Navigation – Plan du site
Articles

Les « gardiens de la forêt » : l'extractivisme de ressources naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne

Rain-Forest Guardians”: Natural Resources Extractivism and Dependence on Public Policies in Brazilian Amazon
Luna Gámez

Résumés

Les populations traditionnelles de l'Amazonie brésilienne ont vécu une exclusion sociale historique comme conséquence de la marginalité de leur système de production : l'extraction de produits de la forêt. Cependant, ces populations expérimentent aujourd’hui une revalorisation de leur identité à partir de l'élaboration de projets de développement durable qui leur attribuent le rôle de « gardiens de la forêt », du fait de leurs savoirs traditionnels. Néanmoins, cette reconnaissance entraîne paradoxalement des difficultés économiques pour ces populations, qui présentent une forte dépendance à l’égard des politiques publiques de protection sociale. Notre cas d’étude porte sur une commune de l’Île de Marajó, où les interventions institutionnelles, à travers les politiques publiques, et l´intensification de l´exploitation du fruit de palmiers d’açaï (Euterpe oleracea) entraîne des changements dans les modes de vie des populations traditionnelles de l´Amazonie. Ces transformations ont aussi un impact sur la capacité de mobilisation sociale de ces communautés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La désignation Amazonie brésilienne fait référence au territoire connu comme Amazonie Légale, une r (...)

1L'Amazonie brésilienne1, avec 25 millions de personnes peuplant cinq millions de km2, fait l’objet de multiples interventions de l'État [Adams, 2009] visant à améliorer les conditions de vie des populations traditionnelles habitant la région. Les connaissances traditionnelles de ces populations contribuent de façon très significative à l´économie régionale et nationale [Brondizio, 2008], lesquelles ont expérimenté différentes phases économiques en passant de l´extraction du caoutchouc à l´élevage et plus récemment à l´extraction du fruit du palmier açaï (Euterpe oleracea).

L´Île de Marajó, située dans l´État de Pará (Brésil) est une région qui historiquement a été soumise à des rapports de forces contournant les inégalités socio-économiques [Brondizio et Siqueira, 1997] et ses habitants ont développé une admirable créativité pour la gestion des ressources existantes et pour l´organisation de leurs vies autour de ces possibilités. Cette relation homme-nature est représentative de l´importance du rôle que ces populations jouent dans le développement durable de l´Amazonie.

Dans l´observation des formes de vie des populations traditionnelles amazoniennes il est important de considérer la mise en place des politiques publiques d´ordre social et environnemental et l´intensification de l´extraction du fruit de l´açaï [Brondizio, 2008].

L´actuel système de production et de commercialisation de l´açaï est un clair reflet de l´interdépendance existant entre les régions rurales et urbaines qui caractérise l´Amazonie [Adams, 2009 ; Padoch et al., 2008]. Quant à l´analyse du système extractiviste, elle permet d’appréhender les défis de la région et la position des petits producteurs à l’intérieur des systèmes de production et de commercialisation.

  • 2 La Bolsa Familia est un transfert monétaire conditionné pour les familles aux bas revenus en échang (...)

La valorisation des produits extractivistes remonte aux années 1990, lorsque le mouvement de valorisation environnementale a ouvert la voie à un tournant socio-économique. Or, depuis les années 2000, l´Amazonie a connu un autre tournant grâce à l'introduction de programmes de transfert monétaire (notamment la Bolsa Família et la Bolsa Verde2) et la reconnaissance du droit à la retraite rurale, comme résultat du Plano Brasil sem Miséria, le programme de lutte contre la pauvreté lancé par le Président Luiz Inácio Lula da Silva.

Notre article s’interroge sur la manière dont ces grands tournants façonnent les stratégies de vie et de production des populations traditionnelles en Amazonie et les défis auxquels ils font face dans le panorama actuel de mise en place des politiques publiques. Nous partons de l'hypothèse que ces changements dans la région ont une influence directe sur les stratégies socio-économiques des ménages, et que ces stratégies infléchissent les formes d’engagements sociaux vers une réorientation plus individualiste, du fait de l’universalité des politiques de transfert.

Après une contextualisation historique et socio-économique de la région étudiée, la commune de Ponta de Pedras dans l´île de Marajó, notamment sous l’angle de l'évolution des activités agro-forestières, nous examinerons l´identité et l´exclusion sociale des populations traditionnelles de la région estuarienne de l´Amazonie. Le système de production extractiviste qui caractérise la région, nous servira de fil conducteur pour cette contextualisation. Nous exposerons ensuite les résultats de l’enquête de terrain et l´analyse des variables qui ont de l´influence sur les modes de vie des populations traditionnelles.

Socio-économie de l'Amazonie : les populations traditionnelles et le système extractiviste

2Les populations traditionnelles de l´Amazonie sont issues d'un processus de miscégénation qui a conduit à la naissance des caboclos – « habitants de la forêt », population vulnérable du fait de sa relégation dans le système de production et de commercialisation des produits d’extraction (peaux, plumes, fruits et produits forestiers ligneux et non ligneux). Les savoirs mis en œuvre par ces petits exploitants et collecteurs étaient ignorés, ce qui amène les spécialistes de l’Amazonie à évoquer leur « invisibilité » [Adams et al., 2006].

3Selon la définition scientifique, les caboclos sont la population native, mais non indienne, qui provient d´une miscégénation des Indiens de l´Amazonie avec les colonisateurs portugais, les Africains, mais principalement avec les migrants du Nordeste brésilien, venus collecter le caoutchouc lors du boom de la fin du XIXe siècle. Selon l´usage local du terme, un caboclo est une personne de basse condition sociale et économique, et cette désignation exprime un fort préjugé socioculturel [Brondizio et Siqueira, 1997].

Selon Brondizio et Siqueira (1997), ces populations traditionnelles sont des « petits producteurs » qui produisent pour leur subsistance mais aussi pour le marché, en mobilisant les connaissances traditionnelles et le travail de la famille. Un des principaux préjudices dans la reconnaissance de ces populations est la relégation de leur système agro-forestier de production, l´extractivisme [Brondizio et Siqueira, 1997].

Le terme extrativismo, emprunté au portugais, désigne les systèmes d´exploitation des ressources spontanées destinées à une commercialisation [Emperaire, 1994]. Dans le cas de l´açaï, l’extractivisme concerne des produits alimentaires destinés à la consommation locale ou régionale, mais aussi à la commercialisation.

4La recherche des produits forestiers a été l´un des éléments majeurs du processus d´occupation des terres et de la formation de l´économie amazonienne. Mais, longtemps, les pouvoirs politique et économique se sont conjugués pour s´assurer l´exclusivité de l´exploitation des ressources naturelles au profit des oligarques [Emperaire, 1994].

5Même avec un impact macro-économique limité, l´extractivisme touche à des degrés divers environ deux millions de personnes, soit la moitié de la population rurale en Amazonie [Emperaire, 1994]. La demande croissante et l´augmentation des prix ont amené l´açaï à devenir la principale activité agricole et économique des populations de ces communautés.

  • 3 La Théologie de la Libération est un mouvement social progressiste de rupture religieuse à partir d (...)
  • 4 À Marajó, le syndicat le plus actif dans ces mobilisations était le Syndicat des Travailleurs Rurau (...)

6Dans l'Île de Marajó, l’interaction entre la globalisation des produits forestiers, l'intensification de l’utilisation de la terre et la mise en place de programmes publics transforment la réalité contemporaine rurale et urbaine de la région. À partir des années 1970, les élites se trouvent contestées par les mouvements sociaux de lutte pour la terre et pour les droits des plus pauvres, inspirés par la Théologie de la Libération3. À partir de ce moment la dynamique sociale s’oriente vers une organisation communautaire encouragée par l´Église. L'organisation communautaire et la participation de la population au sein de regroupements d'activités de la société civile, tels que les Communautés Ecclésiastiques de Base (CEBs), l'église, les groupes de travail communautaire (mutirões) ou les syndicats4 deviennent une condition sine qua non pour lutter contre les intérêts économiques et politiques portant atteinte aux ressources et activités traditionnelles.

  • 5 La raison de l´affaiblissement des mobilisations et de l´engagement politique communautaire fait l´ (...)

Mais, depuis le début de ce siècle, - c’est notre hypothèse5 - la mobilisation sociale et l´engagement communautaire tendent à s’affaiblir, à mesure que la présence de l´État augmente dans la région.

Au niveau des politiques de développement durable, de nouveaux objectifs sont apparus, principalement à partir de l'Alliance environnementale de 1989 et du Sommet de la Terre de Rio en 1992. Selon Le Tourneau et Kohler [2011], l'Amazonie s'est alors ouverte et elle est entrée dans « l'ère du développement durable » [Ibídem]. D’un côté, la région a expérimenté un processus de valorisation environnementale et, d´un autre, l'économie amazonienne a vécu une expansion agro-industrielle et une globalisation des produits régionaux [Brondizio, 2008].

Face à la croissance de la demande de produits de la forêt, une nouvelle politique publique a été approuvée en 2011, la Bolsa Verde, dont le but est d’éviter l´extraction massive de certaines ressources et de contrôler les pratiques agricoles susceptibles de menacer la durabilité de la forêt.

Le contexte de l´étude sur l'île de Marajó

  • 6 Ce premier travail a consisté en l´analyse statistique des résultats des enquêtes de terrains réali (...)
  • 7 Travail mené dans le cadre d’un Master 2 dirigé par Florent Kohler. Le travail de terrain et la pér (...)

7Afin d´illustrer notre hypothèse au sujet de l´impact des politiques publiques sur la forme de vie des populations traditionnelles, nous avons effectué un travail sur le terrain de cinq semaines dans la commune de Ponta de Pedras, sur l´île de Marajó. Les données et idées exposées dans cet article s´appuient sur un premier travail de recherche de Master fondé sur des données existantes6, et sur les informations recueillies au cours du travail de terrain mené en 20147.

  • 8 Densité de population de 7,73 au km² selon les données du recensement IBGE (Institut Brésilien de G (...)

Ponta de Pedras a une population de 25 999 habitants résidant sur une superficie de 3365 km2 [IBGE, 2010]8. Cette région a été choisie car elle est représentative de notre problématique : au-delà de l´impact des politiques publiques, l´intensification de l´extractivisme de l´açaï façonne également la réalité socio-économique de la région.

Emplacement de la commune de Ponta de Pedras

Emplacement de la commune de Ponta de Pedras

Source : Costa et al., 2012.

Photo 1. Maisons d´un quartier de la ville de Ponta de Pedras

Photo 1. Maisons d´un quartier de la ville de Ponta de Pedras

8L´Île de Marajó est située dans le nord de l´État brésilien de Pará, à l´embouchure des fleuves Amazone et Tocantins. Avec une superficie de presque 50 000 km2, elle est la plus grande île deltaïque du monde. Ses ressources naturelles façonnent l´économie régionale.

Il y a 16 communes sur l´île de Marajó mais ce travail est concentré dans la commune de Ponta de Pedras située dans la partie est de l´Île, à une distance de 60 km en bateau de la ville de Belém –capitale de l´État de Pará–, le grand centre commercial où est envoyée la majeure partie de la production d´açaï ponta-pedrense.

Le travail était à la fois qualitatif (observation participante) et quantitatif. Une dizaine d’entretiens ont été menés avec les acteurs institutionnels –principalement de la Préfecture de la commune– et 31 questionnaires ont été appliqués parmi la population locale, en prenant les unités domestiques comme unités d´analyse. L’objet de ces questionnaires était l´étude du comportement socio-économique de la population de la région, par rapport à sa situation foncière et à ses liens avec les appuis externes (Églises ou syndicats, par exemple) ou les allocations sociales de l´État.

Stratégies de vie dans les communautés de Ponta de Pedras : approche qualitative

  • 9 Données fournies par la Secrétaire de Développement Sociale de la Préfecture de Ponta de Pedras.
  • 10 À partir de la Constitution Fédérale de 1988 au Brésil, les agriculteurs familiaux et salariés rura (...)

9Même soumis à une phase d´expansion économique, Ponta de Pedras, présentait dans les années 1990 et présente encore des indices de pauvreté élevés. 40 % de la population était en situation de pauvreté selon les données de l´IBGE de 2003. Les données de l´IBGE d´avril 2014 confirment qu’il y a, à Ponta de Pedras, 5336 familles, soit 20 468 personnes enregistrées dans le Cadastro Único, le système de gestion des données pour la Bolsa Familia. Ces individus sont en situation de pauvreté ou d´extrême pauvreté, avec des revenus inférieurs à R$ 140 (US$ 58). 4058 familles remplissent les conditions nécessaires pour recevoir la Bolsa Familia.9. La retraite rurale10 est, avec la Bolsa Familia, le deuxième principal revenu de transfert, comme nous le verrons dans les parties suivantes.

  • 11 47,8% de la population ponta-pedrense habite dans la zone urbaine de la commune [IBGE, 2010]. La po (...)

Dans ce contexte de transformations politiques et économiques, la commune de Ponta de Pedras11 suit la tendance de l´ensemble de l’Amazonie. La dynamique politique et la stabilité économique ont des impacts sur la population locale. Entre 1969 et 2010, la population urbaine de la région a augmenté de 520 % (de 2300 habitants en 1970 à 10 421 en 2010) [IBGE, 2010], avec une intensification particulière entre 1991 et 2010, moment où la demande internationale d´açaï explose, et par conséquent l’intensification de la production du fruit.

  • 12 Les techniques de gestion des açaizais (grands ensembles des palmiers d´açaï) sont principalement l (...)

Selon les données de l’IBGE de 2010, la commune de Ponta de Pedras est la région de producteurs d´açaï la plus importante au Brésil. Comme conséquence de la croissance de la demande, ces producteurs ont profité de l´accès au marché en intensifiant leur production grâce aux connaissances traditionnelles de l´extractivisme et de gestion de la forêt12.

L´économie basée sur la production de ce fruit a encouragé plusieurs changements dans la dynamique rurale et urbaine. La population de Ponta de Pedras partage des stratégies socio-économiques homogènes pour s´adapter à la situation. On rencontre en revanche une grande variété de situations selon les familles en fonction d’éléments variables comme la situation foncière, l´accès à l´éducation ou la localisation. Les stratégies de vie changent profondément selon que les familles résident en territoire inondable (várzea), favorables à la culture d’açaï, ou en zone de terre ferme (terra firme), permettant la culture sur brûlis (abattis dits localement roças).

Différences entre la Várzea et la Roca

Cas 1

  • 13 Les noms des informateurs ont été changés.

10Josué13 a 71 ans et il habite avec sa femme, Rita, qui a le même âge et avec ses deux fils (22 et 25 ans). Ils habitent dans la communauté Antonio Vieira dans une région de terra firme. Ils sont tous deux à la retraite (principale source de revenus du ménage), mais ils dépensent ces allocations principalement pour suivre des cours à la ville. Ces revenus se combinent avec la pisciculture, l´élevage de porcs et la culture de haricots et autres fruits. De plus, la famille reçoit l´allocation Bolsa Familia depuis six ans, revenu fixe qu´ils utilisent pour faire face aux charges d´électricité et d´eau. La récolte annuelle d´açaï est faible et destinée à leur consommation personnelle. Ils ont demandé un crédit de R$ 4.000 (US$ 1650) à la banque pour restaurer leur maison et ils ne l´ont pas encore remboursé. Ils ont fait une tentative d´élevage de poulet mais ce n’était pas rentable. Maintenant, ils jouissent d’une certaine stabilité économique grâce à la pisciculture. Ils ont construit un premier étang avec l´aide du dernier maire de Ponta de Pedras. En raison de l´échec de cette première tentative, ils se sont associés avec le président du syndicat de la Colonia de Pescadores pour construire un deuxième étang. Le syndicat leurs offre l´alimentation des poissons et une voiture avec coffre réfrigéré pour le transport des poissons, principalement des tambaquis (Colossoma macropomum). La famille paie la taxe publique pour vendre la production sur le marché local. Ils reçoivent l´aide technique et l´orientation de l´EMATER (Entreprise d´assistance technique et d’extension rurale -Empresa de Assistência Técnica e Extensão Rural), organisation qui veille également à ce que les exigences environnementales soient remplies.

Josué affirme que la retraite ne leur assure pas des revenus suffisants et que leurs fils, même s’ils ont étudié, ne trouvent pas d´emploi. Il affirme également qu’ils ont vécu des difficultés économiques du fait des restrictions imposées par les nouvelles lois environnementales. C´est la raison pour laquelle ils ont décidé de se consacrer plus fortement à l´élevage des animaux. « On sait que notre activité ne peut pas avoir d’impact mais si la Préfecture ne nous donne pas une assistance pour débroussailler nous ne pouvons pas le faire à la main. La situation a empiré. Maintenant tout est payant, avant les familles pouvaient survivre avec l´agriculture. Actuellement les enfants sont plus paresseux, ils pensent seulement à étudier mais il n´y a pas de travail. On doit aussi faire face à la protection de la forêt, aujourd´hui on ne peut même pas couper une feuille. Alors, les familles perdent leur motivation pour l´agriculture ».

Dans la famille de Josué et Rita, tous vont au culte évangélique de l´Église Assembleia de Deus trois fois par semaine, et ils payent la dîme mensuelle et l´obole les jours de célébration.

Cas 2

11Maria et João ont respectivement 30 et 40 ans et ils habitent avec leurs trois enfants dans la communauté de Copichaua depuis 11 ans. Leur résidence se trouve à cheval sur une zone de várzea et une de terre ferme. Le terrain leur a été donné par la coopérative de l´Église catholique dont le père de Joao faisait partie. Ils font partie d´un projet de l´EMATER pour la culture d’agrumes en combinaison avec des cultures d´alimentation (manioc, maïs et haricots). Cinq familles appartiennent à la coopérative, mais Maria et João sont les principaux producteurs des cultures en raison de leur proximité. Ces cinq familles ont aussi intégré deux projets PAS (production agro-écologique intégrée durable), un pour l´élevage de poulets et un autre pour la culture maraîchère. Ils expliquent que pour le moment les revenus des projets sont faibles et le travail est dur, ce qui décourage la participation active des autres familles et entrave l’efficacité de la coopérative.

  • 14 Le paneiro est un panier utilisé pour stocker et transporter les fruits de l´açaï, chaque paneiro a (...)
  • 15 La saison forte correspond à la période de la récolte pendant les derniers mois de l´année (princip (...)
  • 16 Maria et João ont vendu à des intermédiaires leurs paneiros entre R$ 6 et R$ 8 selon la période de (...)

Une autre ressource importante pour le ménage est l´extraction de l´açaï. Pendant la dernière saison d´extraction ils ont vendu autour de 400 paneiros14 (5600 kg) à un intermédiaire. Ils ont vendu une petite partie pendant la saison forte15 à R$ 6 (US$ 2,5) par paneiro, mais le reste ils l´ont gardé pour le vendre pendant l´entresafra (période entre une récolte et la suivante), moment où le prix était à R$ 816 (US$ 3,3) par paneiro. Ils développent des techniques de gestion des açaizais principalement à partir du nettoyage et de l´abattage des plus grands palmiers, dont ils peuvent extraire le cœur de palmier (palmito) qui est aussi vendu aux intermédiaires.

Ils ont une économie diversifiée grâce à leur emplacement entre le territoire inondable (várzea) -avec des açaizais- et les prairies, qui leur permettent de cultiver en terre ferme. La principale source de revenus pour la famille est la vente de l´açaï, suivie par le commerce de la farine de manioc et les poulets. Ils reçoivent en plus l´aide de la Bolsa Familia, du Seguro Defeso et la Bolsa Verde. Ils sont membres du syndicat de la Colonia de Pescadores, qui leur donne le Seguro Defeso et l´allocation maternelle (auxilio maternidade). Ils affirment qu´ils ne sortent de la communauté que pour aller à l´église les dimanches. Ils paient la dîme tous les mois et l´aumône les jours de culte.

Cas 3

  • 17 Le prix de l´essence est d’environ R$ 4 le litre (US$ 1,25). Ils dépensent donc entre R$ 12 et 16 ( (...)

12Dans une maison sur pilotis au-dessus de la rivière Fortaleza habitent Roberto et Claudia, respectivement 65 et 53 ans. Ils sont dans la communauté Fortaleza 2-Santa Rita et ils ont deux enfants adultes. Ils sont métayers et la maison ne leur appartient pas. Roberto est né là car son père était déjà métayer pour le même patron. Dans la propriété, cinq familles travaillent pour ce patron. Ils font l´extraction de l´açaï et reçoivent l´argent correspondant à la moitié de la récolte. Ils travaillent à l´extraction du lundi au samedi et tous les jours ils portent l´açaï chez le patron, mais ce sont Roberto et Claudia qui paient le combustible dépensé, environ 3 à 4 litres d´essence par jour17. C´est le patron qui transporte la production de toute la semaine au grand marché de Belém où elle est vendue. Après la vente, le patron leur remet la valeur correspondant à la moitié de la quantité qu´ils ont récoltée. Les frais de transport pour aller à Belém sont déduits. Roberto et Claudia n’ont pas leur mot à dire sur le prix du transport ou le prix de vente de l´açaï. Ils affirment que l´extraction du fruit des palmiers leur procure des revenus réduits une fois déduites toutes les dépenses, mais ils peuvent consommer de l´açaï à volonté. Ils font aussi l´élevage des porcs, selon le même système que celui de l´açaï.

La principale source de revenus pour le ménage est la retraite de Roberto correspondant à un salaire minimum. Ils n´ont ni la Bolsa Familia ni la Bolsa Verde. Les enfants sont membres du syndicat de la Colonia de Pescadores et ils ont tous deux le bénéfice du Seguro Defeso. Roberto et Claudia affirment avoir parfois des problèmes pour aller à la ville de Ponta de Pedras pour acheter des produits alimentaires comme la farine ou le riz, mais ils disent qu’en habitant sur la rivière, au moins, ils peuvent toujours pêcher. La maison est humble et l´eau de pluie de la nuit antérieure éclabousse nos têtes tandis que nous parlons dans la pièce principale de la maison où nous sommes assis par terre. Le patron ne leur permet ni de changer le toit de la maison qui est en paille, ni de mettre des nouvelles fenêtres plus résistantes. Ils n´ont pas non plus l´électricité, parce que le patron ne les aide pas et qu’ils n´ont pas encore eu la possibilité de pouvoir acheter un générateur. Ils reconnaissent que « depuis 10 ans l´économie de la région s’est améliorée grâce à la valorisation de l´açaï et à l´augmentation de la demande, mais, dans leur cas, c´est seulement le patron qui a vraiment bénéficié de ce changement ».

Stratégies de vie dans les communautés de Ponta de Pedras : approche quantitative

  • 18 L´échantillon des enquêtes a été de 31 unités familiales analysées, dont 77% en contexte urbain et (...)

13À partir des enquêtes de terrain18 on constate que 87 % des unités domestiques analysées ont des cultures d´açaï, mais la production est principalement destinée à la consommation des familles. Seuls 35 % de l´échantillon destinent une partie de leur production à la vente, soit dans le marché de Ponta de Pedras soit à Belém. La raison est que la plupart des familles ont des propriétés réduites ou sont métayers (meeiros) et l´excédent de production va au patron. Seuls 16 % des ménages ont la production et vente d´açaï comme première source de revenus (figure 1).

Toujours dans le secteur primaire, 71 % des personnes interrogées pratiquent la pêche, mais seulement 29 % vendent le poisson, le plus souvent de façon informelle entre voisins. 6 % de l´échantillon ont la pêche comme principale source de revenus pour le ménage (figure 1).

Figure 1. Pourcentage des familles selon la première source de revenus du ménage à Ponta de Pedras

Figure 1. Pourcentage des familles selon la première source de revenus du ménage à Ponta de Pedras

Source : L. Gámez (2014), à partir des données du travail de terrain sur les enquêtes socio-économiques (échantillon 31 ménages).

14On constate que 26 % des familles ont des emplois indépendants comme première source de revenus (la plupart comme intermédiaires de transport d’açaï), mais ces travaux, de même que la pêche et l´extractivisme de l´açaí pour la vente, sont toujours des activités irrégulières, informelles et liées au secteur primaire. L´échantillon présente montre ainsi que 32 % de la population à Ponta de Pedras a pour première source de revenus des activités dépendant des ressources naturelles et non taxées, qui ne génèrent pas d’impôts pour la municipalité de la commune.

Parmi les unités domestiques, seules 10 % ont un emploi formel comme première ressource. Ce sont des emplois dans le secteur public géré par la mairie de la commune, mais cela ne peut absorber qu´une petite partie de la population. Ce sont les seuls emplois formels existant dans la région avec le développement récent de quelques occupations dans le secteur du commerce (de nourriture ou de vêtements entre autres).

Face à la mise en place des nouvelles politiques publiques, plus de la moitié des ménages (58 % des familles interrogées) ont comme première source de revenus les allocations de l´État. Parmi eux, 16 % des ménages dépendent prioritairement des transferts de la Bolsa Familia, fait qui souligne l´incidence de la pauvreté à Ponta de Pedras. La retraite rurale est présente comme ressource principale pour 16 % des ménages, complétée d’autres revenus, comme la pêche ou la vente de l´açaï, mais toujours avec des profits inférieurs à la retraite, correspondant à un salaire minimum. Les pensions font référence aux allocations pour maladie ou pour invalidité de travail, lesquelles représentent la première source économique pour 10 % des familles.

En synthèse, les principales activités économiques continuent à être attachées aux ressources naturelles -où l´extractivisme joue un rôle central- et la dépendance des politiques de l´État a une répercussion considérable (figure 2).

Figure 2. Unités domestiques qui bénéficient d´une ou plusieurs allocations publiques (en pourcentage du total de l’échantillon)

Figure 2. Unités domestiques qui bénéficient d´une ou plusieurs allocations publiques (en pourcentage du total de l’échantillon)

Source : L. Gámez (2014), à partir des données du travail de terrain sur les enquêtes socio-économiques (échantillon 31 ménages).

15Dans la figure 2 on considère le pourcentage des familles de l´échantillon qui bénéficient d´une allocation publique, qu’elle soit la principale source de revenus ou représente une aide économique secondaire pour la famille. 80 % des familles de l´échantillon reçoivent au moins l’allocation Seguro Defeso, 60 % ont la Bolsa Familia, 20 % la retraite et 3 % la Bolsa Verde. Il faut considérer que les membres d´une même unité domestique peuvent recevoir différentes allocations en même temps, car ces aides sont complètement indépendantes.

Du fait de l´informalité et de la forte dépendance économique des politiques publiques, la municipalité de Ponta de Pedras fait face à un fort déficit budgétaire. En plus, le moteur économique régional est la production et l´extraction des produits naturels mais cette activité n´est pas taxée pour faciliter la démarche de protection de l´environnement. Comme résultat des activités agraires protégées et de la forte incidence de l´activité informelle, les gouvernements municipaux ont de faibles recettes. La protection sociale et les services sociaux comme l´éducation, la santé, l´urbanisation et les égouts entre autres sont absents ou précaires. Ainsi, les municipalités sont tout aussi dépendantes que les individus des allocations de l´État pour accomplir leur mission de fournisseur de services sociaux. En conséquence, la région fait face à un déficit de fonds pour pouvoir investir dans l´amélioration d´infrastructures et services publics.

Discussion : les stratégies socio-économiques des ménages et la mise en place des politiques publiques

16Dans le cas de l´île de Marajó, à partir des années 1990 les populations natives riveraines ont expérimenté l´impact de l´accès au marché comme conséquence de la croissance de la demande externe du fruit du palmier açaï (Euterpe oleracea).

17Face à la demande croissante d'açaï, de nombreuses familles ont remplacé leurs plantations par des palmiers d'açaï, y compris dans les jardins des maisons [Steward, 2013 et Brondizio, 2004]. Néanmoins, au-delà des projets de travail communautaire implantés dans les années 1970 par l´Église, actuellement les habitants n'arrivent pas à un consensus de travail communautaire car les pratiques de production sont plus individualisées et la concurrence est forte à cause de la proximité de la grande ville de Belém, d'où viennent de nombreux intermédiaires et commerçants [Brondizio, 2008].

18Mais les réseaux de marché dépendent des intermédiaires, en même temps que des oligarques politiques et économiques, reléguant à l´arrière-plan les petits producteurs [Brondizio, 2008]. Les unités familiales sont généralement très dépendantes des allocations de l'État. Malgré quelques rares emplois dans le secteur public (agent de santé, gardien ou chauffeur) la principale source indépendante des revenus demeure les activités dans le secteur primaire, qui s’effectuent dans un système économique informel [Brondizio et Siqueira, 2009].

  • 19 L´açaï atteint son plus bas prix entre octobre et janvier -époque de la saison d´extraction la plus (...)

19Les activités de culture agricole dans les zones protégées ne sont pas suffisantes économiquement en raison du prix variable des matières premières et du manque de transformation des ressources qui pourrait générer une valeur ajoutée pour la région. La dépendance de l´accès à la terre a pour conséquence que les paysans travaillant pour un grand propriétaire n´ont pas l´indépendance de décider le prix de la vente de l´açaï ou le moment de vente19.

20Le pouvoir des patrons est consolidé par des relations de type paternaliste avec les collecteurs [Ibídem], mais on assiste à un affaiblissement du pouvoir patronal traditionnel. L´apparition de petits commerçants indépendants a amorcé la déstabilisation des grands patrons. Néanmoins, les stratégies d´indépendance des producteurs sont basées principalement sur des réseaux familiaux et non communautaires.

21La place de cette activité dépend essentiellement de l´accès au marché, de la maîtrise du foncier et du pouvoir patronal [Lescure et al., 1994 ; Brondizio, 2008]. Une stabilité foncière donne la possibilité de pouvoir investir dans la gestion des ressources et de décider le moment de vendre la récolte, le lieu et le prix [Emperaire, 1994 ; Brondizio, 2004].

  • 20 Dans la région de Ponta de Pedras, 34% de la superficie sont occupés par des prairies, 28% sont des (...)
  • 21 Selon les données des enquêtes de 2014. Le même pourcentage que pour les données de 2008.

22Même si la densité de population est basse20 et que par conséquent toute la population pourrait avoir accès à la terre, la commune de Ponta de Pedras continue à présenter les caractéristiques d´une haute concentration foncière. Ainsi, encore 40 % des habitants des régions rurales ne sont pas propriétaires de leurs terres21, ce qui rend difficile l'indépendance économique et n’encourage pas de nouvelles initiatives communautaires liées à la culture agricole.

  • 22 En échange de l´allocation de la Bolsa Familia, l´État demande l´accomplissement de deux conditions (...)

Les familles transmettent les savoirs traditionnels liés à la terre à leurs enfants, mais face au développement des droits sociaux et aux conditions22 des transferts monétaires comme la Bolsa Familia, les nouvelles générations sont de mieux en mieux formées. Ces enfants scolarisés rêvent d’un avenir avec des occupations plus stables et moins pénibles que l´extraction agricole dans la forêt. Ainsi, les enfants partent pour la ville où ils cherchent de nouvelles opportunités, et de ce fait la région commence à expérimenter un processus de « désagrarisation ».

Une grande partie des terrains avant destinés à l’agriculture ont été mis à disposition de l’activité agro-forestière de plantation et d’extraction d’açaï, car cette culture exige moins de travail et apporte beaucoup plus de bénéfices. Par contre, l’alimentation dans la région, principalement basée sur la consommation de farine de manioc, açaï et poisson, n’inclue pas d’apport considérable en légumes, lesquels ont des prix élevés sur les marchés locaux.

La réduction de l´agriculture alimentaire se produit en parallèle de l´intensification de la production d´açaï. Normalement, l´intensification de l´agriculture provoque un impact sur la déforestation, mais dans le cas des palmiers de l´açaï l´effet est contraire car ce système repose sur des techniques traditionnelles d´exploitation durable de la forêt. Depuis le moment de l´explosion de la demande de l´açaï et de l´intensification de la production, la déforestation a été considérablement réduite dans la région [Eduardo, 2008].

En Amazonie, avec 3,5 millions de km2 de forêts, l´exploitation des produits forestiers -l´extractivisme- suppose la mise en valeur à long terme des écosystèmes forestiers amazoniens. L´extractivisme se pose comme un nouveau modèle d´aménagement du territoire où le coût du maintien de la forêt et de la biodiversité est supporté par les collecteurs. [Emperaire, 1994].

23Malgré le sens historiquement péjoratif du terme caboclo, la considération de cette identité est en train de connaître une connotation de plus en plus positive ces dernières décennies. Cette évolution est une conséquence de la valorisation de l´identité native et de sa liaison avec la gestion durable de l´environnement.

24Les populations traditionnelles deviennent des « gardiens de la forêt » face aux intérêts institutionnels de la mise en place de politiques publiques de préservation environnementale, dont les effets ne sont pas négligeables face à la divergence des intérêts entre l’État et les habitants locaux : tandis que les institutions cherchent la réduction de la déforestation et la durabilité des pratiques agricoles, les populations envisagées par ce projet visent l'amélioration de leurs revenues en même temps que la sécurité alimentaire.

Une diversification des activités de production est nécessaire. L´extractivisme doit être développé en parallèle à une agriculture de subsistance ou commerciale, en combinaison avec le petit élevage ou la pêche pratiqués sous forme non prédatrice. L´extractivisme est susceptible d´être amélioré par la mise en place d´activités apportant une valeur ajoutée locale [Emperaire, 1994] qui, en même temps, pourrait donner plus d´indépendance aux familles si ces initiatives étaient développées à partir d´une mobilisation sociale communautaire.

Conclusion

25Les populations traditionnelles d´Amazonie ont vécu, dans leur histoire, des situations difficiles. Cela explique qu’actuellement la région de Ponta de Pedras continue à connaître un niveau de pauvreté élevé malgré le fait qu’elle soit la principale région productrice d’açaï depuis la moitié des années 1970.

  • 23 La plupart des familles riveraines dépendantes de la vente de l´açaï manquent de l´indépendance néc (...)

L'expansion et l'intensification du marché du fruit du palmier d'açaï au cours des dernières décennies ainsi que l'introduction croissante des bénéfices sociaux ont fortement influencé la structure de l'organisation familiale et sociale. La production du fruit du palmier açaï, tout en étant fondée sur des connaissances traditionnelles de production, génère des revenus pour les familles de la région qui restent malgré tout insuffisants23.

  • 24 Deux discours s’opposent pour justifier que les coopératives ne fonctionnent pas. D’un côte la Préf (...)

L'extraction du fruit de l'açaï peut devenir une source rentable à condition que la communauté puisse bénéficier de la valeur ajoutée créée par la transformation du produit, mais jusqu’à présent les deux tentatives de coopératives que la Préfecture a essayé de mettre en place continuent à être en panne24.

Les rapports de forces encore ancrés dans les pratiques de l’ancien système colonialiste constituent un défi pour l'indépendance des populations locales et pour le développement régional en général, faits qui pourraient être surmontés avec une meilleure organisation sociale et politique des populations locales.

Les populations traditionnelles jouent un rôle très important face au développement durable comme « gardiens de la forêt » tant qu´ ils sont appelés à conserver l´Amazonie. Néanmoins, pour ceux qui y vivent, la terre est le seul moyen pérenne de travailler et survivre. Par conséquent, ces populations demandent la mise en place d’infrastructures pour pouvoir maintenir les systèmes de production agricole et d´extraction forestière sur les bases traditionnelles.

En même temps, les « discours développementalistes » des élites et quelques pouvoirs publics considèrent ces populations traditionnelles comme un obstacle pour le développement régional et national. Cette vision rend difficile la création de politiques publiques destinées à la délimitation des terres et à la création d’infrastructures pour améliorer les systèmes de production à petite échelle. Ainsi, les caboclos continuent à l´ombre du stigmate qui retombe sur l´extractivisme et sur le stéréotype des « paysans sous-développés ».

Les programmes de développement n´ont pas réussi à combler la brèche existant dans le milieu rural entre les grands et les petits producteurs. Par conséquent, l´importance du système traditionnel d´extraction de l´açaï est déconsidérée face aux paramètres modernes d´investissement de capital et de modernisation des techniques.

Malgré l´impact des politiques de protection sociale qui ont provoqué une augmentation des revenus pour les familles, la région manque encore d’une diversification des activités formelles et taxées qui pourraient générer une valeur ajoutée au système économique régional de l´açaï, en donnant plus d´indépendance pour les familles et plus de recettes pour le municipe. Dans ce contexte, nous nous demandons dans quelle mesure les politiques sociales ont pu avoir un impact sur l´organisation du travail communautaire et sur la mobilisation de la population pour défendre des intérêts sociaux et politiques.

La Bolsa Familia a fourni de l´indépendance et de l´autonomie et elle suppose une libération graduelle des anciennes relations de patronage. Malgré les préjugés de l´élite et d´une partie des acteurs institutionnels, l´allocation ne peut pas se substituer au travail. Au contraire, la Bolsa doit procurer de l´autonomie économique aux individus pour leur permettre d’échapper aux conditions de travail précaire et aux pratiques esclavagistes.

D’un autre côté, la Bolsa Verde est un complément de la Bolsa Familia pour améliorer les conditions économiques des ménages dépendant des ressources naturelles et habitant en régions de protection environnementale. Néanmoins, cette dépendance peut entraîner une limitation de la rentabilité des pratiques agricoles traditionnelles et provoquer l’apparition d’un processus aggravant de « désagrarisation ». Les populations locales ne sont pas opposées aux politiques de développement durable, mais elles demandent plus d’investissements en infrastructures qui puissent se substituer, par exemple, aux anciennes pratiques de l’agriculture de brûlis.

L´extractivisme de l´açaï se pose comme une activité durable mais, conformément à la théorie d´Emperaire [1994], la diversité de la production agricole est nécessaire pour maintenir l´assurance alimentaire dans la région.

Dans le cas spécifique de Ponta de Pedras, les modes de vie des populations traditionnelles ont été profondément affectés par l´intensification du marché de l´açaï et par l´implémentation des politiques publiques. En conséquence, les stratégies des ménages ont suivi une tendance à l´individualisation, le principal moteur de l´actuation sociale et économique a été relégué aux familles. Néanmoins, comme Putnam [1995] le disait, les « formes traditionnelles d'organisation civique sont en train d'être substituées par de nouvelles organisations ». Les anciens liens de patronage commencent à être remplacés par la protection de l´État.

Les femmes, à partir de la mise en œuvre de la Bolsa Familia, ont pu expérimenter une indépendance économique et sociale mais il manque encore des éléments pour encourager la mobilisation et la participation politique des femmes et de la population locale en général. Les pressions foncières sont fortes, en même temps que les préjugés envers les petits producteurs freinent la mobilisation de la communauté. De plus, les Églises catholiques et évangéliques principalement, continuent à avoir un rôle très fort dans l´organisation sociale de la région en se présentant comme le principal élément de cohésion sociale des familles.

Les populations locales font face à différents défis liés à la reformulation des politiques d´accès à la terre, à l´investissement en infrastructures et à la reconnaissance de l´apport du système extractiviste à l´économie régionale et nationale et au développement durable. Les extractivistes devraient être reconnus à la fois comme paysans, entrepreneurs et acteurs politiques.

À partir de l´étude menée à Ponta de Pedras, on se demande si cette interaction entre formes de vie traditionnelle, politiques publiques et mobilisation sociale suit une tendance généralisée en Amazonie brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS C., MURRIETA R., NEVES W. (2009), Sociedades caboclas amazônicas : modernidade e invisibilidade, São Paulo, FAPESP, Annablume.

BLENGINO V. (2005), La zanja de la Patagonia, Los nuevos conquistadores : militares, científicos, sacerdotes y escritores, Buenos Aires, Fondo De Cultura Económica.

BOSERUP E. (1965), The conditions of Agricultural Growth : The Economics of Agrarian Change under Population Pressure, Chicago, Aldine.

BRONDIZIO E. (2009), « Agriculture intensification, economic identity and share indivisibility in Amazonian peasantry: caboclos and colonist in comparative perspective », in C.Adams et al. (eds.), Amazon Peasant Societies in a Changing Environnement: Political Ecology, Invisibility and Modernity in the Rainforest, New York, Springer, pp. 181-214.

BRONDIZIO E. (2008), The Amazonian Caboclo and the Açai Palm: Forest Farmers in the Global Market, New York, The New York Botanical Garden Press.

BRONDIZIO E. and SIQUEIRA A. (1997), From extractivists to forest farmers: changing concepts of caboclo agroforestry in the Amazon estuary, Research in economic anthropology, University of Cincinnati, London, JAI PRESS INC.

BRONDIZIO E. et RODRIGO P.F. (2007), The risk of commodifying poverty: rural communities, quilombola identity, and nature conservation in Brazil, Habitus, Goiâna, vol. 5, nº3, pp. 355-373.

CASTEL R. (1999), Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Gallimard.

CHIBNIK M. (1991), Quasi-Ethnic Groups in Amazônia, Ethnology, vol. 30, pp. 167-182.

COSTA S. et BRONDIZIO E. (2009), Inter-Urban Dependency among Amazonian Cities: Urban Growth, Infrastructure Deficiencies, and Socio-Demographic Networks, REDES, vol. 14, nº3, pp. 211-234.

EMPERAIRE L. (1994), « L´extractivisme et le développement durable de l´Amazonie », Aménagement et nature, nº115 – La forêt enjeu mondial, pp. 23-31.

GEFFRAY C. (1995), Chroniques de la servitude en Amazonie bésilienne, Paris, Éditions Karthala.

KOHLER F. (2009), Du caboclo à l’indigène : réflexions sur l’ethnogenèse au brésil, Journal de la Société des Américanistes, vol. 95, n° 1, pp. 41-72.

KOHLER F. et LE TOURNEAU F.-M. (2011), Meu coração não mudou. Desenvolvimento sustentável, pragmatismo e estratégia em contexto amazônico tradicional, Ambiente & Sociedade, Campinas vol. XIV, nº2.

MERKLEN D. (2013), « Las dinámicas contemporáneas de la individuación », in Individuación, precariedad, inseguridad. Desinstitutcionalización del presente?, Buenos Aires, Paidós.

NETTING R.M. (1993), Smallholders, Householders: Farm Families and the Ecology of Intensive, Sustainable Agriculture, Stanford, Stanford University Press.

NUGENT S. (1993), Amazonian caboclo society: an essay on invisibility and peasant economy, London, Bloomsbury Academic.

PADOCH C., BRONDIZIO E., COSTA S., PINEDO-VASQUEZ M., SEARS R., SIQUEIRA A. (2008), Urban Forest and Rural Cities: Multi-sited Households, Consumption Patterns, and Forest Resources in Amazonia, Ecology and Society, vol. 13, n° 2.

PUTNAM R. (1995), Bowling Alone: America's Declining Social Capital, Journal of Democracy, vol. 6, n° 1, January, pp. 65-78.

WAGLEY C. (1953), Amazon town: a study of man in the tropics, London, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 La désignation Amazonie brésilienne fait référence au territoire connu comme Amazonie Légale, une région qui inclue neuf États brésiliens partageant le biome de la forêt amazonienne.

2 La Bolsa Familia est un transfert monétaire conditionné pour les familles aux bas revenus en échange de la scolarisation et du suivi médical des enfants. Elle oscille entre R$ 154 et R$ 77 - correspondant à US$ 64 et US$ 32), pour une moyenne de de R$ 242 (US$ 100). Le programme a été créé en 2003 en unifiant des programmes antérieurs de protection sociale, comme la Bolsa Escola, la Bolsa Alimentaçao ou le Auxilio Gás.. La Bolsa Verde est une allocation monétaire distribuée aux populations aux bas revenus habitant des réserves naturelles (áreas socioambientais prioritárias) pour les encourager à protéger la nature et ne pas développer d’activités menaçant la durabilité de l´environnement. Elle consiste en une allocation trimestrielle de R$ 300 (US$ 124), complément à l´allocation Bolsa Familia.

3 La Théologie de la Libération est un mouvement social progressiste de rupture religieuse à partir de l’action collective visant la conquête des droits (empowerment) et l´accès aux ressources dans un environnement latino-américain de mutation sociopolitique.

4 À Marajó, le syndicat le plus actif dans ces mobilisations était le Syndicat des Travailleurs Ruraux (Sindicato de Trabalhadores e Trabalhadoras Rurais) qui se trouve actuellement presque inactif, face à la montée en puissance du syndicat rural des pêcheurs, Colonia de Pescadores, CNP – Z24. La plupart des habitants y sont affiliés et bénéficiant de ce fait d´une allocation annuelle (le seguro defeso) pour la saison des quatre mois de basse productivité de pêche (entre janvier et mai). Cette allocation se présente sous forme d’un versement unique d’une somme équivalant à quatre fois le salaire minimum. À Ponta de Pedras il y a trois syndicats des pêcheurs, dont la Colonia de Pescadores, liée au système public de protection sociale. C’est elle qui a le nombre plus élevé d´affiliations, avec 6242 membres, dont 4028 bénéficient du Seguro Defeso. Les 2214 autres perçoivent l´allocation de la retraite rurale (données extraites des fichiers papiers du syndicat en août 2014). Le syndicat verse également une allocation maternelle pour les trois premiers mois après la naissance de chaque enfant.

5 La raison de l´affaiblissement des mobilisations et de l´engagement politique communautaire fait l´objet d’une étude actuelle. Diverses hypothèses sont considérées, lesquelles n´ont pas encore été démontrées. La croissance de la protection de l´État à travers les programmes de transferts monétaires conditionnés et la retraite rurale figurent parmi les hypothèses les plus probables.

6 Ce premier travail a consisté en l´analyse statistique des résultats des enquêtes de terrains réalisées par Eduardo Brondizio entre 2007 et 2008 dans la commune de Ponta de Pedras. Ces enquêtes sont le résultat d’une collaboration entre l´Université d´Indiana et l´Université Columbia des États Unis, en partenariat avec l´Université Fédérale du Pará, au Brésil, et l´Université de Waterloo, au Canada. Ce projet était financé par le programme « Human and Social Dynamics » (HSD), de la Fondation Nationale des Sciences des États Unis.

7 Travail mené dans le cadre d’un Master 2 dirigé par Florent Kohler. Le travail de terrain et la période de recherche au Brésil ont été financés par le Réseau français d'études brésiliennes (programme REFEB 2014).

8 Densité de population de 7,73 au km² selon les données du recensement IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistiques), 2010. Population estimée en 2014 de 28 601 habitants.

9 Données fournies par la Secrétaire de Développement Sociale de la Préfecture de Ponta de Pedras.

10 À partir de la Constitution Fédérale de 1988 au Brésil, les agriculteurs familiaux et salariés ruraux (hommes et femmes) ont intégré le Régime Général de la Sécurité Sociale avec les mêmes droits que les travailleurs urbains. L´activité rurale doit être démontrée à partir des documents comme le registre de l’INCRA (Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire), justificatifs des ventes ou achats des ressources agricoles ou déclarations d´affiliation à syndicats ou associations rurales. Le bénéfice correspond à un salaire minimum et l’âge minimum pour la retraite dans les hommes est de 60 ans et de 55 pour les femmes [Lui, 2013].

11 47,8% de la population ponta-pedrense habite dans la zone urbaine de la commune [IBGE, 2010]. La population de la commune est jeune : 50% de la population se situe entre 15 et 45 ans en 2008.Le nombre moyen d´individus par ménage varie entre trois et neuf personnes, mais la moyenne est de cinq individus [Ces données correspondent aux résultats de l´analyse statistique réalisée à partir des enquêtes de 2007 et 2008, elles-mêmes menées à partir du programme « Human and Social Dynamics » (HSD)].

12 Les techniques de gestion des açaizais (grands ensembles des palmiers d´açaï) sont principalement le nettoyage de la forêt en coupant les palmiers trop grands et la plantation resserrée de nouveaux plants.

13 Les noms des informateurs ont été changés.

14 Le paneiro est un panier utilisé pour stocker et transporter les fruits de l´açaï, chaque paneiro a une capacité de 14 kg. Le paneiro est l´unité de mesure régionale de production d´açaï.

15 La saison forte correspond à la période de la récolte pendant les derniers mois de l´année (principalement entre octobre et janvier) où le prix est le plus bas. Le premier semestre -où l´extraction de l´açaï est plus réduite- est connu comme la période de l´entresafra (entre une récolte et la suivante) où le paneiro d´açaï atteint des prix plus élevés.

16 Maria et João ont vendu à des intermédiaires leurs paneiros entre R$ 6 et R$ 8 selon la période de l´année. Ces mêmes paneiros dans le marché de Ponta de Pedras ou de Belém peuvent atteindre des prix compris entre R$ 20 par paneiro pendant la saison forte de la récolte, et R$ 35 pendant la basse saison de l´entresafra..

17 Le prix de l´essence est d’environ R$ 4 le litre (US$ 1,25). Ils dépensent donc entre R$ 12 et 16 (entre US$ 5 et 6,7) de combustible par jour.

18 L´échantillon des enquêtes a été de 31 unités familiales analysées, dont 77% en contexte urbain et 23% en communautés rurales.

19 L´açaï atteint son plus bas prix entre octobre et janvier -époque de la saison d´extraction la plus intense- où, du fait de la demande, les frais de transport sont aussi plus chers.

20 Dans la région de Ponta de Pedras, 34% de la superficie sont occupés par des prairies, 28% sont des forêts et 12% correspondent à la culture et l´extraction du fruit de l´açaï. Le reste représente des zones avec une végétation secondaire (49,5%) et seulement 3% correspondent aux zones de résidence des habitants ou destinées à l´agriculture [Brondizio, 2008, p. 63]. La commune a une population de 25 999 habitants sur un territoire de 3365,148 km2, dont la densité de population est de 7,73 hab./km2 [IBGE, 2010].

21 Selon les données des enquêtes de 2014. Le même pourcentage que pour les données de 2008.

22 En échange de l´allocation de la Bolsa Familia, l´État demande l´accomplissement de deux conditions: un suivi médical et la scolarisation régulière des enfants.

23 La plupart des familles riveraines dépendantes de la vente de l´açaï manquent de l´indépendance nécessaire pour gérer les transactions entre la production et le marché. Ils sont normalement dépendants des propriétaires terriens, des propriétaires de bateaux et des autres intermédiaires, ainsi que des pouvoirs politiques.

24 Deux discours s’opposent pour justifier que les coopératives ne fonctionnent pas. D’un côte la Préfecture prétexte du manque d’infrastructures ou même de l´absence de personnes disponibles pour travailler (selon eux, du fait du caractère paresseux de la population locale qui de plus ne veut pas perdre ses bénéfices sociaux), et d’un autre côté la population locale allègue n’avoir jamais été appelée à former une coopérative de travail. Elle affirme que les salaires dans l´usine seraient réduits et que l’usine est éloignée des lieux où les fruits sont récoltés et que l’on n’a prévu les moyens et les frais de transport. Des autres éléments structurels, comme la fourniture insuffisante d´électricité, jouent un rôle important dans cette discussion.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Emplacement de la commune de Ponta de Pedras
Crédits Source : Costa et al., 2012.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photo 1. Maisons d´un quartier de la ville de Ponta de Pedras
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 1. Pourcentage des familles selon la première source de revenus du ménage à Ponta de Pedras
Crédits Source : L. Gámez (2014), à partir des données du travail de terrain sur les enquêtes socio-économiques (échantillon 31 ménages).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2. Unités domestiques qui bénéficient d´une ou plusieurs allocations publiques (en pourcentage du total de l’échantillon)
Crédits Source : L. Gámez (2014), à partir des données du travail de terrain sur les enquêtes socio-économiques (échantillon 31 ménages).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/5865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luna Gámez, « Les « gardiens de la forêt » : l'extractivisme de ressources naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/5865 ; DOI : 10.4000/eps.5865

Haut de page

Auteur

Luna Gámez

Étudiante Master Anthropologie
IHEAL-CREDA, Sorbonne Nouvelle, Paris 3
28 rue Saint-Guillaume, 75007 Paris
luna.gamp@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals