Navigation – Plan du site

Avant-propos

Jacqueline PERCEBOIS, Isabelle RICHARD et Monique DE MATTIA-VIVIÈS

Texte intégral

1Le présent volume rassemble les textes des communications présentées lors de la Journée d’Étude intitulée La Production et l’Analyse des discours, qui s’est tenue à Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université) le 4 décembre 2009 sous l’égide du LERMA.

2L'énoncé de ce sujet d'étude met l’accent, par le pluriel de sa formulation, sur la variété des types de discours : discours verbal ou non verbal, discours oral ou discours écrit, discours littéraire ou spécialisé (l’on peut dans ce cas se poser la question de ce qui fait le spécialisé du discours), discours dont la visée communicationnelle est orientée vers l’information, la persuasion, la manipulation ou encore l’action, discours empreint ou non de la présence de son ou ses auteur(s), que cette empreinte soit volontaire ou pas. L’on pourra alors se demander si elle sert ou dessert le propos.

3À cette variété fait écho la pluralité des critères qui entrent en compte dans la production du discours en tant qu’acte de langage (facteurs situationnels, culturels, interpersonnels, langagiers, contextuels) et vont participer au codage du message, ainsi qu’à son décodage par son ou ses destinataire(s) (ce dernier appartient-il à la même communauté discursive que l’auteur du message ? Possède-t-il le bagage cognitif nécessaire à la compréhension du message en question ? Quel rôle joue le savoir partagé entre auteur et destinataire ?).

4À l’écho de la pluralité des critères de production répond la diversité des approches et des angles d’analyse des mécanismes discursifs mis en œuvre : approches linguistique, socio-linguistique ou encore psycho-linguistique ; approches énonciative, pragmatique, sémiotique, conversationnelle ou encore communicationnelle/fonctionnelle ; classification du discours en « genres » (littéraire, scientifique, technique, épistolaire, romanesque, journalistique, académique ...). Aucune de ces approches n’est exclusive des autres. De même que les genres peuvent se croiser, le genre épistolaire peut être spécialisé. Les discours littéraire, scientifique ou encore politique peuvent être étudiés comparativement, et analysés, par exemple, en fonction de leur oralité, y compris, naturellement, lorsque le discours est écrit, de leur rhétorique ou des stratégies mises en place par leur(s) auteur(s). L’inter-discours peut se concevoir du point de vue de la langue naturelle dans laquelle il s’exprime et s’analyser sous l’angle des variétés d’une même langue, anglais britannique et anglais américain par exemple.

5Ce qui émerge de la multiplicité de ces approches est une manière chaque fois différente de traiter la voix, ses échos, ses croisements, ses conflits, mais aussi ses silences. La voix peut être narrative, écrite, orale, chantée ou tue ; elle peut être unique ou plurielle, mais elle implique toujours une autre conscience – une autre voix – qui est celle du destinataire (lecteur, spectateur, auditeur) ; les voix se répondent ou s’ignorent ; elles sont rapportées, transposées, parfois déformées, à dessein ou non. La polyphonie peut se faire cacophonie culturelle ou s’organiser en un ensemble harmonique complexe.

6Chacun des articles qui composent cet ouvrage illustre cette diversité d’approche de la « production et analyse des discours », et lève le voile sur une facette remarquable du discours proposé en analyse.

7Le numéro s’ouvre sur un article de David Banks intitulé « The beginnings of vernacular scientific discourse: genres and linguistic features in some early issues of the Journal des Sçavans and the Philosophical Transactions ». Cet article présente l’intérêt d’une recherche rare sur deux revues scientifiques similaires créées au XVIIe siècle : l’une française, le Journal des Sçavans, diffusant des connaissances nouvelles à partir de recensions d’ouvrages, et l’autre anglaise, Philosophical Transactions, traitant de philosophie naturelle et constituée à partir de lettres reçues par son fondateur.

8L’étude porte sur le premier numéro de chacune des revues, publié en 1665, qui illustre la genèse du discours scientifique. Après avoir situé la parution de ces revues dans leur contexte historique, l’auteur compare la structure thématique et les caractéristiques linguistiques de ces deux premiers numéros au moyen des outils théoriques de la Linguistique Systémique Fonctionnelle ; cette approche théorique permet de montrer comment le discours s’organise en fonction des domaines scientifiques qu’il aborde. Il est à noter que ces deux revues scientifiques existent toujours aujourd’hui.

9Avec l’article de Grégoire Lacaze, « Une analyse d’une production de discours rapporté : l’introduction des tours de parole dans “Hills Like White Elephants” d’Ernest Hemingway », la recherche quitte le champ scientifique pour celui de la littérature. En effet, cet article s’intéresse à une nouvelle construite principalement autour du report de paroles au discours direct des deux personnages principaux. Si de nombreuses études critiques ont déjà été consacrées à cette nouvelle, l’introduction des tours de parole est un phénomène qui, jusqu’ici, a été assez peu abordé.

10L’article, qui s’inscrit dans le cadre des linguistiques de l’énonciation, s’appuie sur une analyse grammaticale et sémantique des structures rencontrées, qui intègre les spécificités du genre de la nouvelle et leur influence sur les choix stylistiques de l’auteur. Grégoire Lacaze complète son analyse par une étude statistique de la composition des structures d’introduction du discours des personnages. Cette approche énonciative éclaire la lecture de la nouvelle et montre tout l’intérêt qu’elle peut apporter à l’analyse linguistique d’un texte littéraire.

11L’analyse de discours spécialisé est introduite ensuite par l’article de Michel Petit, « Le discours spécialisé et le spécialisé du discours : repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité ». Poursuivant sa recherche sur la place de l’anglais de spécialité au sein des Études anglaises, l’auteur s’applique à approfondir son analyse théorique du discours spécialisé à partir du constat selon lequel nombre d’études ont tendance à inférer l’étude théorique du discours spécialisé en général de celle de discours spécifiques.

12S’il appuie son raisonnement sur quelques exemples tels que le journalisme ou la musique, il vise essentiellement à les dépasser en se situant au-dessus des domaines spécialisés particuliers pour tenter de définir un statut valable pour toutes les variétés de discours. Il remet au premier plan la réflexion fondamentale sur le statut du discours spécialisé en ayant pour objectif de mieux concevoir la spécificité de l’analyse du discours à l’intérieur de l’anglais de spécialité. C’est cet effort de caractérisation du « spécialisé », sans précédent dans les travaux de recherche, qui fait l’intérêt scientifique de cet article.

13L’article de Linda Pillière, « Conflicting Voices : An Analysis of Intralingual translation from British English to American English » nous reconduit vers le domaine littéraire. L’auteur y étudie les spécificités de la traduction intralinguale à travers les changements effectués dans quelques romans britanniques contemporains destinés à être lus par un public nord-américain, en s’appuyant sur les travaux de Jakobson sur la traduction. L’intérêt scientifique de cet article tient à la finesse de l’analyse théorique aussi bien qu’à la multiplicité des exemples cités. L’auteur constate que, selon les nécessités présentées par le texte, les références culturelles originelles, pour faire sens, doivent être adaptées à la culture d’arrivée, des clarifications s’avérant utiles sur le plan lexical ou grammatical de même que d’autres types d’apports créatifs.

14L’étude se concentre plus précisément sur l’effet que ces transformations produisent sur la voix textuelle (textual voice). Des incongruités apparaissent, des pertes également, ce qui dénature immanquablement le texte de départ. L’auteur analyse donc les différents types de « conflits de voix » qui émergent en raison de ces changements.

15Avec l’article de Catherine Resche, « Analyse d’un genre de discours spécialisé : les lettres annuelles de Warren Buffett  aux actionnaires de Berkshire Hathaway et leur spécificité », nous abordons le discours économique. L’auteur s’intéresse ici à un genre propre à la communication des entreprises, les lettres annuelles du managing director aux actionnaires. Avec une maîtrise rigoureuse des concepts, elle analyse les caractéristiques de celles de W. Buffett, en particulier leurs aspects rhétoriques, par rapport au genre des lettres annuelles aux actionnaires représenté par un corpus témoin. Pour ce faire, elle choisit une approche diachronique portant sur un corpus conséquent (527 pages) et sur une période de trente-deux ans, en ayant recours, pour l’analyse quantitative, au concordancier Antconc et à l’extracteur de termes Termostat.

16Si le cadre de leur production, leur but et leur fonction sociale les caractérisent comme discours spécialisé et les intègrent bien dans le genre « lettres aux actionnaires », l’auteur met en évidence dans ces lettres les traits distinctifs d’une « marqueterie discursive » propre à leur auteur.

17L’intérêt scientifique de l’article de Simone Rinzler, « Oralité et échec programmé du manifeste-pétition Not In Our Name (NION) », tient à l’analyse de discours d’un genre peu abordé, le manifeste politique non fictionnel, à partir d’un double texte manifestaire : chanson-poème, un slam déclamé en public, et manifeste-pétition. Ce texte est singulier du fait de son contexte politique, la guerre en Irak, de sa composition et de l’inanité de sa force illocutoire, affirmée dès le titre de l’article, qui éloigne ce manifeste-pétition du manifeste politique.

18L’auteur en effectue une contextualisation historique et sociale et une étude rhétorique l’amenant à démontrer que cet acte de langage n’est pas action mais simple acte de résistance. Pour elle, ce type de contestation illustre un cinquième pouvoir à côté de celui de la presse, quatrième pouvoir « défaillant dans son rôle de contre-pouvoir ». Elle démontre en quoi ce double texte porte en lui son propre échec avant de le confronter point par point aux neuf thèses de la théorie de la parole manifestaire afin d’évaluer son (in)adéquation au genre manifestaire.

19Enfin, l’article de Sandrine Sorlin, « Science, Linguistique, Littérature : trois disciplines, deux discours, une culture », réunit les axes littéraire et spécialisé de l’analyse et la production de discours envisagés dans cet ouvrage. L’intérêt de son article tient en effet à sa réflexion originale sur les frontières épistémologiques et méthodologiques existant entre les trois disciplines universitaires que sont la science, la littérature et la linguistique. En prenant pour exemples la théorie scientifique du chaos et le mouvement postmoderne en littérature, apparus de façon concomitante dans les années 70, l’auteur montre qu’ils ont un ancrage culturel commun. Ainsi science et littérature ne sont pas antinomiques mais partagent le même paradigme culturel. Dans un travail de haut niveau conceptuel, témoignant d’une réflexion approfondie sur l’identité de la linguistique, elle met alors en avant la transversalité de la linguistique, qui permet de rendre compte aussi bien d'un style littéraire que de la rhétorique ou la textualité de la science, et plus largement son rôle comme pivot possible entre les disciplines.

20 Toutes les présentations, qu’elles se placent à un niveau purement théorique ou qu’elles se proposent de mettre en évidence un aspect particulier de la Production et l’analyse des discours, mettent en évidence le caractère complexe, souvent protéiforme de ce sujet, la pluralité des angles par lesquels il peut être abordé, la multiplicité des outils utilisés, qui appartiennent souvent à des domaines différents. La diversité des analyses possibles n’est que le reflet du caractère multidisciplinaire de cette approche, et de la variété des objets auxquels elle s’applique.

21Le présent volume devrait donc, par son caractère volontairement éclectique, offrir un panorama assez diversifié des problématiques liées à ce sujet, contribuant ainsi à faire avancer la réflexion sur ce domaine exceptionnellement vaste qu’est la Production et l’Analyse des discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline PERCEBOIS, Isabelle RICHARD et Monique DE MATTIA-VIVIÈS, « Avant-propos », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1421

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals