Navigation – Plan du site

Les inégalités sociales et spatiales de santé et de mortalité

Thierry Eggerickx, Cristina Munno, Jean-Paul Sanderson et Christophe Vandeschrick

Grâce aux progrès de l’hygiène publique et privée, à l’amélioration globale des conditions de vie et aux innovations médicales, l’espérance de vie a augmenté. Cette tendance concerne les pays occidentaux depuis plus d’un siècle et les pays en développement plus récemment. Pour les premiers, l’espérance de vie à la naissance a doublé, passant d’une quarantaine d’années vers le milieu du 19e siècle à plus de 80 ans de nos jours (Riley, 2001 ; Adveev et al., 2011). Si en Afrique centrale et en Asie du sud, deux des régions les plus pauvres du monde, l’espérance de vie à la naissance (respectivement 52 et 66 ans) reste très nettement inférieure aux moyennes européennes, il n’en demeure pas moins que les progrès y ont été rapides. En Afrique, après une période de régression de l’espérance de vie durant les années 1990, celle-ci a connu une progression rapide, passant de 52 ans en 2003 à près de 60 ans en 2015 ; l’accès aux médicaments antirétroviraux a favorisé une diminution sensible de la mortalité liée au VIH-sida, (Pison, 2003 ; 2015).

Dans ce contexte quasi généralisé de progrès de la longévité, des inégalités importantes subsistent, voire s’aggravent, à l’intérieur des pays tout comme entre les classes sociales (Rican et al., 2003). Dans les années 1990, il y avait en France sept (7) années d’écart d’espérance de vie à 35 ans entre un cadre occupant une profession intellectuelle supérieure et un ouvrier (Cambois et Jusot, 2007). En Belgique, en 2001, 7,5 années séparaient l’espérance de vie à 25 ans d’un homme sans diplôme scolaire de celui bénéficiant d’un diplôme de l’enseignement supérieur (Van Oyen et al., 2010). Les variations géographiques de mortalité sont également importantes (Caselli et Vallin, 2002). Ainsi, en Wallonie (Belgique), pour la période d’observation 2010-2014, il y a 4,5 ans d’écart d’espérance de vie à la naissance à l’échelle des arrondissements, alors que cette différence grimpe à 12 années au niveau des communes.

Si ces inégalités spatiales et sociales en matière de mortalité et de santé sont, séparément, des réalités connues et profondément ancrées dans l’histoire ancienne et récente des sociétés (Valkonen, 2002), les études mesurant l’impact des compositions sociales sur les disparités spatiales de mortalité et de santé sont rares (Bengtsson et Van Poppel F., 2011 ; Kesztenbaum et Rosenthal, 2016). Ces deux composantes, sociales et spatiales, sont pourtant largement liées, ne serait-ce qu’en raison de l’effet de composition sociale des territoires. Quelques rares études ont démontré qu’après contrôle des facteurs socioéconomiques, les disparités locales et régionales de mortalité demeuraient importantes, hier comme aujourd’hui (Reid A.et Van den Boomen, 2015 ; Rican et al., 2003). Cela signifie qu’au-delà des caractéristiques socio-économiques, d’autres facteurs contribuent aux différences de mortalité entre régions et arrondissements : les attitudes face à la santé, les comportements alimentaires, les composantes environnementales et culturelles des « territoires », l’offre et la qualité des soins, etc.

Comment se combinent ces différents facteurs ? Quel est leur poids respectif dans l’explication des différences géographiques de mortalité et de santé ? Répondre à ces questions permettrait sans nul doute d’améliorer la compréhension des déterminants des niveaux et évolutions de la mortalité et surtout de guider les politiques sociales et sanitaires.

Par ailleurs, quelques études ont mis en évidence une constante temporelle dans les schémas spatiaux de mortalité (Bonneuil, 1993 ; Gregory, 2009) alors que d’autres identifiaient plutôt les permanences et les changements (Eggerickx et Sanderson 2010). Comment expliquer la stabilité et ou le changement des schémas spatiaux de mortalité et de santé ? Ces schémas spatiaux varient-ils, ou non, selon le sexe, l’âge ou encore les causes de décès ? Parmi les facteurs à envisager, il sera utile de mettre l’accent sur les migrations tant internes qu’externes. L’éventuel effet de sélection des migrants pourrait-il expliquer la stabilité et ou le changement des schémas spatiaux de mortalité et de santé ? Comment cet effet de sélection interfère-t-il sur les situations de mortalité des zones de départ et d’accueil ? 

C’est dans ce cadre d’interactions entre les dimensions sociales et spatiales de la mortalité et de la santé que devront se situer les articles répondant à cet appel à contributions. Celui-ci concerne tant les cas empiriques des pays occidentaux que ceux des pays du sud, des situations contemporaines que celles du passé. Les articles présentant des approches théoriques et méthodologiques de cette problématique seront également les bienvenus, au même titre que ceux abordant les systèmes de santé comme les politiques publiques de santé.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 350 mots) : 28 avril 2017.
Sélection des résumés par le Comité de rédaction : juin 2017.
Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : 1er novembre 2017

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à
Thierry Eggerickx : thierry.eggerickx@uclouvain.be
et
Jean-Paul Sanderson : jean-paul.sanderson@uclouvain.be

Bibliographie

ADVEEV A., EREMENKO T., FESTY P., GAYMU J., LE BOUTEILLEC N., SPINGER S., (2011), Populations et tendances démographiques des pays européens (1980-2010), Population-F, 66 (1), pp. 9-133.

BENGTSSON A., VAN POPPEL F., (2011), Socioeconomic inequalities in death from past to present: an introduction, Exploration in Economic History, 48, 343-356.

BONNEUIL N., (1993), Transformation of the French Demographic Landscape, 18061906, Clarendon Press Oxford.

CAMBOIS E., JUSOT F., (2007), Ampleur, tendance et causes des inégalités sociales de santé et de mortalité en Europe : une revue des études comparatives, Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 2-3, pp. 10-14.

CASELLI G., VALLIN J., (2002), Les variations géographiques de la mortalité, Démographie : analyse et synthèse. III. Les déterminants de la mortalité, sous la direction de G. Caselli, J. Vallin et G. Wunsch, Éditions de l’INED, Paris, pp. 373-415.

EGGERICKX T., SANDERSON J.-P., (2010), Les inégalités spatiales de mortalité en Belgique : 1980-2005, Démographie et santé, CUDEP, Bordeaux, pp. 145-161.

GREGORY I.N., (2009), “Comparisons between geographies of mortality and deprivation from 1900s and 2001: spatial analysis of census and mortality statistics”, BMJ, pp. 1-8.

KESZTENBAUM, L., ROSENTHAL, J.-L., (2016), The democratization of Longevity: how the poor became old in Paris, 1880-1913, in Farinas Ramiro, D., Oris M., New approaches to death in cities during the health transition, Springer, 2016

PISON G., (2003), Tous les pays du monde, Population & Sociétés, n° 392, juillet-août, 8 p.

PISON G., (2015), Tous les pays du monde, Population & Sociétés, n° 525, septembre, 8 p.

REID A., VAN DEN BOOMEN N., (2015), The faces of death: regional differentiation in cause-specific mortality in the past, The History of Family, 20, 3, pp. 309-319.

RICAN S., JOUGLA E., SALEM G., 2003, Inégalités socio-spatiales de mortalité en France, BEH (bulletin épidémiologique hebdomadaire), n° 30-31, pp. 142-145.

RILEY C., Rising Life Expetancy. A Global History. Cambridge University Press, 2001

VAN OYEN H., DEBOOSERE P., LORANT V., CHARAFEDDINNE (eds), (2010), Les inégalités sociales de santé en Belgique, Politique fédérale scientifique, Academia Press, Gand, 200 p.

VALKONEN T., (2002), Les inégalités sociales devant la mort, Les déterminants de la mortalité. Démographie : analyse et synthèse III, G. Caselli, Vallin J., Wunsch G., (eds), Editions de l’INED, Paris, pp. 351-372.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals