Navigation – Plan du site
Varia

Mobilités, activités et territoires du quotidien à Niamey (Niger)

La ségrégation au-delà des espaces résidentiels ?
Daily Mobilities, Activities and Territories. For a Renewed Approach of Segregation in Niamey (Niger)
Emmanuel Ravalet et Stéphanie Vincent-Geslin

Résumés

Alors que l’étude de la ségrégation dans les villes contemporaines se limite généralement à une approche des localisations résidentielles, le parti-pris de cet article est d’étudier certains comportements de déplacements individuels et la participation aux activités dans l’objectif de discuter des dynamiques de repli, d’isolement, ou encore de fragmentation sociale. Nous défendons dans cet article l’idée que considérer de front la spécialisation sociale des espaces résidentiels et les comportements de mobilité quotidienne permet d’enrichir la vision traditionnelle de la ségrégation. Ce travail porte sur Niamey (Niger), où la concentration des activités résidentielles et économiques et les conditions de mobilité dégradées ne sont pas sans conséquences sociales.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Hadiara Yayé Saidou pour sa relecture et ses commentaires.

Introduction

1Dans l’analyse de la ségrégation, limiter au domicile les espaces fréquentés par les citadins entraîne une double réduction : spatiale car les mobilités quotidiennes et les espaces pratiqués différent sensiblement entre les citadins d’une même ville, et sociale car l’analyse est alors limitée au ménage et gomme les différences entre individus (hommes/femmes, jeunes/adultes/personnes âgées…). Prenant au sérieux cette double limite, cet article vise à compléter la vision traditionnelle de la ségrégation basée sur les localisations résidentielles par l’analyse des comportements de déplacement des citadins.

  • 1 Association Solidarité internationale pour les transports et la recherche en Afrique subsaharienne, (...)
  • 2 http://www.territoires-ville.cerema.fr

2Ce parti-pris d’étude de la ségrégation est pertinent dans les contextes urbains africains, où les activités sont souvent très concentrées et les conditions de mobilité dégradées. Dans ces conditions, la localisation résidentielle a un impact très important sur la capacité des personnes à accéder aux aménités de la ville. C’est ici le cas de Niamey qui sera étudié, à partir de données issues d’une enquête de déplacements unique et sans précédent. Cette enquête, réalisée par le réseau SITRASS1, a concerné 866 ménages et 2732 personnes sur le modèle des enquêtes ménages déplacements standard2. C’est la seule enquête de ce type réalisée à Niamey. Les travaux plus récents sur les transports et la mobilité à Niamey s’appuient sur des méthodes qualitatives ou sur des petites enquêtes ad-hoc [Motcho, Saïdou, 2012 ; Yayé Saïdou, 2013] sans commune mesure avec celle réalisée en 1996.

3Après avoir successivement présenté notre positionnement théorique, le contexte de la ville d’étude et les données, nous présenterons une typologie des espaces résidentiels. Celle-ci permettra de montrer le rôle encore important joué par la planification duale datant de la période coloniale sur la ségrégation résidentielle et la localisation des activités économiques. Nous montrerons ensuite que l’accès aux activités, le repli sur le logement ou sur le quartier puis l’accès aux « territoires urbains centraux » renforcent les dynamiques présentées précédemment, que nous qualifions de dynamiques ségrégatives. Nous conclurons en deux temps, en montrant d’une part l’originalité et l’intérêt scientifique d’une approche double de la spécialisation sociale des espaces résidentiels et des mobilités quotidiennes et d’autre part la nécessité d’une connaissance plus fine et actualisée des pratiques et des espaces de la mobilité urbaine en Afrique.

1. La ségrégation en milieu urbain

4La ségrégation est un phénomène qui touche toutes les villes contemporaines, du nord comme du sud [Dureau et al., 2000]. Les villes africaines ne sont pas épargnées par ce phénomène et les contrastes entre les quartiers et leurs résidents y sont parfois criants. Plutôt que de limiter notre approche aux espaces résidentiels, comme le fait généralement la recherche sur la ségrégation, nous proposons, à l’image d’E. Preteceille (2004), de nous concentrer sur les espaces urbains du quotidien en étudiant les comportements de mobilité des personnes. Ces éléments seront présentés en complément d’une typologie des espaces résidentiels rendant compte des spécialisations sociales qui y existent.

1.1. La ségrégation au-delà du lieu de résidence ?

5Les premiers usages du terme ségrégation apparaissent au milieu du XIXe siècle et reposent sur l’idée d’intentionnalité, sur la volonté d’un groupe dominant de mettre à l’écart un groupe dominé (et minoritaire). Cette approche de la ségrégation correspondait alors aux ghettos juifs dans les villes européennes ou aux ghettos ethniques des villes nord-américaines. La mise à l’écart dont il s’agit concerne les lieux de résidence mais également les activités et plus généralement les espaces du quotidien. L’idée de pratiques volontaires se retrouve dans l’étymologie du mot puisque ségrégation vient du latin segregare et signifie : « séparer du troupeau », « mettre à part, isoler, éloigner ».

6C’est à partir des années 1970 que les études portant sur la ségrégation se concentrent sur les localisations résidentielles. En parallèle, l’usage de ce mot s’étend pour embrasser une grande variété des spécialisations sociales dans les espaces résidentiels. Alors que la ségrégation concernait hier des situations urbaines extrêmes, elle est désormais plus nuancée. La notion d’intentionnalité est aujourd’hui reconsidérée [Dureau et al., 2000]. La bibliographie sur les dynamiques ségrégatives fait référence à plusieurs phénomènes. En premier lieu, la notion d’entre-soi relate la préférence de la part de certains citadins de se regrouper avec d’autres dont ils se sentent proches. « (…) l’appropriation de l’espace est marquée de plus en plus par le marché foncier et immobilier, ce qui facilite des substitutions résidentielles et le regroupement des plus forts » [Rémy, 1996, p. 148]. Le repli sur soi est plébiscité par certains groupes sociaux (ou ethniques), car ils le perçoivent comme un moyen de faciliter l’insertion des nouveaux arrivants et de maintenir leur capital social. Cette approche renvoie indirectement à l’approche de la ségrégation défendue par Park et ses collègues de l’Ecole de Chicago, pour qui la ségrégation est une situation transitoire qui caractérise l’insertion urbaine des immigrés [Park et al., 1925]. Dans un autre ordre, il est possible de parler d’une ségrégation par le bas. Certains quartiers, souffrant généralement d’une image négative, concentrent des populations défavorisées. Les habitants de ces quartiers attendent d’avoir les moyens pour les quitter. Restent alors les populations démunies, qui se renouvellent au gré des arrivées. Dans ces deux cas, la ségrégation relève d’un processus sans cesse renouvelé de spécialisation sociale des espaces urbains. Ils concernent dans la plupart des recherches les lieux de résidence mais peuvent aisément être généralisés aux espaces du quotidien, c'est à dire à l’ensemble des espaces pratiqués au quotidien par les citadins. « Les analyses menées au niveau de certains quartiers montrent la nécessité de sortir de l’approche classique qui ne considère la ségrégation qu’à travers la seule résidence des citadins ; il convient, au contraire, de privilégier une approche prenant en compte les diverses pratiques spatiales et usages de la ville par les différentes catégories de population » [Dureau et al., 2000, p. 254-255].

7L’importance des références scientifiques qui traitent des questions de ségrégation résidentielle depuis plusieurs décennies s’explique en partie par l’hypothèse d’effets de quartier [Jargowsky, 2002] que pose la concentration spatiale de populations défavorisées. Le lieu de résidence en tant que tel aurait une influence sur la forme des réseaux sociaux, la nature des activités réalisées, l’accès à l’emploi, etc. En d’autres termes, les enjeux propres à la ségrégation résidentielle suggèrent de fait l’intérêt d’une analyse des comportements individuels quotidiens (accès au travail, aux loisirs, etc.). De fait, ce n’est pas le lieu de résidence en tant que tel qui a des conséquences sociales négatives, mais les accès et les mobilités permis et engendrés par ce lieu de résidence. Etudier les mobilités résidentielles ou quotidiennes est pertinent dans les deux cas, car les échelles diffèrent, et ces deux types d’études peuvent s’avérer utiles pour éclairer les dynamiques ségrégatives dans l’urbain contemporain.

8Un usage extensif de la notion de ségrégation est vivement discuté dans la communauté scientifique. Divers termes tels que spécialisation sociale ou encore fragmentation sociale permettent de rendre compte d’une séparation des personnes selon leur classe sociale, au-delà de leur quartier de résidence. Cette discussion fait spécifiquement l’objet de l’ouvrage « Ségrégation et fragmentation dans les métropoles », dirigé par M. Carrel et al. (2013).

9Nous défendons ici la prise en compte des dynamiques ségrégatives que donnent à voir les spécialisations sociales des espaces résidentiels et des comportements individuels de déplacement. Peu de recherches s’inscrivent dans le cadre de cette approche de la ségrégation, ou « mobility-based approach of segregation » [Scheiner, Kasper, 2003 ; Schnell, Yoav, 2001], a fortiori aucune à notre connaissance dans les contextes africains. Si nous préférons dans cet article utiliser le terme de ségrégation, c’est précisément le contexte de l’étude qui nous le suggère. En effet, tel que nous le verrons lorsque nous présenterons la ville de Niamey, l’aménagement urbain datant de la période de la colonisation, à l’occasion de laquelle une séparation volontaire de certains groupes sociaux et ethniques a eu cours, explique encore aujourd’hui la manière dont les personnes sont localisées dans l’espace urbain, de leur résidence à leurs activités.

1.2. Mobilités, activités et territoires du quotidien : enrichir l’approche de la ségrégation résidentielle

10Si, dans les débats, les liens entre ségrégation résidentielle et mobilité quotidienne sont globalement peu explorés, en revanche ceux entre mobilité et exclusion sont plus présents. Ainsi, l’exclusion peut être définie en premier lieu comme une situation où un individu ne peut participer aux activités normales de la société dans laquelle il vit [Atkinson, 1998]. Le lien entre la mobilité et l’exclusion sociale est construit sur la base de la participation des populations à l’emploi, aux services, aux opportunités et aux réseaux sociaux (Kaufmann, 2002). L’accès à la mobilité est alors présenté comme une condition d’évitement de l’exclusion sociale [Ureta, 2008]. Ainsi, au-delà des visites, des loisirs et autres activités qui permettent au réseau de relations de se renforcer et de se diversifier, les activités quotidiennes (travail, études, achats, accompagnements, etc.) sont des occasions de rencontres, de contacts, de frottements. A l’inverse, l’immobilité (absence totale de déplacements hors-domicile), ou le repli exclusif sur la proximité du logement renvoient à la figure de l’enclave [Debrie, Steck, 2001 ; Dumont, Lombard, 2005]. J. Urry (2007) parle de capital en réseau pour rendre compte de la faculté des personnes à développer et entretenir des réseaux sociaux via la mobilité. Pour rendre compte de l’exclusion sociale et cibler les populations concernées, les localisations résidentielles et les espaces de vie doivent être considérés ensemble, permettant une meilleure description de l’isolement social des citadins défavorisés [Schnell, Yoav, 2001].

  • 3 Nous entendons par emploi formel l’emploi déclaré du point de vue légal. Il peut être exercé dans u (...)

11Dans les contextes urbains africains, la question de la ségrégation se pose avant tout en termes d’accès à l’emploi en général et d’accès à l’emploi formel en particulier3. Dans son travail sur la marginalisation et l’exclusion sociale dans les banlieues de Dakar, A. Piga (2005) souligne la mise à distance de citadins vivant dans certains quartiers périphériques, au sein desquels le travail formel est totalement absent. La forte centralité qui caractérise ces emplois les rend d’autant plus inaccessibles à ces populations, que les conditions de mobilité sont dégradées. En parallèle, l’accès au logement est difficile dans les villes d’Afrique de l’Ouest (Boyer, 2010). Les stratégies résidentielles qui y sont associées montrent une extrême diversité dans les comportements de mobilités et dans les dynamiques d’ancrages. Dans ses approches, M. Bertrand (2011) concentre son attention sur la dialectique ancrage/mobilités et sur l’exclusion qui peut y être associée, mais elle étudie plus spécifiquement les mobilités résidentielles en s’inscrivant dans le temps long de la ville, tandis que nous nous positionnons à situation résidentielle fixée, et observons les comportements des mobilités quotidiennes. Notre parti-pris est alors de considérer que ces deux approches sont complémentaires et qu’elles peuvent enrichir notre vision de la ségrégation dans les villes africaines contemporaines. Parce que les activités, les emplois, ou encore les services ne sont pas distribués de façon homogène dans les espaces urbains, parce que les distances sont parfois trop importantes pour pouvoir y accéder, la capacité variable de maîtrise de l’espace et du temps est une entrée fondamentale pour traiter des questions d’exclusion en milieu urbain. Cette perspective s’apparente à l’approche de L. Diaz Olvera, D. Plat et P. Pochet (2003 ; 2005), appliquée soit aux usages modaux (marche à pied en particulier), soit à l’accès à certaines activités (emploi, éducation, etc.). Nous nous positionnons ici dans le cadre d’une approche spatiale des comportements individuels (repli sur le quartier, accès aux pôles d’activités, etc.) et visons une considération exhaustive des activités réalisées.

12Les enjeux portés par l’exclusion sociale ou l’isolation socio-spatiale concernent avant tout les territoires les plus pauvres, alors même que la ségrégation, entendue comme la séparation spatiale de groupes sociaux, les concerne tous, les plus défavorisés comme les plus aisés. Cet article vise finalement à montrer que, pour traiter des enjeux sociaux soulevés par la ségrégation résidentielle, il est utile et intéressant de considérer, en plus de l’éventuelle spécialisation sociale des espaces résidentiels, les comportements de mobilité et les activités réalisées au quotidien ainsi que les différences qui y sont associées. Si les analyses réalisées ici portent sur les déplacements et les activités des Niaméens, elles se concentrent uniquement sur certaines comportements (repli, immobilité, accès à l’emploi, etc.) pouvant compléter une analyse de la ségrégation. Divers travaux portant sur la fragmentation sociale ont également comme objectif de rendre compte d’une séparation des citadins, portée par l’apartenance à une groupe social particulier, dans les espaces du quotidien [Cary, 2013 ; Navez-Bouchanine, 2002, Prévôt-Schapira, 1999]. Pour autant, ces travaux ne sont généralement pas combinés à une analyse de la ségrégation dans les espaces résidentiels, ce que nous proposons ici.

13Trois objectifs complémentaires sont poursuivis dans cet article et permettent d’enrichir notre compréhension des dynamiques ségrégatives à Niamey, présentées dans un premier temps à partir d’une typologie des espaces résidentiels. L’attention se porte sur les interactions interindividuelles rendues possibles par les citadins au travers de leurs déplacements et de leurs activités quotidiennes. Le premier point concerne la nature des activités hors-domicile réalisées. Le second point renvoie aux questions d’enclavement abordées dans la partie précédente. Pour rendre compte de l’enclavement, nous considérerons l’immobilité de certains citadins comme recouvrant l’absence de déplacements et les activités hors-domicile réalisées dans un petit périmètre autour du logement. Cet espace dit local a été défini sur la base d’un rayon de 1,25 km autour du logement, ce qui correspond à 15 minutes environ de marche à pied. Enfin, le troisième et dernier point concerne l’accès à l’emploi, ou plus exactement l’accès aux pôles d’emploi les plus importants.

1.3. Méthodologie

14Cet article repose principalement sur des données d’enquête quantitative. Ces données sont issues d’une enquête-ménage réalisée en 1996. 866 ménages ont alors été enquêtés, 2732 individus de plus de 5 ans ont répondu et ont décrit l’ensemble de leurs déplacements réalisés la veille du jour d’enquête, soient 11 772 déplacements enregistrés en tout. Diverses caractéristiques démographiques, socio-économiques et géographiques permettent de décrire les ménages et les individus enquêtés. La passation de l’enquête a duré 2 mois, après la saison des pluies, et porte sur les jours ouvrés de semaine. Ils sont complétés et interprétés grâce à des observations menées à Niamey lors de plusieurs voyages de terrain de courte durée réalisés en 2006, 2008 et 2012.

  • 4 Association Solidarité Internationale pour les Transports et la Recherche en Afrique Subsaharienne

15L’ancienneté des données utilisées dans cet article est une question importante. Cette enquête a été réalisée par le réseau SITRASS4qui bénéficie d’une grande expérience dans la production d’enquêtes-ménages en Afrique subsaharienne, ce qui garantit une certaine fiabilité des données dont nous disposons. De nombreux échanges avec les responsables de la collecte ont d’ailleurs ponctué le traitement des données. Si on peut considérer que la ville de Niamey a connu ces dernières années des évolutions importantes à différents points de vue, il n’en reste pas moins que les tendances mises en évidence gardent pour la plupart une grande pertinence pour les Niaméens d’aujourd’hui. Faute de pouvoir faire autrement, nous garderons tout de même la précaution de dire que notre terrain concerne le Niamey de la fin des années 1990. Il nous semble finalement important de maintenir un effort scientifique soutenu sur les villes africaines, y compris celles pour lesquelles peu de données sont disponibles… Soulever des questions et pointer des tendances fortes les concernant, même sur une base statistique ancienne, peuvent constituer une source de motivation pour relancer de nouvelles collectes. Néanmoins, quoique anciennes, ces données sont uniques et sans précédent car aucune autre enquête portant sur les déplacements n’a été conduite à Niamey, ni avant 1996, ni depuis. L’unicité de cette enquête justifie alors son exploitation la plus complète.

2. Le contexte niaméen

16Si l’approche de la ségrégation via l’analyse des comportements de mobilité n’est pas spécifique aux contextes urbains africains, elle est pertinente dans les métropoles africaines. Le développement rapide de l’urbanisation, et les problèmes associés de logement, de transport et d’équipements de proximité dans certains quartiers impactent au quotidien les comportements des citadins (activités et déplacements). La part modale de la marche à pied et l’importance relative des longs déplacements à pied [Diaz Olvera et al., 2005] illustrent cette contrainte. Les questions d’exclusion, d’isolement socio-spatial et de ségrégation se posent ainsi avec vigueur et les réponses qu’elles appellent sont centrées sur les individus, révélant ainsi des différences entre les membres d’un même ménage dans leurs habitudes au quotidien (effets de l’âge, du genre, du statut d’activité).

17Parce que nous disposons d’une enquête-ménages de qualité, nous avons choisi de travailler sur la ville de Niamey. Il s’agit de la capitale politique, économique et de la ville la plus peuplée du Niger. Le fleuve Niger sépare la ville en deux parties inégales puisque la rive droite, au Sud, est essentiellement résidentielle (à l’exception de l’Université Abdou Moumouni). La rive gauche s’étend quant à elle de part et d’autre de la dépression formée par le thalweg du Gounti Yena. Du fait de son développement rapide et peu planifié, l’habitat horizontal domine, la densité du bâti est plutôt faible, alors même que celle de la population atteint 23 000 hab/km2 dans les zones centrales [Ravalet, 2009].

18L’histoire de la ville de Niamey est récente et recèle plusieurs éléments structurants pour comprendre l’organisation des espaces urbains et les pratiques des citadins. Différents travaux permettent de reconstituer ces moments-clés [Motcho, 1991]. Plusieurs villages préexistaient à l’installation des colons français au début du XXème siècle. Parmi ceux-ci, les villages de Gamkallé, Saga ou encore Goudel sont restés presque intacts avec leur forme urbaine ancienne repérable et la présence d’un lacis de pistes étroites et sinueuses. L’urbanisation a rattrapé et dépassé ces villages, sans en modifier la structure.

19Les grands traits de la planification coloniale sont d’abord ceux d’une planification duale datant de 1937. L’ancien village de Kalley reprend ses quartiers derrière l’Assemblée Nationale (autour de ce qui sera plus tard le grand Marché), celui de Maourey est relocalisé entre les actuels Grand et Petit Marchés et Zongo au sud du Petit Marché. Ces trois villages relocalisés constituent le cœur de la « ville noire » dessinée par les Blancs. Quant à la « ville blanche », ou Plateau, elle concentre les populations les plus riches et un certain nombre de services et emplois qui leur sont destinés. Plusieurs quartiers voient le jour à cette période charnière de l’histoire du développement de Niamey. Après la décolonisation, la ville va rapidement s’accroître, tout particulièrement à l’occasion du boom économique de l’uranium dans les années 1970 et des grandes sécheresses (1972 et 1984). Sa croissance annuelle, alimentée par l’exode rural, se maintient depuis la fin de la seconde guerre mondiale à des niveaux compris entre 10 et 12 %5. La rapidité de cette croissance a favorisé l’émergence de nombreuses zones périphériques non-loties, souvent sous-équipées en services de bases pour les populations.

Carte 1. Niamey et ses quartiers

Carte 1. Niamey et ses quartiers

20Malgré les conditions climatiques difficiles (chaleur, poussière, ensablement, etc.), la marche à pied est très répandue dans la ville de Niamey. Ceci est lié au lent développement de la voiture particulière et à un système de transports collectifs perfectible. Ce dernier est constitué de deux composantes distinctes. Tout d’abord, le transport public proposé par la SOTRUNI (Société des Transports Urbains de Niamey) offre un service limité à quelques lignes et des fréquences assez faibles. De fait, comme dans beaucoup de villes africaines, l’offre proposée par les grandes entreprises de transport telle que la SOTRUNI a été supplantée par une offre de transport informelle très éclatée [Yayé Saidou, 2013].C’est la seconde composante, à savoir le transport privé de passagers. Il est principalement assuré par les taxis collectifs (taxis têtes-rouges) et les taxis faba faba [Motcho, Saidou, op. cit.], des minibus qui desservent un grand nombre de quartiers périphériques dans des conditions difficiles de confort, de temps d’attente et de précision de la desserte. Les premiers sont évalués à 4500 véhicules, les seconds à 400 véhicules de 19 places environ [Yayé Saidou, 2013]. Quelques véhicules complètent cette offre, ce sont les Talladjé-Talladjé - entre le centre et le quartier Talladjé- [Motcho, Saidou, 2012] ou encore Bassora Bassora, Lazaret Lazaret (selon le nom des quartiers desservis). Leur nombre est évalué à 150 [Yayé Saidou, op.cit.]. Nous ajouterons que l’ensemble de l’offre de transport collectif porte sur un parc de véhicules très anciens. Les conditions difficiles de déplacement ont in fine un impact important sur la manière dont les Niaméens se déplacent dans la ville et les lieux qu’ils pratiquent.

3. Localisations résidentielles, accès aux activités et pratiques des espaces urbains par les citadins niaméens

3.1. La ségrégation résidentielle vue au travers d’une typologie spatiale

  • 6 Pour la réalisation de la typologie, nous nous sommes appuyés sur plusieurs classifications ascenda (...)

21Les variables à partir desquelles la typologie résidentielle a été construite concernent les dimensions socio-économiques, démographiques et ethniques évoquées dans la problématique. Nous y ajoutons une dimension propre au cadre bâti et à la localisation dans Niamey. Les regroupements effectués concernent des secteurs de l’aire urbaine et se basent sur des caractéristiques propres à ceux-ci (type de logement, densité résidente et distance au centre) et aux ménages qui y résident (structure des ménages, appartenance ethnique du chef de ménage et niveau de revenus)6. La typologie résidentielle obtenue pour l’aire urbaine de Niamey est présentée sur la carte 2.

Carte 2. Typologie résidentielle de l’espace urbain de Niamey

Carte 2. Typologie résidentielle de l’espace urbain de Niamey

22Au-delà de la composante spatiale (position par rapport au centre et proximité des zones d’un même groupe), quelques tendances permettent de compléter notre vision des groupes de quartiers formés (graphique 1). Les densités observées dans les quartiers centraux et populaires sont d’autant plus importantes que la grande majorité des logements ne comporte qu’un seul et unique niveau. La spécificité des zones péricentrales aisées est également à noter, elle se manifeste tant par la forte proportion de villasque par celle de constructions en dur. Les habitations de cour pluri-familiales, souvent en banco, constituent le type de logement le plus fréquent dans la capitale nigérienne.

Graphique 1. Analyse descriptive comparée des groupes de la typologie résidentielle niaméenne

Graphique 1. Analyse descriptive comparée des groupes de la typologie résidentielle niaméenne

23Ces résultats concordent avec ceux obtenus par J.P. Jambes (1996) pour la construction de sa typologie centrée sur les niveaux de vie et les critères ethniques et ceux de H. Motcho (1998) qui s’est concentré sur les différents types d’habitat dans la capitale nigérienne. Sur la base des éléments présentés dans la problématique, nous proposons maintenant une lecture originale des comportements de mobilité et des activités pratiquées hors du domicile par les habitants de Niamey, de manière à éclairer les questions de ségrégation et d’exclusion sociales.

3.2. Les activités quotidiennes : quelles différenciations ?

24« Everyday life activities are frequently divided into several spheres of practices, with most literature distinguishing between work, social contacts, shopping, personal arrangements, and leisure activities. » [Schnell, Yoav, 1999, p. 3]. Les statuts professionnels (actifs salarié, actif non-salarié, chômeur, sans activité, retraité, etc.) conditionnent fortement la nature des activités et les sphères sociales auxquelles elles sont associées. Dans la caractérisation des statuts individuels, les actifs salariés et non-salariés sont considérés séparément, ce qui fait écho à l’opposition entre le travail formel et informel, associés à des situations professionnelles et sociales différentes. Tous les actifs salariés appartiennent par définition au secteur formel. Le secteur du travail informel (une grande partie des personnes déclarées comme actifs non-salariés) concerne notamment le petit commerce et l’artisanat. Pour G. Massiah et J.-F. Tribillon (1988), les sociétés africaines de la fin des années 1990 semblaient se partager « en deux grands regroupements selon le critère de la stabilité de l’emploi, de l’accès à des revenus stables, mêmes faibles, issus du secteur monétaire moderne » [op. cit., p. 96]. Cette remarque reste pertinente aujourd’hui.

25Les revenus jouent alors à double titre sur les activités réalisées : d’une part statuts et revenus sont très liés, d’autre part, à statut fixé, les mobilités sont plus fréquentes chez les plus aisés. Ainsi, les revenus décroissent selon l’appartenance respective au groupe des actifs salariés, des actifs non-salariés et des personnes sans activité. Cette même tendance peut être observée pour la formation (souvent utilisée comme variable proxy des revenus). 80 % des citadins ayant suivi des études universitaires sont actifs et salariés, cette proportion chute à 15 % parmi ceux qui n’ont pas dépassé le niveau primaire et plus de la moitié d’entre eux sont sans activité. Pour autant, les écarts de participation aux activités entre les personnes enquêtées révèlent deux enseignements, qui concernent les effets de genre et l’importance des mobilités de sociabilité.

Graphique 2. Fréquence de citadins effectuant chaque activité selon leur statut à Niamey

Graphique 2. Fréquence de citadins effectuant chaque activité selon leur statut à Niamey

26Cette différenciation par le statut se double d’une différenciation de genre. Les femmes dominent largement parmi les sans-activités (77 %), alors que les hommes sont plus représentés parmi les scolaires/étudiant (53 %), les actifs non-salariés (60 %) et les actifs salariés (75 %). « L’accès à l’emploi résulte d’un long processus qui, non seulement structure l’environnement social dès la scolarisation, mais également confère aux individus un capital humain différent. La plus faible participation des femmes au salariat et leur plus forte incidence au niveau du travail indépendant marginal s’inscrivent précisément dans ce processus » [Lachaud, 1997, p. 185].

27Notre travail montre que les citadins ayant les niveaux d’éducation les plus faibles sont majoritairement sans-activité ou actifs non-salariés, tandis que les actifs salariés sont largement majoritaires (plus de 80 %) parmi les citadins ayant suivi des études universitaires. Ces différences liées au genre rendent compte de la force des rôles sociaux associés respectivement aux hommes et aux femmes.

28Les femmes ont des déplacements essentiellement tournés vers la sphère domestique, notamment les achats et ce, quel que soit leur statut – scolaire, actifs non-salariés et actifs salariés. Parmi les scolaires/étudiants, les achats concernent deux fois plus de jeunes filles que de jeunes hommes. Ceux-ci sont par contre plus nombreux à s’investir dans les autres activités, en particulier les visites (46 % d’entre eux contre 27 % des femmes), la pratique religieuse (16 % contre 1 %) et les loisirs (12 % contre 3 %). Le fait que les femmes se déplacent plus pour faire des achats que les hommes se confirme dans le groupe sans-activité ainsi que dans celui des actifs non-salariés (graphe 5). Même lorsqu’elles exercent une activité rémunérée, les femmes continuent, bien plus que les hommes, à faire les achats de type domestique. Ces résultats renvoient encore aux rôles sociaux des unes et des autres.

29L’accès au statut d’actif salarié est certes limité pour les femmes, mais celles qui y accèdent ont alors des activités et des comportements de mobilité qui se rapprochent fortement de ceux des hommes ayant le même statut. Pour L. Diaz Olvera et al. (2004), l’accès à un emploi formel serait « un moyen pour échapper quelque peu à l’emprise du contrôle masculin sur les lieux qu’elles fréquentent » (op.cit., p. 240).

Graphique 3. Fréquence d’actifs non-salariés et de sans-activité effectuant chaque activité selon leur genre

Graphique 3. Fréquence d’actifs non-salariés et de sans-activité effectuant chaque activité selon leur genre

30Les activités fortement contraintes sont logiquement celles qui varient le plus, mais les achats, les visites, les démarches et la pratique religieuse diffèrent également. Les Niaméens sont très nombreux à faire des visites pour entretenir leurs réseaux sociaux en général et familiaux en particulier, ils sont même 55 % parmi les sans-activités à opérer ce type de déplacement le jour enquêté. S’ils ne sont que 42 % parmi les retraités, c’est probablement que la sociabilité passe par la participation aux prières et aux manifestations religieuses : « C’est (…) grâce à la perméabilité des innombrables réseaux sociaux que chaque citadin peut tisser et instaurer un capital de relations qui se révèlera particulièrement précieux dans les difficultés de la vie quotidienne » [Piga, 2005, p. 159].

31La pratique religieuse ou encore les déplacements pour les loisirs occupent une place très importante dans le quotidien masculin, en particulier pour tisser et entretenir les réseaux de relation. L’insertion sociale se réalise davantage pour les femmes au travers des déplacements pour les achats. L’investissement personnel dans l’entretien des réseaux de sociabilité (visites fréquentes) ressort nettement chez les hommes et les femmes. Néanmoins, les espaces et les activités qui permettent d’entretenir et de diversifier ces réseaux se révèlent finalement assez différents selon le sexe.

3.3. Le repli spatial : étude de l’immobilité de la vie locale

32Parmi les Niaméens, 9,5 % ne se sont pas déplacés le jour enquêté et 45 % sont restés à proximité de leur logement (ils ne s’en sont pas éloignés de plus de 1,25 km). Cette seconde proportion est très élevée. Nous rappelons ici que la part modale de la marche à pied est de près de 70 % de l’ensemble des déplacements dans cette ville. La propension à l’immobilité ou à la vie locale varie fortement selon le statut individuel considéré. Au-delà de la proportion élevée de scolaires/étudiants qui reste proche de leur logement, une forte variabilité des replis spatiaux est observée parmi les actifs salariés, non-salariés et les sans-activités.

33Le genre, l’âge, les niveaux de scolarité et de revenus ont également un effet sur la propension à l’immobilité et à la vie locale. Les femmes sont plus concernées que les hommes par l’immobilité (15 % contre 5 %) et la vie à proximité (52 % contre 38 %). « Avec l’augmentation de la durée de résidence, pour les hommes, le quartier d’habitation devient de plus en plus le centre des activités domestiques et sociales hors du domicile. (…) Pour les femmes, au contraire, dès leur arrivée, le quartier d’habitation est le lieu principal des activités hors du domicile » [Clément, Dille, 2001, p. 229]. En avançant dans le cycle de vie, l’immobilité croît nettement (de 5 % pour les moins de 20 ans à 27 % pour les plus de 60 ans) tandis que la propension à la vie locale suit une courbe convexe (elle concerne surtout les plus jeunes et les plus âgés). Plus les niveaux de scolarité ou de revenus sont élevés, moins les Niaméens restent dans ou à proximité de leur logement.

34Quelques différences importantes peuvent être mises en évidence entre les zones de résidence. (graphique 4). L’immobilité et plus encore la vie locale sont particulièrement développées dans le centre, mais le sont moins dans le péricentre aisé. La propension à l’immobilité est relativement élevée parmi les résidents des périphéries non-loties récentes.

Graphique 4. Immobilité et vie locale selon la localisation résidentielle à Niamey

Graphique 4. Immobilité et vie locale selon la localisation résidentielle à Niamey
  • 7 Les tabliers sont des marchands installés sur le trottoir et ne disposant que d’une table en bois ( (...)

35Quel que soit le lieu d’habitation, les actifs salariés sont rarement immobiles. L’accès à ce statut permet aux citadins concernés d’être peu dépendants du lieu d’habitation dans la mesure où ils sont plus souvent motorisés et ont les moyens de prendre les transports collectifs. A l’inverse, la proportion de personnes sans-activité immobiles varie fortement selon le lieu de résidence, elle est particulièrement élevée dans certains quartiers périphériques (parmi lesquels Banga Bana, Kirkissoye, Lazaret, Saga et Foulani Kouara), puisqu’elle y atteint plus de 30 %, alors qu’elle se situe entre 10 et 20 % dans les autres zones. Les résidents de ces quartiers exercent beaucoup moins d’activités hors-domicile que ne le font les autres résidents niaméens. Si les comportements de mobilité sont liés en premier lieu aux caractéristiques sociodémographiques et économiques des citadins, le fait d’habiter l’un de ces quartiers semble accroître les difficultés sociales des populations qui y vivent. Ainsi, et dans la même perspective, la proportion de sans-activité se déplaçant pour rendre visite à des proches est faible (20 % environ contre plus de 50 % pour les résidents des autres quartiers). Il semble donc possible de parler d’isolement socio-spatial pour les populations concernées. La spécificité des conditions de vie, particulièrement difficiles dans les périphéries non-loties récentes, et le recours aux solutions ad hoc pour se déplacer et assurer les meilleures conditions de vie possibles ont déjà été pointées dans diverses villes africaines [Fall, 2008 ; Diaz et al., 2005]. X. Godard (2002) pointe également le repli sur le quartier des populations les plus pauvres et résidant dans les périphéries dakaroises. Les interactions suscitées au quotidien par les activités hors-domicile sont plus limitées encore pour les femmes qui y résident. Cette différence de genre, en partie dissimulée par les statuts, se retrouve également dans la connaissance et l’appropriation des espaces urbains. Á la question « où situez-vous le centre de Niamey ? » (question posée dans l’enquête-ménage), 10 % des hommes ne répondent pas, faute d’inspiration, 73 % des femmes en font de même. Le repli des populations défavorisées sur les quartiers périphériques peut avoir des conséquences importantes sur le plan social dans la mesure où ces espaces sont précisément ceux au sein desquels l’offre d’emploi et d’achats est faible. Pour effectuer leurs achats, ces citadins doivent parfois se contenter des quelques tabliers7 présents sur place. Cette offre de petite envergure (qui se résume parfois à quelques vendeurs ambulants) permet certes à des citadins peu mobiles d’accéder à des biens de première consommation sans se déplacer, mais à des prix plus élevés [Diaz Olvera et al., 2003].

3.4. Niamey, une ville bi-centrique ? Étude de l’accès aux pôles d’activité

36Pour mieux comprendre le fonctionnement de l’aire urbaine niaméenne, nous avons repéré les territoires les plus attractifs par le recensement des déplacements à destination de chaque zone. Les déplacements internes au quartier de résidence n’ont pas été considérés ici. La différence de localisation des emplois salariés et non-salariés est nette.

37Á Niamey, le travail non salarié se concentre dans trois territoires de la ville : les marchés les plus dynamiques de la ville. Du sud au nord, le Petit Marché, le Grand Marché et le Marché Katako (enregistrés auprès de l’administration de la ville) regroupent de nombreux marchands non-salariés non seulement sur les emplacements dédiés mais également aux abords. Le Grand Marché est un espace proposant équipements et tissus divers. Le Marché Katako (le plus au Nord) concentre de nombreux ferrailleurs et offre principalement des accessoires de quincaillerie. Au moment de l’enquête, les fruits et légumes et plus largement les produits de consommation immédiate étaient plutôt disponibles au Petit Marché. Ce marché a brusquement disparu à la suite d’un incendie en 2012 et les étals se sont relocalisés pour partie dans les rues adjacentes, pour partie vers le marché Djamadjé (au bord du Gounti Yena). Ce marché, de faible importance en 1996, s’est fortement développé depuis. Nous manquons cependant de données quantitatives pour analyser les différents types de populations qui s’y rendent depuis qu’il a été relocalisé.

38Parmi les emplois salariés du secteur tertiaire, la fonction publique joue un rôle prépondérant (elle concerne deux tiers des entrées recensées). Deux pôles d’attraction de première importance ressortent alors, à savoir le Centre/Petit Marché et le Plateau. Le premier concentre à la fois les services de la ville de Niamey, l’Assemblée nationale, les ministères du Travail, de l’Agriculture, de la Fonction publique, des Transports et de l’Aviation civile et plusieurs banques. L’attraction du second est liée à la présence de nombreux ministères (Intérieur, Santé, Equipement, etc.), aux O.N.G. et à l’Hôpital National. Dans ces deux zones, la concentration d’emplois formels est encore forte en 2013.

39Deux territoires contrastés concentrent quotidiennement les citadins, le centre petit/grand marché et le Plateau. Leur fonction est très différente. Se croisent dans le premier des salariés, des non-salariés relevant de situations variées (commerçants aisés, marchands ambulants ou mendiants…) et de nombreux citadins qui viennent y faire leurs courses. Cette mixité évidente ne doit pas cacher la proportion importante de citadins repliés sur leur logement ou leur quartier, par choix ou non. Le Plateau quant à lui reçoit des populations bien moins variées. L’accès à cet espace est ainsi bien plus fréquent pour les populations aisées qu’il ne l’est pour les autres citadins. Les localisations résidentielles des citadins exerçant un emploi salarié sur le Plateau ou dans la zone centrale (les deux pôles d’emplois salariés les plus attractifs) diffèrent ainsi très nettement. Les habitants des zones péricentrales aisées forment 55 % des citadins qui travaillent sur le Plateau.

Carte 2. Le travail salarié et non salarié dans la métropole niaméenne

Carte 2. Le travail salarié et non salarié dans la métropole niaméenne

40Cette organisation spatiale des activités sur deux centres importants date de la planification coloniale des années 1930. Le Plateau est un territoire encore marqué par la ségrégation tandis que le centre, Petit/Grand Marché, a vu émerger en son sein un certain nombre d’activités du secteur formel, institutionnel et bancaire en particulier. Ces activités ont permis de faire évoluer cet espace central, qui se démarque nettement du rôle que lui donnait la planification coloniale. Si les deux territoires qui façonnent le nouveau bi-centrisme niaméen n’ont pas les mêmes fonctions et ne sont pas pratiqués au quotidien par les mêmes citadins, il faut finalement souligner qu’y accéder reste d’une grande difficulté pour une partie des Niaméens, qui en sont manifestement exclus. Ailleurs en Afrique, à Douala et Conakry par exemple, les emplois de commerce dans le centre sont aussi repérés comme plus rémunérateurs [Diaz Olvera et al., 2007]. Ne travaille pas qui veut sur ces marchés. Il faut se faire une place, ce qui nécessite des réseaux sociaux importants et dynamiques.

Conclusion

41En visant une approche de la ségrégation qui dépasse l’analyse des localisations résidentielles, nous avons pu mettre en évidence diverses caractéristiques de l’aire urbaine niaméenne et des modes de vie des citadins. L’influence des plans d’aménagement des années 1930 sur les spécialisations sociales résidentielles reste encore importante, elle marque également, malgré une évolution forte du centre « petit/grand marché », l’organisation des activités dans la ville. Cela se ressent tout particulièrement dans la concentration des activités et des emplois dans les zones centrales (bicentrisme renouvelé Plateau/Centre). Les conséquences sociales sont sans équivoque, avec un repli marqué des populations dans certains espaces périphériques, dont certains sont totalement dépourvus d’équipements et d’activités. C’est précisément l’influence de la planification urbaine coloniale sur les localisations résidentielles, d’une part, et les pratiques de mobilité, d’autre part, qui incitent à l’usage du concept de ségrégation.

42Dans un contexte où l’équipement en voiture ou en deux-roues moteur est faible, et où l’argent manque pour payer les transports collectifs, des arbitrages se font jour au sein des ménages, avec des différences entre les hommes et les femmes qui se pérennisent. La mobilité des femmes en général, et de celles résidant dans les périphéries non-loties en particulier, est « réduite et contrainte » [Coutras, 2007 : 171]. Dans les pays du Sud, la même auteure relève que « l’insertion des femmes sur le marché du travail doit encore et toujours être reliée à l’organisation du travail domestique » [op.cit. : 172]. Cet article permet de rendre compte non seulement de l’isolement social de certaines populations, mais aussi des espaces vers lesquels elles se déplacent en centre-ville, qui ne sont pas les mêmes que ceux vers lesquels se rendent d’autres populations plus aisés. Ces résultats légitiment les approches de la ségrégation basée sur les mobilités quotidiennes. Cet article permet de renouveler, grâce à une méthodologie originale, le regard sur la relation entre l’organisation spatiale des activités et des citadins et les pratiques qui en découlent.

43Si l’analyse présentée dans cet article est portée par des données anciennes, la situation et les conclusions auxquelles nous sommes parvenues restent d’actualité. L’offre de transport collectif est encore aujourd’hui portée par le secteur informel, qui tant bien que mal et malgré la vétusté des véhicules, continue de répondre aux besoins de déplacement de la population niaméenne. La croissance de cette dernière depuis 1996 ne peut qu’accentuer la ségrégation dans la capitale nigérienne. En ce sens, les pouvoirs publics se trouvent confrontés à des besoins croissants en termes de transports et déplacements [Yayé Saidou, 2013].

44Lutter contre la ségrégation ne nécessite pas uniquement de travailler sur les localisations et les mobilités résidentielles, mais appelle des interventions orientées vers les individus eux-mêmes. Cela impose de prendre en compte les relations variables des personnes avec les espaces urbains. Une meilleure connaissance des accès aux pôles attractifs et des personnes s’y rendant s’impose.

45Une enquête-ménage, ou un recensement permettrait d’éclairer les dynamiques spatiales individuelles en cours à Niamey et les enjeux sociaux contemporains qu’elles soulèvent. L’analyse des comportements de mobilité et des activités est cependant contrainte par la faible possibilité d’études géographiques fines.

Haut de page

Bibliographie

ATKINSON T., (1998), « Social exclusion, poverty and unemployment », in A.B. Atkinson, J. Hills (dir.), Exclusion, Employment and opportunities, Case papers, pp. 1-20.

BERTRAND M., (2011) De Bamako à Accra, Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala.

BOYER F., (2010), Croissance urbaine, statut migratoire et choix résidentiels des ouagalais. Vers une insertion urbaine ségrégée ?, Revue Tiers Monde, No. 201, vol. 1, pp. 47-64.

CARREL M., CARY P. et WACHSBERGER J.-M. (dir.) (2013). Ségrégation et fragmentation dans les métropoles, perspectives internationales, Presses Universitaires du Septentrion.

CARY P., (2013), « Les effets des malls sur la ségrégation socio-spatiale », in Carrel M., Cary P. et Wachsberger J.-M. (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles, perspectives internationales, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 287-304.

CLEMENT C., DILLE B., (2001), « Durées de résidence et mobilité urbaine quotidienne des femmes nigériennes (Niamey et Konni) », in J. Lévy et C. Bonvalet (dir.), L’accès à la ville, l’Harmattan, pp. 225-244.

COUTRAS J., (2007), « Le genre et les défis spatio-temporels contemporains », in N. Gavray (dir.), Femmes et mobilités, Cortext, pp. 163-179.

DEBRIE J., STECK B. (2001), « L’enclavement, réévaluation théorique et application à l’Afrique de l’Ouest », l'espace géographique, no 1, Tome 30, pp. 26-36.

DIAZ OLVERA L., PLAT D., POCHET P., (2003), Transportation conditions and access to services in a context of urban sprawl and deregulation. The case of Dar es Salam, Transport Policy, n° 10, pp. 287-298.

DIAZ OLVERA L., PLAT D., POCHET P., (2004), « Mobilités quotidiennes des femmes en Afrique subsaharienne », in F. Denèfle (dir.), Femmes et villes, pp. 135-153.

DIAZ OLVERA L., PLAT D., POCHET P., (2005), « Marche à pied, pauvreté et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’Ouest. Le cas de Dakar », in C. Buisson, D. Mignot (dir.), Concentration économique et ségrégation spatiale, De Boeck, pp. 245-261.

DIAZ OLVERA L., PLAT D., POCHET P., (2007), Mobilité quotidienne en temps de crise, Belgéo, No. 2, pp. 173-187.

DUMONT F., LOMBARD J., (2005), Éditorial : L’enclavement des uns n’est pas celui des autres, Espace, Populations, Sociétés, pp. 1-5.

DUREAU F., DUPONT V., LELIEVRE E., LEVY J.-P., LULLE T., (2000), Métropoles en mouvement, Une comparaison internationale, Economica, I.R.D.

FALL A.S., (2008), Bricoler pour survivre, Éditions Karthala.

GODARD X. (2002), « Les transports de Dakar : vers une intégration lente », in Diop M.-C. (dir.), La société sénégalaise entre le local et le global, Éditions Karthala, pp. 657-685.

JAMBES J.-P., (1996), Typologie de l’espace urbain sahélien : le cas de Niamey, Cahiers d’Outre-mer de Bordeaux, No. 195, pp. 317-330.

JARGOWSKY P.A., (2002), « Sprawl, concentration of poverty, and urban inequality », in Squires G. (dir.), Urban sprawl: causes, consequences and policy responses, Urban Institute Press, pp. 39-72.

KAUFMANN V., (2002), Re-thinking mobility, Contemporary sociology, Ashgate.

LACHAUD J.-P., (1997), Les femmes et le marché du travail urbain en Afrique Subsaharienne, l’Harmattan.

MASSIAH G., TRIBILLON J.-F., (1988), Villes en développement, La Découverte, Cahiers libres.

MOTCHO H., (1991), Cadres de vie et systèmes de santé à Niamey (Niger), Thèse de doctorat en Géographie des Espaces Tropicaux, UFR de Géographie et de Gestion des Espaces, Université Montaigne de Bordeaux 3.

MOTCHO H.K., (1998), « Cadre de vie urbaine : les reflets de la pauvreté à Niamey », Actes du colloque Urbanisation et pauvreté en Afrique de l’Ouest, Département de géographie/FLSH/UAM

MOTCHO H., SAIDOU H.Y., (2012), Grandeur et décadence des taxis suburbains Talladjé-Talladjé de la ville de Niamey, Espaces-Temps.net.

NAVEZ-BOUCHANINE F., (2002), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Éditions de l’Harmattan.

PARK R.E., BURGESS E.W., MAC KENZIE R.D., (1925), The city, University of Chicago Press.

PIGA A., (2005), « Pauvreté et exclusion sociale dans les capitales du Sahel », in Boccella et Billi (dir.), Développement, inégalités, pauvretés, Karthala, pp. 143-168

PRETECEILLE E., (2004), « Définir et analyser la ségrégation sociale », in A.D.E.F., Les mécanismes fonciers de la ségrégation, pp. 9-29.

PREVOT-SCHAPIRA M.-F., (1999) « Amérique latine, la ville fragmentée », Esprit, 258, pp. 128-144.

RAVALET E., (2009), Ségrégation urbaine et mobilité quotidienne, une perspective internationale, Études de cas à Niamey, Puebla, Lyon et Montréal, Thèse de PhD en Etudes Urbaines et de doctorat en Économie des Transport, INRS-UCS, Canada et Université de Lyon, France.

REMY J., (1996), « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Hirschhorn et Berthelot (dir), Mobilités et ancrages : vers une nouveau mode de spatialisation ?, Éditions de l’Harmattan, pp. 135-153.

SCHEINER J., KASPER B., (2003), Modes de vie, choix de l’emplacement de l’habitation et déplacements quotidiens, Revue Internationale des Sciences Sociales, vol. 2, no 176, pp. 355-369.

SCHNELL I., YOAV B., (2001), The sociospatial isolation of agents in everyday life spaces as an aspect of segregation, Annals of the Association of American Geographers, vol. 91, no 4, pp. 622-636.

URETA S., (2008), To move or not to move ? Social exclusion, accessibility and daily mobility among low-income population in Santiago, Chile, Mobilities, vol. 3, n° 2, pp. 269-289.

URRY J., (2007), Des inégalités sociales au capital en réseau, Revue Suisse de Sociologie, vol. 33, n° 1, pp. 9-26.

YAYE SAIDOU H., (2013), Transport et pollution dans la ville de Niamey, Territoires, Sociétés et Environnement, No . 2, pp. 143-154.

Haut de page

Notes

1 Association Solidarité internationale pour les transports et la recherche en Afrique subsaharienne, réunissant des hauts-fontionnaires, cadres et chercheurs d’Afrique et d’Europe.

http://sitrass-seminaire.org/

2 http://www.territoires-ville.cerema.fr

3 Nous entendons par emploi formel l’emploi déclaré du point de vue légal. Il peut être exercé dans une structure publique ou privée.

4 Association Solidarité Internationale pour les Transports et la Recherche en Afrique Subsaharienne

5 http://www.banquemondiale.org/niger

6 Pour la réalisation de la typologie, nous nous sommes appuyés sur plusieurs classifications ascendantes hiérarchiques, des analyses factorielles des correspondances simples et multiples.

7 Les tabliers sont des marchands installés sur le trottoir et ne disposant que d’une table en bois (ou valise en bois parfois posée sur des tréteaux). Les produits vendus sont divers mais on trouve régulièrement des cigarettes et des médicaments.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Niamey et ses quartiers
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 2. Le travail salarié et non salarié dans la métropole niaméenne
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Graphique 1. Analyse descriptive comparée des groupes de la typologie résidentielle niaméenne
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 2. Fréquence de citadins effectuant chaque activité selon leur statut à Niamey
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 3. Fréquence d’actifs non-salariés et de sans-activité effectuant chaque activité selon leur genre
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 4. Immobilité et vie locale selon la localisation résidentielle à Niamey
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/6067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ravalet et Stéphanie Vincent-Geslin, « Mobilités, activités et territoires du quotidien à Niamey (Niger)  », Espace populations sociétés [En ligne], 2015/1-2 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/6067 ; DOI : 10.4000/eps.6067

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Ravalet

Laboratoire de Sociologie Urbaine (LaSUR)
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL)
Bâtiment BP, Station 16
CH-1015 Lausanne

Stéphanie Vincent-Geslin

Laboratoire d’Economie des Transports (LET)
ENTPE
Rue Maurice Audin
69518 Vaulx-en-Velin cedex Laboratoire de Sociologie Urbaine (LaSUR)
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL)
Bâtiment BP, Station 16
CH-1015 Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals