Navigation – Plan du site

République et républicanisme chez Milton1

Christophe TOURNU

Texte intégral

  • 1  Les références se feront à Don Marion Wolfe, ed., Complete Prose Works of John Milton, vol. 7, sau (...)

1Simone Goyard-Fabre, dans son article sur la république, relève la connotation “plurielle”, mais aussi “flottante” du terme. En effet, dans un sens premier, la république désigne un régime politique, la politeia platonicienne, paradigme idéel de la Cité, ou la res populi cicéronienne, gouvernement mixte participant de l’ordre immanent de la nature. Elle en vient à s’appliquer, dans une deuxième acception, à la forme ou à l’essence de la politique lorsqu’elle se confond avec la souveraineté au XVIe siècle. “On découvre l’ébauche d’une mutation sémantique… dans l’Angleterre du XVIIe siècle”, avec Milton en particulier. S’il plaidait pour la liberté du peuple, Milton n’avait fait qu’exposer “une doctrine aristocratique”. Ce n’est qu’au moment de la Révolution française que la république finit par se rapporter à une idéologie, voire à un programme politique (Raynaud & Rials 564-8).

2Milton aurait été foncièrement républicain au sens I, lorsqu’il dit que “A commonwealth ought to be [as] one huge Christian personage” (1 : 610) ou quand il présente sa république aristoté­licienne : “Every Common-wealth is in general defin’d, a societie sufficient of it selfe, in all things conducible to well being and commodious life” (3 : 458). Elle est autarcique ; autrement dit, elle ne dépend de personne, elle est sa propre loi ; secundo, elle a de nature téléologique dans la mesure où elle vise au bonheur des citoyens. Milton parle aussi du système politique anglais, le roi-en-son Parlement, comme d’un gouvernement mixte qu’il qualifie d’idéal. Il est encore républicain, au sens II, lorsqu’il envisage la république comme un État de droit, avec le salut du peuple comme loi suprême, jusqu’à poser la suprématie de la seule Chambre des Communes. En revanche, il ne le serait pas au sens III, puisqu’il refuse l’exercice de la souveraineté par le peuple, mais qu’il la limite aux “wise and good”, à une élite vertueuse. Cependant, Milton prétend vouloir établir “a frugal and self-governing democratie”. Alors, que faut-il en penser ?

3Les Anglais, par la voix de leur Rump Parliament, avaient proclamé la République le 19 mai 1649 : “The people of England, and of all the dominions and territories thereunto belonging, (…) are hereby constituted, made, established, and confirmed, to be a Commonwealth and Free State.” (Gardiner 384-8)

4L’expression “a Commonwealth and Free State,” république | État libre, implique que dans l’esprit des contemporains de Milton, le premier mot n’est pas synonyme du second : l’État libre désigne proprement un régime anti-royaliste.

5Il convient de redessiner, dans une première partie, le schéma républicain que Milton dresse dans ses pamphlets en 1659-60 — notamment dans The Ready and Easy Way to establish a Free Commonwealth. On verra ensuite qu’il s’agit bien d’un républicanisme classique. Enfin, alors que la réflexion miltonienne doit être comprise dans le contexte d’un véritable dialogue à distance avec James Harrington, il apparaîtra qu’il se démarque de ses modèles pour poser son propre idéal républicain.

1

6Si l’on veut mieux appréhender l’originalité du schéma politique miltonien, il est essentiel de considérer les institutions politiques anglaises avant 1649, mais aussi de 1649 à 1653 ou encore de 1659 à 1660.

7Trois éléments distincts, réunis en un seul corps, composaient le système politique anglais jusqu’en 1649 : le roi, la Chambre des Communes (507 députés élus par les hommes adultes ayant un domaine rapportant au moins quarante shillings par an), la Chambre des Lords (124 pairs). Le 6 décembre 1648, le Colonel John Pride exclut manu militari 143 membres de la Chambre basse. Le 4 janvier 1649, celle-ci se déclare “the supreme power in the nation” : pour la première fois dans l’histoire de l’Angleterre, un Parlement gouverne directement, alors que l’on écarte la Chambre haute. Au début de la république, de 1649 à 1653, seuls 211 députés siègent dans le Rump Parliament. Ils seront chassés par Oliver Cromwell le 20 avril 1653. Si le Parlement représente la branche législative, il fallait encore un organe exécutif, d’où le Conseil d’Etat de 41 membres “nommé par l’Autorité du Parlement.” En 1653, avec l’Instrument of Government, il devient un organe consultatif : il ne comprend plus que 13 à 21 membres d’abord nommés par le Parlement, mais à partir de l’Humble Petition and Advice de 1657, ils sont choisis par le Protecteur lui-même.

  • 2  11 octobre 1649 / 2 janvier 1650.
  • 3  C’est une monarchie élective : en choisissant le plus méritant, “the space of a raign or two we ma (...)

8Il est inutile d’évoquer les Parlements successifs d’Oliver Cromwell puisque Milton voulait se baser sur le Rump. Après le coup d’État de deux généraux (Charles Fleetwood, John Desborough), le Parlement Croupion, rappelé le 6 mai 1659 par les officiers militaires, oblige Richard Cromwell à démissionner; il nomme un premier Committee of Safety de 7 à 11 membres jusqu’à la constitution d’un nouveau Conseil d’État le 19 mai 1659. Le Rump est de nouveau dissous par le Major-General John Lambert le 13 octobre 1659, sort partagé par le Conseil d’État douze jours plus tard (25 octobre 1659). C’est le moment que choisit Milton pour écrire A Letter to a Friend, Concerning the Ruptures of the Commonwealth (LF, 20 octobre 1659). Ensuite, il rédige les Proposals of Certain Expedients for the preventing of a civil war now feard, and the settling of a firme government (PCE, 20 oct.-26 déc. 1659). On constitue un second Committee of Safety composé de 23 membres (25 oct.-23 déc. 1659), où figurent des personnalités comme Sir Henry Vane, Edmund Ludlow ou Sir James Harrington. Sir Arthur Haselrig fait appel à d’autres généraux pour qu’ils restaurent le Rump. Suite à la désertion de son Armée, John Lambert doit céder la place au général George Monck. Le Rump est rappelé le 26 décembre 1659, comme l’est le Conseil d’État 4 jours plus tard (30 déc. 1659-25 avril 1660) ; le 18 février 1660, les secluded members sont invités à reprendre leurs sièges. La première édition de The Ready and Easy Way to establish a Free Commonwealth (REW 1, 23-29 février 1660) intervient alors que le Parlement doit élargir ses rangs à quatre cents députés : le 18, il publie la liste des qualifications requises pour l’éligibilité. Celles-ci sont jugées drastiques; le 21, Monck, commandant en chef de l’armée, retire la garde de Westminster afin que les membres exclus fin 1648 puissent reprendre leurs sièges. Sitôt arrivés, ils cassent les dispositions prises pour les élections au Parlement Convention, lequel doit se réunir le 25 avril. Voyant venir la restauration de la monarchie, Milton rédige dans la hâte The Present Means and Brief Delineation of a Free Commonwealth, easy to put in practice, and without Delay. In a Letter to general Monck (PMBD, 23 février-4 mars 1660). Là est exposé, dans la concision, un plan d’action pour que “le gouvernement d’un seul” ne soit pas réintroduit. Après avoir décidé de la tenue de nouvelles élections, le Long Parlement se dissout de son propre consentement le 16 mars 1660. Milton s’attelle à la seconde édition de The Ready and Easy Way to establish a Free Commonwealth (REW 2, 1-10 avril 1660) au lendemain de la dissolution. On a rétabli le Solemn League and Covenant (5 mars), avec son article III où le Parlement, le 25 septembre 1643, s’était engagé “with sincerity, reality, and constancy … to preserve and defend the King’s Majesty’s person and authority.” On avait annulé l’Engagement “[to] be true and faithfull to the Commonwealth of England, … without a King or House of Lords” (13 mars).2 Enfin, les Brief Notes upon a Late Sermon, entitl’d Fear God and the King, &c (10-15 avril 1660) ne valent que parce Milton, en voulant éviter le pire, invite le général Monck à prendre la couronne.3

9Ces événements chaotiques, où l’Armée interfère constamment avec le politique doivent être présents à l’esprit pour bien comprendre le sens des propositions miltoniennes. Celles-ci, en effet, sont en prise directe avec la réalité politico-militaire du moment, avec les rapports de force changeants dans le sérail gouvernemental.

  • 4  Toutefois, Milton avait lui-même condamné le Rump en 1651. Pro Populo Anglicano Defensio 4 : 537.

10Alors que le général John Lambert vient d’expulser le Rump, Milton, dans LF (324-33) stigmatise l’intervention de l’Armée dans la gestion des affaires publiques. Si, en 1649, l’Armée avait davantage mérité que les législateurs en instaurant le Rump pour que l’on puisse revendiquer les libertés anglaises face à l’absolutisme royal, en 1659, elle avait failli en renversant le Rump qu’elle avait elle-même rappelé, corps politique auquel elle devait son existence.4 Sa lettre propose une réconciliation de l’Armée avec le Parlement : “a mutuall league & oath private or publick not to desert one another till death.” (330) L’Armée, en effet, était en désaccord avec le Rump : celui-ci aurait fait preuve d’indulgence coupable dans la répression du soulèvement du colonel George Booth dans le Cheshire. On fait passer une pétition, commue sous le nom de Derby Petition. Les chefs militaires sollicitent par lettres d’autres signatures. Le 12 octobre, le Rump relève de leur commandement les officiers co-signataires de la missive. Le lendemain, son chef, John Lambert, expulse le Parlement.

11Milton en vient alors à son projet politique. Tout d’abord, il suggère la création d’“un sénat ou Conseil d’État général” chargé de la sécurité intérieure, des Affaires étrangères et du budget :

The 1st thing to be found out with all speed, without which no common wealth can subsist, must be a senate or generall Councell of State in whome [shall] be the power 1st to preserve the publick peace, next the commerce with forraigne nacons, & lastly to raise moneys for the manageing of these affairs. This must be either the parlament readmitted to sitt, or a councell of State, allowed of by the Army since they only now have the power. (329)

12Milton prend acte de ce que l’Armée détient le pouvoir de facto. Il l’invite soit à rappeler le Rump, soit à désigner elle-même le nouvel organe politique. Les personnes appelées à gouverner devront adhérer à deux principes fondamentaux : primo, il faudra qu’ils soient favorables à la liberté de conscience ; secundo, il faudra qu’ils soient hostiles au gouvernement “d’une seule personne” — roi ou Lord protector : “The termes to be stood on are Liberty of conscience to all professing Scripture the rule of their faith & worship, And the Abjuracon of a single person” (330).

13Ces deux pré-requis sont une constante chez Milton dans ses écrits républicains de 1659-60. Cependant, sur la seconde proposition, Milton greffe l’idée qu’il faudra également renoncer à une Chambre des Lords parce que sa composition dépendrait de la volonté d’une seule personne, parce qu’elle ne serait pas l’émanation de la raison publique : “against single government by any one person in chief and house of Lords.”

14Le Conseil d’État est le seul corps que Milton propose de créer dans LF. Milton n’est pas suffisamment pragmatique parce qu’il laisse en suspens la question de la durée du mandat des Conseillers : “une démocratie annuelle ou une Aristocratie perpétuelle”, à savoir si leur mandat serait d’un an ou à vie.

15Alors que l’Armée, dans sa déclaration du 20 octobre, se prononce finalement pour le rappel du Rump, le sénat miltonien désigne seulement le Rump : “That the parlament be again treated with to sitt” (336). Toutefois, son rappel est assorti de conditions : il faudra d’abord qu’il fasse voter une loi d’amnistie pour l’Armée : une clause stipule qu’il devra commissionner à vie les officiers qu’il a désavoués, mais aussi qu’il prévoie l’avancement des carrières militaires ; les Conseillers devront bien sûr adhérer aux deux principes fondamentaux de la république; le Parlement sera indissoluble — y compris par l’Armée ; ses membres siègeront à vie, “unlesse by particular faults they deserve removall”. Milton ne laisse rien au hasard : il considère l’étymologie pour dire que le Parlement sera renommé “a Grand or Supreme Counsell” parce que son nom désigne proprement le lieu où le peuple, via ses représentants, parlait avec le roi. À l’avenir, ses membres, d’abord présélectionnés par le grand Conseil, seraient ensuite élus par “the well-affected people” ou désignés par “the well-affected people”, ils seraient soumis au scrutin du grand Conseil. Si Milton hésite sur la procédure à suivre, il est évident qu’il cherche à rassurer en prévoyant un contre-pouvoir à son grand Conseil. Milton reste vague sur le nombre de Conseillers : “so many as shalbe judged sufficient to carry on the great affaires committed to them” ; il dit seulement qu’il envisage qu’ils puissent percevoir des émoluments. Le grand Conseil se voit confier de nouvelles attributions : le vote des lois, les Affaires étrangères, la levée de l’impôt, la frappe de la monnaie, “and the like which have bin formerly called regalities”(336-7). Il y ajoute le commerce dans REW 1 : “This Grand Council must have the forces by sea and land in thir power; must raise and mannage the Publick revenue, make lawes, as need requires, treat of commerce, peace, or war with forein nations” (368). Cependant, Milton est amené à circonscrire l’action de son grand Conseil perpétuel des hommes les plus capables [“a general Councel of ablest men” (368 ; 432)] parce qu’il se rend bien compte que les républicains ne pouvaient que s’en défier : aussi, dès PMBD (392-5), alors que Monck marche sur Londres à l’invitation du Rump, Milton prend-il le soin de placer des instances de contrôle à plusieurs niveaux :

the Grand or General Council of the Nation: whose Office must be, with due Caution, to dispose of forces, both by Sea and Land, under the conduct of your Excellency, for the preservation of Peace, both at home and abroad; must raise and manage the publick Revenue, but with provided inspection of thir Accompts; must administer all forein Affairs, make all general Laws, Peace, or War, but not without the Assent of the standing Council in each City, or such other general Assembly as may be call’d on such occasion, from the whole Territory, where they may without much trouble, deliberate on all things fully, and send up thir Suffrages within a set time, by Deputies appointed.” (393-4)

16Milton est foncièrement irréaliste puisqu’il prévoit que le grand Conseil ne puisse agir en matière de politique extérieure s’il n’a pas l’aval du conseil municipal de chacune des villes de sa république. Il pose encore des garde-fou dans REW 2 :

  • 5  Les éléments barrés sont supprimés par Milton dans la 2e édition ; en italiques, les ajouts à la p (...)

They must have the forces by sea and land in thir power committed to them for preservation of the common peace and libertie; must raise and mannage the Publick revenue, at least with som inspectors deputed for satisfaction of the people, how it is imploid; must make or propose, … civil laws, as need requires, treat of commerce, peace, or war with forein nations.” (368; 432-3)5

  • 6  À ne pas confondre avec le “Conseil d’État” qu’il proposait dans LF.
  • 7  C’est le cas du second Conseil d’État restauré le 30 décembre 1659.

17Surtout, il pose le principe fondamental qu’il avait fait valoir à l’encontre de la royauté de 1649 : comme le roi, son élite du savoir-faire politique serait seulement dépositaire de la souveraineté du peuple ; le peuple aurait seulement délégué, il n’aurait pas transféré sa souveraineté au grand Conseil (432). À partir de PCE, Milton recommande que le grand Conseil désigne parmi ses membres ou au dehors un organe exécutif, le Conseil d’État,6 comme en 1649-53 : “That the supreme councell chuse out of their owne number and to them … some others of eminent ability, to be a councell of State” (338), ce qu’il développe davantage dans REW : “And for the carrying on som particular affairs of State with more secrecie and expedition, must elect, as they have already out of thir own number and others, a Councel of State” (368 ; 433). Le Conseil d’État auquel Milton songe est l’organe de 31 membres institué par le Parlement le 7 février 1649, jour de l’abolition de la monarchie. Tant que l’Armée est en position de force, Milton penche en faveur du Comité de Sûreté ; quand l’Armée est en proie aux factions à cause de “l’ambition de quelques-uns”, Milton penche pour un Conseil d’État d’où les militaires seraient exclus.7Milton ne le mentionne pas dans PMBD, puisqu’il existe de fait ; la seule question d’importance est la constitution d’un sénat.

18La clause 9 de PCE, en stipulant “que les deux conseils s’occupent le moins possible de l’exécution des lois”, charge qu’il convient de confier à plusieurs magistrats élus (338), confirme les doutes de Milton sur le bien-fondé d’un exécutif national.

2

  • 8  “but in my opinion better nothing mov’d, unless by death or just accusation” (REW 1 : 370).

19Afin de limiter le pouvoir du grand Conseil, Milton concède encore son renouvellement partiel : “The known Expedient may at length be us’d, of a partial Rotation” (395). Tous les 2 ou 3 ans, dit-il dans REW1, quelque cent Conseillers, sur les 300 ou plus que compterait le Sénat, seraient invités à partir par simple tirage au sort ou par le vote de l’assemblée (369-70). Là encore, Milton n’est pas assez précis : selon son schéma, il est possible qu’un sénateur soit écarté l’année suivant son élection ou qu’un sénateur garde son mandat au-delà de 6 années — s’il a de la chance ou le suffrage de l’assemblée. Si Milton réitère sa préférence pour un mandat à vie,8 il apporte les précisions pratiques nécessaires dans REW2 : “Annually (or if the space be longer, so much perhaps the better) the third part of Senators may go out according to the precedence of thir election, and the like number to be chosen in thir places” (434). Au pire, les sénateurs seraient élus pour 3 ans. Cette ultime concession miltonienne vise à empêcher l’instauration d’un pouvoir exorbitant.

20Il reste une question essentielle à régler : Qui sont les électeurs ? Milton ne s’en préoccupe absolument pas dans LF parce qu’il pense simplement à rappeler le Rump ou à ce que l’Armée elle-même nomme les membres du grand Conseil — “puisqu’elle seule maintenant a le pouvoir” ; il commence à s’en soucier vaguement dans PCE : seuls les gens bien disposés envers un régime républicain, auraient le droit de vote. Cette proposition disqualifiait ipso facto l’écrasante majorité des électeurs : pour pouvoir voter, il fallait, dans les comtés, que le freeholder justifie qu’il disposait d’une propriété réelle ou personnelle de £ 200 ; dans les bourgs, le suffrage était variable : il revenait le plus souvent à l’alderman, notable membre du conseil municipal. Selon Milton, il fallait encore que les électeurs soient favorables au régime que l’Angleterre avait expérimenté de 1649 à 1653. Quelle autorité devait séparer le bon grain de l’ivraie ? On est assurément en droit de se le demander. Sans doute pressé par la question, Milton apporte de nouveaux éclaircissements ; dans PMBD, il invite le général George Monck à convoquer à Londres “les principaux gentilshommes des comtés” afin que leur soient exposés les périls d’une restauration de la monarchie. Cette démarche est didactique : une fois convaincus, ils devraient procéder à l’organisation d’un scrutin pour constituer “un Conseil permanent” : “a standing Council in every City, and great Town (…) with a competent Territory adjoin’d”. Milton propose que l’on fasse des villes le chef-lieu des comtés : les gentilshommes des comtés seraient représentés au conseil de la ville si bien que l’on aurait à faire à une assemblée mixte. Ce rattachement administratif de la campagne à la ville est destiné à une représentation plus juste au niveau national. Auraient le droit de vote “such at least of the People as are rightly qualifi’d”. C’est alors que les conseillers provinciaux éliraient une députation mixte — knights and burgesses — pour les représenter au grand Conseil : “Next, That in every such Capital Place, they will choose them the usual number of ablest Knights and Burgesses, engag’d for a Commonwealth, to make up (…) the Grand or General Council of the Nation” (393-4).

21On voit clairement que son schéma politique privilégie une oligarchie locale : la gentry, que Milton appelle la classe moyenne. Il s’agit d’un suffrage réservé indirect : la gentry choisirait ses représentants dans les conseils permanents des villes, lesquels éliraient une députation pour le grand Conseil. Si la gentry refuse de se laisser persuader par le général Monck, Milton invite les hommes de bonne volonté, bien disposés envers la république, à les remplacer afin d’organiser des élections, avec le soutien de “l’Armée fidèle de Vétérans” de Monck (PMBD 395). Milton écarte la multitude, le vulgaire, les gens dévoyés par “l’idolâtrie civile”, prompts à redemander un roi. Il emploie également une métaphore fort répandue dans les coulisses du pouvoir pour dire que la populace aspire à retourner dans son esclavage en Égypte. Ces gens-là, pour Milton, ne sont pas libres, puisqu’ils se laissent gouverner par leurs désirs déraisonnables : aussi Milton leur retire-t-il leur droit civique puisqu’ils ne sont pas capables de l’exercer à bon escient.

22Milton finalise son projet dans REW2 : les magistrats locaux, dès lors qu’ils s’acquitteraient honorablement de leur charge, seraient forcément remarqués par le peuple, à savoir la gentry, si bien qu’ils pouvaient espérer se hisser, par leur mérite, jusqu’au grand Conseil : “In these imployments they may exercise and fit themslves till thir lot fall to be chosen into the Grand Councel, according as their worth and merit shall be taken notice of by the people” (459-60).

  • 9  Comparez avec Lewis du Moulin, Proposals and Reasons Whereon some of them are grounded : Humbly pr (...)
  • 10  “As for the reformacon of laws & the places of judicature (…) they may be considered in due time” (...)
  • 11  “That the administration of Civill Justice may be in the City or chiefe towne of every county with(...)
  • 12  PMBD 393 : “all the Ornaments of publick Civility, Academicks, and such like.” REW 383-4, 458-60.
  • 13  “They should have heer also schools and academies at thir own choice, wherin their children may be (...)

23Le grand Conseil de quelque 300 membres, finalement élus périodiquement par les conseils permanents des villes, constitue la clef de voûte du schéma politique miltonien. Cependant, “our general Senat,” flanqué d’un Conseil d’État en nombre restreint, ne s’occuperait en définitive que de la politique extérieure : “the most of thir business will be in forein affairs” (443).9Et encore, il ne dispose d’aucun pouvoir discrétionnaire en la matière puisqu’il lui faudra l’accord des conseils permanents des villes ! Au fil des mois, Milton circonscrit les compétences de son grand Conseil. La grande originalité du second volet de son système politique réside dans sa forte décentralisation. S’il parle maladroitement des comités de comtés, “well-ordered committees (…) in every county” (LF 331), fort mal vus de la population, Milton se reprend bien par la suite : “the people (…) will have thir several ordinarie assemblies in the chief towns of every countie” (REW2 : 443-4). Ces assemblées ordinaires, autrement dit les conseils permanents des villes, auraient pour mission de veiller à ce que la justice soit rendue dans leur propre juridiction. Si Milton évite le problème dans LF10, sa dixième proposition, dans PCE, confie l’administration de la justice civil au chef-lieu du comté.11 Il voit vite que cela répond à une revendication de la population : “The full and absolute Administration of Law in every County (…) hath bin of most long desired” (PMBD 395). Le reste est secondaire, pense d’abord Milton. Ensuite, il ajoute qu’elles prendraient en main le gouvernement civil, puisqu’il leur faudrait moduler la législation nationale pour qu’elle s’adapte au cadre local. Elles s’occuperaient aussi notamment de la construction d’écoles, alors qu’à l’époque les dotations étaient privées.12 Enfin, elles veilleraient à l’éducation des fils de la gentry.13

24La république miltonienne est essentiellement fédérative : Milton est favorable à une véritable régionalisation :

if every county in the land were made a little commonwealth, and thir chief town a city (…) where the nobility and chief gentry may build, houses or palaces, befitting thir qualitie, (…) bear part in the government, make their owne judicial lawes, and execute them by their own elected judicatures, without appeal, in all things of civil government between man and man. (REW 383 ; 458)

25Sa république consisterait en un regroupement de comtés, lesquels seraient autant de petites républiques gérées par la gentry : “every countie in the land [shall be] made a kinde of subordinate Commonaltie” (383, 458). Si un litige opposait des personnes de comtés différents, l’on en référerait à la capitale (PCE 338).

3

26Alors, utopie ou realpolitik ? Cet exposé du schéma républicain de Milton fait apparaître plusieurs conclusions : d’abord, il faut bien voir que Milton a esquissé son projet constitutionnel à un moment où l’histoire semble s’accélérer pour sonner le glas de l’expérience républicaine anglaise. C’est sur fond de crise, de modifications des rapports de force Armée – Parlement, voire au sein de l’Armée, que Milton a esquissé son plan, qu’il a dû par conséquent procéder à des réajustements constants pour l’adapter à une situation particulièrement instable.

  • 14  James Harrington, Oceana (1656) ; Sir Thomas More, Utopia (Louvain, 1516).
  • 15  Édition de John Toland, Londres, 1700, 539-40.

27Aussi est-il évident, secundo, que Milton ne voit pas son projet comme idéal : d’ailleurs, il ne le compare pas à d’autres projets républicains pour dire qu’il les surclasse, mais à son alternative, la royauté. C’est de la realpolitik. Contrairement à ce qu’écrit William Collinne, dans The Spirit Of The Phanatiques Dissected (1659), son schéma républicain n’est pas une utopie : “Whether his new frame of a Common-wealth without re-admitting of Kingship, together with [the] fool [project of] Harrington, ought not to be sent to terra incognita or Sir Thomas More’s Utopia, together with the Authors themselves, to found a free State there” (7).14Il est plus intéressant de voir que le projet miltonien est comparé à l’Oceana de James Harrington (1656).15 Le fait que la classe moyenne ait hérité de la propriété foncière devait amener la république égale à la place de la monarchie; afin de la préserver, il importait de s’assurer que les terres soient bien réparties — qu’elles ne soient pas accaparées par un petit nombre : “And if the whole people be Landlords, or hold the Land so divided among them, that no one man, or number of men, within the compasse of the Few or Aristocracy, overballance them, the Empire (without the interposition of force) is a Commonwealth” (4). C’est pourquoi il imagine une loi agraire draconienne : celle-ci impose un plus grand partage des héritages, redistribution que Milton devait réprouver dans REW2 :

This way (…) requires no perilous, no injurious alteration or circumscription of mens lands and proprieties. (…) no man or number of men can attain to such wealth or vast possession, as will need the hedge of an Agrarian law (…) to confine them from endangering our public libertie.” (445-6)

  • 16  The Ready and Easy Way to establish a Free Commonwealth (1660).
  • 17  The Oceanaof James Harrington and his other works 543-4.

28Son conservatisme le conduisait à ne pas vouloir bouleverser les structures sociales. La propriété fait partie des libertés qu’“une libre république” devait assurer. L’autre pilier sur lequel repose la république “égale” de James Harrington est la rotation des fonctions — inspirée par la circulation du sang que Thomas Harvey avait démontrée. Son schéma constitutionnel comprenait, outre le Sénat, corps aristocratique d’environ 300 membres, pour débattre, proposer des lois, une assemblée populaire élue de 1050 membres, la Prérogative, pour voter à bulletin secret sur les projets de lois. Milton ne réplique pas directement à l’Oceana, mais à The Ways and Means whereby an Equal and Lasting Commonwealth May be suddenly introduc’t, and perfectly founded, with the free Consent and actual Confirmation of the Whole People of England (8 février 1659 [?]) — d’où l’intitulé qu’il a choisi pour son œuvre.16 James Harrington propose de nouveau un Parlement bi-caméral, mais avec une appellation plus explicite : “the Senat or House of Knights, (…) and the People or House of Deputys.” Ses Political Discourses: Tending to The Introduction of a Free and Equal Commonwealth in England (2 mai 1659 [?]) décrivent le processus électoral en détail. Chaque paroisse, propose Harrington, élirait annuellement un représentant — “a fifth Man”. Cent représentants constitueraient “une centaine”; vingt centaines formeraient “une Tribu ou un Shire”, soit deux mille représentants par shire. L’Angleterre compte cinquante shires. Chaque shire choisirait en son sein deux sénateurs par an, six la première année, pour un sénat de trois cents membres, avec renouvellement au tiers chaque année. En outre, le shire choisirait en son sein sept représentants par an, vingt et un la première année, pour siéger à “l’Assemblée du peuple” de mille cinquante membres, avec renouvelle­ment au tiers chaque année. Cette organisation est reprise dans The Humble Petition of Divers Well-Affected Persons écrite à son initiative (6 juillet 1659 [?]).17 Or, si l’on devait renouveler annuellement les Sénateurs, objecte Milton, il faudrait en faire autant pour la Chambre basse : “This annual rotation of a Senat to consist of three hunderd, as (…) lately propounded, requires also another popular assembly upward of a thousand, with an answerable rotation” (440-1).

  • 18  The Oceana of James Harrington and his other works 383-71. The Art of Law-giving est daté du 20 fé (...)

29Le système, encore exposé dans The Rota: Or, A Model of a Free-State (9 janvier 1660), extrait de The Art of Law-giving,18 serait pour Milton particulièrement lourd, coûteux, inefficace (441).

4

  • 19  Voir The History of Britain 5 : 129-30.

30Tout comme Harrington, fortement influencé lui aussi par Machiavel, Milton doit se référer aux modèles républicains classiques. Tout comme les Anciens, voire plus parce que chrétienne, la nation anglaise s’avérait digne aussi bien que capable d’épouser une forme républicaine de gouvernement en 1649 (356 ; 420). Ce qu’elle n’avait pas su faire au lendemain du départ des Romains des îles Britanniques,19 elle avait eu l’occasione de le faire de 1649 à 1653. Après la dictature de salut public d’Oliver Cromwell, il fallait qu’elle renoue avec l’expérience républicaine. Et Milton de chercher nécessairement des précédents historiques pour son Sénat perpétuel, d’où les exemples empruntés à l’Antiquité : le Sanhédrin juif, l’Aréopage à Athènes, le Conseil des Anciens de Sparte ; il emprunte également ses exemples à la Modernité : le Sénat de Venise, la constitution des Provinces-Unies :

Therefore among the Jews, the supreme Councel of seaventie, call’d the Sanhedrin, founded by Moses, in Athens that of Areopagus, in Lacedaemon Sparta, that of the Ancients, in Rome the Senat, consisted of members chosen for [term of] life. (…) In Venice they change indeed ofter then everie year som particular councels of State, as that of six, or such others; but the true Senate, which upholds and sustains the government, is the whole Aristocracy immovable. So in the United Provinces, the States General, which are indeed but a Councel of State delegated deputed by the whole union, are not usually the same persons for above three or six years; but the States of every City, in whom the true sovrantie is hath bin plac’d [time out of minde], are a standing Senate, without succession, and accounted chiefly in that regard the main prop of thir libertie.” (370-2; 436-7)

  • 20  13 novembre 1658. In The Oceana of James Harrington and his other works 524-37.
  • 21  James Harrington, Political Discourses 5 : “Though constitutively elected by the people, [they] be (...)
  • 22  The Tenure of Kings and Magistrates 2 : 207. Milton ne considère pas les 23 juges aux portes de ch (...)

31Là encore, il reprenait James Harrington, avec ses Seven Models of a Commonwealth.20 Milton place le Sanhédrin au cœur du gouvernement des Israélites, dans “a Commonwealth of God’s own ordaining” (REW 2 : 449) : il s’agissait de soixante-dix “Anciens” choisis par tirage au sort parmi les douze Tribus, des hommes sages nommés à vie.21 Le polémiste ne fait aucune mention de “l’assemblée populaire” forte de vingt-quatre mille hommes, à raison de deux mille par Tribu, renouvelés mensuellement. Or, il avait insisté sur son rôle dans ses pamphlets de 1649-51 : le peuple, avait-il clamé, élit le roi ; par exemple, Saül, bien que désigné par Dieu, fut consacré par “all the people” à Guilgal (I S 11, 15) ; le roi est responsable devant le peuple ; le peuple a le droit de le destituer, voire de changer la forme de gouvernement comme bon lui semble. En 1649, il apparaît que Milton gomme l’institution sénatoriale ; elle resurgit bien opportunément en 1660, mais pour effacer l’assemblée populaire.22

32À Athènes, un Sénat de quatre cents membres était désigné annuellement par le sort par cinq mille représentants du peuple : l’Aréopage. Cent sénateurs constituaient le Conseil d’État pour 3 mois. L’exécutif revenait aux neuf archontes. À Sparte ou Lacédémone, le Conseil des Anciens était constitué de vingt-huit sénateurs de plus de soixante ans élus à vie par le peuple, auxquels il fallait ajouter les deux rois. Les propositions du Sénat devaient être validées par le peuple pour devenir effectives. Enfin, le pouvoir judiciaire revenait aux cinq Éphores. Trois cents patriciens ayant déjà exercé une magistrature étaient nommés à vie par les Censeurs pour constituer le Sénat à Rome. Les sénateurs avaient un rôle délibératif puisqu’ils discutaient des projets de lois avant de les renvoyer vers les Comices Tributes ou vers le Conseil de la Plèbe, organes législatifs.

33Milton en vient aux institutions de la république vénitienne. Le pouvoir suprême revenait au Grand Conseil : en effet, il dispose du pouvoir législatif ; en outre, il nomme les fonctionnaires, à commencer par le Doge, mais encore les neuf procurateurs de Saint-Marc, les Sénateurs ou le Tribunal des Dix. Créé en 1172, il comprend 480 membres désignés pour une année par 12 électeurs, à savoir 2 par “sestiere” de la ville. C’est une chambre aristocratique : en 1297, la Serrata del Consiglio, livre d’or où l’on consigne les noms des familles éligibles aux différents Conseils, consacre la domination de la caste patricienne, quelque deux mille nobles, d’où l’expression “the whole Aristocracy immovable”. Cette date marque le début de la république vénitienne : elle devait durer 500 ans, jusqu’à sa reddition à Napoléon Bonaparte.

34James Harrington, dans The Censure of the Rota (30 mars 1660), reprend Milton pour son ignorance :

I could not but be sorry to find so learned a man so ignorant in the nature of Government, as to make disproportionate Parallels of Councills as you do, where you compare the Senate of Rome with the Grand Council of Venice, between which there is no Analogy at all: for the Senate of Rome was never the supreme Power of the People, as the Grand Councel of Venice is, but merely a Councill of State. (15)

  • 23  Milton pense aussi à La Sérénissime Seigneurie : elle comprenait le Conseil des Six, avec les 3 Ch (...)

35Les différents Comitia, auxquels on doit ajouter le Concilium Plebis, avaient la réalité du pouvoir à Rome, soit qu’ils légifèrent soit qu’ils choisissent les magistrats — pouvoir détenu par Il Maggior Consiglio à Venise. Milton parle aussi du Consilium Minus : composé des six conseillers du Doge (un par quartier), élus pour huit mois par 3 personnes désignées, il partageait le pouvoir exécutif avec le Sénat. Celui-ci, issu du “Consiglio dei Pregadi”, comprenait de soixante à deux cent soixante-quinze membres ; il avait compétence en matière de politique étrangère, de diplomatie, de paix ou de guerre ; il s’occupait des armées, de la nomination des grands officiers. Enfin, il était responsable de la politique économique (navigation, commerce) comme des finances publiques.23

36Le deuxième exemple moderne que prend Milton pour appuyer son projet est celui des Provinces-Unies (1579), devenues officiellement indépendantes en 1648. Il ne s’agit pas d’une république, mais plutôt d’une fédération de sept provinces autonomes : Hollande, Zélande, Gueldre, Utrecht, Frise, Overrijssel, Groningue. Celles-ci envoyaient leur délégation à l’institution fédérale la plus importante, les États-généraux, avec des consignes de vote. Ces États-généraux siégeaient en permanence à La Haye ; dans la mesure où ils dirigeaient les Affaires étrangères, ils disposaient du budget militaire ; ils nommaient le capitaine-général ainsi que le général-amiral de l’Union, fonctions revenant par accord au Prince d’Orange. L’unanimité était requise pour “les affaires importantes”. En outre, un Conseil d’État de 25 membres veillait à l’expédition des affaires courantes. La souveraineté véritable résidait dans les États provinciaux : organes législatifs, ils étaient également chargés de l’administration générale. Le suffrage variait considérablement selon les provinces. Ayant été informé qu’il avait commis une erreur dans REW1 en écrivant que les délégués aux États provinciaux étaient élus à vie, Milton reporte la souveraineté sur les “États” de chacune des villes constituantes, plus précisément au Conseil de la ville ou vroedshap. Ces conseils des villes étaient composés d’une classe oligarchique de régents héréditaires — qu’il s’agisse d’une bourgeoisie marchande ou de la classe nobiliaire.

  • 24  “… joyning forces together upon necessity, to keep them from being punished for their Rebellion ag (...)

37Le presque anonyme “G. S., Lover of Loyalty”, puisqu’il s’agit probablement du royaliste George Starkey, parle de “salmigondis”, “A Hotch potch of many Independent Jurisdictions”, dans The Dignity of Kingship Asserted, in Answer to Milton’s The Ready and Easy Way to Establish a Free Commonwealth (1660) ;24 il ajoute :

… [in them] are to be found some few relicts of Antient Nobility, which appear among, and have relation to the rest, as here and there a great Plum in a Niggards Plum pudding, where not only the provinces are independent each on other but every Village is a distinct and I may say Supream jurisdiction, of it self. (104)

38Ce morcellement de l’Autorité ne pouvait être que préjudiciable à l’unité de la République hollandaise. Milton prend acte du danger réel d’un émiettement de la souveraineté ; aussi précise-t-il, dans REW 2, que sa république, à la différence de celle des Provinces-Unies, serait faite de plusieurs micro-républiques placées sous une seule souveraineté : “many Commonwealths under one united and entrusted Sovrantie”, celle de son Sénat perpétuel. Là encore, pour ménager les susceptibilités, il prend encore soin de corriger en disant que l’on confierait la souveraineté au Sénat — il ne s’agit pas de la déléguer pour qu’il l’exerce à sa guise (461).

  • 25  The Spirit of Phanatiques Dissected 7.
  • 26  Voir plus bas.

39Si William Collinne accuse Milton de vouloir reproduire le schéma politique néerlandais en Angleterre : “Whether I. M. his ready and easie way to establish a Common-wealth without readmitting of Kingship (…) be not borrowed in copy from the States of Holland”,25 James Harrington reproche à Milton son Sénat parce qu’il ressemble au Conseil oligarchique de Venise.26

40Milton réunit les deux républiques modernes dans une figure rhétorique : l’Angleterre parviendrait facilement à établir “une libre république” si elle n’avait pas la fantaisie d’établir un doge pour satisfaire l’ambition de Monck :

if we can keep us from the fond conceit of something like a duke of Venice, put lately into many men’s heads by some one or other subtly driving on … his own ambitious ends to lurch a crown. (REW 374-5 ; 446)

  • 27  Étroitement surveillé par ses conseillers, il se voit privé de ses pouvoirs de nomination des fonc (...)
  • 28  “The President of the Council [of State] (…) in the Intervalls of Parliaments may receive some sta (...)
  • 29  G. S. 106 : “Such a Commonwealth (Mr. Milton) as Holland is I suppose you could wish, and would he (...)
  • 30  Le Stathouder présidait les États de Hollande : dans la mesure où celle-ci représentait plus de la (...)

41Milton se méprenait parce que les pouvoirs du doge étaient fort circonscrits dans la constitution vénitienne.27 Si les Anglais, à l’inverse de ce que suggère Lewis du Moulin,28 écartent “un duc de Venise”, leur liberté ne serait pas suspendue au bon vouloir d’une famille — “la maison de Nassau ou la famille d’Orange ”29 “our liberty shall not be hampered or hovered over by any engagement to such a potent family as the house of Nassau, of whom to stand in perpetual doubt and suspicion, but we shall live the clearest and absolutest free nation in the world.”30Le Stathouder était le représentant du souverain dans les provinces. Il devint le serviteur des États quand les Pays-Bas renoncèrent à leur allégeance au roi d’Espagne. Nommé par les États provinciaux, il était choisi dans la famille d’Orange-Nassau puisque Guillaume le Taciturne, Prince d’Orange, Comte de Nassau, avait acquis l’indépendance des provinces néerlandaises en 1579. Après la victoire de Maurits de Nassau sur son rival Johan van Oldenbarnevelt, grand pensionnaire de Hollande, son demi-frère, Frederik Henrik (1625-47), suivi de son fils, Guillaume II (1647-50), exercèrent un pouvoir quasi-monarchique, si bien que cinq provinces (Hollande, Zélande, Utrecht, Gueldre, Overijssel) omirent par la suite de nommer un nouveau Stathouder (1650-72), mais comme le dit Milton, il y avait un véritable danger qu’elles le fassent — tel sera le cas avec la nomination de Guillaume III en 1672.

5

  • 31  In Armitage, David, Skinner, Quentin, Himy, Armand.

42Si Thomas N. Corns, dans Milton and the Characteristics of a free Commonwealth, a raison de voir dans le républicanisme de Milton un langage, celle de la liberté (perdue), “Republicanism, in Milton’s writing, is more an attitude of mind than any particular government configuration”,31 il n’empêche que son républicanisme correspond bien à un schéma politique. Milton fait confiance en une aristocratie avec son Sénat perpétuel : aussi devait-il rejeter les Parlements “successifs” (434). L’auteur anonyme de Be Merry and Wise; Or A Seasonable Word to the Nation (1660) y voit une contradiction majeure chez le républicain : il insinue que Milton voudrait attribuer à son Sénat ce que la Haute Cour de Justice avait précisément reproché à Charles 1er— “an unlimited and Tyrannical power”. L’acte d’accusation de Charles Ier porte également qu’il avait le dessein de “renverser les Droits & les Libertés du peuple”, “the foundations [and redresse] thereof (…) were reserved, on the Peoples behalf, in the right and power of FREQUENT AND SUCCESSIVE PARLIAMENTS” (4).

43Les arguments que Milton avance sont de deux ordres : d’ordre stratégique, quand il dit que les secrets d’État seraient divulgués plus facilement lors de l’installation d’une nouvelle législature ou que l’on confierait l’avenir du pays à des gens inexpérimentés : “inexpert and novice counselors”

  • 32  Si l’on devait élargir le corps des éligibles, il faudrait inclure des “persons untri’d, unknown, (...)
  • 33  The Oceana of James Harrington and his other works 541-545.

44(372) ;32 d’ordre économique, quand il affirme, pour répondre aux objections soulevées par The Petition of Divers Well-Affected Persons (6 juillet 1659),33 que la stabilité du système doit permettre de restaurer le commerce :

The Grand Councel being thus firmly constituted to perpetuitie, and still, upon the death or default of any member, suppli’d and kept in full number, ther can be no cause alleag’d why peace, justice, plentifull trade and all prosperitie should not therupon ensue throughout the whole land. (444)

45Surtout, dans REW 2, Milton en vient àrendre exclusif son sénat perpétuel : en effet, il écarte “les assemblées populaires” : “It will be objected, That in those places where they had perpetual Senats, they had also popular remedies against thir growing too imperious: as in Athens, besides Areopagus, another Senat of four or five hundred; in Sparta, the Ephori; in Rome, the Tribunes of the people” (438).

  • 34  “An Optimacy is introduced, where a people is not only divided into Tribes according to their habi (...)

46La république harringtonienne se voulait “égale” : aussi écartait-elle le Sénat perpétuel de Milton ; elle refoulait aussi l’optimatie34 — l’aristocratie — qu’elle exprime seule le suffrage du peuple comme à Rome ou qu’elle seule puisse prendre part au gouvernement comme à Venise. À l’inverse, Milton exclut les assemblées populaires :

  • 35  Milton envisage plusieurs scrutins successifs comme à Venise pour que les Sénateurs les plus digne (...)

These remedies either little availd the people, or brought them to such a licentious and unbridl’d democratie, as in fine ruind themselves with thir own excessive power. So that the reason urg’d why popular assemblies are to be trusted with the peoples libertie, rather then a Senat of principal men, because great men will be still endeavoring to inlarge thir power, but the common sort will be contented to maintain thir own libertie, is by experience found false; none being more immoderat and ambitious to amplifie thir power, then such popularities. (439)35

  • 36  Political Discourses (1660), 6 : “A Patrician order, ingrossing not only the Senate, and excluding (...)
  • 37  Il n’envisage pas de république en dehors de l’existence de pouvoirs séparés : “A COMMONWEALTH con (...)

47Milton, pour étayer sa thèse, a recours à l’exemple du peuple romain, qu’il emprunte à Machiavel, Sur la première décade de Tite-Live. Le peuple romain, dans sa lutte avec les patriciens, a d’abord exigé d’avoir des Tribuns (~ 457) ; ensuite, il a demandé que l’un des deux consuls soit d’origine plébéienne (~ 367), ce qu’il obtient également pour les magistrats inférieurs — censeurs ou prêteurs. Au Ier siècle avant J.-C., les défenseurs de la plèbe, des jusqu’auboutistes de la démocratie, rivalisent farouchement avec les partisans du conservatisme oligarchique ; si le parti sénatorial l’emporte, puisque le pouvoir revient à Lucius Cornélius Sulla, pour Milton, la populace, avec son ambition démesurée [“thir inordinate desires” (440)], avait précipité la chute de la République romaine en ~ 27 (439-40). Enfin, il est intéressant de noter que Machiavel (189-90, 163) voit justement le principe de la liberté dans l’opposition constante des deux partis, celui des grands (le Sénat), celui du peuple (Le Conseil de la Plèbe). Pour sa part, James Harrington attribue l’effondrement de la république romaine au Sénat,36 puisqu’il dit que ses membres ne songeaient qu’à défendre leurs propres intérêts — au détriment du peuple. A Milton, il reproche son Sénat aristocratique perpétuel exclusif : “I wonderd most of all at what politique Crack in any mans Scull the imagination could enter of securing Liberty under an Oligarchy, Seized of the Government for tearm of life, which was never yet seen in the world” (15).37

48Après avoir affirmé le droit inaliénable des peuples à l’autodétermination en 1649-54, message qu’il adressait à l’Europe entière, Milton en vient à repousser le suffrage de la majorité; à la démocratie totalitaire, il oppose le totalitarisme d’une élite. Cette dénégation des principes démocra­tiques s’explique : est-il juste ou raisonnable, demande Milton, qu’alors que la plus grande partie du peuple s’opposerait à la fin principale du gouvernement, c’est-à-dire à la liberté, qu’elle puisse rendre esclave la minorité désireuse précisément de liberté ? “They who seek nothing but thir own just libertie, have alwaies right to winn it and to keep it, when ever they have power, be the voices never so numerous that oppose it” (455).

  • 38   “The civil rights and advanc’ments of every person according to his merit” (383 ; 458).

49Seule la république est garante de la liberté (383) au sens où celle-ci consiste en l’égale obéissance des hommes à la loi. Aussi, pour jouir pleinement de la liberté civile,38il faut opter pour un gouvernement républicain ; il y a de fait dilution de la république lorsqu’un ou plusieurs membres se veulent au-dessus de la loi. Inversement, seule la république est source de liberté : “our freedom and flourishing condition will be more ample and secure to us under a free Commonwealth then under kingship” (379; 456).

  • 39  Anonyme, Be Merry and Wise (1660) ; “One Man of Forty shall be allowed to vote, or sit, and the ot (...)
  • 40  Il dit aussi : “That which I disliked most in your Treatise was, That there is not one word of the (...)

50James Harrington, dans The Censure of the Rota (1660), reproche à Milton son élitisme politique — seuls les goodly squires, soit un homme sur quarante, auraient le droit de vote ou seraient éligibles dans le système miltonien39  “all the liberty you talk so much of consists in nothing else but meer words. For though you bragge much of the Peoples Manageing their own affaires, you allow them no share (…) in your Utopia” (14).40

  • 41  “A Tyrant, or wicked King.” Sous-titre de The Tenure of Kings and Magistrates. (1649, 1650).

51Comme Aristote, Milton pense que les hommes mauvais soutiennent naturellement “le Tyran ou mauvais roi,”41 alors que les hommes bons soutiennent naturellement un gouvernement républicain. Celui-ci, bien qu’il soit aux mains d’une minorité, assurerait le bien vivre de l’ensemble de la communauté : “of all governments(,) a Commonwealth aims most to make the people flourishing, vertuous, noble and high spirited” (384 ; 460). À l’inverse, les sujets d’un roi ne peuvent être que vicieux.

52Milton espère en un nivellement par le haut : si l’éducation vise à former les gouvernants, elle doit également habiliter les hommes à faire les bons choix politiques. Comme en 1644, elle est essentiellement morale :

  • 42  “Your liberty (…) [must be] sprung from piety, justice, temperance, in short true virtue (…) [you (...)

To teach the people faith not without vertue, temperance, modestie, sobrietie, parcimonie, justice; not to admire wealth or honour; to hate turbulence and ambition; to place every one his privat welfare and happiness in the public peace, libertie and safetie.42

53Quand “le peuple” sera parvenu à la maîtrise de soi, il pourra assumer ses choix politiques. Toutefois, il y a encore une ambiguïté : il ne s’agit pas du peuple anglais dans son intégralité, mais des seules personnes appelées à voter. Il s’agit de la gentry. Ainsi “le peuple”, dit Milton, mais là, il s’agit de la rude multitude, n’aurait-il rien à redouter de ses dirigeants. La république ne se décrète pas ; elle se mérite. Il faut que les hommes soient capables de liberté, que leur liberté soit volontariste, qu’ils se laissent guider par la seule raison, pour qu’ils puissent prétendre à la république. La république se confond avec son objet : elle n’est alors rien d’autre que la liberté entendue comme non-domination — le concept développé récemment par Philip Petitt.

6

54La notion de république chez Milton a considérablement évolué de 1649 à 1660 pour aboutir à la formulation d’un programme politique en 1659-60, avec une fédération de comtés gouvernés par une aristocratie locale. Cet essai, je pense, fait clairement apparaître que son projet ne saurait être compris en dehors de son contexte, que, s’il prend ses racines dans l’Antiquité, il se réfère aussi à des modèles modernes comme Venise, mais surtout les Provinces-Unies. Ce serait oublier l’œil critique de Milton de dire qu’il voulait reproduire un schéma en particulier ou qu’il exposait sa république idéale : il s’agissait essentiellement d’éviter la restauration de Charles II.

Haut de page

Bibliographie

Wolfe, Don Marion, ed. Complete Prose Works of John Milton. 8 vols. New Haven: Yale UP, 1953­1982).

Armitage, David, Skinner, Quentin, Himy, Armand, (eds). Milton and republicanism. Cambridge: CUP, 1995

Gardiner, S.R. The Constitutional Documents of the Puritan Revolution. 3rd ed. revised. Oxford: Clarendon Press, 1968.

Machiavel. Le Prince, suivi d’Extraits des Œuvres politiques. Paris : Folio Classique, 1980.

Raynaud, Philippe & Rials, Stéphane. Dictionnaire de philosophie politique. Paris : Presses Universitaires de France, 1998

Pettit, Philip. Republicanism. A Theory of Freedom and Government. Oxford: Clarendon Press, 1997.

Haut de page

Notes

1  Les références se feront à Don Marion Wolfe, ed., Complete Prose Works of John Milton, vol. 7, sauf indication contraire.

2  11 octobre 1649 / 2 janvier 1650.

3  C’est une monarchie élective : en choisissant le plus méritant, “the space of a raign or two we may chance to live happily anough, or tolerably” (482).

4  Toutefois, Milton avait lui-même condamné le Rump en 1651. Pro Populo Anglicano Defensio 4 : 537.

5  Les éléments barrés sont supprimés par Milton dans la 2e édition ; en italiques, les ajouts à la première édition.

6  À ne pas confondre avec le “Conseil d’État” qu’il proposait dans LF.

7  C’est le cas du second Conseil d’État restauré le 30 décembre 1659.

8  “but in my opinion better nothing mov’d, unless by death or just accusation” (REW 1 : 370).

9  Comparez avec Lewis du Moulin, Proposals and Reasons Whereon some of them are grounded : Humbly presented to the Parliament Towards the settling of a Religious and Godly Government in the Commonwealth (1659).

10  “As for the reformacon of laws & the places of judicature (…) they may be considered in due time” (331).

11  “That the administration of Civill Justice may be in the City or chiefe towne of every county without appeal, Judges and all such officers by themselves chosen…” (338).

12  PMBD 393 : “all the Ornaments of publick Civility, Academicks, and such like.” REW 383-4, 458-60.

13  “They should have heer also schools and academies at thir own choice, wherin their children may be bred up in thir own sight to all learning and noble education, not in grammar only, but in all liberal arts and exercises” (383-84; 460).

14  James Harrington, Oceana (1656) ; Sir Thomas More, Utopia (Louvain, 1516).

15  Édition de John Toland, Londres, 1700, 539-40.

16  The Ready and Easy Way to establish a Free Commonwealth (1660).

17  The Oceanaof James Harrington and his other works 543-4.

18  The Oceana of James Harrington and his other works 383-71. The Art of Law-giving est daté du 20 février 1659.

19  Voir The History of Britain 5 : 129-30.

20  13 novembre 1658. In The Oceana of James Harrington and his other works 524-37.

21  James Harrington, Political Discourses 5 : “Though constitutively elected by the people, [they] became after the captivity, or in the Jewish Commonwealth (…) meer Oligarchy, by the means of ordination” ; de plus, fait assez rare pour un Sénat, il disposait partiellement de l’exécutif.

22  The Tenure of Kings and Magistrates 2 : 207. Milton ne considère pas les 23 juges aux portes de chaque ville ni les 3 juges établis dans chaque village.

23  Milton pense aussi à La Sérénissime Seigneurie : elle comprenait le Conseil des Six, avec les 3 Chefs de la Quarantia criminale, plus le doge. Son rôle était de veiller au bon déroulement des élections. Il a probablement à l’esprit le Conseil des Dix, créé en 1310 pour prévenir le soulèvement des gens lésés par la “Serrata” — il s’agit d’un organe répressif. Les Dix sont élus par le Grand Conseil pour un an. En fait, ils sont dix-sept, puisque l’on doit y inclure le Petit Conseil (les six conseillers, plus le doge). Sa principale fonction était de regarder les dénonciations laissées dans la “bouche du lion”. Leurs pouvoirs sont illimités : par exemple, ils n’hésiteront pas à faire exécuter le Doge Marino Falier en 1355 !

24  “… joyning forces together upon necessity, to keep them from being punished for their Rebellion against, and abjuring their lawfull King” (Philippe II, roi d’Espagne).

25  The Spirit of Phanatiques Dissected 7.

26  Voir plus bas.

27  Étroitement surveillé par ses conseillers, il se voit privé de ses pouvoirs de nomination des fonctionnaires et des juges avec l’avènement du Sénat (1179). On lui retire aussi la gestion du trésor public. Il n’a pas l’initiative en matière de politique étrangère.

28  “The President of the Council [of State] (…) in the Intervalls of Parliaments may receive some stamp of authority, (as a Duke of Venice)” (4).

29  G. S. 106 : “Such a Commonwealth (Mr. Milton) as Holland is I suppose you could wish, and would help to make England” ; il ajoute : “but there is among them something (…) you do not so well like and approve of, (…) the house of Nassau or Orange family.”

30  Le Stathouder présidait les États de Hollande : dans la mesure où celle-ci représentait plus de la moitié de la population de l’Union d’Utrecht, il devint le premier personnage de la République. Traditionnellement, le Prince d’Orange était nommé stadhouder des provinces, sauf dans la Frise, où l’on préférait prendre un membre de la famille Nassau. G. S. : “[The] Prince of Orange … differs little really from a King” (103).

31  In Armitage, David, Skinner, Quentin, Himy, Armand.

32  Si l’on devait élargir le corps des éligibles, il faudrait inclure des “persons untri’d, unknown, necessitous, implacable, and every way to be suspected” (374).

33  The Oceana of James Harrington and his other works 541-545.

34  “An Optimacy is introduced, where a people is not only divided into Tribes according to their habitation; but every Tribe into Classes, according unto their estates or different measures in riches” (7).

35  Milton envisage plusieurs scrutins successifs comme à Venise pour que les Sénateurs les plus dignes soient choisis : “Another way will be, to wel-qualifie and refine elections : not committing all to the noise and shouting of a rude multitude, but permitting only (…) [the] rightly qualifi’d, to nominat as many as they will” (442-3).

36  Political Discourses (1660), 6 : “A Patrician order, ingrossing not only the Senate, and excluding the people from bearing Magistracy in the Commonwealth, but oppressing them also by an heavy yoke of tyranny.”

37  Il n’envisage pas de république en dehors de l’existence de pouvoirs séparés : “A COMMONWEALTH consists of the Senat proposing, the People resolving, and the Magistracy executing” (The Prerogative of Popular Government, in The Oceana of James Harrington and his other works, 381).

38   “The civil rights and advanc’ments of every person according to his merit” (383 ; 458).

39  Anonyme, Be Merry and Wise (1660) ; “One Man of Forty shall be allowed to vote, or sit, and the other 39. must call That a Free-Parliament, and swear, it Represents the People” (6).

40  Il dit aussi : “That which I disliked most in your Treatise was, That there is not one word of the ballance of Prop[er]ty, nor the Agrarian, nor Rotation (…) without which (…) there is no possible foundation of a Free Commonwealth.”

41  “A Tyrant, or wicked King.” Sous-titre de The Tenure of Kings and Magistrates. (1649, 1650).

42  “Your liberty (…) [must be] sprung from piety, justice, temperance, in short true virtue (…) [you must have] … effective and fruitful devotion [to God and men], and you [must] expel avarice, ambition and luxury from your minds” (A Second Defence of the English People 4 : 680).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe TOURNU, « République et républicanisme chez Milton », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/212

Haut de page

Auteur

Christophe TOURNU

Université Pierre Mendès France de Grenoble
Maître de conférences
Christophe Tournuest co-directeur du Carrefour disciplinaire Penser l’identité européenne, il est l'auteur de Théologie et politique dans l’œuvre en prose de John Milton (Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2000), de Milton, Mirabeau : rencontre révolutionnaire (Paris : Edimaf, 2002) ainsi que d’une douzaine d’articles sur le puritanisme anglais. Il prépare actuellement la première traduction française de Doctrine and Discipline of Divorce (1644) de Milton, à paraître aux Éditions Belin en 2004. Il est le coordinateur scientifique du 8e congrès international Milton (Grenoble 2, 7-11 juin 2005) : http://www.john-milton.org>http://www.john-milton.org

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals