Navigation – Plan du site
Articles
Réseaux et compétences dans la mobilité, migration

Devenir importateur transnational en Tunisie : articulations entre mobilités et relations sociales

Becoming a Transnational Importer in Tunisia: Links Between Mobilities and Social Relations
Adrien Doron

Résumés

L’article aborde les parcours et les connexions transnationales des importateurs tunisiens du « made in China » et questionne les modalités de leur accès à ces marchandises bon marché, à la mobilité entrepreneuriale transnationale en Chine et aux ramifications souvent complexes et détournées de la route marchande globale Chine-Méditerranée. À travers l’analyse des relations sociales et des parcours géographiques de deux entrepreneurs, l’article propose de mettre en regard à la fois les réseaux sociaux et les réseaux spatiaux qui structurent leurs trajectoires. Il s’agit ainsi de comprendre les modalités de l’accès par le biais de ces commerçants à l’importation des marchandises chinoises. La connexion à la source des marchandises et l’établissement de routes commerciales parfois détournées impliquent de patientes constructions relationnelles établies grâce au réseau personnel des acteurs du commerce transnational, lui-même enrichi dans des lieux spécifiques, et à l’expérience de la mobilité pratiquée ou rencontrée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mise en lumière dans la décennie 1990 de circulations migratoires et marchandes en contexte post-colonial, nord-américain [Portes, 1999] et méditerranéen [Tarrius, 2002], a permis de mettre en évidence une « mondialisation par le bas » engendrée par les mouvements transnationaux de personnes et souvent caractérisée par des échanges commerciaux informels. La figure centrale de ces mobilités est celle de l’entrepreneur-migrant qui regroupe des profils variés, mais toujours construits par le bas, des « fourmis » [Tarrius, 1992] aux « aventuriers » [Peraldi, 2007]. Le processus d’expansion de l’aire des circulations des hommes et des marchandises (figure 1) dessine aujourd’hui une nouvelle « route de la soie » construite par étapes [Belguidoum et Pliez, 2012], depuis le bassin méditerranéen jusqu’à ses destinations chinoises actuelles que sont les places marchandes de Hong-Kong, Guangzhou et surtout Yiwu [Bertoncello et al., 2009 ; Pliez, 2010 ; Belguidoum et Pliez, 2015], pourvoyeuses de biens de consommation banals à bas prix ou « small commodities » à destination de la « base de la pyramide » [Prahalad et Hart, 2002], vaste marché des consommateurs les plus modestes. Prenant en compte la croissance des flux de marchandises, la globalisation des réseaux marchands, leur émancipation d’un cadre postcolonial et migratoire nord/sud ainsi que la professionnalisation des entreprises commerciales transnationales, la « mondialisation discrète » [Choplin et Pliez, 2015] propose un changement de paradigme. Elle se matérialise sous la forme de routes commerciales, constructions relationnelles reliant acteurs et lieux, générées en situation de marginalité spatiale, peu visibles, sans pour autant rester anecdotiques.

Figure 1. Expansion progressive des routes du commerce transnational vers l’Asie

Figure 1. Expansion progressive des routes du commerce transnational vers l’Asie

Sources : Belguidoum S., Pliez O., 2012, Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, Marchal R., 2001, Peraldi M. (dir.), 2002, Peraldi M. (dir.), 2001, Pérouse J.-F., 2007, Tarrius A., 2002
Réalisation : A. Doron, 2017.

2La banalisation des voyages d’affaires en Chine, dépassant le cadre relationnel et migratoire régional des acteurs marchands, questionne les modalités de telles mobilités. Quels sont les ressorts du voyage en Chine ? Comment les entrepreneurs d’un commerce transnational accèdent-ils à une mobilité longue distance, au-delà des échelles locales et régionales, et pauvre en relais migratoires ? Depuis les travaux pionniers identifiant des « réseaux géographiques et humains d’échanges » [Tarrius, 1987], les recherches menées sur le commerce transnational décrivent des routes commerciales [Choplin, Pliez, 2015] que parcourent les entrepreneurs et qui sont animées par leurs mobilités autant que par les flux de marchandises qui en découlent. Sociales et spatiales, ces configurations relationnelles imbriquées et multiscalaires renvoient à un usage souvent métaphorique de la notion de réseau, heuristique certes, mais analytiquement pauvre. Autrement dit, le réseau métaphorique permet de repérer les ponts entre les personnes et entre les lieux traversant les cadres notamment communautaires et nationaux, mais « l’analyse reste limitée quant à la compréhension des processus de construction des réseaux » alors même qu’on leur attribue dans les études transnationales « un rôle structurant la mobilité » [Berthomière et al., 2004].

3Après avoir précisé la méthodologie de l’enquête puis le contexte des modalités d’accès des commerçants aux approvisionnements transnationaux en Tunisie, l’article présente de manière diachronique deux parcours originaux d’entrepreneurs tunisiens et leur connexion progressive à l’importation du « made in China » et à la mobilité entrepreneuriale en Chine. À partir de ces deux exemples nous proposons de décrypter la structuration de ces parcours en focalisant sur les interactions entre mobilités et relations sociales.

Méthodologie

4Les données mobilisées sont issues d’enquêtes de terrain menées en Tunisie entre 2012 et 2015, dans le cadre d’une thèse de géographie en cours. Ces enquêtes ont permis de développer une méthodologie compréhensive de type ethnographique. L’approche est ici qualitative, étant donné que l’activité marchande observée n’est pas prise en compte dans les statistiques internationales et se prête difficilement à l’approche quantitative et systématique (sondages, questionnaires), notamment du fait des pratiques frauduleuses et des relations clientélistes développées par les acteurs.

5La méthodologie combine trois pratiques ethnographiques. La première est l’ethnographie multi-située, telle qu’elle est proposée par G. E. Marcus [1995]. Elle consiste à développer un terrain non contigu, qui détermine les sites d’enquête, dix-sept en Tunisie, en fonction des pratiques des acteurs et des relations identifiées. Poursuivre l’enquête vers les lieux connexes mentionnés sur un terrain appelle également une pratique ethnographique mobile plus récemment formalisée [Urry, 2007 ; Büscher et al., 2010]. Enfin, l’ethnographie globale [Gille et Riain, 2000] invite à mettre l’accent sur le local comme lieu de connexions et d’interconnexions, entre les phénomènes micro observés à grande échelle et ceux qui relèvent de contextes plus larges, à toutes les échelles. Les grandes lignes de l’enquête consistent alors à renseigner les pratiques et les relations des acteurs, comme les processus de structuration des lieux et de leurs connexions. Les outils mobilisés relèvent des méthodes socio-anthropologiques de production de données - l’observation, l’entretien et les sources écrites - mises en œuvre dans le cadre d’une méthodologie transnationale [Faist, 2012]. L’observation permet de récolter les premières données directes sur un site. Elle renseigne le lieu, son organisation, son ambiance et son extension spatiale. Les conversations et les entretiens correspondent à la phase la plus dense de l’accumulation de données. Nous avons privilégié les acteurs ayant développé ou poursuivant une activité relevant d’échelles distinctes, comme les deux profils que nous présenterons ci-après, et/ou pouvant renseigner les processus en tant que témoins d’étapes révolues du développement commercial. À partir de récits de vie croisant trajectoire du commerçant, de son entreprise et du lieu d’activité, une attention toute particulière a été accordée aux séquences d’activation ou de développement de relations commerciales nouvelles et de relations sociales susceptibles d’en être les facteurs. Ces éléments sont inspirés de la méthode des narrations quantifiées [Grossetti, 2011]. Enfin, les sources écrites ont permis de renseigner les contextes économiques, sociaux, politiques locaux et régionaux en Tunisie, les processus révolus et les destinations des mobilités commerciales transnationales, grâce aux travaux menés à Naples, Istanbul, Dubaï, Hong-Kong ou Yiwu.

6Les allers-retours sur les terrains ont aussi été déterminants pour saisir les changements et les évolutions des marchés, des relations commerciales et de l’activité marchande transnationale en général. Retourner voir pour approfondir, vérifier, éclairer un site d’enquête par de nouvelles informations, tel que le suggère M. Burawoy [2003], constitue une pratique indispensable à la triangulation des données [Olivier de Sardan, 1995].

Spécificités tunisiennes d’accès des entrepreneurs à la mobilité transnationale

Les héritages de la matrice migratoire et marchande méditerranéenne

  • 1 Situé en bordure orientale de la médina de Tunis, à 200 m au nord de son accès principal, Bab el Bh (...)

7Sur les terrains contemporains du commerce transnational en Tunisie, l’expérience de la mobilité migratoire et marchande, décrite par A. Tarrius du point de vue de la rive nord de la Méditerranée [Tarrius, 1992, 1995, 2002] ou dans les travaux collectifs pilotés par M. Peraldi [2001, 2002], est toujours présente, bien qu’à l’état de trace. Dans les années 1980, les étals du souk Zarkoun1, site historique, aujourd’hui disparu, de vente informelle des produits des navettes transméditerranéennes, étaient alimentés depuis Palerme, Naples et Gênes par des norias de navetteurs, avant que la route de la Libye ne s’ouvre pleinement à partir de 1987 et que d’autres tentent leur chance à Istanbul, retrouvant Algériens et Marocains. Les circulations des navetteurs tunisiens sont d’ailleurs bien décrites par les chercheurs qui ont exploré les places marchandes méditerranéennes, par exemple, à Naples, C. Schmoll [2010] ou, à Istanbul, J.-F. Pérouse [2007]. Cette matrice méditerranéenne des circulations migratoires et marchandes se retrouve logiquement dans les parcours de nombreux entrepreneurs tunisiens enquêtés, tout particulièrement à Tunis. Ajoutons également que les destinations chinoises actuelles n’invalident pas les étapes précédentes. Pour les commerçants tunisois, il y a encore des affaires à conclure du côté des entrepôts tenus par les Chinois à Aubervilliers, des commandes à passer à Istanbul, des transactions financières à opérer à Dubaï. Si ces circulations, toujours actives ou à l’état de traces dans leurs relations sociales et leurs parcours de mobilité, rapprochent les entrepreneurs tunisiens de leurs homologues maghrébins, leur accès à la mobilité transnationale repose sur une pluralité de dispositifs marchands spatialisés spécifique à la Tunisie.

Les ramifications de la route globale en Tunisie : une pluralité d’options pour les candidats à la mobilité entrepreneuriale

8Alors que l’importation directe en Chine est massive et opérée par de grands importateurs en Algérie, plaçant le pays en haut de la liste des pays importateurs à Yiwu [Belguidoum et Pliez, 2012], et dans une moindre mesure en Libye après l’embargo et la libéralisation du commerce à la fin des années 1990 [Martinez, 2000], l’importation du « made in China » en Tunisie apparaît moins concentrée, plus détournée et indirecte, et opérée par des importateurs bien plus modestes. Malgré la libéralisation des années 1990, entamée dès la première présidence Ben Ali, la tentative de protection de l’industrie tunisienne, du moins en façade, comme l’absence d’harmonisation douanière régionale [Labaronne, 2013] ont multiplié les obstacles, notamment douaniers, aux importations [Ayadi et al., 2013]. De telles barrières ont engendré le développement de circuits de contournement, concurrents et complémentaires, approvisionnant le marché tunisien en produits importés. Ces circuits ont déterminé autant de ramifications de la route transnationale Chine-Maghreb pénétrant le marché tunisien. Chacune est coordonnée par des dispositifs marchands spatialisés qui sont à la fois des systèmes logistiques et financiers, des réseaux d’affaires et de marchés, et des accès distincts à la mobilité entrepreneuriale transnationale (figure 2).

Figure 2. Dispositifs marchands et ramifications de la route marchande transnationale en Tunisie.

Figure 2. Dispositifs marchands et ramifications de la route marchande transnationale en Tunisie.

Sources : Enquêtes 2013, 2014 et 2015, Spiga S., 2002
Réalisation : A. Doron, 2017.

  • 2 Les membres de la famille présidentielle se sont immiscés dans tous les secteurs de l’économie tuni (...)
  • 3 Terme polysémique utilisé par les commerçants tunisiens pour désigner un intermédiaire et facilitat (...)
  • 4 Un trader est « un opérateur commercial, qui vend en gros à l’échelle internationale des marchandis (...)

9Le premier dispositif de type clientéliste, s’est développé dans les marges de négociation [Hibou, 1999] et mécanismes de protection sociale entre le pouvoir autoritaire et la population [Allal, 2016]. Il résulte de la captation manifeste au tournant des années 2000 de pans entiers de l’économie souterraine, transfrontalière ou transméditerranéenne, par les clans2 proches du pouvoir, alliant prédation économique et corruption des agents de l’État. Approchés par des transitaires3 agissant pour le compte des membres influents de la dictature de Ben Ali, de nombreux petits revendeurs des régions de Tunis et du Sahel tunisien sont passés, sans transition, du statut de navetteur transméditerranéen ou de petit commerçant informel des produits de la contrebande à celui d’importateur. Les transitaires démarchaient les petits acteurs du commerce informel et offraient information, contact avec un trader4 en Chine et garantie pour le passage des conteneurs à la douane tunisienne, grâce au prêt du nom d’une société d’un proche du président en échange d’une somme fixe lui revenant.

10Les dispositifs frontaliers se sont ouverts au « made in China » à partir de la connexion des réseaux de contrebande aux importations des voisins algériens et libyens. Du nord au sud de la frontière algérienne, le passage repose sur des relations familiales et tribales transfrontalières et sur des savoir-faire contrebandiers anciens au service des donneurs d’ordre algériens sis notamment dans les deux grands marchés d’Aïn Fakroun et El Eulma. Ils constituent une alternative d’approvisionnement pour les commerçants qui manquent de ressources pour se rendre en Chine. En dépit de la proximité, la mobilité entrepreneuriale en Algérie reste rare. La relation est assurée par les importateurs algériens qui dépêchent représentants et catalogues à Tunis puis assurent l’expédition de la commande.

11Au sud-est, dans la plaine de la Jeffara, le dispositif transfrontalier tuniso-libyen contrôle, essentiellement depuis Ben Gardane, les approvisionnements transnationaux via Tripoli, en association avec les importateurs libyens [Boubakri, 2001 ; Doron, 2015a]. Ce dispositif n’est pas réservé aux grossistes de Ben Gardane et constitue une alternative d’acheminement des marchandises et de contournement des barrières douanières pour les importateurs tunisiens ayant passé commande en Chine ou ailleurs.

La recomposition des dispositifs marchands depuis la révolution

12La révolution de 2011, bouleversement politique majeur, a également induit de fortes recompositions des trois dispositifs de contournement des barrières douanières et d’accès à l’importation transnationale. Avec la fuite de ses principaux bénéficiaires, le dispositif clientéliste a été fortement perturbé. Alors que les commerçants tunisois avaient développé leurs activités transnationales sous un régime douanier équivalant à celui d’une zone franche et avaient bénéficié de facilités d’accès à l’importation, en dépit d’un capital limité, ces avantages ont soudainement disparu avec la fuite du président Ben Ali et de ses proches. En conséquence, de nombreux conteneurs qui transitaient au port de Tunis furent bloqués ou abandonnés en zone douanière par des commerçants incapables de s’acquitter des droits de douane rétablis. Ajoutons à ces obstacles, ceux induits par l’instabilité politique, économique et réglementaire de la période de transition post-révolution et qui ont inhibé les projets de voyage d’affaire en Chine et, plus largement, l’activité d’importation sensible à un tel contexte d’incertitudes. À partir de 2011, la figure de l’ex-importateur redevenu simple commerçant s’impose dans les souks de la capitale et la mobilité entrepreneuriale transnationale tend à se rétracter au profit des plus gros importateurs.

13Pour autant, la pratique du contournement de type clientéliste ne disparaît pas complètement. Elle se recompose dans un contexte de forte demande avec des commerçants dans l’impasse. Comme le précise un importateur tunisois en 2015 : « Avec la révolution, au lieu d’avoir dix Trabelsi, maintenant tu en as cent ! ». Autrement dit, si les donneurs d’ordre sont partis, les anciens intermédiaires sont restés et tentent, grâce à leur influence auprès d’agents des douanes, de rétablir à leur profit de nouveaux contournements. Ils semblent rejoints en cela par d’autres acteurs, hommes d’affaires ou industriels, également capables de monnayer leur influence.

14La révolution a aussi affecté les dispositifs marchands frontaliers. En effet, la période de transition politique ouverte en janvier 2011 est aussi celle d’une dégradation constante de l’environnement géopolitique de la Tunisie, marquée par l’accentuation de la pression sécuritaire sur les espaces frontaliers [ICG, 2013]. La Libye, État failli depuis la guerre civile de 2011, est à ce titre l’épicentre de circulations criminelles qui alimentent les groupes djihadistes et fragilisent la sécurité nationale en Tunisie. Les assassinats politiques à Tunis en 2013, l’installation durable d’une guérilla sur la frontière algérienne la même année, les trois attentats de 2015 à Tunis et Sousse, ainsi que l’attaque d’un commando de l’organisation État islamique à Ben Gardane à la frontière libyenne, en 2016, témoignent d’un renforcement des violences (figure 2). Or, ces menaces traversent les frontières tunisiennes au même titre que les flux marchands transfrontaliers et nourrissent la suspicion des autorités assimilant tous les trafics à des flux porteurs de risques. Une telle pression sécuritaire entrave périodiquement les contournements transfrontaliers, entre renforcement des contrôles, fermeture récurrente des postes frontaliers ou construction d’un système d’obstacles à la frontière libyenne à l’été 2015. Ainsi, depuis 2011, les dispositifs marchands de contournement subissent des contraintes qui aboutissent à leur recomposition, tout en accentuant leur complémentarité. En effet, lorsqu’un dispositif de contournement est entravé, cela entraîne une revalorisation des autres. Lorsque le contournement clientéliste s’effondre avec le régime en janvier 2011, les commerçants réorientent leurs commandes via les dispositifs frontaliers. Ces derniers sont à leur tour délaissés dès lors que les contournements portuaires clientélistes se reforment et que les obstacles aux frontières deviennent trop coûteux à franchir.

15Ces dispositifs s’observent non seulement dans l’accès des commerçants aux approvisionnements en marchandises, mais également dans les voyages en Chine.

Mobilités et destinations de deux entrepreneurs tunisiens du commerce transnational

16Les deux parcours de mobilité qui suivent sont issus d’entretiens réalisés auprès de commerçants tunisiens ayant chacun fréquenté les places marchandes chinoises de Hong-Kong, Guangzhou ou Yiwu. C’est seulement à son retour à Tunis, en 2006, que le premier s’inscrit dans le dispositif clientéliste tunisien, après avoir effectué une carrière de trader en Chine. Le second relève du dispositif transfrontalier tuniso-libyen. Ces deux parcours sont atypiques, l’un à Tunis, par rapport au modèle du commerçant démarché ou coopté pour intégrer le dispositif clientéliste précédant la révolution, l’autre à Ben Gardane par rapport à la structuration tribale des réseaux marchands [Tabib, 2011]. L’intérêt de ces deux parcours d’outsiders est leur connexion progressive aux dispositifs marchands mettant en valeur l’articulation entre relations sociales et mobilités. Dans les entretiens semi directifs, il a été demandé aux commerçants de retracer leur parcours d’entrepreneur en remontant aux origines de leur activité.

De l’aventurier au businessman : quand la mobilité génère de nouvelles relations et de nouvelles destinations

  • 5 Prénom modifié, entretien réalisé à Tunis en mai 2013 et complété lors de passages ultérieurs en ma (...)
  • 6 Principal marché du « made in China » au centre-ville de Tunis, situé en bordure orientale de la mé (...)

17Rafik5 est un importateur installé en marge du souk Boumendil6 de Tunis, rue d’Angleterre, spécialisé dans les faux bijoux et accessoires féminins (figure 3).

Figure 3. Photographies du cœur du souk Boumendil (1) et de la devanture du magasin de Rafik (2)

Figure 3. Photographies du cœur du souk Boumendil (1) et de la devanture du magasin de Rafik (2)

Clichés : A. Doron, 2013.

18Son parcours débute par une mobilité transnationale précoce en Europe jusqu’à son installation à Hong-Kong. En 1978, à 21 ans, Rafik se rend chez son oncle à Kehl en Allemagne (1), puis à Liège en Belgique (2) où réside son frère. Il y poursuit ses études de tourisme entamées en Tunisie et travaille en même temps dans un restaurant de chawarma. Après avoir terminé ses études, Rafik part pour l’Angleterre, à Bristol (3), dans le but de parfaire sa maîtrise de l’anglais. Il y noue des relations avec de jeunes Anglais dont certains quittent l’Angleterre en crise des années 1980 pour Hong-Kong, possession britannique où les opportunités d’emploi apparaissent meilleures. En 1991, Rafik décide lui aussi de tenter sa chance à Hong-Kong (4), avec un visa et quelques réserves financières : « Si tu es bosseur, tu peux aller partout ». Cette première phase est celle d’une mobilité migratoire saisissant les opportunités familiales d’accueil, de formation, d’emploi. Il n’est pas encore question de mobilité entrepreneuriale transnationale.

19Dans un second temps, à Hong-Kong, dans les années 1990, la mobilité de Rafik rencontre celle déjà bien étoffée des entrepreneurs transnationaux arabes. Entre 1991 et 1993, les premiers temps de l’installation sont difficiles. Rafik trouve un emploi dans un restaurant, mais son salaire couvre à peine la moitié de son loyer. Il s’installe dans le quartier cosmopolite, dégradé et moins onéreux des Chungking Mansions qui se trouve aussi être un comptoir de la mondialisation pour les commerçants arabes et africains subsahariens [Bertoncello et Bredeloup, 2007]. Rafik effectue régulièrement des allers-retours en Chine, à Shenzhen, pour réactiver son visa à Hong-Kong (5). En 1993, il ouvre son propre restaurant de chawarma, le Pita Place, dans le quartier des Chungking Mansions, haut lieu du commerce transnational. Sa clientèle, notamment arabe et africaine subsaharienne et essentiellement constituée de commerçants transnationaux, se forme rapidement. Le Pita Place devient dès 1994 un lieu du comptoir transnational, rendez-vous d’importateurs maghrébins puis libanais et jordaniens. Un client régulier du restaurant, importateur marocain de matériel électronique, connaissant ses allers-retours à Shenzhen, confie à Rafik quelques-unes de ses commandes auprès des usines de la ville frontalière chinoise (6). Le succès de sa mission lui en amène d’autres. Les relais de confiance en Chine sont indispensables au commerce transnational : « Si tu arrives à trouver quelqu’un d’honnête, tu vas te jeter sur lui ». En 1997, la rétrocession de Hong-Kong à la Chine impacte les affaires. Les Anglais rentrent en Europe et sa clientèle d’entrepreneurs transnationaux se dirige vers la Chine continentale. Rafik vend le Pita Place et décide de s’installer à Shenzhen en tant que trader (7). Cette seconde phase, après les Chunging Mansions, est celle de la connexion de Rafik au commerce transnational par l’établissement de relations sociales auprès de commerçants transnationaux mobiles et par la valorisation de sa mobilité transfrontalière administrative.

20Dans un troisième temps, Rafik opère des mobilités entrepreneuriales en tant qu’acteur du commerce transnational. Grâce aux navettes effectuées et aux commandes passées pour le compte des clients importateurs du Pita Place, Rafik acquiert une connaissance fine de Shenzhen et de ses entreprises et une réputation de confiance qui lui garantit ses entrées auprès de nouveaux clients. Il crée d’abord un bureau d’information à destination des importateurs qu’il guide, puis parvient progressivement à maîtriser toute la chaîne du trader arabe en Chine : guide, gestion des dépôts financiers, vérification des commandes et expédition : « C’est l’information qui amène l’information ! ». Ses allers-retours à Hong-Kong, pour réactiver son visa en Chine, lui permettent de maintenir la connexion avec ce comptoir commercial où il remarque que des bureaux de trading proposent des marchandises à des prix imbattables. Rafik se met alors en quête de la source de ces marchandises et visite les usines de Dongguan et Guangzhou, où l’un de ses fournisseurs l’aiguille vers Yiwu (8). En 2000, Rafik effectue une première visite à Yiwu, qui fait pour lui figure de « petit village » et qui n’en est encore qu’aux prémices de sa structuration en place marchande globalisée [Pliez, 2010]. Il expose dans son bureau de Shenzhen des échantillons de produits venant de Yiwu, environ 25 % moins chers. Son affaire repose sur ses allers-retours à Yiwu et Rafik souhaite s’y installer. Cependant, l’absence d’infrastructures, notamment aéroportuaires, n’incite pas les importateurs à s’y rendre directement. En 2002, après avoir convaincu ses principaux clients de le suivre, Rafik quitte Shenzhen pour s’installer à Yiwu (9). Le développement rapide de la place marchande attire de nombreux traders. La concurrence est vive, mais les clients importateurs sont également plus nombreux à s’y rendre. Les petits importateurs tunisiens qui s’orientent vers Rafik sont précisément les commerçants ayant accédé au voyage d’affaire en Chine et à l’importation dans le dispositif clientéliste établi pour le compte des clans des proches du président Ben Ali. Diversifiant ses clients, Rafik multiplie aussi les avances - puisque la moitié d’une commande n’est payée qu’à réception - qui peuvent s’élever jusqu’à 3 millions de dollars. Or, si Rafik a de nombreux clients, tous passent commande au nom de sociétés appartenant à la famille Ben Ali ou Trabelsi. Cette dépendance risquée le pousse à arrêter son activité et à rentrer à Tunis en 2006 (10). Il s’y installe en tant qu’importateur, fort de ses relations en Chine et de sa réputation auprès de ses homologues et souvent anciens clients, du souk Boumendil (figure. 3). Il est toutefois contraint d’intégrer le dispositif clientéliste jusqu’à la révolution de janvier 2011. Depuis cette date, Rafik poursuit ses voyages d’affaire en Chine (11), mais il a réduit ses commandes, le commerce transnational connaissant une période d’instabilité. Ainsi, en 2014, Rafik décide de recourir au dispositif de contournement tuniso-libyen pour transférer le capital nécessaire à sa commande en Chine et faire entrer les marchandises en Tunisie. En 2015, il est en relation avec un homme d’affaire de la région de Sfax qui monnaye son influence auprès des douanes du port de la seconde agglomération tunisienne. Ces deux dernières étapes n’ont pas d’effet sur sa mobilité, même si elles correspondent à des réseaux d’affaires bien distincts.

Au bord de la route : de l’essence de contrebande au « made in China » via la Libye

  • 7 Prénom modifié, entretien réalisé à Ben Gardane en juin 2013 et complété lors de passages ultérieur (...)
  • 8 Marché situé à la sortie de Ben Gardane, de part et d’autre de la route menant à la frontière libye (...)

21Mansûr7 importe, via la Libye, de la vaisselle et des articles de cuisine qu’il vend en gros, avec son associé et leurs quatre employés, dans son magasin-entrepôt du souk Zokra8 de Ben Gardane, le long de la route de la frontière (figure. 4, photographie 1).

Figure 4. Photographies d’un magasin-entrepôt du souk Zokra à Ben Gardane (1) et des stations essence informelles au bord de la route de la frontière libyenne (2)

Figure 4. Photographies d’un magasin-entrepôt du souk Zokra à Ben Gardane (1) et des stations essence informelles au bord de la route de la frontière libyenne (2)

Clichés : A. Doron, 2013.

22La première mobilité que Mansûr évoque n’est pas la sienne, mais celle de son grand-père, pasteur dans cette région frontalière pauvre du sud-est de la Tunisie, souvent parti clandestinement en Libye pour des travaux saisonniers. C’est aussi celles des travailleurs-migrants tunisiens qui se développent avec l’exploitation des hydrocarbures en Libye, à partir des années 1960, puis celles des contrebandiers des années 1980 qui se muent en grand commerce transfrontalier et qui participent à la structuration de la place marchande de Ben Gardane [Chandoul et Boubakri, 1991 ; Tabib, 2011 ; Doron, 2015a]. Reste que la mobilité nécessite des ressources inaccessibles aux personnes démunies comme Mansûr. La première phase est donc celle de l’immobilité, au bord de la route.

23En 1990, Mansûr quitte le lycée sans son baccalauréat et trouve un emploi de revendeur d’essence de contrebande au bord de la route (figure 4, photographie 2), qui correspond au travail le plus précaire de la place marchande. Entre la chaleur, les vapeurs d'essence et le salaire de misère, Mansûr veut émigrer pour mieux vivre, mais il n'en a pas les moyens. En 1995, il s’associe avec un collègue employé comme lui. Tous deux installent leur propre station au bord de la route fréquentée de la frontière et revendent l’essence achetée aux contrebandiers de Ben Gardane.

24En 1997, Mansûr et son associé ont assez économisé pour acheter un véhicule qui leur ouvre les portes de la mobilité transfrontalière et de la contrebande d’essence. Grâce au réservoir modifié, ils peuvent se rendre quotidiennement à Zelten en Libye, à quelques kilomètres de la frontière, et ramener une centaine de litres d’essence (1). Cette mobilité transfrontalière leur permet de constituer un capital financier plus important et de nouer quelques relations en Libye : « La contrebande de l'essence c'est le premier pas. C'est l'école de commerce de Ben Gardane ». En 1998, alors que la Libye est encore sous embargo, Mansûr et son associé saisissent l’opportunité de la contrebande de produits alimentaires, exportation de pâtes en échange de thé (2). Cet échange n’emprunte pas la route, mais les pistes dans le désert. Cependant, au second trajet, les associés sont repérés par la douane, leur véhicule et leurs marchandises sont confisqués.

25Après cette première expérience des mobilités transfrontalières, Mansûr retourne à l’immobilité et à la revente d’essence au bord de la route. En 2000, un Libyen qui se rend en famille en Tunisie s’arrête à la station de Mansûr, mais ne peut payer en devise tunisienne. Mansûr lui offre le change et le Libyen, qui est importateur à Tripoli, devient à chaque passage un client régulier et une relation amicale de Mansûr. En 2001, l’importateur libyen propose à Mansûr de le lancer dans le commerce et de l’intégrer aux réseaux transfrontaliers tuniso-libyens du commerce transnational. Il offre la marchandise comme capital de départ qui sera remboursé seulement après la vente. Après des débuts hésitants, l’entrepôt de Mansûr et de son associé au bord de la route de la frontière trouve sa clientèle. La mobilité en Libye devient régulière (3), auprès du premier importateur libyen et de ses relations à Tripoli, puis après son décès, auprès d’autres acteurs du commerce transnational à Tripoli, Zuwara et Zelten, avec lesquels la relation se noue directement et patiemment : « La première fois, on te regarde, la deuxième fois on te pose des questions et après on devient camarades ».

26L’accès à la mobilité transnationale (4) de Mansûr lui est offert par un second importateur libyen rencontré à Tripoli, lors de ses allers-retours, par l’intermédiaire de son premier fournisseur. Ce second importateur propose à Mansûr un partenariat pour lui permettre d’importer au nom de son entreprise de Tripoli. En 2012, ce second importateur suggère à Mansûr de l’accompagner à Guangzhou. Il y rencontre son trader et y effectue sa première commande en qualité d’importateur. Depuis, Mansûr n’a pas renouvelé son voyage d’affaire en Chine. S’il est toujours prévu qu’il reparte, Mansûr a préféré concentrer ses efforts sur la préservation du segment transfrontalier tuniso-libyen de la route marchande transnationale, étant donné les ressources relationnelles comme financières dont il dispose,. En effet, entre les fermetures à répétition du poste frontalier, le contrôle croissant de la frontière par les autorités tunisiennes et l’insécurité qui entrave la circulation des convois commerciaux en Libye, ce segment n’est plus garanti.

L’accès au commerce transnational et au voyage d’affaire en Chine : un agencement de mobilités et de relations sociales

Des relations sociales actives à la source des mobilités

27Repérer les séquences successives de mobilité dans les biographies des commerçants enquêtés permet de dégager un premier socle d’informations. On remarque que le voyage d’affaire en Chine, en tant qu’importateur, est précédé de diverses mobilités, comme c’est le cas des migrations successives de Rafik ou des déplacements transfrontaliers pour réactiver un visa et effectuer quelques petits trafics locaux. Les voyages d’affaire qui suivent peuvent parfois emprunter les mêmes passages et relier les mêmes lieux. Ce qui les différencie est la connexion sociale des acteurs aux réseaux marchands transnationaux. Pour la faire apparaître, il s’agit d’enrichir chaque séquence de mobilité en précisant si l’objectif de la mobilité est commercial, si une relation sociale est impliquée dans la mobilité et quelle ressource elle apporte, puis si des relations sociales ont été générées dans le même temps (figure. 5).

Figure 5. Séquences de mobilité et relations sociales des commerçants transnationaux

Mobilités et relations sociales de Rafik :

 

Date/

Mobilités mentionnées

Pour affaires commerciales

Relation impliquée

Ressource apportée pour la mobilité

Génération de relations d’affaire

Période

1

1978

Tunis/Kehl

Non

Oncle

Accueil

-

2

1980

Kehl/Liège

Non

Frère

Accueil

-

3

1985

Liège/Bristol

Non

-

-

-

4

1991

Bristol/Hong-Kong

Non

Amis anglais

Information destination

-

5

1991-1997

Hong-Kong/Shenzhen

Non

-

-

-

(allers-retours)

6

1996

Hong-Kong/Shenzhen

Oui

Client marocain

Emploi

Clients importateurs arabes du Pita Place, restaurant (Hong-Kong)

(allers-retours)

Information destination

7

1997

Hong-Kong/Shenzhen

Oui

Clients importateurs

Emploi

Clients du bureau de trading (Shenzhen)

8

1997-2002

Shenzhen/Guangzhou-Yiwu-Hong-Kong

Oui

Clients importateurs

Emploi

Fournisseurs

(allers-retours)

Information destination

9

2002

Shenzhen/Yiwu

Oui

Fournisseur chinois

Information destination

Clients du bureau de trading (Yiwu)

10

2006

Yiwu/Tunis

Oui

-

-

-

11

2006-2015

Tunis/Yiwu

Oui

Transitaire Tunis

Laisser-passer

-

(allers-retours)

Trader Chine

Mobilités et relations sociales de Mansûr :

 

Date/

Mobilités mentionnées

Pour affaires commerciales

Relation impliquée

Ressource apportée pour la mobilité

Génération de relations d’affaire

Période

1

1997

Ben Gardane / Zelten

Oui

Ami associé

Accompagnement

-

(allers-retours)

2

1998

Ben Gardane / désert

Oui

Ami associé

Accompagnement

-

(allers-retours)

3

2001-2012

Ben Gardane/ Zelten-Zuwara-Tripoli

Oui

Ami associé

Accompagnement

Importateurs libyens

(allers-retours)

Importateur libyen 1

Information destination

Importateur libyen 2

 

 

Capitaux

 

4

2012

Ben Gardane/Guangzhou

Oui

Importateur libyen 2

Accompagnement

Trader chinois

(allers-retours)

Information destination

Entretien réalisé à Tunis en mai 2013, complété lors de passages ultérieurs en mai 2014 et juin 2015 (Rafik) et à Ben Gardane en juin 2013, complété lors de passages ultérieurs en mai 2014, novembre 2014 et juin 2015 (Mansûr).

28Ces tableaux permettent de souligner l’encastrement (« embeddedness ») des mobilités entrepreneuriales dans les relations sociales. Le terme issu de l’analyse de réseaux sociaux [Granovetter, 1985 ; Grossetti, 2015] signifie que les mobilités dépendent de l’activation de relations sociales. Dans les deux parcours présentés, celles-ci orientent les mobilités et le choix de la destination en permettant l’accès à des ressources diverses, telles que l’accueil à l’arrivée, l’accompagnement lors du voyage ou encore la livraison d’informations sur la destination. Ces ressources sont indispensables, particulièrement dans le cas de mobilités entrepreneuriales où le capital investi implique une prise de risque minimale et demande de garantir en amont chaque étape de la mobilité et de la transaction à laquelle elle renvoie. L’absence de recours à des dispositifs institutionnels (chambre de commerce, agence de voyage spécialisée), dans le fonctionnement de ces économies marchandes, les rend particulièrement dépendantes des relations sociales [Berrou, 2010]. L’activité commerciale tend à reposer sur les relations interpersonnelles et sur la confiance qui, faute de contractualisation et dans un contexte politique et économique souvent incertain, sont indispensables [Fafchamps, 2004 ; Berrou et Combarnous, 2012]. On retrouve logiquement ce fort encastrement dans les mobilités entrepreneuriales transnationales. C’est d’ailleurs parce qu’ils satisfont à l’exigence de confiance des entrepreneurs qu’ils rencontrent que Rafik comme Mansûr se voient confier des transactions commerciales et sont intégrés à l’économie marchande. Les exceptions qui apparaissent dans le parcours de Rafik, ne relèvent pas de l’économie transnationale (étapes 3, 5) ou concernent un retour au pays dans un cadre suffisamment connu pour ne pas mentionner de relations sociales impliquées (étape 10).

29Étayer les relations sociales activées lors des mobilités permet aussi de souligner qu’elles ne sont pas toutes équivalentes. La sociologie des réseaux sociaux distingue notamment les relations en fonction de leur intensité, des liens forts (proches, famille) aux liens faibles (simples connaissances). Ces derniers sont particulièrement efficaces dans une perspective d’acquisition de ressources rares ou nouvelles [Granovetter, 1983]. Le commerce transnational à longue distance repose essentiellement sur l’activation de liens faibles [Peraldi, 2007 ; Walther, 2014]. Les deux parcours d’entrepreneurs s’inscrivent dans cette perspective. Si les premières mobilités de Rafik s’encastrent dans des liens forts, familiaux, la suite de son parcours est orientée par des liens faibles, vers Hong-Kong, puis dans ses diverses entreprises commerciales. C’est cette rupture avec les liens forts qui lui confère ce statut d’aventurier, tandis que sa transformation en businessman dépend des liens faibles rencontrés à Hong-Kong et en Chine. Mansûr maintient tout au long de son parcours le lien fort qu’est sa relation avec son ami et associé. Mais cette relation ne permet que la mutualisation de ressources modestes et identiques et ne conduit qu’à des mobilités transfrontalières, ressources locales restreintes et précaires. C’est la rencontre avec l’importateur libyen, lien faible, qui apporte de nouvelles opportunités et provoque la mobilité entrepreneuriale. À l’issue de leur parcours qui les conduit à l’importation et à la mobilité transnationale, ces deux entrepreneurs jouissent d’un solide capital social. Pour R.S. Burt [2005], le capital social résulte de la combinaison entre encastrement et intermédiation, entre une bonne intégration dans le réseau local, source de confiance, de solidarités, d’entraide, et des connexions externes pourvoyeuses de ressources nouvelles. L’activité d’importation réside dans cet équilibre entre intégration dans un marché et relations d’intermédiation permettant les approvisionnements transnationaux. Or l’acquisition de relations d’intermédiation par Rafik et Mansûr et leur connexion aux réseaux marchands transnationaux reposent sur la mobilité. Cependant, ce processus n’apparaît pas nettement dans les tableaux (figure. 5) qui se focalisent sur la mobilité pratiquée des acteurs.

Derrière la connexion aux réseaux marchands transnationaux, des agencements de mobilités et de relations sociales

30L’hypothèse à la base de la construction des routes marchandes transnationales postule que l’accès à de nouveaux lieux engendre l’émergence de relations autres et l’apparition de mobilités vers de nouvelles destinations [Belguidoum et Pliez, 2012]. Pour Rafik, l’accès au comptoir transnational des Chungking Mansions à Hong-Kong et, pour Mansûr, l’accès aux marchés des importateurs libyens de Tripoli s’inscrivent dans cette perspective. La connexion décisive aux réseaux marchands transnationaux est d’abord établie pour chacun d’eux dans l’immobilité et dans une période d’activité sédentaire, restaurant pour l’un et station essence informelle pour l’autre. La mobilité première, celle à l’origine des liens faibles, s’entrevoit lors des premières interactions ou des connexions initiales au commerce transnational. Cette mobilité invisible est celle des importateurs clients du Pita Place à Hong-Kong pour Rafik ou celle du premier importateur libyen client de leur station essence pour Mansûr et son associé. Ce dernier cas associe les mobilités pratiquées et rencontrées et les relations sociales, puis les partenariats commerciaux qu’elles génèrent.

31L’accès initial au commerce transnational dépend alors de la mobilité du premier importateur libyen qui croise Mansûr lors d’un passage par Ben Gardane, durant un voyage en Tunisie. Cette rencontre conduit à l’établissement d’une relation sociale entre eux. Cette relation d’intermédiation se mue en partenariat d’affaire, occasion des premières mobilités entrepreneuriales de Mansûr en Libye. Les voyages commerciaux de Mansûr sont pour lui l’occasion de rencontrer d’autres acteurs du commerce transnational et de développer de nouveaux partenariats qui maintiennent sa connexion au commerce transnational, après le décès du premier importateur libyen. Parmi ses nouveaux partenaires, le second importateur libyen lui propose une mobilité entrepreneuriale conjointe en Chine et une mise en relation avec son trader.

32La perspective diachronique des parcours d’entrepreneurs associée à la prise en compte des relations sociales et de l’agencement des mobilités pratiquées et rencontrées permet d’accéder au processus de structuration de la mobilité entrepreneuriale transnationale en Chine, qui est aussi celui des réseaux marchands et des routes commerciales. Parce que la mobilité permet une proximité spatiale temporaire en dépit de la distance sociale et spatiale, elle est un facteur essentiel de construction des réseaux marchands, par établissement de relations sociales puis d’affaires, dont dépend à son tour la mobilité transnationale.

Centralités de passage et processus d’interconnexions sociales et spatiales

33Selon les parcours de Rafik et de Mansûr, les ressorts du voyage d’affaire en Chine et donc de la connexion des acteurs aux réseaux marchands transnationaux dépendent de leur rencontre avec des commerçants transnationaux. A priori, ces rencontres semblent tout à fait fortuites, lorsqu’un importateur marocain décide de déjeuner au Pita Place tenu par Rafik ou qu’un importateur libyen décide de s’approvisionner chez Mansûr et non dans les centaines de stations essence informelles de Ben Gardane. Ces rencontres s’inscrivent pourtant dans des lieux précis. Pour Rafik, il s’agit du quartier des Chungking Mansions, comptoir du commerce transnational. Pour Mansûr, c’est une route transfrontalière fréquentée et localisée en bordure de Ben Gardane, place marchande dynamique. Comptoirs, places marchandes et passages transfrontaliers sont les centralités polarisant les circulations marchandes transnationales. L’analyse des parcours de Rafik et Mansûr livre quelques pistes sur le rôle de tels lieux de la mondialisation [Retaillé, 2012], dans lesquels les mobilités, et donc les opportunités pour établir des relations sociales et d’affaires, sont plus denses qu’ailleurs.

34Les comptoirs [Tarrius, 1995 ; Bertoncello et Bredeloup, 2007 ; Pliez, 2010] sont à la fois des destinations d’affaires pour passer commande auprès des fournisseurs et des lieux cosmopolites de séjour des acteurs du commerce transnational en territoire étranger, où la vie s’organise autour de lieux de sociabilité et d’affaires. Le Pita Place, restaurant arabe de Rafik, devient un de ces lieux fréquenté des entrepreneurs transnationaux dans le quartier des Chungking Mansions de Hong-Kong, à l’image des restaurants égyptiens et algériens du quartier d’Exotic Street de Yiwu [Belguidoum et Pliez, 2015] ou des bars et des hôtels africains et arabes de Bangkok [Marchal, 2007]. Les marchés de vente en gros ou au détail des produits de l’importation sont les lieux où se concentrent les importateurs et leurs magasins, au débouché des routes commerciales, comme c’est le cas à du souk Boumendil de Tunis, où finit par s’installer Rafik, ou du souk Zokra de Ben Gardane, où est situé le magasin-entrepôt de Mansûr. Les passages transfrontaliers sont des lieux de franchissement de la frontière et des obstacles politiques, économiques, juridiques qu’elle représente. Il s’agit souvent de points de rupture de charge le long des routes marchandes transnationales, concentrant activités et services à plusieurs échelles, entre les circulations routinières transfrontalières et les flux de marchandises et de capitaux du commerce transnational.

35La densité des acteurs du commerce transnational dans ces centralités de passage, en situation de mobilité ou non, accentue la probabilité des rencontres. Partant de l’encastrement du commerce transnational dans les relations sociales, ces rencontres débouchent potentiellement sur des relations économiques. Au-delà de la rencontre fortuite, les acteurs qui fréquentent ces lieux partagent un intérêt commun pour l’acquisition de relations d’intermédiation et les potentialités économiques d’une rencontre. Alors que Rafik cherche à fidéliser et à satisfaire la clientèle mobile de son restaurant, l’importateur marocain recherche à Hong-Kong des relais de confiance pour accéder aux fournisseurs de Shenzhen. Alors que Mansûr espère améliorer une situation économique précaire, l’importateur libyen saisit l’opportunité d’établir un nouveau débouché en Tunisie pour ses marchandises.

36Les ancrages de ces outsiders du commerce transnational dans de tels lieux leur offrent l’accès à la mobilité de ceux qui passent, ainsi que l’opportunité temporaire d’une proximité favorisant la relation et la connexion à des réseaux marchands étrangers, malgré la discontinuité spatiale et la distance sociale.

Conclusion : Mobilités, réseaux sociaux et processus de structuration des routes marchandes transnationales

37À travers ces deux parcours de commerçants transnationaux tunisiens, il apparaît que les ressorts de leurs voyages d’affaire en Chine comme de leur connexion aux réseaux marchands transnationaux, dont dépend cette mobilité entrepreneuriale, sont relationnels. Ces relations sociales dont l’opportunité économique est saisie sont elles-mêmes établies par la mobilité pratiquée concrètement ou rencontrée dans les lieux denses du commerce transnational. La mobilité engendre des relations nouvelles dans lesquelles s’encastre la mobilité entrepreneuriale transnationale.

38L’analyse de ces deux exemples souligne le rôle déterminant des mobilités dans la structuration de réseaux sociaux et économiques transnationaux reliant places marchandes, passages transfrontaliers et comptoirs de la mondialisation dite discrète. Au-delà des réseaux sociaux et économiques, les mobilités sont aussi au cœur de la structuration des routes marchandes, réseaux de lieux transgressant les hiérarchies urbaines, de la bourgade transfrontalière tunisienne aux comptoirs globalisés en Chine, et entre lesquels circulent commerçants, marchandises, informations et capitaux.

Haut de page

Bibliographie

ALLAL Amin, 2016, Retour vers le futur. Les origines économiques de la révolution tunisienne, Pouvoirs 2016/1 (N° 156), pp. 17-29.

AYADI Lotfi, BENJAMIN Nancy, BENSASSI Sami, RABALLAND Gael, 2013, Estimating Informal Trade across Tunisia's Land Borders, Policy Research Working Paper 6731, The World Bank, Middle East and North Africa Region, Public Sector and Governance Unit, pp. 35.

BELGUIDOUM Saïd, PLIEZ Olivier, 2015, Pratiques transnationales dans un comptoir de « la Route de la soie » : Algériens et Égyptiens à Yiwu (Chine), Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 19 août 2015.

BELGUIDOUM Saïd, PLIEZ Olivier, 2012, Construire une route de la soie entre l'Algérie et la Chine, in P. Cabanel (dir.), Routes, Diaspora, Histoire et sociétés, n° 20, pp.115-130.

BERROU Jean-Philippe, 2010, Encastrement, réseaux sociaux et dynamique des micro et petites entreprises informelles en milieu urbain africain, thèse d’économie, Université Bordeaux IV.

BERROU Jean-Philippe, COMBARNOUS François 2012, The personal networks of entrepreneurs in an informal African urban economy: Does the ‘strength of ties’ matter? Review of Social Economy, 70(1): pp.1-30.

BERTHOMIÈRE William, HILLY Marie-Antoinette, MIHAYLOVA Dimitrina, 2004, La notion de "réseaux sociaux" en migration, Hommes et migrations N°1250, pp. 6-12.

BERTONCELLO Brigitte, BREDELOUP Sylvie, 2007, De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux « comptoirs » africains s’organisent, Perspectives chinoises [En ligne], 2007/1, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 06 mars 2013.

BERTONCELLO Brigitte, BREDELOUP Sylvie, PLIEZ Olivier., 2009, Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine, Critique internationale, 3 (n° 44), pp. 105-121.

BOUBAKRI Hassan, 2001, Echanges transfrontaliers et commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes, Monde arabe, Maghreb Machrek, La Documentation Française, n°170, pp. 39-51.

BURAWOY Michael, 2003, Revisits: An outline of a Theory of Reflexive Ethnography, American Sociological Review, vol. 68, n°5, pp. 645-679.

BURT Ronald, 2005, Brokerage and Closure. An Introduction to Social Capital, Oxford : Oxford University Press, pp. 279.

BÜSCHER M., Urry John, Witchger K. (Eds.), 2010, Mobile methods. London : Routledge, 206 p.

CHANDOUL Mustapha, BOUBAKRI Hassan, SIMON Gildas, COSTA-LASCOUX Jacqueline 1991, « Migrations clandestines et contrebande à la frontière tuniso-libyenne », Revue européenne de migrations internationales. Vol. 7 N°2. L'Europe de l'Est, la communauté et les migrations. pp. 155-162.

CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2015, The Inconspicuous Spaces of Globalization, Articulo - Journal of Urban Research [Online], 12 | 2015, Online since 21 March 2016, connection on 29 August 2016. URL : http://articulo.revues.org/2905

DORON Adrien, 2015a, De la marge au monde : la structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardane (Tunisie), Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 17 juillet 2015. URL: http://emam.revues.org/1052

DORON Adrien, 2015b, « Bou Mendil market, an urban market of “made in China” commodities » in Cruz T., Mörtenböck P. and Mooshammer H., Informal Market World Atlas, Rotterdam. : nai010 Publishers, pp. 238-243

FAFCHAMPS Marcel, 2004, Market Institutions in Sub-Saharan Africa. Theory and Evidence, Cambridge, MIT Press.

FAIST Thomas, 2012, Toward a Transnational Methodology: Methods to Address Methodological Nationalism, Essentialism, and Positionality, Revue Européenne des Migrations Internationales 1/2012 (Vol. 28), pp. 51-70.

GILLE Zsuzsa, RIAIN Sean Ó., 2002, Global ethnography, Annual Review of Sociology, Vol. 28(1), pp. 271-295.

GRANOVETTER Mark, 1985, Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness, American Journal of Sociology, Vol. 91, N°3, pp. 481-510.

GRANOVETTER Mark, 1983, The Strength of Weak Ties: A Network Theory Revisited, Sociological Theory, Vol. 1, pp. 201-233.

GROSSETTI Michel, 2015, Note sur la notion d’encastrement, SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 25 octobre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4997

GROSSETTI Michel, 2011, Les narrations quantifiées, Terrains & travaux 2/2011 (n° 19), pp. 161-182.4

HIBOU Béatrice, 1999, Tunisie : le coût d’un « miracle, Critique Internationale, 4, pp. 48-56.

ICG (International Crisis Group), 2013, La Tunisie des frontières, jihad et contrebande, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord n° 148, Tunis/Bruxelles, 50 p., https://www.crisisgroup.org/fr

LABARONNE Daniel, 2013, Les difficultés de l'intégration économique régionale des pays maghrébins, Mondes en développement, 2013/3 n° 163, pp. 99-113.

MARCHAL Roland, 2007, Hôtel Bangkok-Sahara, in Adelkhah F. et Bayart J.-F. (dir.), Les voyages du développement, Paris, Karthala, Coll. Recherches internationales, pp. 184-218.

MARCHAL Roland, 2001, Dubaï, cité globale, Paris : CNRS éditions, 134.p.

MARCUS George E.,1995, Ethnography in/of the World System: The Emergence of multisited Ethnography, Annual Review of Anthropology, Volume 24, pp. 95-117.

MARTINEZ Luis (dir.), 2000, La Libye après l’embargo, Monde arabe, Maghreb-Machrek, n° 170, La Documentation française, pp 3-65.

OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, La politique du terrain, Enquête [En ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 02 août 2017. URL : http://enquete.revues.org/263

PERALDI Michel, 2007, Aventuriers du nouveau capitalisme marchand. Essai d’anthropologie de l’éthique mercantile, in Adelkhah F., Bayart J.-F. (dir.), Voyages du développement. Émigration, commerce, exil, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », pp. 73-113.

PERALDI Michel (dir.), 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose, 495.p.

PERALDI Michel (dir.), 2001, Cabas et containers - Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris : Maisonneuve et Larose, 361.p.

PÉROUSE Jean-François, 2007, Transits maghrébins à Istanbul : trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, pp. 119-120.

PLIEZ Olivier, 2010, Toutes les routes de la soie mènent à Yiwu (Chine), L'Espace géographique 2/2010 (Vol. 39), pp. 132-145.

PORTES Alejandro, 1999, La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, N°1, pp.15-25.

PRAHALAD C. K., HART S. L., 2002, The fortune at the bottom of the pyramid, Strategy+Business. 26(First quarter), pp. 2-14.

RETAILLÉ Denis, 2012, Les lieux de la mondialisation, Paris : Éditions Le Cavalier Bleu, coll. « Lieux de... », 200. p.

SCHMOLL Camille, 2010, Ethnographie d’une ville-marché, in Mermier F., Péraldi M., Mondes et places de marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris : Karthala, pp. 303-315.

SPIGA S., 2002, « Du nouveau système algérien d’importation aux nouvelles centralités commerciales dans la ville algérienne », in Péraldi M. (dir.), 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose, pp. 145-161.

TABIB Rafâa, 2011, Effets de la frontière tuniso-libyenne sur les recompositions économiques et sociales des Werghemmas, de la possession à la réappropriation des territoires, thèse de doctorat de Géographie, Université François-Rabelais de Tours.

TARRIUS Alain, 2002, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris : Balland, pp. 169.

TARRIUS Alain, 1995, Naissance d'une colonie : un comptoir commercial à Marseille, Revue Européenne des Migrations Internationales, Volume 11, pp. 21-52.

TARRIUS Alain, 1992, Les fourmis d’Europe. Migrants pauvres, migrants riches et nouvelles villes internationales, Paris : L’Harmattan, (coll. Logiques sociales), 207. p.

TARRIUS Alain, 1987, L'entrée dans la ville : migrations maghrébines et recompositions des tissus urbains à Tunis et à Marseille, Revue européenne des migrations internationales, Vol. 3, n°1-2, 1er-3e trimestre 1987, pp. 131-148.

URRY John, 2007, Mobilities, Cambridge : Polity Press, pp. 336.

WALTHER Olivier J., 2014, Trade networks in West Africa: A social network approach. Journal of Modern African Studies, Vol. 52(2), pp. 179-203.

Haut de page

Notes

1 Situé en bordure orientale de la médina de Tunis, à 200 m au nord de son accès principal, Bab el Bhar.

2 Les membres de la famille présidentielle se sont immiscés dans tous les secteurs de l’économie tunisienne : transports, concessions automobiles, pharmacie, télécommunications et médias, immobilier, banque, grande distribution. Ils monnayaient également l’accès au marché tunisien pour les sociétés étrangères comme Carrefour, Orange, Nestlé. L’expression « La Famille » sous-entend, plus fréquemment depuis la révolution, cette kleptocratie familiale tunisienne. Cette famille élargie est divisée en « clans ». Le clan Ben Ali comprend les frères, sœurs, neveux et enfants du président. Le clan Trabelsi regroupe les frères et neveux de Leïla Ben Ali, la seconde épouse du président. En Tunisie, l’ensemble du système clientéliste est souvent ramené aux seuls Trabelsi. Enfin, viennent les proches, en particulier les gendres du président.

3 Terme polysémique utilisé par les commerçants tunisiens pour désigner un intermédiaire et facilitateur chargé de négocier le passage de la douane portuaire par les conteneurs. Son pouvoir de négociation réside dans le lien direct qu’il cultive avec les membres des clans.

4 Un trader est « un opérateur commercial, qui vend en gros à l’échelle internationale des marchandises fabriquées en Chine et qui s’adapte en permanence à la demande du consommateur. Le trader crée son bureau ou société de trading pour négocier directement avec les usines chinoises. Assurant l’interface entre les fournisseurs et les revendeurs, il propose une palette élargie de prestations (transit, dédouanement, interprétariat, NTIC) à ses clients comme il implante des relais […] pour ceux qui ne peuvent se déplacer en Asie » [Bertoncello et Bredeloup, 2007]. En Tunisie, les commerçants utilisent également le terme de transitaire pour désigner ce type d’agent d’intermédiation.

5 Prénom modifié, entretien réalisé à Tunis en mai 2013 et complété lors de passages ultérieurs en mai 2014 et juin 2015. Les étapes apparaissent numérotées entre parenthèses.

6 Principal marché du « made in China » au centre-ville de Tunis, situé en bordure orientale de la médina de Tunis, immédiatement au sud de son accès principal, Bab el Bhar [Doron, 2015b].

7 Prénom modifié, entretien réalisé à Ben Gardane en juin 2013 et complété lors de passages ultérieurs en mai 2014, novembre 2014 et juin 2015. Les étapes apparaissent numérotées entre parenthèses.

8 Marché situé à la sortie de Ben Gardane, de part et d’autre de la route menant à la frontière libyenne [Doron, 2015a].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Expansion progressive des routes du commerce transnational vers l’Asie
Crédits Sources : Belguidoum S., Pliez O., 2012, Bertoncello B., Bredeloup S., Pliez O., 2009, Marchal R., 2001, Peraldi M. (dir.), 2002, Peraldi M. (dir.), 2001, Pérouse J.-F., 2007, Tarrius A., 2002Réalisation : A. Doron, 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 2. Dispositifs marchands et ramifications de la route marchande transnationale en Tunisie.
Crédits Sources : Enquêtes 2013, 2014 et 2015, Spiga S., 2002Réalisation : A. Doron, 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3. Photographies du cœur du souk Boumendil (1) et de la devanture du magasin de Rafik (2)
Crédits Clichés : A. Doron, 2013.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4. Photographies d’un magasin-entrepôt du souk Zokra à Ben Gardane (1) et des stations essence informelles au bord de la route de la frontière libyenne (2)
Crédits Clichés : A. Doron, 2013.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Doron, « Devenir importateur transnational en Tunisie : articulations entre mobilités et relations sociales », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/7170 ; DOI : 10.4000/eps.7170

Haut de page

Auteur

Adrien Doron

Doctorant en géographie
LISST-CIEU (UMR 5193) - LabEx SMS
Université Toulouse II - Jean Jaurès
adriendoron.geo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals