux personnes qui vivent entre deux logements. Deux groupes sont étudiés : les actifs, qui pour des raisons professionnelles vivent loin de leur domicile familial en semaine, et les retraités qui investissent leur résidence secondaire à certain moment de l'année. L'auteur démontre que ce choix du double-habitat génère autant de tensions qu'il n'apporte de solutions. Enfin le dernier chapitre de X. Desjardins interroge les ménages périurbains franciliens face à la question énergétique. Il nous apprend notamment que les ménages entrevoient assez peu de possibilités de changements au niveau de leurs déplacements, en revanche plus de perspectives sont ouvertes au niveau du logement.

6De prime abord, l'ensemble formé par les contributions peut paraitre assez hétérogène, mais une fois plongé dans l’ouvrage, le lecteur se rend vite compte que les différentes interventions apportent chacune un éclairage différent. Á travers celles-ci se distinguent deux types de mobilités résidentielles : celles qui résultent d’une volonté des ménages et qui s’inscrivent dans un projet de vie global qui est ici exposé à travers l’exemple des ménages ardéchois et qui ressort également à travers celui des ménages périurbains franciliens ; et celles qui sont subies car elles résultent d’une évolution de la situation familiale, comme les mères seules avec enfants, ou professionnelle qui entraîne une double résidentialité. Dans les deux premiers cas de figure, la mobilité relève d’un choix et participe à la construction d’un projet de vie, les nouvelles contraintes qu’imposent ce nouveau mode d’habiter sont assumées et intégrées. Dans les exemples suivants, mobilités résidentielles comme quotidiennes peuvent-être subies. Dans le cas des mères bretonnes, le changement de situation familiale entraîne souvent des parcours résidentiels régressifs (passage de maison à appartement, de propriétaire à locataire, du parc privé au parc de logement social). Dans le cas des actifs, le double habitat permet de maintenir un ancrage aux lieux mais introduit de nouvelles tensions sur le plan matériel.

7De même, les différentes contributions sont riches en enseignements sur la thématique des mobilités quotidiennes. Par exemple, D. Martouzet nous fait remarquer que les déplacements domicile-travail sont absents dans les discours alors qu’ils structurent fortement la vie des individus interrogés. Les contributions sur les ménages ardéchois et du périurbain franciliens confirment la place centrale de la voiture individuelle dans les territoires peu denses et font ressortir que la pratique de l’automobile est jugée incompressible, même dans un contexte de crise énergétique. Le chapitre sur les mères bretonnes établit aussi un lien fort entre la mobilité quotidienne et le type de logement "choisis". La typologie des ménages suisses établit un lien entre aspirations, valeurs et déplacements quotidiens. Enfin, à travers l’exemple des jeunes, il est possible de mesurer l’impact que peut avoir la localisation du logement et le statut social sur les déplacements quotidiens. L'ensemble de ces travaux confirme une fois de plus l’impact que peut avoir la localisation du logement sur la mobilité quotidienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Castex, « Gerber Philippe et Carpentier Samuel (dir.) : Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/1 | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/5697

Haut de page

Auteur

Elodie Castex

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals