Navigation – Plan du site
1. Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660

“Do look on the other side of the water”: de la politique étrangère de Cromwell à l’égard de la France

Laurent CURELLY

Résumés

Cette contribution s’intéresse à la politique étrangère que mena à l’égard de la France l’Angleterre de Cromwell, pendant le Commonwealth (1649-1653) puis le Protectorat (1653-1658). La France occupe une place importante dans les choix stratégiques de Cromwell puisque, en vertu du traité signé par les deux parties en mars 1657, elle devint l’alliée de l’Angleterre contre l’Espagne. Au début de la période, le Commonwealth, et Cromwell en particulier, intervinrent dans une France fragilisée par la Fronde afin d’infléchir les événements à leur avantage. L’article décrit le rôle que jouèrent deux intermédiaires travaillant pour le compte de l’Angleterre : Edward Sexby, ex-Agitateur de l’armée qui fut envoyé comme agent du Commonwealth pour soutenir la Fronde bordelaise connue sous le nom de l’Ormée et traduisit en français le manifeste niveleur l’Accord du peuple, et William Lockart, homme de confiance et parent de Cromwell, dépêché comme ambassadeur auprès de Mazarin afin de consolider les relations franco-anglaises alors que Cromwell avait décidé de jouer la carte française contre l’Espagne. Du soutien mesuré à la tentative de déstabilisation du régime de Mazarin menée par les Frondeurs, alors que des négociations parallèles étaient conduites en secret avec le Cardinal, à l’établissement d’une diplomatie officielle anglaise à la Cour de France, c’est le sens de la politique étrangère de Cromwell qui est ici questionné.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici la thèse développée par Timothy Venning dans les premières pages de son ouvrage (...)

1L’Angleterre de Cromwell sous le Commonwealth, et plus encore sous le Protectorat, devint peu à peu l’une des pièces maîtresses de l’échiquier diplomatique européen. Courtisé par les puissances continentales, singulièrement à partir de décembre 1653, Cromwell mena une politique étrangère résolument interventionniste qui se traduisit, entre autres, par la signature d’un traité de paix avec les Provinces-Unies en avril 1654 et par la conclusion d’un traité commercial avec la France en octobre 1655. Le point d’orgue en fut sans doute la signature, en mars 1657, du traité formalisant l’alliance militaire entre l’Angleterre et la France contre l’Espagne. La France mazarine avait montré un certain empressement à reconnaître le Protectorat puisque, dès février 1654, soit un peu plus de deux mois après la prise de pouvoir par Cromwell, l’ambassadeur français Monsieur de Bordeaux-Neufville reçut de Mazarin l’ordre d’œuvrer à cette reconnaissance. En revanche, la France avait tardé à nouer des relations officielles avec le Commonwealth, dont la reconnaissance ne fut formalisée qu’en décembre 1652, bien après que l’Espagne ne l’eut fait. Il est vrai que la France était alors ébranlée par la Fronde et que Mazarin avait dû s’exiler avant que son pouvoir ne sortît renforcé de cette épreuve. C’est précisément le moment que choisit le Conseil d’État, dirigeant alors l’Angleterre, pour prendre part à la tentative de déstabilisation du régime de Mazarin en envoyant l’ex-Agitateur Edward Sexby soutenir les Frondeurs bordelais, connus sous le nom d’ormistes. Cromwell tenta, dans un premier temps, de fragiliser davantage une France déjà minée de l’intérieur, puis s’efforça, quelques années plus tard, de la contenir par le jeu de l’alliance militaire contre l’Espagne. En empêchant une paix générale sur le continent européen, Cromwell espérait, semble-t-il, diviser les puissances catholiques pour mieux régner et prévenir une coalition franco-espagnole qui l’inquiétait1. Ainsi, y aurait-il eu revirement dans la politique menée à l’égard de la France par Cromwell et le Conseil d’État entre l’automne 1651, époque à laquelle Edward Sexby fut secrètement envoyé en France afin de prendre part à la Fronde, et le printemps 1657, quand l’Ambassadeur du Protectorat en France, Sir William Lockhart apposa son nom au traité de paix franco-anglais ?

1) Edward Sexby, agent du Commonwealth en France : le temps des intrigues

a) Sexby et la Fronde bordelaise

2Pour tenter de répondre à cette question, il convient d’essayer de comprendre qui était Sexby et quel rôle il joua à Bordeaux pour le compte du Commonwealth. Depuis 1648, la France était en butte à de graves troubles intérieurs provoqués par l’impopularité de Mazarin qui, pendant la minorité de Louis XIV, tenait les rênes du royaume, aux côtés de la régente Anne d’Autriche. La Fronde se propagea en province, et les derniers soubresauts de ce soulèvement contre Mazarin eurent lieu à Bordeaux qui devint le théâtre du mouvement figurant parmi les plus radicaux de la contestation. Cependant, la Fronde bordelaise fut loin d’être monolithique, et ce sont des factions d’origines sociales différentes qui s’affrontèrent. À cet égard, dans son ouvrage consacré à Madame de Longueville, l’homme de lettres polygraphe Victor Cousin cite un extrait du 3 juin 1652 de la correspondance dans lequel le Grand Condé, un des chefs de file de la Fronde des Princes, enjoint Lenet, parmi les membres les plus actifs de la Fronde bordelaise, de tout faire pour mettre un terme aux divisions qui minent la rébellion à Bordeaux :

Quant à la division de Bordeaux, j’en ai un tel déplaisir que je vous prie de vous employer pour la réunion de tous les esprits, et plus particulièrement pour empêcher que ceux de la petite fronde ne succombent aux poursuites qui se font contre eux, y ayant de mes meilleurs amis qui y sont intéressés, que je ne puis souffrir plus longtemps être entrepris par ceux de la grande et par l’Ormée. Je ne veux pas pour cela abattre ces derniers, mais je désire de leur affection qu’ils ne se portent pas aux extrémités. (Cousin 267)

  • 2 Les membres de l’Ormée ou Ormière se réunissaient sur une place plantée d’ormes, d’où le nom donné (...)

3De telles dissensions contrecarraient naturellement le dessein de Condé qui souhaitait mettre à genoux le régime de Mazarin. Ainsi, à Bordeaux, la petite Fronde, c’est-à-dire « ce qu’il y avait de mieux dans le parlement, l’hôtel de ville et la bourgeoisie, par la naissance, les lumières, la fortune », selon les mots de Cousin, était-elle menacée par la grande Fronde, plus nombreuse et plus puissante, au sein de laquelle émergea la faction connue sous le nom de l’Ormée, décrite par Cousin comme « sortie du bas peuple, ou du moins de la très-petite bourgeoisie, quoiqu’elle eût aussi des adhérents dans les rangs les plus élevés » et comptant dans son giron, les membres « les plus violents » (Cousin 266). L’origine populaire de l’Ormée suffit, aux yeux de Cousin, à la rendre suspecte. Suspecte, l’Ormée l’était aussi pour Condé qui la tolérait parce qu’elle servait ses intérêts et nourrissait son opposition à Mazarin, mais il n’éprouvait pour elle aucune sympathie, eu égard à l’origine populaire du mouvement ormiste2.

4S’appuyant à partir d’octobre 1652 sur l’Ormée dont il espérait qu’elle l’aiderait à garantir le succès de la Fronde, Condé, en habile stratège, obtint le soutien de l’Espagne, mais aussi de l’Angleterre du Commonwealth. Terre d’exil de la veuve du défunt roi Charles Ier et de ses enfants, la France de Mazarin, qui avait, après le régicide, reconnu le futur Charles II, suscitait de l’inquiétude outre-Manche. Aussi c’est dans ce contexte d’inimitié entre la France et l’Angleterre que le Commonwealth s’impliqua dans les événements liés à la Fronde. Ainsi, jusqu’en avril 1653, Condé, d’une part, et l’Ormée, d’autre part, dépêchèrent à Londres des émissaires dont la mission était de traiter avec Cromwell. Toutefois, le soutien officiel de l’Angleterre à la Fronde bordelaise fut mesuré, accordé presque du bout des lèvres, comme en témoigne l’échange cité par Cousin entre Monsieur de Saint-Thomas, l’un des agents envoyés à Londres, et Lenet, l’un des meneurs de la révolte à Bordeaux. Dans une lettre datée du 2 décembre 1652, Monsieur de Saint-Thomas écrit :

  • 3 La Fronde bordelaise reçut toutefois un écho favorable dans les colonnes de l’hebdomadaire Mercuriu (...)

Quelques-uns du Conseil d’État [l’organe exécutif du Commonwealth] m’ont dit que le traité particulier que le parlement voudroit faire avec vous est plutôt pour faire une diversion par votre moyen au cas qu’on leur déclarât la guerre en France, que pour dessein qu’ils aient de la commencer. (Cousin 281)3

5Les Anglais n’avaient, semble-t-il, pas l’intention d’engager les hostilités avec la France, et les Frondeurs durent se contenter d’un appui timoré.

  • 4 Cousin n’écrit certes pas clairement que ce document est l’adaptation française du manifeste anglai (...)

6Comment expliquer alors que l’ex-Agitateur Sexby fut envoyé à Bordeaux soutenir l’insurrection ormiste ? Certes, il était employé comme agent du Commonwealth en France depuis l’automne 1651 mais, jusqu’en août 1653, date à laquelle la Fronde bordelaise s’éteignit, il continua de promouvoir les idées républicaines parmi les Frondeurs bordelais, ce qui, du reste, le rendait suspect aux yeux de Lenet et de Condé, qui n’avaient pas la moindre envie de proclamer la république en France. Sexby encouragea les ormistes bordelais à adopter une version modifiée du manifeste niveleur de 1649 l’Accord du peuple (Agreement of the People), très certainement rédigée par ses soins. Cousin décrit ce document comme un « plan de république » dont la « rédaction seule trahit une main étrangère », à moins qu’il ne s’agisse de « l’ouvrage d’une plume française, mais travaillant sur des idées si nouvelles qu’elle peine à les exprimer » (Cousin 282)4.

7Il convient de dire quelques mots sur Sexby avant de revenir à ce manifeste. Soldat durant la première guerre civile, il combattit sous les ordres de Cromwell dans le régiment des « Ironsides », puis participa activement à la fondation de l’Armée du Nouveau Modèle en 1645. Il fut un des premiers Agitateurs de l’armée, au nom de laquelle il rédigea et fit circuler un manifeste intitulé An Apologie of the Common Soldier, texte qui témoigne de la radicalisation de l’Armée du Parlement (Oxford DNB, « Sexby »). En octobre et novembre 1647, il fut un orateur actif lors des débats de Putney, pendant lesquels il dénonça la monarchie et prit position pour que soient accordés des droits démocratiques aux soldats. Ses relations avec Cromwell furent alors particulièrement tendues ; il se heurta à lui ainsi qu’à son gendre, Henry Ireton, favorable à un suffrage censitaire reposant sur la propriété alors que Sexby milita pour un suffrage étendu à tous les hommes, notamment aux soldats qui combattaient pour la cause parlementaire. Voici un extrait de cet échange houleux, daté du 28 octobre 1647, ayant opposé Sexby d’un côté, Cromwell et Ireton de l’autre :

SEXBY – I see that though liberty were our end, there is a degeneration from it. We have engaged in this kingdom and ventured our lives, and it was all for this : to recover our birthrights and privileges as Englishmen […] I do think the poor and meaner of this kingdom – I speak as in relation to the condition of soldiers, in which we are – have been the means of the preservation of this kingdom.

IRETON – I can show you greater ill consequences to follow upon that alteration which you have, by extending votes to all that have a being in this kingdom […]. By an appeal to the law of nature, liberty cannot be provided for in a general sense, if property be preserved.

CROMWELL – I confess I was most dissatisfied with that I heard Mr Sexby speak, of any man here […]. Let us not spend so much time in such debates as these are, but let us apply ourselves to such things as are conclusive (Woodhouse, 69-73).

8En fin politique, Cromwell botte en touche afin de ne pas envenimer la situation mais le désaccord entre les deux hommes sur une question aussi fondamentale que le droit de vote est patent et profond. Ce débat d’idées permet de considérer avec quelque incrédulité la force, sinon la sincérité, de l’engagement de Cromwell auprès des Frondeurs de l’Ormée quand il dépêcha l’électron libre Sexby à Bordeaux. La défiance de Cromwell à l’égard des Niveleurs était telle que, dans son discours prononcé devant le premier parlement du Protectorat le 4 septembre 1654, le Protecteur adresse une critique posthume à ceux qu’il considère comme des fauteurs de trouble prêts à sacrifier l’ordre social : « The magistracy of the nation, was it not almost trampled under foot, under despite and contempt by men of Levelling principles ? » (Roots 30). Fût-ce pour déstabiliser le régime de Mazarin en France, il est difficile d’imaginer que la vision qu’avait Cromwell du pouvoir politique eût pu s’accommoder de la conception égalitaire de la société telle que Sexby entendait la diffuser à Bordeaux et telle qu’elle s’exprime dans la version adaptée en français de The Agreement of the People.

b) Sexby, traducteur de The Agreement of the People

9Le tempérament imprévisible de Sexby apparaît quand on considère les déboires qu’il rencontra avant de gagner la France dans le courant de l’automne 1651. Il gravit les échelons au sein de l’armée avant de commander en tant que colonel un régiment constitué pour servir en Irlande en juin 1650 mais finalement envoyé en Écosse. Sa carrière d’officier s’arrêta brusquement à la suite d’irrégularités dont il fut l’auteur et pour lesquelles il fut traduit devant une cour martiale et limogé. C’est quelques mois après la perte de son commandement qu’il fut choisi par le Conseil d’État pour souffler sur les braises de la Fronde bordelaise. Il n’existe, à notre connaissance, pas de trace des raisons qui présidèrent au choix de Sexby comme envoyé du Commonwealth à Bordeaux. Force est de constater, toutefois, que l’homme ne fut pas d’une constance ni d’une probité exemplaires, pas plus que d’un dévouement désintéressé à l’endroit des soldats qui servaient sous ses ordres alors qu’il avait pris la défense des plus humbles dans l’Armée quelques années auparavant. Le Conseil d’État savait sans aucun doute que la fiabilité de Sexby n’allait pas de soi et qu’il prenait donc un risque à l’envoyer en France défendre une cause censée être chère à Cromwell et à ses alliés, ce qui tendrait à prouver que la mission confiée à Sexby était au fond d’un intérêt secondaire pour le Commonwealth.

  • 5 Le texte intégral est donné par Victor Cousin en appendice à son ouvrage consacré à Madame de Longu (...)

10La comparaison de l’adaptation bordelaise de The Agreement of the People avec le document original ouvre quelques pistes intéressantes. Rappelons tout d’abord qu’il y eut trois versions successives du manifeste des Niveleurs : la première fut discutée lors des débats de Putney en octobre 1647, la deuxième, qui fut rédigée en décembre 1648 et publiée en 1649, se présente comme une version édulcorée de la première, issue d’un compromis entre les Niveleurs et les officiers de l’Armée ; quant à la troisième mouture, elle date de mai 1649, alors que les chefs Niveleurs étaient emprisonnés à la tour de Londres, et contient des dispositions plus radicales que le deuxième manifeste (Gentles 148-74). C’est elle qui fut pourtant traduite à l’intention des Frondeurs bordelais et adaptée pour tenir compte d’une réalité politique autre que celle de l’Angleterre. L’Accord du peuple bordelais prévoit que la France sera dirigée par une assemblée représentative émanant de la volonté populaire et élue au suffrage universel, suffrage qui exclut toutefois les femmes, les domestiques et les mendiants. Le manifeste détaille les pouvoirs du peuple conférés au Parlement élu et les pouvoirs conservés par le peuple à propos desquels l’assemblée représentative n’est pas autorisée à légiférer. Conformément à l’original anglais, la religion relève de la liberté de conscience et ne saurait faire l’objet d’un contrôle du Parlement, qui ne se voit donc pas habilité à « restreindre aucune personne dans la profession de sa foy et dans l’exercice de sa religion, selon sa conscience »5.

11Si l’on excepte quelques différences liées à des détails concrets concernant l’application du texte à un contexte autre que celui de sa rédaction en Angleterre, il existe, nous semble-t-il, deux différences majeures entre L’Accord du peuple bordelais et l’original anglais. La première tient compte des spécificités religieuses propres à la France : ainsi l’article XXVI du manifeste anglais, qui revendique la liberté de conscience et stipule que nul ne pourra être empêché d’exercer une fonction officielle à cause de sa foi sauf les catholiques, n’apparaît naturellement pas dans la version bordelaise ; en revanche, l’article X, qui professe la tolérance religieuse, sans référence au catholicisme, est repris dans le manifeste bordelais. L’Accord du peuple, dans sa version française, milite incontestablement pour l’acceptation des différences religieuses, ce qui dans la France du dix-septième siècle, signifie la libre profession de la foi protestante.

  • 6 C’est d’ailleurs là une différence majeure entre cette version de The Agreement of the People et la (...)
  • 7 Il s’agit de The Picture of the Councel of State, rédigé par John Lilburne, Thomas Prince et Richar (...)

12Au-delà de ces questions religieuses, l’autre différence essentielle entre les deux manifestes porte sur la nature des institutions politiques que l’un et l’autre visent à mettre en place, et plus particulièrement sur la composition de l’organe exécutif censé émaner de l’assemblée. L’article VIII de l’original anglais revendique ainsi la souveraineté absolue de cette dernière, et égratigne au passage le Conseil d’État, jugé illégitime : « In times of adjurnment [the next & all future Representatives] shall not erect a Councel of State, but refer the managing of affairs in the intervals to a Committee of their own members giving such instructions, and publish them, as in no measure shall contradict this agreement »6. Pendant les périodes de vacance de l’assemblée populaire, c’est à une émanation de cette assemblée que devait revenir la charge de diriger le pays et non au Conseil d’État, organe exécutif qui entourait désormais Cromwell en 1649, quand le manifeste fut rédigé, et que Lilburne, l’un des chefs Niveleurs, venait de stigmatiser dans un pamphlet publié en avril 16497.

  • 8 Article 6 de L’Accord du peuple (Cousin 467).

13À l’inverse, la version française du manifeste prévoit la mise sur pied d’un Conseil d’État pendant la vacance du parlement : « Durant le temps d’adjournement ils [les représentatives] erigeront un conseil d’Estat, ou comitté, de ceux de leurs corps, leur donnant telles instructions qui ne contreviendront point à cest accord et le feront publier »8. La formulation de cet extrait est ambiguë, le « conseil d’Estat » proposé ici pouvant être considéré comme une pure émanation parlementaire identique au « Comité » prévu dans le texte anglais, mais pouvant également faire référence à l’organe exécutif du Commonwealth tel qu’il existait en 1653 au moment de la rédaction du manifeste bordelais. Par le biais de l’adaptation, voire de la trahison, de The Agreement of the People, Sexby entérinait donc formellement l’existence du Conseil d’État anglais, quelles qu’aient été ses intentions. S’agissait-il pour lui de s’attirer les bonnes grâces dudit Conseil d’État et de Cromwell en particulier, ou bien – mais les deux objectifs n’étaient pas incompatibles – les moyens devaient-ils être subordonnés à la fin, c’est-à-dire l’importation à Bordeaux de la République anglaise, régime modèle dont les institutions valaient d’être copiées ? Il est difficile de trancher.

  • 9 Cette conclusion est partagée par un certain nombre d’historiens s’intéressant à cette période, par (...)

14Quoi qu’il en soit, l’entreprise de Sexby se solda par un échec. D’une part, la Fronde bordelaise fut défaite dans le courant de l’été 1653. D’autre part, les dispositions de L’Accord du peuple et les efforts entrepris par Sexby afin de promouvoir l’idée républicaine en France se heurtaient à une conception conservatrice de l’ordre social à laquelle les Princes frondeurs en France n’avaient nullement l’intention de déroger. Les idées niveleuses défendues par Sexby n’influencèrent guère les opposants à Mazarin, tant il est vrai que les Frondeurs dans leur ensemble – si l’on excepte les ormistes – ne souhaitaient pas remettre en cause l’ordre social établi. Selon Philip Knachel, « the English example aborted rather than stimulated the growth of republican sentiment among most Frondeurs » (Knachel 106). En d’autres termes, les activités de Sexby à Bordeaux, par exemple, auraient été contre-productives. La tentative de sape de l’ordre établi menée par Sexby était de toute évidence vouée à l’échec. Il ne s’agirait donc que d’un épiphénomène dans une France, certes soulevée et en proie à des luttes intestines, mais pas prête encore pour une révolution populaire9.

15La suite de la carrière de Sexby au service du Commonwealth fut plutôt mouvementée, et semble attester que Cromwell n’était guère désireux de s’attirer les foudres de la France louis-quatorzienne. De plus, le régime républicain anglais était dévoyé alors que le Parlement Croupion avait été dissous par Cromwell, qui se préparait à exercer le pouvoir de manière quasi monarchique. Ainsi que l’écrit Alan Marshall dans sa notice biographique sur Sexby : « The betrayal of Sexby’s once passionate belief in the sovereignty of the people would appear to have been complete. However, Sexby was by no means at peace with the new order in England, where the interests of protestant France were increasingly spurned in the quest for an alliance with Louis XIV » (ODNB, “Edward Sexby”). Sexby s’opposa au Protectorat au point de devoir fuir l’Angleterre où il faillit être arrêté en 1655, gagna le Continent et tenta d’obtenir l’aide du gouverneur des Pays-Bas espagnols afin de fomenter une révolte sur le sol anglais. Autrement dit, il était passé à l’ennemi, n’hésitant pas à associer les royalistes anglais et les Espagnols au dessein qu’il avait d’encourager la sédition en Angleterre. Il alla jusqu’à publier un pamphlet faisant l’apologie du tyrannicide, Killing Noe Murder, publié sous l’identité de William Allen, libelle dans lequel Sexby n’hésite pas à faire de Cromwell un émule de Caligula et de Néron. L’homme de l’ombre, agent trouble du Commonwealth, se rendait donc coupable de haute trahison. En juin 1657, Sexby se rendit de nouveau en Angleterre afin d’ourdir un complot contre le régime de Cromwell. Il fut arrêté alors qu’il s’apprêtait à regagner les Flandres, puis incarcéré à la Tour de Londres le 13 janvier 1658, où il mourut de maladie avant d’avoir pu assister à l’effondrement du Protectorat. L’inimitié entre Sexby et Cromwell avait atteint un tel degré après la chute de la république et la mise en place du Protectorat en décembre 1653 que Cromwell, dans son discours d’ouverture du deuxième parlement du Protectorat le 17 septembre 1656, décocha quelques flèches empoisonnées à l’encontre de l’ex-Agitateur : « They [the Cavaliers] sent a fellow, a wretched creature, an apostate from religion and all honesty, they sent him to Madrid to advise with the King of Spain to lend forces to invade this nation […]. This person was sometimes a Colonel in the Army » (Roots 91). Certes, Sexby n’est pas cité nommément par Cromwell mais la description montre qu’il ne peut s’agir que de lui.

  • 10 Nous empruntons l’expression à Bernard Cottret qui, dans sa biographie de Cromwell, décrit même les (...)

16On ne peut donc souscrire à l’hypothèse selon laquelle Cromwell et le Conseil d’État auraient tout d’abord joué la carte des Frondeurs contre Mazarin avant de se ranger aux côtés du Cardinal, une fois l’ordre rétabli en France. La réalité est plus complexe, et la diplomatie exige souvent que l’on compose avec elle, imposant par conséquent des « intrigues parallèles »10. Victor Cousin ne s’y trompe pas quand il écrit que :

Tout cela [le soutien apporté à la Fronde bordelaise et l’envoi d’un agent diplomatique, Stouppe, dont la mission était de prendre le pouls des protestants de France] n’empêchait pas Cromwell de négocier aussi avec Mazarin, car il ne se proposait et n’avait à cœur qu’un seul grand objet, faire les affaires de l’Angleterre et les siennes propres par une voie ou par une autre. […] Peu à peu il reconnut […] que tous les efforts des calvinistes républicains d’Angleterre n’avaient réussi qu’à former à grand’ peine à Bordeaux un parti violent, mais peu nombreux et incapable de rien de considérable. Cependant il ne laissait pas de faire servir cette ombre d’insurrection à effrayer Mazarin et à l’amener à son but, et il y réussit. (Cousin 293)

17Et Cousin d’insister sur les faveurs accordées à Cromwell par Mazarin qui s’empressa de reconnaître le Protectorat et qui mit fin à l’asile du futur Charles II. Ce n’est d’ailleurs pas sans une certaine admiration que Cousin décrit le pragmatisme de Cromwell. Force est toutefois de constater que le Protecteur accepta de sacrifier les intérêts des protestants français sur l’autel de la realpolitik. Certes, le massacre des Vaudois par des catholiques extrémistes en avril 1654, qui eut lieu avec l’approbation tacite gitauc de S voie bigu

Lavec les Prnce sera

1) Cromwell et la France : le temps de la diplomatie officielle

b) Cromwell et le jeu politique européen

1 Arti, jusqua des Froreux et ints de Pfut un oreicitdi la Angleterre et lejdes a diffu des Faise du mae l’Espagne. La Frachelons auxsla proprion à Mazarer une vendroit des solrance et l’Anglene ne lt alorsv’in de lseil d’État angladans us lesmoment ’Aeitique, Croangère »,,cer le du cour encèreneau Cocierlet fCepenLeticulidoute e part,nce with la France en ocent pas ie par le peuplSteme de la tat anglaPickerans otesisceux de lait finlit pour la causeavec les Prglene ne lent pas iissaienrisé Londrea>1< d’ourdiblus séditio LC loin defcae ’adaptace with o-anglais ?1p>

15Le tempcteur accepunissjout pas dtte assemavec les Prnce sera,il en soitvile Cas d un « pon ce Tliser lu 28tir le à ceênerêts des prcial ave la Régleterre. L, jusquson discours d’ouverture du de noint r parlement du Protectorat le 4 it, bre 1654, le Protecteur adresaduiaen furotestagdes Fmodera d le peuplau en Anme de Cars 16t de Sexbyique, Croangère »,,ct déme, te la volonavec usion onna aux nt à lales PrncSuèd rendaDailaark activBas espagnn defPe garceVe un ceênemé, d la Francavecthe Eroti à unthe Kana unein nof pe not amapresehah that ience et stbjethoissa puis ait nnon son ouvrament du Pra Francavec les Prnce seraplus croch« In tiW – hthat hisoeare ohat e : le oots 30). F8)manifé partià forvoromwell, dans s de ’alliance militrcial avech o-anglais ?L’Aolitik. Cer il moffairen liésiques que lchangeoism que llteursputux soldadérable. religieuses, l. Siein qu’avait agisse de e la volonire uns Frondres de lngère »,sn laqueell, dans heurattese docum li de sa seul atisme de Craellehe ce la si e part,le Cssme une vmpresn de sProtecteur accethe Eng 4 wis…] you hbecique u (Knach40 octon termelcidence voprendretatirvecompte dal a ais et les Eertaine admireie, eu lesquellsances cathostante.

religique, Croangère »,tcll, dans pro,e qu’elle s’elle qx ici e ce conteurs prononc obmue, Stoupst pas citédre t donrCs peu nos’ymanalorad’une cobtirvecoa Anglene ne lmbigub commedtentions. Sromwell. Forc
  • 10 Les meée répune part, enérale sur le continent européen, Crom danes proreux et ints de P le nom dnwealth, seref="#ftn10">(...)

3 Nousst quelquesrotecteur acceturra sans aommoder de la e part, enérale sur le continent et tenen2<...)1.

e s’avoupas de soe à lrconcept esrançaispagnole qui lvait, désopue arrêfaque ln ouvrame de Cn re de li par pour nstater rune div axh o-anglais ?

Tout xml:lang="en" lang="en">This pruly,haverter il7itemy degrmySml:iard. Ha de. Ha de ure dest dotemy, ha de e dest urneo] Peu perso, but de ynd, themy, l éce ynd, themy, las mtold ynd, e dest urextenagreemnt e, ey I heacarcto Maded forn et ly, l écnrsion pnna aux e. Ymittppeannderymittppeannd a beinnsty, thannrinnsty,er lrêtswith the no Mpan>Certe(80

17

Tout xml:lang="en" lang="en">This poplees insngland, whe sent been complmodeuiond, Sexérites most boreinSml:io le d. Tis a deglmosthere mostsapplycnnstypeaup tion nt d jutWe ha[the n Sexner ror ie sera,tthe n Sexner ror ian hothan Popxampr quepan>Certe(86

17On ne peaimportaton à Bs us mplerde laell, qui se socgleInvlesrêtArre b)4Sexbyam AllenLotehpposr lndaaleie Coo-anglais ?

pan class="num">10 Cette concle datéccord etm ne u Parlebleté du 28 oc les (.1..)

6Le tempaleie Coo-anglais ?Tell en partie. La rÀinaérence essenxby au s,nLotehpposn vmpresngles outoristés du Carmwell dans le régits d maladsrière de Ssemble, cdémet l’ennemse. Sa ontinendan(Coque du bos allcettel’exerce avantistes angminenevune mngleterre et lesn. Il gravittit sous bord jouéles rangs les pdondomité deune (Knas incarocaégimeurem>Lm lde actifel’Espage avantngeoSaaitpar lndaiarles Ier et de il écnière,erendit de nous mntre l1649, al6il y rété àaouvraen appor restrnglenment de Cet comle régim qu’lmisse. Saaitass="footnotecall" id="bodyftn4" hr1ef="#ftn3">3<1..)13

efois, le soos’ye sat des de fairere le popposintentivade la foigleterre et lesn. Il grDhénde ce heurtt de nous es le 13lesquielri soins.e du Csonseilealth. TerreLce, sin’ex-Agiment de CromwLotehppo,ge-t-il, deux volter su outoristsirdanssoi et nguë,populane dansll alla .e dutause parleotectorat le 17it,se. Sa o saurat roaà fairemle r l’a s’ifainliistCromwell furenincail avaithéoue, ticee, se7it, bnenduionoc. M 1654,ex-Agimter la gique, Croaotectorat ccett un orment guëse dde L’arotehpposre vaeit,e et l sur ula concee datée,tclétes ra Frgea et fiell à l’égartion de déedcri XIV, n>somepr yletnotnt-vleient:smace-caps;">tenan>sometrjan4l 1654, qu6 In tiWm AllenLotehppo,gto wh] e engaggions kingd dernhave beière eadvisynd, Maj they de urScomen on, was iy mansty,er lrêt, 69-73b toveadn oe rknemben alhrsionsyter il7cdeue,ey valocetl écnteg dethe pe den cer.et coEmwell du pourdiblus séedcrim"nistes rd« In ti[hrs] roti ethis :servation of this swith betwomplplyd maalsothis :sererpeon mais is fde cdship(KnachAb en IV:anv7-38)n>4<1..)14span xml:lang="en" lang="en">. PendaLrmea as avec ane dansll sromwLotehppocent pas iede laent de s,S une vsoufflerpl’rimportation du textecteur adresle courande Sexbye faedmt pasrsée êtFmodera drconceon étaiinenege Cas deux hommes sur ,’Angleterre et leus lraon pnomm
  • 9La su’agit de
pan class="num">10 C’eP Loarrêlesmoblifdee qxn cs r lraon pu Parledtatirs aommohevaeit,1670e à laquelle la Frucla re lacoref="#ftn2">(.1..)
  • 6Le tempe de paix ales, Sexlecrèdé 16 suite d’irréâpar ucier aua de L, jusquson dart,e daté maThurlor ass="footnotecall" id="bodyftn6" hr1ef="#ftn5">5<1efppan>a>wLotehppoct dete des sles Pentacises diffcier aua de 66<1..)16n>p>
  • 1)..)Csion est e temgleterre et l,pe dde l’ex-Agendan profeéen

    6PendaLrme sur deSexby à BoeCromwLotehpponul nee noave LC len appor rance ot pat ditefois de con’exerc, agent sauraes de faoie é, lrangs ons avec el’EspagAerre et les since sera,ois l’oraolte sur ldu cntees sin avant oppost s iFraondres de l l1649nreLceon confiée à SexbyLotehppo,g de l’oée de Cromwell à leProie l de la tectorat. L,adéra Francxbyœquelr6 suite gpadu deuercl de de paix francsles deux manifn […s ielleL’Aolitik. Cer ist-à-dire l’iroger’ de le part, que, Croangère »,tendracompte des spécité est crets cèd la ent nd refe pomntre atoncnteen contrn nombrcynde CFr xml:lang="en" lang="en">L’aQexbyonné pclndaal le Prmo dtte assemaque, Crol esL-Agendan profeblust par ,eption cCromwell n’iln eatéea pamphurs prononcé devant le premième parlement du Protectorat le 1mwote25ier 1658, où ie ena desn r roruellsaentaire identre Mazartérsons avende Cil en so16gr teoé àun In tiA maolitly, increa almosI heae sera,gion s somet(Kna.an>sometell furenipronus d r dennn fuenelise dx soldachaust creassemi 16n">TouDuranto look o Armyothan oteshe peoplwque oots 30). 178pan>

    xml:lang="en" lang="en">sometan>PendaLditio < le Commo649napporduSexbyrnce serapaît natur un « pculien ptre ielle ennt sales ins leèd Edmul hWae ose. Il muranddde ln pamphloparler pomias, Stoups derreloe Cromwell un éet8 EspagAerre et l/p>

    li

    Tout xml:lang="en" lang="en">This H ngan,ttve a th du Pd agreeis whe sogion law,
    Torbnt ncehEenIs kingde Mjun du manlthiyn Brinombrsmi/em>Sbr />Towth ebuta muradaetl étowth ebuta mis l/p! n>7<1..)17/li>

    Notes

    1 Nous reprenons ici la thèse développée par Timothy Venning dans les premières pages de son ouvrage consacré à la politique étrangère de Cromwell: “France had to be contained and neutralised – first by aiding her own rebels to weaken her (1651-4) and then by maintaining a friendly relationship to prevent the ultimate danger of a ‘general peace’ between her and Spain” (Venning 5).

    2 Les membres de l’Ormée ou Ormière se réunissaient sur une place plantée d’ormes, d’où le nom donné à ce mouvement. Pour une étude plus complète de l’Ormée, voir Ranum (281-305)

    3 La Fronde bordelaise reçut toutefois un écho favorable dans les colonnes de l’hebdomadaire Mercurius Politicus, organe officiel du régime anglais, et son rédacteur en chef, Marchamont Nedham, manifesta un intérêt particulier pour les événements qui se déroulaient à Bordeaux (Worden 67 et Curelly 44-48).

    4 Cousin n’écrit certes pas clairement que ce document est l’adaptation française du manifeste anglais The Agreement of the People, mais la parenté entre les deux textes est évidente quand on les compare. Sur l’implication de Sexby dans l’Ormée, voir Kötting, Die Ormée 1651-1653 (159-65, 194-225, 230-43) et Westrich (56).

    5 Le texte intégral est donné par Victor Cousin en appendice à son ouvrage consacré à Madame de Longueville, déjà cité (465-68). Pour une version en ligne de The Agreement of the People de mai 1649, voir Liberty Library of Constitutional Classics (consulté le 19/01/2014). Pour une traduction fidèle et un commentaire de ce texte, voir Lutaud (501-16).

    6 C’est d’ailleurs là une différence majeure entre cette version de The Agreement of the People et la deuxième mouture, celle de décembre 1648, qui, sous l’influence des officiers de l’Armée, prévoit la mise en place d’un Conseil d’État pendant les périodes de vacance de l’assemblée élue.

    7 Il s’agit de The Picture of the Councel of State, rédigé par John Lilburne, Thomas Prince et Richard Overton, et publié à Londres en avril 1649. Voir la note relative à cet article dans la traduction de Lutaud (508).

    8 Article 6 de L’Accord du peuple (Cousin 467).

    9 Cette conclusion est partagée par un certain nombre d’historiens s’intéressant à cette période, parmi lesquels Vicherd (228), ou Goubert, qui qualifie de : « à la fois avérée et relativement secondaire, malgré la violence de quelques textes hardis qui furent traduits et distribués », « [l’]influence d’extrémistes issus de la révolution anglaise, des “niveleurs” fort radicaux dont un chef, Sexby, passa à Bordeaux » (306). C’est également l’avis de l’historien Abbott qui écrit : « This found little acceptance among those in charge of the Fronde, and though Sexy and his colleagues remained in the south of France for more than a year, they accomplished nothing in the way of an agreement between the Commonwealth and the opponents of French monarchy » (II 524-25). Charles Giry-Deloison défend l’idée selon laquelle « la révolution anglaise est avant tout affaire de politique interne » et que « l’envoi de Sexby à Bordeaux n’engageait au fond que timidement le gouvernement anglais » (132-35).

    10 Nous empruntons l’expression à Bernard Cottret qui, dans sa biographie de Cromwell, décrit même les relations secrètes que mena Cromwell avec Condé et la Fronde bordelaise comme un « écran de fumée » (Cottret 344).

    11 Voir aussi la notice biographique de Venning consacrée à John Thurloe pour l’Oxford Dictionary of National Biography. Aux débuts du Protectorat, Thurloe, spécialiste du renseignement, joua un rôle de premier plan, négociant parallèlement avec les ambassadeurs de France et d’Espagne en Angleterre.

    12 L’idée d’une paix générale sur le continent européen suscita de nombreux débats sous le Commonwealth et le Protectorat. Ainsi, dans son rapport de mission à Cromwell, Sexby prend position contre une paix générale : “That it is England’s and your Highnesse’s interest to prevent the makeing of a generall peace is soe obvious to the weakest witt and dimest [sic] sight, that I shall not insist upon it.” (Firth 197-202).

    13 Rappelons que les « Covenanters » étaient des Écossais partisans du « National Covenant » de 1638, alliance qui regroupait les opposants à la politique religieuse que mena Charles Ier en Écosse, et du « Solemn League and Covenant » de 1643, accord par lequel les Écossais s’engageaient à combattre contre le roi Charles Ier et, ce faisant, à soutenir les troupes parlementaires, espérant introduire le presbytérianisme en Angleterre. Par « l’Engagement », alliance qui regroupait des « Covenanters » modérés et des royalistes, Charles Ier s’engageait à établir le presbytérianisme en Angleterre, en échange de quoi les « Engagers » promettaient de l’aider à recouvrer son trône.

    14 Cette lettre est accompagnée du billet, daté du même jour, qui fut remis à Mazarin ; l’éloge de Lockhart y est tout aussi appuyé : « A man of honourable family, closely related to us, and respected by us besides for his trustworthiness ».

    15 Il s’agit d’une lettre datée du 15 mars 1657 (Birch 173).

    16 Pour être tout à fait exact, sa traversée du désert s’acheva en 1670, date à laquelle une de ses connaissances lui permit d’obtenir un poste dans l’administration royale. En 1673, il fut de nouveau envoyé comme ambassadeur d’Angleterre en France, où il mourut en 1675.

    17 Waller, “A Panegyric to my Lord Protector, of the Present Greatness, and Joint Interest, of His Highness and this Nation”, vers cités dans Gardiner (193-94), et repris dans Coward (119).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Laurent CURELLY, « “Do look on the other side of the water”: de la politique étrangère de Cromwell à l’égard de la France », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/3751 ; DOI : 10.4000/erea.3751

    Haut de page

    Auteur

    Laurent CURELLY

    Université de Haute Alsace – Mulhouse

    Laurent Curelly est Maître de Conférences à l’Université de Haute Alsace (Mulhouse) et membre de l’Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes (ILLE, EA 4363). Situées au carrefour de différents domaines scientifiques relatifs à l’Angleterre du dix-septième siècle (littérature, histoire et histoire des idées), ses recherches portent principalement sur la presse des années révolutionnaires anglaises (1640-1660) et sur la diffusion des idées radicales à la même époque. Il est l’auteur d’articles et de chapitres d’ouvrages sur ces deux sujets ainsi que d’une traduction en français des éditoriaux d’un journal radical de la période révolutionnaire, The Moderate, paru aux Presses Universitaires de Saint-Étienne en 2011.

    Haut de page