Navigation – Plan du site
Recensions

Florence March, Shakespeare au Festival d’Avignon : Configurations textuelles et scéniques 2004-2010

Montpellier : L’Entretemps, 2012.
Jean-Louis CLARET
Référence(s) :

Florence March, Shakespeare au Festival d’Avignon : Configurations textuelles et scéniques 2004-2010. Montpellier : L’Entretemps, 2012.

Texte intégral

1Le livre de Florence March, Shakespeare au Festival d’Avignon, compte 160 pages et se termine par une liste des pièces de Shakespeare représentées en Avignon depuis 1947 (classées par genres), une bibliographie et une filmographie. Cet ouvrage se décline en deux parties : tout d’abord il est question d’une mise en parallèle audacieuse, maîtrisée et nuancée, du théâtre élisabéthain et du Festival d’Avignon dans leurs dimensions populaire et structurelle. Puis la démonstration présente une analyse des configurations (terme choisi par l’auteure, p. 60 et 64) textuelles et scéniques des sept pièces qui font l’objet de cette étude, à savoir :

  • Enrico V, d’après Henry V de William Shakespeare, dramaturgie et mise en scène de Pippo Delbono. Spectacle en italien, surtitre en français.

  • Hamlet, traduction et adaptation d’Hubert Colas, mise en scène et scénographie d’Hubert Colas.

  • Richard III, de Peter Verhelst, libre adaptation de Richard III de William Shakespeare, traduction du néerlandais de Christian Marcipoint, mise en scène de Ludovic Lagarde.

  • Le Roi Lear, traduction de Pascal Collin, mise en scène de Jean-François Sivadier.

  • Hamlet, traduction et dramaturgie de Marius von Payenburg, mise en scène de Thomas Ostermeier. Spectacle en allemand, surtitre en français.

  • Les Tragédies romaines, traduction de Tom Kleijn, mise en scène d’Ivo van Hove. Spectacle en néerlandais.

  • Richard II, traduction de Frédéric Boyer, mise en scène de Jean-Baptiste Sastre.

2Cette liste, qui figure dès la seconde page de l’introduction (10), atteste le babélisme (76) de ces diverses configurations.

3Florence March a déjà fait la démonstration de sa grande compétence et de l’acuité du regard qu’elle porte sur le théâtre dans un livre publié en 2010 par l’Entretemps et intitulé Relations théâtrales. Ce nouvel opus se concentre sur le théâtre de Shakespeare et souligne la dimension populaire du théâtre public élisabéthain qu’elle associe à l’esprit dans lequel le Festival d’Avignon a été pensé par Jean Vilar. La démonstration est claire, bien menée et toujours intéressante. On peut peut-être regretter l’absence d’allusion au Théâtre du Peuple de Bussang dans le tour d’horizon qui est proposé au début de l’ouvrage. L’auteure combine adroitement les références littéraires, l’histoire du théâtre, la sociologie, la mythologie et convoque des voix multiples dont celles, souvent négligées mais précieuses, des ‘simples’ spectateurs. Elle démontre de façon très convaincante comment Jean Vilar a su « réinventer le rapport aux œuvres classiques » (32) et comment le festival qu’il a créé a joué le rôle de « Plan Marshall culturel, » (59) en s’inscrivant dans un processus de « construction d’une identité culturelle nationale. » (24)

4L’auteure rend compte avec bonheur du « dialogue anthropologique » (41) qui relie Jean Vilar à Shakespeare puis elle s’interroge sur les dimensions utopique et mythique du Festival, sur la dimension théâtrophage (49) de la Cour du Palais des Papes, cette « fabrique mythique qui magnifie la création lorsqu’elle ne la dévore pas, » (51) et sur le mythe shakespearien.

5La deuxième partie de l’ouvrage commence par une mise au point en ce qui concerne le choix du corpus étudié : la forme du palimpseste (63) est privilégiée ici, comme la liste inaugurale des ‘configurations’ l’avait indiqué, ainsi que l’« appropriation comme processus et comme résultat. » (63) C’est logiquement à l’adaptogénie (66) du texte shakespearien que Florence March s’intéresse au début de ce chapitre. La démonstration est claire, précise, très bien menée et efficacement documentée. Elle met en évidence les négociations que les pièces de Shakespeare entretiennent avec leurs hypotextes (71) et souligne la nature fluctuante du texte shakespearien dont « le centre est tremblé » (76) et dont la nature instable « appelle une constante resémantisation. » (76) Lorsque les pièces de Shakespeare sont citées, le texte anglais est systématiquement suivi d’une traduction en français. Quant aux termes spécifiques employés (itérabilité, adaptogénie, dialogisme, bibliocosme, traduction endolinguistique), ils sont systématiquement définis et élucidés en contexte, ce qui tend à souligner le souci de précision de l’auteure, la rigueur de son analyse et sa volonté de rendre son travail accessible à tous.

6À partir de la page 79, Florence March analyse les sept œuvres présentées au Festival d’Avignon qui font l’objet de son étude et dont elle remet en question la déclinaison officielle en trois types de configurations, à savoir les traductions, les traductions-adaptations et les adaptations. L’auteure présente une analyse très féconde de quelques extraits du Richard II qu’a « adopté » (88) Frédéric Boyer. Elle les confronte au texte de l’édition Arden Shakespeare avant de proposer une réflexion passionnante sur la nature et les enjeux de l’acte de traduction.

7Les parties suivantes sont consacrées à l’analyse des différentes configurations dont l’auteure souligne les spécificités. Les plateaux sont décrits – l’absence d’images ou de croquis rend la visualisation un peu difficile – et les innovations, mises au service de « l’esthétique de la suture » (96) qui caractérise les productions contemporaines, sont présentées.

8L’analyse de ces différentes configurations de pièces de Shakespeare – un monde qui se nourrit d’indirections, comme dit Hamlet – amène l’auteure à souligner la nature ambiguë des spectacles considérés qui oscillent entre reconnaissance et découverte pour constituer un « théâtre de l’insécurité. » (113) La dernière partie du livre de Florence March invite d’ailleurs à considérer les modes d’oubli de l’œuvre de Shakespeare afin probablement de mieux l’inventer et met en évidence les processus de médiation (118) auxquels les metteurs en scène ont recours afin de « construire du commun avec du connu » fuyant (122) ou, pour citer Wajdi Mouawad, trouver « le geste hypoténuse. » (125)

9Shakespeare au Festival d’Avignon de Florence March est à la croisée des chemins. C’est un livre passionné et passionnant qui rend compte de la relation complexe que le Festival d’Avignon entretient depuis sa création avec l’œuvre de Shakespeare. La mise à distance sert la reconnaissance et l’oubli alimente le souvenir. Pétrie de paradoxes, cette relation complexe, qu’analyse si finement Florence March, a à sa manière quelque chose de shakespearien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis CLARET, « Florence March, Shakespeare au Festival d’Avignon : Configurations textuelles et scéniques 2004-2010 », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/3579

Haut de page

Auteur

Jean-Louis CLARET

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals