Navigation – Plan du site
Articles

Mesurer les pratiques modales et la dépendance automobile : à la recherche de congruence entre mesure et interprétation

Measuring Travel Mode Use and Automobile Dependency: in Search of Congruence between the Measure and its Interpretation
Hadrien Commenges

Résumés

L’enquête ménages déplacements (EMD), qui est depuis les années 1960 le dispositif dominant de mesure de la mobilité quotidienne localisée, fait l’impasse sur la routine par une double transversalité. D’une part, ce dispositif s’efforce d’éliminer la routine de court terme à travers la notion de jour ouvrable type ; d’autre part, il ne permet pas de saisir la stabilité ou les changements des pratiques individuelles puisqu’il ne suit pas les mêmes individus au cours du temps. Comment cohabite ce dispositif d’enquête résolument transversal avec des questions qui semblent pourtant porter sur le suivi des pratiques individuelles, comme le report modal ou la dépendance automobile ? L’article montre que cette cohabitation se traduit par un décalage entre deux niveaux : le niveau de la mesure et le niveau de l’interprétation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question des pratiques routinières de mobilité fait l’objet de travaux de recherche depuis les années 1970. L’ouvrage dirigé par Salvador Juan, Les sentiers du quotidiens (1997), poursuit une ligne de recherche amorcée à la fin des années 1960 et canalisée dans les années 1970 par l’Action Thématique Programmée « Socio-économie des transports » [Raynaud, 1968 ; Haumont et al. 1977 ; Haumont et Wintersdorff 1983]. La question des habitudes, des attitudes et des routines a pris un tour particulier dans la littérature sur la mobilité et les transports, particulièrement marqué en France : d’un côté, cette question est abordée depuis longtemps par des sociologues et des psychosociologues avec des méthodes qualitatives, en particulier des entretiens semi-directifs. De l’autre, elle est quasiment absente des travaux d’économie et de géographie qui s’appuient sur des méthodes quantitatives.

2L’Enquête ménages déplacements (EMD), qui est depuis les années 1960 le dispositif dominant de quantification de la mobilité quotidienne localisée, fait l’impasse sur la routine par une double transversalité. D’une part, ce dispositif s’efforce d’éliminer la routine de court terme à travers la notion de jour ouvrable type ; d’autre part, il ne permet pas de saisir la stabilité ou les changements des pratiques individuelles puisqu’il ne suit pas les mêmes individus au cours du temps. Comment cohabite ce dispositif d’enquête résolument transversal avec des questions qui semblent pourtant porter sur le suivi des pratiques individuelles, comme le report modal ou la dépendance automobile ?

3Cette question sera abordée par deux entrées : d’abord, une entrée historique qui propose un retour sur les dispositifs d’enquête utilisés dans les études sur la mobilité et les transports depuis les années 1960. Ce bref historique est opéré à partir de documents d’archive et d’extraits d’entretiens sur l’histoire des instruments de la socio-économie des transports [Commenges, 2013]. Les EMD se sont maintenues dans une configuration très stable, malgré la mise en place de dispositifs d’enquête longitudinaux qui produisent un suivi dans le temps des pratiques individuelles de mobilité. Ces dispositifs longitudinaux, qui permettent de quantifier certains aspects des routines (variabilité sur le court terme) et des changements de pratiques (variabilité sur le long terme) n’ont pas remis en cause le monopole des EMD.

4Suivent deux analyses empiriques qui cherchent à désamorcer les confusions possibles entre niveau de mesure et niveau d’interprétation. La première est réalisée sur quatre éditions de l’Enquête Globale Transport : 1976, 1983, 1991 et 2001. Ce travail s’intéresse à la mesure de l’évolution des pratiques modales. La seconde analyse donne une réponse partielle à la question posée par Phillip Goodwin [1997, p.80] : « what have we learned from panels that we could not have learned from other forms of data ? ». Il s’agit d’une analyse de l’enquête panel de la région de Seattle (PSTPS-Puget Sound Transportation Panel Survey), qui suit un panel d’individus de 1989 à 1999. Cette enquête est utilisée pour ré-interroger la notion de dépendance automobile à partir d’une réflexion sur les niveaux de mesure et d’interprétation.

1. L’échelle temporelle de la variation des pratiques de mobilité

5Une dimension majeure dans l’analyse des pratiques routinières est leur échelle temporelle. La question est posée très tôt dans le cadre de la time-geography, To