Navigation – Plan du site
Compte rendu de lecture

Hélène Guiot, Vivre la mer : Expressions océaniennes de l’insularité

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 234 pages, ISBN 978-2-7535-2809-3
Valérie Morel
Référence(s) :

Guiot Hélène. (ed.), 2013. Vivre la mer : Expressions océaniennes de l’insularité. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 234 pages, ISBN 978-2-7535-2809-3.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Hélène Guiot, ethnoarchéologue de l’équipe ethnologie préhistorique (ArScAn 7041) de l’Université de Nanterre, rassemble douze textes qui mettent en lumière les relations tissées par les sociétés du Pacifique sud avec leur environnement maritime. Le livre prolonge l’exposition « La promesse d’une île » qui s’est tenue à la Corderie Royale de Rochefort en 2013. Les contributions proposent au lecteur un regard renouvelé sur les relations entre océan et société. Par opposition aux conceptions des sociétés occidentales qui vivent la mer comme un espace hostile et dangereux, voire une frontière ; ce livre offre une autre réalité de perception démontant la centralité des mers pour les sociétés du Pacifique sud. Les textes donnent à découvrir les façons dont les relations se sont construites, au fil du temps et en divers archipels. Ce livre offre une véritable navigation dans la diversité océanienne en passant des îles Salomon à l’archipel des Marquises, des îles Carolines jusqu’à Tahiti, en passant par le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Tonga. Les auteurs, archéologue, ethnologue, historien, conservateur et artiste, expriment les variations océaniennes de l’insularité et de la relation des sociétés à la mer. Les textes sont organisés en quatre sections montrant la diversité des réalités du dialogue entre domaine terrestre, domaine océanique et cosmologie.

2La première section rassemble quatre textes sur l’histoire du peuplement de l’océan Pacifique et affirme la place de la navigation dans l’apparition et l’organisation sociale des sociétés insulaires. Geoffrey Irwin présente les parcours maritimes et terrestres des premiers habitants dessinant les routes maritimes de l’océan Pacifique. L’étude de ces migrations maritimes révèle non seulement l’importance des connaissances de l’environnement maritime et des techniques de navigation pour la conquête et le maillage de l’espace maritime, mais aussi la capacité des populations à s’adapter aux environnements découverts.

3Anne Di Piazza propose une analyse fascinante de la cartographie océanienne pour la connaissance du Grand Océan en utilisant l’exemple de la carte du Tupaia. Cet exercice hybride de cartographie océanienne est le fruit d’une rencontre interculturelle entre le Capitaine Cook et Tupaia, grand prêtre de l’île Raiatea. Cette carte est à la fois le produit de la rencontre des approches occidentales et océaniennes de la cartographie et de la navigation, et de la nécessaire interdépendance des savoirs dans la connaissance géographique des espaces. Les deux autres articles de ce premier chapitre traitent de la navigation en termes de savoir-faire maritime et en termes culturels. Paul d’Arcy et Vaimu’a Muliava montrent que la navigation requiert des compétences techniques et une appropriation culturelle et s’apparente aussi à un acte religieux de l’espace que ce dernier soit connu ou inconnu. Ces deux textes soulignent combien la navigation est un fait combiné de la culture et de l’identité océanienne et que la mer fait réellement corps avec les sociétés océaniennes.

4La deuxième partie est consacrée à la pirogue, un objet complexe et fortement symbolique pour les sociétés insulaires du Pacifique sud. Les quatre textes proposés permettent des regards croisés et complémentaires sur les pirogues dont la fonction, dans les sociétés océaniques, va au-delà du seul mode de transport. En appuyant sa démonstration sur l’archipel des Vanuatu, Bergmans Iati propose une étude de la dimension sociale de la pirogue, structurant toute la société, ses clans, ses tribus, les rituels, les cycles climatiques et les périodes historiques.

5Hélène Guiot produit une approche semblable dans une variation polynésienne, en développant la métaphore de l’île et la pirogue, en présentant la pirogue comme un objet double à la fois portable et conteneur.

6L’article de Tara Hiquily aborde, à partir de témoignages iconographiques et de rares éléments physiques conservés au British Museum, une analyse matérielle de la voilure des pirogues des îles de la Société. Cette analyse souligne la singularité des voiles des pirogues polynésiennes et la complexité de la connaissance technique de la navigation développée par les Polynésiens.

7Le texte d’Isabelle Leblic, nourrit d’une analyse fine des savoirs et des connaissances naturalistes du milieu maritime par les pêcheurs du sud de la Nouvelle-Calédonie, révèle non seulement le lien fusionnel des Kanaks avec la mer et plus généralement avec leur environnement, mais aussi une forme d’exploitation raisonnée et raisonnable de la ressource halieutique, bien avant l’heure du concept de Développement Durable.

8La troisième partie traite des représentations de l’insularité. Claude Stéfani utilise les carnets de route de deux explorateurs russes du milieu du XIXème siècle dans les îles Marschall pour montrer combien les perceptions de l’insularité peuvent différer d’un individu à l’autre, même lorsque la découverte de l’espace se fait au même moment.

9Dans un autre registre, Teiki Huukena présente une réflexion sur le lien entre univers insulaire et tatouages dans les îles Marquises. Cette étude témoigne du sens du tatouage marquisien et montre qu’il est non seulement une expression d’un statut social mais surtout une manière de représenter les connaissances et les relations de l’homme à son environnement insulaire et maritime.

10La dernière partie rapporte l’expérience de l’insularité océanienne de deux anthropologues. Le premier rapporte son arrivée sur l’île de Malaïta dans les îles Salomon dans les années 1960, il y est venu découvrir la société Lau, avec laquelle il a vécu en immersion pendant plusieurs mois.

11Quant à Marie-Claire Bataille-Benguigui, elle nous offre une analyse fine et poétique de la relation entre l’île et l’homme en donnant pour cadre d’analyse l’expérience des îles Tonga. Elle témoigne avec une grande sensibilité du bonheur de la navigation et d’atteindre l’île par bateau. Ce voyage de deux semaines en 1974 a été une véritable révélation, initiant un renversement du regard sur l’océan, passant du statut d’espace hostile qui isole, à un espace transitionnel connectant les sociétés insulaires et invitant à un vivre ensemble.

12Cet ouvrage propose au lecteur de cheminer d’île en île et constitue un véritable témoignage sur la construction et la singularité de l’identité maritime des sociétés océaniennes. Il démontre combien le « vivre la mer » est un facteur de structuration spatiale, de construction territoriale et d’identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morel, « Hélène Guiot, Vivre la mer : Expressions océaniennes de l’insularité », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/1-2 | 2015, mis en ligne le 11 janvier 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/6051

Haut de page

Auteur

Valérie Morel

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals