Navigation – Plan du site
Recensions

Martine Monacelli et Michel Prum. Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes

Frédéric REGARD
Référence(s) :

Martine MONACELLI et Michel PRUM (ed.). Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes. Dix pionniers britanniques. Paris : Les Éditions de l’Atelier / Éditions Ouvrières, 2010. 222 pages. ISBN : 978-2-7082-4105-3. 24 €

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif compte dix chapitres, consacrés chacun à l’un des « pionniers » hommes du féminisme. Les militants ou sympathisants sont  pour certains très célèbres, mais pour d’autres pratiquement inconnus, William Godwin, John Stuart Mill, William Thompson et Edward Carpenter côtoyant William Johnson Fox, George Lansbury, Israel Zangwill, Frederick Pethic-Lawrence, Frederick Billington-Greig ou encore Victor Duval. Une bibliographie sélective complète l’ouvrage, malheureusement dépourvu d’index. Chacun des chapitres est rédigé par un spécialiste reconnu, « civilisationniste » dans la presque totalité des cas. Les analyses sont précédées par une Préface de Geneviève Fraisse, directrice de recherche au CNRS, historienne des femmes en vue, suivie d’une Présentation de l’ouvrage par Michel Prum, Professeur de civilisation britannique à Paris VII, et d’une Introduction par Martine Monacelli, également Professeure de civilisation britannique à Nice-Sophia Antipolis.

2Passons rapidement sur le court texte de Geneviève Fraisse,  manifestement mal à l’aise avec l’histoire intellectuelle du féminisme britannique. Cette prestigieuse signature livre ici un texte hâtif et approximatif, ambitieusement intitulé « Comment vient le féminisme ? », mais apparemment peu informé de la teneur des contributions qui constituent le reste de l’ouvrage. Les choses sérieuses commencent donc avec le texte de Michel Prum, « Dix hommes en colère », qui propose une présentation à la fois concrète  et synthétique du livre. Son amorce vaut la peine d’être citée : « Le marquis de Mirabeau n’était pas roturier, Karl Marx n’était pas ouvrier, William Garrison n’était ni Noir ni esclave… ».  Simple mais lumineuse, rigoureuse autant qu’iconoclaste, cette première phrase est à l’image du reste de sa présentation, laquelle joue pleinement son rôle de mise en perspective et de mise en relation des articles entre eux, insistant notamment sur l’importance de l’unitarisme dans la genèse du mouvement et sur la convergence entre les mouvements socialiste et féministe. L’Introduction proposée ensuite par Martine Monacelli, « Des hommes ‘féministes’ ? », est magistrale. Comme Michel Prum, elle pose cette question si difficile à faire admettre à un certain intégrisme, heureusement de plus en plus rare : « Est-il besoin d’être esclave pour être anti-esclavagiste, née femme pour être féministe ? ». On aurait envie d’ajouter, sur les traces de Jacques Rancière, que c’est précisément ici que le féminisme s’est toujours nécessairement articulé sur la question de la démocratie : si la démocratie, c’est parler au nom des autres, se faire le porte-parole de celles et ceux à qui l’on refuse une voix, à tous les sens du terme, alors le féminisme doit en effet se souvenir qu’il reste impensable sans la parole des hommes. Le texte de Martine Monacelli se conçoit comme un historique rigoureusement documenté de la contestation du patriarcat par les hommes, prenant bien soin de remonter en amont du XVIIIe siècle, ce que ne laissait guère présager, de manière assez inquiétante à vrai dire, la table des matières. Les femmes ne sont pas oubliées, et d’excellentes pages sont consacrées aux prédicantes quakers et baptistes, ainsi qu’aux niveleuses. Le travail de notre collègue donne ainsi à l’ouvrage une exceptionnelle profondeur intellectuelle, balayant de manière quasi exhaustive l’histoire des idées anglaises sur le sujet, que ce soit de manière directe ou indirecte, pour finir par une présentation détaillée du mouvement « suffragiste ».  D’une rare érudition, dépourvue d’œillères idéologiques, cette Introduction devrait devenir une lecture indispensable pour tous les spécialistes du féminisme anglo-saxon.

3Il serait trop long de revenir sur le détail de chacun des dix chapitres, pour certains malheureusement assez descriptifs et trop peu analytiques, comme si l’important avait été de présenter ces hommes, de baliser dans un premier temps un champ d’étude, remettant à plus tard des discussions plus nourries. Les auteurs de cet ouvrage font malgré tout œuvre salutaire en produisant du savoir nouveau, ne serait-ce qu’en sortant de l’oubli certains acteurs du mouvement. Et il convient de saluer quelques uns des textes les plus remarquables, à commencer par celui de Michel Prum sur l’Irlandais William Thompson (1775-1833). Ce chef de file du mouvement coopératiste, auteur du fameux Appeal of One Half of the Human Race, a droit ici à une analyse circonstanciée. La fin de l’article rappelle judicieusement que l’Irlande ne devait autoriser le divorce qu’en 1997 (on aurait pu dire quelques mots ici du droit à l’avortement dans le contexte européen). On recommandera également le texte de Neil Davie sur William John Fox (1786-1864), théologien unitarien de renom. Davie consacre une analyse passionnante à la place de cette obédience dans la genèse du mouvement féministe britannique et n’hésite pas à faire du cercle de Craven Hill (1835-1856) le berceau du féminisme moderne. Son étude, fine, érudite, toujours nuancée, démontre avec quelle force l’adoption d’une perspective différente peut modifier en profondeur un champ d’étude. Françoise Lejeune consacre un chapitre très utile à John Stuart Mill, s’efforçant d’évaluer la dette que celui-ci doit à Harriet Taylor, et vice versa, ce qui rend l’entreprise fascinante. Ici comme ailleurs, le littéraire se prendra à regretter que le style des auteurs ne soit jamais une préoccupation majeure, comme si le féminisme n’était qu’une question d’histoire des idées, et jamais vraiment de forme des idées. Parmi les surprises inattendues de cet ouvrage, on signalera enfin le lien entre la communauté juive et le mouvement des suffragettes, suggéré par Meri-Jane Rochelson dans son article sur Israel Zangwill  (1864-1926), journaliste engagé et dramaturge, ainsi que le lien entre suffragisme et mouvements spirituels d’Orient, évoqué par Linda Martz concernant Frederick Pethick-Lawrence (1871-1961), fondateur du journal Votes for Women (1907).

4L’ensemble de l’équipe réunie par Michel Prum et Martine Monacelli nous propose ainsi un travail hors du commun, vraiment novateur, qui relancera à coup sûr  la dynamique des études féminines dans l’anglistique française. Myriam Boussahba-Bravard (qui consacre un article à Billington-Greig), fait une remarque liminaire résumant parfaitement l’esprit de l’entreprise : « L’histoire retient les actions, les écrits de personnages dits ‘principaux’, en oubliant bien souvent qu’ils ont vécu dans des réseaux autres que politiques et économiques ; ils ont eu une vie privée, une famille, des amis, et un métier […] ». Elle aurait pu ajouter : des amies, des femmes, des compagnes. C’est dire en fait que le féminisme s’inscrit, comme tout mouvement, dans un contexte, lequel peut être effectivement celui de l’intime, sphère où se construit cet acteur et penseur éminemment complexe qui se nomme « le couple ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric REGARD, « Martine Monacelli et Michel Prum. Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1431

Haut de page

Auteur

Frédéric REGARD

Paris-IV Sorbonne

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals