Navigation – Plan du site
Articles “hors thème”

The English Democrats Party ou l’émergence d’une nouvelle mouvance : le nationalisme autonomiste anglais

Claude BARBANTI

Résumés

La réforme dite de dévolution (décentralisation), votée en 1997, a entraîné de multiples conséquences et transformations dans la vie politique britannique. Le système traditionnellement unitaire de Westminster s’en est trouvé profondément bouleversé. Pourtant, tandis que de nombreuses études furent menées sur les divers nouveaux aspects d’une Grande-Bretagne dévolue, peu se sont penchées sur les conséquences de cette nouvelle asymétrie constitutionnelle sur l’Angleterre.

Lorsque des députés de circonscriptions « celtiques » (en Écosse ou au pays de Galles) arrivent à influencer le résultat de votes sur des affaires exclusivement anglaises, certains députés d’Angleterre, à Westminster, ne peuvent que se sentir désarmés face au manque de dispositions constitutionnelles garantissant un statut particulier pour ce territoire. Dès lors, de cette « question anglaise » (« English Question »), naîtra toute une nouvelle mouvance autonomiste entièrement dédiée à l’obtention d’un Parlement anglais.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on évoque le terme de « nationalisme », il est souvent question de stigmatiser un mouvement ou une mouvance dans son aspect extrémiste ou radical. Le nationalisme est en effet souvent associé à l’extrême droite et semble être devenu de fait un synonyme pour faire référence à cette idéologie. Cependant l’extrême droite et le nationalisme ne sont pas identiques. Ce constat est d’autant plus clair dans un pays comme le Royaume-Uni où cohabitent une extrême droite ouvertement anti-système et révolutionnaire – dont les liens de filiation avec la philosophie du British Union of Fascists des décennies 1930 et 1940 ne sont pas toujours très clairs – et le nationalisme des indépendantistes du Scottish National Party (S.N.P) ou du Plaid Cymru, se définissant depuis les années 1980 respectivement comme de centre-gauche et de gauche.

2Ceci nous amène à nous poser la question, dans le cadre de la scène politique britannique, de la manière d’appréhender un nouveau parti politique brandissant l’étendard du nationalisme anglais : l’English Democrats Party.

3Ce dernier, se référant uniquement à la défense de la nation anglaise en opposition à la nation britannique, est issu d’un ressentiment n’ayant rien en commun avec celui de la mouvance d’extrême droite bien connue, représenté principalement par le British National Party (B.N.P).

4De plus ce petit parti régional présent depuis une dizaine d’années semble stable et constitue une curiosité dans le paysage politique anglais, notamment lorsqu’il arrive à rallier des personnages médiatiques à sa cause ou lorsqu’il obtient des résultats satisfaisants pour son gabarit.

5Dès lors, la problématique que nous voudrions aborder est celle des raisons de l’existence d’une telle mouvance. Comment se fait-il que la réforme de dévolution (décentralisation) ait entraîné le besoin pour une petite partie du monde politique de promouvoir un nationalisme anglais en opposition à un nationalisme britannique ? Comment expliquer que ce mouvement ne soit pas resté au stade d’un simple mouvement réformiste interne au sein du Parti conservateur ?

6Pour comprendre cette évolution, notre démarche consistera à remonter à l’essence même de ce futur mouvement nationaliste. C’est à dire à l’origine de ce que l’on pourrait qualifier de «  ressentiment nationaliste ». Nous serons alors en mesure de donner une interprétation sur le fait que soit né chez certains le besoin de ne plus passer par le filtre des partis politiques stato-nationaux, pour transiter vers l’établissement d’un parti nationaliste à part entière.

Un ressentiment nationaliste à base constitutionnelle

  • 1  L’auteur se range dans une école de pensée considérant le nationalisme comme un processus idéologi (...)

7Si nous considérons que tout nationalisme a comme point de départ un ressentiment1 par rapport à une situation, voire un événement perçu comme menaçant la nation, il nous semble clair que dans le cadre du nationalisme anglais des English Democrats ce ressentiment pourrait trouver sa source dans la mise en place de la réforme de dévolution.

8En 1998 était effectivement acceptée par référendum en Écosse et au pays de Galles la plus importante réforme constitutionnelle qu’a connue la Grande-Bretagne du XXe siècle. Il s’agissait à la fois d’octroyer une Assemblée nationale au pays de Galles, avec des pouvoirs législatifs certes limités, et un Parlement à l’Écosse, avec des pouvoirs législatifs plus conséquents.

9Dès lors, cette dévolution législative faisait réapparaître un casse-tête constitutionnel non résolu ayant embarrassé à plusieurs reprises la vie politique britannique depuis le XIXe siècle. Il s’agit de la célèbre « West Lothian Question », dont le surnom trouve son origine dans les années 70 lorsque, durant les débats sur les projets de dévolution d’alors, le député travailliste de la circonscription de West Lothian (près d’Édimbourg), Tam Dalyell, soulevait le problème suivant : comment pourra-t-on justifier qu’après la mise en œuvre d’une dévolution, un député écossais à Westminster puisse être capable de voter des lois concernant l’Angleterre, alors que les députés anglais ne seront, eux, plus capables de se prononcer dans des domaines dévolus qui ne concerneront plus que l’Écosse et son Parlement.

  • 2  Vernon, Bogdanor, Devolution in the United Kingdom, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 227.

Les députés écossais seraient en mesure de voter sur la réforme du gouvernement local concernant Londres, mais en contrepartie les députés anglais ne seraient pas en mesure de voter sur la réforme des administrations locales concernant Linlithgow. Les députés écossais seraient en mesure de voter sur des lois concernant les écoles de Sheffield, mais les députés anglais ne seraient pas en mesure de voter sur les écoles de South Queensferry2.

10En clair, la West Lothian Question constate une faille organisationnelle dans l’application d’une dévolution au Royaume-Uni et pose la question de la méthode de représentation au Parlement central des députés provenant des nations dévolues.

11Ce problème n’était pourtant pas nouveau dans les années 70 puisque, dès 1885, il hantait déjà les débats sur l’autonomie de l’Irlande. Cependant, aucune solution n’y fut trouvée et après de nombreux échecs de projets d’autonomie, l’Irlande accédait à l’indépendance, mettant ainsi un terme aux réflexions quant à la méthode de représentation des députés irlandais à Westminster.   

  • 3  Voir infra : Campaign for an English Parliament, English Democrats Party.

12Mais comment au juste peut-on considérer que cette West Lothian Question devint dans les années 2000 une English Question et résulta en l’apparition d’un ressentiment capable d’initier une future mouvance nationaliste3 ?

  • 4  Meg, Russel et Guy, Lodge « The Government of England by Westminster », dans Robert, Hazell, The E (...)

13Pour cela il faut se pencher sur un article de Meg Russel et Guy Lodge, The Government of England by Westminster4, où les auteurs isolent trois facteurs de tensions territoriales dans le système de Westminster et observent que, pour la première fois dans l’histoire des problèmes territoriaux en Grande-Bretagne, la situation écossaise réunit les trois facteurs de tensions en même temps.

14Le premier facteur réside dans le fait que les députés britanniques peuvent voter des lois territoriales à Westminster n’étant applicables que dans certaines zones du Royaume-Uni. L’Écosse, par exemple, conserve depuis l’acte d’union de 1707 certaines prérogatives dans des domaines comme le droit ou l’éducation nécessitant des clauses territoriales spécifiques lors du vote à Westminster.

15Le deuxième facteur est, quant à lui, celui soulevé précisément par la West Lothian Question et plus anciennement par les débats sur l’autonomie de l’Irlande. Contrairement au premier facteur, les tensions ne proviennent plus uniquement du fait qu’un député puisse se prononcer pour un territoire ne le concernant pas mais également du fait que la réciprocité de cette intrusion ne soit plus envisageable dans les domaines dévolus.

16Quant au troisième facteur, il est, quant à lui, d’ordre politique. Il fait référence à la situation où l’un ou plusieurs des territoires britanniques connaîtraient une majorité politique opposée à celle du Royaume-Uni. Ici deux cas sont possibles. Soit, comme pour le pays de Galles durant toutes les périodes où les conservateurs étaient au pouvoir après 1945, ou pour l’Écosse après 1959, les territoires périphériques devaient accepter un gouvernement de la couleur politique opposée ; soit l’Angleterre pourrait se trouver dans la situation d’accepter un gouvernement majoritaire grâce aux voix de territoires périphériques.

17Quoi qu’il en soit, les trois facteurs sont en fait complètement autonomes les uns par rapport aux autres, mais interagissent entre eux, et ce dans toutes les combinaisons possibles, ce qui nous amène au cas de l’Écosse, réunissant dorénavant et pour la première fois dans l’histoire constitutionnelle de la Grande Bretagne les trois facteurs en même temps. Elle continue d’envoyer des députés au Parlement britannique où des clauses distinctes sont adoptées pour la juridiction écossaise, ce qui correspond au cas de figure du premier facteur ; elle connaît souvent une couleur politique divergente ou plus prononcée qu’en Angleterre, ce qui correspond au troisième facteur ; en outre, elle possède son propre Parlement décentralisé, cas de figure du deuxième facteur. Tout ceci rend la situation bien plus sensible qu’auparavant, notamment dans la mesure où le troisième facteur s’apparente dorénavant à un facteur aggravant du second. En effet, le succès ou l’échec d’un vote sur une loi nationale impliquant de manière décisive des députés d’un territoire non concerné est plus à même d’entraîner une pluie de protestations parlementaires que ce n’était le cas du temps où seul le premier et le troisième facteurs étaient présents.

18Et c’est précisément en raison de cette conjoncture de tensions territoriales particulières que va naître le ressentiment à l’origine du future nationalisme anglais des English Democrats.

19La West Lothian Question devenait au fur et à mesure l’English Question. Comme nous en informe Vernon Bogdanor, la question était mal posée :

  • 5  Vernon, Bogdanor, op.cit., p. 234.

[...] Les parlementaires anglais n’ont pas d’intérêts dans les affaires écossaises, tandis que la position dominante de l’Angleterre au Royaume-Uni signifie qu’il n’y a guère de questions purement anglaises, ne concernant pas de fait les députés d’Écosse et du pays de Galles. Donc, dans un sens, la West Lothian question est faussement posée5.

20C’est donc la participation de députés écossais et gallois sur des questions anglaises qui pose problème en ce début de XXIe siècle et non plus le manque de réciprocité empêchant un député britannique de prendre part aux affaires écossaises ou galloises. En règle générale, les députés écossais ou gallois s’abstiennent de voter sur des domaines qu’ils considèrent comme spécifiquement anglais. Cependant, tout est question d’interprétation et il peut arriver que ces derniers se prononcent sur des lois qu’ils considèrent comme pouvant avoir des répercussions indirectes ou financières sur leur territoire.

  • 6  Pour en savoir plus sur cette loi, voir le site internet de l’Office of Public Sector Information, (...)
  • 7  Meg, Russel et Guy, Lodge, op.cit., p. 72.

21Nous pouvons ici citer en exemple le Government’s Health and Social Care (Community Health and Standards) Bill 20036. Ce projet de loi très controversé visait à opérer un changement majeur quant à la philosophie du National Health Service (le système de santé publique britannique que l’on nomme par ses initiales : NHS). Il s’agissait d’injecter par l’intermédiaire du système dit de « Foundation Hospital » une dose de privatisation en permettant à certains établissements une semi autonomie. Aussi étonnant que cela puisse paraître, vu de France, les conservateurs s’opposaient à cette réforme tout comme plusieurs « rebelles » du Parti travailliste. Le domaine de la santé étant dévolu à l’Écosse, la loi stipulait initialement qu’elle ne s’appliquerait qu’en Angleterre et au pays de Galles. Après que l’Assemblée galloise eut rejeté cette modification législative, le projet de loi ne s’adressait plus qu’à l’Angleterre. Les députés Frank Dobson et David Hinchliffe, à la tête de la rébellion, insistèrent pour que les députés travaillistes écossais ne participent pas à ce vote crucial pour l’Angleterre. Lors de la troisième lecture de la loi au Parlement, l’amendement proposé par ces opposants pour supprimer la partie concernant les « Foundation Hospitals » fut rejeté par 286 voix contre 2517. L’amendement aurait été accepté si seuls les députés anglais avaient pris part au vote. Quatre mois plus tard, lorsque le projet de loi revint de la Chambre des Lords, l’amendement fut reproposé et échoua à nouveau, de 17 voix cette fois-ci. De la même manière il aurait été accepté si seuls les députés anglais s’était prononcés.

22Non seulement les députés écossais votèrent mais leur participation fut décisive.

  • 8  Pour en savoir plus sur cette loi, voir le site Internet de l’Office of Public Sector Information, (...)

23Une situation similaire se développa avec le Government’s Higher Education Bill 20048. Dans ce projet de loi le gouvernement entendait faire voter une réforme de l’éducation dont l’une des mesures autoriserait les universités et établissements d’enseignement supérieur à augmenter le coût des droits d’inscription. Comme dans l’exemple précédent, la loi ne s’adressait initialement qu’à l’Angleterre et au pays de Galles, mais l’Assemblée galloise opta pour la non application de cette loi à son territoire.

  • 9  RUSSEL Meg et LODGE Guy, op.cit., p. 72.
  • 10 Ibid., p. 93.

24L’Écosse disposant d’un système éducatif distinct depuis l’acte d’union, aujourd’hui domaine dévolu au Parlement de Holyrood, n’avait a priori aucun intérêt à se prononcer sur cette loi. Cependant la culture de discipline partisane du Parti travailliste entraîna un vote victorieux de la réforme par 316 voix contre 3119. Ce scénario n’aurait pas eu lieu si les députés écossais ne s’étaient pas prononcés. Dans ce cas, la loi sur l’éducation aurait échoué de 6 voix. Notons aussi qu’à la première lecture du projet de loi un amendement avait été proposé par des députés travaillistes dissidents. Il visait à supprimer la mesure controversée de la loi, c’est-à-dire celle concernant l’augmentation des droits d’inscription. L’amendement échoua de 316 voix contre 288. Pareillement au scénario du vote final, si, à ce stade, seuls les députés anglais s’étaient prononcés, l’amendement l’aurait emporté de deux voix10.

25Ce qu’il est dorénavant important de mentionner concerne la frustration grandissante au sein d’un Parti conservateur qui, n’ayant plus connu de majorité en Écosse depuis 1955 et au pays de Galles depuis 1841, nourrissait une volonté de résoudre la West Lothian/English Question.

La solution réformiste à l’English Question

  • 11  Arthur, Aughey, The Politics of Englishness, Manchester, Manchester University Press, 2007, p. 192
  • 12 Conservative Party Manifesto, Londres, Conservative Party, 2001, pp. 45-46.

26Dès leur défaite aux élections générales de juin 1997 les Tories s’inquiétèrent des conséquences futures de la dévolution promise par les travaillistes. Michael Ancram, alors nouveau porte-parole aux affaires constitutionnelles, déclarait à la conférence annuelle du Parti conservateur d’octobre 1997 qu’il existe une dimension anglaise dans la politique britannique mais que les tories ne devaient pas devenir le parti du nationalisme anglais11. Il est ici significatif que l’on craint dans les rangs conservateurs l’émergence d’un nouveau type de nationalisme séparatiste purement anglais. Le meilleur moyen pour éviter cela serait de juguler la frustration d’une Angleterre susceptible de développer un sentiment de ressentiment si elle juge que la dévolution lui porte préjudice. C’est pour cela que Michael Ancram demandait une juste organisation constitutionnelle en faveur de l’Angleterre. Dès lors, l’idée de militer pour une mesure dite de « English Votes on English Laws » (des votes anglais sur des lois anglaises) allait se répandre graduellement au sein du parti jusqu’à ce qu’elle devienne une proposition officielle pour les élections générales de 200112. Ici seront repris les vœux de la commission conservatrice présidée par Lord Norton — « Commission to Strengthen Parliament » —, qui rendit ses conclusions en juillet 2000 :

  • 13  Philip, Norton (Chairman), The Report of the Commission to Strengthen Parliament, Londres, Conserv (...)

 […] nous sommes favorables à une nouvelle procédure législative concernant les lois qui n’affectent que l’Angleterre. Nous croyons qu’un projet de loi certifié par le président de la Chambres des communes comme exclusivement anglais (ou anglais et gallois) devrait être soumis à une grande commission, qui se tiendrait à la Chambre et comprendrait tous les députés anglais (ou anglais et gallois), puis à une commission permanente composée de députés de circonscriptions anglaises (ou anglaises et galloises), choisis proportionnellement selon le poids de leur parti. Le projet de loi, éventuellement validé par les commissions, devra par la suite aller en troisième lecture. Nous espérons qu’à ce stade, une convention fasse que les députés en provenance de territoires non concernés par le projet de loi, ne prennent pas part au vote13.

27Toutefois, cette méthode dite aussi du « In and Out » soulève également de nombreuses critiques. Il existe trois types d’objection : d’ordre technique, politique et constitutionnel/philosophique.

28Premièrement, il semblerait techniquement complexe de départager précisément les frontières d’application territoriale de chaque loi, notamment du fait de l’implication financière que chaque dépense d’argent public pour un territoire peut avoir sur l’ensemble de la Grande-Bretagne.

29Deuxièmement, il serait politiquement problématique d’assister à un « double gouvernement » dans le cas où la majorité nationale serait différente de la majorité anglaise. Dans un tel cas de figure, sous un système d’English Votes on English Laws, nous pourrions par exemple voir s’installer un gouvernement travailliste pour la Grande-Bretagne puis un gouvernement conservateur pour l’Angleterre. Considérant la prépondérance de cette nation au sein de l’union, cela pourrait s’avérer impraticable.

30Troisièmement, il semble constitutionnellement et philosophiquement difficile de bouleverser le rôle traditionnel du député britannique. Ce dernier a en charge l’intérêt de la nation britannique dans son ensemble et non d’un territoire particulier.

31Cette critique semble pourtant déjà dépassée en quelque sorte puisque la dévolution porte dorénavant atteinte à l’intégrité du principe parlementaire britannique en ôtant aux députés la possibilité automatique de se prononcer sur les domaines dévolus. Cependant, le Parti conservateur, inquiet, commençait à écouter ces objections et vouloir les prendre en compte. Aussi chargeait-il sa « Democracy Task Force », ayant pour but de réfléchir aux moyens de restaurer la foi en la démocratie, de se prononcer également sur une solution viable à la « question anglaise ».

  • 14  Kenneth, Clarke (Chairman) et Conservative Democracy Task Force, Answering the West Lothian Questi (...)

32Son rapport publié en juillet 200814 considère que le Royaume-Uni est effectivement en état de fragilité et qu’il faut trouver une solution à la « question » qui ne contribuerait pas en elle-même au risque de désintégration de la Grande-Bretagne. Le rapport rejette les objections de type technique, considérant qu’il serait totalement possible de séparer territorialement une loi. Il rejette également les objections de type philosophique, l’acte de dévolution ayant déjà créé un système asymétrique à différents types de députés (MPs, MSPs …) remettant en cause le principe « d’intégralité » des députés de Westminster. Cependant la Democracy Task Force considère comme pertinente l’objection politique soulevant le problème d’une configuration où un gouvernement britannique d’une couleur politique se retrouverait confronté à une majorité de députés anglais d’une autre couleur. C’est précisément dans le but d’éviter cet éventuel « double gouvernement » que la Democracy Task Force proposait une version modifiée de l’English Votes on English Laws.

  • 15  Kenneth, Clarke (Chairman) et Conservative Democracy Task Force, Ibid., p. 1

33Dans cette nouvelle version, les députés anglais ne se prononceraient « seuls » que durant les « Committee Stage » et « Report Stage », donc entre la deuxième et troisième lecture. Ce serait lors de la troisième lecture qu’interviendrait la principale modification à la version classique de l’English Votes on English Laws puisqu’à ce stade tous les députés pourraient se prononcer. Lors de cette étape, plus aucun amendement ne serait possible, ainsi la Chambre des Communes devrait accepter dans son ensemble l’intégralité du texte de loi tel qu’amendé par les seuls députés anglais lors des étapes précédentes, ou bien le refuser. Cette variante du « in and out » classique entendait protéger le gouvernement britannique en cas de « double gouvernement » de l’éventualité de se voir imposer une loi par l’Angleterre. « Le gouvernement britannique serait alors en mesure de protéger ses intérêts grâce à quelque chose de très similaire à un veto présidentiel »15

34Après cette analyse des différents facteurs de tension territoriale à Westminster et de la situation de l’Angleterre au sein de la dévolution, nous pouvons à présent tenter de donner une interprétation quant à l’apparition d’un nouveau nationalisme anglais. Il nous paraît à ce stade trop réducteur de considérer que tous les partisans d’une réponse constitutionnelle à l’English Question ne seraient motivés que par une crainte d’une éventuelle dislocation de l’union. Bien que, pour un grand nombre de conservateurs, une telle mesure n’aurait que cet objectif, il nous semble probable que pour d’autres, proposer l’English Votes on English Laws résulterait d’une dynamique nationaliste tentant de donner une projection constitutionnelle à un sentiment d’ « Englishness » (anglicité) bien affirmé. À cette fin, ils tentent de se défendre face à une injustice qui aurait été faite à la nation anglaise suite à l’asymétrie issue de la dévolution.

35La dévolution semblerait donc à la base d’un ressentiment déclencheur d’une expression réformiste nationaliste, bien que minime, au sein du Parti conservateur. Et ici, tout comme dans l’histoire des mouvements nationalistes écossais ou gallois, les réformistes déçus par le manque de garanties de défense de leur nation de la part des partis de gouvernement initieront, par l’intermédiaire de groupes de pression inter partisans, la création de partis politiques. En Angleterre, le groupe de pression s’appellera « Campaign for an English Parliament » et le parti nationaliste « English Democrats Party ». Leur cause sera de défendre une option constitutionnelle alternative : celle d’un Parlement anglais.

Une option constitutionnelle alternative : un Parlement Anglais ou l’autonomisme

36Le nationalisme anglais émergent prend donc sa source parmi les réformistes du Parti conservateur et non pas au sein d’une quelconque idéologie d’extrême droite. Déçus par le manque d’audace de la solution proposée du « English Votes on English Laws », ils initièrent avec d’autres une réflexion quant à une solution plus radicale : l’instauration d’un Parlement anglais se distinguant constitutionnellement du Parlement britannique.

  • 16  Teresa, Gorman, Intervention du 16 Janvier 1998, House of Commons Hansard Debates, 16 Jan 1998 : C (...)
  • 17  Arthur, Aughey, op.cit., p. 195.

37Dès janvier 1998, une députée conservatrice, Teresa Gorman, proposait à la Chambre des communes une loi à ce sujet16. Vite rejetée, cette loi tentait de faire adopter la tenue d’un référendum populaire quant à l’instauration d’un Parlement anglais. Ce dernier se réunirait quelques jours de la semaine à Westminster, faisant du Parlement britannique un double parlement, tantôt anglais tantôt britannique17.

  • 18  Scilla, Cullen, Campaign for an English Parliament, The Struggle for England, document interne de (...)

38Cette option, non soutenue par les partis de gouvernement, avait pourtant quelques admirateurs. Ils fondaient la même année le groupe de pression Campaign for an English Parliament18.

  • 19 Ibidem.

39Leurs revendications visent l’obtention d’un parlement et d’un gouvernement proprement anglais en réponse à l’asymétrie de la dévolution. Ici, le critère ethnique fut immédiatement écarté pour éviter tout risque de confusion avec l’extrême droite19. Le Parlement et l’exécutif anglais se devront de représenter la nation anglaise uniquement sur des critères de résidence et non de nationalité ou d’ethnie, contrairement à ce à quoi pourraient être favorables des groupuscules d’extrême droite tel l’England First Party.

  • 20 Ibidem.
  • 21 Campaign for an English Parliament, Devolution Ten Years On. The View from England. Submission To T (...)

40Bien qu’initialement issu des rangs conservateurs, le groupe de pression, sous le statut d’association à but non lucratif, se veut totalement indépendant et ne possède aucune affiliation politique. Il ne véhicule aucune idéologie et n’a comme principale activité que de démarcher les trois principaux partis de gouvernement (conservateurs, libéraux démocrates et travaillistes), notamment en marge de leur conférence annuelle. L’activité du C.E.P s’intensifia à partir de 2002 lorsque les travaillistes commencèrent à proposer leur projet de régionalisation de l’Angleterre. Aux yeux du groupe de pression, les régions anglaises ne sont que des constructions abstraites du XXe siècle n’ayant aucun rapport avec l’unité historique de la nation anglaise ni son système local traditionnel de « Shire ». Entre l’English Votes on English Laws des conservateurs et la régionalisation des travaillistes, la question anglaise prit de l’ampleur médiatique et les conférences organisées par le C.E.P attirèrent l’attention. Au fur et à mesure de la campagne, plusieurs noms rejoignirent le groupe jusqu’à ce qu’en 2006 soit lancé l’English Constitutional Convention20, présidée par Kenyon Wright, ancien président de la Scottish Constitutional Convention et ayant œuvré entre 1989 et 1999 pour l’obtention d’un Parlement écossais. Le C.E.P fut également invité à soumettre un rapport à la fameuse Calman Commission sur le fonctionnement de la dévolution21.

41Dans cette contribution furent détaillées précisément les critiques adressées au fonctionnement de la dévolution. Elles sont de deux types. Tout d’abord culturelles : ici la culture anglaise est considérée comme étant victime d’une submersion forcée dans la culture britannique, ce qui n’aurait plus aucun sens à l’heure des identités nationales périphériques. En deuxième lieu, les critiques de type politique où sont condamnées les inégalités de traitement entre les nations de Grande-Bretagne. L’Écosse et le pays de Galles possèdent des avantages sociaux que l’Angleterre ne connaît pas. Par exemple, le système universitaire écossais est gratuit et les Gallois possèdent un régime de santé plus avantageux. La solution à ces deux types d’injustice serait bien entendu l’instauration d’un Parlement anglais où la seule nation oubliée de la dévolution pourrait défendre ses intérêts culturels et sociaux à l’intérieur de ce qui s’apparenterait à une fédération britannique.

  • 22  John, Curtice, « What the people say – if anything », dans Robert, Hazell (dir.), The English Ques (...)

42Pour le moment, cette option, bien qu’ayant été reprise médiatiquement, ne connaît pas le succès politique escompté. Il faut dire qu’elle ne bénéficie pas d’un véritable soutien populaire. Dans un article de 200622, John Curtice ne trouve qu’une moyenne de 17,2 % de soutien pour cette solution sur cinq ans et démontre que plus de 50 % des Anglais ne souhaitent aucun changement constitutionnel. Il est donc peu étonnant qu’aucun des grands partis de gouvernement ne souhaite s’aventurer à proposer une telle option. De plus une autre question se pose : l’asymétrie serait-elle réellement résolue par l’établissement d’un Parlement anglais ?

  • 23  Certains pourraient ici se poser la question d’une division de l’Angleterre en plusieurs « États f (...)

43Car, bien que cela résoudrait le problème de l’ingérence des nations celtiques dans la vie politique anglaise, il ne va pas de soi que l’asymétrie constitutionnelle en serait diminuée. Bien au contraire, un parlement représentant l’Angleterre représenterait environ 80 % de la population britannique. Ici, son poids serait considérable par rapport aux autres assemblées et parlements de l’éventuelle fédération. Pourtant, l’une des règles fondamentales du fédéralisme serait de conserver un relatif équilibre entre les états fédérés. On peut sérieusement se demander si une fédération où l’une des composantes représente 80 % de sa population ne serait pas vouée à l’échec23. Ou, pour formuler ceci plus clairement, militer pour un Parlement anglais n’équivaudrait-il pas à militer pour un gradualisme se dirigeant vers une indépendance pure et simple de l’Angleterre ?

44Bien que cela ne soit pas le but officiel du C.E.P, il l’est toutefois pour certains partisans de cette option. C’est ici précisément que se situe le point de transition entre le réformisme, soit du parti conservateur, soit du C.E.P, et l’English Democrats Party.

  • 24  Robin, Tillbrook, Entretien avec l’auteur, en date du 26/01/2009.

45Robin Tillbrook, un notaire et militant conservateur, décida de s’affranchir des inconvénients inhérents à un groupe de pression — à savoir être tributaires du bon vouloir des partis de gouvernement — en créant son propre parti politique. Déçu par le manque de succès des campagnes du C.E.P, il entreprit dès 2001 la création de l’English National Party24. Il s’agissait surtout, avec la création de ce petit parti aux buts initialement assez flous, de démarrer un processus permettant de s’affranchir des obstacles que rencontrait le C.E.P, c’est-à-dire devoir convaincre les partis déjà existants d’adopter une solution vivement critiquée par les politologues et à laquelle les sondages d’opinion n’étaient pas favorables. Ici, avec un parti à part entière, il n’y aurait plus d’intermédiaire entre les partisans d’un Parlement anglais et le peuple. Cependant, ceci impliquait d’établir un parti politique, c’est-à-dire d’élaborer un véritable programme électoral et surtout de se présenter à des élections.

  • 25 Ibidem.

46Durant un an sous le couvert de l’English National Party, Robin Tillbrook rapprocha, sous un même toit, divers groupes et individus partageant les mêmes préoccupations et objectifs, puis, en août 2002, lançait officiellement à l’Imperial College de Londres l’English Democrats Party25. Il était prohibé d’être membre d’autres organisations politiques et un programme électoral, qui serait soumis à validation annuelle par vote des militants, fut adopté. Notons que, dès le départ, furent exclus les membres « racistes » qui avaient tenté d’approcher le mouvement du temps de l’English National Party. D’ailleurs, le changement de nom pour English Democrats Party fut choisi pour lever toute suspicion d’appartenir à la mouvance d’extrême droite, dont les noms de partis mettent toujours l’accent sur l’adjectif « national ».

47Cette valeur fondatrice revêt une importance particulière puisqu’elle nous permet d’opérer dès le départ une séparation entre les autres partis nationalistes d’Angleterre et le nouveau parti. Nous sommes bien ici dans la même lignée nationaliste que le C.E.P. Il ne s’agit aucunement d’un parti d’extrême droite anti système, mais d’une évolution du réformisme du C.E.P.

  • 26  English Democrats, Manisfesto and Constitution of the English Democrats, Document interne, version (...)
  • 27  Robin, Tillbrook, op.cit.

48Le parti réitérera les mêmes craintes et solutions proposées par le groupe de pression, tout en se devant d’ajouter à cela un véritable programme politique. Sur ce point, contrairement aux partis nationalistes écossais ou gallois ayant adopté depuis les années 70 une idéologie de gauche (centre gauche aujourd’hui pour le S.N.P), il est très difficile de donner une couleur politique à l’English Democrats Party. Eurosceptique, strict face à l’immigration et protectionniste, il pourrait être qualifié de droite. Cependant, d’autres mesures comme la gratuité des services publics, l’éducation et la formation tout au long de la vie, la nationalisation de nombreux secteurs comme les transports ou la prise de position en faveur d’une économie mixte sont autant de mesures de « gauche »26. Le parti aura même été un temps en faveur de la légalisation du cannabis27.

49Dès lors, le parti n’est pour le moment pas classifiable sur un axe gauche — droite mais ce qu’il est important de constater est qu’il l’est sur un axe « autonomiste gradualiste — indépendantiste pur et dur ».

  • 28  English Democrats, op.cit.

50Pour ces nationalistes, il s’agit de militer principalement pour l’élection de députés à Westminster dans le but de voter la tenue d’un référendum sur la création d’un Parlement anglais28. La question de l’indépendance totale ou dans le cadre d’une confédération ne se poserait que plus tard, si le besoin s’en faisait éventuellement sentir. Nous ne sommes donc pas en présence d’une optique radicale, visant à entamer une procédure d’indépendance sans même passer par la case référendum dès l’éventuelle (et peu probable) élection d’une majorité anglaise séparatiste. Ainsi, le parti se range sur la gauche de l’axe « autonomiste gradualiste – indépendantiste pur et dur ».

51Le deuxième apport du mouvement nationaliste au réformisme du C.E.P est l’ambition électorale. Il s’agit de s’affranchir des filtres des partis politiques existants. Il va sans dire qu’en tant que parti débutant, il n’est pas réaliste d’espérer pouvoir se présenter dans toutes les circonscriptions pour toutes les élections. C’est en 2003, lors d’élections locales, que le parti présenta son premier candidat. Il s’agissait d’Alan Crowd qui, avec 123 voix sur 1535, arriva dernier sur quatre dans le canton de Westheath29.

  • 30  « European Election United Kingdom Results », BBC News, 14/06/2004, consultable en ligne à : http: (...)
  • 31  Robin, Tillbrook, op.cit.

52Le premier véritable effort électoral eut lieu, quant à lui, lors des élections européennes de 2004 où le parti se présentait à cinq des neuf euro-circonscriptions d’Angleterre, cela dans une désorganisation certaine. La campagne n’aura d’ailleurs consisté principalement qu’en un militantisme sur Internet et le score final fut de 0,8 % sans voir l’élection d’aucun député30. Toutefois, c’est à partir de cette première tentative électorale que le parti commença à enregistrer une augmentation d’adhésions. Aujourd’hui les English Democrats compteraient environ 2300 membres31 ce qui n’est pas négligeable pour un petit parti régionaliste de Grande-Bretagne (par comparaison, le traditionnel Parti national écossais compterait environ 15 000 membres).

  • 32  Heather, Blanshard, St John Ward. Declaration of result of poll, Crowborough Town Council, 24/11/2 (...)
  • 33  « O’Connor halts mayoral campaign », BBC News, 25/04/2008, consultable en ligne à : http://news.bb (...)
  • 34  En 2008, une nouvelle réglementation interdisait aux journalistes politiques de se présenter à des (...)

53C’est en 2005 que le parti verra son premier élu au poste de conseiller municipal pour le Crowborough Town Council32. Il faudra par la suite attendre 2008, après plusieurs petites élections locales et une élection générale catastrophique, pour atteindre le deuxième grand moment électoral des English Democrats : l’élection pour l’Assemblée et celle du maire de Londres. Ici, les résultats furent faibles mais le coup médiatique réussi puisque le candidat sélectionné pour le poste de maire n’était autre que Matt O’Connor, célèbre fondateur d’un des groupes de pression les plus populaires de Grande-Bretagne « Father 4 Justice ». En soi, sa candidature attirait déjà l’attention, mais ce sera sans compter sur son énigmatique retrait une semaine avant les élections33. Ceci laissait le parti sans candidat et dans l’impossibilité d’en présenter un autre. Les bulletins de vote déjà imprimés demeuraient au nom de Matt O’Connor. Cette campagne électorale rocambolesque, qui avait vu également l’abandon forcé d’un premier candidat — le célèbre journaliste provocateur Garry Bushell, pour des raisons déontologiques34 —, aura au moins eu le mérite de faire parler du nouveau petit parti anglais dans les médias.

  • 35  « European Election 2009 : UK results », BBC News, 08/06/2009, consultable en ligne à : http://new (...)
  • 36  Celia, Paul, « English Democrat is new Mayor of Doncaster », The Independent, 05/06/2009.

54Les English Democrats semblent également avoir acquis une plus grande maîtrise de l’organisation électorale, ce qui sera démontré lors des élections européennes de juin 2009 où le parti se présentait à toutes les euro-circonscriptions anglaises. Avec seulement 1,8 % des votes britanniques, il réussit toutefois à enregistrer une augmentation de 1 % par rapport aux élections européennes de 2004 et obtint le plus haut score parmi les partis n’ayant élu aucun eurodéputé35. En outre, le même jour, alors que se tenaient également quelques élections locales et municipales en Angleterre, les English Democrats assistaient à l’élection de leur candidat Peter Davies au poste de maire de Doncaster36.

55Malgré de faibles résultats électoraux, les English Democrats démontrent ainsi une persistance dans leur volonté électorale et une présence quasi continue sur la scène politique anglaise. Avec, de plus, une organisation à chaque fois plus professionnelle et un programme électoral entier, nous pouvons considérer qu’ils ont réussi leur pari d’établir un véritable parti politique, bien que celui-ci demeure à la marge du paysage politique britannique.

Conclusion

56Au terme de cette analyse, nous pouvons considérer que le nouveau nationalisme anglais naît à la fin des années 90 suite à un sentiment d’injustice, suscité par l’asymétrie créée par la réforme constitutionnelle de « dévolution », chez certains conservateurs des circonscriptions anglaises. Selon eux, la dévolution qui organisait dès 1997 une mesure d’autonomie législative pour l’Écosse et le pays de Galles créait une asymétrie anormale dans le système de Westminster et portait ainsi préjudice à la nation anglaise. Dès lors, se forma au sein du Parti conservateur une frange réformiste souhaitant préserver l’union de la dangerosité d’une telle asymétrie. Mais, suite à plusieurs exemples de tensions territoriales négatives pour l’Angleterre, la solution de l’English Votes on English Laws, proposée par les conservateurs, n’a plus satisfait une faible minorité de partisans d’une solution plus radicale. Ils formèrent le groupe de pression Campaign for an English Parliament dans le but de militer pour l’obtention d’un Parlement anglais. Ce groupe jouera le rôle de transition entre un réformisme souhaitant passer par le cadre des partis politiques de gouvernement et la renaissance d’une frange nationaliste, souhaitant s’affranchir du filtre des partis stato-nationaux pour faire « revivre » les droits de la nation anglaise. En l’espace de moins de dix ans apparaissait une nouvelle mouvance ainsi qu’un nouveau parti nationaliste sur la scène politique anglaise. La caractéristique de ce nouveau mouvement est de ne pas être issu d’une volonté de défendre la nation face à une menace d’ordre ethnique, avec toute la thématique nationaliste d’extrême droite que cela sous-entendrait, mais d’une menace constitutionnelle et politique.

57A l’issue de cet article sur l’origine du nationalisme autonomiste anglais, il est bon de préciser que notre intention n’a en aucun cas été de rédiger un article de sociologie politique (choix d’une méthode précise d’analyse sociologique, éventuellement analyse de discours, voire analyse sociographique etc.). Il s’agit ici de proposer une réflexion, une interprétation de politiste sur l’origine d’un mouvement nationaliste anglais. Dès lors, chacun est libre de ne pas adhérer à la démonstration ni même aux conclusions avancées. Nous espérons que cet article contribuera à soulever les questionnements nécessaires qui permettront à terme de compléter l’étendue des connaissances sur un sujet encore peu traité. Pour notre part, il pourrait être intéressant et souhaitable de mener d’autres recherches axées cette fois plus précisément sur l’idéologie et l’orientation politique de ce mouvement. Nous avons brièvement observé que le programme politique des English Democrats ne semble à première vue ne s’orienter ni vers la gauche ni vers la droite, mais pourrait-on constater, dans la durée, une évolution du programme (révisé et voté chaque année par les militants) vers une couleur politique plus qu’une autre ? Le parti pourrait-il, sous couvert de n’être ni de gauche ni de droite, se diriger lentement vers une orientation plus fascisante, une forte intervention de l’état dans la sphère sociale et économique, couplée à des thématiques plus droitières, notamment sur le plan des mœurs, étant l’une des caractéristiques du fascisme ?  

58Cette question pourrait s’avérer intéressante lorsque l’on sait que la plupart des partis autonomistes finissent fréquemment par s’orienter vers une idéologie politique secondaire à leur idéologie nationaliste/autonomiste.

Haut de page

Bibliographie

AUGHEY, Arthur. Nationalism, Devolution, and the Challenge to the United Kingdom State. London : Pluto Press, 2001.

AUGHEY, Arthur. The Politics of Englishness. Manchester : Manchester University Press, 2007.

BOGDANOR, Vernon. Devolution in the United Kingdom. Oxford : Oxford University Press, 2001.

BRYANT, Christopher G. A. The Nations of Britain. Oxford : Oxford University Press, 2006.

Campaign for an English Parliament. Devolution Ten Years On. The View from England. Submission To The Devolution Commission, document interne de Campaign for an English Parliament. August 2008.

COCHRANE, Alan. « Let’s hear it for the East Lothian Answer ». The Telegraph, 14/12/2008.

COLLS, Robert. Identity of England. Oxford : Oxford University Press, 2004.

CULLEN, Scilla. Campaign for an English Parliament, The Struggle for England, document interne de Campaign for an English Parliament. February 2009.

DIECKHOFF, Alain, et Christophe JAFFRELOT. Repenser le nationalisme. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2006.

FRISON, Danièle. Histoire constitutionnelle de la Grande-Bretagne. Paris : Ellipses Marketing, 1998.

GAY, Oonagh & Helen HOLDEN. « West Lothian Question ». Standard Note: SN/PC/02586, House of Commons. Library of the House of Commons, 18/07/2008.

GREENFELD Liah. Nationalism, Five Roads to Modernity. Cambridge, Harvard University Press, 1992.

GRICE, Andrew. « English Votes for English Laws plan by Tories ». The Independent, 01/07/2008.

HAZELL, Robert. The English Question. Manchester : Manchester University Press, 2006.

HAZELL, Robert. « The English Question ». Publius: The Journal of Federalism, volume 36, number 1, Winter 2006, pp. 37-56.

HEFFER, Simon. « A Vote For Independence ». Daily Mail, 15/05/1999.

HEFFER, Simon. Nor Shall My Sword: Reinvention of England. London : Phoenix (An Imprint Of The Orion Publishing Group Ltd ), 2000.

HENIG, Stanley. Modernizing Britain: Central, Devolved, Federal? London : The Federal Trust, 2006.

HOUGH, Dan & Charlie JEFFERY. Devolution and Electoral Politics. Manchester : Manchester University Press, 2006.

IGNAZI, Piero. Extreme Right Parties in Western Europe (Comparative Politics). Oxford : Oxford University Press, 2006.

JOHNSON, Simon. « Tam Dalyell welcomes Tory answer to West Lothian question ». The Telegraph, 09/06/2008.

JONES, George. « Baker seeks end to West Lothian question ». The Telegraph, 17/01/2006.

JONES, Bill, KAVANAGH, Dennis, MORAN, Michael, & Philip NORTON, Politics UK (6th Edition). London : Longman, 2007.

JONES, Moya. Le royaume désuni. Paris : Ellipse, 2003.

KEARNEY, Hugh. The British Isles: A History of Four Nations. Cambridge : Cambridge University Press, 2006.

KEATING, Michael. Plurinational Democracy: Stateless Nations in a Post-Sovereignty Era. Oxford : Oxford University Press, 2005.

KIRKUP, James. « Chancellor will not ban Scots MPs from English votes ». The Scotsman, 08/01/2007.

KIRKUP, James. « Scottish devolutionist wants English parliament ». The Scotsman, 23/10/2006.

LINSELL, Tony. An English Nationalism. Norfolk : Athelney, 2001.

MILLER, William. The End of British Politics?: Scots and English political behaviour in the seventies. Oxford : Clarendon, 1981.

NAIRN, Tom. Gordon Brown: Bard of Britishness. Cardiff : Institute Of Welsh Affairs, 2006.

PAXMAN, Jeremy. The English: A Portrait of a People. London : Penguin Books Ltd, 1999.

PRESTON, Peter W. Relocating England. Manchester : Manchester University Press, 2005.

ROBBINS, Keith. Great Britain: Identities, Institutions, and the Idea of Britishness. London : Longman Publishing Group, 1998.

SMITH Anthony D. Theories of Nationalism. London : Duckworth and Company Limited, 1971.

SWANSON, Ian. « SNP’s unlikely ally as English back drive for independence ». The Scotsman, 12/01/2007.

SYKES, Alan. The Radical Right in Britain: Social Imperialism to the BNP. London : Palgrave Macmillan, 2005

WARD, Paul. Britishness since 1870. London : Routledge, 2004.

WARE, Vron. Who Cares About Britishness?: A Global View of the National Identity Debate. London : Arcadia Books, 2008.

WEIGHT, Richard. Patriots: National Identity in Britain 1940-2000. London : Pan Books, 2003.

Haut de page

Notes

1  L’auteur se range dans une école de pensée considérant le nationalisme comme un processus idéologique conscient, à l’image d’auteurs comme Anthony Smith, Miroslav Hroch ou encore en France, Christophe Jaffrelot. Nous considérons que le nationalisme doit être observé avec un modèle séquentiel et comme un enchainement de phases historiques distinctes.
À la base de cette séquence (c’est-à-dire l’élément déclencheur d’un mouvement nationaliste), se trouve le « ressentiment ». C’est-à-dire une notion faisant référence à un mélange de sentiments réprimés de jalousie et de haine. Liah Greenfeld se penche précisément, en 1992, dans son ouvrage de référence Nationalism, Five Roads to Modernity, sur cet élément déclencheur du nationalisme. La compétition, le conflit, la volonté de se réformer et l’incapacité à le faire sont autant d’éléments présents dans ce modèle explicatif.
Pour plus de précisions sur les différentes phases du nationalisme en temps qu’idéologie, se référer à l’article de Christophe Jaffrelot, « Pour une théorie du nationalisme », in DIECKHOFF Alain, et JAFFRELOT Christophe, Repenser le nationalisme, Paris : Presses De La Fondation Nationale Des Sciences Politiques, 2006, pp.29 à 103

2  Vernon, Bogdanor, Devolution in the United Kingdom, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 227.

Extrait traduit de l’anglais par l’auteur.

3  Voir infra : Campaign for an English Parliament, English Democrats Party.

4  Meg, Russel et Guy, Lodge « The Government of England by Westminster », dans Robert, Hazell, The English Question, Manchester, Manchester University Press, 2006, pp. 64-95.

5  Vernon, Bogdanor, op.cit., p. 234.

6  Pour en savoir plus sur cette loi, voir le site internet de l’Office of Public Sector Information, consultable en ligne à : http://www.opsi.gov.uk/acts/acts2003/ukpga_20030043_en_1, consulté le 02/02/2009.

7  Meg, Russel et Guy, Lodge, op.cit., p. 72.

8  Pour en savoir plus sur cette loi, voir le site Internet de l’Office of Public Sector Information, consultable en ligne à : http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200304/cmbills/035/2004035.htm, consulté le 02/02/2009.

9  RUSSEL Meg et LODGE Guy, op.cit., p. 72.

10 Ibid., p. 93.

11  Arthur, Aughey, The Politics of Englishness, Manchester, Manchester University Press, 2007, p. 192

12 Conservative Party Manifesto, Londres, Conservative Party, 2001, pp. 45-46.

13  Philip, Norton (Chairman), The Report of the Commission to Strengthen Parliament, Londres, Conservative Party, July 2000, p. 24, consultable en fichier pdf en ligne à : http://www.conservatives.com/pdf/norton.pdf, consulté le 15/02/2009

Extrait traduit de l’anglais par l’auteur.

14  Kenneth, Clarke (Chairman) et Conservative Democracy Task Force, Answering the West Lothian Question, Londres, Conservative Party, juillet 2008, consultable à : http://www.toque.co.uk/witan/docs/DTF_Answering_the_Question.pdf, consulté le 11/04/2010.

15  Kenneth, Clarke (Chairman) et Conservative Democracy Task Force, Ibid., p. 1

Traduit de l’anglais par l’auteur.

16  Teresa, Gorman, Intervention du 16 Janvier 1998, House of Commons Hansard Debates, 16 Jan 1998 : Column 589, House of Commons Publications and Records

17  Arthur, Aughey, op.cit., p. 195.

18  Scilla, Cullen, Campaign for an English Parliament, The Struggle for England, document interne de Campaign for an English Parliament, février 2009.

19 Ibidem.

20 Ibidem.

21 Campaign for an English Parliament, Devolution Ten Years On. The View from England. Submission To The Devolution Commission, document interne de Campaign for an English Parliament, août 2008.

22  John, Curtice, « What the people say – if anything », dans Robert, Hazell (dir.), The English Question, Manchester, Manchester University Press, 2006, pp. 119-139.

23  Certains pourraient ici se poser la question d’une division de l’Angleterre en plusieurs « États fédérés », ce qui créerait éventuellement une fédération de Grande-Bretagne. Outre le fait que la majorité des Anglais ne souhaite aucun changement constitutionnel (voir supra), au moins deux obstacles majeurs nous semblent rendre utopique cette idée, par ailleurs peu défendue. Pour établir une fédération, il est constitutionnellement nécessaire de posséder une chambre haute fédérale représentant équitablement, voire égalitairement, les différentes entités fédérées. Il semble difficile d’imaginer une telle réforme de la Chambre des Lords, à l’image du Sénat américain ou du Bundesrat allemand. Deuxièmement, il faudrait harmoniser les compétences des différentes entités fédérées. Par exemple, les mêmes compétences pour chacun des « États » que pour le Parlement d’Écosse. Il nous semble ici également utopique d’imaginer un tel bouleversement constitutionnel alors que la demande n’y est pas.
Dans le cas où il ne s’agirait pas d’établir une véritable fédération, au sens strict du terme (chambre haute, constitution fédérale...) mais une régionalisation, c’est-à-dire une division de l’Angleterre en différentes régions dévolues et aux compétences non harmonisées avec le pays de Galles et l’Écosse, il nous semble que les enseignements de l’échec du projet de régionalisation de John Prescott (se soldant en 2004 par un échec lors du référendum en vue de l’instauration d’une assemblée régionale dans la région Nord-Est de l’Angleterre) nous révèlent l’ampleur des difficultés et obstacles que soulèverait une telle option généralisée. (Sur ce sujet voir notamment TEWDWR-JONES Mark et ALLMENDINGER Philip, Territory, Identity and Spatial Planning, Spatial governance in a fragmented nation, Londres et New York, Routledge, 2006.)

24  Robin, Tillbrook, Entretien avec l’auteur, en date du 26/01/2009.

25 Ibidem.

26  English Democrats, Manisfesto and Constitution of the English Democrats, Document interne, version 2008.

27  Robin, Tillbrook, op.cit.

28  English Democrats, op.cit.

29  Rushmoor Borough council, site internet, consultable en ligne à : http://www.rushmoor.gov.uk/index.cfm?articleid=737, consulté le 16/04/2010.

30  « European Election United Kingdom Results », BBC News, 14/06/2004, consultable en ligne à : http://news.bbc.co.uk/1/shared/bsp/hi/vote2004/euro_uk/html/front.stm, consulté le 16/04/2010.

31  Robin, Tillbrook, op.cit.

32  Heather, Blanshard, St John Ward. Declaration of result of poll, Crowborough Town Council, 24/11/2005.

33  « O’Connor halts mayoral campaign », BBC News, 25/04/2008, consultable en ligne à : http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk_politics/7366662.stm, consulté le 16/04/2010.

34  En 2008, une nouvelle réglementation interdisait aux journalistes politiques de se présenter à des élections, à moins d’abandonner leurs fonctions dans la presse politique.

35  « European Election 2009 : UK results », BBC News, 08/06/2009, consultable en ligne à : http://news.bbc.co.uk/2/shared/bsp/hi/elections/euro/09/html/ukregion_999999.stm, consulté le 16/04/2010.

36  Celia, Paul, « English Democrat is new Mayor of Doncaster », The Independent, 05/06/2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude BARBANTI, « The English Democrats Party ou l’émergence d’une nouvelle mouvance : le nationalisme autonomiste anglais », E-rea [En ligne], 8.2 | 2011, mis en ligne le 28 mars 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1615 ; DOI : 10.4000/erea.1615

Haut de page

Auteur

Claude BARBANTI

Claude Barbanti est docteur en science politique de l’Université de Nice Sophia-Antipolis (Équipe de Recherches sur les Mutations de l’Europe et de ses Sociétés [E.R.M.E.S, EA 1198]). Durant trois ans il a mené ses recherches doctorales, conjointement entre l’université de Nice et de Dundee (Écosse), sur les différents types de mouvements nationalistes présents en Grande-Bretagne. Il enseigne actuellement la politique britannique à l’université de Dundee.
Ses principaux domaines de recherche sont le nationalisme, les mouvements séparatistes, la politique britannique et la politique écossaise.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals