Navigation – Plan du site
Articles

Territoires de servitude et territoires de liberté au Brésil

Territories of Servitude and Territories of Freedom in Brazil
Bernard Bret
p. 57-70

Résumés

L'article montre comment la servitude a marqué la formation du territoire brésilien, à travers l'histoire coloniale et l'esclavage qui ont laissé des héritages dans les pratiques sociales et les pratiques spatiales d'aujourd'hui. Il présente les territoires-refuges des esclaves fugitifs les quilombos – et certaines pratiques religieuses comme autant de résistances à l'oppression. Il analyse enfin certains lieux emblématiques des luttes actuelles contre les formes modernes de dépendance et voit dans l'émergence d'un espace public, au sens propre et au sens figuré, une conquête démocratique.

Haut de page

Texte intégral

1Que peut dire la géographie sur la servitude et sur la liberté ? En tant que science sociale, elle peut analyser l'expression spatiale de la dépendance. Comment la servitude se lit-elle en des lieux particuliers et peut-elle se consolider à travers des structures territoriales faites pour pérenniser la domination ? Comment le territoire peut-il être libérateur, que les asservis fuient vers des refuges ou que leurs pratiques spatiales bousculent le système dont ils sont victimes ?

2Ces observations générales prennent une coloration particulière selon le contexte historique, économique, social et culturel. Dans le cas du Brésil, on retiendra d'abord le poids de l'histoire coloniale et de son empreinte durable, mais aussi le fait qu'il soit un pays émergent dont la croissance imprime à la dynamique sociale un rythme soutenu. Cette croissance est aussi un développement : mieux-être des classes populaires et démocratisation en marche après vingt ans de régime militaire (1964-1985). Or, si l'on suit Amartya Sen [2009] quand il définit le développement comme l'augmentation des libertés, prolongeant ce que Celso Furtado [1981] avait esquissé en disant que le développement est lié à la créativité, c'est-à-dire à la liberté d'imaginer des solutions aux problèmes sociaux, on peut penser que cette nouvelle phase de l'histoire du Brésil s'exprime par un nouveau rapport des Brésiliens avec leur territoire.

1. Servitude et liberté dans la construction identitaire et territoriale du Brésil

1.1. Le sertão ou l'appel de l'aventure

3Le contraste entre le littoral et l'intérieur est un classique de la géographie du Brésil. C'est par l'Atlantique que sont arrivés les colonisateurs européens et les esclaves déportés d'Afrique. C'est aussi par l'Atlantique que furent expédiés les produits d'exportation qui faisaient la raison d'être de la colonie. La dépendance est donc inscrite dans l'organisation du territoire. Avant qu'au XXe siècle, Sao Paulo ne place l'ensemble du pays sous son hégémonie et ne lui confère sa configuration actuelle, le gradient économique littoral/intérieur (le port, la plantation, la culture vivrière, l'élevage extensif et enfin l'espace vierge) donne à voir la mise en périphérie du Brésil par le continent européen.

4Dans ces conditions, le sertão fait figure d'espace de liberté dans l'imaginaire collectif. Le sertão, c'est d'abord l'espace vide : c'est le desertao, le grand désert, vide d'hommes ou supposé tel. C'est l'espace où projeter son goût de l'aventure et sa soif de liberté. Le pouvoir colonial lui-même y incite, créant des capitaineries sous la forme de corridors orientés vers l'Ouest à partir d'une étroite fenêtre sur l'océan (le Pernambouc et la Paraiba en sont les héritiers directs) et donnant aux autorités locales mission d'intérioriser le peuplement et l'économie pour donner corps à une souveraineté territoriale initialement virtuelle.

1.2. La réalité de la servitude

5Dépendance extérieure et servitude interne se combinent dans le Brésil colonial. La forme extrême de cette oppression fut l'esclavage. On en sait le caractère massif : du XVIe siècle au XIXe, pas moins de 3 647 millions d'Africains noirs furent déportés sur la terre du Brésil, d'après les estimations d'Angus Maddison [2003], comme d'autres le furent dans les Antilles et dans le Sud des États-Unis. De ce monde des plantations de canne, Gilberto Freyre [1933] a donné une brillante description, devenue classique, dans son livre traduit en français sous le titre Maîtres et Esclaves. En portugais, l'ouvrage s'intitule Casa Grande e Senzala, soit littéralement Maison du maître et Case de l'esclave. C'est dire que le lien social, en l'espèce d'une radicale injustice, se lit dans le territoire à l'échelle micro-locale et, par effet de retour, s'y raffermit. D'un côté, signalée par de majestueux palmiers affichant le prestige du lieu, la maison du planteur, de celui qui possède tout, la terre, le moulin à sucre et les esclaves. De l'autre, la bicoque de l'esclave, de celui qui n'a rien, qui est dépossédé de sa propre personne et pour qui la plantation est une prison.

  • 1 La question indienne, très importante, dépasse le cadre de la présente réflexion.

6Force est donc de relier l'expansion territoriale vers l'ouest, évocatrice de liberté, avec le système colonial, réalité oppressive. Force est aussi de réviser la qualification de libératrice qui pourrait être donnée un peu hâtivement à la marche vers l'ouest. Plus convaincante serait l'idée de géophagie, intelligemment utilisée par Martine Droulers et Céline Broggio [2001] pour décrire un processus où le territoire est instrumentalisé pour maintenir intact la structure sociale et constituer un exutoire à ses tensions. Bien loin de constituer une alternative aux oppressions en place, la marche vers l'ouest sert à leur propagation, non sans en modifier la forme, au fur et à mesure que s'étend le contrôle des terres nouvelles. Tel fut le rôle des bandeiras, expéditions qui exploraient les terres de l'Ouest. Celles-ci exerçaient une fascination sur les aventuriers, le mystère de l'inconnu alimentant l'espoir de découvrir des richesses, des drogas do sertão sans doute, de l'or peut-être…. et surtout des Indiens à capturer pour les réduire en esclavage. De fait, la construction du territoire brésilien s'est réalisée contre les populations autochtones dont les descendants, très réduits en nombre, ne se sont vus reconnaître leurs droits que récemment par le Statut de l'Indien (1973) et la Constitution de 1988. Les terres aujourd'hui reconnues comme indiennes et, comme telles, protégées par la loi, doivent-elles être pour autant considérées comme des territoires de liberté pour ceux qui les occupent ? Outre la vérification du respect de la législation, y répondre demanderait d'étudier les canaux par lesquels peut passer la mise en dépendance de ces groupes humains très menacés parce que très minoritaires1.

1.3. Au sud : un autre Brésil

7Le XIXe siècle est au Brésil une étape nouvelle, avec l'indépendance en 1822, puis l'Abolition de l'esclavage en 1888 et, en 1889, l'instauration de la République. Des vagues migratoires modifient alors la composition de sa population et son peuplement. Par ailleurs, la caféiculture entraîne le décollage économique de l'État de Sao Paulo. Au cours de ce XIXe siècle, qui est pour l'Europe, France mise à part, celui de l'émigration massive, le Brésil ne figurait pas au nombre des pays les plus attractifs. Ce que cherchaient les Européens pauvres chassés du Vieux Continent, c'était, sinon un eldorado comme la Californie, du moins un pays où mener leur vie dans un environnement de liberté. Les pays neufs (États-Unis, Canada, Australie et Argentine) répondaient à cette espérance mieux que ne le faisait le Brésil des plantations. Toutefois, le territoire brésilien n'était pas uniforme. Si le Nordeste, le Minas Gerais et la région de Rio de Janeiro portaient fortement l'empreinte coloniale et ne laissaient donc guère de place aux nouveaux venus, la région de Sao Paulo et le Sud, encore peu mis en valeur, étaient moins marqués par l'histoire et offraient des perspectives plus accueillantes.

  • 2 Les chiffres étaient alors en diminution depuis plusieurs décennies (1 715 000 au Brésil en 1864) d (...)
  • 3 À noter que la culture, notamment celle du riz, sur les défrichements les plus récents, préparait e (...)

8Certes, la ville de Sao Paulo existait depuis longtemps et, capitale de la province, c'est de là qu'étaient partis de nombreux bandeirantes en route vers le Rio Sao Francisco, le Goias et le Mato Grosso. Mais, autour de la ville, l'essentiel restait à faire, comme dans la partie sud du pays où rares étaient les hommes et nombreuses les surfaces disponibles. Surtout, ces terres étaient exemptes des pesanteurs et des violences sociales du Brésil traditionnel. Les fazendas du café étaient-elles pour autant des lieux de liberté alors qu'elles ont utilisé le travail servile ? Il y a eu des esclaves, et même beaucoup, dans les fazendas paulistes : en 1887, à la veille de leur libération, on comptait 107 000 esclaves dans l'État de Sao Paulo, sur un total de 723 000 au Brésil [Conrad, 1972]2. Toutefois, il faut considérer les tendances et la montée en puissance du travail libre dès avant l'Abolition. La figure dominante du travailleur du café à la fin du XIXe siècle et au début du XXe est le colono, immigrant européen souvent italien, autorisé à faire quelques cultures3 et rémunéré d'un salaire. Cela n'en fait pas quelqu'un de riche, mais lui assure une vie décente. Surtout, il est un travailleur libre, que rien n'attache à la fazenda sinon son propre choix. La suite devait montrer d'ailleurs que ce système autorisait la promotion sociale quand beaucoup de colons purent acheter des terres aux fazendeiros lors de la crise caféière des années 1930 et constituèrent l'embryon d'une classe moyenne à la campagne.

  • 4 Il faut mettre à part le Nord Parana (région de Londrina et de Maringa) où se termina le front pion (...)
  • 5 Le parallèle est clair avec les États-Unis.
  • 6 Il est vrai que d'autres étaient en faveur de l'arrivée des Européens dans le Sud pour des raisons (...)

9Différente, l'histoire du sud (Parana, Santa Catarina et Rio Grande do Sul) a produit elle aussi une société d'individus libres4. Terre de liberté ! Le terme convient-il exactement pour les réductions jésuites du XVIe siècle et dont les ruines constituent un attrait touristique du Nord-Ouest du Rio Grande do Sul ? Comme dans les réductions voisines du Paraguay, les jésuites y protégeaient les Indiens de l'esclavage dont les menaçait le système colonial, mais au prix de leur soumission à une discipline sévère qui devait en faire de bons chrétiens… L'essentiel est ailleurs : le sud du Brésil a été une terre de liberté pour les immigrants du XIXe et du XXe siècle parce qu'ils y ont reçu des terres. Les Allemands arrivèrent les premiers, suivis d'autres, notamment les Italiens à partir de 1870. Les installer dans le sud répondait à la volonté géopolitique de peupler un espace potentiellement menacé par l'Argentine et sur lequel il fallait consolider la souveraineté du Brésil en y densifiant l'occupation. Loin de la métropole et à des latitudes impropres à la plantation, ces régions n'avaient pas présenté un grand intérêt à l'époque coloniale. Elles avaient du coup les caractères d'un pays neuf. Ces raisons ont conduit les autorités publiques à distribuer gratuitement des terres vierges aux fins de mise en valeur5, processus d'où est née une paysannerie familiale. Parce qu'ils possédaient la terre, ces agriculteurs avaient aussi la liberté. C'est ce que, au XIXe siècle, cherchaient les abolitionnistes. En installant des hommes libres, ils voulaient, contre les forces conservatrices, renforcer le camp des partisans de l'Abolition et rendre celle-ci politiquement réalisable6.

2. Liberté et servitude dans la modernisation conservatrice

10Cela est du passé. Mais ce passé a été la matrice de la société brésilienne et point n'est besoin de remonter beaucoup de générations pour que des Brésiliens aujourd'hui vivants trouvent des esclaves parmi leurs ascendants. Peu ayant été fait pour la promotion sociale des esclaves libérés, les marques sont nombreuses qui disent les séquelles du système servile. Malgré la cordialité qui prévaut dans les relations interpersonnelles, les préjugés raciaux n'ont pas totalement disparu et, fait tangible, la hiérarchie sociale reflète encore largement la couleur de la peau. Une des raisons en est que l'esclavage a dévalorisé le travail manuel non qualifié. Parce qu'il était hier celui de l'esclave, ce travail ne vaut rien ou très peu. Pourquoi alors le rémunérer autrement qu'à un niveau dérisoire ? De là, l'acceptation sociale que les salaires soient très faibles pour des millions de travailleurs. Heureusement augmenté dans des proportions significatives depuis le retour de la démocratie a été restaurée (1985), le salaire minimum prévu par la loi reste une sorte d'unité de compte détachée des réalités du coût de la vie davantage que la rétribution reconnue comme nécessaire à une existence décente.

11Le legs du passé est perceptible aussi dans l'espace domestique. À l'échelle du domicile et en s'interdisant une assimilation qui serait évidemment excessive, il est difficile de ne pas voir dans la chambre de bonne (le quarto empregada) de l'appartement bourgeois un héritage de la senzala des plantations. Un plan d'appartement de standing correct informe beaucoup sur l'inégalité sociale : d'un côté, de vastes pièces, salons, salles à manger, chambres et salles de bains, de l'autre, desservi par un ascenseur distinct de l'ascenseur social, les dépendances, dont une ou plusieurs chambres de bonne, très exiguës et parfois mal aérées, reliées directement à la cuisine et à la buanderie, avec, il est vrai, certains éléments de confort dont des sanitaires. L'espace de vie des empregadas est donc très limité. Cette architecture intérieure est conçue pour entretenir l'élite dans l'idée de sa supériorité et pour convaincre les bonnes qu'elles doivent rester à leur place… dans tous les sens du terme. Beaucoup de ces dernières sont de couleur, ce qui ajoute à l'impression que l'Abolition n'a pas tout aboli. Au demeurant, la façon dont les intéressées vivent leur situation en dit plus long que toute analyse : quand, en 2013, fut adoptée une loi les faisant bénéficier des règles de droit du travail en vigueur dans d'autres professions, le syndicat des domestiques de Sao Paulo a salué la seconde abolition de l'esclavage. Toutefois et heureusement, les comportements changent. La hausse des salaires et la baisse des prix de l'électroménager poussent un nombre croissant de Brésiliens, surtout parmi les jeunes générations, à ne pas employer de personnel de maison permanent. Il n'est pas interdit de voir dans cet abandon le refus de pratiques sociales jugées désuètes par beaucoup et injustes par quelques-uns.

2.1. L'esclavage n'a pas complètement disparu

  • 7 Toutes les informations concernant ici le sujet sont tirées de cette remarquable publication. À par (...)
  • 8 Bureau International du Travail, aujourd'hui OIT, Organisation Internationale du Travail.
  • 9 Loi n° 10803 du 11 décembre 2003.
  • 10 Le chiffre précis est 32 783. L'étude signale deux fazendas, l'une dans le Mato Grosso et l'autre d (...)
  • 11 La CPT est un organisme dépendant de l'Eglise catholique pour la défense des travailleurs agricoles (...)

12Paradoxe dans un pays tourné vers l'avenir et reconnu dans le monde comme riche de promesses, l'esclavage n'a lui-même pas complètement disparu, sinon en droit, du moins dans les faits. On doit à Hervé Théry et ses coauteurs [2009] une approche cartographique remarquable de ce qu'ils appellent une complicité entre l'archaïque et le moderne et qui constitue aujourd'hui l'image la plus choquante de la modernisation conservatrice7 : l'existence de l'esclavage au XXIe siècle. Suivant la définition que le BIT8 donnait en 1930 du travail forcé (tout travail exigé d'une personne sous la menace d'une sanction et pour lequel cette personne n'a pas offert spontanément ses services), l'étude circonscrit son objet aux victimes du crime que la loi brésilienne décrit en ces termes : réduire quelqu'un à une condition analogue à celle d'un esclave, soit en le soumettant au travail forcé ou à une journée de travail harassante, soit en l'assujettissant à des conditions de travail dégradantes, soit encore en restreignant sa liberté de mouvement, par quelque moyen que ce soit, en raison d'une dette contractée auprès de l'employeur ou de son agent9. Il faut prendre acte de l'action déterminée que les autorités brésiliennes mènent contre ce fléau. Le Secrétariat Spécial des Droits Humains, dépendant directement de la Présidence de la République, a mis en place en 2003 une Commission Nationale pour l'Éradication du Travail Esclave (CONATRAE) en charge de concevoir et de piloter les opérations. Les inspections lancées sur le terrain libèrent les travailleurs asservis, leur fait recevoir les salaires dus et sanctionnent les employeurs coupables. Les résultats parlent d'eux-mêmes : entre 1995 et 2008, le Ministère du Travail et de l'Emploi (MTE) a ainsi rendu leur liberté à plus de 32 000 esclaves10. D'après le nombre de dénonciations reçues par la Commission Pastorale de la Terre11, il n'est pas douteux que le phénomène est beaucoup plus répandu que ce chiffre ne le laisserait croire. Le processus d'asservissement présente une dynamique spatiale clairement mise en évidence par les cartes : il y a bien dans cette affaire des territoires de servitude. Sur la période 1995-2006, plus des trois-quarts des esclaves libérés le furent dans le Para (27 %), le Mato Grosso (22 %), la Bahia (9 %) et le Maranhao (9 %). Ils étaient nés, en revanche, dans des régions situées plus à l'Est : Maranhao, Piaui, Nord du Tocantins, Nord-Est du Para et intérieur semi-aride du Nordeste (Polygone des Sécheresses). C'est donc surtout sur la frontière agricole que sont piégés des hommes originaires des régions les plus pauvres, et qui, sans emploi ni qualification, sont trop peu alphabétisés pour comprendre l'irréalisme des promesses faites par les recruteurs (les gatos). Ils travaillent au défrichement, à la fabrication du charbon de bois et à la préparation des pâturages, entre autres tâches. On les trouve dans la première phase de mise en valeur du sol. Lorsque, dans un second temps et sur des terrains préparés, la grande culture motorisée du soja fait appel à une main-d'œuvre plus qualifiée, ils sont absents… ce qui signifie qu'ils ont été envoyés plus avant sur la marge pionnière.

13Sans lui être identique, ce mécanisme fait penser à un autre qui, sous le nom d'aviamento, a produit l'enfermement du travailleur. En Amazonie, ce fut la pratique habituelle lors du boom du caoutchouc naturel (1860-1910) qui a attiré beaucoup de migrants, d'autant plus qu'une sécheresse catastrophique dans le Nordeste intérieur (1877-1879) réduisait à l'indigence des dizaines de milliers de sinistrés et faisait d'eux des proies faciles pour les recruteurs. Ils ont tenté leur chance dans la grande forêt et ont été piégés dans un engrenage fatal. L'aviador avance en effet au seringueiro les outils nécessaires à sa tâche et une petite somme censée couvrir les premiers frais de son installation. Le seringueiro devra rembourser cette dotation initiale grâce à ce que lui rapportera le latex. Mais, comme l'aviador est aussi l'acheteur du latex et qu'il peut fixer seul le prix du produit, le rapport de forces est tout à son avantage. On saisit facilement le résultat : le seringueiro tombe dans un endettement structurel et, du coup, dans la dépendance de l'aviador. L'enfer vert méritait alors son nom, moins pour son cadre naturel que parce qu'il était devenu une geôle pour le travailleur et un territoire de surprofit pour la bourgeoisie commerçante qui, depuis Manaus et Belem, pilotait l'opération.

14De cela ressort la persistance aujourd'hui de cette donnée ancienne des structures socio-spatiales du Brésil : l'attirance trompeuse d'un sertão qui paraît libérateur et qui peut devenir prison, ou, pour mieux dire, la réalité d'un espace pionnier où l'État peine à exercer son autorité et qui offre aux plus forts la liberté d'asservir les plus faibles.

2.2. La modernité peut être une oppression

15La modernisation conservatrice ne se limite pas aux franges pionnières. Elle se produit dans tout le pays. À la campagne, le système du latifundio traditionnel voulait que le propriétaire concède au morador quelques parcelles en usufruit et ne lui verse qu'une rémunération minime pour les journées de travail passées sur les terres du domaine. La dépendance du morador était totale, aggravée par les sommes dues à la boutique de la propriété. Or, comment échapper à cet endettement fait précisément pour vous enfermer dans la position du débiteur insolvable quand on est isolé et sans véhicule pour se rendre en ville ? Si le paternalisme pouvait adoucir la violence de la relation de travail il faut bien reconnaître que ce sont là deux faces d'une même réalité : l'oppression. Cette dépendance créait autrefois (crée encore aujourd'hui ?) des clientèles électorales au service de l'oligarchie foncière. Sous les pressions et face aux menaces, les moradores étaient obligés de voter comme le maître le leur disait, c'est-à-dire pour lui-même s'il était candidat ou, sinon, pour un de ses proches. C'est le système connu sous le nom de coronelisme [Nunes Leal, 1949], par lequel le coronel qui possède la terre détient aussi le pouvoir local parce qu'il contrôle ses paysans. Dans une telle situation, le morador est privé de sa liberté (il ne peut pas quitter le domaine car il est piégé par sa dette), du bien-être (le système l'enferme dans la pauvreté), de sa dignité et de sa citoyenneté (comment être citoyen quand on dépend de celui qui vous dicte comment voter ?)

  • 12 Tout important qu'il soit, le processus est assez connu pour qu'il suffise de le rappeler brièvemen (...)
  • 13 On connaît le surnom donné à ces travailleurs : les boias-frias, littéralement les mange-froid parc (...)

16Ces vieilles structures agraires ne sont plus que des survivances devenues obsolètes. Leur médiocre rentabilité financière les destinait au déclin, incapables qu'elles étaient de mettre la terre en valeur, de gérer efficacement la force de travail et de répondre à la demande extérieure en biens agricoles. Ce qui fait du Brésil aujourd'hui la ferme du monde, c'est la grande entreprise agro-industrielle productrice de sucre, d'alcool-carburant, de jus d'orange concentré, de soja, de viande de bœuf. Cette transformation a libéré les anciens moradores, mais dans le sens qu'elle a modifié leur servitude plus qu'elle n'y a mis un terme. Chassés des domaines modernisés, les anciens moradores sont devenus des journaliers, recrutés désormais à proportion des besoins dictés par le calendrier agricole12, ignorant le matin s'ils travailleront la journée13. Situation pleine d'ambiguïté. Pour leur travail, ils reçoivent un salaire en numéraire qui, aussi minime soit-il, a la saveur d'un argent gagné librement et dont ils peuvent faire l'usage que bon leur semble. Ils souffrent de la pauvreté et de la précarité, mais ils échappent à l'enfermement que constituait leur ancienne condition. Faut-il alors parler de libération ? Au sens de dépendance personnelle, le lien de servitude a pris fin. En revanche, la liberté effective qu'assure un revenu correct et régulier est chose ignorée par le journalier agricole. Tiraillé qu'il est entre le monde rural et le monde urbain, exclu de l'un sans être intégré à l'autre, la liberté pour lui a le goût amer de l'errance et de la pauvreté. Modernisation, certes, que cette prolétarisation dans le sens que le salariat est moderne par rapport aux anciennes formes de mobilisation de la force de travail, mais modernisation conservatrice qui va contre la promotion sociale des plus modestes. Fin de la servitude ? Plutôt modernisation de la servitude et de l'injustice.

3. Les difficiles chemins de la liberté

3.1. S'évader et créer un espace de liberté

  • 14 L'invasion et l'occupation hollandaise (1630-1654) avait désorganisé les plantations et avait été p (...)
  • 15 Cet esclavage domestique était très différent de l'esclavage des plantations.

17Espace et liberté… le lien est explicite pour les esclaves marrons qui avaient fui les plantations et qui ne pouvaient recouvrer la liberté qu'en créant des territoires à eux. Ce furent les quilombos, beaucoup plus nombreux qu'il n'était dit autrefois et objets aujourd'hui de l'attention des historiens, des anthropologues et de l'opinion publique. Palmares, dans la Serra da Barriga (actuel État d'Alagoas) est le plus célèbre pour avoir résisté près d'un siècle à la répression. Les premiers fugitifs y étaient arrivés à l'extrême fin du XVIe siècle et c'est au XVIIe que les anciens esclaves s'y organisèrent solidement. Son apogée se situe dans la seconde moitié du siècle14. À cette époque, plus de 20 000 habitants, répartis en plusieurs villages, vivaient de la pêche, de la chasse, de l'agriculture et de l'artisanat dans ce territoire nommé par eux la Petite Angola. C'est dire que renaissaient là des usages, un exercice du pouvoir et des pratiques sociales héritées de la terre africaine, y compris des formes d'esclavage domestique15. Sans exonérer les quilombos des injustices internes qu'ils pouvaient comporter, l'important est ici de reconnaître que les fugitifs y retrouvaient une identité. S'inspirant du terme de John Rawls [1987] qui parle des bases sociales de l'estime de soi, on peut donc y voir les bases territoriales de l'estime de soi. Pas moins de 18 expéditions furent lancées contre ce défi à l'ordre colonial. C'est que Palmares était organisé comme un véritable État, capable de se défendre et de harceler par la guérilla les troupes envoyées contre lui. En 1694, toutefois, les Portugais engagèrent le combat avec 6000 soldats et réussirent en 1695 à capturer et à tuer le chef qui leur avait tenu tête depuis des années : Zumbi.

  • 16 Article 68 : Aos remanescentes das comunidades dos quilombos que estejam ocupanado suas terras é re (...)
  • 17 Article 125 (extrait) : O Estado garantira a todos o pleno exercicio dos direitos culturais e acess (...)
  • 18 Article 216 (extrait) : Constituem patrimônio cultural brasileiro os bens de natureza matérial e im (...)
  • 19 Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agraire.
  • 20 Comptage de la Fondation Culturelle Palmares au 25 octobre 2013.

18Palmares est devenu dans la mémoire collective brésilienne le symbole de la résistance à l'esclavage. Zumbi figure aujourd'hui dans le panthéon des héros, et chaque 20 novembre, jour anniversaire de sa mort, est célébrée la journée nationale de la conscience noire. Le Ministère de la Culture a créé en 1988 une Fondation Culturelle Palmares et lui a confié la mission d'entretenir le souvenir des ethnies qui ont formé la société brésilienne et de préserver leurs manifestations culturelles. À l'initiative de cette fondation a été implanté en 2007 un Parque Memorial Quilombo dos Palmares à l'endroit même, devenu un haut lieu, de ce qui fut pour les esclaves marrons, pendant près d'un siècle, une terre de liberté. Les quilombos ne sont pas seulement aujourd'hui un thème de souvenir. Ils ont leur place dans le débat politique. La Constitution de 1988 a en effet reconnu le droit des descendants des anciens esclaves fugitifs à la propriété des terres où leurs ascendants avaient fui et s'étaient installés : aux restes des communautés de quilombos qui occupent leurs terres, est reconnue la propriété définitive, à charge pour l'État d'émettre en leur faveur les titres correspondants16. Cette réparation s'inscrit dans la reconnaissance des identités culturelles minoritaires énoncée par la convention de OIT sur les Peuples indigènes et tribaux, ratifiée par le Brésil. La Constitution de 1988 dispose en effet que l'État garantira à tous le plein exercice des droits culturels et l'accès aux sources de la culture nationale17 et institue en patrimoine culturel les biens de nature matérielle et immatérielle, pris individuellement ou dans un ensemble, porteurs de référence à l'identité, à l'action, à la mémoire des différents groupes qui ont formé la société brésilienne18. La procédure administrative concernant le foncier est la suivante : identification du quilombo par la Fondation Culturelle Palmares à partir de l'autodéfinition des habitants, puis délimitation et démarcation des terres par l'INCRA19, délivrance des titres. On conçoit que l'opération n'est pas simple, d'autant plus que, au fil du débat, le terme s'est étendu à toute communauté noire établie à l'époque de l'esclavage et sans titre de propriété. Il désigne toujours bien entendu les anciens territoires refuges des esclaves marrons. Mais, la réhabilitation du patrimoine culturel noir et le fait que les communautés aient l'initiative de la procédure d'identification ont poussé certaines d'entre elles à s'autodésigner quilombos et à revendiquer les droits afférents, quand bien même n'est pas établie d'une façon certaine leur continuité historique directe avec un refuge défendu de haute lutte [Mattos, 2003]. À ce jour20, la Fondation Culturelle Palmares a délivré plus de 2000 certificats validant la qualification de quilombos, à quoi il faut ajouter plus de 200 procédures en cours et plus de 500 communautés que la Fondation considère comme des quilombos mais qui n'ont pas engagé de procédure de reconnaissance.

19Pour en rester à l'essentiel, retenons que le quilombo présente aujourd'hui trois caractéristiques étroitement liées : la réaffirmation ethnique, le sursaut de la mémoire collective et l'ancrage territorial du groupe.

  • 21 L'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa en tirera plus tard un roman remarquable, La guerre de la fi (...)
  • 22 Cité par Eduardo Diatahy B. de Menezes (1998).

20D'autres soulèvements n'ont pas eu une signification aussi évidente, mais le territoire y a joué toujours un rôle important. Le plus grave fut la guerre de Canudos. C'est là, dans l'État de Bahia, qu'un chef charismatique, Antonio Conselheiro s'était installé avec ses fidèles en 1893. Depuis des années, il parcourait l'intérieur du Nordeste, promettant un monde meilleur, prêchant à des foules de plus en plus nombreuses et leur annonçant la fin du monde, mais aussi critiquant l'impôt et dénonçant les riches. Messianisme et atmosphère millénariste … À Canudos, la communauté qu'il établit comptera jusqu'à 30 000 personnes environ et parviendra à une relative prospérité selon des règles d'aide mutuelle. Sa brouillonne religiosité y empêchait l'expression claire d'une revendication et la formulation d'un programme politique. Le régime républicain installé à Rio de Janeiro en 1889, nourri, lui, de positivisme, y a vu un archaïsme dangereux, non sans raison puisque le Conselheiro se répandait en imprécations contre le pouvoir en place désigné comme l'ennemi de la foi. Toujours est-il qu'un territoire était bel et bien entré en rébellion, beaucoup plus solide que ne l'imaginaient les gouvernants et les militaires de la capitale. Il fallut 4 expéditions militaires pour réduire le soulèvement. Après une résistance acharnée, Canudos tomba devant une armée de plus de 8000 hommes dotée d'une puissante artillerie. Aux Brésiliens des villes et des riches fazendas de Sao Paulo, Euclydes da Cunha fit alors découvrir cet autre Brésil, pauvre, violent, religieux pour ne pas dire crédule jusqu'au fanatisme, dans le récit qu'il a donné de l'événement sous le titre Os Sertoes [1902] devenu un classique de la littérature brésilienne21. Moins graves, d'autres mouvements que Eric Hobsbawn22 qualifie de pré-politiques ont traversé les régions les moins développées du pays, où se côtoient les illuminés (les beatos) et les bandits de grand chemin (les cangaceiros) dans ce que Eduardo Diatahy B. de Menezes [1998] appelle joliment la dialectique du fusil et du chapelet.

21Ailleurs et dans une inspiration différente se réclamant, elles, d'un projet politique explicite, des expériences utopistes ont eu lieu, telle, dans le Parana, la Cecilia (1890 – 1894) où des anarchistes italiens ont vécu quelques années sans propriété privée, sans religion, sans rapports hiérarchiques et sans structures familiales…. et sans perspective viable à long terme !

22L'ouest comme espace refuge éventuellement libérateur, on le voit encore dans l'épisode de la Colonne Prestes, quand, en 1924, le futur dirigeant communiste, entreprit sa longue marche et, avec ses partisans, parcourut 25 000 kilomètres à l'intérieur du pays. Luis Carlos Prestes y défia l'autorité de l'État et y gagna son surnom de Chevalier de l'Espérance… sans pour autant susciter les ralliements qui eussent donné un résultat tangible à son entreprise de rébellion.

3.2. Rêver un ailleurs de liberté dans sa tête

23S'il existe des territoires de liberté, il est aussi des temps libres : les loisirs donnent-ils alors à certains lieux un rôle temporaire d'évasion ? Dans le pays du futebol, le stade tient une place importante et, à défaut de stade, dans chaque village ou quartier, des terrains improvisés permettent de jouer au ballon rond. Sur le littoral, la plage joue un rôle comparable, avec en plus la grande liberté du corps qu'elle autorise. C'est bien, mais c'est finalement peu. C'est aussi ce que procure le carnaval. S'enivrer collectivement de danse et de musique dans un tourbillon où tous les interdits sont levés et autorisées toutes les fantaisies n'est certes pas l'exclusivité des Brésiliens. Mais, là comme ailleurs, le carnaval reste-t-il l'exutoire subversif qu'il pourrait être sous forme symbolique ? Car, s'il est permis durant quelques jours de s'évader du réel, n'est-ce pas l'amusante occasion non seulement de déguiser les corps, mais aussi d'inverser la hiérarchie sociale en inversant les rôles, le sans-grade devenant prince le temps de la fête cependant qu'est moquée la fatuité des puissants ? En réalité, le carnaval ne bouscule pas l'ordre social. De là à penser que les pratiques récréatives consolident cet ordre parce qu'elles le font oublier de temps en temps et le rendent ainsi plus supportable, il n'y a pas loin. De fait, la récréation elle-même n'échappe pas à la distinction dominants/dominés. Loin d'être des lieux de communion sociale où s'estomperaient les écarts des conditions, les espaces de loisir connaissent une ségrégation qui prolonge celle de la résidence et du travail. La plage donne à voir des secteurs spécialisés dans l'accueil de populations distinctes les unes des autres, et quand les favelados descendent des morros pour s'installer sur les plages des beaux quartiers – ce fut l'arrastao de 1992 sur la plage d'Ipanema– l'événement est vu pour ce qu'il est, une réaction des pauvres à la violence symbolique dont ils sont habituellement victimes. La même pratique de l'entre-soi vaut pour les autres espaces et moments de loisir. Dans les clubs privés, il est possible de manifester sa distinction, c'est-à-dire de se distinguer du vulgaire et de pratiquer des sports qui ont valeur de marqueurs sociaux. À tous, le futebol, à un nombre plus limité la natation, à quelques-uns le tennis, à fort peu le golf.

24La pratique religieuse peut-elle être vectrice d'affranchissement ou participe-t-elle de l'oppression ? Et, dans un cas comme dans l'autre, comment l'espace participe-t-il à son expression ?

25Il faut ici remonter aux temps coloniaux pour analyser les syncrétismes religieux comme des formes de résistance culturelle à l'oppression. En même temps qu'ils faisaient d'eux leurs esclaves, les colons voulaient inculquer aux Noirs les principes évangéliques … Encore ne fallait-il pas être mélangés à eux durant les offices ! Aussi, à Salvador, les esclaves avaient-ils leur propre église, construite par eux, Nossa Senhora do Rosario dos Pretos à quelques mètres de la Place du Pelourinho où, comme le nom l'indique, ils subissaient la torture du pilori. Contraints d'adopter la religion des maîtres, ils n'en gardaient pas moins en mémoire les dieux de la terre d'Afrique. Leur rendre un culte était donc pour l'esclave le moyen de résister à la servitude, le moyen, asservi dans son corps, de rester libre dans sa tête. De là, les dieux du panthéon noir qui doublent les personnages de la foi chrétienne. D'ailleurs, le monothéisme chrétien n'offrait-il pas aux cultures polythéistes assez de figures, anges et saints, autour du Dieu unique lui-même trinitaire, pour ouvrir la voie aux rapprochements et aux symbioses. Toujours est-il que les cultes afro-brésiliens ont prospéré et les terreiros de candomblé ont été pour les esclaves des lieux où libérer leur esprit et retrouver leur dignité. Ils restent aujourd'hui des lieux où affirmer son identité.

26Il est difficile de porter la même appréciation sur les multiples Églises évangéliques qui fleurissent partout au Brésil, concurrençant l'Église catholique. On pourrait penser que des religions dans la mouvance du protestantisme incitent à s'émanciper et encouragent chacun à l'autonomie. Or, ces formes de protestantisme ne sont en rien protestataires. Elles attirent par la forme expansive de leurs célébrations. Le culte n'y est pas recueillement, mais émotion collective dans l'exaltation du chant, du rythme musical et parfois de la danse. Le corps semble s'y exprimer librement, mais cela ne signifie pas la liberté des esprits. Sachant que les pasteurs auto-proclamés y prêchent une rigueur morale respectueuse de l'ordre établi à un public majoritairement modeste tout en lui extorquant de substantiels revenus, on est enclin à voir dans cette affaire une nouvelle aliénation des plus faibles.

  • 23 Ce courant est plus latino-américain que spécifiquement brésilien. Il est illustré par des noms tel (...)
  • 24 Cet engagement pour les pauvres pris à Medellin par l'épiscopat latino-américain en 1968 ne consist (...)

27C'est ailleurs et tout autrement, avec la Théologie de la Libération, que la religion a combattu la servitude23. Pour elle, la conscientisation des pauvres est la source de leur cheminement spirituel qui doit lui-même aller de pair avec leur promotion sociale. Cette orientation constitue un danger pour l'ordre social dans la mesure où contester la servitude au lieu de s'y résigner devient vertu. Au Brésil, la Commission Pastorale de la Terre, avec ses multiples ramifications locales, s'est inspirée de cette idée pour soutenir les paysans dans leur revendication pour la terre, sans leur dicter leur conduite mais en les aidant à connaître leurs droits. En même temps, la théorie selon laquelle la recherche en commun de la justice est une voie privilégiée pour l'expérience de la foi est problématique pour une Église romaine qui s'en tient au dogme de la Révélation. La Théologie de la Libération ébranlait donc la légitimité d'une hiérarchie qui prétend seule dicter le vrai et le bien. Malgré son engagement officiel pour les pauvres24, Rome ne pouvait que s'inquiéter de cette façon de penser et du germe révolutionnaire contenu dans cette aspiration à la liberté. Sans détailler les péripéties du désaveu infligé aux promoteurs de ce courant, et encore moins les arguments théologiques avancés par les parties en présence, il convient de dire que les communautés ecclésiales de base furent pour leurs participants une structure de prise de conscience et d'opposition à l'injustice et à la servitude. Ce furent des lieux de libération dont l'héritage est encore vivace.

3.3. Affronter et transformer le réel

28Un moment est ainsi venu où l'idée d'affranchissement n'a plus consisté à s'évader d'un lieu d'oppression pour construire ailleurs un lieu de liberté, mais à affronter le réel. Au temps d'une société bloquée n'offrant aucune perspective aux dominés et les poussant à fuir loin si possible, et sinon dans leur tête, a succédé le temps d'une dynamique sociale plus ouverte. Cette démocratisation actuelle constitue sans doute une condition pour que les performances économiques elles-mêmes perdurent. Fait intéressant, pour affirmer leurs droits, les Brésiliens ont occupé des espaces publics qui devinrent les lieux emblématiques de la liberté en marche : à Rio de Janeiro, le quartier de Cinelandia, en plein centre, à Sao Paulo, la Praça da Sé, en face de la cathédrale, malgré le mobilier urbain qui y avait été installé sous la dictature précisément pour rendre difficiles les rassemblements, à Brasilia, l'Esplanade des Ministères. Dans la capitale conçue par Oscar Niemeyer et Lucio Costa pour mettre en scène le pouvoir et célébrer la souveraineté populaire, ce fut un spectacle d'une forte charge civique que la foule s'emparant d'un lieu à elle confisqué durant vingt ans par le régime militaire. Le droit de manifester, une liberté essentielle, s'imposait de nouveau.

  • 25 Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra.
  • 26 Selon le recensement de 2010, le taux d'urbanisation atteint 84%, les aires métropolitaines, à elle (...)
  • 27 Les programmes de logement engagés par le président Luiz Inacio Lula da Silva et la présidente Dilm (...)

29Pour en arriver là, des étapes avaient été franchies au cours desquelles d'autres lieux avaient porté les revendications populaires parce qu'ils étaient eux-mêmes porteurs de lourds enjeux sociaux et politiques. Trois, au moins, doivent être cités : le milieu rural pour le droit à la terre, la ville pour le droit au logement, l'usine pour le droit à la liberté syndicale et à un salaire décent. S'agissant de la terre, la récurrence de la question foncière donne à ce qui se passe dans le monde rural une forte résonance politique. En témoigne la sympathie que le Mouvement des Sans Terre25 a éveillée dans l'opinion publique, y compris en ville et notamment chez les intellectuels et dans la classe moyenne. Mais, le Brésil est un pays de plus en plus urbain : aujourd'hui, quatre Brésiliens sur cinq sont des citadins26. Or, le milieu urbain offre aux luttes collectives comme aux projets individuels un cadre très différent de la campagne. Certes, la ville ne supprime pas nécessairement toutes les pesanteurs sociales qui brident l'initiative personnelle. Après avoir analysé dans Casa Grande e Senzala la formation de la famille brésilienne sous le régime de l'économie patriarcale, c'est déjà ce que Gilberto Freyre avait montré pour le Brésil traditionnel dans Sobrados e Mucambos [1936], au sous-titre explicite : décadence du patriarcat rural et développement du patriarcat urbain. Il n'empêche, l'anonymat urbain est en soi libérateur, et, cependant que s'érodaient les vieilles pratiques sociales, le nombre même des citadins a donné aux mouvements urbains un retentissement de plus en plus puissant. La grande question, aggravée par la rapide croissance urbaine des dernières décennies, fut celle du logement. On en sait les thèmes dominants : précarité, ségrégation, fragmentation socio-spatiale, risque d'exclusion. Mais, on sait aussi [Valladares, 2006] que l'habitat précaire a été pour beaucoup de citadins pauvres le creuset d'une prise de conscience collective. Les associations de résidents de favelas existent depuis longtemps et ont lutté pour l'intégration de leurs quartiers au reste de la ville. En d'autres termes, s'affirmer comme citadin a été pour eux le moyen de s'affirmer comme citoyen, deux qualités que la langue portugaise réunit sous le seul mot de cidadania27. Autre enseignement que donne la terminologie, le terme de comunidade aujourd'hui en usage par les résidents pour désigner ce que les non-résidents appellent encore favela montre que la prise de conscience a été collective. L'habitat pauvre et précaire a ainsi été un lieu de libération et l'accès à un logement décent un facteur de liberté pour les bénéficiaires.

  • 28 La trajectoire du Brésilien Lula, du syndicalisme ouvrier à la présidence de l'État, est souvent co (...)

30Si le mouvement social a souvent pris la forme d'un mouvement urbain, il demeure que l'usine a été, dans les régions les plus développées du pays, un lieu privilégié de conscientisation. C'est dans la métropole pauliste, et surtout dans sa banlieue industrielle de l'ABC (Santo André, Sao Bernardo do Campo et Sao Caetano) que le mouvement syndical s'est développé dès les années 1970, notamment dans la construction automobile, avec les suites que l'on sait : la contestation du régime militaire à travers la dénonciation de sa politique salariale, puis l'engagement politique du dirigeant syndical Luiz Inacio Lula da Silva élu plus tard Président de la République28. Cela ne fait pas de l'usine un lieu de liberté, mais pas non plus un lieu de servitude puisque ce fut un lieu de libération. Bien sûr, le fait premier est social et politique, mais le lieu où il s'est déroulé concrétise la revendication, la popularise et en devient le symbole. Or, un symbole a en politique une efficacité souvent considérable.

31Manifestée en des lieux publics, cette montée en puissance de la société comme acteur est allée de pair avec l'essor d'un espace public au sens métaphorique du terme, c'est-à-dire des structures d'expression et de débat qui font une société libre : presse, associations, syndicats, partis politiques. Quand la culture démocratique eut solidement pris racine dans la société brésilienne, la rue a de nouveau été le théâtre où la liberté s'est donnée à voir et à s'exprimer. Provoquées par la hausse des tarifs des transports urbains, les manifestations de 2013 ont intégré ensuite des revendications plus larges touchant au niveau de vie et aux défaillances des services publics : la classe moyenne et la jeunesse ont trouvé dans la rue l'espace où dire leurs aspirations. En d'autres termes, des citoyens libres ont trouvé dans la rue le lieu où dire leur liberté.

Conclusion

  • 29 LEFEBVRE Henri : Le droit à la ville.

32La situation présente n'en reste pas moins paradoxale. En même temps que s'affermit le débat citoyen et que la rue consolide la publicité de ce débat, l'espace public, au sens physique du mot, est menacé par la fragmentation urbaine. Est-ce parce que la démocratie désigne la rue comme un espace public que, précisément, certains citadins cherchent à s'en isoler ? Qu'ils pratiquent l'entre-soi dans les copropriétés fermées ou même que, par des empiètements, ils privatisent de fait une partie de l'espace public, ils cherchent à se soustraire à ce qui fait d'une ville une cité et, par leur pratique spatiale, ils menacent la cohésion sociale. S'il n'est pas spécifique au Brésil, le phénomène y est particulièrement accusé. En l'abordant, on paraît s'éloigner du thème de la servitude stricto sensu pour traiter celui de la ségrégation et de l'inégalité. Resterait pourtant à savoir dans quelle mesure une telle inégalité menace la liberté effective de ceux qui sont en bas de l'échelle sociale. Le droit, et c'est fondamental, fait que tous sont libres et peuvent devenir des acteurs dans l'espace public. Mais tous en ont-ils la capabilité au sens qu'Amartya Sen [2009] donne au mot, c'est-à-dire la capacité d'exercer cette liberté, garantie par les conditions économiques, sociales et culturelles qui leur sont faites. Et ce droit à l'espace est-il limité à l'accès aux lieux ou faut-il l'entendre dans le sens élargi qu'Henri Lefebvre lui donnait en parlant de droit à la ville29 ? Le droit à l'espace, c'est alors le droit à la terre comme moyen d'existence et pas seulement du sol comme lieu de résidence, c'est le droit de partager avec les autres un espace public, physique et virtuel, d'y débattre des affaires de la cité, le droit de prendre sa part dans les décisions qui touchent le territoire, c'est avoir droit au respect de son identité enracinée en un territoire.

Haut de page

Bibliographie

CONRAD Robert (1975), Os ultimos anos da escravatura no Brasil, MEC, coll. Civilizaçao Brasileira, 394 p., (titre original: The destruction of Brazilian Slavery 1850-1888, University of California, 1972).

CUNHA Euclides da (1902), Os Sertoes (trad. française, 2012 : Hautes Terres : La guerre de Canudos, Paris, Metailié, 640 p.)

DROULERS Martine et BROGGIO Céline (2001), L'espace et le développement au Brésil : de la géophagie à la géosophie ? , Tiers-Monde, vol. 42, n° 167, pp. 763-688.

DROULERS Martine (2001), Brésil, une géohistoire, Paris, PUF, coll. Géographies, 308 p.

FERREIRA DE CASTRO José Maria (1930), A Selva (trad. française, 1973 : Forêt Vierge, Paris, Grasset, 376 p.)

FREYRE Gilberto (1933), Casa Grande e Senzala, Maia e Schmidt (trad. française, 1974 : Maîtres et Esclaves, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 550 p., (première trad., 1952, coll. Croix du Sud)

FREYRE Gilberto (1936), Sobrados e Mucambos, Sao Paulo, Companhia Editora Nacional, 405 p.

FURTADO Celso (1981), Créativité et dépendance, Paris, PUF, coll. Tiers-Monde, 151 p.

LEFEBVRE Henri (1968), Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 165 p.

MADDISON Angus (2003), L'économie mondiale, statistiques historiques, Paris, OCDE, Études du Centre de Développement, 288 p.

MATTOS Hebe Maria (2003), Terras de Quilombo, citoyenneté, mémoire de la captivité et identité noire dans le Brésil contemporain, Cahiers du Brésil contemporain, n° 53-54, pp. 115-147.

MENEZES Eduardo Diatahy B. de (1998), Une réévaluation des mouvements soi-disant messianiques du Nord-Est du Brésil, Cahiers du Brésil Contemporain, n° 35-36, pp. 47-60.

NUNES LEAL Victor (1949), Coronelismo, Enxada e Voto, Sao Paulo, Alfa-Omega, 276 p.

PEREIRA DE QUEIROZ Maria Isaura (1965), O messianismo no Brasil e no mundo, Sao Paulo, Dominus/Edusp (2ème éd. augmentée, 1976, Sao Paulo, Alfa Omega, 441 p.)

QUEIROS MATTOSO Katia de (1979), Être esclave au Brésil, XVI-XIXème siècles, Paris, Hachette (seconde éd. 1994), Paris, L'Harmattan, 238 p.

RAWLS John (1987), Théorie de la Justice, Paris, Le Seuil, coll. La couleur des idées, 667 p., (titre original, 1971: A Theory of Justice, Harvard University Press).

SEN Amartya (2009), L'idée de justice, Paris, Flammarion, 558 p.

THÉRY Hervé, MELLO Neli Aparecida de, HATO Julio, PAULON GIRARDI Eduardo (2009), Atlas do trabalho escravo no Brasil, Amigos da terra, Amazônia brasileira, 80 p. 56 cartes (en ligne).

THÉRY Hervé, MELLO Neli Aparecida de, HATO Julio, PAULON GIRARDI Eduardo (2001), Géographie du travail esclave au Brésil, Cybergéo, European Journal of Geography (en ligne), Espace, Société, Territoire, document 541, juin 2011.

VALLADARES Licia (2006), La favela d'un siècle à l'autre, Paris, Éditions de la MSH, 229 p.

VARGAS Llosa Mario(1983), La guerre de la fin du monde, Paris, Gallimard, 700 p. (titre original 1981 : La guerra del fin del mundo).

VÉRAN Jean-François (2003), L'esclavage en héritage, Brésil ; le droit à la terre des descendants des marrons, Paris, Karthala, 390 p.

Haut de page

Notes

1 La question indienne, très importante, dépasse le cadre de la présente réflexion.

2 Les chiffres étaient alors en diminution depuis plusieurs décennies (1 715 000 au Brésil en 1864) du fait que la population esclave ne se renouvelait plus. Interdite depuis 1831, la Traite avait effectivement disparu en 1850. Par ailleurs la loi dite du Ventre libre avait déclaré libres à la naissance à partir de sa date (1871) les enfants nés de mère esclave. Avec l'essor rapide de la caféiculture, le nombre avait augmenté dans l'État de Sao Paulo entre 1864 (80 000 esclaves) et 1874 (174 000), mais il a baissé ensuite.

3 À noter que la culture, notamment celle du riz, sur les défrichements les plus récents, préparait efficacement le sol à recevoir ensuite les plants de caféier.

4 Il faut mettre à part le Nord Parana (région de Londrina et de Maringa) où se termina le front pionnier du café décrit ci-dessus, ainsi que le Sud de l'État du Rio Grande do Sul (la Campanha Gaucha) où l'élevage extensif très peu peuplant a longtemps perduré et où la mise en culture est chose récente et encore discrète.

5 Le parallèle est clair avec les États-Unis.

6 Il est vrai que d'autres étaient en faveur de l'arrivée des Européens dans le Sud pour des raisons moins respectables. Influencés par les thèses racistes de Gobineau, ils y voyaient le moyen de "blanchir" le Brésil et, ce faisant, d'améliorer la qualité de sa population….

7 Toutes les informations concernant ici le sujet sont tirées de cette remarquable publication. À partir de leurs observations, les auteurs ont construit un indice de probabilité de l'esclavage (où, en fonction des activités dominantes, y a-t-il probabilité de trouver des travailleurs esclaves ?) et un indice de vulnérabilité au recrutement (où, en fonction du niveau de développement et du marché de l'emploi, y a-t-il des hommes susceptibles d'être recrutés et de tomber dans la servitude ?)

8 Bureau International du Travail, aujourd'hui OIT, Organisation Internationale du Travail.

9 Loi n° 10803 du 11 décembre 2003.

10 Le chiffre précis est 32 783. L'étude signale deux fazendas, l'une dans le Mato Grosso et l'autre dans le Para, d'où furent libérés, dans chacune, un millier de travailleurs esclaves !

11 La CPT est un organisme dépendant de l'Eglise catholique pour la défense des travailleurs agricoles et des paysans sans terre.

12 Tout important qu'il soit, le processus est assez connu pour qu'il suffise de le rappeler brièvement.

13 On connaît le surnom donné à ces travailleurs : les boias-frias, littéralement les mange-froid parce qu'ils emportent le matin un casse-croûte qu'ils mangent sur leur lieu de travail.

14 L'invasion et l'occupation hollandaise (1630-1654) avait désorganisé les plantations et avait été pour de nombreux esclaves l'occasion de s'enfuir vers Palmares ou d'autres quilombos.

15 Cet esclavage domestique était très différent de l'esclavage des plantations.

16 Article 68 : Aos remanescentes das comunidades dos quilombos que estejam ocupanado suas terras é reconhecida a propriedade definitiva, devendo o Estado emitir-lhes os titulos respectivos.

17 Article 125 (extrait) : O Estado garantira a todos o pleno exercicio dos direitos culturais e acesso às fontes da cultura nacional.

18 Article 216 (extrait) : Constituem patrimônio cultural brasileiro os bens de natureza matérial e imaterial, tomados individualmente ou em conjunto, portadores de referência à identidade, à açao, à memoria dos diferentes grupos formadores da sociedade brasileira. Cet article, ici mentionné à propos des Noirs, vaut pour toutes les ethnies qui ont formé le Brésil y compris, bien entendu, les Indiens.

19 Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agraire.

20 Comptage de la Fondation Culturelle Palmares au 25 octobre 2013.

21 L'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa en tirera plus tard un roman remarquable, La guerre de la fin du monde (voir la bibliographie).

22 Cité par Eduardo Diatahy B. de Menezes (1998).

23 Ce courant est plus latino-américain que spécifiquement brésilien. Il est illustré par des noms tels que celui du Péruvien Gutierrez et du Nicaraguayen Cardenal. Au Brésil, sa figure la plus connue est Leonardo Boff.

24 Cet engagement pour les pauvres pris à Medellin par l'épiscopat latino-américain en 1968 ne consistait pas à encourager leur émancipation de la discipline exigée des fidèles. De là, le fait qu'existent des prélats résolument en faveur des pauvres sans se réclamer de la Théologie de la Libération. Tel était le cas de l'ancien archevêque de Recife, Dom Helder Camara.

25 Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra.

26 Selon le recensement de 2010, le taux d'urbanisation atteint 84%, les aires métropolitaines, à elles seules regroupant 46% de la population totale.

27 Les programmes de logement engagés par le président Luiz Inacio Lula da Silva et la présidente Dilma Rousseff concrétisent la reconnaissance du droit au logement.

28 La trajectoire du Brésilien Lula, du syndicalisme ouvrier à la présidence de l'État, est souvent comparée à celle du Polonais Walesa.

29 LEFEBVRE Henri : Le droit à la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Territoires de servitude et territoires de liberté au Brésil », Espace populations sociétés, 2014/2-3 | -1, 57-70.

Référence électronique

Bernard Bret, « Territoires de servitude et territoires de liberté au Brésil », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/5752 ; DOI : 10.4000/eps.5752

Haut de page

Auteur

Bernard Bret

Université de Lyon
Université Jean Moulin
CNRS. UMR 5600 EVS
Bernard.bret12@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals