Navigation – Plan du site
Recensions

Laurence Rosier. Le discours rapporté en français

Monique DE MATTIA-VIVIÈS
Référence(s) :

Laurence ROSIER. Le discours rapporté en français. Paris : Éditions Ophrys, 2008, ISBN 978-2-7080-1214-1

Texte intégral

  • 1 Esthétique et théorie du roman. (1924) 1978. Trad. D. Olivier. Paris : Tel Gallimard, pp :157-8.
  • 2 La grammaire traditionnelle, dont la visée est souvent descriptive et didactique, présente la plupa (...)

1Rapporter les paroles ou les pensées d’autrui, disait Mikhaïl Bakhtine, occupe une grande place dans l’activité langagière. « Dans tous les domaines de la vie, […], nos paroles contiennent en abondance les mots d’autrui, transmis avec un degré de précision et de partialité fort varié. […] Dans la vie courante, on se réfère surtout à ce que disent les autres : on rapporte, on évoque, on pèse, on discute leurs paroles, leurs opinions, informations, on s’en indigne, on tombe d’accord, on les conteste, on s’y réfère, etc. […]. Dans le parler courant de tout homme vivant en société, la moitié au moins des paroles qu’il prononce sont celles d’autrui. »1 L’ouvrage de Laurence Rosier se propose d’examiner les formes que le discours d’autrui peut revêtir, la façon dont il s’inscrit dans le langage, à travers ce qui est communément appelé le discours rapporté (DR), expression qui recouvre « des paroles et des écrits, voire des pensées, des croyances et des opinions » (p. 5). L’ouvrage est divisé en quatre chapitres très équilibrés (Histoire, terminologie, médiation / Théories / Formes / Contextes), et comprend en outre un glossaire de termes techniques et une bibliographie très complète sur la question, reprenant également les travaux effectués sur d’autres langues, notamment l’anglais et l’allemand. L’auteur s’attache d’abord à retracer l’histoire du DR, le discours indirect libre (DIL) étant de toutes les formes du DR celui qui a fait couler le plus d’encre, et qui a initié le rapport discours direct / discours indirect (DD/DI), dont la description en termes purement dérivationnistes2 a été remise en cause dans les années 70, dans les travaux d’Ann Banfield et de Jacqueline Authier (entre autres). Laurence Rosier examine dans le détail trois approches énonciatives, sur lesquelles sa propre conception du phénomène prend appui, qui toutes éclairent un ou plusieurs aspects du DR : le DR et l’autonymie (Jacqueline Authier), le DR comme intégré dans une théorie générale de la polyphonie et du dialogisme (Mikhaïl Bakhtine et Oswald Ducrot), et le DR comme faisant partie des phénomènes plus vastes de sur- et de sous-énonciation et d’effacement énonciatif (Gilles Philippe, Robert Vion et Alain Rabatel). Une réflexion fort intéressante sur la terminologie est menée, touchant à un problème fondamental, à savoir l’existence d’un discours origine sous-jacent à un énoncé en discours rapporté, faisant apparaître que le terme « rapporté » est souvent impropre, notamment dans la littérature, où les dialogues censés être rapportés sont construits. Il s’agirait davantage de discours représentés ou mieux de pseudo-discours rapportés. D’autres cas de figure, peu envisagés, où le citant ne renvoie à un dit antérieur que comme source d’une inférence, relèvent davantage du discours interprété. Quant à ces discours ayant fait l’objet de multiples transmissions, ils relèvent du discours en circulation. Les distinctions opérées par Laurence Rosier sont fondées sur la sémantique des énoncés qui appartiennent syntaxiquement au DR mais qui du point de vue du sens, remettent parfois en cause l’existence d’un dit origine. Le DR est présenté comme constitué de formes voisines, poreuses, qui se côtoient dans les textes produisant parfois des constructions hybrides notamment à l’oral. Quel est le statut théorique de chaque forme ? Où se situent les formes dites libres (DDL et DI) par rapport aux formes dites canoniques (DD et DI), marquées syntaxiquement ? Comment analyser syntaxiquement les discours libres, indentifiables en cotexte seulement ? Comment repérer cette discordance énonciative permettant de les identifier ? Laurence Rosier apporte des réponses minutieuses à chacune de ces questions, tout en précisant à propos des deux dernières qu’il n’existe pas de réponse purement syntaxique et que l’interprétation joue un rôle fondamental. Cependant, les discours libres ne sont jamais totalement désinvestis de la présence du locuteur citant : ce sont en fait des discours en liberté surveillée. L’auteur se propose alors d’élaborer une grammaire du DR fondée sur la phrase, définie, sous l’influence de Marc Wilmet, comme un énoncé + une énonciation ; dans cette optique, le DD met en place deux phrases et donc deux énonciations. Le DI met en place une phrase complexe donc une énonciation dans la phrase enchâssante et une énonciation intra-phrastique. Quant aux formes libres, elles sont assimilées à des phrases multiples dont la dépendance est non plus syntaxique mais énonciative, créé par la discordance. Mais le DR ne se résume pas à une affaire de syntaxe, mais à des questions de hiérarchisation entre les sujets parlants dans le discours. C’est donc tout naturellement que Laurence Rosier privilégie l’approche énonciative, car elle permet d’intégrer le DR dans les cadres plus larges des théories polyphonistes et dialogiques, « retravaillées à la lumière des phénomènes de dominance énonciative ». Pour analyser le rapport discours citant / discours cité, il faut articuler trois dimensions : dimension attributive (origine du dit cité), dimension syntaxique (forme canonique ou libre), dimension énonciative (degré de présence du cité suivant la forme choisie, modalisations particulières dues au citant).

2Laurence Rosier plaide ainsi, comme d’autres linguistes énonciativistes et en accord avec certains travaux récents, pour une organisation du DR en forme de continuum, permettant de dépasser la syntaxe, le DR ne se limitant pas aux formes de DR, tout en conservant l’idée fondamentale de mise en rapport d’au moins deux espaces énonciatifs, quelle que soit la forme syntaxique que prend ce rapprochement. Une « fracture linguistique » entre DD et DI doit cependant être maintenue, ce qui n’est en aucune façon contradictoire avec l’idée de continuum : le sens du continuum va de pair avec une « actualisation » énonciative croissante, du DI vers le discours direct libre (DDL). Dans sa grammaire du DR, Laurence Rosier propose une typologie très fine des verbes introducteurs de DI illustrée par de nombreux exemples, permettant de mettre en relief le rôle du citant dans le report de paroles ou de pensées ou dans l’attribution de celles-ci. À côté des verbes, les attributions nominales du discours cité sont également envisagées, ce qui est assez rare dans les études consacrées au DR. L’ambiguïté du DIL est également mise en relief en ce que l’absence de marquage syntaxique le transforme en un effet de sens pour reprendre la formule de Laurent Danon-Boileau, inspirée des travaux de Gustave Guillaume, étroitement dépendant du contexte. L’auteur étudie le rôle de l’incise introductrice de DD, balise du DR, appréhendée comme un phénomène énonciatif et textuel, comme un marquage dialogal, permettant souvent de superposer geste et discours, ayant en somme une fonction attributive et expressive. Viennent ensuite, tour à tour, la concordance des temps – dont il apparaît clairement qu’elle est plus souple que celle généralement présentée dans les manuels scolaires – , les repérages des personnes – qui fondent la distinction DD / DI et permettent la délimitation d’espaces énonciatifs –, les déictiques – comme non nécessairement repérés par rapport à la situation du citant mais pouvant être importés de la situation citée, participant de « l’actualisation du texte » –, les modalités et marqueurs de subjectivité appelés discordanciels – termes permettant de produire un décrochage énonciatif (interjections, injonction, interrogation, etc.) signalant ainsi un espace énonciatif autre – , les marqueurs graphiques – les guillemets, produisant un effet d’actualisation, les formes libres – DDL et DIL –, les formes mixtes – mélanges de DI et de DD ­­– , le DI mimétique – DI comprenant la typographie du DD et/ou les marqueurs énonciatifs mimétiques du DD –, et les formes voisines du DR – expressions du type : il paraît que, paraît-il, selon X, d’après X, soi-disant que, etc . Il est à noter que la notion de genre est également introduite, présentée comme essentielle à l’étude du DR et des phénomènes discursifs en général : la manière dont se négocie l’altérité emprunte des formes différentes selon les genres, les formes de DR varient en fonction de genres de discours. D’un point de vue pragmatique, des remarques très intéressantes sont faites sur les raisons de l’utilisation du DR, sur l’auto-citation (phénomène bien rarement évoqué), et l’ouvrage se termine sur les nouvelles perspectives d’étude du DR, qui évolue vers la prise en compte de la dimension matérielle et sociale du DR, c’est-à-dire la circulation des discours, qui dépasse les phénomènes grammaticaux du DR. Les nouvelles technologies par exemple supposent de nouveaux modes de circulation des discours, mais c’est toujours l’appropriation progressive du discours de l’autre qui est posée, de la simple reproduction à la manipulation, en passant par la sélection; l’on interroge enfin la signification éthique de l’acte de rapporter, dont la portée peut varier suivant la situation historique, sociale, politique et éthique. Rapporter rime parfois avec dénoncer.

3Le livre de Laurence Rosier offre un panorama très complet des enjeux du DR, envisagé sous des angles différents (historiques, théoriques, syntaxiques, pragmatiques). Tout étudiant ou collègue désireux d’en savoir davantage sur ce phénomène grammatical complexe, mais aussi sur cette pratique discursive aussi fréquente que difficile à décrire tant les formes peuvent être enchevêtrées, trouvera ici des éléments de réponses éclairants, dont le caractère accessible résulte d’une réflexion de très longue haleine, exposée de manière parfaitement claire et maîtrisée, dans un style efficace, limpide, débarrassé de tout jargon inutile. L’on conseillera donc, sans modération, la lecture de cet ouvrage, qui s’érige déjà au rang des classiques dans le domaine du DR.

Haut de page

Notes

1 Esthétique et théorie du roman. (1924) 1978. Trad. D. Olivier. Paris : Tel Gallimard, pp :157-8.

2 La grammaire traditionnelle, dont la visée est souvent descriptive et didactique, présente la plupart du temps le DI comme dérivé du DD. Cette présentation purement mécanique du phénomène de DR a fait l’objet de très nombreuses critiques de la part de linguistes venus d’horizons théoriques très différents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique DE MATTIA-VIVIÈS, « Laurence Rosier. Le discours rapporté en français », E-rea [En ligne], 8.1 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1447

Haut de page

Auteur

Monique DE MATTIA-VIVIÈS

Lerma, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals