Navigation – Plan du site
Articles
Réseaux et compétences dans la mobilité, migration

Capital social et mobilités : les réseaux sociaux comme matrices opératoires des migrations individuelles

Social Capital and Mobility: Social Networks as Operating Matrices for Individual Migrations
Fabien Laffont Lemozy

Résumés

Dans un souci de comprendre les logiques sous-jacentes à la dispersion de migrants dans un espace social transnational, l’étude des trajectoires migratoires s’impose comme un objet privilégié. Cependant, les mobilités sociales et spatiales qu’elles révèlent ne suffisent pas à saisir ces logiques. Avoir recours à la notion de réseau social comme catégorie d’analyse suppose le rôle décisif du capital social dans les parcours des migrants. Émergent alors différents dispositifs réticulaires, ayant la prétention d’agir comme des matrices opératoires des migrations individuelles : ceux dépendant de liens dits jetables, ceux dépendants de liens familiaux, et ceux dépendant de liens entre migrants originaires d’une même communauté rurale. Une recherche sur les migrants boliviens travaillant dans l’industrie de la confection à São Paulo fournit les données empiriques sur lesquelles est fondé cet article.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La restructuration productive de l’industrie pauliste, survenue à la fin des années 1980, a réservé une place importante à la main-d’œuvre migrante dans le secteur de la confection au Brésil [Souchaud, 2011]. Le circuit de sous-traitance transnational a favorisé l’arrivée des travailleurs venus des pays voisins. Suite à une intensification de ce flux migratoire au tournant des années 2000, les Boliviens se sont vite imposés comme la plus importante population migrante latino-américaine de la ville de São Paulo. Malgré l’ancienneté de ce parcours transnational, seules quelques études sur le sujet ont vu le jour à la fin des années 2000, dans lesquelles il est question de la dispersion dans l’espace de ces migrants [Xavier, 2010 ; Souchaud, 2012], de travail informel [Da Silva, 2008], de réseau de sous-traitance transnational [Freitas, 2009], ou alors de la notion controversée de « travail esclave » [Vidal, 2012a]. Les thèmes abordés par ces travaux donnent déjà un aperçu des conditions de travail et des conditions de réalisation des parcours migratoires que connaissent les Boliviens.

  • 1 Terme portugais pour désigner les ateliers de confection
  • 2 Avant 2009, les Boliviens entraient sur le territoire brésilien avec un visa touristique et se retr (...)
  • 3 La séparation habituelle entre la sphère de la production et celle de la reproduction de la force d (...)
  • 4 En français, des micro-entreprises.

2Selon S. Buechler [2004], l’ouverture du capital et l’augmentation de la concurrence globale sont directement à l’origine d’un besoin de restructuration qui a favorisé l’informalisation du marché du travail et privilégié le recours à la force de travail migrante. Au détriment d’une logique industrielle, les firmes de vêtements ont délaissé la dimension productive. Elles procèdent par externalisation, en employant des prestataires de services, suivant une logique de sous-traitance de la main d’œuvre de la confection. Aujourd’hui, les migrants boliviens produisent pour des boutiques de vêtements détenues, pour la plupart, par des migrants coréens, pour des firmes brésiliennes ou bien pour des multinationales du type Zara. Ils travaillent dans des ateliers de confection, généralement des petits dispositifs de production d’une ressemblance frappante avec les « sweatshops », les « ateliers de misère » que décrit Nancy Green dans les villes de New York et de Paris à la fin du 19e siècle [Green, 1998]. Les « oficinas de costura »1, souvent clandestines, comprennent un chef d’atelier (lui aussi bolivien) et une main-d’œuvre migrante en grande partie en situation irrégulière2. Le travail est intense (plus de douze heures par jour), les rémunérations sont basses, les travailleurs, exploités, vivent dans des conditions précaires et sont logés dans la même maison où ils exercent leur activité3. Nous considérons ces ateliers de confection à travers la catégorie de VSE (« Very Small Establishments »4), car ils répondent aux caractéristiques pertinentes qui leur sont spécifiques pour opérer dans le secteur informel : petites structures (moins de 10 ouvriers), invisibles et faciles à déplacer [Portes et al., 1989]. Leur principale caractéristique est de faciliter la mobilité sociale et spatiale dans le cadre de carrières d’entrepreneurs migrants.

  • 5 Julie Le Gall [2010] met en avant un phénomène de mobilité sociale similaire pour les maraîchers bo (...)
  • 6 Notion développée par Matthew Desmond (2016).

3Partant de la problématique de la dispersion des migrants et des liens entre migrants, l’enjeu est d’identifier les types d’organisation et de réseaux mis en place dans ce que nous pouvons considérer comme un « espace social transnational » [Pries, 2001], à partir d’une vision compréhensive et relationnelle de l’expérience sociale et spatiale des individus (ou des collectifs) migrants. L’entrée par les réseaux sociaux s’est alors imposée comme catégorie d’analyse des trajectoires migratoires. Nous allons retenir deux aspects fondamentaux dans notre conception des réseaux : ils sont source de capital social et les individus peuvent les mobiliser de façon stratégique [Odden, 2010]. La trajectoire migratoire est définie ici par deux types de mobilité : une mobilité spatiale, qui correspond aux choix résidentiels des migrants, et une mobilité sociale, dont l’évaluation s’effectue par l’identification des différents statuts qui composent la carrière de migrant de la confection (à savoir couturier, chef d’atelier, propriétaire et producteur/vendeur5). Afin de saisir l’articulation entre réseaux et mobilités, nous partons du constat de l’existence de dispositifs réticulaires aux agencements variables qui opèrent comme des « matrices opératoires des migrations individuelles » [Cortes, 1998] et participent à la production de l’espace social transnational. Ces dispositifs réticulaires sont basés soit sur des liens dits jetables6, soit sur des liens familiaux, soit sur des liens internes à une communauté rurale.

4Les données ont été recueillies à l’aide d’une méthodologie définie en trois cadres opératoires. Nous avons fait appel à une approche à la fois qualitative et quantitative, afin de mieux saisir le sens des interactions et situations que nous vivions sur le terrain. Ainsi, le recours à une pratique méthodologique géographique nous a sensibilisé à la spatialisation du regard. Ceci a été rendu possible par le traitement statistique de données censitaires provenant des recensements brésiliens (2010) et boliviens (2012) et par la réalisation de cartographies idoines. La démarche compréhensive a permis de réaliser dix-sept entretiens et de reconstituer les trajectoires migratoires. Celles présentées dans cet article illustrent de façon exemplaire des formes de ressources sociales et spatiales qu’offrent leurs dispositifs respectifs. Enfin, la méthode de l’ethnographie multi-située participe à la construction d’une approche transnationale de notre objet de recherche, en multipliant nos recherches de terrain sur plusieurs sites.

5Nous verrons dans un premier temps comment est distribuée la population migrante bolivienne dans la Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP), afin de situer l’espace dans lequel circulent les migrants boliviens. Dans un second temps, nous tenterons de montrer les spécificités en termes de mobilités et de liens des trajectoires migratoires dépendantes d’un dispositif réticulaire de liens jetables. Enfin, nous tenterons d’établir le même constat pour les trajectoires migratoires dépendantes d’un dispositif réticulaire d’une communauté rurale, afin de les comparer et de saisir les conditions de production de l’espace géographique et social de cette migration.

Distribution spatiale dans la Région Métropolitaine de São Paulo7 : périphérisation et accès à la propriété

  • 7 La Région Métropolitaine de Sao Paulo a été créée par le gouvernement fédéral en 1973 et comprend a (...)
  • 8 On pourrait en effet penser que ces chiffres sont sous-estimés. Selon les données du recensement bo (...)

6En se basant sur les données du recensement brésilien effectué en 2010 (Censo IBGE 2010), les étrangers de nationalité bolivienne dans le territoire brésilien s’élèveraient à 38 828 individus. Parmi eux, près de 26 000 résideraient dans la RMSP. Aussi discutable soit la précision de ces données chiffrées8, elles offrent la possibilité de dégager des tendances. Nous savons que deux-tiers de la population active d’origine bolivienne, au sein de l’aire urbaine de São Paulo, occupent le poste de couturier. À partir de là, nous pouvons effectuer une représentation cartographique de cette population pour cerner les zones géographiques où se situent les migrants de la confection (figure 1). La carte choroplète révèle une présence des Boliviens de la confection dans les districts nord et nord-ouest de São Paulo, ainsi que dans les districts est et les municipalités qui environnent ces quartiers. À elles seules, les municipalités de São Paulo, Guarulhos, Itaquaquecetuba, Osasco et Carapicuíba abritent 98 % des couturiers d’origine bolivienne. Dans les districts de Belém, Brás, Casa Verde, Pari et Vila Maria, Vila Guilherme ou Cambuci, les Boliviens représentent au moins la moitié de la main d’œuvre de la confection, parfois les deux-tiers.

Carte 1. Répartition des boliviens occupant le poste de couturier dans la RMSP

Carte 1. Répartition des boliviens occupant le poste de couturier dans la RMSP

Source : IBGE, Recensement 2010, © OpenStreetMap and contributors - Traitement statistique F. Laffont, réalisation cartographique : N. Touati, LISST, UT2J, CNRS.

7Les districts centraux de Brás et Bom Retiro sont réputés être les quartiers traditionnels d’accueil de la main-d’œuvre migrante, et le fait que la production textile y soit historiquement une activité structurante n’est pas étranger à cette réputation ; en témoignent les différentes vagues d’immigration enregistrées ici [Truzzi, 2002 ; Choi, 1991 ; Decol, 2001]. Or, dorénavant, ces districts ne représentent chacun que moins de 2 % de la population bolivienne exerçant la fonction de couturier. On peut aisément supposer qu’à partir de ces « lieux de première escale », comme les nomme Burgess [in Joseph et Grafmeyer, 2009], les populations immigrées ont effectué des mobilités résidentielles dans les quartiers voisins et périphériques. Pour Sylvain Souchaud, « il existe dans ces quartiers à la fois un enracinement et une redistribution de la population, l’un et l’autre étant associés à une dynamique économique portée par les migrants eux-mêmes » [Souchaud, 2012 : 102]. La mobilité géographique est alors liée directement à un changement de statut du migrant bolivien, en accord avec son projet migratoire. Devenir chef d’atelier implique de trouver un atelier à louer dans des districts périphériques où le foncier est moins cher ; devenir propriétaire suppose de trouver des terrains constructibles ou des maisons à vendre. Limités par des revenus faibles, ces opportunités se présentent souvent dans des quartiers lointains.

8Le processus de distribution spatiale indique que les Boliviens de la confection en viennent à résider dans les districts pauvres, où les indices de revenu moyen provenant du travail principal sont parmi les plus bas [Cymbalista et al., 2013]. En ce sens, ces mobilités résidentielles alimentent le processus de « spoliation urbaine » souligné par Kowarick [1979], suite à la dispersion des ouvriers et des travailleurs dans le tissu urbain du « Grande São Paulo ». De manière contradictoire, le fait d’être relégué dans ces quartiers périphériques aurait tendance à correspondre à une ascension sociale. Le traitement des données du recensement nous indique que plus un Bolivien s’éloigne du centre, plus il a de chance d’avoir un statut de propriétaire. Ainsi, dans les quartiers de Brás et Bom Retiro, aucun Bolivien n’est propriétaire, alors que dans les districts directement voisins, comme Casa Verde ou Vila Maria, ils sont respectivement 12 % et 13 % à être propriétaire ou propriétaire accédant. Dans les quartiers voisins de Vila Maria, toujours plus éloignés du centre, Cangaiba enregistre plus de 20 % de Boliviens propriétaires, le district de Penha quasiment 19 %. Si nous retenons les municipalités avoisinantes de São Paulo, plus de 60 % des migrants boliviens vivant à Carapicuíba possèdent une propriété, plus de 55 % de ceux qui vivent à Itaquaquecetuba sont propriétaires ou en passe de le devenir. Cette « dynamique de spoliation et de paupérisation d’une métropole comme São Paulo » [Kowarick, 1991] pousse aussi les couturiers boliviens à investir des quartiers périphériques de plus en plus éloignés. Il faut savoir que de manière générale, dans la RMSP, seulement 20 % des Boliviens sont propriétaires, alors que 70 % des autres résidents de la mégapole ont ce statut.

  • 9 Que nous définissons comme l’ensemble des ressources sociales et spatiales dont l’accès est rendu p (...)

9Nous pouvons désormais affirmer qu’il y a une tendance de la part des populations migrantes à s’installer dans des districts toujours plus périphériques, ce qui correspond à une dynamique d’accession à la propriété. La mobilité sociale du migrant bolivien (l’accès à un statut supérieur, comme chef d’atelier ou, ensuite, comme propriétaire) passe par une mobilité spatiale à l’intérieur de la RMSP. Or les données du recensement ne permettent pas de dire durant combien de temps le migrant a été couturier, avant de devenir chef d’atelier, de connaître le nombre de fois qu’il a changé de résidence ou de repérer les personnes avec lesquelles il a habité dans tel quartier, ainsi que celles qu’il fréquente. Les éléments pour comprendre les logiques sous-jacentes à la mobilité ne sont pas suffisants. Seule une étude des trajectoires migratoires peut nous permettre de déterminer les compétences circulatoires et relationnelles des migrants boliviens. Une lecture par le prisme des réseaux sociaux des différentes mobilités réalisées par les migrants a permis de faire émerger des dispositifs réticulaires9, jouant un rôle déterminant dans le déroulement des trajectoires des migrants. Nous présenterons à la suite deux trajectoires types de migrants boliviens, qui viennent éclairer les effets performatifs des dispositifs réticulaires.

Le dispositif réticulaire de liens jetables : liens dits faibles et mobilité anomique

10Un migrant est considéré comme dépendant d’un dispositif de liens jetables à partir du moment où sa mobilité internationale (sa migration au Brésil) et/ou sa première expérience de travail (le premier atelier dans lequel il travaille à São Paulo) se réalisent à l’aide d’un individu avec lequel le lien qu’il entretient est de nature faible. Le terme « liens faibles » [Granovetter, 1973] - en opposition aux liens forts (familles, amis) - fait référence aux connaissances, aux amis d’amis, aux cousins éloignés qui fournissent une grande richesse en termes de ressources relationnelles au migrant. Les trajectoires reconnues dans cette catégorie se caractérisent par les nombreuses mobilités résidentielles du migrant (changement d’atelier), avant de pouvoir atteindre le statut de chef d’atelier qui lui confère plus d’indépendance et de meilleures conditions salariales. Une autre caractéristique importante s’observe dans le recours constant à un lien faible pour réaliser ces mobilités spatiales. La trajectoire de R. vient illustrer notre propos (schéma 1).

Schéma n° 1. La trajectoire migratoire de R.

Schéma n° 1. La trajectoire migratoire de R.

Source : entretien réalisé le 22/10/2011 à Carapicuíba, São Paulo.

11R. a eu l’opportunité de migrer par l’intermédiaire d’une tante qui vivait à São Paulo depuis plusieurs années. Malgré son appartenance à la famille, R. entretenait avec sa tante une relation qui correspond à la définition de celle d’un lien faible (peu fréquente et en dehors du cercle social). De plus, sa première expérience de travail s’est réalisée sous les ordres du cousin du mari de sa tante qu’il ne connaissait aucunement. R. a travaillé sept années comme couturier avant de devenir chef de son propre atelier, en étant passé par huit structures différentes. Toutes les relations qui lui ont permis d’effectuer une mobilité spatiale durant cette période ont la particularité de se présenter sous la forme de liens faibles. Par exemple, R. a eu l’occasion de quitter son premier atelier grâce à la proposition d’un compatriote qu’il avait rencontré en jouant un match de football entre migrants boliviens. Il a connu son troisième employeur en allant offrir directement sa force de travail auprès des boutiques coréennes du Brás. Il est parti travailler dans le district de Carapicuíba (la première fois) en rencontrant un chef d’atelier brésilien, qui recherchait de la main d’œuvre à la foire bolivienne dominicale.

  • 10 Pour ce qui est de l’importance et des enjeux du football chez les migrants transnationaux bolivien (...)

12L’élément important de cette trajectoire est de montrer de quelle façon le migrant accède aux ressources relationnelles. Il s’agit d’individus qu’il a rencontrés dans des espaces de sociabilités où les migrants ont l’occasion de créer ou de réactiver des liens sociaux, que l’anthropologue Alejandro Grimson identifie comme des « espaces de la bolivianité » [Grimson, 1997]. Afin d’éviter toute dérive culturaliste, nous préférons qualifier ces espaces de lieux de convergence de la population migrante bolivienne. Il peut s’agir de foires hebdomadaires faisant la promotion de la gastronomie du pays d’origine (Coimbra, Kantuta, Patuju), de stades de football où se jouent bon nombre de relations sociales10 à l’échelle du quartier ou bien de fêtes traditionnelles boliviennes se déroulant dans l’espace public (6 de agosto, Alasitas : deux exemples d’événements qui ont pris une dimension importante dans le paysage culturel de São Paulo). Ces lieux sont fidèles à la fois à la définition de « lieux anthropologiques » [Augé, 1992] et des « transitory sites » [Elsheshtawy, 2008], car ils révèlent les signes de l’appartenance singulière des individus et de la communauté à laquelle ils identifient et ils montrent également la nécessité de localiser dans un espace physique les relations de parenté, d’amitié, ou de nationalité. Ce sont aussi des espaces où circule l’information (en particulier en ce qui concerne l’emploi dans les ateliers). En somme, ce sont des réseaux sociaux réifiés en un territoire précis, signe de l’importance de la spatialité et la matérialité du lien faible.

  • 11 Les compétences circulatoires font référence à l’acquisition « des savoir-migrer, savoir-circuler, (...)
  • 12 Terrain de football.

13Les compétences circulatoires11 des migrants passent par l’appropriation et l’usage des ressources relationnelles disponibles dans ces lieux de convergence pour en faire usage. Ces ressources correspondent à des liens faibles : il s’agit de connaissances rencontrées au hasard, d’employeurs boliviens, coréens, ou brésiliens en recherche de main d’œuvre qui recrutent lors des foires, de compatriotes rencontrés le samedi après-midi sur la « cancha »12 du quartier. Ces liaisons se présentent sous la forme de liens faibles, mais vont assumer une autre fonction que le simple rôle de passerelle entre groupes déjà formés. En effet, une des caractéristiques du lien faible est de « rendre possible les opportunités de mobilité sociale » [Granovetter, 1973]. Dans notre cas, les liens faibles rendent surtout possible une mobilité spatiale indispensable à la négociation et à l’accumulation des revenus nécessaires pour ceux qui ambitionnent de devenir chef d’atelier.

  • 13 Parmi les relations se trouvent parfois le ou la futur-e conjoint-e qui accompagnera le migrant dan (...)

14Plusieurs des liens faibles mobilisés par ces migrants pourraient être qualifiés de ce que Matthew Desmond appelle des « liens jetables ». Les liens jetables ne sont ni faibles, ni forts, ils peuvent avoir la charge émotionnelle et les principes de solidarité des uns, tout en ayant les conditions de production et l’existence furtive ou limitée des autres. Ils sont créés à l’endroit « où se trouvent réunis des individus qui doivent subvenir dans l’urgence à des besoins fondamentaux » [Desmond, 2016]. Dans le cas des migrants boliviens dépendant d’un réseau de liens faibles, la réponse à l’urgence de trouver un travail et un logement se concrétise dans ces lieux où sont concentrés des liens jetables potentiels. Ce sont des individus avec lesquels, certes, existe un rapport hiérarchique (puisque celui-ci est le chef d’atelier), mais aussi avec lesquels on peut partager un logement, des repas, des affects, des expériences de travail. Les uns et les autres passent du temps ensemble, de même qu’avec les autres couturiers boliviens qui composent le nouvel atelier, durant une période de temps limitée. Une fois que le migrant a mis un terme à cette relation (en changeant d’atelier de confection), les liens ne sont pas réactivés et les individus ne se revoient plus13. Desmond ayant élaboré ce concept en tentant d’expliquer la survie des pauvres en milieu urbain, on voit alors apparaître des similitudes entre son objet et celui des migrants irréguliers et précaires. Les migrants insérés dans ce type de dispositif sont résolus, en attendant de devenir chefs d’atelier et de pouvoir convoquer des liens familiaux, à utiliser des liens jetables, aux rôles « cruciaux, mais instables » [Desmond, 2016]. Cruciaux, car ils assurent la survie du migrant (par le logement et la nourriture pourvus) et lui permettent l’accumulation de capital économique (par l’emploi proposé), instables, car le niveau de confiance mutuelle est labile (ce sont des inconnus) et les rapports de production incertains (exploitation, situation transitoire, rémunération inconstante).

  • 14 Par exemple, lors de l’entretien, R. commentait toutes sortes de situations qu’il avait vécues en t (...)
  • 15 Office des Nations unies contre la drogue et le crime
  • 16 https://www.unodc.org/documents/human-trafficking/HT_GPATleaflet07_fr.pdf

15Ainsi, ces migrants sont amenés à flotter, à l’instar des New-Yorkais qu’observe S. Venkatesh [2013] dans son ouvrage Floating city. Ils flottent dans l’espace durant un temps qui correspond à « une poursuite de mobilité sociale à travers la ville » [Namian et Grimard, 2016] et renvoie à une idée de mobilité anomique, empreinte de conflit, de concurrence et d’exploitation. Cette dimension anomique tient à la situation changeante de l’individu (la conversion au champ migratoire), marquée par l’insertion dans un marché du travail atomisé dont la spécificité est l’absence de règles définissant le cadre collectif, par une impossibilité de trouver de l’aide parmi des individus qui représentent des liens forts (tel que la famille) et par une individualisation des buts à atteindre. C’est bien la prédation du néo-libéralisme qui a tendance à s’exercer de manière plus forte sur ces populations migrantes et irrégulières, ayant recours à la mobilité anomique de manière accrue pour compenser leurs carences en matière de capital social, puisque le secteur de la confection tire ses bénéfices de populations mobiles n’ayant pas d’autre alternative que de vendre leur force de travail au rabais. Les entretiens avec les enquêtés appartenant à cette catégorie, qui font référence à des expériences difficiles, précaires, sont justement les plus longs14. C’est d’ailleurs parmi ces migrants que l’on retrouve des cas de traite des personnes, de trafic de migrants, ou de servitude pour dette, tel que l’UNODC15 a défini ces termes16.

Le dispositif réticulaire de communauté rurale : mobilité diasporique et reproduction

16À cette mobilité anomique, nous pouvons opposer une mobilité diasporique, déterminée par un dispositif réticulaire basé sur les liens tissés au sein d’une même communauté rurale. Les réseaux qui dépendent de relations interpersonnelles entre individus provenant d’une même origine géographique concernent les migrants qui ont migré au Brésil par l’intermédiaire d’un autre habitant du village, ayant déjà travaillé à São Paulo, que cet individu soit un parent (lien fort) ou une simple connaissance (lien faible). En opposition avec les caractéristiques du dispositif observé précédemment, dans ces trajectoires, les migrants ont peu recours à la mobilité spatiale avant d’atteindre une mobilité sociale (atteindre le palier de chef d’atelier). L’ensemble des liens qui sont mobilisés - dans l’atelier, dans le recrutement, dans la mobilité résidentielle - correspondent à des individus ayant pour origine la même communauté rurale. La trajectoire de M. (schéma 2) vient illustrer notre propos.

Schéma 2. La trajectoire migratoire de M.

Schéma 2. La trajectoire migratoire de M.

Source : entretien réalisé le 17/12/2011 à Carapicuíba, São Paulo.

  • 17 Beaucoup de recherches sur les migrations boliviennes ont pour terrain cette région de la Bolivie, (...)
  • 18 Habitants de Tiraque.

17M. est originaire de Tiraque, une municipalité du « Valle Alto », située dans la zone rurale du département de Cochabamba17. Agriculteur, M. quitte la maison familiale quand il se fait embaucher par un chef d’atelier venu recruter de la main-d’œuvre dans son village natal. C’est ainsi que M. abandonne son emploi agricole et se retrouve, à la fin de l’année 1992, à travailler dans un atelier de confection du district de Brás, avec son meilleur ami et d’autres personnes qui provenaient tous du village de Tiraque. Cela dure cinq ans. Deux ans après son premier départ, il retourne deux mois en Bolivie pour visiter sa famille. Pour son nouveau départ du Brésil, il est accompagné d’une dizaine de personnes originaires de Tiraque, qu’il guide jusqu’à l’atelier de son patron. Parmi ce groupe de Tiraqueños18 se trouve sa future femme. Trois ans plus tard, il quitte le quartier de Brás avec sa compagne pour rejoindre l’atelier de son meilleur ami, dans le district de Casa Verde. Comme l’ex-patron de M. venait d’acheter une maison à Tiraque, il était dans l’incapacité de verser les salaires des derniers mois. En guise de compensation, il a offert quatre machines à coudre à M. Quatre mois plus tard, le couple est en mesure de monter son propre atelier de confection, dans une maison voisine, avant de déménager plus tard dans le district de Mandaqi. Il faut préciser qu’entre temps, M. et sa compagne se sont rendus à Tiraque pour se marier et sont revenus avec de la main-d’œuvre villageoise pour leur atelier. M. n’a eu à évoluer que dans deux ateliers de confection, avant de devenir responsable de sa propre structure au bout de cinq ans, alors que R. a dû travailler dans huit ateliers différents pour devenir chef au bout de sept ans. De la même façon, M. est propriétaire en déménageant à Carapicuíba seulement neuf ans après avoir migré. R., quant à lui, le devient à Carapicuíba quinze ans après avoir migré (il est d’ailleurs le seul des neufs trajectoires composant l’échantillon du dispositif réticulaire de liens jetables à devenir propriétaire).

  • 19 Tous ces ateliers produisent pour des magasins coréens du Bom Retiro.

18Dans ces réseaux, le migrant se trouve confronté, dans ses pratiques et ses relations, à des interactions avec des migrants ayant la même origine géographique que lui. Lors de sa première expérience en atelier, M. travaillait sous les ordres d’un contremaître provenant de Tiraque, avec des collègues de travail originaires du même village. Quand M. a finalement ouvert son propre atelier, les couturiers qui en constituaient la main d’œuvre étaient tous Tiraqueños (des parents, d’autres villageois). Quand M. se marie, c’est avec une femme de Tiraque ; quand il joue au football, c’est avec une équipe composée d’amis de Tiraque. Ce schéma relationnel se répète à chacune de ses mobilités spatiales, prenant une envergure plus grande au moment où il devient propriétaire dans le quartier de Villa Menk, au sien de la municipalité de Carapicuíba. Par le procédé de recrutement de main d’œuvre dans le village d’origine, la rue dans laquelle vit M. compte au moment de l’enquête pas moins d’une vingtaine d’ateliers de couture, où la production est uniquement réalisée par des Tiraqueños19. Ce sont d’ailleurs les seuls Boliviens à vivre dans ce quartier. Par le regroupement des migrants dans un même quartier (même rue) et par leur association, sont créées, instituées même, des communautés rurales transnationales au cœur même du tissu urbain pauliste. Elles correspondent à une agrégation de familles transnationales d’une même origine rurale, qui développent une activité de production textile dans l’agglomération de São Paulo et qui sont prises dans des relations de coopération, de réciprocité et de solidarité au sein de l’espace social transnational de référence, contribuant ainsi à la reproduction de cette même communauté.

19La multiplication de ce type d’organisation rend possible l’apparition d’un archipel communautaire, au sein duquel chaque ilot représente une « translocalité » rurale [Appadurai, 2005 ; Brickell et Datta, 2011]. Certains ilots peuvent disposer de fonctions centralisatrices (en tant que lieux de convergence), mais ils ne représentent pas un pôle où survivre, comme c’était le cas pour les migrants dépendant d’un dispositif réticulaire de liens jetables. Dans leurs trajectoires, les migrants des réseaux ruraux peuvent à titre ludique ou sportif fréquenter ces lieux de convergence, mais ne jamais les utiliser pour leurs ressources relationnelles.

  • 20 Pratique de travail communautaire andine qui établit entre les hommes des principes de réciprocité.
  • 21 Communauté (rurale) de familles ayant une origine commune réelle ou fictive, possédant et exploitan (...)

20Le recrutement continu d’une force de travail provenant de Tiraque renforce des dynamiques relationnelles qui permettent le maintien, ou plutôt la recréation, des organisations sociales d’origine. Nous avons affaire à un réseau exclusif, qui n’admet pas les individus extérieurs à Tiraque et qui exerce une pression normative sur ceux qui en dépendent. Sur ce thème, la recherche abonde de travaux similaires sur les pratiques transnationales de migrants provenant de villages du Mexique, du Salvador, de République Dominicaine, de Jamaïque, ou d’Équateur. En cela, une communauté rurale andine ne se distingue pas d’une autre communauté non andine. En revanche, les structures normatives - qui régissent un système de pratiques - sont propres à chaque communauté rurale. Même si ce sont des normes qui enjoignent à la réciprocité et à la solidarité, elles n’ont pas le même nom et ne répondent pas aux mêmes principes en Bolivie ou au Mexique. Les règles de réciprocité qui définissent « l’ayni20 », base structurelle de « l’ayllu »21, les principes d’une justice communautaire, le « pasanaku » (système de microcrédit), ou bien la présence de syndicats sont autant d’éléments de la société d’origine qui, retrouvés dans la société d’accueil, laissent penser à une volonté de reproduction de la culture organisationnelle.

21Le nouveau migrant ne doit pas acquérir un nouveau schème de dispositions, mais plus précisément réajuster son habitus. Le capital social engagé dans ce dispositif réticulaire joue un rôle décisif. Les principes de solidarité et de réciprocité qui sont consacrés dans ce type de réseaux sont obtenus grâce à la reproduction de l’organisation sociale d’origine. Ils réduisent les coûts de la migration (transports, passage des frontières, recherche de logement et d’emploi), la précarité et l’incertitude qui règnent autour des nouveaux arrivants. Ainsi, les « habitus originaires » [Bourdieu, 1997] des Boliviens ruraux et populaires sont facilement convertis en « habitus spécifiques » [Ibid.] de migrants transnationaux grâce aux biographies individuelles des paysans qui possèdent des compétences inhérentes aux pratiques rurales andines. La conversion au champ migratoire est, par conséquent, plus facile que dans un dispositif réticulaire de liens jetables.

  • 22 « L’andean dream », antithèse de « l’American dream », proposé par Ávila [2004], met justement en p (...)
  • 23 Raison pour laquelle ce sont des défenses et non des résistances.

22Il faut cependant prendre de la distance par rapport à la perspective culturaliste, au risque d’effacer la capacité d’action des travailleurs migrants. Il est légitime de penser que la répétition de l’organisation sociale d’origine dans la société d’accueil peut ne pas uniquement tenir à des mécanismes de reproduction sociale, mais aussi à une réponse à un contexte d’exploitation par le recours à des défenses collectives ou des résistances. Michel Agier souligne que le travail anthropologique d’Abner Cohen, sur l’apparition du carnaval de Notting Hill, met en avant une volonté de la part de la communauté noire de Trinidad de répondre aux tensions raciales des années 1970, cette « performance culturelle » étant née « d’une problématique politique et raciale britannique et non d’une logique proprement caribéenne » [Agier, 2015]. De la même façon, nous avons précédemment évoqué les conditions précaires et les situations d’exploitation que vivent les migrants boliviens, insérés dans un système de production qui broie les droits des travailleurs. Le capital social dont sont dépositaires les réseaux de communauté rurale donne la possibilité à ces migrants d’ériger des « stratégies collectives de défenses » [Dejours, 1993]. Par la solidarité et l’entraide, ils cherchent à atténuer les difficultés liées à l’exploitation qui sévit dans le secteur de la confection22, lequel doit sa compétitivité grâce à l’informalité et à la sous-traitance. Le fait de reprendre des principes qui régissent l’organisation sociale dans la société d’origine a pour but de rendre une situation vivable. Cependant, ces défenses, si elles servent à supporter l’exploitation, ne sauraient lui porter atteinte dans ses fondements, ni mettre en cause la durabilité de l’appareil idéologique de production ; en aucune façon, elles n’empêchent sa reproduction23.

Conclusion

23Nous avons présenté ici deux trajectoires migratoires qui ont débuté à la même période, en impliquant deux migrants provenant de la même région de Bolivie (Cochabamba), qui ont fini par devenir propriétaire dans le même district de l’agglomération de São Paulo (Villa Dirce, Carapicuíba), mais qui, pourtant, n’ont pas mobilisé les mêmes compétences circulatoires et relationnelles pour évoluer. La première trajectoire qui mobilise des liens dits jetables (ni faibles, ni forts), disponibles en des lieux de convergence, est soumise à des épisodes de précarité et d’exploitation intensive, elle compte plusieurs mobilités résidentielles, le passage d’un statut à l’autre se faisant sur le temps long. La seconde trajectoire mobilise les liens d’une même communauté rurale (faibles et forts), les relations se réalisent pour la plupart dans l’entre soi, elle s’inscrit dans une organisation sociale basée sur la solidarité et la réciprocité, qui rend possible une mobilité sociale plus rapide et réduit les incertitudes qui pèsent sur les migrants de la confection. Ainsi, les migrants ont des expériences sociales et spatiales différenciées dans leur contribution à la production d’un espace social transnational.

24Les sociologues des réseaux avaient déjà souligné que « les réseaux sociaux jouent un rôle décisif dans le choix même d’émigrer, dans les choix des lieux de destination […], dans la réalisation concrète des projets migratoires et dans les formes d’insertion au sein de contextes locaux » [Bidart et al., 2015]. Cependant, il restait à identifier les types de réseaux qu’un même phénomène migratoire peut contenir et à regarder de quelle façon les trajectoires migratoires se trouvent affectées par les différents dispositifs réticulaires. Nous avons pu observer que la densité des ressources disponibles dans un réseau s’avère déterminante dans les parcours. Les deux trajectoires typiques confrontent deux visions du capital social. L’une se rapproche de la conception de Bourdieu, tandis que la seconde voisine avec celle de Coleman, pour reprendre la dichotomie proposée par Sophie Ponthieux [in Bevort & Lallement, 2006].

25La première, celle du capital social économique, aurait directement à voir avec le dispositif réticulaire de liens jetables, dans laquelle on fait valoir l’intérêt du migrant, « correspondant à une décision d’investissement dans les relations dans le but de retirer un bénéfice et qui détermine un stock » [Ibid.]. Il s’agit ici de migrants dont l’origine est urbaine, qui privilégient l’action instrumentale (accéder au contact qui fournit l’information ou l’opportunité), qui ont des relations hétérophiles, et se réfèrent à des « lieux de convergence ». Ces lieux viennent mettre en évidence le besoin de spatialisation, de matérialité du lien faible pour exister, c’est une sorte d’expression spatiale du « trou structurel » de Burt [1995] - ce nœud qui met en relation des groupes - et qui favorise les compétences circulatoires dans la ville, venant compenser les carences en capital social.

26La seconde, celle du « social capital », aurait directement à voir avec le dispositif réticulaire de communauté rurale et serait « donné ou fortuit », c’est-à-dire qu’il « procure un bénéfice aux acteurs qui ont accès à ce capital qui leur préexiste, en quelque sorte, et dont les notions de normes, réseaux, réciprocité et confiance sont des piliers dans la compréhension du concept » [Ponthieux in Bevort & Lallement, 2006]. Il s’agit de migrants d’origine rurale, qui privilégient l’action expressive (interagir avec ceux qui leur ressemblent), qui ont des relations homophiles et dont « la force de la position » (appartenir à une communauté rurale andine) a un « effet plus fort sur l’accès aux ressources que la force du lien » [Lin 1995], le lien faible dans un dispositif réticulaire de communauté rurale ayant plus de force que dans un réseau de liens faibles.

27Ces deux trajectoires migratoires invitent à envisager les réseaux au-delà de l’approche binaire de la force des liens qui les constituent (liens faibles/liens forts). Pour être plus précis, nous devons caractériser les liens par rapport à leurs conditions de production dans le champ migratoire. Pour cela, il faut identifier la force des liens, mais aussi celle de la position, ainsi que le contexte de réciprocité qui structure les relations entre individus. De cette façon, les dispositifs réticulaires représentent un instrument plus pertinent pour comprendre les expériences différenciées des migrants au sein d’un espace social transnational.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M., 2015, Anthropologie de la ville, Paris : Presses Universitaires de France, 256. p.

APPADURAI A., 2005, Après le colonialisme  : Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot, 326. p.

AUGÉ M., 1992, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris : Seuil, 150. p.

ÁVILA Leonardo de la T., 2004, No llores, prenda, pronto volveré : Migración, movilidad social, herida familiar y desarrollo, Lima : Institut français d’études andines (Travaux de l’IFEA), 216. p.

BEVORT A., LALLEMENT M., 2006, Le capital social : performance, équité et réciprocité, Paris : Éditions la Découverte, 336. p.

BIDART C., DEGENNE A., GROSSETTI M., 2015, La vie en réseau : dynamique des relations sociales, Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social », 356 p.

BOURDIEU P., 1997, Méditations pascaliennes  : éléments pour une philosophie négative, Paris : Ed. Seuil, Coll. Liber, 318 p.

BRICKELL K., DATTA A., 2011, Translocal Geographies, Farnham: Ashgate Publishing, Ltd., 248. p.

BUECHLER S., 2004, Sweating it in the Brazilian garment industry: Korean and Bolivian Immigrants and global economic forces in Sao Paulo, Latin American Perspectives, 31, 3, pp. 99-119.

BURT R.S., 1995, Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur, Revue Française de Sociologie, vol. 36, N° 4, pp. 599-628.

CHADIA A., MISSAOUI H.-S. (coord.), 2012, Circulation migratoire des transmigrants, Multitudes, N° 49, pp. 76‑88.

CHOI K.J., 1991, Além do arco-íris : a imigração coreana no Brasil, : Dissertacão (Mestrado em Historia Social), Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas, Universidade de São Paulo, São Paulo.

CORTES G., 1998, Migrations, systèmes de mobilité, espaces de vie  : à la recherche de modèles, Espace géographique, vol. 27, N° 3, pp. 265‑275.

CYMBALISTA R., SOUCHAUD S., XAVIER I. R., 2013, Retour au centre ? L’évolution sociale du centre-ville de São Paulo (2000-2010), Problèmes d’Amérique latine, vol. 3, N° 90, pp. 77–98.

DA SILVA C. F., 2008, Trabalho informal e redes de subcontratação : dinâmicas urbanas da indústria de confecções em São Paulo, Thèse de doctorat enSociologie, Universidade de São Paulo.

DECOL R. D., 2001, Jews in Brazil : exploring census data, Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 16, N° 46, pp. 147‑160.

DEJOURS C., 1993, Travail : usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Paris : Bayard, 302 p.

DESMOND M., 2016, Liens jetables et pauvreté urbaine, Communications, 2016/1, N° 98 Pauvreté, pp. 67-80.

ELSHESHTAWY Y., 2008, Transitory sites: mapping Dubai’s ‘forgotten’urban spaces, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 32, N° 4, pp. 968-988.

FREITAS P. T. (de), 2009, Imigração e experiência social : o circuito de subcontratação transnacional de força de trabalho boliviano para o abastecimento de oficinas de costura na cidade de São Paulo, Campinas (SP) : Departamento de Sociologia, Instituto de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Estadual de Campinas.

GRANOVETTER M. S., 1973, The strength of weak ties, American journal of sociology, vol. 78, N° 6, pp. 1360-1380.

GREEN N. L., 1998, Du Sentier à la 7e Avenue : la confection et les immigrés Paris-New York, 1880-1980, Paris : Éd. du Seuil, 498 p.

GRIMSON A., 1997, Relatos de la diferencia y la igualdad. Los bolivianos en Buenos Aires, Nueva sociedad, vol. 147, pp. 96-107.

JOSEPH I., GRAFMEYER Y., 2009, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris : Aubier, [1re édition : Les éditions du Champ Urbain - CRU, 1979], 377 p.

KOWARICK L., 1979, A Espoliaçao Urbana, Coleção Estudos, Río de Janeiro : Paz e Terra.

KOWARICK L., 1991, Ciudad y ciudadanía. Análisis de metrópolis del subdesarrollo industrializado, Nueva sociedad, vol. 114, pp. 84-93.

LE GALL J., 2010, Nouvelles mobilités «  maraîchères  » à Buenos Aires, Espace Populations Sociétés, 2010/2-3, pp. 321‑336.

LIN N., 1995, Les ressources sociales : une théorie du capital social, Revue Française de Sociologie, vol. 36, N° 4, pp. 685‑704.

MAZUREK H., 2014, « Cartographie  : vision ou reflet  ? Une réflexion autour des «  références indigènes  » », L’Information géographique, 77, 4, pp. 109-148.

MÜLLER J., ALIAGA M.M., 2014, Otro fútbol : ritualidad, organización institucional y competencia en un siglo de fútbol popular en Bolivia, 1896-2014, La Paz : Plural Editores

NAMIAN D.., GRIMARD C., 2016, Reconnaître les « zones grises » de l’observation : du trouble à la vigilance ethnographique, Espaces et Sociétés, 2016/1-2, N° 164-165 L'observation et ses angles, pp. 19-32.

ODDEN G., 2010, Migrants dans la ville : une étude socio-anthropologique des mobilités migrantes à Salamanque, Thèse de doctorat en Sociologie, Université de Poitiers, 376 p.

PORTES A., CASTELLS M., BENTON L. A., 1989, The informal economy: Studies in advanced and less developed countries, Eds. Johns Hopkins University Press, Baltimore, 327 p.

PRIES L. 2001, New Transnational Social Spaces: International Migration and Transnational Companies in the Early Twenty-First Century, Routledge Research in Transnationalism, 224. p.

SOUCHAUD S., 2011, Presença estrangeira na indústria das confecções e evoluções urbanas nos bairros centrais de São Paulo, in Ana Lúcia Duarte Lanna, Fernanda Arêas Peixoto, José Tavares Correia de Lira, Maria Ruth Amaral de Sampaio Eds., São Paulo : os estrangeiros e a construção da cidade, São Paulo, Alameda, pp. 63-87.

SOUCHAUD S., 2012, L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation de l’industrie de la confection à São Paulo, Revue européenne des migrations internationales, vol. 24, N° 4, pp. 89–107.

TRUZZI O., 2002, Libanais et Syriens au Brésil (1880-1950), Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 18, N° 1, pp. 123‑147.

VENKATESH S., 2013, Floating city: a rogue sociologist lost and found in New York’s underground economy, Londres: Penguin, 304 p.

VIDAL D., 2012a, Les immigrants boliviens à São Paulo : métaphore de l’esclavage et figuration de l’altérité, Critique internationale, 2012/4, N° 57, pp. 71-85.

VIDAL D., 2012b, Les migrants boliviens dans le secteur de la confection à São Paulo : les effets des cadres juridiques, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 28, N° 4, pp. 109-126.

XAVIER I. R., 2010, Projeto migratório e espaço : os migrantes bolivianos na Região Metropolitana de São Paulo : Demografia : Universidade Estadual de Campinas.

Haut de page

Notes

1 Terme portugais pour désigner les ateliers de confection

2 Avant 2009, les Boliviens entraient sur le territoire brésilien avec un visa touristique et se retrouvaient en situation irrégulière au terme des trois mois. Malgré les accords MERCOSUR facilitant la libre circulation entre les États signataires, et malgré la procédure de régularisation de 2009, ces cadres légaux sont, pour Vidal, « loin d’avoir véritablement entamé l’illégalité dans laquelle fonctionnent une grande majorité des oficinas de costura qui emploient des migrants », allant jusqu’à évoquer une « ouverture des frontières en trompe-l’œil » [Vidal, 2012b].

3 La séparation habituelle entre la sphère de la production et celle de la reproduction de la force de travail est donc rompue.

4 En français, des micro-entreprises.

5 Julie Le Gall [2010] met en avant un phénomène de mobilité sociale similaire pour les maraîchers boliviens à Buenos Aires, dont les différentes étapes de la carrière sont celles d’ouvrier agricole, de métayer et producteur, de locataire/propriétaire et de commerçant grossiste.

6 Notion développée par Matthew Desmond (2016).

7 La Région Métropolitaine de Sao Paulo a été créée par le gouvernement fédéral en 1973 et comprend aujourd’hui 39 municipalités

8 On pourrait en effet penser que ces chiffres sont sous-estimés. Selon les données du recensement bolivien de 2012, près de 65 000 Boliviens seraient partis au Brésil entre 2001 et 2012

9 Que nous définissons comme l’ensemble des ressources sociales et spatiales dont l’accès est rendu possible à l’individu en situation migratoire, en fonction des relations qu’il est susceptible de mobiliser.

10 Pour ce qui est de l’importance et des enjeux du football chez les migrants transnationaux boliviens, voir notamment Müller et Aliaga (2014) et Ávila (2004).

11 Les compétences circulatoires font référence à l’acquisition « des savoir-migrer, savoir-circuler, savoir-faire institutionnel, savoir-faire nomade, savoir se débrouiller, savoir-faire ressource des frontières, grâce à une certaine habileté sociale pour toujours plus inventer et innover dans la transmigration » [Arab & Missaoui 2012 : 88].

12 Terrain de football.

13 Parmi les relations se trouvent parfois le ou la futur-e conjoint-e qui accompagnera le migrant dans ses mobilités futures.

14 Par exemple, lors de l’entretien, R. commentait toutes sortes de situations qu’il avait vécues en tant que couturier : ne pas être payé pendant des mois, travailler dans des ateliers envahis par les rats à la tombée de la nuit (ou dans un autre par les cafards), être servi de viandes rances, confectionner des lots de 3 casquettes pour 10 centimes de réais, subir des vols à main armée dans les ateliers…

15 Office des Nations unies contre la drogue et le crime

16 https://www.unodc.org/documents/human-trafficking/HT_GPATleaflet07_fr.pdf

17 Beaucoup de recherches sur les migrations boliviennes ont pour terrain cette région de la Bolivie, notamment le « Valle Alto », « icône majeure des migrations internationales » [Gordonava, 2009].

18 Habitants de Tiraque.

19 Tous ces ateliers produisent pour des magasins coréens du Bom Retiro.

20 Pratique de travail communautaire andine qui établit entre les hommes des principes de réciprocité.

21 Communauté (rurale) de familles ayant une origine commune réelle ou fictive, possédant et exploitant un terroir commun. L’ayllu peut être considéré comme « le noyau de base de l’organisation des communautés andines » [Mazurek, 2014].

22 « L’andean dream », antithèse de « l’American dream », proposé par Ávila [2004], met justement en perspective l’importance des pratiques de solidarités pour les migrants boliviens aux États-Unis.

23 Raison pour laquelle ce sont des défenses et non des résistances.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Répartition des boliviens occupant le poste de couturier dans la RMSP
Crédits Source : IBGE, Recensement 2010, © OpenStreetMap and contributors - Traitement statistique F. Laffont, réalisation cartographique : N. Touati, LISST, UT2J, CNRS.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Schéma n° 1. La trajectoire migratoire de R.
Crédits Source : entretien réalisé le 22/10/2011 à Carapicuíba, São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Schéma 2. La trajectoire migratoire de M.
Crédits Source : entretien réalisé le 17/12/2011 à Carapicuíba, São Paulo.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Laffont Lemozy, « Capital social et mobilités : les réseaux sociaux comme matrices opératoires des migrations individuelles », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/7175 ; DOI : 10.4000/eps.7175

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals