Navigation – Plan du site
Articles

Les populations des cortiços

Le cas de Recife et São Paulo
Cortiço’s Populations: the Case of Recife and São Paulo
Octavie Paris

Résumés

Si la favela joue un rôle idéel-typique concernant l’habitat populaire urbain au Brésil, d’autres formes méritent examen, au premier rang desquelles le cortiço. Basé sur deux expériences de terrain à Recife et à São Paulo, l’article par une entrée de géographie sociale, s’intéressera aux questions de mobilité urbaine de micro-appropriations et d’accès à la ville spécifiques aux populations des cortiços. L’étude des caractéristiques de ces populations urbaines populaires ayant fait le choix – relatif bien sûr car le choix est restreint – de vivre dans le centre de la ville en acceptant des contraintes lourdes telles que le caractère collectif de ce logement locatif, voire sous-locatif, et son insalubrité, est des plus révélateurs sur de nombreuses questions urbaines. Les caractéristiques des populations ayant opté pour un habitat en cortiço et leurs motivations tenteront d’être mise en lumière par les cas de l’étude réalisée. Si l’hétérogénéité de cette population est indéniable, cet article invite à appréhender ses aspirations caractéristiques, en soulignant notamment les avantages recherchés par les habitants des cortiços.

Haut de page

Texte intégral

1Si certaines populations du Brésil, parmi lesquelles les populations vivant en favela, sont fréquemment mises sous le feu des projecteurs, et souvent pas de la meilleure des façons – le terme favelado étant déprécié et stigmatisant -, d’autres sont tout simplement mal connues voire inconnues. Les populations vivant en cortiço sont de celles-ci. Habitat locatif et sous-locatif, collectif et multifamilial du centre des grandes villes brésiliennes ; ce logement fait jouir ses habitants d’une localisation centrale dans le système urbain dans lequel il s’insère. Le cortiço – que nous refusons de traduire en français par « taudis » - se développe dans des casarões (maison de maître) subdivisés en leur sein en plusieurs quartos où vivent plusieurs familles avec un usage collectif des installations sanitaires. Le développement du bâti qui a souvent un caractère longiligne et/ou souterrain fait de cet habitat un espace de l’entre-deux basé sur l’informalité et pourtant situé dans la ville formelle et ne servant pas la visibilité de ses habitants sur les scènes politique et sociétale.

  • 1 « la graine de la favela », Vaz fait partie des auteurs qui défendent l’idée que la favela s’est dé (...)

2Traduire le terme cortiço par « taudis », ou par « habitat taudifié », serait réduire tout une réalité urbaine brésilienne à une froide conversion vers la langue française. Le cortiço peut se comprendre de façon imagée comme une ruche où de nombreuses abeilles vivent, travaillent et se sociabilisent. Ce terme tient son origine du mot cortiça, le liège, qui était le matériau avec lequel on construisait, autrefois, les ruches d’abeilles. C’est donc toute la métaphore de l’essaim d’abeilles qu’il faut filer si l’on veut donner une traduction réaliste du terme cortiço, qui implique le bourdonnement et la surpopulation qui caractérise l’habitat. Cette surpopulation entraîne des modes de vie spécifiques sur lesquels nous reviendrons plus en avant. À cette signification première s’ajoute l’affirmation d’un mode d’habiter particulier caractérisé par une densité élevée d’occupants marquée par une « brutale exubérance de vie » [Azevedo, 1890]. Si historiquement, le cortiço est « a semente da favela »1 [Vaz, 1994], ces favelas n’ont, pour autant, pas pu être la solution de logement pour toute la population pauvre arrivant à São Paulo [Lopez, et al., 2010] et à Recife [Cavalcanti, 2008]. Les cortiços ont continué à exister, à se développer et à diversifier leurs formes dans le centre de la ville.

3Le cortiço répond à la demande d’une population non pas extrêmement pauvre – puisque le système est locatif et suppose donc l’acquittement d’un loyer – mais se trouvant dans une situation précaire.

4Si l’hétérogénéité de cette population est indéniable, notre hypothèse principale consiste à penser qu’il existe des aspirations caractéristiques de cette dernière à étudier. L’étude des caractéristiques de ces populations urbaines populaires ayant fait le choix – relatif bien sûr car le choix est restreint – de vivre dans le centre de la ville, en acceptant des contraintes lourdes telles que le caractère collectif du logement et dans bien des cas son insalubrité, est des plus révélateurs sur de nombreuses questions urbaines. Quelles sont les caractéristiques des populations ayant opté pour un habitat en cortiço ? Quelles sont leurs motivations et quelle est leur place dans le panorama urbain ?

5Les travaux sur l’habitat en cortiço sont peu nombreux et souvent l’approche est bien plus urbanistique ou relève de l’architecture du bâti même, plutôt que de la réalité urbaine que représente cet habitat. C’est donc une entrée géographique de l’étude du cortiço et plus particulièrement de ses populations habitantes qui sera développée dans ce papier, sans pour autant s’interdire quelques considérations sur les caractéristiques physiques du bâti puisqu’elles influent sur les populations habitantes.

6Cet article se base sur deux expériences personnelles de recherche dans deux métropoles brésiliennes. Le choix s’est porté sur une étude qualitative plus que quantitative, en ciblant un quartier en particulier dans les deux métropoles. Ainsi, Bela Vista à São Paulo et Boa Vista à Recife se sont révélés comme les quartiers du centre les plus pertinents pour l’étude des populations vivant en cortiço. Pour servir et appuyer les observations personnelles effectuées sur le terrain dans les cortiços même, tout un travail de recueil des discours de divers professionnels paulistes et recifenses a été effectué. Ce recueil s’est décliné en deux temps, , des entretiens semi-directifs avec questions ouvertes auprès des professionnels travaillant en lien avec les populations des cortiços d’une part, et des questionnaires auprès des populations habitantes des cortiços, d’autre part.

7L’approche par l’échelle du micro permet l’analyse des espaces domestiques [Staszak, 2003] pleinement inscrit dans le champ de la géographie culturelle et permettant d’étudier les populations dans l’environnement de l’intime.

8Les populations des cortiços seront abordées dans ce texte au regard des problématiques liées à l’invisibilité en ville [Rémy, 2002], tant au niveau du bâti lui-même qu’à l’échelle des pratiques urbaines des populations elles-mêmes révélant un régime de visibilité singulier.

1. Populations des cortiços et invisibilité en ville

1.1. Le cortiço, forme urbaine bâtie participant de l’invisibilité de ses habitants

9C’est dans une approche holiste de la ville comme un tout et non pas en isolant l’objet cortiço du contexte urbain dans lequel il s’inscrit que seront étudiées les populations habitantes. La photographie 1 montre le contraste entre le cortiço qui s’inscrit dans le contexte de la ville basse pourtant dans le centre et le processus de verticalisation qui participe à un certain effacement du cortiço comme élément physique bâti dans le panorama urbain pauliste, avec cet immeuble récent en arrière-plan de la photographie. Ces considérations amènent à s’interroger sur les conséquences de cette distanciation verticale qui influe sur les régimes de visibilité des habitants des différents types d’habitats paulistes.

Photo 1. Contraste vertical cortiços et tours, rue Santo Amaro, Bela Vista, São Paulo

Photo 1. Contraste vertical cortiços et tours, rue Santo Amaro, Bela Vista, São Paulo

Source : Octavie Paris, avril 2012

  • 2 Comme s’interroge Sonia Lehman-Frisch, dans « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions d (...)

10À cette distanciation par la généralisation de la ville verticale [Appert, 2008] s’ajoute la question de la distanciation horizontale dans la constitution de différents régimes de visibilité. Éloigner pour oublier, éloigner pour ne pas voir, éloigner pour cacher… ces stratégies de relégation [Donzelot, 2004] sont au cœur de nombreuses problématiques de la gestion urbaine. L’action, parfois politique, d’invisibilisation peut être appelée dans le cas des populations des cortiços. Il s’agit tout au moins d’une invisibilisation immédiate à celui qui se trouve au centre de la ville car, autant pour les grands-ensembles français (avec l’exemple de Donzelot) que pour les favelas brésiliennes, ces habitats offrent un visuel marquant, qui s’impose à la vue. Sans être relégués en périphérie, ces habitants des cortiços s’insèrent-ils pour autant dans un système urbain plus juste ?2

11La mise à distance au centre et la relégation en périphérie permettent de contrôler le paysage urbain offert dans les parties centrales de la ville où se concentrent généralement les regards, tant les regards de la société à l’échelle locale, que les regards externes, internationaux. Ceci s’explique par le fait que ces parties centrales de la ville sont le lieu des instances de pouvoir (qu’ils soient politiques, économiques…) mais aussi des infrastructures culturelles et médiatiques.

  • 3 Il convient ici de souligner que ce terme est parfois utilisé pour désigner d’autres types de logem (...)

12Or, les cortiços à la différence d’autres habitats populaires tels que les favelas, ne sont pas un mode d’habitat périphérique, ils s’inscrivent dans la ville formelle, dans le centre de la ville3.

  • 4 Habitants de rue.
  • 5 « Régime de visibilité » défini, dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, (...)
  • 6 Cabanes en bois sur pilotis sont également partie intégrante du paysage urbain recifense. Elles fon (...)

13Théoriquement, les habitants des cortiços sont donc plus proches du focus d’attention, des regards, ils devraient être plus à même d’être vus [Rémy, 2002]. Cependant, le panorama visuel du centre de São Paulo [Monbeig, 1953] - malgré les nombreuses opérations policières - reste davantage marqué par la forte présence des moradores de rua4, qui ont un régime de visibilité5 très ouvert contrairement aux habitants des cortiços pourtant particulièrement présents dans le centre. Il en est de même à Recife, dans une moindre mesure tout de même, due à l’importance des palafitas6 dans le panorama des solutions de logements populaires.

  • 7 Maisons de maîtres souvent à un étage au moins.

14Ces sobrados7 ressemblent, de l’extérieur (photo 2), à des maisons unifamiliales à un étage, mais en leur intérieur renferment une subdivision du sous-sol ou de l’arrière-cour en quartos, chambres à louer où vivent différentes familles. Il y a donc une importante contradiction entre ce qui est donné à la vue et la réalité renfermée. Le rôle de la façade est central dans la compréhension de l’habitat en cortiço. Cette façade peut être d’ordre architectural comme nous venons de le montrer mais permet d’aller plus loin encore en parlant d’une façade psychologique dans le comportement et les modes de vie des habitants des cortiços.

Photo 2. Cortiço Rua da Gloria, Boa Vista, Recife

Photo 2. Cortiço Rua da Gloria, Boa Vista, Recife

Source : Octavie Paris, mars 2013

15Que ce soit par la profondeur verticale (souterrain) [Barles, Jardel, 2005], le cortiço n’est pas un logement de plain-pied mais présente souvent un étage au moins, et une partie en sous-sol ; ou par la profondeur horizontale (labyrinthe avec des corridors sans fin), la tendance des cortiços à se développer dans des lieux se donnant difficilement à la vue (photo 3), au regard externe ; conditionne leur régime de visibilité et ainsi celui de ses populations habitantes et rend ce régime nettement plus complexe.

Photo 3. Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço, Rua Vicente Prado, Bela Vista, São Paulo

Photo 3. Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço, Rua Vicente Prado, Bela Vista, São Paulo

Source : Octavie Paris, mai 2012.

« L’anti-plan, éventuellement planifié. Lacis de chemin particulièrement complexe où l’on erre longuement car s’y multiplient les impasses. […] Il signifie que certains maitrisent l’espace et d’autres non […] D’un côté, le labyrinthe explique la complication technocratique ou bureaucratique, la gestion externe et irresponsable d’un espace qui a l’air brouillé à souhait et inutilement ; de l’autre côté, il évoque l’autonomisation interne d’une communauté qui se défend de l’intrus en multipliant les impasses, en brouillant les repères, en rompant les trajets au point d’empêcher de voir le plan d’ensemble et en assurant ainsi la sécurité des initiés. » [Brunet, Ferras, Théry, 2005 : 293]

16Cette définition du labyrinthe, tirée du Dictionnaire de géographie, éclaire sur les fonctions de la structure labyrinthique du cortiço mais me permet cependant, de remettre en question l’idée d’une « autonomisation interne d’une communauté qui se défend » puisque cela ne paraît pas être le cas dans la situation des habitants de cortiços, cette structuration en labyrinthe (physique et administrative, bureaucratique) servant d’avantage les stratégies défensives des propriétaires et des intermédiaires que celles des habitants. Cette « complication technocratique ou bureaucratique » dont parlent Lévy et Lussault est tout à fait présente dans le régime de visibilité des habitants des cortiços par le méli-mélo de l’organisation interne du cortiço.

17Lors des entretiens aux habitants, nombre d’entre eux ont donné une définition du cortiço davantage (voire exclusivement) basée sur le mode d’habiter, sur les comportements des habitants, que sur la structure physique de l’habitat.

1.2. Un profil-type historique des populations vivant en cortiço ?

18Les descriptions des premières populations à s’installer dans les cortiços du quartier de Bela Vista à São Paulo, permettent de souligner trois caractéristiques quant au profil, alors, assez homogène de ces populations : la caractéristique migratoire (des Italiens à l’origine), la caractéristique de la main-d’œuvre (pour travailler dans les industries à proximité) et enfin un mode de vie déterminé par le caractère collectif du logement investi (le caractère multifamilial). Ces caractéristiques se retrouvent dans de nombreuses descriptions du peuplement des cortiços et de l’installation de ceux-ci comme option de logement pour une certaine population :

  • 8 « Une grande quantité d’immigrants arrivait dans la ville pour occuper des espaces de travail dans (...)

« Uma grande quantidade de imigrantes chegava à cidade para ocupar espaços de trabalho em fábricas e indústrias. Esses trabalhadores, geralmente remunerados com baixos salários, não tinham condições de adquirir um imóvel ou de pagar aluguéis nas habitações unifamiliares. Assim, de proibidos os cortiços se tornaram a opção de moradia mais viável e recorrente dessa parcela da população.8. »[Lopez, França & Prado Costa, 2010 : 19]

19S’il s’agit là d’une description de la population d’origine s’installant dans les cortiços, ce caractère assez homogène de la population vivant dans les cortiços se retrouve aujourd’hui encore, même s’il ne s’agit plus de cette population italienne. La caractéristique migratoire est toujours présente – bien qu’il s’agisse d’une migration interne au pays cette fois-ci -. Cette population s’inscrit en tant que main-d’œuvre dans une logique du marché du travail informel, et conserve également son caractère multifamilial qui est plus que jamais représentatif du mode d’habiter dans les cortiços.

20Dans le cas de São Paulo, les cortiços se constituent, aujourd’hui, comme une solution de logement pour une population issue d’une migration interne au pays, une migration nationale, qui succède à la migration internationale qui était constituée avec l’arrivée des Italiens et leur installation dans les premiers logements de ce genre. São Paulo, cœur économique du pays attire de nombreux migrants tant nationaux qu’internationaux. À l’inverse, la région du Nord-Est est présentée comme la région problème du pays, les problèmes socio-économiques y étant particulièrement nombreux. Plus qu’un exode rural, il s’agit ici d’une migration marquée par un effet de push/pull. Le pull, l’attirance, se relevant dans les discours des habitants ne tarissant pas d’éloges sur cette ville. À l’échelle de la première recherche de terrain à São Paulo, des trente-trois habitants de cortiços interrogés, vingt-sept viennent de la région du Nordeste. Ce qui a motivé la seconde recherche de terrain à Recife, principale métropole du Nordeste, pour étudier les cortiços qui existent également dans les quartiers du centre-ville est que les populations vivant en cortiços y sont nettement moins homogènes : si certaines proviennent de l’interior du Pernambouc (territoire de l’État dont Recife est la capitale), d’autres sont originaires de la capitale pernambucana et parfois du quartier même de Boa Vista dans notre étude. L’une des caractéristiques de cette population vivant en cortiço à Recife est d’avoir une certaine ancienneté dans le quartier.

  • 9 Petit travail informel.

21Les habitants des cortiços ne sont généralement pas désœuvrés puisqu’ils sont définis, au contraire, par leur profil de travailleurs, ils devraient donc, a priori, bénéficier d’une plus ample visibilité au sein de la société. Cependant, le fait qu’il s’agisse d’un travail précaire, comme le sont souvent les bicos9 qu’effectuent les habitants des cortiços, mène à la même situation d’invisibilité que le désœuvrement.

  • 10 Ceux-ci restant des droits peu connus par ces travailleurs et dont l’efficacité est bien souvent cr (...)

22Or, si ces populations vivant dans les cortiços peuvent être considérées comme officiellement désœuvrées puisque le caractère illégal de leur accès au travail participe de l’invisibilité de celui-ci aux yeux de la société, - ne pouvant pas faire reconnaître ce travail qui justifie leur présence dans le quartier -, il existe cependant des droits pour le travailleur informel dans la législation brésilienne. Le travailleur informel brésilien bénéficie notamment de droits tels que celui de cotiser pour sa retraite, à la sécurité sociale [INSS] ou de prendre un congé maternité [Bulletin Rede de Cortiços pela Cidadanía, n° 54, mai 2011]10.

23Ces trois points sont donc fondamentalement les traits pouvant caractériser les populations vivant en cortiço : une population multifamiliale, inscrit dans une logique de travail informel faisant d’eux une population précaire mais non pas pauvre et pour la plupart dont l’installation résulte d’une migration, internationale historiquement et nationale ou locale actuellement.

2. Populations des cortiços : le choix de la proximité au centre

2.1. Des avantages dans la centralité

24La localisation des cortiços se révèle stratégique et permet de bénéficier des aménités liées à la centralité en ville.

25La distance avec le lieu de travail est plus courte et l’heure d’arrivée sur le lieu de travail ne devrait pas être conditionnée par l’état du trafic urbain plus que chaotique donne la préférence aux habitants de ces cortiços centraux sur d’autres vivant dans des habitats populaires plus excentrés. Les problématiques de l’accessibilité et de la proximité au centre, attenantes à l’étude des cortiços en font un élément urbain des plus intéressants compte-tenu de sa localisation stratégique. Originellement situé à proximité des premières industries, les cortiços, et notamment ceux de Bela Vista, ont résisté aux transformations urbaines et à la réduction de l’importance de la présence des industries au centre, permettant aujourd’hui encore, à leurs habitants de vivre à proximité immédiate des emplois. Une importante partie du travail informel, de nos jours davantage basé sur le secteur du service, se trouvant dans le centre, le quartier fait profiter à ses habitants d’une localisation optimale – tout comme c’était le cas à l’origine lorsque les emplois étaient plus industriels avec la proximité des fabriques et usines –.

26Si le profil social des habitants de cortiços participe de leur invisibilité, la localisation de leur logement, amplifie et potentialise ironiquement leur accès aux emplois du quartier, augmentant ainsi non pas leur visibilité mais leur crédibilité sur le marché de l’emploi. Ces emplois les laissent toutefois dans la précarité puisque peu rémunérés, imposant des horaires contraignants souvent nocturnes, et n’assurant aucune stabilité de salaires.

27S’illustre ainsi, la situation paradoxale du travail des habitants des cortiços, qui, pour être bien souvent un travail informel, se caractérise par une certaine invisibilité administrative et qui pour autant se présente comme une possibilité d’affirmation, de légitimité où la localisation du logement est un atout.

  • 11 Précisons que des logiques locatives sont toutefois de plus en plus courantes dans les favelas depu (...)

28Le cortiço apparaît comme une solution de logement moins stable que la favela, puisque le caractère rotatif est plus important dans le cortiço, celui-ci étant basé sur un système de location alors que la favela se base sur l’accès à la propriété privée11. Une adresse dans le cortiço, situé dans la ville formelle donne plus de crédibilité aux habitants lorsqu’ils postulent pour un emploi. Il est en effet, beaucoup plus simple de situer une rue cadastrée, telle que la rue Barbosa du quartier de Bela Vista à São Paulo, que de localiser l’un des baraquements d’une favela « non-urbanisée » et donc sans cadastre, ni nom de rues… La localisation du cortiço dans la ville formelle est donc incontestablement et ironiquement un argument de crédibilité et de visibilité pour ses habitants pour l’accès au marché du travail pauliste.

29Le rapport à l’espace urbain des habitants de cortiço est marqué par la préférence d’un référencement du logement avec une adresse précise. Ceci non pas pour “ le prestige de l’adresse elle-même, ou, à défaut, de l’image valorisante dont bénéficie le quartier” [Grafmeyer, 1993] mais pour le simple référencement et l’illusion de visibilité que cette adresse procure.

2.2. Le cortiço, une étape dans différentes trajectoires de vie

30Le cortiço se révèle comme un double sas : un sas temporel dans les trajectoires de vie, comme une étape provisoire et un sas spatial qui positionne ses habitants dans un espace central a priori favorable à un certain accès à la ville. N’ayant pas vocation à être un logement pérenne, il est bien souvent décrit comme un logement provisoire, sorte de tremplin entre deux étapes de la vie. Le fait de souligner qu’il n’a pas vocation à être pérenne ne veut pas dire qu’il ne l’est pas dans certains cas.

Alfredo, retraité de 89 ans, doyen du cortiço dans lequel il vit depuis douze ans, pose un regard passionné et profondément réfléchi sur son lieu de vie. Ancien agent administratif dans le secteur de l’industrie, ce gaúcho explique avoir choisi son lieu de vie et s’y plaire. Pour la somme de 190 reais par mois, il vit dans la partie de la ville qui lui plait le plus, le centre, « De todas as cidades onde eu morei, sempre foi no centro », où il vit d’ailleurs depuis quarante ans. Il a depuis toujours ses habitudes dans le quartier où il peut se déplacer à pied, faire ses courses au marché de Boa Vista. S’il connaît très bien la ville, il quitte très peu son quartier, parfois il prend le bus pour rendre visite à sa famille. Aux premières paroles, la vie dans le cortiço est des plus agréables, mais il en viendra très vite à conseiller de façon subtile de ne pas parler à certains habitants qu’il juge sans éducation et sans savoir-vivre. Les relations avec la propriétaire sont bonnes car elle semble s’occuper de son bien immobilier et de ses locataires. [Paris, 2013]

31À l’opposé de cette étape de trajectoire de vie avancée, le portrait de vie de Fabiana vient témoigner de la diversité des populations présentes dans ces cortiços.

Fabiana habite le premier quarto, à l’entrée du cortiço. Avec son fils Miguel, 7 mois, dans les bras, elle explique vivre avec son mari depuis deux ans dans le seul quarto du cortiço à posséder des toilettes. C’est aussi l’un des seuls à jouir d’une lumière naturelle par la présence de la grande fenêtre donnant sur la rue. Sa mère et ses sœurs, auxquelles elle rend visite régulièrement, à pied, avec son fils habitent dans le centre également. Fabiana est une jeune fille sociable, qui déclare aimer sortir avec ses amis et sa famille. Lorsqu’ils vont à la plage c’est à Pina parce que ce qu’elle aime c’est le désordre et l’agitation. Le seul défaut que voit Fabiana dans son logement, est qu’il est un peu petit pour trois personnes, elle le surnomme « ovo » (œuf) ou encore « burraco » (trou). Elle utilise d’ailleurs fréquemment le pas de porte comme une extension de son logement [Paris, 2013].

32Ces deux exemples d’habitants parmi la population résidente des cortiços interrogée pour l’étude à Recife, soulignent l’hétérogénéité des classes d’âge ainsi que des situations familiales en présence dans cet habitat populaire. Le cortiço représente une solution de logement pour des populations ayant fait le choix de la proximité au centre à différentes temporalités dans leurs trajectoires de vie.

2.3. Une proximité intra-cortiço influant sur les relations des populations habitantes

33L’espace du cortiço est souvent décrit comme un espace confiné, un espace de l’entre-deux, caractérisé par une longitude dans son développement qui rend l’étroitesse et la promiscuité, caractéristiques de cet habitat (photo 4).

Photo 4. Vue depuis l’étage d’un cortiço rue Leão Coroado, Boa Vista, Recife

Photo 4. Vue depuis l’étage d’un cortiço rue Leão Coroado, Boa Vista, Recife

Source : Octavie Paris avril 2013

Les quartos ne sont pas dotés de sanitaires, ainsi, il existe un enchevêtrement entre espace privé et espace commun dans l’espace intra-cortiço puisque l’on passe de l’un à l’autre au sein même du cortiço.

  • 12 Pension, logement souvent à destination d’une population bien plus homogène, pension d’hommes seuls (...)

34Se dénote une absence de sentiment de cause commune qui pourrait animer les habitants, l’effacement d’un ressenti d’appartenance à une même communauté dans le cortiço, contrairement à ce qui est plus facilement observé dans la favela. Cette précarité partagée par les habitants de cortiços ne parvient pas à créer une dynamique, un sentiment de communauté et participe donc plus à une tendance à l’invisibilisation, qui s’expliquerait par un individualisme notable dans ce mode d’habiter pourtant qualifié d’habitat collectif. Individuellement, la population vivant dans les cortiços, ne se reconnaît pas comme habitants de cortiços - certainement du fait de la connotation péjorative du terme -, le mot majoritairement utilisé dans leur discours, est celui de pensão12.

  • 13 « Non parce qu’ici vivent seulement des personnes décentes, il n’y a rien de mal ici. [Un cortiço c (...)

« Não é porque aqui só vivem pessoas decentes, não ha nada mal aqui. [Um cortiço é] onde há muito barulho e desordem.13 » [interrogé n° 16 lors des questionnaires aux habitants, São Paulo, Mars 2013].

Cet habitant explique que son logement n’est pas un cortiço, en justifiant que n’y vivent que des « personnes décentes » et en spécifiant qu’il n’y a « personne de mauvais », à l’inverse un cortiço se caractérise par beaucoup de bruit et de désordre selon lui.

  • 14 Communauté.

35Prenons pour élément de comparaison l’habitat de la favela, le terme étant lui aussi fortement connoté, il est également de coutume pour les habitants de passer par une autre nomenclature, en utilisant plutôt le nom communidade14 qui renvoie à l’idée d’une certaine vie en commun, à une certaine appartenance commune, à un intérêt commun et une cause commune à faire valoir et à défendre.

36Les habitants préfèrent le terme de « pension » à celui de cortiço, le premier renvoyant à moins de préconçus, à moins de connotations négatives. Cette alternative dans le choix des termes participe, toutefois, au caractère confus de la définition du logement en cortiço, puisque, par là même ces populations relativisent les conditions de vie précaires dans lesquelles elles vivent, dont elles s’accommodent finalement, sans revendiquer leurs droits.

  • 15 « Je vais m’habituer », « J’aime bien, il faut bien que je dise que j’aime », « Je me suis habitué (...)

37Si les habitants des cortiços ne rendent pas visibles ces conditions de vie déplorables, il ne semble pas que cela soit par gêne ou par un sentiment de honte mais par une habitude à s’accommoder, mais en raison d’un non accès à l’information , d’une non connaissance de leurs droits ou encore d’une peur d’y perdre au change. Cette capacité et cette disposition (du moins affichée) à s’accommoder à ces conditions de vie se constate dans les réponses aux questionnaires des habitants au sujet de ce qu’ils apprécient et ce qu’ils déplorent dans leur logement, dont voici quelques extraits révélateurs : « vou me acostumbrar », « gosto muito, tenho que dizer que gosto », « me acostumei », « eu sempre morei aqui e quero seguir morando aqui », « nada que possa falar que não gosto, tenho que gostar15 ».

38Lors des questionnaires auprès des habitants, tant à Recife qu’à São Paulo, beaucoup n’ont pas su dire combien d’habitants partageaient ce logement, certains passant alors par la tentative de compter les familles en se référant au nombre de quartos, qu’ils ne parvenaient pas dans tous les cas à dénombrer.

39L’étude de la vie en cortiço met en image l’argument selon lequel la proximité spatiale n’est pas synonyme de proximité sociale [Chamboredon & Lemaire, 1970], ni de proximité de sociabilité. La promiscuité et le surpeuplement amènent plutôt à un fort individualisme qui se retrouve dans l’organisation interne du cortiço.

  • 16 Dans certains cas, cette différence de valeur de loyer s’explique par une surface au sol plus impor (...)

40Ainsi, « diviser pour mieux régner » semble de mise dans l’organisation administrative interne du cortiço puisque le gestionnaire du recouvrement des loyers (qu’il s’agisse de l’intermédiaire, du responsable ou de toute personne tierce au couple habituel propriétaire / locataire) n’a aucune politique d’harmonisation des loyers. En effet, certains habitants de cortiços paient une somme plus élevée que leurs voisins, menant ainsi par extension à l’idée de diviser pour « invisibiliser »16.

41Ces pratiques paraissent donc beaucoup plus diviser les habitants, avec des questions de rivalité, que les unir autour d’une cause commune. Lors d’entretiens réalisés dans un même cortiço à São Paulo, trois habitants ayant pourtant des quartos assez similaires ont déclaré trois valeurs de loyer bien différentes, 500 reais, 600 reais et 630 Reais respectivement.

42Plus que la pauvreté, c’est plutôt la précarité qui caractérise la situation des habitants de cortiços. La précarité et la pauvreté étant deux situations distinctes bien qu’étroitement liées, – la première pouvant engendrer la seconde – la précarité se référant plus aux notions d’instabilité et de caractère provisoire.

43Toutefois, cette précarité n’est pas la principale – ou du moins l’unique – cause de la dissolution de l’individu dans le cortiço, celle-ci s’expliquant plutôt par l’organisation administrative interne de ce mode d’habiter qui vient s’ajouter à la promiscuité interne.

  • 17 « Une autre caractéristique notable est que dans la favela il existe une sorte d’union, dans l’idée (...)

« Outra caracteristica bem forte também é que na favela existe aquela união, tipo “Unão faz a força” em cortiço não existe esto. Em cortiço, as familias são quem cada qual, existe um individualismo muito forte. E que eles estão ahi para trabalhar, a meta deles é o trabalho e não é aquela relação de abrir porta e de discutar numa comunidade vamos dizer.17  »[Entretien avec une éducatrice sociale de la Mairie de São Paulo, avril 2013].

  • 18 Cette régularité est relative puisque le bail est bien souvent un accord tacite.

44Les populations des cortiços présentent une échelle de valeurs différente de ce que pourrait établir d’autres populations en termes de priorités. Ainsi, elles ont préféré privilégier l’argument de la proximité au centre-ville et à ses aménités, quitte à devoir s’acquitter d’un loyer. C’est en cela que les populations vivant en cortiços ne peuvent être stigmatisées comme des populations pauvres ou du moins extrêmement pauvres car elles doivent assurer une entrée d’argent permettant le paiement régulier18 d’un loyer. Cette obligation démarque cet habitat des squats et autres invasions également présents dans le centre-ville des deux métropoles de l’étude.

  • 19 Front de Lutte pour le Logement
  • 20 Union des Mouvements de Logement Populaire

45Les ONG et les mouvements sociaux ont un rôle déterminant à jouer dans la reconnaissance des droits des habitants des cortiços. À São Paulo surtout, et à Recife dans une moindre mesure, ces mouvements sociaux occupent une place très importante. À l’échelle nationale le MST, le Mouvement des Sans-Terre luttant pour une réforme agraire, a son pendant dans le contexte urbain, avec le mouvement social Frente de Luta pela Moradia19 (FLM) ou encore l’União dos Movimentos de Moradia Popular20 (UNMP) qui organise notamment des occupations d’immeubles vides du centre de la ville marquées par la présence de drapeaux rouges, identifiant le mouvement. Dans leur définition, les mouvements sociaux supposent « continuité, organisation, présence de projets et de stratégies concertées, identification du groupe mobilisé et de ses adversaires » [Dubet, 1996 : 33]. Or, les habitants de cortiços ne se reconnaissant pas comme tels, il n’existe pas de conscience (qu’elle soit particulière ou commune) et donc encore moins d’affirmation et de revendication – pour de multiples raisons historiques, sociétales… – fragilisant, ainsi, la possibilité d’une conscience de groupe, d’une cause commune. « L’identification du groupe mobilisé » étant défaillante dans le cas des cortiços, toutes les autres composantes d’un mouvement social paraissent difficilement réalisables, il ne semble pouvoir y avoir ni continuité, ni organisation.

Éléments de conclusion

46Il résulte de ces deux cas d’étude sur les populations des cortiços de Recife et de São Paulo que si elles présentent quelques caractéristiques récurrentes (le caractère multifamilial de l’habitat, l’acceptation de conditions de vie précaire contre l’avantage de la centralité urbaine…), elles sont marquées par une hétérogénéité qui les éloignent des stéréotypes qui leurs sont souvent attenants. Loin d’être des populations marginales ou encore des populations de mauvaises mœurs, les populations vivant en cortiço sont des familles de travailleurs (certes bien souvent dans le secteur informel) dont les enfants sont scolarisés, participent aux activités de quartier… Comme nous l’avons avancé, il ne s’agit pas là de populations extrêmement pauvres puisque le caractère locatif de l’habitat en cortiço sous-tend l’acquittement d’un loyer chaque mois pour occuper le quarto et les espaces communs tels que les sanitaires collectifs. Les résidents des cortiços ne se reconnaissent souvent pas comme tels, il ne semble pas exister de revendications fortes d’appartenance à un groupe de résidents, le sentiment de communauté n’est pas présent généralement dans l’espace intra-cortiço. Ce propos est à nuancer dans le cas de São Paulo où existe une association appelée Forum de Cortiço qui regroupe différents acteurs dont quelques habitants de différents cortiços des quartiers centraux mais dont l’action et les revendications sont limitées et de faible portée. De nombreux traits du concept d’invisibilité urbaine font donc partie de la réalité de l’habitat en cortiço dans le contexte actuel des métropoles brésiliennes telles que Recife et São Paulo. Ceci fait de ces résidents une population au régime de visibilité singulier marquée par une position d’entre-deux (visible / invisible, formel / informel, avantages / désavantages de la centralité…).

Haut de page

Bibliographie

APPERT M. (2008), Ville globale versus ville patrimoniale ? Des tensions entre libéralisation de la skyline de Londres et préservation des vues historiques, Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 48 / 1-2.

AZEVEDO A. (2006), O cortiço (36a. ed.). São Paulo : Ed. Ática.

BARLES S., JARDEL S. (2005), L’urbanisme souterrain, Rapport de recherche pour le compte de l’Atelier Parisien d’Urbanisme.

BERNARDINO I.L. (2008), Morar no centro : Estratégias de incentivo ao uso habitacional do sítio histórico da Boa Vista, Thèse, Architecture, Universidade Federal de Pernambuco.

BRUNET R., FERRAS R., THÉRY H., (2005), Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Reclus – La Documentation Française.

CAVALCANTI H. et al. (2008), Mosaico urbano do Recife : Inclusão/Exclusão Socioambiental, Fundaj, Ed. Massangana.

CHAMBORÉDON J.-C., LEMAIRE, M. (1970), Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement, Revue Française de Sociologie, vol. 11, n° 1, pp. 3-33.

COLLIGNON B., STASZAK J.-F. [dir.] (2004), Espaces domestiques : construire, habiter, représenter, Rosny-sous-Bois, Bréal.

DONZELOT J. (2004), La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification, Revue Esprit.

DUBET F. (1996), Des jeunesses et des sociologies. Le cas français, Sociologies et sociétés, vol. XXVIII, n° 1, (printemps), p. 33.

FREYRE G. (1936), Sobrados e Mocambos, Ed. Livros do Brasil Lisboa

GERVAIS-LAMBONY P. (2007), Vies Citadines, Belin, Collection Mappemonde.

GRAVARI-BARBAS M. (2005), Habiter le patrimoine, Presses Universitaires de Rennes.

GRAFMAYER Y. (1991), Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, Éd. du CNRS/Presses universitaires de Lyon/PPSH, Paris-Lyon.

LACERDA N. (2011), Mercado imobiliário de aluguel em áreas pobres e Teoria das Convenções, Centro de Estudos Avançados da Conservação Integrada (CECI).

LEHMAN-FRISCH S. (2009), La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche, Annales de Géographie, n° 665-666, pp. 94-115, téléchargé le 19 Juin 2012, URL : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/42/17/34/PDF/Lehman-Frisch_Annales_2009.pdf

LÉVY, J., LUSSAULT, M. [dir.] (2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin.

LOPEZ A., FRANÇA E., PARDO COSTA K. et al. (2010), Os cortiços : A experência de São Paulo, Prefeitura de São Paulo.

MONBEIG P. (1953), La croissance de la ville de São Paulo, Revue de Géographie Alpine, vol. 41, n° 1, pp. 59-97.

PICCINI A. (2004), Cortiços na cidade: conceito e preconceito na reestruturação do centro urbano de São Paulo, 2nda ed. São Paulo Annablume.

RÉMY J. (2002) “Ville visible, ville invisible : un réseau auréolaire ?”, in J.-P. Lévy, F. Dureau [Dir], L’accès à la ville : les mobilités spatiales en questions, L’Harmattan, Coll. Habitat et Sociétés.

RIVIÈRE D’ARC, H. (1997),Territoires urbains et société dans la globalisation, Strates [En ligne], 9 | 1997, mis en ligne le 19 octobre 2005. URL : http://strates.revues.org/616

VALLADARES L. (2006), La favela d'un siècle à l'autre, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

VAZ L.F. (1994), Dos cortiços às favelas e aos edíficios de apartamentos – a modernização da moradia no Rio de Janeiro, Análise social, vol. XXIX (3), pp. 581-597.

Haut de page

Notes

1 « la graine de la favela », Vaz fait partie des auteurs qui défendent l’idée que la favela s’est développée en périphérie des grandes villes brésiliennes face à l’incapacité des pouvoirs publics à trouver une solution au dit « problème » des cortiços du centre, face à la très forte augmentation de la population pauvre urbaine.

2 Comme s’interroge Sonia Lehman-Frisch, dans « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche. » 2009 in Annales de Géographie, n°665-666, pp 94 – 115, en affirmant qu’on assimile bien souvent de façon erronée la ségrégation à une injustice spatiale.

3 Il convient ici de souligner que ce terme est parfois utilisé pour désigner d’autres types de logement en périphéries, résultat d’une confusion puisqu’ils ne présentent pas les mêmes caractéristiques de bâti et d’avantages de localisation que les cortiços. Les logements ouvriers en préfabriqués du port du Suapé, au Sud de Recife, parfois appelés cortiços sont un exemple.

4 Habitants de rue.

5 « Régime de visibilité » défini, dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, de Lévy et Lussault, comme suit : «cette advenue au visible, cette présentation aux regards… » qui permet que « [leur] existence au sein de la société se cristallise.» puisque « parler d’espace, c’est évoquer le régime de visibilité des substances sociales.» [Levy, Lussault, 2003 : 997].

6 Cabanes en bois sur pilotis sont également partie intégrante du paysage urbain recifense. Elles font l’objet de nombreuses polémiques avec l’implantation de grands projets urbains visant à l’effacement de ces logements populaires des marges des fleuves de la ville tel le programme Capibaribe Melhor.

7 Maisons de maîtres souvent à un étage au moins.

8 « Une grande quantité d’immigrants arrivait dans la ville pour occuper des espaces de travail dans les usines et les industries. Ces travailleurs, généralement rémunérés avec de bas salaires, n’avaient pas les ressources pour acquérir un logement ou pour payer un loyer en habitat unifamilial. Ainsi, pourtant interdits, les cortiços sont devenus l’option de logement la plus viable et la plus courante de cette partie de la population.»

9 Petit travail informel.

10 Ceux-ci restant des droits peu connus par ces travailleurs et dont l’efficacité est bien souvent critiquée, notamment face au système public de la santé déplorable à São Paulo.

11 Précisons que des logiques locatives sont toutefois de plus en plus courantes dans les favelas depuis quelques années [Lacerda, 2011].

12 Pension, logement souvent à destination d’une population bien plus homogène, pension d’hommes seuls, pensions de femmes seules, pensions pour retraités, ciblant une population précise et ne répondant pas au critère multifamilial.

13 « Non parce qu’ici vivent seulement des personnes décentes, il n’y a rien de mal ici. [Un cortiço c’est] où il y a beaucoup de bruit et de désordre. »

14 Communauté.

15 « Je vais m’habituer », « J’aime bien, il faut bien que je dise que j’aime », « Je me suis habitué », « j’ai toujours habité ici et je veux continuer à vivre ici », « Il n’y a rien que je puisse dire que je n’aime pas, je dois aimer ».

16 Dans certains cas, cette différence de valeur de loyer s’explique par une surface au sol plus importante du quarto loué, ou d’une meilleure localisation dans l’ensemble du cortiço ou encore parce qu’y vivent un nombre plus important de personnes que dans le quarto d’à côté, mais ces explications qui pourraient justifier cette irrégularité dans les valeurs des loyers au sein d’un même cortiço ne sont pas toujours avérées et ne peuvent pas toujours expliquer ces différences de valeurs.

17 « Une autre caractéristique notable est que dans la favela il existe une sorte d’union, dans l’idée de « L’union fait la force » dans le cortiço on ne retrouve pas cela. Dans le cortiço, les familles sont chacune dans leur coin, il existe un individualisme très fort. Elles sont là pour travailler, leur objectif est de travailler et non pas de développer ce genre de sociabilité de pas-de-porte en discutant comme une communauté ».

18 Cette régularité est relative puisque le bail est bien souvent un accord tacite.

19 Front de Lutte pour le Logement

20 Union des Mouvements de Logement Populaire

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Contraste vertical cortiços et tours, rue Santo Amaro, Bela Vista, São Paulo
Crédits Source : Octavie Paris, avril 2012
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 2. Cortiço Rua da Gloria, Boa Vista, Recife
Crédits Source : Octavie Paris, mars 2013
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 3. Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço, Rua Vicente Prado, Bela Vista, São Paulo
Crédits Source : Octavie Paris, mai 2012.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 4. Vue depuis l’étage d’un cortiço rue Leão Coroado, Boa Vista, Recife
Crédits Source : Octavie Paris avril 2013
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Octavie Paris, « Les populations des cortiços », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/5842 ; DOI : 10.4000/eps.5842

Haut de page

Auteur

Octavie Paris

Doctorante en géographie
Université Jean Moulin Lyon III
UMR 5600 - EVS (CRGA)
18 rue Chevreul
69362 LYON CEDEX 07
octavie.paris@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals