Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : Mobilités et marchés du travail des espaces (trans)frontaliers : enjeux et impacts

Mobilités et marchés du travail des espaces (trans)frontaliers : enjeux et impacts

Philippe Gerber et Vincent Dautel

Texte intégral

1Le fonctionnement et la signification des frontières ont profondément évolué au cours des dernières décennies, tant dans leurs formes spatiales que dans leurs interrelations. Au sein de l’espace européen de Schengen par exemple se déroulent des processus d’intégration politique qui relativisent la fonction « classique » de la frontière en tant que limite territoriale, celle-ci devenant de plus en plus poreuse [Coupleux et al., 2005]. Il s’en suit que les flux de main-d’œuvre transfrontalière y augmentent. Ces processus se trouvent renforcés par la globalisation et spécialisation des économies, ainsi que la progression induite des échanges. Nombre de travaux se sont développés autour de ce phénomène émergent, que ce soit dans le domaine de l’économie urbaine [Moritz, 2011 ; Pierrard, 2008], de la géographie des transports et de la mobilité spatiale [Soutif, 1999 ; Buxeda, 2005 ; Plat et Raux,2008 ; Rietveld, 2012 ; Drevon et al., 2016 ; Gerber et al, 2017], ou encore au sein d’études portant sur le thème même de la frontière (communément appelées border studies) et qui se révèlent généralement plus qualitatives [Van Houtum, 2000 ; Durand, 2013]. Pour autant, les flux transfrontaliers restent encore relativement faibles, et ce malgré l’ouverture volontariste des frontières étatiques [Van der Velde, 2014].

2Des essais de théorisation de ce marché particulier du travail transfrontalier ont été initiés [De Gisjel et al., 1999], nourris d’apports de la croissance endogène, de la nouvelle économie urbaine (rôle du capital humain local) ou encore des théories de polarisation. Des tentatives de modélisation à l’échelle individuelle, se concentrant sur le différentiel en termes de qualification des frontaliers par rapport aux non-frontaliers, ont été menées [Huber, 2014]. Ces travaux viennent en résonnance de ceux plus anciens portant sur la migration inter et intra-étatique. Ils mettent en évidence l’impact des différentiels entre les régions d’origine et de destination sur l’auto-sélection négative ou positive – au regard des qualifications – des migrants [Borjas, 1987, 1992]. De même, les mobilités apparaissent dépendre de différentiels d’opportunités sur les marchés du travail, voire de différentiels en termes de protection sociale [Borjas, 2001]. Un rapprochement avec les résultats de cette littérature paraît fructueux pour toute démarche individu centrée.

3La géographie économique soutient quant à elle que la contiguïté géographique est une source potentielle d’externalités positives, nées de complémentarités, d’hybridation ou de mutualisation des ressources [Sohn, 2014]. A une échelle plus individuelle, d’autres travaux suggèrent que des différentiels, vus comme des discordances, ne favoriseraient pas la mobilité. Ceux-ci tiennent aux qualifications acquises à l’offre de travail (y inclus les règles s’appliquant à un métier), aux aspects culturels (dont la langue), et plus globalement à la méconnaissance et l’incertitude associées au lieu (le pays étranger), même si ce lieu se situe plus ou moins à proximité de celui de résidence. Cela rejoint notamment le concept de « (un)familiarity » développé par Spierings et Van der Velde [2008]. D’autres auteurs parlent d’un euroscepticisme qui peut exister au sein de certaines régions transfrontalières, ceci malgré les efforts d’intégration transfrontalière [Kuhn, 2011].

4Ce dossier thématique d’Espace Populations Sociétés souhaitait justement se pencher sur les marchés locaux et régionaux du travail, transfrontalier ou non, à travers des exemples quantitatifs pluridisciplinaires concernant les déterminants, enjeux et impacts de ces mobilités particulières, en fonction de différentes unités d’analyse et/ou de périodes temporelles. Par ce biais, nous voulions mettre l’accent sur des comparaisons possibles entre différents marchés, pour savoir en quoi les frontaliers se distinguent des non-frontaliers, voire des migrants, au sein des différentes aires géographiques des marchés du travail locaux ou régionaux. De même, la question des pratiques et des représentations pouvait présenter un intérêt particulier : comment les citadins appréhendent la frontière et leur territoire d’activités, ce dernier s’étendant sur plusieurs Etats, du moins pour les frontaliers ? Les potentiels de mobilité ont-ils un impact sur leurs modes de vie ? La sélection de quatre articles pour ce dossier apporte quelques éléments de réponse.

5En restant essentiellement centrés sur le territoire français, les articles témoignent d’une diversité des situations de la main-d’œuvre aux portes de nombreuses frontières interétatiques avec, du nord au sud, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, Monaco et l’Espagne. Rappelons ici que la France est le premier pourvoyeur de frontaliers d’Europe. En effet, selon des chiffres récents issus des bases de l’Enquête européenne continue « Labour Force Survey », la population transfrontalière en France représente près de 1,5% de la main-d’œuvre totale hexagonale, alors qu’elle n’atteint que 0,6% dans l’Europe des 28, soit environ 1,3 million de personnes âgées entre 20 et 64 ans [Fries-Tersch et al., 2017]. Les chiffres du recensement de l’INSEE en France témoignent des mêmes tendances, comme le signale l’article de Pigeron, Le Texier, Belkacem et Caruso dans cette section.

6Cet article, partant au départ d’une population a priori homogène, tous les travailleurs résidant en France métropolitaine, se focalise plus précisément sur une analyse des mobilités domicile-travail pouvant éventuellement aller au-delà des frontières, incluant dès lors les marchés du travail des pays limitrophes comme l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique, etc. Outre une comparaison des déterminants (socio-économiques, démographiques et spatiaux) de ces mobilités dans les cadres intra et inter-étatiques, l’article conclut sur une representation cartographique des résidus à la mobilité incluant la différence realtive entre les frontaliers observés et les frontaliers prédits par un modèle économétrique. Les résulats mettent en exergue un deficit relatif de l’emploi frontalier là où semble se chevaucher l’attractivité de marchés du travail étrangers distincts. A contrario, un excédent se détache dans les communes à proximité de l’Allemagne et des pôles de Bâle et Genève pour la Suisse. En étant examinée plus avant, cette carte offre par ailleurs une nouvelle base de réflexion dans de futurs travaux pluridisciplinaires visant à considérer l’origine de ces éléments non expliqués (résidus) inscrits dans l’espace.

7L’article de Scalvinoni et Gille offre une approche complémentaire à ce premier papier. Premièrement, il s’incrit dans la comparaison de deux situations frontalières distinctes, même si géographiquement proches (en Moselle), l’une à proximité de la frontière luxembourgeoise (la Communauté d’Agglomération de Thionville), l’autre proche de l’Allemagne (la Communauté d’Agglomération de Forbach). Deuxièmement, la nature qualitative de l’étude et la visée multidisciplinaire de leur approche, qui allie la sociologie, la géographie et dans une moindre mesure l’économie, offre l’opportunité de requestionner les déterminants de l’emploi frontalier usuellement utilisé dans les travaux qualitatifs. L’article met notamment en évidence que, malgré des contraintes et des opportunités professionnelles différentes entre les marchés du travail luxembourgeois et allemand, les stratégies résidentielles développées par les deux types de travailleurs frontaliers sont relativement proches, à la fois fonctionnelles et sociales.

8L’article de Chen, Gerber et Ramadier vise quant à lui à se focaliser sur certains travailleurs « oubliés » des recherches générales sur la métropolisation et les frontaliers. Les récentes études précédentes mettent en effet en évidence de manière empirique [Floch, 2015] ou théorique [Huber, 2014] que les marchés du travail étranger attirent des segments particuliers d’emploi frontalier. Certains marchés tels la Suisse et le Luxembourg attirent par exemple les emplois plutôt qualifiés, d’autres tel l’Allemagne ou la Belgique les emplois plutôt peu qualifiés. Partant de ce constat, l’article détaille les relations qui existent à la fois dans le temps (de 1968 à 2013) et dans l’espace (la Lorraine, avec un focus sur certaines zones prédéfinies selon certains critères socio-économiques) entre les actifs peu qualifiés et les autres. Force est de constater que, bien que la métropolisation luxembourgeoise ne soit pas remise en cause, avec une augmentation substantielle des frontaliers lorrains qualifiés à partir des années 1990, les catégories populaires de frontaliers alimentent également ce processus d’urbanisation, même si cela s’effectue dans une moindre mesure dans la dernière décennie.

9L’article de Weber, Ferro Luzzi et Ramirez étend quant à lui le perimètre spatial considéré dans les précédents papiers en portant son attention sur le cas suisse. Partant d’une modélisation causale au sens de Granger (1969), il s’insère dans la lignée de travaux sur l’impact des migrants (ici frontaliers) sur l’emploi des résidants. Cependant, à notre connaissance, très peu de travaux portant spécifiquement sur les frontaliers s’inscrivent dans cette persepective qui questionne la complémentarité vs subsitituabilité entre travailleurs résidants et non-résidants. Au delà de la seule sphère scientifique, une telle interrogation est politiquement très sensible, nourrissant régulièrement des débats en Suisse. Pour parvenir à cette fin, l’article combine une modélisation à l’échelle nationale et à celle des régions et des cantons avec de riches observations s’étalant de 1996 à 2017. Les résultats obtenus tendent à réfuter l’impact négatif de l’emploi frontalier sur le chômage des résidants suisses. Ces conclusions laissent les portes ouvertes à des exploitations futures entre les interrelations complexes qui existent au sein des marchés locaux et régionaux à l’échelle européenne.

Haut de page

Bibliographie

Borjas G., J., 1987, Self-Selection and the Earnings of Immigrants, The American Economic Review 77(4), p.531-553.

Borjas G., J., 1992, Self-Selection and internal Migration in the United States, Journal of Urban Economics, 32, p.159-185.

Borjas G., J., 2001, Does Immigration Grease the Wheels of the Labor Market?, Brookings Papers on Economic Activity 1, p.69-119.

Buxeda C., 2005, Formes spatiales de l’ouverture de la frontière franco-allemande. Analyse de la diffusion spatiale du travail frontalier (1968-1999), Espace populations sociétés, 2005/2, p.211-222.

Durand F., 2013, Émergence d’une gouvernance métropolitaine transfrontalière au sein de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai. Analyse des relations entre les organisations dans le domaine du transport public transfrontalier. Annales de géographie 691, p.290-311.

Floch, J.-M. (2015), Résider en France et travailler à l’étranger. Insee Première, 1537, 4.

Fries-Terch E., Tugran T., Bradley H., 2017, 2016 Annual Report on intra-EU Labour Mobility. European Commission, Directorate D Labour Mobility, 203p. Téléchargé le 12.01.2018 à http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=738&langId=fr&pubId=7981&furtherPubs=yes

Gerber P., Ma T.-Y., Klein O., Schiebel J., Carpentier-Postel S., 2017, Cross-border residential mobility, quality of life and modal shift: A Luxembourg case study. Transportation Research Part A, 104, p.238-254.

Granger C.W., 1969, Investigating causal relations by econometric models and cross-spectral methods, Econometrica, 37(3), p.424-438.

Huber P., 2014, Are Commuters in the EU Better Educated than Non-commuters but Worse than Migrants?, Urban Studies 51(3), p.509-525.

Kuhn T., 2011, Europa ante portas: Border residence, transnational interaction and Euroscepticism in Germany and France. European Union Politics, 13(1), p.94–117.

Moritz M., 2011, The impact of czech commuters on the german labour market, Prague Economic Papers, 2011-1, p.40-58.

Pierrard O., 2008, Commuters, residents and job competition. Regional Science and Urban Economics 38, p.565–577.

Plat D., Raux C., 1998, Frontier impedance effects and the growth of international exchanges: An empirical analysis for France. Papers in Regional Science: The Journal of the RSAI 77(2), p.155-172.

Rietveld P., 2012, Barrier Effects of Borders: Implications for Border Crossing Infrastructures, European Journal of Transport and Infrastructure Research 12(2), p.150-166.

Sohn C., 2014, The Border as a Resource in the Global Urban Space: A Contribution to the Cross-border Metropolis Hypothesis, International Journal of Urban and Regional Research (38)5, p.1697-1711.

Soutif V., 1999, Le travail frontalier, phénomène en voie de structuration, l’exemple de l’espace Rhin supérieur nord (Allemagne/France), Mosella XXIV(1-2), p.145-151.

Spierings B., Van der Velde M., 2008, Shopping, borders and unfamiliarity: Consumer mobility in Europe, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie 99(4), p.497–505.

Van der Velde M., 2014, Cross-border (im)mobility in times of crises. In Dominguez L. and Pires I. (eds.) : Cross-border cooperation structures in Europe. Brussels : PIE Peter Lang, p.111-132.

Van Houtum H., 2000, An Overview of European Geographical Research on Borders and Border Regions. Journal of Borderlands Studies 15(1), p.57-83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gerber et Vincent Dautel, « Mobilités et marchés du travail des espaces (trans)frontaliers : enjeux et impacts », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-3 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7276

Haut de page

Auteurs

Philippe Gerber

Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER), 11 Porte des Sciences | L-4366 Esch-sur-Alzette, philippe.gerber@liser.lu

Articles du même auteur

Vincent Dautel

Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER), 11 Porte des Sciences | L-4366 Esch-sur-Alzette, vincent.dautel@liser.lu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals