Navigation – Plan du site
Varia

Le Programme de la Route Des Chefferies à Dschang : patrimonialisation, migrations et développement local dans les hautes terres de l’Ouest-Cameroun

The Program of the Road of Chiefdoms in Dschang : Heritage Making, migrations and local development in the Western Highlands of Cameroon
Pierre Kamdem

Résumés

Implanté dans l’Ouest-Cameroun, le Programme de la Route Des Chefferies est un projet de patrimonialisation initié par les migrants internationaux s’appuyant sur des réseaux multisectoriels. Mobilisant autant en migration au titre de coopérations diverses (villes de Nantes, Dschang, Région Pays de Loire), qu’en pays de départ auprès d’acteurs variés, ces réseaux s’activent dans les champs sociopolitique, socioéconomique et socioculturel afin d’accompagner les inscriptions de migrants dans leurs localités d’origine par la participation au développement local, tout en revitalisant un système inhérent aux incantations identitaires en migration. Cependant, il pose aussi le problème de la pérennisation de ces chefferies, véritables spécificités territoriales de cette zone du pays parfois exhibées en migration, dont la présente muséification revêtirait une autre signification.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Traversant une période critique depuis le milieu du 20ème siècle, les hautes terres de l’Ouest-Cameroun sont à la recherche d’un second souffle. Ces multiples crises sont à l’origine de l’accélération des flux migratoires. Or, il s’agit d’une zone dont l’occupation de l’espace procédait d’un encadrement systématique de la société par des chefferies, petites entités sociopolitiques et religieuses s’individualisant dans un territoire dirigé par un Chef [Ghomsi, 1972 ; Malaquais, 2003 ; Tiani, 2014]. Ces chefferies étaient bien ancrées et avaient au fil du temps bâti une « identité territoriale » [Guermond, 2006] que la mondialisation marginalise par une déprise économique croissante. C’est dans ce contexte que survient le Programme de la Route Des Chefferies (PRDC), un projet de développement touristique basé sur la préservation et la valorisation du patrimoine culturel, envisageant un inventaire systématique du patrimoine des chefferies. Il mobilise une panoplie d’acteurs et d’outils tels que la muséification et la production de structures d’accueil touristique, tout en projetant d’œuvrer pour le renforcement des capacités des acteurs locaux.

  • 1 La patrimonialisation est ici entendue au sens de Micoud (2005) comme un processus socioculturel, j (...)

2Ce programme s’inscrit dans le registre du développement local. Il pose la question du rapport entre migrations internationales et patrimoine, et celle de la production des notions d’identité et de territoire en cours dans la patrimonialisation culturelle. Ce questionnement donne à revisiter les effets de la circulation migratoire, et permet d’interroger les effets de liens entre migrations internationales et développement, plus particulièrement le développement local in fine au cœur de ce projet. À ce titre, cette contribution interroge la capacité de la patrimonialisation1, et particulièrement celle des us et pratiques endogènes, à concourir à une redynamisation territoriale avec l’appui des migrants, dans une zone où la déprise économique s’accompagne de la persistance d’un système d’encadrement territorial en décalage avec les tendances globales mobilisant le principe de « participation » comme un puissant levier de mise en synergie de l’ensemble des acteurs de tout projet de développement local.

  • 2 L’Association Pays de la Loire Cameroun (APLC) est une association française de loi 1901, créée en (...)

3Le raisonnement ici présenté résulte de collectes et traitements de données qualitatives effectués de 2010 à 2013. Ces données sont d’ordre primaire et secondaire. Les données primaires proviennent d’enquêtes et entretiens semi-directifs effectués sur la base de grille d’entretien à vocation qualitative auprès d’un échantillons de vingt cibles constituées de principaux acteurs que sont élus municipaux (quatre), responsables du programme (trois), responsables des structures associatives partenaires (quatre) et déplacés (neuf). Ces divers acteurs ont été rencontrés de manière aléatoire, pour certains lors d’occasions d’évènements organisés par le programme pendant lesquels des entretiens informels étaient conduits. Pour d’autres, ce fut lors de rendez-vous personnalisés dont la durée oscillait entre trois-quarts d’heure et une heure et demie. Certaines cibles telles que les artisans ambulants ont été approchées lors des jours de marché, parfois au gré de l’achat d’un objet d’art donnant lieu à un entretien immédiat bien souvent entrecoupé par des clients potentiels ou réels. D’autres cibles ont accepté des rendez-vous précis, soit en fin de marché, soit quelques jours plus tard. La mise en avant du point de vue de la cible par la méthode d’entretien a permis d’engranger d’importants matériaux en termes de positionnements des différents acteurs du projet rencontrés. Les données secondaires sont issues autant de la base documentaire du PRDC lui-même dont l’accès n’a pas toujours été aisé, que d’autres documents administratifs consultés auprès des partenaires du projet, plus particulièrement les mairies de Dschang et Nantes, et l’Association Pays de Loire-Cameroun (APLC)2. La complexité du projet et l’ampleur des tensions d’ordre politique et économique qui l’entourent, expliquent les réticences vécues en matière de collecte de données auprès des différentes parties prenantes du projet.

4Néanmoins, l’analyse des données finalement collectées invite à répondre à trois questions majeures portant premièrement sur les caractéristiques de la formation du vivier migratoire à l’origine du projet, ensuite sur le profil des acteurs mobilisés et la nature de la trame réticulaire qu’ils produisent, et enfin sur les enjeux de cette patrimonialisation pour les principaux acteurs et les différentes productions territoriales qui en découlent.

1. Le PRDC ou la patrimonialisation au service de la légitimation du territoire par les migrants

5Dans le processus de construction de groupes identifiables en migration généralement appelés « diasporas », la mémoire joue un rôle primordial. Elle est chargée de sélectionner les éléments de la culture dont la valeur exige qu’ils soient conservés et transmis par divers mécanismes. Dans le cas du PRDC, il convient de faire un point sur les caractéristiques de la formation de groupes de migrants camerounais à l’origine de ce programme, ainsi que sur la nature des différentes échelles spatiales concernées.

1.1. Caractéristiques des migrants camerounais initiateurs du PRDC

6C’est au milieu du 20ème siècle que s’affirme le flux migratoire camerounais fortement marqué par le fait colonial avec une concentration en France, majoritairement constitué d’étudiants [Kamdem, 2007]. Originellement caractérisé par des retours systématiques en fin de formation jusqu’à la fin des années 1970, ce courant migratoire connait une mutation profonde dès le début des années 1990, le caractère estudiantin cédant progressivement le pas au caractère économique, faisant apparaître trois phénomènes nouveaux : le recul des intentions de retour, l’allongement des durées de séjour et la montée en puissance de la clandestinité.

7La transformation des migrations camerounaises à la fin du 20ème siècle s’observe dans les réorientations universitaires privilégiant les formations techniques et technologiques courtes (DUT, BTS, etc.) à même de faciliter l’entrée dans le monde actif en pays d’accueil [Kamdem, 2007]. C’est dans ce contexte qu’émerge le projet d’aménagement des abords du lac municipal de Dschang dans un mémoire de fin de formation à l’École d’Architecture de Nantes en 1992.

8Se met alors en place, dans une perspective d’intégration, un mouvement associatif de Camerounais [Kamdem, 2008] entretenant la volonté de conservation de mémoires collectives accumulées avant la migration. Il leur permet de construire des territoires du quotidien [Di Méo, 2000] qu’ils tentent de maintenir en connexion avec le terroir d’origine. Ce maintien s’opère par des choix de sources d’informations variées et de destinations pour vacances et inhumations fixées en pays d’origine [Kamdem, 2015]. Ces connexions sont aussi effectuées via de nombreuses remises [Levitt, 1998 ; Kamdem, 2007] sous formes de transferts financiers, de pratiques, d’idées et de projets en direction des terroirs d’origine. C’est dans cette dernière catégorie que s’inscrit le PRDC au titre d’institution patrimoniale dont les chefferies représentent le « local » invoqué par ces migrants.

1.2. Le « local » en œuvre dans le PRDC

9La notion de « local » est ici privilégiée pour rendre compte de l’espace géographique de mise en œuvre du programme parce qu’elle renvoie à une dualité permanente en migration, « l’ici » et « l’ailleurs » étant régulièrement articulés en fonction de leurs pérégrinations migratoires. Le local devient un espace souple et modelable au gré des positionnements dans les projets issus de la migration tels que le PRDC.

10Dans ce programme, la chefferie constitue le point d’ancrage s’imposant aussi dans l’environnement social du migrant autant en zone de départ qu’en pays d’accueil où sa référence a tendance à influer sur les regroupements sociaux et spatiaux. Le local se crée alors sporadiquement en migration au gré de l’économie ethnique [Ma Mung, 1999] ou des productions associatives [Kamdem, 2008]. Dans ce dernier cadre, les chefs traditionnels sont bien souvent invités et pris en charge par les associations de migrants affirmant leur multi-localité dont la base reste la chefferie elle-même dans les montagnes de l’Ouest à vocation sécuritaire et sacrée [Morin, 1997].

11La chefferie en tant que lieu, regorge de l’ensemble d’éléments cosmogoniques structurant idéellement une société [Malaquais, 2003]. Son mode de production par émiettement [Ghomsi, 1972] explique son foisonnement dans cette moitié de la plus petite région administrative du Cameroun comptant à elle seule 106 chefferies confinées dans une superficie de 6205 km2 avec moins de 1.300.000 habitants au dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH3) effectué en 2005. Le peuplement du plateau Bamiléké s’est déroulé sur plusieurs grandes périodes, celle du 16e au 19e siècle étant consacrée à l’émergence de puissantes chefferies centralisées que la colonisation et l’indépendance basculent brusquement dans le fait global de production d’Etat-nation.

1.3. Le « global » envisagé dans la patrimonialisation en migration

12En contexte de migrations internationales, nous considérons le « global » moins dans sa dimension initiale de mondialisation à laquelle elle réfère bien souvent, qu’à cette construction issue de la volonté des migrants de s’inscrire dans des espaces disjoints dont la multitude dans le champ diasporique finit néanmoins par y donner forme. Il s’agit de l’activation d’éléments et stratégies de mise en réseau d’espaces de vie des migrants pour des fins de patrimonialisation. En ce sens, des liens sont envisagés dans le PRDC avec des partenaires à dimension continentale à l’instar de l’École du Patrimoine Africain de Cotonou au Benin. L’espace ouest-africain est perçu comme une première marche vers la conquête de l’Afrique subsaharienne en vue d’un processus d’internationalisation.

13La recherche de reconnaissance du « global » s’effectue suivant les recours aux différents processus internationaux, autant auprès des Etats tiers suivant leurs politiques d’accompagnement de ce type de projets (l’État français et les Fonds de Solidarité Prioritaire), qu’auprès des regroupements régionaux à l’instar de l’Union Européenne, ainsi qu’auprès des instances intergouvernementales à vocation globale comme l’UNESCO et l’inscription sur son registre du patrimoine mondial. L’ensemble de ces dynamiques dans ce processus de patrimonialisation vise toujours à promouvoir le développement local des espaces prioritairement concernés.

14Somme toute, la légitimation territoriale en migration prend source dans le processus migratoire lui-même, à l’intérieur duquel les divers changements concourant à la fabrique d’une diaspora permettent de mettre en synergie des lieux de migration divers, afin de construire une territorialité globale grâce aux projets de patrimonialisation tels que le PRDC. Il est ainsi question d’une territorialité migrante [Kamdem, 2015] que les acteurs de ces groupes diasporiques s’efforcent d’inscrire dans le processus de circulation migratoire en s’appuyant sur les objectifs de requalification territoriale par patrimonialisation, affichant alors le motif de développement local [Pecqueur, 2000] dont il convient de faire un éclairage sur les éléments nécessaires de mise en place.

2. Le PRDC ou la patrimonialisation comme levier de développement local (pour les migrants)

2.1. Le développement touristique et ses divers atouts pour et par le migrant

15Projet d’envergure envisagé par le Cameroun dont le secteur peine à décoller [Kamdem et Tchindjang, 2011], le développement touristique est aussi considéré par les promoteurs du PRDC comme pièce maitresse du développement local dans cette région, tant du fait de la recherche d’inscription du migrant dans son lieu d’accueil, que de sa volonté de contribuer à la solidarité envers ceux restés au pays en répondant positivement au slogan selon lequel « partir c’est réussir ».

16Dans cette dernière version, le constat de l’inefficacité des rapports bilatéraux ou multilatéraux à caractère exclusivement étatique dans la promotion du développement est davantage éclairé par le déséquilibre croissant entre l’aide publique au développement et les envois de fonds de migrants vers leurs pays d’origine, incitant nombre d’Etats d’accueil à prendre en compte les migrants dans leurs politiques de solidarité internationale.

17C’est dans ce contexte que les promoteurs du PRDC mettent l’accent sur les différents atouts de leurs terroirs d’origine à valoriser, la chefferie ayant profondément imbibé la territorialité des migrants au point qu’en la convoquant dans un tel projet, ils confirment son éligibilité au statut de patrimoine touristifiable dont certains historiens situent les origines en Égypte pharaonique [Ghomsi, 1972]. À cet effet, la sacralité évoquée se matérialise dans les éléments physiques concrets, supports de l’animisme pratiqué dans cette zone. Ils peuvent être hydrographiques, géologiques ou biogéographiques.

Planche 1 : Localisation du site du Programme de la Route des Chefferies au Cameroun

Planche 1 : Localisation du site du Programme de la Route des Chefferies au Cameroun

Source : Pierre Kamdem, 2017. (Fond de carte Google Maps)

  • 3 Mont Sinaï pour Moïse, la Kaaba pour les Musulmans, le Mont Meru pour les Indiens.

18Sur le plan hydrographique, le relief accidenté de ces chefferies a généré une profusion de chutes et rapides constituant de précieux produits cultuels. C’est aussi le cas des lacs de retenue tels que le lac municipal de Dschang aux abords duquel les promoteurs ont choisi d’implanter le projet. Sur le plan géologique, la tectonique a octroyé à ces chefferies une configuration de montagnes bien souvent ailleurs assimilées au réceptacle du divin3. Des affleurements de blocs rocheux chaotiques offrent souvent des grottes auxquelles les croyances locales attribuent des fonctions sacrées. Sur le plan biogéographique, une savane d’altitude s’est substituée par déboisement intensif à l’originelle forêt d’altitude réduite en lambeaux [Morin, 1997], le plus important dans chaque groupement abritant la chefferie. L’ensemble de ces éléments touristifiables aux statuts de lithômes, hydrômes, phythômes, anthropômes, suivant la perspective idéographique des théories d’attractions touristiques [Lew, 1987 ; Lozato-Giotard, 1997], est repris en migration afin d’entretenir une mémoire collective de groupe, au titre de mnémônes [Defert, 1982] susceptibles de nourrir une filière touristique des racines [Kamdem, 2011], tout en renforçant la construction diasporique d’une part, et ses atouts économiques de l’autre.

Planche 2 : Localisation du Musée des civilisations à Dschang

Planche 2 : Localisation du Musée des civilisations à Dschang

Source : Pierre Kamdem, 2017. (Fond de carte Google Maps).

2.2. Le développement économique et ses divers atouts

19Dans le champ économique, le projet de patrimonialisation présente un double atout en contexte migratoire. Au-delà de la production de potentielles retombées économiques liées à la touristification envisagée, le PRDC se pose comme une opération de dynamisation économique en migration et en lieu d’implémentation.

20En migration, il est source d’activité pour le migrant lui-même, qui, dans le cas présent, parvient à l’inscrire dans le cahier de charge de l’entreprise privée AUGEA, cabinet d’architecture créé par le porteur du PRDC. C’est aussi l’occasion pour ces migrants de s’insérer en « courtiers du développement » [Bierschenk, Olivier de Sardan, 1994] dans la mouvance actuelle de l’économie solidaire dont la croissance est soutenue par l’avancée des décentralisations. Les associations de migrants à l’image de l’APLC, promotrice du PRDC, s’inscrivent dans ce registre en agissant autant en lieu d’accueil des migrants qu’en lieu d’origine.

21En lieu d’origine, le projet offre l’opportunité de résorption du chômage. Une main-d’œuvre abondante et pas chère est ainsi mobilisable pour injecter dans ces contrées des dynamiques endogènes de développement auxquelles les migrants prennent part au titre de redevances à la campagne plongée dans le marasme de la crise caféière depuis la fin des années 1970 [Kuété, 2012]. Le projet place donc le patrimoine en alternative économique que les atouts culturels devraient soutenir par l’accompagnement d’un secteur artisanal aux activités bien variées en termes de développement culturel.

2.3. Le développement culturel et ses atouts

22La transmission restant la clé de voute de la patrimonialisation, le PRDC s’attache à retracer les artéfacts artisanaux touristifiables rentrant dans les pratiques cultuelles et festives. En cela, les artisans du secteur culturel reçoivent une attention particulière dans le PRDC qui envisage de réactiver des métiers en voie de disparition comme la forge. L’ensemble de ces éléments exigent une participation de tous, permettant de mesurer la pertinence en termes de développement local escompté, et la pérennité en termes de durabilité.

3. Le PRDC ou la patrimonialisation comme vecteur de la participation

23Dans le processus de patrimonialisation, le principe d’appropriation des objets, us ou pratiques jugés dignes de conservation et de promotion au titre de patrimoine, requiert l’adhésion et surtout la participation des concernés aux différentes échelles, qu’il s’agit des dépositaires détenteurs, usagers et pratiquants, ou de promoteurs et accompagnateurs du processus dans ses différentes étapes. En ce sens, la participation ici entendue comme mécanisme d’intégration de l’ensemble des parties prenantes d’un projet, s’avère déterminante dans le bon déroulement du processus utilisant une boite à cinq outils comprenant « information, consultation, concertation, coordination et renforcement des capacités », appliquée à l’ensemble des acteurs, qu’ils soient du bas ou du haut de l’échelle des responsabilités.

3.1. Les acteurs du bas de l’échelle de prise de décisions dans le PRDC ou le test de la participation

24Les différentes forces vives susceptibles d’intervenir dans le programme au niveau local dans la zone d’implantation du projet, constituent les acteurs du bas de l’échelle de prise de décisions. Leurs actions ne doivent dépendre ni du secteur public institutionnel, ni d’une organisation de la société civile. Outre le migrant pris individuellement et collectivement, il s’agira ici de la population locale directement concernée par le programme à l’image des déplacés du site, des artisans traditionnels et des entrepreneurs locaux.

Le migrant catalyseur du développement local

25La décentralisation a permis de mettre en contact direct les principaux décideurs en termes de développement local que sont les magistrats municipaux et les porteurs de projets dont certains sont issus de la migration, particulièrement ceux en lien avec la coopération internationale. Dans ce dernier cas, le migrant devient un acteur clé à travers sa maitrise des différents espaces engagés dans la coopération. C’est le cas des porteurs du PRDC, dont les principaux acteurs mobilisent l’ensemble du capital social [Ponthieux, 2006] accumulé en migration.

26Ainsi, les techniques de montage et de pilotage de projet sont mises à profit par le migrant pour corriger les inadéquations entre formation et emploi [Ela, 1998] à travers un projet de développement local. La création et l’opérationnalité du cabinet AUGEA et de l’association APLC dont les principaux artisans sont les migrants originaires du lieu d’implantation du PRDC, témoignent de leur participation à la mise en place d’un projet au bénéfice de la population locale, elle-même conviée à y participer activement.

La population locale, partie prenante du PRDC

27La population locale est ici prise en compte autant à travers le processus d’acquisition foncière dans ce terroir où le droit coutumier repose sur l’indivision garantissant la non-cession des ressources foncières déjà très rares, qu’à travers la mobilisation de leurs représentants légaux que sont les différents chefs traditionnels de groupements. La majorité de ces populations interrogées déclarent qu’il eut été impossible de conduire un tel projet sans l’articulation de ces deux niveaux de représentation de la population locale. Le site d’implantation a pu être acquis par un processus de déplacement facilité par l’enrôlement des chefs traditionnels dans le projet à travers une charte signée en 2006. Cependant, cette charte engageant chacun des chefs signataires a tout de même été contractée dans le cadre d’une relation entre les promoteurs du PRDC et l’assemblée des chefs traditionnels de l’Ouest dont certains affirment avoir mis à contribution, les entreprises privées locales détenues par leurs sujets à l’instar des entreprises de distribution de matériaux de construction. Les artisans interrogés déclarent avoir été sollicités individuellement à travers leurs activités, et collectivement grâce aux regroupements professionnels tels que syndicats et associations faisant partie des acteurs intermédiaires intervenant dans le projet.

3.2. Les acteurs intermédiaires ou le rôle de la société civile dans la patrimonialisation

28Ces acteurs intermédiaires se regroupent en deux réseaux associatifs suivant le lieu de constitution, à savoir le réseau associatif en migration et le réseau associatif local en référence aux organisations de droit camerounais.

Le réseau associatif en migration

29Le réseau associatif en soutien au PRDC se bâtit en migration autour de l’APLC fédératrice des énergies et ressources de la diaspora concernée par ce projet, parmi lesquelles on retrouve le Cercle Culturel des Bamiléké de Loire Atlantique (CCBLA) dont le président d’alors fut membre fondateur et membre du bureau exécutif de l’APLC.

30Dès sa création, l’APLC s’appuie sur le réseau de l’association nantaise les Anneaux de la Mémoire. Elle regroupe en son sein des Nantais et des migrants camerounais vivant dans la région du Pays de la Loire, souhaitant porter des projets de développement au Cameroun. L’association intervient principalement dans la région de l’Ouest-Cameroun à travers le PRDC et le Programme triennal de Développement Urbain de Dschang (PDUD). Néanmoins, elle entreprend d’étendre ses actions dans la région de l’Extrême-Nord du pays.

31L’examen des statuts de l’association et de la qualité de ses membres confirme son caractère migratoire. Cependant, sa forte mixité ethnique l’éloigne des constructions associatives de migrants camerounais bien souvent à caractère tribal [Kamdem, 2008] dont la portée spatiale des actions est parfois limitée au terroir d’origine de ses membres. De plus en plus présente dans la promotion du développement local en partenariat avec les acteurs locaux, nationaux et internationaux, l’APLC s’est dotée d’une équipe franco-camerounaise de salariés et volontaires dans chaque territoire de référence où l’une de ses missions consiste à la mise en place et l’accompagnement des structures locales pour la prise en main des projets qu’elle impulse.

Le réseau associatif local

32De par leur nature spécifique, les projets de développement local ont tendance à mobiliser les acteurs de la société civile. Regroupés en associations, ils sont parfois antérieurs au projet, et parfois issus du projet lui-même afin d’en garantir la pérennisation par amélioration de la gouvernance. Concernant le PRDC, en structures préexistantes prédominent les regroupements de type professionnel tels que l’Association des Artisans de la Menoua (ASAM), l’Association des Hôteliers de la Menoua (ASHOM), l’Association des Restaurateurs de la Menoua (AREM) et le Groupement d’Initiatives Communes des Artisans de Dschang (GICAD). Ceux-ci ont vocation à accompagner les promoteurs dans la mobilisation des ressources matérielles et humaines. Dans le même registre peuvent être classés l’Assemblée des chefs traditionnels de l’Ouest et bon nombre de comités de développement des différents villages sensibilisés par les chefs traditionnels concernés.

33Les structures issues du projet lui-même relèvent ici de la démultiplication des activités du PRDC, conduisant à la création ex-nihilo d’organes immédiatement opérants tels que l’Association des Sports NAUtiques de Dschang (ASNAUD), l’Association des Amis du Musée des Civilisations (2AMC), l’Association pour le DEveloppement du Centre des Civilisations (ADECC), ou encore le Groupement d’Intérêt Economique Grand Lac (GIE Grand Lac). Le principe de la délégation est invoqué à ce stade pour légitimer la conformité aux exigences du développement local, chaque association participant spécifiquement aux différentes phases des projets (recherche de financements, appui technique ou gestion).

3.3. Les acteurs du haut de l’échelle de prise de décisions dans le PRDC ou l’épreuve de la coopération décentralisée

Acteurs supra-étatiques du patrimoine : firmes touristiques, UE, Unesco

  • 4 C’est le cas du PASC, Programme d’Appui à la Société Civile porté par l’Union Européenne à travers (...)

34Déjà initiée dans la région par l’Union Touristique Hôtelière (UTH), branche hôtelière de la Compagnie des Chargeurs Réunis à travers la construction dans les années 1940 du Centre Climatique de Dschang, la dimension touristique du pays Bamiléké a longtemps souffert de l’hypercentralisation en cours dans le pays avant l’avènement de la dernière constitution de 1996. La décentralisation que celle-ci implémente, a permis aux collectivités locales d’effectuer des montages techniques, financiers et opérationnels avec des partenaires autres que les structures centrales de l’Etat. À cet effet, divers partenaires techniques et financiers des dits projets relèvent de la strate supra-étatique. En ce qui concerne le PRDC, il s’agit de la Banque Mondiale, de l’Union Européenne ou encore de l’UNESCO. L’intervention de ces structures procure une crédibilité au projet, tout en boostant les adhésions, surtout celles des acteurs étatiques qui en sont paradoxalement les instigateurs par des politiques spécifiques de soutien à la décentralisation4.

Acteurs étatiques du patrimoine 

35Les principaux acteurs de cette échelle spatiale engagés dans le PRDC sont les États de la France et du Cameroun. La coopération décentralisée entre les collectivités territoriales françaises et camerounaises relève de la convention-cadre signée le 20 Novembre 1990, renforcée par la constitution camerounaise du 18 Janvier 1996, puis par la loi N° 2004/018 du 22 Juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes en leurs articles 131 et 132 du titre IV5. Cette forme de coopération se présente comme une alternative à l’insuffisante mobilisation des ressources nationales, et un palliatif à l’inefficacité des politiques de développement de l’Etat et l’échec de la coopération institutionnelle classique. En 2011, 31 collectivités territoriales françaises sont engagées avec 49 communes locales partenaires pour 54 projets de coopération décentralisée. Le Cameroun occupe alors le douzième rang des pays en liens de coopération décentralisée avec la France en Afrique. La coopération décentralisée au Cameroun peut découler d’une initiative directe de commune à commune, ou partir de l’action d’un ou plusieurs individus à l’image de la coopération Nantes-Dschang portant le PRDC.

Acteurs infra-étatiques du patrimoine, Régions, Intercommunalités et communes

  • 6 Le CPER ou Contrat de Plan État-Région mis en place en France en 1982, est un document fixant le ca (...)

36C’est dans un cadre de ville à ville que s’établit la coopération décentralisée pour le PRDC. Préalablement orienté vers le développement urbain par le biais de l’aménagement touristique des abords du lac municipal de Dschang, le projet reçoit rapidement le soutien de l’Office du Tourisme de Nantes-Atlantique. La première phase allant de 1996 à 2002 a consisté au rapprochement des acteurs intermédiaires en vue de la mise en synergie des acteurs infra-étatiques. Cette phase s’achève par la signature en 2002 du pacte d’amitié entre les deux villes accompagnée de la signature de lettre d’intention de coopération entre les universités de Dschang et Nantes, avec son inscription dans le CPER6 2000-2006 suivant le volet développement durable.

37La seconde phase allant de 2002 à 2006 consacre la réalisation des processus de patrimonialisation et la mobilisation de la population locale par l’entremise des chefs traditionnels avec lesquels la signature d’une charte d’adhésion valide l’aboutissement en 2006. Le projet entre dans le cadre du CPER 2006-2012 avec l’ajout du volet développement urbain et la volonté de prendre une envergure nationale par l’intégration d’éléments patrimoniaux d’autres régions, à l’instar du « pays Bamoun » et de la partie septentrionale du Cameroun.

  • 7 Le CVUC ou association des Communes et Villes Unies du Cameroun a été créée en 2003.

38En prolongement à ce processus, le PRDC a mis en place une procédure de partenariat avec le CVUC7, confirmant le choix du niveau urbain comme cadre prioritaire de mobilisation des acteurs infra-étatiques, tout en indiquant une forte imbrication socio-spatiale dont il convient de questionner les répercussions dans la zone de référence.

4. L’emboitement territorial face au défi patrimonial du PRDC

4.1. Les effets de la singularité des Hautes Terres de l’Ouest

39La singularité des Hautes Terres de l’Ouest réside dans la complexité d’une structuration territoriale à même de constituer un sérieux obstacle au projet de patrimonialisation. Le noyau central de cette région géographique se constitue du pays Bamiléké dont la faiblesse réside dans son éclatement. La volonté de renforcement des pouvoirs à caractère immanent des chefs traditionnels ne risque-t-elle pas d’entrer en contradiction avec la recherche de la mobilisation patrimoniale en contexte de développement local ? à l’analyse de ce niveau territorial, la « participation » au sens de Decoster (2002) constitue le principal défi de la patrimonialisation amorcée par le PRDC dans cette région. Cette auteure estime que « donner la priorité aux gens dans les projets de développement, ce n’est pas seulement les organiser, c’est leur donner les moyens d’être des acteurs sociaux plutôt que des sujets passifs, [pour] qu’ils puissent maitriser les activités qui affectent leur existence ». C’est ce que confirme une enquête que nous avons menée auprès des déplacés, artisans et commerçants préalablement indiqués dans les cahiers de charges comme principaux bénéficiaires du projet.

40Le faste de la principale réalisation qu’est le Musée Des Civilisations occulte la déshérence caractérisant le centre artisanal déserté par les supposés bénéficiaires. Ces derniers dénoncent l’opacité d’une gestion selon eux trop centralisée au niveau de l’APLC, traduisant le non-recours des promoteurs aux outils de la participation que sont « information », « consultation » et « concertation ». Malgré leur organisation antérieure au projet, l’outil « coordination » n’a aussi, selon eux, pas été mobilisé envers les différentes organisations associatives de leur secteur d’activité comme l’ASAM ou le GICAD. Le sentiment de marginalisation est davantage prononcé en ce qui concerne la participation financière de cette catégorie de bénéficiaires à faible capacité. Bien que leur contribution à la construction du centre artisanal ait été convertie en main-d’œuvre, elle déplore une absence de consultation générant frustrations et désintéressements au projet. Les déplacés sont plus acerbes à l’égard du PRDC que certains d’entre eux qualifient d’« éléphant blanc des migrants ». D’autres estiment avoir été floués dans le dédommagement dont la modicité des compensations financières ne leur permettait ni de rebondir, ni de sortir de leurs conditions antérieures, quand elles n’étaient simplement pas du tout versées. Ils estiment captieuses les démarches croisées des promoteurs et leurs chefs traditionnels pour leur déplacement, au regard des éventuels emplois promis toujours attendus. Les diverses organisations associatives issues du projet émettent des griefs identiques. À l’image de l’ASNAUD, elles pointent le clientélisme, la gestion sectaire, clanique et familiale de ces différents organes rappelant dans une certaine mesure les objectifs bien souvent attribués aux transferts des migrants internationaux servant majoritairement à la consommation domestique.

Planche 3 : Le village artisanal à l’ombre du Musée des Civilisations

Planche 3 : Le village artisanal à l’ombre du Musée des Civilisations

L’ensemble des berges du lac municipal de Dschang aménagées avec le Musée des Civilisations et en retrait à droite, le village artisanal mixant boukarous rectangulaires (bamilékés) et circulaires (peuls) sous forme de bungalows symbolisant la fraicheur.

(clichés : auteur, 2010)

41A ce stade, la migration s’affiche pour ces acteurs « du bas » comme un inconvénient, car au caractère « local » affiché de prime abord, se substitue progressivement un caractère « économique » classique dont ils vivent les méfaits. Ils remettent en cause l’idée de « participation » requise de leur part. Bien que de manière moins prononcée, cette posture s’observe aussi chez les chefs traditionnels impliqués.

42L’engagement des chefs traditionnels concernés s’effectue à travers leur assemblée dotée pour la première fois, grâce au PRDC, d’un siège permanent à Bafoussam chef-lieu de la Région. L’objectif majeur de ces chefs consiste à préserver leur pouvoir « absolu » sur leurs sujets. Il est en contradiction avec le principe de participation, et alimente les contestations de la population dont une frange interrogée, réclame une réforme de l’accession à la chefferie qui continue de s’opérer par le principe de l’hérédité. Elle estime que la crédibilité du processus passerait par son application à la chefferie, gage de la volonté des souverains à s’inscrire dans la modernité par ce projet de patrimonialisation. Par ailleurs, la focalisation des promoteurs sur ces souverains s’apparente à leur enrégimentement dans les rangs du parti au pouvoir, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), et amène à s’interroger sur les postures politiques des migrants concernés, le principe du « courtage du développement culturel » [Marcel, 2011 ; Calas, Marcel, Delfosse, 2011] semblant ici avéré. À ce niveau aussi, il n’y a pas de consensus, puisque certains chefs interrogés, pointent l’absence de circulation des informations confinées entre une poignée de chefs proches des principaux promoteurs du programme. On est face au gradient du clivage spatial affectant les projets conçus en migration dont le fort tropisme local vissé dans les micro-territoires trouve ici une excellente terre d’expression des limites à leur extension spatiale. Cette expérience du PRDC en pays Bamiléké conduit aussi à s’interroger sur le statut de « développeur » vite conféré au migrant sur le plan national par l’entremise des divers transferts, indiquant la complexité de la mise en synergie nationale d’un tel projet.

4.2. La complexité de la mise en synergie nationale et internationale

43Encore fortement ancré dans le pays Bamiléké, le PRDC affiche depuis sa deuxième phase, une ambition résolument nationale avec l’élargissement de la palette des cultures à exposer au Musée Des Civilisations et l’extension de l’aire d’intervention de son promoteur associatif principal, l’APLC. Mais la réalisation de cette étape nationale exige l’association de territoires contigus afin de consolider le niveau administratif régional. À cet effet, 55% de la superficie de la région administrative de l’Ouest constituée du département du Noun aussi appelé « pays Bamoun », en est la première marche. Toutefois, de vieux antagonismes surtout religieux [Ngongo, 1982] constituent les premiers écueils au rapprochement des offices de tourismes locaux pour la création d’un office de tourisme régional.

Planche 4 : le « Pays Bamoun », espace de la deuxième phase d’extension du PRDC

Planche 4 : le « Pays Bamoun », espace de la deuxième phase d’extension du PRDC

Source : carte adaptée du site de Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) http://cvuc.cm/​national/​index.php/​fr/​carte-communale/​region-du-sud/​161-association/​carte-administrative/​ouest/​noun/​461-foumban,

44Une fois encore, le choix de passer par les structures traditionnelles d’encadrement du territoire risque de constituer la limite majeure du projet, tout du moins dans ses ambitions de « développement local », dans la mesure où les différents projets locaux d’offices de tourisme sont actuellement en panne. Dans le Noun, malgré l’atout de la continuité territoriale grâce à une administration traditionnelle dévolue au seul Sultan des Bamoun, l’office du tourisme de Foumban est plombé par des querelles de palais sur fond de contestations de la succession vite converties en affrontements politiques parfois très sanglants lors des consultations électorales. À Dschang, c’est le projet lui-même qui abrite les ferments de sa menace. Des conflits déstabilisants opposent de nombreux acteurs du programme. Après s’être appuyés sur la municipalité par le biais du projet commun de l’Office du Tourisme de Dschang lors de la réalisation de la première étape du PRDC, les promoteurs s’en sont éloignés au point de monter un programme concurrent, en l’occurrence l’Agence de Développement du Tourisme (ADT). L’ADT est rattachée au PRDC et contrôlée par l’APLC en conflit ouvert avec la municipalité dès le démarrage des activités du Musée Des Civilisations en 2010.

  • 8 …alors que le RDPC, héritier depuis 1985 de l’UNC (Union Nationale Camerounaise) imposé parti uniqu (...)

45En effet, l’entretien en 2011 avec le maire de Dschang faisait déjà ressortir de certains projets touristiques un constat d’échec dû au malaise général régnant au sein de la coopération Nantes-Dschang, confirmant les conflits de compétences entre l’APLC et la Mairie de Dschang. Le nouvel exécutif communal issu du RDPC à la suite des municipales de 2007 perdues par le SDF (Social Démocratic Front) parti de l’opposition qui tenait la mairie au départ du projet en 1996, conteste le rôle de maître d’œuvre de la coopération Nantes-Dschang joué par l’APLC. Apparaît ainsi un conflit politique à dimension nationale, inhérent à l’alternance politique entre le SDF et le RDPC, principales formations politiques du pays. Cette situation expose certaines réalités du projet s’ancrant dans le jeu politique national. Elle révèle la posture des migrants face à l’ethos politique de leur lieu de départ. En effet, en 1996, le projet arrive à point nommé pour la jeune opposition née au tout début de la décennie 1990 et investie dans son premier mandat municipal8. C’est lors de l’alternance en fin de son second mandat que commencent les conflits.

46Cette situation conflictuelle exhume aussi des dissensions avec des partenaires techniques externes tels que l’Université de Dschang. Malgré sa mobilisation pour la visibilité du projet avec la signature d’une lettre d’intention de coopération interuniversitaire restée sans suite, l’établissement a été éloigné du programme au point qu’aucun accord spécifique de mise en partenariat n’ait été conclu à ce jour, expliquant aussi la propension du PRDC à se doter de stagiaires et personnels davantage hors de son bassin universitaire d’implantation.

47Dès lors, le projet d’extension nationale de la patrimonialisation trouve ses limites déjà au niveau local et régional où les avancées en dépit des situations d’instabilités chroniques peuvent constituer de sérieux obstacles au rayonnement international envisagé.

4.3. Vers une inscription au patrimoine universel pour un rayonnement international

48L’envergure internationale constitue l’étape supérieure d’inscription des projets dans lesquels s’implique le migrant faisant ainsi partie des « corps intermédiaires de courtiers du développement culturel » [Bridonneau, 2011]. Le rayonnement international est l’un des outils fondamentaux que lui procurent non seulement les initiatives montées au sein du PRDC telles que le projet du programme africain « Infopatrimoine » adossé à un réseau continental de partenaires à l’instar de l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) de Porto-Novo au Bénin, mais aussi les perspectives externes telles que le projet d’inscription de ces chefferies sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO avec pour conséquences un risque certain d’affaiblissement de l’enjeu « local » par un retour en puissance de l’État dans la gouverne du projet. En effet, l’objectif final consistant à la consécration de la réussite de la trajectoire patrimoniale du PRDC par la validation de son exceptionnalité conduirait à s’interroger sur la place prééminente accordée par les bailleurs de fonds internationaux aux représentants de l’État au titre d’uniques interlocuteurs valables et légitimes. Ce qui, à juste titre, conduit Bridonneau (2011) non seulement à relativiser l’impact de la mondialisation sur le recul du rôle de l’État dans de tel projet, mais davantage à y percevoir l’occasion ainsi donnée à l’État de reprendre la main, pour des fins de construction d’identité nationale par transcendance des particularismes locaux entre autres.

49Néanmoins, placés dans la sphère internationale, les obstacles locaux évoqués s’érigent en défis nécessaires à la concrétisation d’une citoyenneté migrante, ou ordinaire [Carrel, Neveu, 2014] qu’autorise le processus de transnationalité [Glick-Schiller, Faist, 2010] dans lequel se situe ce type d’engagement. La célébration des micro-territoires ici dénommés « chefferies » induit un renversement d’échelle. Le territoire transnational du migrant fait ici recours aux micro-territoires bien localisés, afin de réaliser une territorialité spécifique, grâce à un syncrétisme identitaire soutenu par la circulation migratoire au gré de la mondialisation. D’aucuns se sont interrogés sur la « fin des territoires » [Badié, 1995] qui, au regard des leçons de la patrimonialisation du PRDC, serait encore loin de se produire.

50Reste qu’au regard des mutations survenues dans ce courant migratoire au fil du temps, sa capacité à capitaliser les acquis de la mobilité se révèle d’une importance cruciale pour elle-même et pour les différents espaces pratiqués. Les nombreux obstacles internes et externes particulièrement liés à la gouvernance, n’entament pas les ambitions initiales de ce projet à dimension de temps longs à l’image de la territorialisation qui en est bien souvent associée. À ce titre, les outils qu’offrent la décentralisation et les reconfigurations socio-spatiales imposées par l’hypermobilité actuelle permettraient de comprendre le dynamisme des migrants exprimé à travers les nombreuses perspectives dans le PRDC. En effet, malgré le ralentissement de certains volets du programme, les plus structurants continuent de se réaliser avec toujours une mobilisation des différents réseaux. C’est le cas de l’Office Régional du Tourisme de l’Ouest (ORTO), substitué dans la phase actuelle à l’Agence de Développement du Tourisme (ADT), et conçu comme l’organe fédérateur du territoire touristique de l’Ouest-Cameroun, dans une perspective d’innovation nationale, voire continentale, et dont il reste à redouter une orientation portée moins vers le développement local que vers le développement économique classique et la primauté du processus « top-down ».

Haut de page

Bibliographie

Badié B. (1995), La fin des territoires, Paris : Fayard, 276 p. 

Bierschenk T., Olivier De Sardan J.-P. (1994), « ERIS : Enquête Rapide d’Identification des Conflits et des Groupes Stratégiques », Bulletin de l’Association Euro-Africaine pour l’Anthropologie du Changement Social et du Développement, 7. pp.35-43.

Bridonneau M. (2011), « Reconstructions paysagères autour des églises de Lalibela », Géographie et cultures [En ligne], 79 | 2011, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/363 ; DOI : 10.4000/gc.363

Calas B., Marcel O., Delfosse C. (2011), « Patrimonialisations en Afrique », Géographie et cultures [En ligne], 79 | mis en ligne le 30 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/358

Carrel M., Neveu C. (2014), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, Recherches internationales, 328 p.

Decoster D. P. (2002), Gouvernance locale, développement local et participation citoyenne, Charleroi : Université Libre de Belgique, 96 p.

Defert P. (1982), « Un nouvel ensemble de ressources touristiques : le mnémôme », Tourism Review, vol. 37, n° 1, p. 16-18. DOI : 10.1108/eb057850

Di Méo G., 1995, « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et Sociétés, n° 78, p. 16-33.

Di Méo G. (2000), Les territoires du quotidien, Paris : L’Harmattan, 2008 p.

Djatche Nzeufa S. (1994), Les chefferies bamiléké dans l’enfer du modernisme, Coueron, 202 p.

Ela J.-M. (1998), « Quelle école pour quelle société en Afrique ? », Revue d’éducation comparée et de relations internationales en Afrique, 1(2), pp.1-21

Ghomsi E. (1972), Les Bamiléké du Cameroun. Essai d’étude historique des origines à 1920, Thèse de Doctorat 3e cycle en Histoire, Université Paris Sorbonne, 606 p.

Glick-Schiller N., Faist T. (2010), Migration, Development, And Transnationalization. A Critical Stance, New-York : Berghahn Books, 212 p.

Guermond Y. (2006), « L'identité territoriale : l'ambiguïté d'un concept géographique », L’Espace géographique 4/2006, 35, p. 291-297.

Kamdem P. (2007), Camerounais en Ile-de-France, Paris : L’Harmattan, 345 p.

Kamdem P. (2008), Le mouvement associatif de la diaspora camerounaise : enjeux et perspectives, Paris : L’Harmattan, 225 p.

Kamdem P. (2015), Éléments d’une géopolitique des migrations au Cameroun, Paris : L’Harmattan, 214 p.

Kamdem P., Tchindjang M. (2011), Repenser la promotion du tourisme au Cameroun, Yaoundé-Paris : Iresma-Karthala, 365 p.

Kuété M. (2012), Café et Acteurs de la Caféiculture des Hautes Terres de l'Ouest Cameroun, Paris : L’Harmattan, 224 p.

Levitt P. (1998), « Social Remittances : Migration Driven Local-Level Forms of Cultural Diffusion », International Migration Revue, Vol. 32, n°4, (Winter 1998), pp.926-948.

Lew A. A. (1987), « A framework of tourist attraction research », Annals of Toutism Research, n°14, pp.553-575

Lozato-Giotart J. P. (1997), Géographie du tourisme, Paris : Masson, 312p.

Ma Mung E. (1999), Autonomie, migrations, altérité, dossier pour l'habilitation à diriger des recherches, 3 volumes, 448 pages + annexes. Université de Poitiers, 14 septembre 1999.

Malaquais D. (2003), Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun, Paris : Karthala,

Marcel O. (2011), « Patrimonialisation aux marges et désir de territoire », Géographie et cultures [En ligne], 79 |  mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/410 ; DOI : 10.4000/gc.410

Micoud A. (2005), « Patrimonialisation : redire ce qui nous relie ? », in C. Barrère, et al. (Eds.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l'économie, une nouvelle pensée du patrimoine ? Paris, L'Harmattan, pp. 81-96.

Morin S. (1997), Le Haut et le Bas, Bordeaux : PUB, 156 p.

Ngongo L. P. (1982), Histoire des forces religieuses au Cameroun, Paris : Karthala, 304 p.

Pecqueur B. (2000), Le développement local, Paris : Syros, 132 p.

Ponthieux S. (2006), Le capital social, Paris : La Découverte, 121 p.

Tiani F. k. (2014), Les Bamiléké de l'Ouest-Cameroun, Paris : L'Harmattan, 176 p.

Haut de page

Notes

1 La patrimonialisation est ici entendue au sens de Micoud (2005) comme un processus socioculturel, juridique ou politique par lequel un espace, un bien ou une pratique se transforme en objet du patrimoine naturel ou culturel digne de conservation et de restauration.

2 L’Association Pays de la Loire Cameroun (APLC) est une association française de loi 1901, créée en 1999 et déclarée à la préfecture de Nantes sous le n°0442026238. Sa publication au journal officiel date du 1er juillet 2000. Son siège social est au 8 rue Lekain, et ses bureaux à Cosmopolis, 18 rue scribe à Nantes.

3 Mont Sinaï pour Moïse, la Kaaba pour les Musulmans, le Mont Meru pour les Indiens.

4 C’est le cas du PASC, Programme d’Appui à la Société Civile porté par l’Union Européenne à travers son service d’action extérieure et cofinancé par le Fonds Européen de Développement.

5 http://www.foretcommunale-cameroun.org/download/LoifixantreglesapplicablesauxCommunes.pdf

6 Le CPER ou Contrat de Plan État-Région mis en place en France en 1982, est un document fixant le cadre de partenariat privilégié entre l’État, les Régions et les collectivités infrarégionales avec pour finalité d’élever le niveau d’équipements des territoires concernés. Il est établi pour une durée de six ans. Les parties prenantes s'engagent à organiser la convergence des financements en faveur des projets structurants dans les territoires en y permettant ainsi la mise en cohérence des politiques publiques. Il fut momentanément rebaptisé Contrat de Projets État-Région de 2006 à 2014.

7 Le CVUC ou association des Communes et Villes Unies du Cameroun a été créée en 2003.

8 …alors que le RDPC, héritier depuis 1985 de l’UNC (Union Nationale Camerounaise) imposé parti unique depuis 1966, avait jusque-là contrôlé toutes les municipalités du pays.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche 1 : Localisation du site du Programme de la Route des Chefferies au Cameroun
Crédits Source : Pierre Kamdem, 2017. (Fond de carte Google Maps)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Planche 2 : Localisation du Musée des civilisations à Dschang
Crédits Source : Pierre Kamdem, 2017. (Fond de carte Google Maps).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Planche 3 : Le village artisanal à l’ombre du Musée des Civilisations
Légende L’ensemble des berges du lac municipal de Dschang aménagées avec le Musée des Civilisations et en retrait à droite, le village artisanal mixant boukarous rectangulaires (bamilékés) et circulaires (peuls) sous forme de bungalows symbolisant la fraicheur.
Crédits (clichés : auteur, 2010)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Planche 4 : le « Pays Bamoun », espace de la deuxième phase d’extension du PRDC
Légende Source : carte adaptée du site de Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) http://cvuc.cm/​national/​index.php/​fr/​carte-communale/​region-du-sud/​161-association/​carte-administrative/​ouest/​noun/​461-foumban,
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kamdem, « Le Programme de la Route Des Chefferies à Dschang : patrimonialisation, migrations et développement local dans les hautes terres de l’Ouest-Cameroun », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-3 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7289 ; DOI : 10.4000/eps.7289

Haut de page

Auteur

Pierre Kamdem

Professeur des Universités
Département de Géographie
MIGRINTER, Université de Poitiers
pierre.kamdem@yahoo.fr
pierre.kamdem@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals