Navigation – Plan du site
Articles “hors-thème”

Réalité des idéophones anglais (phonesthèmes) : propositions dans le cadre d’une approche de linguistique cognitive

Line ARGOUD

Résumés

À partir de trois classes de mots heuristiquement constituées (‘mots en bl-’, ‘en kn-’, et ‘en sk-’), l’auteur propose qu’une cohérence au niveau conceptuel peut être mise au jour au sein de chacune d’elles, en s’appuyant sur divers concepts proposés par la linguistique dite ‘cognitive’. L’invariance sémiologique manifestée par ces classes serait la trace d’une invariance notionnelle sous-jacente, reposant sur la conceptualisation du corps. Cette étude pourrait ainsi constituer un témoignage de la réalité des phonesthèmes, dont l’existence fait débat dans la communauté des linguistes.

Haut de page

Texte intégral

1 Existence contestée des phonesthèmes

1.1. Définition

1À la différence des idéophones africains, qui sont des mots à part entière, les phonesthèmes anglais sont « des éléments phoniques inférieurs au mot, dont ils ne constituent qu’une partie du signifiant » (Tournier 2007 : 143). Par exemple, le groupe consonantique initial /bl/ ne constitue qu’un élément des lexèmes blast, blind ou blow. Les phonesthèmes sont l’expression de corrélations s’établissant entre des occurrences de certains segments consonantiques et les contextes caractéristiques des situations dans lesquelles ils sont employés. Ils doivent s’envisager au sein de classes relativement importantes de lexèmes (les ‘mots en kn-’, par exemple), où ils paraissent signaler une valeur sémantique commune : « Phonaesthemes are frequently recurring sound-meaning pairings that are not clearly contrastive morphemes » (Bergen 2004 : 290).

2Les lexicologues Marchand et Tournier comptent parmi les plus ardents défenseurs de l’existence et du rôle des phonesthèmes dans la création lexicale. Ils passent en revue les segments consonantiques et leur attribuent le plus présisément possible un « sens général » : ainsi, la classe des mots commençant pas /bl/ est associée au « concept » ‘souffle, gonflement’, celle de /sk/ à ‘mouvement rapide’ (Tournier 2007 : 146).

1.2. Des positions irréconciliables

3Cependant, la réalité des phonesthèmes est contestée à double titre : d’une part, leur statut morphématique n’est pas toujours reconnu, bien que d’éminents linguistes aient plaidé haut et fort en faveur de leur reconnaissance (Bloomfield, Bolinger, Jespersen), sur la base de l’accumulation des témoignages au sein du lexique et de leur capacité à former de nouveaux mots (Joseph 1998 : 360-361). D’autres linguistes fondent leur argumentation sur l’étude des néologismes : les schémas phonesthémiques interviendraient bel et bien dans la création et l’interprétation des néologismes (voir par ex. Magnus 2000).

4D’autre part, le débat sur la réalité des phonesthèmes est souvent confondu avec celui de l’existence du symbolisme phonique : les linguistes qui s’opposent à l’association forme/sens ont alors beau jeu de brocarder la naïveté des ‘cratylistes’ confondant motivation et iconicité, et percevant partout une dimension onomatopéique (Bottineau 2004 : 27). Notons toutefois avec Bolinger qu’il serait vain de rechercher une ‘ressemblance’ au sens propre entre son et sens : une fois établie, le relation de l’un à l’autre devient « la chose la plus naturelle du monde », un « partenariat » s’établit entre le mot et l’idée, et c’est en ce pouvoir de suggestion à double sens (« the kickback of the idea into the word ») que réside la force associative dans l’esprit du locuteur (Bolinger 1940 : 62-63). Au fil des occurrences, le symbolisme phonique s’estompe, mais la vigueur attractive de la « constellation » persisterait : cependant la nature de la relation associant phonesthèmes et ‘classes sémantiques’ reste encore à définir.

1.3. Réalité « psychologique » des phonesthèmes

5En 2004, Bergen apporte une contribution qui ne porte pas sur la motivation des phonesthèmes (en termes de leur phonosymbolisme, relevant souvent de l’interprétation de l’expert), mais sur leur représentation chez les locuteurs en situation. À partir d’expériences de psycholinguistique, menées sur le phonesthème gl-, associé à la lumière et/ou la vision (glimmer, glisten, glitter), et sn-, lié à la région bucco-nasale (snore, snack, snarl), il montre que la compositionnalité n’est pas le seul critère intervenant dans l’organisation morphologique, et que la fréquence de l’association forme/sens doit également être prise en compte dans la représentation mentale des mots. Selon cet auteur, il existe effectivement une « connaissance phonesthémique intériorisée par les locuteurs », qui témoigne de la « capacité humaine à encoder et à utiliser de subtiles associations statistiques dans l’environnement linguistique ».

6L’étude de Bergen s’ajoute à d’autres travaux sur les phonesthèmes qui utilisent une méthodologie relevant de la psycholinguistique afin de savoir si les locuteurs se servent mentalement des phonesthèmes dans le traitement lexical : il conclut qu’au sein du système de traitement mental du langage, ceux-ci ont une réalité psychologique et un statut semblable à celui des morphèmes canoniques (Bergen 2004 : 302).

7En écho à l’étude de Bergen, notre propre approche ne prétend pas proposer une interprétation du « sens » en première personne. Elle se démarque cependant de nombreux travaux sur les phonesthèmes visant à montrer l’existence d’une corrélation entre le son et le sens de ces derniers, souvent fortement contestée en raison de sa subjectivité, et présente des propositions qui s’appuient sur les outils fournis par divers courants de linguistique ‘cognitive’. L’approche ‘cognitive’ se donne pour objectif de prendre en compte les données relatives à l’esprit et à son fonctionnement lors de l’étude du langage, et formule des hypothèses quant aux représentations conceptuelles qui sous-tendent et accompagnent l’activité langagière (Lakoff 1987, 1990). Il s’agira d’aller au-delà du niveau sémantique pour tenter de mettre au jour les fondements cognitifs communs sur lesquels repose la construction des sens des trois classes de mots examinées.

2 Etudes de cas : les phonesthèmes bl-, kn-, et sk-

2.1. Démarche globale

8Nous étudions trois phonesthèmes anglais, bl-, kn-, et SK- (graphies sc-, sch-, sh-, sk-, sq-) à travers les classes de ‘mots en bl-/kn-/SK-’, classes formées selon des critères heuristiques : ces mots présentent une invariance sémiologique, celle des segments consonantiques bl-, kn- et SK- à l’initiale. Notre objectif est de tenter de montrer que l’invariance sémiologique de chacune de ces classes véhicule une invariance notionnelle en profondeur : par exemple, kn- serait la trace en surface d’une invariance submorphémique qui tire ses racines de la représentation mentale de toute articulation corporelle, dont les genoux (knees) sont des représentants emblématiques.

  • 1  The Oxford English Dictionary, 2e éd., 1989.
  • 2  The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

9Nous partons des bases lexicales de deux dictionnaires, l’OED1pour l’anglais contemporain, et l’EDD2 pour l’anglais dialectal de la fin du XIXe siècle. À partir des traits définitoires fournis dans les entrées de ces deux dictionnaires, nous recensons et classons les sens que prennent les différents mots. Puis nous tentons de montrer que ceux-ci sont des manifestations sémantiques de notions, au sens culiolien du terme, et soulignons les liens que ces dernières entretiennent.

10Il s’avère cependant que si nous restons au niveau sémantique pour dégager l’invariance que nous recherchons, nous nous heurtons très vite aux limites qui occultent la véritable motivation pouvant rendre compte, par exemple, de cas récurrents d’homonymie et/ou de polysémie. En effet, s’il est envisageable de retenir la notion commune Protuberance à travers les définitions de knee ‘genou’, knoll ‘tertre, monticule’, ou knob ‘bosse, poignée (de porte)’, il en va tout autrement des sens de verbes tels que knead ‘pétrir’, knock ‘frapper’, ou knell ‘sonner le glas’.

11Nous tentons donc dans un second temps de rendre compte des phénomènes observés à la lumière d’une approche ‘cognitive’, et proposons une description de la façon dont le cerveau conceptualise les référents désignés par les membres des classes de mots étudiées. Avant d’aborder cette ultime étape, nous exposons brièvement dans la section suivante les régularités observées au niveau des notions.

2.2. Cohérence au niveau des notions

  • 3  Notion : par exemple : « Notions are representations and should be treated as such ; they epitomiz (...)

12Nous nous inspirons de la Théorie des Opérations Enonciatives proposée par Antoine Culioli pour ce qui est du concept de ‘notion’3. En ce qui concerne la classe des ‘mots en bl-’ (174 entrées pour l’OED, 264 pour l’EDD), nous observons que 45% des ‘mots en bl-’ ont au moins un sens renvoyant à la notion que nous avons nommée Flot/Courant, et 32,5 % à celle de Vision/Luminosité : plus de trois quarts de l’ensemble de cette classe est concernée. Citons quelques caractéristiques du domaine notionnel Flot/Courant : il y a production d’un courant (air : blow, eau : blirt, ou paroles : blab), l’action de la bouche est déterminante (bleat), sans exclure des phénomènes météorologiques (blast, bluster). Pour Vision/Luminosité, on touche à la notion générale de lumière, tant dans l’émission de rayons lumineux (blaze), que l’incidence éventuelle de ceux-ci sur l’activité oculaire (blink, blind). Les deux parties du corps qui apparaissent implicitement ou explicitement dans les définitions sont la bouche et les yeux.

13Examinons à présent la classe des ‘mots en kn-’ (48 termes). À partir des sens que prennent ces derniers, nous pouvons établir trois sous-classes : l’une composée de mots dont au moins un sens renvoie à la notion de Protuberance (70 % des ‘mots en kn-’), une autre à celle de Coup, acte ou bruit (59 %), et la troisième à celle de Mastication (14,8 %). Une première cohérence peut être établie à partir des ‘mots en kn-’ désignant des parties du corps : celles-ci sont soit des articulations (knee, knuckle), soit un renflement sur la peau (8 formes obsolètes). De plus, certaines définitions établissent explicitement une relation entre une partie du corps, un coup qui peut y être porté, et son résultat ; et soulignent une relation causale entre les notions Coup et Protubérance, esquissant la motivation qui existe entre les divers sens pris par les ‘mots en kn-’ dans leur ensemble.

14Quant aux ‘mots en SK-’, nous avons limité notre étude notionnelle à la classe des ‘mots en sk-’ (147 entrées de l’OED), ne tenant pas compte ici des autres graphies en raison de l’extrême abondance des données (610 pages de l’OED). Le bilan quantitatif est le suivant : 39,8% des ‘mots en sk-’ comptent au moins un sens renvoyant à la notion de Couper, 32,4% à celle de Courber, et 26,4% à celle de Couvrir. Une quatrième sous-classe (22,9%) est constituée de lexèmes dont les sens ne renvoient à aucune de ces dernières. Le domaine notionnel Couper recouvre différents aspects, allant de l’élagage (skirt) à des déchirures plus brutales (skail), et comprend essentiellement les conséquences et le résultat du procès, la division (skilling) et/ou la séparation et la dispersion (skitter), ainsi que l’outil permettant de couper ou de séparer (skimmer). La notion Courber renvoie à l’appréhension ou au parcours d’une ligne qui n’est pas droite, d’une surface non plate ou unie, et d’un volume globalement sphérique (skew). La notion Couvrir est actualisée par des noms désignant des récipients contenant une substance (skip), et par des verbes dénotant le contact (skiff, skitter). La partie du corps capitale ici est la peau (skin), dont chacune des deux grandes rubriques structurant l’entrée de ce mot dans l’OED renvoie d’une part à Couper (« Tégument détaché du corps animal »), d’autre part à Couvrir (« Revêtement extérieur du corps animal »).

3 Dimensions cognitives : importance du corps en action

15De la structuration des données en termes de ‘domaines notionnels’ (TOE) émerge une première cohérence au sein de chaque classe de mots étudiée. Cependant, des propositions portant sur les opérations cognitives qui seraient à l’œuvre en amont de l’activité langagière, propositions s’appuyant principalement sur les travaux de Lakoff, Johnson, Langacker et Talmy, vont nous permettre de trouver de façon plus systématique unité et cohérence dans de multiples manifestations sémantiques pouvant paraître de prime abord « inexplicables, illogiques, ou franchement contradictoires » (Langacker, 2002).

16En outre, le positionnement philosophique de ces linguistes, fermement opposés à la tradition dualiste (Lakoff & Johnson, 1999), les conduit à poser que les concepts précédant l’élaboration et la formulation des pensées par le langage émergent de l’interaction du corps avec le milieu, et que le soubassement ultime des processus cognitifs réside dans ce qu’ils nomment l’« expérience incarnée » (‘embodiment’).

3.1. Schèmes mentaux

17Les schèmes mentaux (‘image schemas’) sont des représentations conceptuelles qui émergent à partir de l’expérience sensori-motrice. Ils sont à la base de la représentation de l’expérience, et constituent la première étape de la distanciation vis-à-vis de l’événement concret, afin d’évoluer vers l’abstraction (Johnson 1987 : 29). En psychologie cognitive, ils s’envisagent à la fois comme émergeant de l’interaction du corps, du cerveau, et du monde (« in-the-moment embodied simulations » - Gibbs 2006 : 114), et comme organisateurs de l’expérience. Gibbs les considère comme des ‘attracteurs’ au sein du système cognitif, qui « reflètent des points émergents de stabilité », tels que les schèmes <Equilibre>, <Verticalité>, ou <Source-Chemin-But>, qui interviennent dans la structuration de la pensée et dans la conceptualisation du ‘sens’ des mots.

18Ils ne sont pas liés à une seule modalité perceptuelle, dépendent de la sensibilité proprioceptive, et prennent forme également par l’intermédiaire de nos programmes moteurs : « The schema is not only the plan but also the executor of the plan. It is a pattern of action as well as a pattern for action » (Johnson 1987 : 21). L’existence des neurones miroirs (Rizzolatti 2008 : 154) est d’ailleurs un sérieux indice des liens unissant perception et action, et du soubassement sensori-moteur de la cognition, sur fond de mécanismes de simulation affectant le corps (Gibbs 2006 : 243-244).

  • 4  Lors de l’analyse sémantique préalable des ‘mots en bl-’, non intégralement fournie ici.

19Il existe des traces linguistiques des schèmes mentaux, comme la polysémie (différents sens reliés par un schème sous-jacent ; Johnson, 1987), ou les ‘catégories radiales’ (Lakoff, 1987). Nous proposons d’envisager les deux sous-classes de ‘mots en bl-’ (Flot/Courant et Vision/Luminosité) à la lumière du schème <Container> : nous avons noté4que deux orifices du visage (bouche et yeux) interviennent régulièrement dans les définitions ; et que les sens des mots ont trait à la fonction ou aux activités de ces orifices. Les procès peuvent s’envisager comme des écoulements de substances visibles (salive, air : blow ; ou larmes : blear), ou invisibles (activité langagière : blab, bleat, blare ; ou ‘rayon visuel’ : blaze).

20Les nombreux cas de polysémie peuvent s’interpréter, au niveau cognitif, comme les traces des relations qu’entretiennent les deux notions : les divers sens renvoient à la même conceptualisation d’un ‘mouvement sortant’ du corps, dont la représentation mentale émergerait du schème <Container>, reposant sur les trois éléments interdépendants que sont l’intérieur, l’extérieur, et la frontière. Les mouvements transmis entre l’intérieur et l’extérieur s’effectuent par des lieux de passage, où la frontière de la peau est interrompue. Ajoutons enfin que les représentations que les Indo-Européens et la théorie platonicienne avaient élaborées du corps, des yeux et de la bouche, et de leurs fonctions, faisaient la part belle aux mouvements de flux et reflux des éléments primordiaux, eau, air, feu, qui se produisent sans cesse entre macrocosme et microcosme. Les conceptualisations auxquelles nous avons abouti constituent peut-être un lointain écho de ces conceptions-là.

21Un autre schème fondamental, le schème <Part-Whole>, semble constituer l’assise sur laquelle repose la conceptualisation de nombreux référents désignés par des ‘mots en SK-’. Il émerge de la conscience que le corps, bien que constitué de parties indépendantes, forme un tout indivisible ; et conduit à appréhender les objets sur le modèle du corps, comme autant d’ensembles unitaires composés de parties constitutives. Il paraît entrer en jeu dans la conceptualisation d’un type de procès envisagé de façon globale : un ensemble est divisé (share), de façon prototypique par un instrument tranchant (scissors, shears ‘cisailles’, scyhe ‘faux’), et le résultat en est la production de parties distinctes séparées du tout originel. De très nombreux noms dialectaux désignent diverses unités de mesure (sheaf, skillet), dont la plus connue est le shilling ; mais plusieurs noms désignent une ‘certaine quantité’ (sheaf ‘gerbe’, shift ‘équipe’, shoal ‘banc de poissons’, score). Les données étymologiques et ethnographiques sont convergentes : les origines de la métrologie proviendraient de l’aptitude à modéliser le corps humain et à utiliser ses caractéristiques anatomiques pour structurer la conceptualisation d’autres entités.

3.2. Projection conceptuelle

22On peut rendre compte de nombreux cas de polysémie à la lumière de la Conceptual Metaphor Theory (CMT) élaborée par Lakoff : le système cognitif établit des liens entre un domaine source et un domaine cible, qui est appréhendé, structuré, et exprimé dans les mêmes termes que le domaine source (par exemple, émotions conceptualisées en termes de feu ou de chaleur).

23En ce qui concerne les ‘mots en kn-’, le sens n°4 de knee (‘genou’ d’un animal) se laisse interpéter, sur le plan cognitif, comme résultant du processus de projection conceptuelle du domaine du corps humain vers le domaine du corps animal, à partir d’inférences fondées sur la forme. De manière similaire, knee va désigner des parties d’objets inanimés présentant le même trait saillant de protubérance (‘épaulement’ de colline, ‘coude’ de tuyau). Se dessine alors un vaste mouvement de transfert vers des domaines de plus en plus abstraits, knee pouvant désigner le ‘nœud d’une arborescence’.

24Nous observons le même mécanisme pour les ‘mots en bl-’ : la métaphore conceptuelle permet à l’esprit d’utiliser les inférences faites dans le domaine du corps, concernant principalement les fonctions attachées à la bouche, aux yeux, et au nez, pour les réinvestir dans le domaine des phénomènes météorologiques : certains coups de vent (blast, blirt, blow) ou éclairs (blaze, blink) sont conceptualisés et exprimés par les mêmes lexèmes que ceux désignant les émissions et sécrétions issues du corps.

3.3. ‘Active Zone’

25Afin de rendre compte du fait que les sujets de nombreux verbes représentent un individu tout entier, alors que seule une partie du corps est l’agent du procès, Langacker introduit la notion d’‘Active Zone’ (Langacker 2002 : 190) : seule une partie de l’objet repéré (trajector) et/ou du repère (landmark) intervient dans la relation prédicative. Il s’agit d’une zone focale floue, non strictement délimitée, et variable selon les occurrences.

26En ce qui concerne la sous-classe des ‘verbes en bl-’ renvoyant à la notion Flot/Courant (blab, blare, bleat), c’est toute la région buccale au sens large qui est concernée, comprenant l’ensemble de l’appareil vocal. Pour ceux renvoyant à Vision/Luminosité (blaze, blench), l’‘Active Zone’ est constituée par les yeux, les paupières (blink), les cils, et s’étend aux canaux lacrymaux (blear) et aux sourcils (blenk).

27Ce concept permet de jeter un pont entre les deux notions, les deux ‘Active Zones’ paraissant prendre une part égale dans les procès de verbes signifiant ‘sangloter’ (blubber) ou ‘brailler’ (blare). Il nous permet également d’inclure blame et blaspheme, les réprimandes ou les malédictions proférées pouvant s’envisager comme des substances émises par la bouche. Enfin, de nombreux cas de polysémie (blear) sont résolus à la lumière de la notion d’‘Active Zone’ : les liens qu’entretiennent des sens apparemment éloignés proviennent de la référence commune à un vaste ‘mouvement sortant’ de deux parties du corps, les yeux et/ou la bouche.

3.4. ‘Fictive Motion’

28Il paraît possible de rendre compte de nombreux sens de ‘mots en bl-’ en invoquant un certain type de conceptualisation d’événements, que Talmy nomme ‘fictive motion’, selon laquelle l’appréhension d’une situation statique s’effectue à travers des formes et des constructions exprimant le mouvement. Le cas le plus typique consiste à employer le verbe aller pour décrire une scène dans laquelle aucun mouvement réel n’a lieu (ex. : ‘La clôture va de... à...’ - Talmy 2003 : 413).

  • 5  Il s’agit de blush, blenk, blink (OED), et blinter (EDD) : en effet, ces verbes, qui signifient à (...)

29Nous avançons l’hypothèse que de nombreux verbes signifiant ‘briller’ (blaze, bloom, blush) pourraient permettre, de façon immanente, la conceptualisation des procès comme autant de ‘déplacements fictifs’, le long d’une trajectoire allant de la source lumineuse à l’œil. Par ailleurs, la polysémie (briller/voir) de quatre verbes5 suggère la double direction du mouvement, et rejoint la double théorie platonicienne de la vision. Enfin, le concept de ‘fictive motion’ jette un pont avec la seconde sous-classe de ‘verbes en bl-’, désignant l’émission de paroles et de cris (blab, blare, bleat), conçus comme des éléments s’échappant de la cavité buccale.

3.5. ‘Force Dynamics’

30Talmy avance l’idée que ce qu’il considère comme une « catégorie sémantique » à part entière, « la dynamique des forces » (« comment les entités interagissent par rapport à la force » Talmy, 2003), figure dans la structure du langage, et apparaît entre autres dans les constructions dites ‘causatives’(‘make/let/have somebody do something’), mais peut aussi s’appliquer aux formes lexicales. Il appelle l’entité affectée par la force l’‘Agoniste’, et celle qui l’exerce l’‘Antagoniste’.

31Dans le cadre de cette approche, examinons un énoncé où intervient un ‘verbe en kn-’ : ‘We knocked holes in the tin with a hammer’. Les forces en présence sont pour l’Agoniste celle du couvercle (tin), qui tend au repos ; et pour l’Antagoniste celle de la main de l’agent s’exerçant ici par l’intermédiaire d’un outil (hammer ‘marteau’). Il semble s’agir typiquement d’une situation où la résultante des forces a un effet sur l’Agoniste, où une cause produit un effet tangible, des trous. Les principes de la dynamique des forces appliqués à la causalité sont illustrés de façon encore plus probante dans des énoncés de type causatif comme ‘They knocked him down / unconscious’. Ici, l’Agoniste est le référent du complément d’objet ; l’Antagoniste celui du sujet.

32Une sous-classe de ‘verbes en kn-’ (knock, knead, knuckle) semble donc désigner des procès où Agoniste comme Antagoniste renvoient prototypiquement à des parties du corps qui peuvent, ou ont pu être, désignées par des ‘noms en kn-’ (knuckle, knot (dial.) ‘articulation’, knap, knob, knop (dial.) ‘coude’ pour l’Antagoniste ; 7 formes dialectales pour ‘tête’ et 8 pour ‘renflement’ pour l’Agoniste). Les deux sous-classes de ‘mots en kn-’ renvoyant aux notions de Coup et de Protuberance semblent pouvoir se combiner en discours pour décrire des situations dans lesquelles les combinaisons de forces physiques ou, plutôt, la connaissance que nous en avons par l’intermédiaire de nos expériences sensori-motrices, sont des composantes essentielles de la construction du sens.

3.6. ‘Affordances’

  • 6  Gibbs nous apprend que dès 1966, Gibson souligne que la perception du monde est transmise par les (...)

33Dans le cadre d’une approche cognitiviste basée sur l’‘incarnation’ (embodiment), de nombreux aspects de la représentation mentale puisent leurs fondements dans les interactions dynamiques qu’a le corps avec son environnement (Gibbs 2006 : 9). En particulier, la conceptualisation des objets prend en compte leurs ‘potentialités d’action’ « en termes des actions corporelles possibles que ces derniers permettent (afford) ». L’anticipation de ces interactions constitue ce que Gibbs, dans le sillage de Gibson6, nomme affordances, spécifiques à chaque objet (Gibbs 2006 : 65 & 21).

34Dans ce contexte de recherches, les outils occupent une place privilégiée, puisque de leur fonction et de leur maniement dépend la façon de les envisager. Il semble vraisemblable d’avancer que la plupart des outils et instruments désignés par des ‘noms en SK-’ présentent des similitudes manifestes dans les « hypothèses d’actions [qu’ils] codent » (Rizzolatti 2008 : 60-61) : les « actes moteurs potentiels » que leur perception déclenche peuvent être décrits comme une préparation à des gestes récurrents de balancements et de mouvements circulaires ou de rotation des mains et des bras, où dominent également les notions de pénétration et/ou de séparation. Nous observons ces caractéristiques gestuelles pour les deux types d’outils que nous avons distingués : les outils tranchants (scissors, shears ‘cisailles’ et surtout scythe ‘faux’), quantité de sarcloirs (dial. scrape, scuffle) et socs de charue ; tout autant que parmi les innombrables outils de port, comme seaux, paniers, plats, écumoires (skimmer), écopes (scoop), louches et pelles (shovel).

4 Conclusion

35Pour chacune des trois classes de mots étudiées, les phénomènes observés à la lumière d’une approche cognitive appelée ‘Embodiment’, qui place le corps au centre des processus dont sont issues les fonctions cognitives, ont conduit à la description de la façon dont l’esprit conceptualise et catégorise les référents désignés. Dans les trois cas, nous nous sommes efforcés de mettre au jour une cohérence, reposant essentiellement sur une structure sous-jacente de schèmes mentaux, qui s’élaborent grâce à des opérations de projection conceptuelle. Il semble donc que l’invariance de la forme de ces mots (bl-, kn-, SK-) s’accompagne d’une invariance au niveau conceptuel, constituant ainsi un témoignage supplémentaire de la réalité des phonesthèmes.

Haut de page

Bibliographie

Bear, Connors, & Paradiso. Neurosciences : A la découverte du cerveau. Paris : Pradel, 1999.

Bergen, Benjamin. « The psychological reality of phonesthemes ». Language, 80 (2004), 290-311.

Bottineau, Didier. « The submorphemic conjecture in English: towards a distributive model of the cognitive dynamics of submorphemes ». Lexis - E-Journal in English Lexicology, issue 2 (2008), 24 pages, http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1. Gap : Ophrys, 1990.

Damasio, Antonio. L’erreur de Descartes. Paris : Odile Jacob, 1995 [1994].

Fauconnier, Gilles & Turner Mark. The Way We Think. Conceptual Blending and the Mind’s Hidden Complexities. New York: Basic Books, 2002.

Feldman, Jerome & Narayanan Srinivas. « Embodied meaning in a neural theory of language ». Brain and Language,89 (2004), 385-392.

Gallese, Vittorio & Lakoff George. (2005). « The brain’s concepts: the role of the sensory-motor system in conceptual knowledge ». Cognitive Neuropsychology, 22 (2005), 455-479.

Gibbs, Raymond. Embodiment and Cognitive Science. Cambridge: Cambridge University Press, 2006.

Johnson, Mark. The Body in the Mind: the Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason. Chicago/London: University of Chicago Press, 1987.

Joseph, Brian. « Diachronic morphology », in The Handbook of Morphology, A. Spencer & A. Zwicky (ed.). Oxford/Malden (Mass.): Blackwell, 1998, 351-373.

Joubaud, Catherine. Le corps humain dans la philosophie platonicienne. Paris : Librairie philosophique J.Vrin, 1991.

Kövecses, Zoltan. Metaphor and emotion: language, culture, and body in human feeling. Cambridge: Cambridge University Press, 2000.

Lakoff, George. Women, Fire, and Dangerous Things. Chicago: University of Chicago Press, 1987.

Lakoff, George. « The invariance hypothesis: is abstract reason based on image schemas? » Cognitive Linguistics 1-1, (1990), 39-74.

Lakoff, George & Johnson Mark. Philosophy in the Flesh. The embodied mind and its challenge to Western thought. New York: Basic Books, 1999.

Lakoff, George & Johnson Mark. Metaphors We Live By. Chicago: University of Chicago Press, 2003 [1980].

Langacker, R. (1987). Foundations of Cognitive Grammar. Vol. 1. Stanford : Stanford University Press.

Langacker, Ronald. Concept, Image, and Symbol: the Cognitive Basis of Grammar. Berlin/New York: Mouton de Gruyter, 2002 [1991].

Lincoln, Bruce. Myth, Cosmos, and Society. Indo-European Themes of Creation and Destruction. Cambridge (Mass.) & London: Havard University Press, 1986.

Magnus, Margaret. What’s in a word? Evidence for phonosemantics. Trondheim, Norway: University of Trondheim dissertation, 2000. Etude portant sur le lexique anglais.

Marchand, Hans. The Categories and Types of Present-Day English Word-Formation. Wiesbaden: Otto Harrassowitz, 1960.

Philps, Dennis. « From mouth to hand ». In A. Cangelosi, A & K Smith (Eds.), The Evolution of Language. New Jersey/Londres/Singapour: World Scientific Publishing, 2006a, 247-254.

Rizzolatti, Giacomo & Sinigaglia Corrado. Les neurones miroirs. Trad. de M. Raiola. Paris : Odile Jacob, 2008.

Sweetser, Eve. From Etymology to Pragmatics. Cambridge: Cambridge University Press, 1990.

Talmy, Leonard. Toward a Cognitive Semantics. Vol. 1: Concept Structuring Systems. Cambridge (Mass.) / London: MIT Press, 2003 [2000].

Tournier, Jean. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris/Geneva : Champion-Slatkine, 2007 [1985].

Haut de page

Notes

1  The Oxford English Dictionary, 2e éd., 1989.

2  The English Dialect Dictionary (Wright 1898-1905).

3  Notion : par exemple : « Notions are representations and should be treated as such ; they epitomize properties derived from interaction between persons and persons, persons and objects, biological constraints, technical activity... » (Culioli 1990 : 69).

4  Lors de l’analyse sémantique préalable des ‘mots en bl-’, non intégralement fournie ici.

5  Il s’agit de blush, blenk, blink (OED), et blinter (EDD) : en effet, ces verbes, qui signifient à la fois ‘to cast a glance’ et ‘to shine’, s’inscrivent parfaitement dans le cadre du double sens attribué au déplacement fictif postulé pour la perception visuelle. Donnons par exemple le détail de blush : « 1. Obs. To shine forth ; 2. Obs. To cast a glance, glance with the eye, give a look ; 3. To become red in the face » (OED).

6  Gibbs nous apprend que dès 1966, Gibson souligne que la perception du monde est transmise par les « ressources » fournies par l’environnement, telles que telles surfaces pouvant servir de support, telles substances pouvant se manger, lesquelles agissent directement comme stimulus orienté vers l’action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line ARGOUD, « Réalité des idéophones anglais (phonesthèmes) : propositions dans le cadre d’une approche de linguistique cognitive », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1294 ; DOI : 10.4000/erea.1294

Haut de page

Auteur

Line ARGOUD

Line Argoud est professeur agrégée d’anglais au lycée Champollion de Grenoble et chargée d’enseignement à l’Université Stendhal Grenoble3.
Elle a publié des brochures à usage didactique en 1992 (CRDPde Grenoble), ainsi que des articles consacrés à la linguistique anglaise (Anglophonia 2007 ; Lexis 2008 ; Crelingua-Ema 2009).
En plus d’une contribution pour le prochain numéro d’Anglophonia (« Le submorphème sm- : à la recherche du substrat cognitif », fin 2010) , est en préparation la publication de sa thèse, Les noms de parties du corps en anglais : approche lexico-cognitive , aux Publications de l’Université de St Etienne. Elle est également responsable éditoriale chargée de l’élaboration d’un glossaire de linguistique cognitive, qui sera mis en ligne par l’AFLICO (Association française de linguistique cognitive) courant 2010.
Ses principaux champs d’investigation sont ls suivants : linguistique anglaise, sémantique, liens entre langage et cognition, lexicologie, étymologie (notamment indo-européen).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals