Navigation – Plan du site
Articles
Réseaux et accès à la mobilité et aux ressources de la mobilité

Les liens forts. Réseaux familiaux et migrations pour études dans les familles d’élites maliennes

Strong Ties. Family Networks and Student Migration Within Malian Elite Families
Kévin Mary

Résumés

L’objectif de cet article est la mise en lumière des modalités concrètes par lesquelles les membres des familles d’élites maliennes ont accès à la migration internationale pour études. L’article insiste sur le fait que cet accès repose sur différentes ressources, toutes liées à des réseaux sociaux. Il s’agit, d’une part, de l’essaimage géographique de ces familles qui constitue autant de points d’ancrage à l’étranger facilitant la mobilité et, d’autre part, de l’important capital social des familles de la bourgeoisie malienne constitué de liens forts, en l’occurrence familiaux, avec les sphères dirigeantes ce qui permet d’accéder aux ressources financières – importantes – nécessaires à la prise en charge de scolarités à l’étranger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Soit l’équivalant d’environ 30 millions d’euros.
  • 2 Cette phrase fut prononcée en français et en bambara - la langue nationale au Mali - lors d’un disc (...)

1En pleine polémique sur l’achat d’un avion présidentiel à presque 20 milliards de francs CFA1, le Premier ministre Moussa Mara (2014-2015) répondait aux critiques de membres de l’opposition qui l’accusaient de mensonges en affirmant qu’au Mali, « l’on se connaît, on sait qui est qui dans ce pays2 ». Il souhaitait par-là mettre en avant son honnêteté, supposée de notoriété publique. Mais en disant cela, Moussa Mara s’adressait-il à l’ensemble des Maliens dont il estime qu’ils connaissent bien les membres de leur classe politique ? S’adressait-il en priorité à la classe politique ? Ou à sa propre classe sociale ? Bien qu’il soit possible de spéculer de différentes manières sur l’interprétation de cette phrase, il nous semble qu’elle est – pour une part au moins – révélatrice de formes d’entre-soi propres à la bourgeoisie malienne. Lui-même fils d’un ancien militaire et homme politique malien, Moussa Mara est l’un des plus emblématiques représentants de cette élite. Sa scolarité à Bamako puis son parcours d’étudiant en France, avant son entrée en politique, dessinent une trajectoire assez commune dans ces milieux, faite d’une enfance privilégiée dans la capitale malienne, de familiarisation avec les milieux politiques bamakois et de séjours à l’étranger, pour les études notamment.

2Le rapport privilégié des élites africaines avec l’environnement extérieur n’est plus à démontrer [Bayart, 1989 : 47 ; Bayart, 1999 ; Cooper, 2012], et le Mali ne fait pas exception en la matière. Il ramène d’une manière plus générale aux différents attributs du pouvoir et à ce que l’anthropologue M. Rowlands [1996] a nommé la « culture matérielle du succès », dans laquelle la réussite se matérialise par des mises en objets emblématiques. Ramenée au contexte malien, cette « culture matérielle du succès » trouve son interprétation la plus convaincante dans l’acquisition des « V » : la « villa », les « voitures », les « vergers » et autres « voyages » à l’étranger. Ces « V » constituent pour J.-L. Amselle [1985 : 258] autant de « signes » de l’accession à un « statut déterminé ». En s’interrogeant sur les « nouvelles figures de la réussite et du succès » dans un numéro thématique de la revue Politique africaine, R. Banégas et J.-P. Warnier [2001 : 10] rappelaient que l’approche par la « culture matérielle » permet d’accéder directement aux attributs du pouvoir que sont « l’accumulation, la richesse, les réseaux, le pouvoir et leur convertibilité mutuelle » et indiquaient qu’ils sont « intimement liés à l’appropriation des ressources de l’extraversion, au point que les deux en viennent à se confondre ou à entretenir des rapports de substitution ». L’enjeu de cet article est d’examiner l’une des modalités de ces formes d’extraversion, à savoir la migration internationale pour études des enfants des familles d’élites maliennes.

3Nous postulons ici sur l’engouement des groupes sociaux dominants au Mali pour les études à l’étranger de leur progéniture au détriment d’un investissement dans le système d’enseignement supérieur local [Mary, 2014a], caractérisé par une crise endémique [Bagayogo, 2007 ; Diakité, 2000]. Alors que la « question scolaire », érigée en priorité nationale dès 1991 [Bertrand, 1992], est encore loin d’être résolue, les stratégies d’exodes scolaires, elles, semblent persister. Les élites africaines ont par ailleurs, depuis les débuts de la colonisation, mis un accent tout particulier dans l’investissement éducatif, devenant « l’un des enjeux les plus valorisé des stratégies individuelles », au moment où « la maîtrise du savoir occidental conditionne celle de l’État et de l’économie » [Bayart, 1989 : 104].

4L’article s’appuie sur une restitution de témoignages de lycéens bamakois inscrits dans des établissements huppés de la capitale malienne à partir d’une mise en récit de nature biographique. L’un des entretiens constitue l’armature principale de la narration. Afin de suivre « la chaîne ontologique qui mène des transactions sociales aux groupes en passant par des liens, catégories, et réseaux sociaux », comme le suggérait le sociologue C. Tilly [1995 : 30], l’analyse partira du récit de l’un des lycéens, auquel se mêleront progressivement d’autres voix.

Préambule méthodologique

  • 3 Au cours de cette enquête, 93 % des lycéens enquêtés ont indiqué vouloir aller effectuer leurs étud (...)
  • 4 Dans la mesure où la thèse portait sur les migrations pour études des élites maliennes en Amérique (...)

5Les éléments présentés dans cet article sont issus d’une enquête menée en 2011 au Mali, dans le cadre d’une thèse de doctorat, qui a combiné techniques quantitative et qualitative. Un travail par questionnaires (940) a d’abord été conduit auprès des élèves de classes de terminale de plusieurs lycées huppés de Bamako3. À la suite de l’enquête par questionnaires, une série d’entretiens a été réalisée en sélectionnant plusieurs individus de chaque établissement. Au total, 24 entretiens ont été conduits auprès d’élèves ayant accepté le principe d’un entretien, lors de la passation du questionnaire dans leur salle de classe. Ils constituent le matériau empirique mobilisé dans cet article. Ont été retenus les élèves ayant exprimé le souhait d’aller étudier aux États-Unis ou au Canada4, en tentant de respecter à la fois un ratio hommes/femmes et un équilibre entre filières scolaires suivies.

  • 5 Pour plus d’informations sur ces deux groupes, et en particulier le second non mentionné dans l’art (...)
  • 6 Notamment plusieurs journalistes maliens, un romancier, un anthropologue ainsi que plusieurs hommes (...)

6Les 24 lycéens enquêtés constituent un groupe social relativement homogène au regard des caractéristiques sociales mises en évidence dans le questionnaire (propriétés mobilières et immobilières des parents, niveau d’études des parents, mobilités antérieurs des élèves enquêtés, etc.). Les entretiens menés ont néanmoins permis d’entrevoir des différences de niveau de vie entre les élèves. La mise en place d’entretiens de type compréhensifs [Kaufmann, 2016], articulés autour des données biographiques de leurs parents et frères et sœurs ou encore de leurs mobilités, a pu en effet distinguer deux grands profils familiaux. Un premier groupe était constitué des familles les plus riches, dont les parents sont PDG d’entreprises privées ayant pignon sur rue, sont à la tête d’administrations ou d’entreprises publiques ou encore sont membres du gouvernement. Un second groupe a fait émerger la catégorie des cadres supérieurs de la fonction publique ou privée. Ces deux catégories, si elles ne s’opposent pas, se différencient néanmoins. Les cadres supérieurs sont ainsi apparus mener des existences relativement privilégiées, bien que logiquement moins confortables que leurs homologues plus fortunés5. Les témoignages mobilisés relèvent tous du premier groupe, celui des plus aisés. Il concerne une dizaine de lycéens de notre enquête. Les témoignages sélectionnés et mis en exergue ici sont ainsi représentatifs de ce premier groupe. Afin de cerner avec plus de précision les réseaux associés à ces lycéens, notamment familiaux, l’enquête a été complétée par des entretiens auprès de personnes ressources sélectionnées pour leur connaissance de ces milieux aisés6.

7Le travail de terrain réalisé dans le cadre de cet article a conduit à prendre la mesure de l’importance du rôle joué par les réseaux sociaux dans l’accès aux différentes ressources, dont celles liées à la mobilité. Ici, les réseaux mobilisés comptent à la fois des liens familiaux transnationaux, des réseaux de lycéens, sans oublier l’activation des réseaux locaux dans le pays d’origine.

Des modes de vie élitaires : distinction et cosmopolitisme

  • 7 Les prénoms ont été modifiés.
  • 8 Autrement dit, il parle un français parfaitement maîtrisé, « à l’accent de France » et agrémenté d’ (...)
  • 9 Entretien à Bamako, le 7 juillet 2011.
  • 10 Musique africaine très rythmée apparue en Côte-d’Ivoire au moment de la crise politique de 2003. Su (...)

8Ibrahim7 a 18 ans, il est en classe de terminale scientifique au lycée français de Bamako et habite dans une « villa » à Faso Kanu, un quartier résidentiel de la capitale malienne. Il commence l’entretien en s’exprimant dans un français dont on devine que c’est la langue maternelle8. Il décrit ses nombreuses déambulations dans la ville - « je me promène partout » - au volant de sa voiture personnelle, et notamment les visites à ses amis habitant à l’ACI 2000 ou à la Cité du Niger, deux des quartiers les plus chics de Bamako. Ensemble, ils font aussi de la moto, tout en précisant qu’il ne s’agit pas de modèle « Jakarta » d’importation chinoise, lorsque je lui pose la question : « Non… les Jakarta c’est pas des motos ça ! C’est dangereux ! Nan des vraies motos… genre des quads… en Jakarta… moi je roule pas avec ça… »9. Lui et ses amis vont en fait certains soirs sur une route bitumée très peu fréquentée proche de l’aéroport et testent la puissance de leurs engins, parfois s’exercent à des acrobaties. Ibrahim aime par ailleurs sortir dans les boîtes de nuit branchées de la capitale, au Byblos et à l’Ibiza, où il dit être « tout le temps ». Il se défend par contre de fréquenter les maquis, ces bars dansants en plein air, généralement plus populaires. Lorsqu’il évoque l’un de ses amis qui les fréquentent, il exprime son étonnement : « Ah non… moi je pars jamais là-bas. J’ai des potes par contre, ils sont tout le temps là-bas. Il y en a un qui passe sa vie là-bas. Le 31 (décembre), au lieu de sortir avec nous, il était à « La Source », je sais pas ce qu’il est allé foutre là-bas (rires). Il y va avec des potes de son quartier ». Des maquis, Ibrahim apprécie modérément l’ambiance « coupé décalé10 », lui préférant des sonorités plus hip hop, qu’elles soient américaines ou françaises.

9L’aéroport de Bamako est également un endroit qu’Ibrahim fréquente assidûment, eu égard à ses nombreux voyages à l’étranger. Sa mère, ancienne hôtesse de l’air et aujourd’hui cadre commerciale chez Air France, lui obtient des billets d’avion à des prix défiants toute concurrence, « elle m’a arrangé », dit-il en plaisantant. Fort de ces réductions, Ibrahim avoue « bouger tout le temps, pendant les congés, et même les week-end des fois ». Il cite Paris, New York, Dakar et Abidjan comme ses lieux d’escapades, qui sont d’autant plus facilitées par sa double nationalité américaine et malienne et lui permettent de se rendre dans toutes ces villes étrangères sans avoir besoin de formuler de demande de visa. Né d’une mère malienne et d’un père guinéen, Ibrahim a acquis la nationalité américaine à sa naissance, à Philadelphie, où il est resté vivre les trois premières années de sa vie chez sa tante, mariée à un Afro-américain.

10Sa mère voyage beaucoup à cette époque-là, elle travaille à ce moment-là à Air Afrique et vient le voir très régulièrement : « chaque deux jours elle était là », précise-t-il. Après ses premières années en Amérique, Ibrahim part vivre avec elle. Commence alors pour lui une existence véritablement nomade, au gré des mutations professionnelles de sa mère : un an à Paris, puis cinq années à Abidjan, au siège de la compagnie. Ils iront ensuite vivre à Dakar pendant trois ans, avant de revenir à Bamako pour deux années où Ibrahim effectue son CM2 et sa sixième. Ils rejoignent ensuite le père à Conakry pendant un an. Depuis 2006, avec ses frères et sœurs, ils sont retournés vivre à Bamako.

11Malgré sa double citoyenneté, Ibrahim se considère « plus Malien », expliquant que sa nationalité américaine revêt avant tout un caractère pratique pour ses voyages : « genre je suis pas réellement américain (rires)… américain, c’est plus pour les papiers, je voyage plus tranquillement, j’ai pas de visa et tout… Pas besoin de visa… tranquille… N’empêche que je parle anglais, mais voilà quoi… Je suis Malien… ».

  • 11 À La Minière, quartier huppé de la capitale guinéenne.

12Bien que ses parents ne soient pas divorcés, Ibrahim vit avec sa mère et ses trois frères et sœurs à Bamako. Son père, lui, vit en Guinée, à Conakry, où il travaille depuis une dizaine d’années au secrétariat de la présidence de la République. Il voyage lui aussi énormément pour son travail, Ibrahim indique acheter fréquemment du crédit téléphonique pour l’appeler : « je vais souvent chez le boutiquier dans la rue parce que j’achète du crédit chaque deux secondes pour appeler mon père », précise-t-il. Alors qu’il reçoit un appel téléphonique de son père pendant l’entretien, il répond : « papa, t’es toujours à Lyon ? Ah, non… t’es en Suisse maintenant (rires) ». En raccrochant, il m’indique : « je l’ai appelé il y a deux jours, il était à Conakry ». Ce poste haut placé - à la présidence de la République - permet à son père de mener un train de vie aisé : en plus de ses nombreux voyages, il possède deux résidences à Conakry11 et une à Bamako, dans le quartier ACI 2000.

13Ibrahim exprime ainsi un véritable « habitus cosmopolite », pour reprendre l’expression d’A.-C. Wagner [2010] qui considère « la mobilité, les interactions avec les étrangers, les déménagements comme s’inscrivant dans la continuité de l’identité et des aspirations sociales » [Ibid. : 93]. L’histoire de sa famille est jalonnée de mouvements migratoires au long court. Son père est né en Russie puis a effectué des études en Yougoslavie. Sa mère, elle, est née au Mali et a suivi une formation supérieure en France pour apprendre son futur métier d’hôtesse de l’air. Ibrahim rappelle ainsi que sa famille est dispersée dans le monde. Sa mère vient d’une « grande famille », son grand père était polygame et a eu pas moins de trente-deux enfants. « Elle a plein de frères et cousins qui sont dispersés », indique Ibrahim, « il y en a même qui sont au Japon pour te dire (rires) ». « Du côté de mon père, ils sont moins dispersés, mais j’ai quand même une tante qui est à Washington et deux oncles en France ». Fort de cet essaimage géographique, il détaille son propre réseau social, effectivement dispersé aux quatre coins du monde, et les liens qu’il a construit à l’étranger durant son enfance et son adolescence. Y sont cités pêle-mêle un oncle chez qui il est allé en visite en Italie, de la famille et des amis à Conakry où il se rend souvent pour voir son père, des « amis » à Abidjan où il se rend souvent en vacances, de la famille à Montréal et des cousins disséminés sur le territoire états-unien : des « jumeaux à Philadelphie » et d’autres au Texas. Concernant les États-Unis qu’il connaît bien pour y avoir vécu une partie de sa vie, Ibrahim indique qu’il a « des cousins qui sont nés et n’ont grandi que là-bas, ce sont les fils de Sékou Touré, l’ancien président de la Guinée, ils sont au Texas. Je les vois à chaque fois que je vais aux États-Unis » (figure 1).

Figure 1. Le réseau social d’Ibrahim à l’étranger, des points d’ancrage aux quatre coins du monde

Figure 1. Le réseau social d’Ibrahim à l’étranger, des points d’ancrage aux quatre coins du monde

K. Mary, ART-DEV, 2016. Source : Enquêtes personnelles, 2011.

Les études à l’étranger comme continuation de modes de vie extravertis

14Au cours de l’entretien, Ibrahim n’a à aucun moment évoqué l’hypothèse de poursuivre ses études au Mali, ni pour lui, ni pour aucun des autres membres de sa famille. Les études de ses deux parents à l’étranger sont mentionnées ainsi que celle d’une cousine à l’université de Sherbrooke au Canada, où lui-même postulera, parmi d’autres candidatures déposées auprès d’universités américaines. Face à ce qui se présente comme un impensé, Ibrahim estime naturel d’aller étudier aux États-Unis, sur recommandation de sa mère, puisqu’il possède une double nationalité. « Ma mère veut que j’aille aux États-Unis étudier, parce que je suis américain, c’est plus facile », déclare-t-il. Il ira de préférence à Philadelphie, afin de pouvoir loger chez sa tante et retrouver ses cousins avec lesquels il a grandi. Car, ces attaches familiales à l’étranger constituent autant de points d’ancrages pour ces lycéens qui, loin de la figure de l’étudiant partant vers l’inconnu, iront retrouver des membres de leurs familles : leurs oncles et tantes mais aussi leurs cousins souvent de même classe d’âge. Loin d’être une aventure, l’expatriation pour les études se vit avant tout à l’intérieur du cocon familial, à l’instar d’Awa : « c’est à cause de [ses] cousines qui ont étudié à Moncton [qu’elle] aime le Canada » ou encore de Maïmouna qui fait savoir qu’elle a finalement opté pour des études en Amérique, car elle n’a « pas de cousines de [son] âge en France, pas comme aux États-Unis ». Point d’ancrage pour l’hébergement, la famille l’est aussi pour aider aux démarches d’inscription dans les universités étrangères, à l’image de Coumba qui délègue l’entièreté de ces tâches à sa tante qui réside aux États-Unis : « elle va me chercher une université et après je logerais chez elle à Chicago », déclare-t-elle, tout en spécifiant qu’elle « aime être entourée de [sa] famille en général ». Cette présence familiale sur le lieu d’étude influence grandement le choix des lycéens rencontrés, elle rend l’accès au pays étranger plus facile, plus confortable et induit une rupture toute partielle avec l’environnement bamakois d’origine. Les réseaux familiaux seraient donc ici particulièrement efficaces pour stimuler la migration. Cette situation entre en résonnance avec le constat d’auteurs ayant souligné le fait que les réseaux de parenté sont les plus actifs dans la constitution des réseaux de migrants [Ma Mung et al., 1998 : 42].

15Un autre élément à prendre en compte dans ce processus incite tout autant les jeunes élèves des établissements chics de la capitale malienne à partir étudier à l’étranger : la dynamique propre au groupe social des lycéens. En effet, tous vont aller mener leurs études supérieures à l’étranger. Ne pas partir reviendrait donc à ne pas faire comme les autres et rester étudier au Mali, là où, paradoxalement, ils seraient moins entourés. Peut-être que la vraie rupture se situe ici, si l’on suit la logique qui incite dans ces milieux à favoriser les stratégies d’exode scolaire. À l’étranger, l’on ne retrouve en effet pas uniquement sa famille, mais également ses ami(e)s. Cette dynamique, Aïssata l’exprime bien à travers son témoignage. L’adolescente scolarisée au lycée français de Bamako et qui souhaite partir étudier au Canada relate ainsi ce qu’elle considère être comme un « petit Bamako » au Canada :

  • 12 Faladié est un quartier huppé de Bamako, situé à la limite sud du District, à proximité de l’aéropo (...)
  • 13 Entretien à Bamako, 27 juillet 2011.

« Le Canada… Montréal surtout, ils ont appelé ça « Little Faladié12 ». Parce qu’il y a tout le monde là-bas, à Montréal (rires). Il y a beaucoup beaucoup beaucoup de gens là-bas, beaucoup beaucoup beaucoup de Maliens. Beaucoup beaucoup de gens (du lycée) Liberté, de Cheick Anta Diop, Ecovie, Les Castors, Horizon… La concentration est très forte à Montréal. (…) Au début je me suis dis : « oh non, tu vas aller voir certaines têtes que tu n’aimes pas… Mais après j’ai vu le bon côté des choses : j’ai mes amies qui vont y aller, je me suis dit que, si elles sont là-bas, au moins je ne vais pas m’ennuyer… Je ne vais pas tout le temps voir les mêmes têtes… Mais mon frère qui est là-bas m’a dit que je n’étais pas obligée de les voir… Je me dit que oui, au pire je les croiseraient seulement dans le bus »13.

16Par bien des aspects, la vision du Canada et de Montréal que se construit Aïssata apparaît distordue. Peu de Maliens vivent en réalité au Canada, au regard notamment des hauts lieux de l’émigration malienne que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, ou encore la France [Gonin et Kotlok, 2013]. Le Canada est avant tout un pays favorisant l’immigration qualifiée et qui, pour cela, met l’accent sur la catégorie des étudiants [Belkhodja, 2012]. Ce qu’exprime avant tout Aïssata, c’est l’entre-soi des lycéens issus des établissements chics de Bamako dont elle égrène la liste dans son témoignage. Quasiment aucun ne manque à l’appel. Elle vivra donc à Montréal comme à Bamako, voire même comme à Faladié ! La présence de ce réseau social de lycéens, délocalisé à Montréal, lui apparaît même à certains moments comme oppressant, tant elle s’imagine y rencontrer aussi les personnes qu’elle apprécie peu… Mais qu’elle connaît cependant bien.

17Vu sous cet angle, les études à l’étranger s’inscrivent dans la continuité des mobilités antérieures qu’ont connues ces lycéens issus de la jeunesse dorée bamakoise ; elles ne marquent en aucun cas une véritable rupture.

Un tout petit monde14

  • 14 Cette expression est une référence au roman du même nom, signé David Lodge, sur le milieu universit (...)
  • 15 Sans qu’Ibrahim sache me préciser quel(s) poste(s) il a occupé.

18La famille du père d’Ibrahim entretient des liens avec les hautes sphères de l’État guinéen depuis deux générations : son grand-père paternel était en effet un cousin direct d’Ahmed Sékou Touré, le premier président de la Guinée indépendante (1958-1984) et occupait des fonctions importantes à la présidence de la République15. À Bamako, le père d’Ibrahim fréquente également des membres de la classe politique malienne : il est notamment ami avec Cheick Boucadry Traoré, candidat à l’élection présidentielle de 2013 et fils de l’ancien président Moussa Traoré, qui a dirigé le pays pendant plus de vingt ans (1968-1991). Mais, au Mali, c’est indéniablement sa mère qui possède les réseaux les plus développés : elle est la cousine germaine de Cheick Modibo Diarra, ancien astrophysicien à la Nasa, Premier ministre de la transition en 2012, et gendre de Moussa Traoré, puisque marié à la fille de ce dernier. La tante d’Ibrahim est mariée au docteur Aly Guindo, qui dirige l’une des cliniques les plus réputées de la capitale, où l’ambassade du Canada envoie les requérants d’un visa d’études effectuer leur visite médicale obligatoire. « Sa femme, c’est ma tante, c’est la sœur de ma mère », nous explique Ibrahim, avant de préciser que « Bamako est très petit. Tout le monde se connaît, je peux pas dérailler (rires) ». Lorsqu’il mentionne le fait d’avoir une petite amie dans son lycée, il indique que leurs deux familles se connaissent, ce qui ne le surprend pas : « J’ai bien fait mes recherches… (rires)… Elle est pas de ma famille… Mais nos parents se connaissent… il y a rien à faire… tous les parents se connaissent ici ».

  • 16 Union pour la démocratie et l’alternance.
  • 17 0,49% des suffrages au premier tour.
  • 18 Amadou Baba Konaté.
  • 19 Ils sont de même mère, pas de même père.

19Selon une logique similaire à celle décrite dans le témoignage d’Ibrahim, la famille d’Awa, élève de terminale au lycée privé Kodonso, se trouve proche des cercles dirigeants maliens. De son père, Awa sait qu’il est douanier à un poste haut placé, « est-ce qu’il n’est pas au-dessus du directeur même ? » se demande-t-elle, avant d’ajouter : « il est PDG je crois ». Ce dernier, effectivement haut placé, fut colonel de la douane, puis directeur général des Douanes du Mali pendant six ans, avant de se lancer en politique. Sous la bannière du parti de l’UDA16, il se présente aux élections présidentielles de 2013, ne remportant qu’un faible nombre de voix17. Au cours de la discussion, et alors qu’Awa évoque son désir de s’inscrire à l’université de Moncton au Canada, je lui demande si elle connaît Cheick, le recruteur pour le Mali de cet établissement, qui est le fils d’ABK18, un grand commerçant de l’import-export. Elle répond par la négative, tout en précisant qu’elle le connaît, « c’est un ami à mon papa », dit-elle. La mère d’Awa vient également d’une « bonne famille ». Elle est la petite sœur de Soumaïla Cissé19, un homme politique de premier plan, ayant échoué au second tour des élections présidentielles de 2013 face à Ibrahim Boubacar Keïta, tandis que Dioncounda Traoré, le président de la transition en 2012, est l’un de ses cousins. Elle est également cousine d’Alou Tomota, un riche industriel bamakois. Awa, quant à elle, possède un réseau social qui s’étend au-delà de ses ami(e)s du lycée. Je découvre en effet qu’elle connaît personnellement plusieurs lycéens d’autres établissements avec lesquels j’ai eu à faire des entretiens les jours précédents, dont Binta, scolarisée au lycée Ecovie, et fille de Babani Koné, l’une des chanteuses maliennes les plus populaire : « je la connais », dit-elle, « même l’autre soir, on étaient ensemble en boîte ». Au lycée français, elle affirme avoir « des cousines et des amies là-bas », avant de me dire que l’une d’entre elles est « sortie avec un pote d’Ibrahim au lycée français »…

20Il suffit également de demander à Ibrahim quelques précisions sur son groupe d’amis pour mesurer l’étendue de son propre réseau social : l’un d’eux est le fils de Modibo Keita, un riche commerçant bamakois, PDG de Grand Distributeur de Céréales du Mali (GDCM), l’un des principaux opérateurs céréalier du pays. Un autre ami - son « pote à la Cité du Niger » - n’est autre que le fils de Mamadou Sinsy Coulibaly, le PDG du groupe Kledu. Cet entrepreneur est aujourd’hui l’une des plus grandes fortunes du Mali, présent dans des domaines aussi divers que l’industrie, l’audiovisuel, ou encore la formation. Des activités qu’il cumule avec le poste de Président du Conseil National du Patronat du Mali depuis 2015.

21Ainsi, dans l’entourage d’Ibrahim gravitent deux des plus grandes fortunes de l’entreprenariat malien, tandis que la famille d’Awa comprend les hommes politiques parmi les plus influents du pays. Ces situations illustrent par ailleurs fidèlement la plupart des trajectoires familiales rencontrées au cours des entretiens avec les lycéens des établissements privés enquêtés à Bamako, au cours desquels étaient évoqués les noms des membres des gouvernements maliens qui se sont succédé, mêlés à ceux d’éminents hommes d’affaires (figure 2).

Figure 2. Le réseau social d’Ibrahim au Mali, entre bourgeoisie d’État et bourgeoisie d’affaires

Figure 2. Le réseau social d’Ibrahim au Mali, entre bourgeoisie d’État et bourgeoisie d’affaires

La densité des réseaux de relations : agrégation et fermeture des réseaux ?

  • 20 Cette expression se veut une référence au roman d’Ibrahima Ly, Toiles d’araignées [1997].

22Les lycées privés huppés de la capitale malienne pourraient aisément être pris d’un seul bloc, tant le degré d’interconnaissance est apparu fort entre les élèves qui y sont inscrits. Les entretiens menés auprès de ces adolescents tissent en effet une sorte de « toile d’araignée »20 où les familles riches, quel que soit le lycée privé fréquenté par leurs enfants, se côtoient et s’allient. Politiciens, hommes d’affaires, grands commerçants de l’import-export y sont cités pêle-mêle par les élèves décrivant leur trajectoire familiale, et souvent en mentionnant plusieurs de ces catégories à la fois. De telles configurations renvoient inévitablement aux réflexions de J.-F. Bayart [1989 : 193-226] sur ce qu’il nomme « l’assimilation réciproque des élites », comme processus de fusion des différentes fractions de la classe dominante en Afrique subsaharienne. Elles invitent à plusieurs remarques.

  • 21 Selon les chiffres fournis par la Banque mondiale, la population des moins de 15 ans s’élevait à 47 (...)
  • 22 Entretien à Bamako, le 21 juillet 2011.

23Avant tout, les réseaux de relations extrêmement denses qui se dessinent en filigrane des entretiens rappellent une évidence : la taille démographique restreinte de l’État-nation malien. Peuplé d’un peu plus de 15 millions d’habitants en 2011, le Mali reste en effet un pays de petite taille. Avec une population de surcroît particulièrement jeune et peu éduquée21, la classe dominante malienne ne peut être que réduite. Sans pouvoir en donner une estimation précise, il est néanmoins possible d’avancer qu’elle ne se compose sans doute que de quelques centaines de familles. L’interconnaissance étant par ailleurs facilitée par leur concentration spatiale dans la capitale. « L’élite bamakoise, c’est en général l’élite malienne, ceux que l’on peut qualifier comme « élites », sont généralement concentrées sur Bamako », confiait Bassirou Diarra22, ancien conseiller à la présidence de la République sous le mandat d’Amadou Toumani Touré et bon connaisseur des réseaux politiques maliens. Le centralisme administratif et politique malien hérité de la colonisation semble toujours d’actualité, malgré la mise en place d’une politique de décentralisation depuis plus d’une vingtaine d’années. Ces deux éléments participent à donner à cette classe dominante un caractère volontiers intimiste.

24Ensuite, les trajectoires familiales esquissées par les jeunes privilégiés inscrits dans des lycées privés invitent à accorder une place centrale à ce qui s’apparente à de véritables stratégies matrimoniales. Elles tendent en effet à lisser les différences entre "bourgeoisies d’affaires et d’État", pour reprendre la formulation de l’anthropologue J. - L. Amselle (1985), et tenter de gommer ce que Bayart [1989 : 226].nomme « l’hétérogénéité des positions de départ » Ainsi le parcours de la famille d’Aminata, dont le père est commerçant : en épousant la fille de Bakara Diallo, gouverneur de Gao à l’indépendance du pays, puis directeur de cabinet auprès du président Modibo Keïta de 1966 à 1968, le père d’Aminata s’allie avec une frange de la classe politique locale. Les cas d’ailleurs ne manquent pas et peuvent être multipliés hors de l’échantillon d’enquête. Il en est ainsi de Soumaïla Cissé, marié avec la fille de Dossolo Traoré, un commerçant ayant fait fortune dans l’import-export, puis la boulangerie et l’industrie des sacs d’emballage au cours des années 1980 [Amselle, 1987 : 64]. L’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, quant à lui, est marié avec l’une des filles de l’homme d’affaires Babou Thiam. L’opérateur économique Mafa Haïdara s’est lui marié avec une fonctionnaire : Mme Niania Cissé, qui fut un moment directrice nationale des Impôts. Enfin, et pour interrompre ici une liste loin d’être exhaustive, citons le cas de l’homme d’affaires Madala Kouma qui a bâti sa fortune sous le régime de Moussa Traoré. Il fut marié à Assitan Berthé, une femme influente au sein du parti unique de l’UDPM, via la puissante Union nationale des femmes du Mali [Konare Bâ, 1995].

  • 23 Il s’agit du groupe CFAO, anciennement Compagnie Française de l’Afrique Occidentale, une entreprise (...)

25La force de ces stratégies matrimoniales tient également au fait qu’elles ne s’arrêtent pas aux seuls époux, mais unissent deux familles, au sens large. Beaux-frères et belles-sœurs participent pleinement à ces alliances, tissant la toile des relations au sommet de la hiérarchie sociale et constituant autant « d’occasions au cours desquelles les « grands » fraient entre eux » [Bayart, 1989 : 204]. Si le père d’Awa, élève au lycée privé Kodonso, est directeur général des Douanes, sa mère est simplement agent commercial pour la filiale automobile d’un groupe français installé au Mali23. Le frère de sa mère, en revanche, n’est autre que Soumaïla Cissé, l’une des personnalités politiques les plus connues et les plus fortunées du Mali.

26Les lycéens que nous avons interrogés ont souvent mentionné les « cousins directs » de leurs parents respectifs, soulignant par là un lien de proximité avec la personne citée, considérée comme faisant partie de la famille proche. D’anciens Présidents du Mali, d’anciens Ministres, des avocats de renoms, des « grands hommes d’affaires » ont ainsi égrené la liste de ces cousins directs que recèlent les alliances nouées par ces familles.

27Les stratégies matrimoniales charrient à elles seules un nombre de personnes qui se révèle dès lors assez important. Des époux jusqu’aux cousins proches se fabriquent in fine des formes d’entre-soi qui ne sont pas sans rappeler certaines des dynamiques propres aux classes supérieures occidentales, notamment françaises,qui trouvent dans les relations « une richesse décisive » [Pinçon et Pinçon-Charlot, 2007 :49], n’hésitant pas à organiser des « rallyes » au cours desquels on apprend à « reconnaître son semblable » [Ibid : 41]. Les rallyes montrent l’importance accordée aux mariages socialement assortis dans ces milieux, puisqu’ils « permettent une cooptation immédiate, quasi instinctive, dans les rapports amoureux » [Ibid : 42].

28À l’évidence, les lycées privés que nous avons enquêtés sont l’un des espaces de prédilection de l’assimilation réciproque. Ces écoles participent à n’en pas douter à ce processus. Fils et filles de grands commerçants et d’hommes politiques y socialisent, fraternisent ou encore se courtisent. C’est le cas notamment du groupe d’amis que s’est constitué Ibrahim - inscrit au lycée français de Bamako - composé à la fois de fils d’entrepreneurs parmi les plus riches du pays et de fils d’hommes politiques de premier plan. Les relations nouées dans ces établissements scolaires élargissent ainsi le réseau social de ces familles. Parfois, ces jeunes n’ont en effet pas à faire appel à leurs parents ou à leur entourage familial pour trouver des appuis, comme l’illustre l’anecdote révélée par Aminata, élève scolarisée au lycée des Castors :

  • 24 Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest, dont le siège est à Dakar et dont la représentation (...)
  • 25 Entretien à Bamako, 3 juillet 2011.

« Je veux aller au Canada l’année prochaine pour suivre des études en gestion-finance, parce que j’aimerais bien travailler un jour dans une banque, à la BCEAO24. En fait, j’aimerais bien faire comme Igor Diarra qui est aujourd’hui ministre des Mines [du gouvernement d’Amadou Toumani Touré en 2011] et qui était banquier avant. J’ai vu son parcours dans un magazine et je me suis dit que c’est ça que je veux faire… À ce moment, je ne savais même pas que c’était le père d’une amie… Une amie que j’ai connue ici aux Castors et qui est partie en France avec sa mère depuis. Mais elle revient chaque vacance. Quand je l’ai vue, je lui ai dit : " attends, c’est ton père ?!, c’est à cause de lui que je fais SET " [terminale série scientifique]. Elle m’a appelé l’autre jour pour dire que son père veut que je vienne passer la journée à la maison, il veut me parler »25.

29L’inscription d’Aminata au lycée des Castors a ici un effet cumulatif sur son réseau de relations en s’agrégeant à celui de sa famille, déjà fort dense au demeurant. Ce capital social acquis à l’école paraît d’autant plus efficace qu’il se construit à l’âge stratégique qu’est l’adolescence.

30Entre parents (grands) commerçants et parents (hauts) fonctionnaires, ces écoles de l’élite participent à des dynamiques d’agrégation sociale. Dans ces établissements, et pendant toute leur adolescence, les jeunes se retrouvent entre eux, entre enfants d’un milieu social étroit. Les relations qu’ils nouent durant leur scolarisation secondaire ne sont par ailleurs pas à sous-estimer, tant il est vrai que le capital social exerce un effet multiplicateur sur les autres formes de capitaux possédés, comme le rappelle P. Bourdieu [1980 : 2].

31Autour de ces familles, c’est enfin un rapport à l’État qui se dessine en filigrane. Et plus précisément ici, bien souvent, des rapports au sommet de l’État. Les familles ayant inscrit leurs enfants dans les écoles fréquentées par les classes sociales aisées de Bamako semblent en effet accaparer toutes les positions de pouvoir. Par ce processus, elles se trouvent enserrées dans des rapports sociaux qui excluent le reste de la population. Cette idée en rejoint une autre, celle de la « verticalité du réseau » [Hily et Berthomière, 2004 : 12] qui, par sa fermeture, aurait pour conséquence de renforcer les frontières sociales.

32Tout incite à penser que « l’assimilation réciproque » fonctionne à plein parmi les élites. Mais J.-F. Bayart [1989 : 197] a néanmoins amendé cette notion d’un avertissement. En tant que processus, le politiste insiste sur le caractère à la fois inachevé et potentiellement réversible de l’assimilation réciproque des élites. Il indique ainsi que « le passage peut être rapide, de la dynamique de la fusion à celle de l’effritement, de la force centripète à la force centrifuge ». Cette précaution ainsi rappelée permet de se garder de tout raisonnement trop mécaniste qui conduirait à voir dans ces dynamiques un mouvement irréversible. Au regard des entretiens menés, il serait en effet tentant d’y déceler un scénario de consolidation et de clôture sociale, « d’une structure de l’inégalité en voie de s’inscrire dans les profondeurs de la société et susceptible de se reproduire dans l’avenir ». Entre ces deux scénarios envisageables, l’on se gardera pourtant de trancher pour l’un ou pour l’autre.

Conclusion : réseaux de l’argent et de l’entregent

33Au regard des différents éléments mentionnés dans le texte, il est possible de ne pas se faire trop de soucis pour l’avenir du jeune Ibrahim. À tout juste dix-huit ans, il fait montre d’un capital social impressionnant. L’une des forces de son réseau, à l’instar de celui des autres lycéens enquêtés, est de n’être pas restreint à un espace géographique unique. Comme nous l’indiquait l’anthropologue malien Issiaka Bagayogo, lors d’un entretien en 2011, « les familles d’élites fonctionnent sur deux volets : un volet étranger et un volet national ».

34À l’étranger, ces familles sont susceptibles de trouver des points d’ancrage du fait de leur dispersion géographique importante. Ces réseaux servent à faciliter l’accueil et l’intégration de leurs membres sur place, de manière classique. La différence semble se jouer cependant dans la localisation des lieux de la dispersion, qui correspond ici en l’occurrence aux territoires d’accueil des grandes institutions mondiales d’enseignement supérieur. Dans ces milieux sociaux, l’on va ainsi étudier en France, aux États-Unis, au Canada, voire au Japon, tout en allant rejoindre une tante ou un oncle qui habite sur place, en suivant les pas de ses cousins, frères et sœurs et camarades de lycée partis avant soi. Les voies internationales de la formation supérieure des élites maliennes empruntent alors les sillons de la dispersion familiale et des cercles d’amis.

35Au Mali, c’est la densité des réseaux de relations qui frappe. Ceux des lycéens enquêtés s’arriment tous aux réseaux de pouvoir maliens. À travers les témoignages recueillis se dessinent en filigrane des réseaux familiaux constitués de relations haut placées dans l’appareil d’État ou le secteur des affaires. Cet accès est primordial dans un pays comme le Mali où « les pôles de pouvoir et de richesses [s’avèrent] très personnalisés » [Fay, 1995 : 22] et où « toute stratégie individuelle de promotion exige de se rapprocher du noyau central du pouvoir dont l’épicentre est le chef de l’État » [Bagayogo, 1987 : 111].

  • 26 De « mògò », personne, homme, et « tigiya », possession, détention, en bambara. Littéralement, celu (...)

36La mise à jour d’alliances entre bourgeoisie d’État et bourgeoisie d’affaires au sein des familles membres de la classe dominante, tout comme le choix par ces deux bourgeoisies d’inscrire leurs enfants dans les mêmes lycées d’élites de Bamako, inclinent à penser que la fusion de ces deux fractions de l’élite est en cours, renvoyant au processus « d’assimilation réciproques des élites » décrit par Bayart. Elle permet également de s’inquiéter de la montée en force des inégalités au Mali. Si les réseaux s’agrègent entres eux, ils se ferment dans le même temps. Du cercle vertueux de « l’argent et de l’entregent » [Vuarin, 1994], l’on passe alors au cercle vicieux de l’exclusion et de la pauvreté. Les Maliens connaissent en effet l’importance de la « mògòtigiya »26, où être riche signifie avant tout avoir des amis, et donc des réseaux que l’on peut mobiliser.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE J.-L., 1985, Socialisme, capitalisme et pré-capitalisme au Mali (1960-1982), in Bernstein Henri, Campbell Bonnie, Contradiction of accumulation in Africa, Berverly Hills, Sage, pp. 249-266.

AMSELLE J.-L., 1987, Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali, Politique africaine, N°26, pp. 63-72.

BAGAYOGO S., 1987, L’État au Mali. Représentation, autonomie et mode de fonctionnement. In Emmanuel Terray. L’État contemporain en Afrique, Paris, L’Harmattan, p. 91-122.

BAGAYOGO I., 2007, La crise de l’enseignement supérieur au Mali, in Adebayo Olukoshi, Mohamed Chérif Diarra (dir.), Enjeux du financement et de la planification de l’éducation en Afrique, Dakar, ADEA, pp. 20-32.

BANÉGAS R. et WARNIER J.-P., 2001/2, Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir, Politique africaine, N°°82, pp. 5-23.

BAYART J. -F., 1989, L’État en Afrique. Paris, Fayard, pp. 439.

BAYART J. -F., 1999, L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion, Critique internationale, Vol.5, N°1, pp. 97-120.

BELKHODJA C., 2012, La dynamique migratoire des étudiants internationaux et les politiques d’immigration dans cinq fédérations. In Chedly Belkhodja, Michèle Vatz-Laroussi, Immigration hors des grands centres. Enjeux, politique et pratiques dans cinq États fédéraux, Paris, L’Harmattan, pp. 139-157.

BERTRAND M., 1992, Un an de transition politique : de la révolte à la troisième République, Politique africaine, Vol. 47, pp. 9-22.

BOURDIEU P., 1980, Le capital social, Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 31, N°1, pp. 2-3.

COOPER F., 2012, L’Afrique depuis 1940. Paris, Payot, coll. Petite Bibliothèque Payot, N° 883, pp. 416.

DIAKITÉ D., 2000, La crise scolaire au Mali, Nordic Journal of African Studies, Vol. 9, N°3, pp. 6-28.

MA MUNG E., DORAÏ M. K., HILY M.-A., LOYER F., 1998, Bilan des travaux sur la circulation migratoire. Poitiers, Ministère de la Solidarité et de l’Emploi. Direction de la Population et des Migrations (DPM) , pp. 145.

FAY C., 1995, La démocratie au Mali, ou le pouvoir en pâture, Cahiers d’études africaines, Vol. 35, N°137, pp. 19-53.

GONIN P., KOTLOK Nathalie, 2013, Maliens de l’étranger. In Gonin Patrick, Kotlok Nathalie, Pérouse de Montclos Marc-Antoine, La tragédie malienne, Paris, Vendémiaire, pp. 201-225.

HILY M.-A. et BERTHOMIÈRE W., 2004, La notion de « réseaux sociaux » en migration, Hommes et migrations, N°1250, pp. 6-12.

KAUFMANN J.-C., 2016 (4e.éd), L’entretien compréhensif. Paris, Armand Colin, pp. 132.

KOHLHAGEN D., 2005, Frime, escroqueries et cosmopolitisme. Le succès de « coupé-décalé » en Afrique et ailleurs, Politique africaine, n°100, p. 92-105.

KONARÉ BÂ A., 1995, Dictionnaire des femmes célèbres du Mali, Paris, L’Harmattan, 520 p.

LY I., 1997, Toiles d’araignées. Paris, Actes Sud, pp. 432.

Mary K., 2014b Le retour difficile des jeunes Maliens formés en Amérique du Nord, Hommes et migrations, N°1307, pp. 39-46.

MARY K., 2014a, Les élites maliennes en quête d’Amérique. Thèse de doctorat de géographie, Université de Caen, pp. 419.

MILGRAM S., 1967, The Small World Problem, Psychology Today, Vol. 2, p. 60-67.

PINÇON M. et PINÇON-CHARLOT M., 2007, Les ghettos du Gotha, Paris, Seuil, 294 p.

ROWLANDS M., 1996, The consumption of an African modernity, in Arnoldi Mary Jo, Geary Christraud, L. Hardin Kris Éds., African Material Culture, Bloomington, Indiana University Press, pp. 188-213.

TILLY C., 1995, Stein Rokkan et les identités politiques, Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 2, n°1, pp. 27-45.

VUARIN R., 1994, L’argent et l’entregent, Cahiers des Sciences Humaines, vol. 30, n°1-2, pp. 255-273.

WAGNER A.-C., 2010, Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures, Regards sociologiques, n°40, pp. 89-98.

Haut de page

Notes

1 Soit l’équivalant d’environ 30 millions d’euros.

2 Cette phrase fut prononcée en français et en bambara - la langue nationale au Mali - lors d’un discours le 18 juin 2014, à l’Assemblée nationale malienne.

3 Au cours de cette enquête, 93 % des lycéens enquêtés ont indiqué vouloir aller effectuer leurs études dans un pays étranger.

4 Dans la mesure où la thèse portait sur les migrations pour études des élites maliennes en Amérique du Nord (États-Unis et Canada).

5 Pour plus d’informations sur ces deux groupes, et en particulier le second non mentionné dans l’article, le lecteur peut se reporter à notre travail de thèse (Mary, 2014b, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01100649/document). Voir en particulier les pages 199-232 pour l’enquête qualitative et les pages 135-204 pour l’enquête quantitative.

6 Notamment plusieurs journalistes maliens, un romancier, un anthropologue ainsi que plusieurs hommes politiques à la retraite.

7 Les prénoms ont été modifiés.

8 Autrement dit, il parle un français parfaitement maîtrisé, « à l’accent de France » et agrémenté d’expressions verbales identiques à celles d’adolescents de France, comme c’est souvent le cas des élèves scolarisés au lycée français depuis plusieurs années. Il a de plus indiqué dans le questionnaire que cette langue est celle qu’il parle le plus chez lui avec ses parents, bien qu’il comprenne et sache parler le bambara.

9 Entretien à Bamako, le 7 juillet 2011.

10 Musique africaine très rythmée apparue en Côte-d’Ivoire au moment de la crise politique de 2003. Sur ce phénomène musical, voir notamment l’article de D. Kohlhagen [2005].

11 À La Minière, quartier huppé de la capitale guinéenne.

12 Faladié est un quartier huppé de Bamako, situé à la limite sud du District, à proximité de l’aéroport.

13 Entretien à Bamako, 27 juillet 2011.

14 Cette expression est une référence au roman du même nom, signé David Lodge, sur le milieu universitaire. Pour une approche scientifique de l’idée d’un monde interconnecté, le lecteur peut se reporter aux travaux de S. Milgram [1967] à propos de sa théorie dite du « petit monde ».

15 Sans qu’Ibrahim sache me préciser quel(s) poste(s) il a occupé.

16 Union pour la démocratie et l’alternance.

17 0,49% des suffrages au premier tour.

18 Amadou Baba Konaté.

19 Ils sont de même mère, pas de même père.

20 Cette expression se veut une référence au roman d’Ibrahima Ly, Toiles d’araignées [1997].

21 Selon les chiffres fournis par la Banque mondiale, la population des moins de 15 ans s’élevait à 47 % en 2010, alors que le taux d’alphabétisation n’était que de 31 %.

22 Entretien à Bamako, le 21 juillet 2011.

23 Il s’agit du groupe CFAO, anciennement Compagnie Française de l’Afrique Occidentale, une entreprise française du secteur de la distribution spécialisée en automobile et pharmaceutique, implantée en Afrique et dans les territoires français d’Outre-mer.

24 Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest, dont le siège est à Dakar et dont la représentation malienne se situe dans un imposant immeuble de Bamako, au bord du fleuve, qui se remarque de toute la ville.

25 Entretien à Bamako, 3 juillet 2011.

26 De « mògò », personne, homme, et « tigiya », possession, détention, en bambara. Littéralement, celui qui a des gens, qui possède des hommes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le réseau social d’Ibrahim à l’étranger, des points d’ancrage aux quatre coins du monde
Crédits K. Mary, ART-DEV, 2016. Source : Enquêtes personnelles, 2011.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2. Le réseau social d’Ibrahim au Mali, entre bourgeoisie d’État et bourgeoisie d’affaires
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Mary, « Les liens forts. Réseaux familiaux et migrations pour études dans les familles d’élites maliennes », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/7156 ; DOI : 10.4000/eps.7156

Haut de page

Auteur

Kévin Mary

Géographe, maître de conférences à l’Université de Perpignan Via Domitia
UMR ART-DEV 5281 CNRS.
kevin.mary14@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals