Navigation – Plan du site
Recensions

Florence March : Relations théâtrales

Alexandra POULAIN
Référence(s) :

Florence MARCH. Relations théâtrales. Montpellier, Editions l’Entretemps, coll. « Les points dans les poches », 90 p., 8€, 2010. ISBN 978-2-35539-124-8.

Texte intégral

1Drôle d’objet que ce petit livre qui réunit des textes d’abord publiés sur le blog de Florence March, où elle relate d’une plume alerte ses expériences de spectatrice assidue de théâtre. Ces « relations théâtrales » sont donc d’abord de courts récits, parfois de simples esquisses, qui saisissent des moments vécus de théâtre. Ecrivant avec humour et sensibilité, Florence March se montre attentive au déroulé du spectacle et à tous les accidents qui en déchirent la trame, à son propre ressenti de spectatrice et aux réactions du public dont elle interroge le rôle dans la construction de l’objet théâtral. Ainsi ces « relations théâtrales » scrutent également l’ensemble des liens, complexes et mouvants, qui se tissent entre la salle et le plateau et transforment à la fois le spectateur et le spectacle.

2Le principe du livre est explicité dans une Préface ludique, retranscription d’une correspondance électronique entre l’auteur et George Banu (dont les réflexions théoriques et les formules percutantes émaillent ensuite les textes de Florence March), puis dans une courte introduction qui fait parfois double emploi avec la Préface, et qui s’intitule un peu trompeusement « Pour une poétique de la relation théâtrale ». En réalité, les textes qui sont réunis ici ne visent pas élaborer une « poétique », ce qui suggérerait un mouvement de théorisation beaucoup plus approfondi, mais à recueillir, au fil des spectacles vus, quelques moments saillants de « l’expérience spectatorielle ». George Banu parle très justement d’un « carnet de croquis », et c’est précisément la relative modestie de l’entreprise qui en fait l’originalité et la saveur. Si certains des textes de Florence March sont esquissés à traits si légers qu’ils perdent parfois leur consistance (ainsi le texte sur le Naître de Bond mis en scène par Françon, qui suggère de façon répétée une violence insoutenable faite au spectateur mais s’abstient d’en préciser la teneur), la plupart offre des aperçus fugaces mais saisissants de la substance même du théâtre, dont l’auteur réaffirme à plusieurs reprise qu’il est avant tout spectacle vivant.  

3Les spectacles « croqués » ici, vus pour la plupart dans le cadre du festival d’Avignon, sont de tous les ordres : depuis le Hamlet d’Ostermeier dans la Cour d’honneur du Palais des Papes au dispositif multimédia des Tragédies romaines imaginées par le Tonnelgroep d’Amsterdam, en passant par une comédie musicale pour jeune public, jusqu’aux étranges « JT » (« Journaux théâtraux ») mis à l’épreuve par un collectif d’artistes à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, le théâtre contemporain est convoqué sous ses formes les plus diverses. Florence March poursuit l’investigation au-delà de l’aire de jeu et consacre un texte stimulant, bien que trop allusif, à la démarche novatrice du « Groupe Miroir », collectif de festivaliers d’Avignon qui interrogent, à rebours de la doxa, leur influence de spectateurs sur le processus de création artistique.

4Les trois derniers textes, qui interrogent tous la notion de clôture du spectacle depuis le point de vue de la relation entre scène et salle, montrent avec force comment l’approche d’une question théorique classique (celle de l’excipit) peut être renouvelée et enrichie par un changement de perspective. Ceci vaut pour l’ensemble des questions soulevées dans ce volume dont on termine la lecture convaincu que la « relation théâtrale » est une clé de lecture décisive pour l’analyse des spectacles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra POULAIN, « Florence March : Relations théâtrales », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1969

Haut de page

Auteur

Alexandra POULAIN

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals