Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Michel Ganteau et Christine Reynier (eds) : Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature

Jean-Christophe MURAT
Référence(s) :

Jean-Michel GANTEAU et Christine REYNIER (eds). Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature. Montpellier, Presses Universtitaires de la Méditerranée, collection “Present Perfect”, vol. 5, 304 p., 25 €, 2010. ISBN 978-284269-890-44.

Texte intégral

1Lancée en 2005, la collection « Present Perfect » s’est donnée pour objet de recherche la littérature, la culture et les arts britanniques modernes et contemporains. Les ouvrages, publiés par les Presses Universitaires de la Méditerranée, se composent alternativement de recueils d’articles et de monographies articulés autour de thèmes précis. C’est ainsi qu’en 2005 et 2006, la collection, dirigée par Jean-Michel Ganteau et Christine Reynier, professeurs au Département d’Etudes Anglophones de l’Université Paul-Valéry (Montpellier III), a publié deux recueils d’articles sur le thème Impersonality and Emotion, ou qu’en 2008 paraissait Virginia Woolf et les écritures du moi de Frédérique Amselle, suivi par La défamiliarisation linguistique dans le roman anglais de Sandrine Sorlin en 2010. Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature, publié au 2ème semestre 2010, constitue le volume 5 de « Present Perfect ». Il convient d’emblée de souligner l’ambition et le souci d’exhaustivité de cet ouvrage, qui réunit un nombre important d’articles rédigés dans le cadre de deux colloques successifs organisés à l’Université Paul-Valéry en 2007 et 2008. Le premier de ces colloques portait sur la littérature britannique moderniste, tandis que le second s’intéressait à la littérature contemporaine. Cette double approche historique apparaît clairement dans la table des matières de l’ouvrage : les treize premiers articles analysent les écrits fictionnels ou non fictionnels d’auteurs en activité entre les années 1880 et les années 1940 ; les onze suivants portent sur ce que l’on a coutume de nommer la littérature postmoderniste. Ce recueil d’articles est précédé d’une introduction générale par Christine Reynier et Jean-Michel Ganteau, ainsi que d’une longue analyse par Jean-Jacques Lecercle des rapports dialectiques entre autonomie et engagement, tels que les définissent T.S. Eliot, Theodor Adorno et Mikhaïl Bakhtine.

2C’est en effet de dialectique qu’il sera question tout au long de l’ouvrage. Comme le démontre brillamment Jean-Jacques Lecercle à travers l’exemple d’Adorno, la relation entre les deux concepts d’autonomie et d’engagement ne saurait se résumer à une opposition grossière entre la littérature comme tour d’ivoire et la littérature comme propagande à l’action révolutionnaire. Au contraire, la littérature politiquement engagée est suspecte dans la mesure où elle impose une lecture réactionnaire (trop explicite, trop prescriptive) et moralisatrice de la réalité ; après Auschwitz, la seule littérature utile à l’humanité est celle qui feint l’indifférence à son égard. Car même celle-ci, telle qu’elle se manifeste dans les textes de grands écrivains canoniques, n’échappe nullement à sa conjoncture historique, dont elle n’est pas le simple reflet mais une réfraction.

3Une lecture critique de chacun des vingt-cinq articles de Autonomy and Commitment serait ici longue et fastidieuse, et nous ne citerons que ceux qui ont davantage retenu notre attention, compte tenu de la part inévitable de subjectivité qui accompagne ce type de compte rendu. Si l’on tente d’abord de dégager les points de convergence de ces articles, on constate que les références les plus souvent convoquées sont Theodor Adorno (en traduction anglaise ou française) et Jacques Rancière, auteur de Politique de la littérature (Galilée, 2007) ; l’un et l’autre de ces théoriciens s’attachent à démontrer que l’art « engagé » ne consiste pas à « éduquer » le lecteur en lui faisant prendre conscience de l’état du monde sous une forme parfaitement intelligible, mais qu’une part de l’activité littéraire réside dans le choc sensoriel causé par ce qui justement résiste à la signification pleine et entière.

4Certaines des contributions offrent une analyse originale et convaincante d’auteurs canoniques, comme par exemple celle de Gulshan Taneja, qui rompt avec la lecture encore souvent formaliste de Joyce pour opposer à celle-ci le regard d’un Joyce satiriste, grand pourfendeur du nationalisme irlandais synonyme de bigoterie et d’obscurantisme. Les trois articles consacrés à Virginia Woolf ont pour point commun le souci de décentrer l’approche critique classique en évitant de parler des romans ; ils se focalisent sur les rapports polémiques entre Woolf et la critique universitaire, sur son journal intime ou encore sur certaines de ses nouvelles. Les trois auteurs des articles démontrent à quel point la vision de Woolf comme écrivain « apolitique » doit être corrigée par une lecture minutieuse de ces textes plus marginaux, et comment ceux-ci occupent une position à la fois au cœur et à la lisière de leur contexte historique.  

5En ce qui concerne le corpus plus contemporain, nous avons été frappé par l’analyse deleuzienne que fait Sandrine Sorlin des dystopies linguistiques chez Anthony Burgess et Russell Hoban. Partant d’une définition de l’idéologie par Paul Ricoeur, selon lequel « la seule manière de sortir du cercle dans lequel l’idéologie nous entraîne, c’est d’assumer une utopie […] et de juger de l’idéologie de ce point de vue », l’auteur montre comment le héros de A Clockwork Orange circule entre les différentes sphères sociolinguistiques, et comment ce faisant Burgess « minorise » l’impérialisme linguistique et politique de l’anglais standard. De façon encore plus convaincante, elle suggère que Riddley Walker, le roman de Hoban, en créant une langue de l’entre-deux, ne cherche pas à acquérir une autonomie synonyme de solipsisme, mais aspire au contraire à déployer une langue dans laquelle les rapports de force apparaissent, sans pour autant se réduire au seul modèle dominant. L’article de Jakob Winnberg sur Time’s Arrow de Martin Amis constitue à nos yeux l’un des points forts de ce recueil. L’auteur y démontre que le roman d’Amis n’est pas en lui-même un roman « engagé », mais que seule sa capacité à éveiller l’attention du lecteur donne ici un sens au concept d’engagement. Rappelant que Time’s Arrow appartient de prime abord à la catégorie des textes « scriptibles » (terme barthésien bien connu), Jakob Winnberg construit son interprétation sur l’opposition déconcertante entre le « positivisme » absurde d’un narrateur déconnecté de toute réalité mimétique et la conviction du lecteur que l’histoire de l’holocauste s’interprète tout autrement. Le narrateur commet la même erreur que l’Ange de l’Histoire de Walter Benjamin, qui tourne le dos à l’avenir tandis que la tempête projette les débris d’un avenir « paradisiaque » devant ses yeux. Il s’agit donc pour le lecteur de s’engager à utiliser la « mimesis négative » du roman pour rétablir la vérité du désastre.

6Nous terminerons ce parcours de Autonomy and Commitment par quelques critiques d’usage. Il est dommage que l’ouvrage ne comporte ni bibliographie récapitulative ni index (index des noms propres et des termes récurrents notamment). On aurait pu aussi souhaiter, pour des raisons de cohésion formelle, que les notes soient formatées de manière plus homogène d’un article à l’autre (certains utilisent les conventions MLA, d’autres non). Malgré la part de subjectivité qui accompagne ce type de remarque, nous avons par ailleurs constaté la qualité inégale des contributions : la plupart d’entre elles sont passionnantes et remarquablement écrites, d’autres, peu nombreuses, sont moins abouties et parfois rédigées dans un anglais perfectible.

7En dépit de ces réserves mineures, nous ne pouvons que louer la valeur scientifique du volume 5 de « Present Perfect », qui remplit au final les objectifs fixés par les deux directeurs de la collection : une remise en cause des catégories littéraires préétablies débouche sur la remise en cause du canon et sur les modalités de sa constitution ; l’opposition schématique entre autonomie et engagement prend à présent, à l’intérieur d’un éventail de possibilités, la forme et le discours d’une collaboration aux aspects multiples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe MURAT, « Jean-Michel Ganteau et Christine Reynier (eds) : Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature », E-rea [En ligne], 9.1 | 2011, mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/1971

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe MURAT

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals