Navigation – Plan du site
Articles
Réseaux et compétences dans la mobilité, migration

Des mouvements noirs au transnationalisme associatif : au prisme des parcours migratoires des Sénégalais qualifiés de France

Black Movements to Associative Transnationalism: Through the Prism of the Migration Trajectories of Skilled Senegalese Settled in France
Marame Cissé

Résumés

À partir d’un corpus de données qualitatives, cette étude interroge la mobilité des migrants sénégalais qualifiés ainsi que la mise en réseau progressive qui en est constitutive. La trajectoire de vie et les parcours professionnels de ces derniers s’inscrivent dans divers lieux de mobilité et structurent la géographie de leurs associations. Fondées sur un capital relationnel organisé, ces associations deviennent réticulaires et transnationales. Ce transnationalisme associatif s’enracine également dans un socle historique qui, s’il n’est pas une source de légitimation, n’en demeure pas moins une base reproductive.

Haut de page

Texte intégral

1À partir des années 2000, plusieurs associations ont été créées par des migrants sénégalais qualifiés en vue de nouer des relations les uns avec les autres et avec leur pays d’origine. Dans un contexte où les territoires sont reliés entre eux par la nouvelle division internationale du travail favorable aux échanges mondiaux [Findlay et al., 1996 ; Salt, 1992] et à l’émergence d’une économie du savoir, la migration des Sénégalais qualifiés s’est non seulement diversifiée géographiquement, mais elle s’est aussi doublée de la constitution de réseaux associatifs de territoires multi-situés.

2Au regard de l’histoire, la présence d’intellectuels d’origine africaine en France, ainsi que leurs associations est ancienne. Ce qui est inédit en revanche, c’est le fait d’asseoir l’action collective sur une base nationale, tout en ayant une configuration et des activités transnationales. Les dynamiques associatives antérieures, dans lesquelles les intellectuels sénégalais ont été très impliqués, ont contribué à forger un héritage reproductible, sur lequel les associations d’aujourd’hui s’appuient pour apparaître comme des pôles regroupant les énergies.

3Les données empiriques récoltées révèlent que la transnationalisation des parcours de vie et le transnationalisme associatif sont des dynamiques qui se renforcent mutuellement. Partir du capital relationnel des migrants conduit à mobiliser la notion d’habitus [Bourdieu, 2000] transnational, ainsi que celle de « liens faibles » [Granovetter, 1973], comme cadres heuristiques pour montrer comment, au cours du parcours de vie, la mobilité et les relations interpersonnelles deviennent des ressources mobilisables [Ma Mung, 1999].

  • 1 La migration des sénégalais qualifiés en France : entre transnationalisme et construction diasporiq (...)

4Faisant un retour sur un corpus de données qualitatives récoltées dans le cadre d’une thèse de doctorat1, les questions qui ont orienté l’élaboration de ce texte sont les suivantes : comment des contextes historiques présentant des caractéristiques différentes ont-ils produit des dynamiques associatives à la fois comparables et contrastées ? Dans quelle mesure les mobilités internationales qui caractérisent les parcours de vie des migrants qualifiés ont-elles débouché sur des rencontres qui démultiplient les réseaux personnels, tout en structurant la transnationalité de leurs associations ?

Dispositif méthodologique et théorique

5Entre 2011 et 2013, des enquêtes ont été réalisées auprès d’une centaine de migrants qualifiés d’origine sénégalaise. Ces personnes disposent d’un niveau d’instruction plus ou moins équivalant à un Bac + 5, âgés en moyenne de 42 ans et sont installées en France depuis près de vingt ans. Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des « cadres et professions intellectuelles supérieures » de l’INSEE, dans laquelle on trouve des ingénieurs en informatique et en télécommunication, des universitaires, des chefs d’entreprise etc. Ces éléments de profil traduisent un degré d’insertion sociale et professionnelle élevé, bénéfique à l’engagement associatif.

6L’objectif premier de cette enquête était de décrire les processus de sédentarisation en France des migrants qualifiés d’origine sénégalaise, dans un contexte où la mobilité de cette catégories d’acteurs s’est accrue. L’enquête a révélé l’existence de parcours de vie évoluant entre un ancrage en France, des circulations internationales, ainsi que l’engagement dans des associations dont la plupart des membres étaient géographiquement dispersés. Pour interroger cette dynamique, une enquête complémentaire menée au Sénégal et en France a permis de répertorier 300 associations de Sénégalais résidant sur le sol français, parmi lesquelles six structures avec des migrants qualifiés ont été retenues. Il s’agit de l’ASEC (Association des Sénégalais expatriés consultants), de Re-Source/Sununet, de Diaspora africaine, d’Afrique solidarité et développement, de l’association des avocats sénégalais de France et du réseau Espace Jappo. Quarante entretiens et cent questionnaires ont été réalisés. Seuls les résultats des entretiens sont restitués dans ce papier.

7La dispersion géographique des membres des associations a requis de recourir à une ethnographie mobile [Faist, 2012]. Ainsi, dans la mesure du possible et avec une présence intermittente, avons-nous suivi les mêmes personnes lors d’activités associatives multi-localisées (Paris, Dakar, Genève, Rabat et Casablanca). Si l’ethnographie mobile est pertinente pour restituer la dynamique relationnelle entre les lieux de la dispersion, elle engendre des difficultés dans le suivi des acteurs lors de leurs circulations.

8Une analyse thématique a été menée sur le corpus d’entretiens (fréquence des énoncés et mise en relation de ces derniers [Bardin, 1977]. Une liste restreinte de thèmes a été élaborée. Il s’agit de :

  • la mobilité antérieure à l’activité professionnelle ;

  • des déplacements dans le cadre du travail ;

  • des pratiques actuelles de mobilité ;

  • du contexte d’émergence et des caractéristiques des relations interpersonnelles ;

  • de la genèse des associations, de leurs implantations dans les pays de résidence ;

  • de la présence ou pas d’activités multi-sites.

9Une analyse des cooccurrences entre les lieux de la mobilité professionnelle et les lieux d’implantation des associations a été effectuée, afin de questionner la pertinence d’une mise en regard entre ces catégories. Une analyse de la force « des liens faibles » du réseau personnel a pu être réalisée en partant des réponses apportées aux questions suivantes : qui avez-vous rencontré, où, comment ? Cette analyse a permis d’interroger la transformation de certaines relations du réseau personnel en capital mobilisable. Cette perspective heuristique a semblé plus appropriée qu’une approche en termes de chaînes relationnelles qui, bien souvent, se résument en un dispositif communautaire permettant aux aînés de faciliter l’arrivée des cadets. Les migrants qualifiés ont, par contre, des réseaux sociaux composites qui sont significatifs d’une « sociabilité intégrée » et pas seulement communautaire.

10D’un point de vue théorique, cette étude s’inscrit dans le paradigme circulatoire qui s’est substitué à celui de la fuite des cerveaux. Si d’aucuns considèrent que « (…) la mobilité des scientifiques et des savants présente une telle permanence à travers les âges…» [Gaillard et Gaillard, 1998], d’autres contestent la pertinence du « brain drain » à rendre compte de la mobilité des personnes hautement qualifiées [Meyer et Charum, 1995]. Un certain nombre de facteurs, notamment les politiques migratoires sélectives en faveur des plus qualifiés, le développement des moyens de communication, l’internationalisation du marché du travail, l’engagement des organisations internationales pour la circulation des connaissances, font que l’installation en France n’affaiblit pas les liens avec le Sénégal. Dans le pays d’origine, la sclérose de l’emploi scientifique [Waast, 2003] et la dé-fonctionnarisation [Sall, 2003], qui ont représenté un temps des causes de départ, sont redevenues, sinon un motif de retour, du moins celui d’un transfert d’expertise.

11Une perspective transnationale a été adoptée pour aborder cette circulation et la mise en réseau progressive qui en découle. Issu des travaux de Basch et al. [1994], Portes et al. [1999], « the transnational lens » cristallise l’évolution des problématiques et rend compte du maintien des relations par-delà les frontières étatiques par des acteurs non-institutionnels [Capone, 2010]. À l’instar de Waldinger [2006], on peut cependant regretter que les travaux sur le transnationalisme n’aient pas mis plus le focus sur la dimension historique du transnationalisme. Même si, selon eux, l’un des éléments distinctifs entre hier et aujourd’hui, qui a grandement participé au développement des dynamiques transnationales, est « le développement du nationalisme dans les sociétés du pays d’origine - renforçant la saillance des identités nationales avec lesquelles les immigrants arrivent » [cité par Waldinger, 2006]. Cet aspect nous semble fécond pour comprendre le passage des mouvements politiques noirs au transnationalisme associatif. Dans les années 1920-1960, les intellectuels sénégalais s’alliaient avec d’autres intellectuels noirs, tandis qu’aujourd’hui, dans un contexte postcolonial, ils s’organisent davantage entre Sénégalais.

L’ancrage en France des associations de Sénégalais qualifiés

  • 2 Blaise Diagne, Lamine Senghor, Léopold S Senghor, Alioune Diop, Cheikh Anta Diop, etc.

12La présence d’intellectuels d’origine africaine en France, ainsi que leur organisation en associations, sont anciennes. Dès les années 1920, on peut observer une multitude d’organisations et de « mouvements nègres » [Dewitte, 1985] de libération et anticolonialistes. Ils regroupaient étudiants et intellectuels noirs d’origines diverses (Amériques, Afrique, Caraïbes), réunis par le projet de libération de populations partageant une expérience d’oppression. Ces mouvements noirs se sont construits en s’appuyant sur des projets collectifs politiques, militants, artistiques, littéraires et scientifiques. Comme en témoigne la création d’associations et de revues telles que, dans les années 1920, le Comité de défense de « la race nègre » (CDRN), puis, plus tard, la Fédération des étudiants d’Afrique noire (FEANF), la Voix des Nègres, la Dépêche africaine ou encore l’Étudiant noir. Paris était la « Palestine spirituelle » des intellectuels africains [Barou, 2011]. Les intellectuels sénégalais2 étaient nombreux dans ce processus de construction collective d’un « lien organisé » [Barou, 2012].

  • 3 Même si, ultérieurement, entre les années 1970 et 1990, ce sont davantage des intellectuels sédenta (...)

13Partant de ce passé, on ne peut exclure l’hypothèse selon laquelle les dynamiques associatives portées par les Sénégalais qualifiés, sédentarisés en France, soient le prolongement des mouvements nègres des années 1920, même s’il serait réducteur d’asseoir l’origine du fait associatif sur le seul mouvement noir, lorsqu'on sait que l’associationnisme est très ancré au Sénégal et tire sa source dans les regroupements par classe d’âge, sexe, etc. Cependant, les actions collectives anciennes et contemporaines en France, même si elles comportent des différences notables, présentent entre elles des similitudes. En premier lieu, le fait de se préoccuper déjà du devenir du lieu d’origine en terre d’accueil préfigurait les expériences transnationales actuelles. Ainsi, la sortie, simultanément à Paris et à Dakar, du numéro un de la revue Présence Africaine, fondée par le Sénégalais Alioune Diop en 1947 [Dewitte, 1995], en témoigne. En second lieu, les associations d’étudiants d’aujourd’hui, actives dans les mouvements autour de la FEANF jusque dans les années 1970, peuvent être considérées, de prime abord, comme les héritières légitimes des organisations du mouvement noir qui était porté, pour l’essentiel, par le même type d’acteurs3. Ces associations du passé, proches de celles étudiées ici, si l’on regarde le profil des membres et les modes d’organisation, s’inspiraient pour une large part de la longue tradition d’association des intellectuels africains résidant en France. Il s’agissait de revues et de groupes de recherche tels que Diaspora africaine (qui faisait suite à la revue Jonction) ou Groupe Sahel recherche. À ce titre, « l’intérêt est donc de souligner les dissemblances entre les différentes générations, sans pour autant nier toute filiation » [Gueye, 2001]. S’inscrivant dans cette veine, l’objectif de ce rappel historique est de montrer qu’une culture organisationnelle reproduite par l’élite s’est instaurée. 

14En revanche, les associations de migrants qualifiés qui ont émergé dans les années 2000 présentent d’importantes divergences avec celles des années 1920 : d’une part, parce que les contextes sociohistoriques diffèrent et d’autre part, parce que les systèmes relationnels ont évolué. Aux dynamiques relationnelles communautaires s’est substitué le développement de relations informelles multi-localisées en réseaux associatifs ou professionnels. Hier, une identité africaine transcendante était revendiquée pour mobiliser les peuples d’Afrique ; aujourd’hui, pour les migrants sédentarisés, les associations constituent plutôt des cadres d’expression d’« identités collectives [nationales] à l’épreuve de la migration » [Hily, 1993]. La majorité des migrants qualifiés ont acquis la nationalité française et la crainte du risque communautariste, associé au regroupement fondé sur l’origine, a réorienté le contenu du discours fondateur des associations, axé désormais sur la mobilisation des compétences. « Chez les primo-intellectuels, l’engagement politique est au centre de leur activités, la génération actuelle place, par contre, la professionnalité au cœur de sa démarche » [Sall, 2001]. C’est là un élément de distinction patent. Les associations contemporaines se caractérisent par leur positionnement apolitique, même si leurs membres peuvent revendiquer un engagement politique à titre individuel « ici » et « là-bas » [Lacroix et al., 2008]. Plus fondamentalement, les parcours de vie ont évolué. Les associations contemporaines se sont essentiellement construites sur la base sociale d’une unité de compétences utiles au pays d’origine, portées par des personnes dotées du « sens d’un intérêt et d’une responsabilité transnationale » [Loch et Barou, 2012], puisés dans leurs parcours de vie, de migration, et dans diverses relations.

Les mobilités fondement d’un « transnationalisme circulatoire »

15Il ressort de l’enquête menée auprès des migrants qualifiés d’origine sénégalaise que la quasi-totalité d’entre eux ont des expériences migratoires transnationales. Ils disposent d’un double statut qui contribue à accentuer leur mobilité, celui d’immigrants implantés durablement en France et celui de cadres d’entreprises françaises ou internationales. Les entreprises, dans lesquelles ils sont insérés, sont mondialisées. La mobilité géographique internationale est un mode de coordination stratégique [Pierre, 2003], elle est perçue comme une ressource sociale valorisée et est instrumentalisée à des fins de positionnement dans les rapports de pouvoir au sein des entreprises [Pierre et Gherardi, 2010]. Ces mobilités servent à entretenir un réseau social international et cosmopolite de clients, de partenaires, de fournisseurs et d’investisseurs. Deux chefs d’entreprise d’origine sénégalaise interrogés ont créé des entreprises en France, avec des filiales au Sénégal et travaillent avec des clients et des fournisseurs basés en Afrique, en Europe, aux États-Unis, etc. C’est ce que confirment les propos de l’un d’eux :

« Je travaille dans un secteur qui consiste à externaliser des processus métiers, fonctions, supports comptables et financières. Oui, je suis mobile parce que les clients intéressés par ce type de services se trouvent partout. Les entreprises qui externalisent le plus aujourd’hui se trouvent dans des pays anglo-saxons. Mes activités professionnelles m’obligent assez souvent à naviguer entre les continents américain et européen ».

  • 4 Souleymane B Diagne, dont l’expérience de vie est particulièrement marquée par la mobilité, est une (...)

16L’argument développé dans ce fragment de texte est largement partagé. Le nombre d'occurrences pour chaque mot, dans les réponses données à la question « Citez-nous les pays où ont lieu vos déplacements professionnels ? », se répartit de la façon suivante (tableau 1). Plusieurs pays d’Europe, d’Afrique et d’Amérique sont cités comme des espaces de mobilités. De plus, sur les 40 entretiens effectués, le Sénégal est cité en moyenne sept fois dans le discours, alors que la France n’est énoncée que quatre fois en moyenne. Ces mobilités migratoires participent à la production de la figure d’un « circulant Sénégalais qualifié4 » qui, installé dans un pays, n’en continue pas moins de circuler à l’intérieur de triangles territoriaux interconnectés (Dakar-Paris-USA ou Dakar-Paris-Belgique ou encore Dakar-Paris-Canada).

Tableau 1 : Fréquence des énoncés de la catégorie « lieux de la mobilité professionnelle »

Lieux de la mobilité

Enoncés

Nombre d’entretiens

Europe

33

29

Afrique

50 

38

Belgique

10

5

Angleterre

10

6

Suisse

9

7

Maroc

13

10

Tunisie

11

8

Nigéria

7

5

Gabon

4

3

États- unis

29

23

Canada

15

10

Chine

12

9

Japon

13

5

Brésil

10

4

Source : enquêtes M. Cissé (2011-2012).

17Cependant, l’intensité du phénomène transnational diffère en fonction de la catégorie professionnelle. Les universitaires (mathématiciens, médecins, juristes, socio-anthropologues) sont les plus mobiles, ils se déplacent entre plusieurs pays du monde au cours de l’année, ce qui implique qu’ils disposent d’interactions avec d’autres Sénégalais, développant de ce fait un « transnationalisme circulatoire » [Ambrosini, 2008]. Les chefs d’entreprise qui ont investi dans le pays d’origine font plusieurs va et vient entre le Sénégal et la France, ce qui transforme leur projet initial d’installation en un transnationalisme économique. Les cadres employés dans les grands groupes français se déplacent souvent, davantage en Europe qu’ailleurs.

  • 5 Les migrants qualifiés ont des affinités avec les « élites mondialisées » [WAGNER, 1998], les « ind (...)

18Cette mobilité révèle que le processus de sédentarisation en France s’accompagne d’un double mouvement en direction du pays d’origine et d’autres espaces, dont la dynamique est plus transnationale qu’internationale5. Cette configuration migratoire globale se reflète dans les parcours individuels, à l’image de celui décrit par un contrôleur financier :

« J’ai eu une bourse du gouvernement japonais, donc je suis allé au Japon, après mes études, j’ai eu beaucoup de mal à trouver un travail au Japon. Après une année de recherche d’emploi, j’en ai trouvé dans une banque américaine à la suite d’une recommandation d’un ami de nationalité américaine, que j’ai rencontré là-bas [au Japon]. J’ai travaillé pendant un certain temps dans cette banque américaine, après j’ai été affecté à Londres. J’y suis resté 7 ans. C’est là-bas que j’ai rencontré ma femme qui est jamaïcaine. Je me suis installé à Paris, depuis 8 ans déjà, avec mes enfants…… oui, on est partout maintenant, même au Japon j’avais des amis sénégalais. C’est différent de Paris, même Londres est différent de Paris ».

19Dans cet extrait, une circulation entre lieux distants, mais fortement investis, est observé : Japon, Londres, Paris, Amérique, Jamaïque. La répétition de la destination Japon est révélatrice de l’importance de cette première étape qui tranche par rapport aux routes traditionnelles de la migration sénégalaise. Une analyse des co-occurrences montre comment une unité de signification centrale (un parcours migratoire en dehors des schémas classiques) s’imbrique à d’autres éléments de la vie et les organise (carrière internationale, circulation transnationale qui a occasionné des rencontres improbables produisant une famille transnationale et des rencontres plus habituelles avec des compatriotes). L’absence de liens historiques entre le Japon et le Sénégal, ainsi que la nature fondamentalement temporaire de cette migration, dans le cadre des études, n’ont pas permis le développement d’une dynamique associative au Japon. Ce qui donne tout son sens à la phrase que cet enquêté prononce : « C’est différent de Paris, même Londres est différent de Paris ». En combinant l’analyse de parcours de vie à des questions sur sa participation aux associations, on découvre qu’une fois à Paris, cette personne a adhéré facilement à une association de Sénégalais par l’intermédiaire de connaissances. Ainsi, la mobilité s’accompagne de la constitution d’un réseau relationnel dispersé susceptible d’être activé en fonction des contextes sociaux.

20Pour d’autres migrants qualifiés, les trajectoires de mobilité sont ancrées dans des histoires familiales dont la caractéristique principale est la circulation. Un chef d’entreprise dont le père a connu une carrière internationale a vu de ce fait la sienne fortement influencée :

« On s’identifie en réalité à ce que son parcours a permis de faire, moi j’ai eu la chance ou la malchance [rires, grimace], je ne sais pas, d’être né en France, parce que mon père était affecté à Paris, il était fonctionnaire de l’UNESCO. Je suis retourné au Sénégal durant mon adolescence, puis je suis revenu m’installer en France. Dans ma famille, on bouge, mes frères et sœurs sont tous à l’étranger (deux sont aux États-Unis, un autre voyage beaucoup parce qu’il est footballeur, j’ai une sœur qui est à l’Unicef, il y en a une qui vit à Dakar). Moi, je suis installé à Paris depuis 1986, ça fait 25 ans, je me suis fait aussi un environnement social et des amis. Mais mon travail me fait beaucoup voyager ». [entretien en 2011]

21Dans cette famille de l’élite africaine transnationale [Bourgouin, 2011], les premiers voyages ont commencé très tôt, dès l’enfance. La transnationalisation du parcours de vie est, dans certains cas, une stratégie familiale de reproduction d’une position sociale privilégiée, celle des parents qui s’est construite à partir d’une activité professionnelle internationale qui a produit un « capital spatial ». Ce dernier comme les autres capitaux économiques, sociaux et culturels, se transmet et influence la mobilité sociale et spatiale de toute la fratrie à qui il a été légué.

22La transnationalisation des parcours de vie pour des raisons familiales ou professionnelles est une ressource spatiale qui donne accès à des univers sociaux et géographiques divers et forge des « habitus transnationaux » [Nedelcu, 2010]. Ce concept s’appuie sur la définition de P. Bourdieu [2000] de l’habitus entendu comme un ensemble de dispositions durables, acquises, résultant d’une incorporation des structures sociales et susceptibles également de refléter les trajectoires et expériences au cours de la vie. Il s’acquiert au cours de la socialisation primaire et secondaire, lorsqu’il s’accompagne d’une « culture du lien » [Pierre et Gherardi, 2010], il donne lieu à des parcours de vie ancrés dans une sociabilité transnationale. Ainsi, l’un des corollaires de cette grande mobilité est l’éventualité de rencontrer des Sénégalais installés dans d’autres pays du monde. C’est au gré des circulations familiales et surtout professionnelles que les migrants qualifiés établissent certains liens entre eux. Dans ces processus de mise en relation, le réseau personnel des migrants s’élargit au fur et à mesure qu’il est mobilisé.

De la transnationalisation des parcours de vie au transnationalisme associatif

23Au regard des parcours de vie, il n’est guère risqué d’affirmer que la création des associations, dans les années 2000, comme Espace jappo, ASEC, Re-source/ Sunnet procède de ces dynamiques de sociabilités opportunes qu’offrent les déplacements professionnels à travers le monde. Même si l’émergence d’un contexte favorable à l’engagement associatif des migrants qualifiés ainsi que l’existence d’une tradition associative ne sont pas à négliger. En 2000, le Sénégal a connu une alternance politique et, dès ce moment, ont émergé un discours et des pratiques politiques (la création d’une série d’institutions) qui ont cherché à établir le lien entre l’État et les migrants qualifiés. Le Sénégal, en partenariat avec les pays de résidence et certaines organisations internationales comme le PNUD, a mis en place des programmes de mobilisation des migrants qualifiés d’origine sénégalaise tels que le « Transfer of Knowledge Through Expatriate Nationals » (TOKTEN) et le PAISD (Programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement) qui ont mobilisé respectivement 76 et 52 missions d’expertise au Sénégal. Ces programmes ont concouru à la création d’un cadre d’interrelations propice aux rencontres et à la circulation des compétences d’un territoire à un autre. La création, en 2002, en France du FORIM (Forum des organisations de solidarité internationale issue des migrations) a de plus conforté cette tendance à la formalisation des liens entre les associations de migrants et les Etats.

  • 6 Au niveau continental plusieurs réseaux ou fédérations d’associations ont été créés : le réseau SAN (...)

24Dans ce contexte, plusieurs associations de migrants sénégalais qualifiés6 ont été créées. On s'attache ici à donner l’exemple de trois associations issues de notre échantillon. Constituées sur la base de la loi 1901 en France, et de l’alinéa 501c3 (de la loi 501c) aux États-Unis, ces associations mettent en œuvre des projets collectifs et se classent en trois catégories suivant les domaines prioritaires qu’elles investissement :

  • les associations à caractère scientifique et technique (ASEC) ;

  • les associations de type professionnel (le réseau Espace jappo) ;

  • les associations de type développementaliste (Rencontre des Sénégalais pour une organisation utile des ressources de la communauté des expatriés, ReSource/Sununet).

25Elles se distinguent des autres associations des travailleurs migrants par le niveau de qualification élevé des membres, mais également par la nature de leurs actions et activités vers le pays d’origine qui mettent en avant davantage le transfert de ressources cognitives et techniques que le transfert financier ou les actions de développement à l’échelle locale. En outre, leur genèse s’appuie sur l'instrumentalisation d’opportunités de rencontres (voyages d’affaires, séminaires de travail ou de formation à l’étranger, colloques, tourisme).

Le capital relationnel : une ressource pour la création d’associations transnationales

26De l’analyse des entretiens réalisés avec les migrants qualifiés affiliés à des associations, il ressort que les lieux de la mobilité, dans le cadre des déplacements professionnels, sont les mêmes que ceux où sont installés les membres de leurs associations qui ne résident pas en France. Il s’agit dans les deux cas des États-Unis, de la Suisse, de la Belgique, du Brésil...

  • 7 Une analyse plus fine permet de mesurer la densité d’une relation, la fréquence des interactions et (...)

27Selon le président de l’association, la création de Re-source France procède de la rencontre, lors d’un séminaire, entre un universitaire sénégalais qui enseigne à l’université de Princeton et d’un jeune cadre sénégalais qui travaille à la cité internationale universitaire de Paris. Cette rencontre a permis une extension de leurs réseaux personnels. Au démarrage, la force, la fréquence et l’intensité des liens sont faibles7. L’élément constitutif de l’association - une première rencontre - est construit, donc labile et instable. Cela rend compte de la force des liens faibles, telle que définie par M. S. Granovetter [1973]. Les migrants qualifiés se sont appuyés sur des liens professionnels peu élaborés, non transitifs, servant de pont pour passer des relations interpersonnelles à des relations associatives transnationales formalisées. Après cette première rencontre, une correspondance assidue a permis de mieux se connaître et de définir conjointement les objectifs de l’association avec d’autres compatriotes de leur connaissance. Les liens faibles se sont progressivement transformés en liens forts, toujours actifs. En prenant en considération d’autres éléments, notamment le profil de la personne interviewée, la correspondance entre les lieux apparaît plus forte lorsqu’il s’agit d’un leader ou d’un membre très actif. Ainsi, le partage d’un habitus transnational propre au groupe n’exclut aucunement des différences individuelles. Le capital spatial d’un leader est différent de celui d’un membre simple. Cet aspect s’est vérifié sur le terrain : des leaders ont été interviewés dans différents pays, alors que la plupart des membres simples l’ont été seulement en France.

  • 8 Ces rencontres qui impulsent le mouvement associatif ont été observées dans les dynamiques associat (...)

28Pour l’ASEC, les membres de l’association qui vivent en Suisse, au Brésil et aux États Unis se sont rencontrés, pour la première fois, au Symposium des Sénégalais de l’extérieur organisé par l’État en juillet 2001 à Dakar8 et dont les recommandations ont abouti à la mise en œuvre du programme TOKTEN. Malgré ses limites, telles que l’inachèvement de certaines missions, la méconnaissance du programme (soulignée par les migrants interrogés), les retards dans la mise en route, la faible diversification des structures entraînant une exclusion des secteurs prioritaires [Fall, 2007], la participation des uns et des autres a accru leur prise de conscience et la valeur de leurs compétences dans le processus de développement de leur pays d’origine. À la suite de leur intervention, ils ont mis en place l’association dans le but de pérenniser un lien utile au pays d’origine. Au regard de ces résultats, nous partageons les conclusions de M.-A. Hily et al. [2004] qui soulignent la pertinence de la notion de réseau social comme outil analytique ou comme cadre d’expérience des migrants permettant d’interroger les dynamiques collectives productrices d’initiatives sociales et économiques.

29La genèse de l’ASEC indique également que, tout en mettant la focale sur la dynamique relationnelle, il ne faut pas perdre de vue que les liens entre agents sont encastrés dans des structures sociales favorisant leur rencontre [Dibiaggio et Ferrary, 2003], comme l’appartenance à un même espace d’origine ou à la même catégorie socioprofessionnelle (universitaires mobiles dans le cas de l’ASEC).

30Tout porte à croire que les rencontres induites par les mobilités (déplacements professionnels et autres) sont saisies comme des occasions pour construire des relations d’interconnaissance [Bourdieu, 1980] et créer des sphères sociales d’interactions reliant les migrants qualifiés et produisant des sociabilités associatives par-delà les frontières géographiques.

31Cette hypothèse, qui lie mobilité et transnationalisme associatif, est étayée par l’analyse de cas distincts les uns des autres. L’association Diaspora Africaine fait partie de notre échantillon mais l’essentiel de ses activités consiste à alimenter un site internet avec des ressources documentaires. Lorsque la mise en relation entre les lieux de la mobilité professionnelle et les lieux d’installation des membres a été réalisée, il s’est avéré qu’en dehors de l’ex-président (un universitaire qui s’est réinstallé au Sénégal et qui n’a pas eu le temps d’instaurer une dynamique multi-sites), tous les autres membres ont des parcours professionnels sédentaires (infirmière, comptable, instituteur, etc.). De la même façon, l’association des avocats sénégalais en France, dont l’objectif est de renforcer la collaboration professionnelle des membres, n’a pas non plus développé d’activités transnationales. De fait, la faible mobilité des membres d’une association ou l’absence d’activités associatives dans le pays d’origine produit ce que Dahinden [2005] nomme « the missing transnationalism » des activités associatives. Cette mobilité limitée frappe les plus qualifiés parmi les migrants selon R. Raijman et M. Tienda [cités par Fibbi et D'Amato, 2012]. Cependant, pour des migrants déjà installés, même dans ces cas de faible mobilité, l’absence de circulation n’annule pas totalement l’insertion dans des dynamiques transnationales par d’autres moyens. Les individus qui ne se déplacent pas maintiennent des relations sociales à travers les frontières grâce à différentes formes de communication [Capone, 2010]. Si la vocation transnationale est virtuelle pour certaines associations, pour d’autres, elle se manifeste par des activités réelles.

Le transnationalisme des activités associatives : la configuration des liens entre les lieux

  • 9 En gras dans le texte de l’auteur.

32Ce processus de transnationalisation des associations de migrants qualifiés a été constaté par H. DIA [2009]. Dans un rapport de recherche sur les associations de migrants qualifiés d’origine sénégalaise, il constate que « l’un des traits les plus partagés par les associations sénégalaises étudiées est leur forme diasporique9. Les associations se déploient sur plusieurs espaces. Certes, pour des raisons liées à l’ancienneté et aux moyens que donne l’effet de rang dans l’entrée en migration, c’est le site français qui est le plus important. Mais, d’autres pôles émergent, voire se consolident ».

33Formées sur une base réticulaire, les associations de migrants qualifiés créées en France ont des ramifications en Europe et en Amérique. Par leurs fonctionnements et organisations, elles ont des modalités de réseaux. Elles organisent des rencontres (« meetup ») qui participent au développement du réseau personnel (« networking »). En outre, la plupart des associations répertoriées se caractérisent par une implantation et des activités multi-sites.

Figure 1 : La configuration des liens entre les lieux

Figure 1 : La configuration des liens entre les lieux

Source : enquêtes M. Cissé

34Re-source est implantée en France et aux États-Unis. Les activités de l’association ont lieu en France (à Paris, pique-nique annuel au bois de Vincennes au mois de juillet), aux États-Unis (assemblées générales à Washington DC et à New-York) et au Sénégal (« Home coming »). Le président de Re-source/Sununet précise : « je vis aux États-Unis, mais quand il y a quelque chose comme une activité, je me rends à Paris… Tous, on se donne rendez-vous pour le home coming au Sénégal. Là, c’est nous tous qui nous déplaçons, ceux d’Amérique, ceux de France…».

35L’association a développé une présence « multi-située » [LIMA, 2013] dans des contextes d’accueil qui se différencient en termes de politiques publiques et de traditions migratoires. Ces différences territoriales se révèlent significatives pour comprendre la manière dont elles influencent les dynamiques et les orientations des associations. Le « home coming » est proposé par les membres de l’association vivant aux États-Unis. Cette appellation fait sens dans le contexte américain au regard de l’histoire des diasporas noires des Amériques qui ont considéré l’origine comme un lieu de retour réel ou symbolique. Ceci est révélateur de l’importance de la particularité des contextes territoriaux d’implantation des associations dans le développement de leurs activités transnationales. Ainsi, depuis la création de l’association, une rencontre biennale est organisée au Sénégal. Un « home coming » a été organisé en 2007, en 2009, en 2011, en 2013 et récemment en 2015. Les membres de Re-source/Sununet vivent dans des contextes socioculturels divers. Le « home coming » est pour eux une opportunité de revenir au Sénégal et de s’imprégner des valeurs qu’ils partagent et qui donnent sens à leurs échanges transnationaux. À travers cette activité associative menée dans le pays d’origine, ils réactivent le substrat par lequel ils sont liés socialement [Büscher et Urry, 2009].

36L’ASEC a une configuration socio-spatiale similaire. Mais, l’association a une inscription territoriale duale avec un ancrage d’une grande partie des membres en France et des activités au Sénégal. Il s’agit d’une « double présence » que matérialise la relation tripartite que l’ASEC cherche à instaurer entre l’association, le laboratoire de biotechnologie des champignons de la faculté des Sciences et Techniques de l’université de Dakar et l’IUT de Tremblay en France en vue de développer une agriculture biologique dans la communauté rurale de Fissel Mbadane (au Sénégal) où l’association bénéficie déjà d’un espace de 12 hectares. La réalisation de cette activité mobilise les membres installés en France, en Suisse, au Brésil et aux États-Unis.

37Dans un autre registre, les membres d’Espace Jappo ont mis en place un type d’organisation plus souple pour favoriser une interpolarisation. C’est un mouvement collectif d’orientation et d’entraide (accueil, information, insertion, etc.) qui s’appuie sur la réussite sociale de ses membres pour construire une dynamique collective de collaboration professionnelle. Les forums de networking annuels organisés par le réseau sont animés par des personnalités d’origine sénégalaise telles que Pape Diouf, ancien journaliste sportif et ancien président de l’Olympique de Marseille ; Djibril Bodian, consacré meilleur artisan boulanger de Paris en 2010 ; Mactar Fall, un ancien vice chairman chez JP Morgan qui vit aux États-Unis. Espace Jappo a une configuration réticulaire avec une polarisation des activités en France. Le réseau concentre l’ensemble de ses activités en France, à Paris, mais des professionnels sénégalais installés aux États-Unis et en Europe ainsi que d’anciens migrants réinstallés au Sénégal participent aux activités du réseau, ce qui confère une dimension transnationale à ces rencontres. Celles-ci qui se tiennent à la Défense depuis dix ans rendent compte d’un marquage territorial net, même s’il ne dure que le temps d’un forum. Elles rappellent la centralité territoriale de Paris dans les mouvements migratoires africains.

38Les résultats de cette étude montrent une diversité des cadres de polarisation dans des lieux chargés de sens, tels que le quartier des affaires, les sites historiques ou le territoire d’origine, ce qui amène à relativiser l’idée de « déterritorialisation », très présente dans les perspectives transnationales. En ce sens, les associations étudiées ici se distinguent des « ethnoscapes » [Appadurai, 2001]. Leurs caractéristiques ne permettent pas de les inscrire dans la perspective des identités de groupe déterritorialisées, telles qu’elles apparaissent dans le dispositif théorique de A. Appadurai, même si nous partageons l’idée des identités « imaginées » qui cimentent les individus dispersés. Les migrants qualifiés ne sont pas des élites anhistoriques, « voyageuses et déracinées » [Friedman, 2000], leurs parcours de vie allient un ancrage dans les pays de résidence à une territorialisation des effets bénéfiques de leurs compétences dans le pays d’origine. Ces parcours de vie se construisent dans des territoires nationaux qui sont in fine des espaces constitutifs et expressifs de leurs identités. Cet aspect est également un élément de distinction avec les associations des « mouvements nègres ».

Conclusion

39Dans un contexte postcolonial de plus en plus globalisé, les modes d’organisation des migrants d’origine sénégalaise ont évolué. Pourtant, l’on est tenté de se demander, comme Gueye [2001 : 210] « si le terme de réorganisation de la population noire ne traduit pas mieux la réalité que celui d’organisation ». De manière discontinue, des dynamiques associatives mobilisant, au tout début, la sociabilité estudiantine ont forgé une tradition associative.

40Au cours des années, les migrants qualifiés ont su instrumentaliser leurs circulations transnationales pour se positionner comme des acteurs capables d’instaurer des continuités entre le pays d’installation, le pays d’origine et les autres lieux de dispersion à travers les liens associatifs. Ainsi, bien que sédentarisés dans les pays d’accueil, les migrants qualifiés d’origine sénégalaise ont développé un habitus transnational qui a produit des profils de mobilité caractérisés, variant en fonction de l’histoire familiale, de la trajectoire socioprofessionnelle et donnant lieu soit à un « transnationalisme circulatoire », soit à un transnationalisme économique. Cette mobilité est propice à la construction d’un réseau relationnel dispersé mais mobilisable. Constituées à partir de ces ressources relationnelles, les associations ont une configuration socio-spatiale réticulaire balbutiante qui se veut être le terreau « de fertilisation croisée entre des aires culturelles, sociales et économiques disparates » [Meyer, 2013]. Ainsi, l’un des objectifs des associations, qui est également un élément constitutif et mobilisateur de leur projet, est de réaliser des activités dans des espaces sociaux différenciés, tout en gardant une centralité territoriale forte, mais multi-située soit dans le pays d’installation (rencontres entre membres souvent à Paris), soit dans le pays d’origine (actions de développement au Sénégal). Aussi, s’inscrire dans une perspective transnationale, tout en mobilisant une analyse des parcours migratoires et des relations interpersonnelles, a semblé approprié pour rendre compte de l’articulation singulière entre la sédentarisation, la mobilité, la dispersion et la mise en réseau, tout en restituant la profondeur temporelle de ces dynamiques.

41Depuis plus d’une dizaine d’années, ces associations de migrants qualifiés fonctionnent en alliant ancrage en France et multi-territorialité des activités, même s’il faut souligner la fragilité de ces associations qui connaissent des crises de développement. Pour certaines d’entre elles, l’engouement de départ s’essouffle, ce qui se traduit par des effectifs de plus en plus réduits, des cotisations non renouvelées et des difficultés à mobiliser la relève. Surtout, entretenir la dynamique multi-sites, qui repose pour l’essentiel sur la mobilité des leaders et de quelques membres, s’avère difficile à moyen terme.

Haut de page

Bibliographie

AMBROSINI M., 2008, Entreprendre entre deux mondes : le transnationalisme économique des migrants, Migrations Société, vol. 6, N° 120, pp. 53-80.

APPADURAI A., 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris : Payot, 322 p.

BARDIN L., 1977, L'analyse de contenu. Paris : P.U.F, 233 p.

BAROU J., 2011, De l’Afrique à la France. D’une génération à l’autre. Paris, Armand Colin, pp. 256

BAROU J., 2012, Les immigrés d’Afrique subsaharienne en Europe : une nouvelle diaspora ?, Revue européenne des migrations internationales, vol. 28 - n° 1, pp147-167.

BASCH L., GLICK SCHILLER N., SZANTON BLANC C., 1994, Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments and Derritorialized Nation-states. Bâle, Gordon & Breach Publishers, 335 p.

BOURDIEU P., 1980, Le capital social, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 31, N° 1, pp. 2-3.

BOURDIEU P., 2000, Esquisse d’une théorie de la pratique. Paris : Seuil, 448 p.

BOURGOUIN F., 2011, Des individualistes globaux : ruptures et discontinuités dans les familles d'élites africaines transnationales, Autrepart, vol. 1, N° 57-58, pp. 299-314.

BÜSCHER M., URRY J., 2009, Mobile methods and the empirical, European, Journal of Social Theory, vol. 1, N° 12, pp. 99–116.

CAPONE S., 2010, Religions « en migration » : De l'étude des migrations internationales à l'approche transnationale, Autrepart, vol. 4, N° 56, pp. 235-259.

DAHINDEN J., 2005, Contesting transnationalism? Lessons from the study of Albanian migration networks from former Yugoslavia, Global Networks, vol. 5, N° 2, pp. 191-208.

DEGENNE A., 1983, Sur les réseaux de sociabilité. Revue française de sociologie, 1983, vol 24, n° 1, pp. 109-118

DIA H., 2009, Diaspora et développement du Sénégal : historicité et perspectives, Rapport de recherches de ENDA-Europe sur l’implication des diasporas sénégalaises dans le développement du Sénégal, Programme DIAPODE (Diasporas pour le développement), 106 p.

DIAWARA M., 2007, Bamako Paris New York, Paris : Éditions Présence Africaine, 278 p.

DEWITTE P., 1985, Les mouvements nègres en France : 1919-1939. Paris, L’Harmattan, 416 p.

DEWITTE P., 1995, Intellectuels et étudiants africains à Paris à la veille des indépendances (1945-1960). In Antoine Marès et Pierre Milza (dir.). Le Paris des étrangers depuis 1945. Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 470

DIBIAGGIO L. et FERRARY M., 2003, Communautés de pratique et réseaux sociaux dans la dynamique de fonctionnement des clusters de hautes technologies, Revue d’économie industrielle, vol. 103, N° 1, pp. 111-130.

FAIST T., 2012, Toward a Transnational Methodology: Methods to Address Methodological Nationalism, Essentialism, and Positionality, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 28, N° 1, pp 51-70.

FALL A. S., 2007, Rapport final d’évaluation externe du programme « Transfert of Knowledge Trough Expatriate Nationals. (TOKTEN) et de formulation du descriptif d’un nouveau programme. Dakar, Ministère des Affaires Étrangères, PNUD. erc.undp.org/evaluationadmin/downloaddocument.html?docid=3509, page consultée, le 23/ 06/ 2010.

FIBBI R., D'AMATO G., 2008, Transnationalisme des migrants en Europe : une preuve par les faits, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 24, N° 2, pp. 7-22.

FINDLAY A. M., LI F. L. N., JOWETT A J, SKELDON R. 1996, Skilled international migration and the global city: a study of expatriates in Hong Kong, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 21, N° 1,pp 49-61.

FRIEDMAN J., 2000, Des racines et (dé)routes. Tropes pour trekkers, L’Homme, N° 156, pp. 187-206.

GAILLARD J., GAILLARD A.-M., 1998, Fuite des cerveaux, retours et diasporas, Futuribles, N° 228, pp 25-49.

GRANOVETTER M. S., 1973, The Strength of Weak Ties, American Journal of Sociology, vol. 78, N° 6, pp. 1360-1380.

GUEYE A., 2001, Les intellectuels africains en France. Paris : L'Harmattan, coll. Sociétés Africaines et Diasporas, 272 p. 

HILY M.-A., 1993, Les identités collectives à l’épreuve de l’émigration-immigration : le cas des Portugais en France. Thèse de sociologie : Université de Nice Sophia Antipolis, 393 p.

HILY M.-A., BERTHOMIÈRE W., MIHAYLOVA D., 2004, La notion de "réseaux sociaux" en migration, Hommes et migrations, N° 1250, pp 6-12.

LIMA S., 2013, Territoires multisitués et circulation migratoire, L’Espace géographique, vol. 4, Tome 42, pp. 340-353.

LACROIX T. SALL L., SALZBRUNN M., 2008, Marocains et Sénégalais de France : permanences et évolution des relations transnationales, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 24, N° 2, pp 23-43.

LOCH D., BAROU J., 2012, Éditorial : Les migrants dans l’espace transnational : permanence et changement, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 28, N° 1, pp 7-12.

MA MUNG E., 1999, La dispersion comme ressource, Cultures et Conflits, N° 33-34, pp. 89-103.

MEYER J.-B., 2013, Diasporas et développement, Hommes et migrations N° 1303, pp 134- 137.

MEYER J.-B., CHARUM J., 1995, la "fuite des cerveaux" est-elle épuisée? Paradigme perdu et nouvelles perspectives, Cahiers des Sciences Humaines, Vol 31, N° 4, 1003-1017.

NEDELCU M., 2010, (Re)penser le transnationalisme et l'intégration à l'ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l'étude des migrations internationales ?, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26, N° 2, pp 33-55.

PIERRE P., 2003, Mobilité internationale des élites et stratégies de l’identité. Revue européenne des migrations internationales, vol. 19 - n° 1, pp. 29-49.

PIERRE P., 2005, Les variations de l'identité d'élites mondialisées. Connexions vol. 1, No 83, pp 191-210.

PIERRE P., GHERARDI L., 2010, Mobilités géographiques et écarts de pouvoir au sein de trois entreprises mondialisées. Mobiles, immobiles et « ubiquistes », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26, N° 1, pp. 161-185.

PORTES A., GUARNIZO L. E., LANDOLT P., 1999, The study of transnationalism: pitfalls and promise of an emergent research field. Ethnic and Racial Studies, vol. 22, N° (2), pp. 217-237

SALL B., 2001, Vers la fin des intellectuels africains en France. Préface, in Abdoulaye Gueye. Les intellectuels africains en France, Paris, L'Harmattan, pp. 272. 

SALL B., 2003, Formation des diasporas africaines en Europe et relations problématiques avec les pays d’origine. In Les diasporas scientifiques, Paris, IRD, pp. 1-10.

SALT J., 1992, Processes among the Highly Skilled In Europe, International Migration, vol. 2, N° 26, pp 484-505.

TARROW S., 2007, « Cosmopolites enracinés et militants transnationaux ». Lien social et Politiques, n° 58, p. 87-102.

WAAST R., 2003, Diasporas en contexte, In Les diasporas scientifiques, Paris : IRD, pp. 1-14.

WAGNER A-C., 1998, Les nouvelles élites de la mondialisation, Paris : PUF, 236 p. 

WALDINGER R., 2006, « Transnationalisme » des immigrants et présence du passé, Revue Européenne des Migrations Internationales [En ligne], vol. 22, N° 2 mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 28 juin 2015. URL : http://remi.revues.org/2817 ; DOI : 10.4000/remi.2817.

Haut de page

Notes

1 La migration des sénégalais qualifiés en France : entre transnationalisme et construction diasporique soutenue le 22 janvier 2015 à Paris 10

2 Blaise Diagne, Lamine Senghor, Léopold S Senghor, Alioune Diop, Cheikh Anta Diop, etc.

3 Même si, ultérieurement, entre les années 1970 et 1990, ce sont davantage des intellectuels sédentarisés qui ont porté les dynamiques organisationnelles

4 Souleymane B Diagne, dont l’expérience de vie est particulièrement marquée par la mobilité, est une figure emblématique du circulant sénégalais hautement qualifié. Nous avons pu discuter avec lui de son parcours lors d’une assemblée générale du Codesria au Maroc. On retrouve ce parcours de vie transnational également chez des migrants qualifiés d’origine africaine, comme en témoigne le titre de l’ouvrage de M. Diawara [2007]. De même, le parcours de vie de Cheick Modibo Diarra peut aussi être évoqué à titre illustratif.

5 Les migrants qualifiés ont des affinités avec les « élites mondialisées » [WAGNER, 1998], les « individualistes globaux » [Bourgouin, 2011] et les « cadres internationaux » [Pierre, 2005]. Mais les élites mondialisées ont des identités multiples nourries par une culture internationale et une discontinuité de lieux. En revanche, les migrants qualifiés sont d’abord sédentarisés, tout en restant attachés à leur origine, ce qui motive chez eux l’existence d’actions de développement collectives orientées vers le pays de départ. À ce titre, leurs expériences transnationales ressemblent davantage à un « cosmopolitisme enraciné » qui « implique qu’en s’éloignant physiquement et cognitivement de leur lieu d’origine, les individus n’en restent pas moins attachés à ce lieu et aux réseaux sociaux qui le traversent…» [Tarrow, 2007 : 90].

6 Au niveau continental plusieurs réseaux ou fédérations d’associations ont été créés : le réseau SANSA (South African Network of Skills Abroad), le club Diallo Telli, Africa Recruit, Africagora, African Foundation for Development (AFFORD), African Axis (AFAX).

7 Une analyse plus fine permet de mesurer la densité d’une relation, la fréquence des interactions etc. Ainsi, pour une relation symétrique, telle que la connaissance ou la coopération, la densité d'un réseau est le rapport du nombre de paires effectivement en relation au nombre de paires possibles, qui est N (N-1)/2 pour une population mère de taille N [Degenne, 1983 : 112]

8 Ces rencontres qui impulsent le mouvement associatif ont été observées dans les dynamiques associatives antérieures comme l’évoque Gueye [2001 : 210-211] : « au sortir de cette rencontre (manifestations culturelles organisées par Diaspora Africaine), quelques intervenants d’origine antillaise et africaine, dont le fondateur de Diaspora Africaine [revue fondée en 1985 par un ancien enseignant sénégalais], prolongeant les débats de la conférence dans un café parisien, en sont arrivés à discuter de la dissémination, de l’absence de jonction entre les disciples de l’égyptologue sénégalais en France… le résultat de ces efforts a été la fondation de l’U.I.C.A.D (l’Union Internationale Cheikh Anta Diop) ».

9 En gras dans le texte de l’auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La configuration des liens entre les lieux
Crédits Source : enquêtes M. Cissé
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marame Cissé, « Des mouvements noirs au transnationalisme associatif : au prisme des parcours migratoires des Sénégalais qualifiés de France  », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eps/7185 ; DOI : 10.4000/eps.7185

Haut de page

Auteur

Marame Cissé

Chercheure au GESTES
Université Gaston Berger
Saint-Louis/Sénégal
cissemarame@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals