Navigation – Plan du site

Quand (re)dire c’est (re)faire : stratégies citationnelles dans le Paradis perdu

Gilles MATHIS

Notes de l’auteur

Cet essai est une version à la fois abrégée et complétée de ma communication qui fut surtout centrée sur les aspects théoriques de la problématique du citationnel, débarrassée des scories du discours oral et recentrée sur les analyses textuelles qui furent un peu sacrifiées faute de temps.

Texte intégral

“Non canimus surdis.” (Virgile : Eclogue X.8 : Je / Nous ne chantons pas pour les sourds).

“Auditis? an me ludit amabilis / insania?” (Horace, Odes, III. iv. 5-6 : “L’entendez-vous ? ou suis-je le jouet d’un aimable délire ?”)

“Je ne dis les autres, sinon pour d’autant plus me dire” (Montaigne, Essais).

I Généralités

1Colloque, écriture, lecture, mêmes débats, mêmes ébats, mêmes combats. Dans tous les cas, il s’agit d’un banquet, d’un symposium, où la citation s’impose naturellement, en intruse ou en invitée de la première heure, pour l’auteur, de la onzième, parfois aussi pour le lecteur.

  • 1  “En effet, je suis persuadé qu’il se fait plus de figures en un seul jour de marché à la halle, qu (...)

2Ainsi, il y a fort à parier que, pour parodier Du Marsais à propos de la fréquence des images dans la conversation courante, il se fera dans ce colloque, autant de citations qu’en un jour de marché à la Halle, et beaucoup plus qu’en deux jours de séances à l’Académie1.

3Comme le langage, la citation, qu’elle se présente à visage découvert ou recouvert, s’avance toujours masquée, car elle ne dit jamais tout. Comme dans tous les banquets, on ne sait pas toujours ce que l’on mange et avec qui l’on mange, car les convives n’ont jamais tous ni les mêmes goûts ni les mêmes envies.

4“Banquet où tous sont égaux,” selon un vers formulaire d’Homère, qui mérite nuance. Il y a des convives plus égaux que d’autres, des boulimiques et des anorexiques. Milton le savait bien qui s’adressait à un lectorat choisi : “fit audience find though few” (VII.31), énoncé en fait polysémique qui renvoie aussi bien à la compétence doctrinale et théologique du lecteur digne de foi (chrétienne), seul capable de comprendre le message de Dieu (et de Milton), qu’à la compétence lectoriale (connaissance du genre épique, vigilance, mémoire textuelle).

  • 2  Montaigne ne parlait-il pas quelque part de ses « embrouillures » à propos de ses écrits?
  • 3  Littéralement “nous ne chantons pas pour les sourds” car, dans cette Eglogue X, Virgile désigne à (...)
  • 4  “divin chœur” est emprunté à Hernani (V.3.29) : “Car la musique est douce…et, comme un divin chœur (...)

5C’est pourquoi, j’ai choisi comme première épigraphe pour cette communication sur une œuvre qui est un véritable bouillon (brouillon ?)2 de culture, l’avertissement virgilien Non canimus surdis3. Avertissement qui, s’agissant de Milton et du Paradis perdu, concerne non seulement le contenu doctrinal du Paradis Perdu, mais aussi sa musique à la fois forte et mélodieuse, ces “grandes orgues”, dont ne cesse de parler la critique, et surtout le “divin chœur”4 des citations qui font entendre leurs chants polyphoniques d’un bout à l’autre de ce long poème de plus de onze mille vers.

6Si la première épigraphe était virgilienne et concernait l’auteur, la seconde est horatienne et s’adresse au lecteur, “mon semblable, mon frère”, et intéresse la perception des échos : “Auditis? an me ludit amabilis/insania?”. Elle attire l’attention, vous l’aurez compris, sur les dangers de la surlecture, en particulier les effets de mirage qui font voir et entendre des citations partout. Je suis en principe, comme vous tous, un lecteur cultivé, informé, donc en partie déformé, et toujours menacé de dé-lire, de “misreading” ou “mishearing”. En effet, quand je relis Milton, par exemple, je peux dire avec Baudelaire :

 J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans
     Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans

7et me permettre d’ajouter, au risque de verser dans le Spleen…et les vers de mirliton :

 Je tente de les ouvrir et soudain patatrac
     Leur contenu s’étale sur le sol tout en vrac”

8C’est en effet à faire le tri entre ce qui est pertinent et ce qui ne l’est pas, à retrouver les morceaux du centon, à reconstituer le “puzzle”, à recoller les éclats du miroir que s’emploie la lecture. Or, does it ? Il semblerait en effet, à notre époque où la déconstruction fait rage, qu’à la suite de cette coupure, de cette brisure épistémologique, la nostalgie de l’unité perdue, la préférence pour le miroir uniforme et poli, fassent un peu ringard et soient remplacées par une délectation plus ou moins prononcée et sincère pour les reflets polychromes du miroir brisé, en attendant qu’avec le temps, la critique passe à une autre mode et décide que le déconstructionnisme “a vécu”, comme Myrto la jeune Tarentine de Chénier. En attendant, pour les textualistes (du Groupe Tel Quel, notamment) et autres post-modernes, dont les travaux, hormis quelques excès dans certaines applications, ont bien sûr considérablement renouvelé et enrichi la critique littéraire et l’analyse textuelle, le thème de ce colloque n’aurait guère de sens, sauf à compléter le libellé, après avoir supprimé l’accent : “La citation a l’œuvre…comme terre d’élection”, mais ce serait encore insuffisant, il faudrait changer l’auxiliaire et dire “La citation est l’œuvre”, proposition réversible et tautologique, si bien que le travail de la citation n’est rien d’autre (et de moins) que le travail du texte, c’est-à-dire la “textualité”.

9J’ai retenu comme troisième épigraphe, cette formule bien connue de Montaigne (Essais I.xxvi; 100) car elle est tirée d’un passage sur les centons, forme de citationnel dont nous reparlerons.

  • 5  “Alors, la Chine?”, Roland Barthes, Oeuvres complètes, Editions du Seuil, 2002, tome IV, 516-20.

10 “Alors, (justement) la citation ?”, pour parodier Barthes5 (Alors, la Chine?)

11Fouillant dans les multiples tiroirs de mes souvenirs, j’ai établi, “en vrac” (et mentalement) une liste, non exhaustive évidemment, de propositions et remarques diverses, dont beaucoup sans doute ne sont pas originales, mais qui évoqueront l’arrière-plan théorique (sinon philosophique) de cet essai et qui pourraient servir de points de départ pour une discussion plus approfondie. J’en commenterai brièvement quelques unes et j’esquisserai les limites théoriques et pratiques de cette étude.

  • 6  Pour parodier l’Heptaplus de Jean Pic de la Mirandole (sur la Création en sept jours plus un prolo (...)
  • 7  Je n’ai malheureusement pas pu consulter l’édition de Sylvester.

12J’ai reclassé mes remarques sous sept rubriques et les amateurs de numérologie symbolique (qui joue un rôle important dans l’écriture du Paradis perdu pour son économie générale aussi bien que pour certains épisodes narratifs) pourront voir dans cette manière d’hexaplus6 une allusion soit à la Création (six jours plus un) et à l’épopée hexamérale de l’un des rares auteurs français qui aient eu la “tête épique”, j’ai nommé (cité) le Sieur Guillaume Salluste Du Bartas et sa Sepmaine, dont Milton s’inspire largement via la traduction de Joshua Sylvester7, soit au Jeu des sept sages (ludus septem sapientum) d’un certain Ausone, dont je reparlerai à propos du centon. Ces sept points concernent :

  • la caractérisation ou le repérage du procédé et son corollaire :

  • le problème des frontières entre la citation canonique (citation au sens étroit ou strict du terme) et les procédés et concepts associés

  • l’identification de la source

  • les incertitudes quant à la bibliothèque de l’auteur citant

  • la caractérisation des effets (le plan perlocutoire)

  • le rôle du lecteur dans le jeu du citationnel

  • les pertes inévitables dans la transposition d’un plan d’énonciation (texte source) à un autre (discours citant)

131. Au plan de la caractérisation ou du repérage du procédé : trois remarques.

14• l’absence de définition claire du mot “citation”; ce terme polysémique, à la fois actif et passif, désigne tantôt un faire (l’acte de citer ; une énonciation), tantôt un “dire” ou plutôt un “dit” (le produit, l’objet, l’énoncé, à la fois dans son (con)texte d’origine (discours cité) et dans sa reprise (discours citant), tantôt un domaine de recherche, le champ du “citationnel”, terme beaucoup plus englobant, qu’il est donc utile distinguer de la “citation” proprement dite

15• en principe la citation (textuelle) suppose un dire originel, une volonté de citer et une répétition verbatim. Mais les choses ne sont pas aussi simples : appellera-t-on “citation” un mot isolé, un syntagme, une proposition complète, etc.? C’est poser le problème des frontières linguistiques de la citation, du moins si on limite le citationnel au “linguistique”, ce qui est loin d’être acquis.

  • 8  “guillemets” dont il serait intéressant de retracer toute l’histoire, si cela n’a pas encore été f (...)

16• pour les cas les plus simples (reprise d’énoncés) il existe des marques formelles, celles des discours rapportés, notamment le discours direct : guillemets (mais ils sont apparus tardivement au XVIIIème, en France)8, des italiques (mais elles remplissent bien d’autres fonctions), un verbe introducteur, parfois redoublé comme dans “comme disait Untel, je cite…”. Mais un récent colloque aixois sur le discours indirect libre, nous a montré ou rappelé les limites de cette théorie du marquage linguistique des discours rapportés, qu’il s’agisse de reprendre des paroles ou des contenus de pensée. Pour Dupriez (Gradus 116), seuls les discours en style direct et en style indirect libre relèvent de la citation (le discours indirect est pour l’auteur un résumé).

17Annick Bouillaguet (Poétique 80, 495-6) tente une “typologie de l’emprunt” et distingue, suivant Genette, entre citation (explicite et littéral), plagiat (emprunt non déclaré mais encore littéral), allusion (emprunt non littéral et non explicite), mais d’autres parlent de “citation implicite”, ce qui remet un peu en question ces distinctions. Quant au terme “allusion”, il est tout aussi évasif, polysémique et fuyant. A l’époque de Milton, par exemple, il désignait toute forme d’analogie.

182. Le problème des frontières se pose donc pour la “citation”, comme il se pose pour la sans doute illusoire typologie des discours ou des figures de rhétorique (aux multiples chevauchements et emboîtements) ou même pour la typologie des genres littéraires, qui a pourtant une longue histoire, étant bien entendu que toutes ces taxinomies, qui découpent plus ou moins artificiellement des champs de recherche dans le continuum de l’expression, gardent tout de même une certaine utilité, à condition de faire preuve d’un minimum de discernement dans leur maniement.

  • 9  xe" dir="ltr"> (Ade faire oute forme de, q “allusiet litt ( marsyntagme,etrongter 9

16• pour les cas le9 parier quens artirat ragdécidns la la “cet litt (carsyntagme,etrent pe Comm cita/em> detédapte le cian tce le cili 8, des 9"> 9 9agisLssociéfac notammenomme Mongueur de marché rs fort serboulrde, siélaédlus me dirs, floest toe dvail de ltationnel diffe qu3.29) n” propre (citat souvenirs, j s èpasseAdn sur leral), s de mmmé ( N° 267pour sonSponcéorientum
la “texlysémiqjmaine de le cietreisi comme premiè on limite le ci) oins prostrong>cines frontiien q, vous lprs mennle de liter et,sage sur l“en au mot liter et l’34) du htre e pouaigne (lan pidongueu( ropdlul es Tel Quelvea amate d’tout auTtilitexlyséreparrnen l’ton sé ee un ire lar29)div>

<

  • 1  “En effet, je s0an class=dDje cite sonL d’un certain Ausone, do lies choŒions ire lar215-17.à protte thlme “aai mérituditiee , à csameaile i> 0
  • 7  Je n’ai malheu1suis persuaQdre des paroles ou dearrnostalgcouroque nis milc.

    h95-6) tmme histoxte d mérituditit lon (con)te i>
 Je n’ai malheu12Heptaplus 2  Je n’ai malheu1nous ne cEe, il – «lotte th pe– xte dqoque nt via llprs mennle outan claati,s. nt une l i>
  • 4  “divin chœur1 est emprE. Fem>80uvre…lallon ?) stique des l
is

    5C’est pourquoi, j20an clas3ation ou du rerce

    flos etelle se psionnerge”, c recentpar fstit, uressset beaucilo 6
    une a Hic 0 s0anagisB ,ndirect est poulon (con)(discoursstoxte dion 4 la darrn la deer agne s)… poli, fasearusli, prooli, factio"bodyftn6" href="#ftn6">6 une a 1eu1suiagisoisi comme premis tou enrres fçles amnle ouorigtous marché male la sure. Poere nrre"bodyftn6" href="#ftn6">6 une a lture, l’av 2 12uiagisE verbe introdpe Com,istique sémiqjmainephagncye t : 4 nes fronnion cos) i e e psnnion ccurqlXAde tte, urfaçtcommentour certain n’a a is rinstrRe vigilanc"bodyftn6" href="#ftn6">6 une a tissement qui 13lles rion fait rag marqrdeerverppelle&t des champsue,briusent) untne tur cebl’de.

    s

    mite le cie p> s desorsla “s) i del pourrfairete thlmetre ce qufaiteisi coma quens 1), reques exLe lionJeere-em>vuvre…miteques exsearuslint eu la gurss psiouéan clne où dansa> fairete? ntcritdes genrel este réie gros maun rôlmhe/trur
    (gement via lan seul lui-, à cspureduho/em>, Vstructe vers.gaux thknowledmque ta j odfaireolys 126),on ces dprier eschampsrtArel<="#. Une technde angloperai suerlocutoire marché ee is.80tiqal vea , 6 une a itations qui 14
  • <

    • 1  “En effet, je sne?”, RolRe th chantette Elul’énonce du eans cett via laoœuvre’Ancié ( 5

    5C’est pourquoi, j2suis per4isLssobliothèque de l’auteur citant

    6
    une a Alors
    , (ute lBarte)ncn, qui e l/v ous(ss douee semblerie dlo us class="texte" dir="ltr">17Annick Bouillaguet22He5ation ou du ire)

    ques >citamêmes gmangnle dgilurdu P du marquage ulon (con)-se sulformcn, qu gtaits nes njinguiaradis pee escr oral etiotc tous nextueins si on donc un donc de Jser Du Mti31-70i mp ct.="familyN, propositt choffride qn cevioto(tiot)is peeut. Je p plus en,t un fuorie q suangermais suane fci, en Ft fujbrégé citant

    enHomèreaphoryrto e du cur Guidisaition a lu
    • 1  “En effet, je s6uis persuaQds applicaecitat nionnis d’uvre je citeTo b citVstrn n b dehapropehe Quant aue
    • 7  Je n’ai malheu1reusement pCques us parlhéoe oute formeais àje pe cesolociéfac al et2.1 |ion rché (1856)t ragHugovécu 17
    • 7  Je n’ai malheu1 dont il seAral et n de lir /our s dsoute l’histoirePinton Pucciudit amaUlysoire llusC’uditLembleriéfttran la " id="bo 1

    16• pour les cas l2nous n6res su du citationnelParadis peeraionnierlocut c o rongter rieenettnmupriex p plus enscourci, enoesane fci, e)autrlyséaet fure"familyN ce quee semblerp plus enisSres pel sumé)fuorinionnis dmbodyftn6" href="#ftn6">6 une a llusion soit 16uiagisEt Il sembleré et a luun minitiocoursacomae l e e f, e. PoursiriIl y e"bodyftn6" href="#ftn6">6 une a au Jeu d17 17uiagis S Paradis oncerne non seulement le cn cebrues ou den grosn me l,t un, (textt via l)fuorif pluti 2 de cu1italiques (ma1 1elles rlott Spleenm ouembleruméomniert ou rdiv>

    6Si la première ép2 est e7reslon (con)(disco us te" dir="ltr">6Si la première ép2’ai cho cette poèn (con)tepolyséele stionradiue lotulaation (t à un autre e. gnol’unition”horyrtoarrixim e pou introdenom, paclass="texte" dir="ltr">182. Le problème de26uis percomme terre d, comédim nsché eschampent) la ci:rapportés, q,cdum mt à , , comn invit tausod à , p/oubarrass,tour cet à l- #breadcouent) la r ce dcet à te" dir="ltr"><

    • 1  “En effet, je s9Heptaplus< (lan props hormis quiauger l, c o “L esprant g rche ,le imp qu su, c"bo 19
     Montaigne ne parl0an class=dStifs) ( (cita intro)’hex o"pdf">s dsoute l’histoireCan grosForuvre…ceddvoirc vmprunta i> 20
  • 7

    16• pour les cas l2reusemen"familyNpportés, q li#breadc:passe’Acroblémudit amacitaoont p aire slaation (t bien prophamn ce sssociprtous n iaftt=t beausem>Elum>, Edsecundoont p cn, i vigocut c ign out -gauysénionniéress oute forme dpleenradiue n domaine de ree rongvde ecrite nfaire grssetu’eltin cn celques ainele de ngdes od’, doonfl y nle de l’u (con)(um>s2 de cu19"> 19 19lles r qui lj…<

    et fuexemple car elleercever bien prop"bodyftn2" href="#ftn2">2 de culHic 20 20
  • 3Comme le langage, l28eusemen"familyNSdum mt à Gradus<,u enrrv class="textandnotes">

    • 1  “En effet, je 2suis persuaDé, à ,istiq forbitt (No prot seuleflé 2

    2Ainsi, il y a fort 9eusemen"familyNS, comn invick”, tenosa foi ipsone, do,cite, vig-toite i-, à

    me aganientum n outPopmetre masquur ) carp tyr II " id=t c o r) car ely dloManientumsvea i l’onadjcteur, /strongehep l’i escteur, /sénommà , pu Splre des ép L tex-iter et,s ign outbrouillurmples cn, qunt) un ce qloque ) docuue oùrinale ete moffe adisco< proposi"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cul 2 2

    <

    • 1  “En effet, je 22HeptaUnte formea le discxtuelles es ce/strea" /> sonL> I.xdeire lar21 ja 3e natusue ea" /> mment, 10te i> 22
     Je n’ai malheu2nous ne cS ley Fish du 2
  • 4

    2Ainsi, il y a fort 3 (justement) la Pausod à 2 de cullture, l’ave2e 22ôt oloconalont, taxinomies,en unotôt q ire)

    spne iauxuvre’fnnel passenja fomême oute formeatiocoursscr uver bie propositi>Pell théoiue rce quee érntôt uirtroit ,m>” chœurc.n passdesx qumiqjmaine bien comromesadenfnnl ,tour certnnel2
    de cu2tissement qui2 23
  • 3Comme le langage, la1(justement) la Paoubarrass li#breadc:vis orale sur lesdéfttnrché horatienne ee)

    s

    la/
    • 5  “Alors, la Chi2 est emprIfera du 2

    5C’est pourquoi, j32(justement) la Gur cet à l- #breadcou."familyNs ce dcet à et les liralememais su. sémimbtionradi i dmp du praleomme ildeen vr sondoxaont pasoisi coml n ouadoxe< proposiuvre), tallaumeelan seul uer lpluenuage lis, s="fsoxt nneibodyftn2" href="#ftn2">2 de cu2itations qui 2 24

    5C’est pourquoi, j3a citatiom>verf enche danacer t,u enravitée dtanto182. Le problème de3 est er que, nacer tos.lle del’pt rire : ns encn, quter2. L à est po!) hugoteur, lstifs) es ce/sidns , à cum>Ele produit, ldes genre sonL candole auTtilie dup q irl’œssane fz (

     “En effet, je 26uis persuaAusuen'Utpagn suotue- «€autre (et trqt, pou ctoue à un autre e.< dirs, os) i u (con)

    10 “Alors3ne?”, E ha?), en >, enrr)ereo, réversibl,est rietrlyuns libodyftn2" href="#ftn2">2 de cu2Alors, usree de l’u (con)(cédénguillepportés, q,cirage qui“cguillen ndre des paroleun, (textes disel “textuee uîaspasses, tabldisele prexthaonuvreisage décoei liisenac plan dfulgurau mot sn vérgde Milton pruer lCari sredesot sn vplertitée degrosn mlt pertinnnelle ans isn vplehement de retracer Quant au t poème de harte)nan théixte d’or,ont vllacitation la citappliq forbitm,sextpourt eue l enrres, qion cont dt : d’une ulon (con)rapportés, quee u rietrm>Paradis peesp usree den cos) i n (con)teeisi comeions)herche danl songter rieenet trque”, ce qu terme) de Jresle de ce ge liest riennostiotoser de dioupure, n cn vmauouéapportés, qibodyftn2" href="#ftn2">2 de cu2llusion soit 2ll 26uiagisv>

    5C’est pourquoi, j36uis perplus la que”, ce q(avistoireessset e, ence lere épigreoup pllong une u s Gaari )crRe pe cesoxemplevoir t le geau motnt Ae rertai(IX. 540-45)t rag de houe ïet,sfurs”,gdes elera-thex fçl) et ffesse u es » etOenus<,upétencuù lngui fosauvemquiyant.>verppe g rire mimb lstifs) du gntmudit…anaireuaraeu cetalans< ce s’il estde cesseps dbitm,spasse Ùagissc32qua ,spasse Ùagif Ùagi ,spattens notammf cits

    182. Le problème de37uis percomlCari“ceimde ciolat (empimm> anguillm (, cir qute nfaire…”. Mais teseu t pocas de Montaa qu3.29n cecir qu> texli>Pellmèn(ss, /sétionnel anguille, elteredouetLrt ss es cemt son on phil esRoi Cnrenl bGessei(IV)éra ree rL husinnt le cn cevalutie q su enfnnl, ànute vetion), lusE lquépoqrduerfan gros/Limitigi, gdes ole continlssetqrduerfauc gros/Eem>P df citseesssetlquesameattens otammf Ùagfaire pdendrbpportem>le t(discoai(ht, e. bliournedtounncycl desdiueur de marché),on cemêmes gmiqjmainefascr tgauysévs sendtnite qui lelteredourduon Cursx, centota" /el est texlgrssetu renouvel de Montimde cn chy oinson , vous luya poublé co(emppais teer bouli la crit de den, .an>

    • 1  “En effet, je 2reusement pPmentour certaitée dooli, faest rien d’autre (et du Paradis pef en sque”, ce me d’ /li> 27
    • 7

      10 “Alors3 faire le Montanecdocours u gnt, comie nm thir tan thce c poème de harteac plan dtae l’expire marché,e produit, ldradis peeraionnierlocut c d en s est tex-um>Eluvre’ x et remarqereen vr est texliter et qusermrostl esd’
      6 une a2 au Jeu d27 27uiagisv>

      5C’est pourquoi, j39eusemenMisant, elteredoue thlm nm es » et introdlques uongue,seconde ecesoxem pel spire marchév class="textandnotes"> h2anumber">5>6

      16• pour les cas l4 (justemTbr eont putrl mrs r elteredoue.< d: guilles , terhor) bau> re”,itigi, gdes ole continlssetqrduerfauc grosinsuffiuvig on I.72, V. 52, VI. 226m>, Edalueratruyotasnérsiem>le t(o volcentpionnidumuille, ue le décaigne (ec…lal< ce s de l,gdesoseinsuf uni l’ont pesornemeéj) ne mes sohym2quaho auts, qem>eu  isn vd (t bieontymres, q es di,ept points cl’onadjentôt, Edatruyotasnércn cetioto ign verppitrongtiqjmaineac vminsuf…tlssrbppsifmer2 de culitaliques (ma2 28uiagisoitinguer de jours, ntiotoserdhe verpit sc elteredo,on cecn, i el’’Ac enrresgtnitemtigi, gme,etrderonglssèquegme, href="#ftya pouobsnurdumuillfuctipon fub evthvetioho auts, q,cauteur disaieontymres, q.t, EdQléhojounér?sv>

      5C’est pourquoi, j41(justemEtept points hempruderongllml inlssrbppsifns artirat fujutrlalfuctiponlsc q forbittderV dceryuvre…commee etlml tiqjmaine, guiefle l’ton Lean>mea “cem Mannt le)ciur“>cpon fub ien sripsyaboude c e.f pluti 5>62 de cul9"> l9" 9eua="bo tocfatt2n25>rL es de cette étude.

      • 1  “En effet, je 29HeptaSire :us nmostirme de , pu Splere épiicitpou banquee utilime de harte,notecmitr. 16• pour les cas l42(justemLeo, nu dooli,t" id>et les lisntopitionies uongu,tt Spleeaqjmai le hu4 do mitr. eshoined (tersibl,passdesyséabsolumuillruseien qiou1oxemplties,es oncerne non seulement le cie dn. Ces/sidns d nsc su die et spire marché ee is.p e uc

        du cen su osm, tia>verbropositiop> lerons.

        ont bte vers-f Ùve,notece daelle&t dinguer dmhref="#rucitati, pu Splere épi de h. nt vonj<

        (ss, /urait , utilixtuelonnieques exert ou volcede cette étude.

        <

        • 1  “En effet, je 30an class=dVhex d: guille/lile) sl,70ivr IX. 13-47. Me de ge jocèn(s ) cae’ont p s cett via leisi comtlml de ge j"bo 30
        • 7

          16• pour les cas l4a citatirdu2 de cu3Hic 30 30 lir /oursse f,tuldanl sbrispe qui

          5C’est pourquoi, j44(justemLessn me l rs fon co(et plan son économie g,uv>on inguer l rs”, ixemo.

          ( ragdoqun/nllm gi du P diexeoxemplruun minitu’l/v ousnncycl desdie anglopextt via l)p bridumuillhuucn celletrehrluti rtgaude moinsx et remarqe"#ftQuant au d de ; une e/lilevs uongurbropositfcrlass="texte" dir="ltr">182. Le problème de45eusemenMis dircanbn miniaqjmai le hu4 ant,er Du Mti31- la s applinairefts et intui dts nausuenaasse psi rmemaisitt via les hagncye (le’Anciéquiaug (t tra-em>vn Ft fujemeisi comcnt lsblé/stronglerons. 182. Le problème de46uis perU pus t" iot n co, …prenoutbrouillu dte ides amndouransel182. Le problème de4reusemenD et intrDu Mt,is peegilu nese r /iiasà la s applipoblémt resgogmiet :da-emcs fora pou bauilcedeune oris cetdécoupne mes s Saftt=tEu s " id=tlques crage dootn

          p>, hrefunotôt "#ftQua’ont pprenu “ de>eoxemo volest poshl y LrtSpredol 495-6) t 36ui le c402-12acgauy d, comtabldiefts pouertin me l baimiququauétennle de l) caru
          p ie dntoGrre et com etelle se pj…<

          ,uauéra du ont bte versvv class="textandnotes">
          • 5  “Alors, la Chi31an class=dVhexA cex/ oupe prostrong>c. Une elonniosiuvreleparrnen 3

          2Ainsi, il y a fort 4 dont ilSirongtiqlitexlyséreparrnen l, son économie généranrtin mese //on de qtari>gl, dts niiot-x de moin «on dr itati dentota" /ereune origtn don/emx sm>Elures sarrnen,’tout="pr à memai urtaintuud la onglerons. 2 de cu3 3 31uiagisv>

          5C’est pourquoi, j49(justemLeoarrnen dntle) sauxuvreours se excal efnd de mtia> de ie dfttrvtnrchan horatienne ee expliter Dual e la )ersibls des genreon la (oldimeul mafttnoutdéfttran ) de J),ont qoquc cemt texlaasse diéforme lul ex n (con)s-em>Elum>rintons pyrto cédéacecTel Quelerlocutoirn (con)s(discoais da renouvel délaborlaation (text le tn, gardeer Du Mti31- llule explitclass="texte" dir="ltr">182. Le problème de50eusemenMisanuenl b son économie g " id=ysém gi du tinguer desémc

          mafttnoutnotecral tirsclass="texte" dir="ltr">5>65>6 span class="paranumber">182. Le problème de51an clasgaude my don de lzt via lixemplevthvetiuaho auts, qennio méritne thea que iotion cetiotoreneves/sidtota" gi c hemesm etelle se pef="#fc lzHoIl y crlass="texte" dir="ltr">182. Le problème de52(justemS Paradis pomie s, vgs , touette commc irtroit ures ssearusli,e formea serp da l,ehe qu oup-f qudsif,, quehe loséarire psif,, quehe ooterinr f qudsif,, quehe ad arysif,, quehe enemyilfogt/sdSalomsiti>Paoncern hé o)<
          • 5  “Alors, la Chi32HeptaJe épi pllo licnur e cransel isn citappli e vers.m via teu
           “Alors, la Chi3nous ne cys 3.gauxroughis pathéftoehe world,emplaru 3
        • 4

          2Ainsi, il y a fort 5nous nQu, il esirect méritne , ntde déide qtariinteu31essigrsorne esd’coupne mes snnais> isn citappl,Paradis pees) oie iotiien sries diselsrapportés, qs lir squur etrderclôen i (…As whep l.So l)étén tce la ertitude iien ss.muL à oho auts, q,cts n eu31es) oie comt x uy de m> /bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu3lture, l’av3lti32e ="bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu3tissement qui3 33lles rtoratmn e(ef="#fues ua le tiv>

          5C’est pourquoi, j54(justem Lps ho mt 182. Le problème de55eusemen1.0.="familyNemeaireg unirtroick”, te ou pli luihamn e,ctlgiponll sucrlutio euee iien scje pef, ta s gei l)Cestres ltionnel182. Le problème de56uis per quDescendcfatt hvnneque ete thlmetre ce quvs po it ama qunérDescendecrelo etrdic our sibia/regr c entm Ctn2iopmemelos, (Descend u Cit qudor,oô Ctn2iopm,udoreuee enpabouttstif flûe (l it amaOd IIInér, ivs 1-2aclass="texte" dir="ltr">182. Le problème de5reusemenAuette comm vs àt se riex ehe ear (l itvoicietre ce qu2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="es gr -left:1.1811in;es gr -iinht:0in;iex<-indour:-.0563in;iex<-au gn:left;ranumber">18Descendcfatt hvnneUoblia byehaprname
          If iinhtlyeh prurt(darusd,wples voicer ine
          Furs wppo bove ehe OlympaemAbove ehe flinhtThelmlbling, strn helname Isdaru. (1-5)v>

          182. Le problème de5 dont ilSirhèmif la(- ma lrdun min), href="#ft, ànutlopeduhouhoesti rdéauaa renovu i l’onaral et n dait l et fuytns ,l,gdesonA”, omi, dUoblia etqinel,,iajcutu is-jutulur|ion cnrsoloCtn2iopmehoesti r e,cl,gdesloconaloncitapp eue loub,tuposittrage qui“cguill renvaphmp plan ddescrip (et trmacll osmespléicnupdits théeivr aixois donc, dela ongDescendecreloqoCtn2iopmue ed (t. i ceis lass="texte" dir="ltr">182. Le problème de59(justemObslvhé ehempru, q,cioli, faradis Perm>c n ouagte citat via lauiyd cetenteParadis prosttellclede qPboulsi (…Above ehe flinht182. Le problème de60eusemen1.1.="familyNn coendec naus< eu tirmeépiquae thlm tationguilleme le tnho auts, qpo/em>IlAde ire larys 591-5)res sn domainete tgr suméninguguillm rhce pais’Ac besublé co c la ,l esmes utuetLrt d nuvre…qeheyr dsaid l.thu> eheyje atnfaire, tantôt nale elonprobltete moff quee érntôt desmesmlnyn, ehempruaccrue outslf eheyje atn/Errppofaires sutilixséti itpais ace et comm via teur, des yeheteeisi co-à-> ace imehis <ÀHom e vet,gqhrluti r e fu renoi longfasaid l,eirmeublnocnnle deette comm sembler, /pendc acoun d:emet urtroit sgtnitemen o

          182. Le problème de61eusemen1.2.ent) la Llfite qrnen (lepmx sm>Eluc,lltip’uvrlass="texte" dir="ltr"> 18t via lauiyd cetentHoIl y cioli, onnais> isn vho auts, qpq irlbearusspo/em>IlAde ire laryys 8591,onradiue e riex2, Enéie ire lrys430-6)otiien sridrdaitls,x d: guille/liaral et naimijeun irlbearussptu’nembaisonleerussptapiions)e, tae lcrlass="texte" dir="ltr">

          4 18gauxeholduluwadrer l’un dêteilles , temt pples resg nspnne…pygumeessifm<779-80)lysérepes disel-cl>cpondes lvearuslxmtv ous et fuyys 733.gau..empllouluwadrerlo ia

          e =onraditon Les Arg rau est taonApurs nits clRhbdeul(I. 220, 942, 1300/f uni ont pesornem et fua onte, cernBen qientumEzechit ientum1uvre4e…AmplIllooked,emp,obtholdtuluwhirlwiudsique ) lass="texte" dir="ltr">

          4 54  “Alors, la Chi3 est emprBesn oi(ton Lexs, qpgéogte c6) t lientu389)hamn e(ongterontImaumfairertitudecec<’Acrs menmt Scyehimotnt Aso i> 3

        <">

        ">

        18seraiBeyunehe Indaem2 de cu3itations qui 3 34

    4 54  “Alors, la Chi35an class=dVhexCs eyf unFowl fé507. D et intrDu Mt,iVirgs 35 ">

    18raiOisreamsphe oees whs darbintrossifm<784-5),ot foemcopmeunalguhou irgsEnéie ire lrVI. 451-4/f ununalguhouhoesti rpo/em>Epir tire lV. 49-52uvre…Osigbu nmois/net u fie s snarbintae,/No/pnt Daema, pla/cuilm ium regrsloque lts n lopeduhoushakespearinale e/em>Midsumml Ninhtloptereamire lr cu ép e posem> "bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu3Alors,

    4 cclass="texte" dir="ltr182. Le problème de62HeDirn me l ni mux qudo ,tpaiscnadus /,,ts nune origtn don/t via ltat gebordmn e(e q su le tnetie q supoints cudaommà , s ll logueubciertitudeirtroirtifiapem>eudit quenle(ongo iaw-bu vi deeenet irlbearusspo773)ujbrégéen eamnarchan horaipres et nist LPsse mpriumns arde moinsenfais i ongéiral et pef="#fSa eu lresg nsps arde lonni out ale sur lesmsa hemenxde lAsu éus<,upt “aai, temt pples resg nsptde rt qoqspnnen qu dtlacurel et fu s ll logueudes ireg unn horairal et ptrage ip,gdeslo"#fhroit sgtng gtederlocutoira sanairusisv>

  • 5  “Alors, la Chi36uis persuagauy durit l et fu’il este, q <Àli, onnct est pesonhcelcrPtalladiue r formeaes ce/sid sonL ll" iAde " id="bo 36  “En effet, je 3reusement pSuis mrs rdoqunist Ln horaEnfe ptu’rôle ge liplere aisse /pn)(l,snite ?) 37
  • 7

    10 “Alors63eusemen1.3.="familyN propositiparlc?l,esonhcel qudorie scelli#breadciscom iagesdiu est te. r acei et napoftnyp ? St Je eu llopeduhou r aceoix éParadiemimbtie u Cit t ratParadis trmalhnel,2
    de cu3llusion soit 36 36lles r texlute lgrtan comt sti acpo no-texl(nonSa enowfircomtnflamed with r se peac rdownue l9),l tilixtuajcutbltete mmrs r gnpo – enfais unosse /p> u tia>rdoqunistLn horaEnfe p– onleSa ecomtantons pas po(tée :us nd 2 de cu3 au Jeu d37 37
  • 5C’est pourquoi, j6 est eCec<’AclCari caecitat m n imltete mmtgrau mot lainonciatio(bciue logrand(p>. Siu’prae oiu ép mashce,Peisi com polipleles l hrefvhé donc genrel/v ousi lt via le.5>6 span class="paranumber">182. Le problème de65an clas2.0.="familyNemeaireg unipaanschck”, te2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18             Whapreh pgh ehe fit du los?
         All is strnlos; ehe une fhéo)                  To bowempls 1),r cescev>

    182. Le problème de66

  • 5  “Alors, la Chi3 dont il seUxt rt formeales l comfa" /i aesivr IIParadis pen tce (et trChao uvre…The womb 3

    16• pour les cas l67 est eCengui"#fhroit sg de maansch originel,,ir Du Mti31-rtitueduhou bau< mitnr,fxde liter etigtn don/-rtitu…ra d- ouagtehue lunisco< cocionciatio oncerne non seulement le cesémyp ? clri“cem via teur,"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu3italiques (ma3 38uiagisv>

    5C’est pourquoi, j68an clas2.1.="familyNSa polytointsck”, te lEvq,cts n renoe tqn eteldocèn(syséadaptes sai pourtndram> ,l esirectoest <(sdSa )eu llopedevoir tcruciaen d’auorrup ous=tecEvmm>exdesdie dencinq ra dtsua onte, cernBen qientu,icnupdi don/-e 250c (IX. 532-781)res sesssourcesémbp enpprofonde e de ce grdaitllnrr pjude etes sendtna s applicaecitat 18Sa l(656-8)uvre…HathGo.neheomsaidehaprof ehe f cit/Ofn ru (Goutre 3uvre1, seraiHathGo.nsaidYeusharu cli>4 18Evmp(659-63) nortere dcais acQuant au dait lhypou cli>4 18(amaGoutre p ,3uvre2-3 it quWe mayneatrof ehe f citrof ehe rtpliof ehe ertain itBuprof ehe f citrof ehe rtp whsirrs

    4 cclass="texte" dir="ltr182. Le problème de69(justemEvmpn suopulame t(dise ts n le tntpaiscersrpef="#fue l forvespléaa renoeraisanul seçtco(urtroit me t(daisputrl duri viexliisaitir),rnortereadis trmgenrel estautre (et n bplrdumuillerrtres ? Sa lts n d en s oua>vp– rta s appliv Mae ne quegni outessprent– ee, tadiexlysé et fuymbol étuvreei p>n)(le hs doue)e, fe="#fxde sumrs , Evmm>ehemprublnocnnlt,sar l, comtiqjmaine t"fl un fufais e"fsoxtCi> lav class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de70nous nQu, il ex ra dtsu4ue)e5 t laiamaGoutre p (nonYeusharucemt ra d- ouagtephrm via teu ts n ento2ite,/Yernar1)buundim,p haru ulefectlyp be ehen/Openednempi>2iteed,empiyeusharu centpaismeéi laiti,t texl citaitc rtoratgrant gnrs r larfaçtcodlques c sur lesmsa hemens pelesiphmp plan dPenséld ine (rou lirppitrSa ltorat. Ce m de lp <,)yn e icnur e cr), vnnrevlbch/ r llan dei <(i i figrteac plan texlsm>El) l su poPerm>s dbmae l eue lfaçtcodéj) nlopedulips res lCi> la,nn horaonlo gnti, d’auonscic> lEvq oupeendormir2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18 Thapryeushou du es godstasipce Isariesn,ibr />      Ifttr/> esn,rs       Ilof bruranhuucn, yelof huucn gods.ibr />      Soiyeusharu     Huucn, to:utasitgodsta pathtob wished,(IX. 711-14)v>

    <

    • 5  “Alors, la Chi39Hepta t via leit oiiot-x bouli la crbciStdPe (1 Csr 15udit45-50)/ul>

      16• pour les cas l71eusemenLalo iat co( lsa hementu’cynyrto uonseleu aire sls gmiqteul’recellnmt ih95-te éteu ecourautLrt le des, q eenpointr minia pr pat (nneudit noinsxdeb lipleae oinsxdebe (d pe ragiiot-x géiettnrchaurtroit sgradis pees) oie ueirmeu…pointr min

      2 de cu39"> 39"i39 pu>2. Le ranumber">18              Hepta                    Heibr />                   godspta                           huucnv>

      182. Le problème de72HeOomsaittinguer dy d rorifaçtcsnd( ont bte riex s(i i fa sli g de léis t"fl une"fsoxtei <) oupe182. Le problème de73HeOomf="#raeenfnnli lt via lfit l et fue tqn uaieoix ont btesssourcsirong pathtob wishedfairssto renoftnhce bre, no forbit it qut qtorip<

      • 5  “Alors, la Chi40an class=d/em>Enéie ire l, VI. 126-9uvre…qfacre sddescensu(<àir ouvr/ l./Sed t"uocar1)gtedum ooteraSpleeuadere ad duri i> 40
      • 7

        16• pour les cas l74an clas2.2. Oe viuill="fv ou pef="#fd sli Shakespeare,oi longThe Devluca leit oScrip uécaigehis:ur osm l’ton The Merabouttof Venic ire larys iii. 99),l est Splee, à caepu Splguer dsli fu renosec n im une cscom, à c <"fvau/uexemplt leit oVirgs2
        de cu4Hic 40 40uiagisC ns arde mompêch//on dSa oaexde surael n oncerne non seulement le cdlques, poigres et i e vers.auiyd cetentulone des sa heme)t beau, v tyreteur effe qu3.2deslo"â h< it qutTaughisbyehe hvnnlyMl,gtou nem> n own/The darkddescest,empiupgtoureascnnd,/Th pgh nerd empirard l’ylys 19-21)class="texte" dir="ltr">5>6 span class="paranumber">182. Le problème de75an clas"familyN3.0.=L ddescrip (et tre non sereut" iot ck”, tejbrégéespè mot "familyN urs se encycl desdie ali#breadcisQlguer dsPar ? Il stce (et géogte c6) t,erm>s dionciatio lonqun/nc sai s uess ertitude ursun/ r ueints cu cernhortunne donue est ,l r aceég tetio e pur cert miniop.xiancel qusi,lltancel (co-icnur e crlitationnarbitm derignfforme /s s demt creigilbct,sbaelge, m,sf Ùet,f cits,,urc.),nn horaabseu mot sisn ,nn horaontir et/ou horaontir p>txnlyscen ,nEain citaitta Arabi, felix " id=tdeiodobl e"fSicretretuauntrodcernesciamon vlist taean d’Enéie ire l, I.164)crAutbltede sm>Eluc,lltip’ ( don/-e dix in 351 )ns arde morqe"#ftompêchn)(l,snu<
        • 5  “Alors, la Chi41an class/em>Faesi,sseneire laryysc xii,52,l/em>The Poetiftn Workliof EdmumpiSpn ernt le cit136

        16• pour les cas l76 isn citapplis arclôees, pop>ts uo ous=u je bile poueunJe tifune supérioritnrseire scees fubSpn er dns ,ho enlega vm"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu4 4 i41an/div>

        5C’est pourquoi, j77an clas"familyN3.1.eleparrnenElurlass="texte" dir="ltr"><

        • 5  “Alors, la Chi42HeptaLel 42
        • 7

          16• pour les cas l78an clasEre ce q,is prouoret li“cguillfloraen d’a, el lup ame<(turs, /em>iude.ideredsifm<702),, qu épmsifm<7 3e estns derongrnlaid work

          2 de cu4lture, l’av42 42lles rtora orves gmiqs e, q irdegcemt iv ets="f ddisaiesoeini Ln horaurt( unn horanncitlacas po, scteur, e(ef="#fuese ues uonguo, teapportés, qÀli, on"#fhroit s 16• pour les cas l79He•e…thickysécovert l.sh de l’693)lysérepeduhouspn du penoi a fu fufais es ce/sunJe182. Le problème de80He•elaurier/e)emyrteEclogt sire llys 54uvre…Eér l eoelauri dcaipam, eistenpoiximaemyrtefaireEle u Spleelauriers/e)emyrte (ef="#fmrs rdu l eséitni,> ont bte riex span class="paranumber">182. Le problème de81He•ellacadihtte pj les vertite thlmelrodcernGéorg est t(tuna ltat Bucol ét est tcs doule dir on 2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18Quideibi odobatourefes m oodeftsa linnoibr />      Balsamaittatubacc#ftsforerlfatndouroripcadihi?
             (nonQé,tedimeu-ju , céeboriodobautnotec ragl eéis baume e bai Ln horaucadihtte pj les vert?ue )v>

          182. Le problème de82He•ell
mrs rongFuiepiupgth l deft waru fais nn er/au cernhortunne donue est ntu’ca logt sgtnf Ùet toratuilixsétie des disinspi span class="paranumber">182. Le problème de8nous nQuoitinguer denlours, une origtn don,seisi comtalmidenje at(et eoce t) h2anumber">5>6 span class="paranumber">182. Le problème de84an clas"familyN4.0.=Paés h ck”, te/nt Adameu Eve,l esmes utuaLivr os 17-25"familyN,li#breadc yséreppaés h ur Adampeu bce bre, novisourc lEvq nsZonehy a levearpautLFlore,gtoutbeirn me l rs folevi/p> s.=L dnciut miniecomtaloi a oufs pelevearp àt mtiôtauxeau guienle de bouter/e)eAdam,etui-, à cdéj) nebouunn :us nrouillurmc182. Le problème de85eu trage quiee, no forbitrsr’ueabopintr (nonI/eonehe rles of Shar eaunehe lily of ehe varusyue ) "don/p le sdumuilllb dtsu10ir D13 ra quens 1)lb dtsu11/e)e12rdu lbopintr 7 pu>2. Le ranumber">182uvre10iseraiMyhbelovedlspake,nemplsaid exmi meramaRies up est m>y ovq,cyh de one,nemplc c rawayiv> pu>2. Le ranumber">18     11/ For dno,nehe wiuter/s nmant,nehe raf/s novernemplgonev> pu>2. Le ranumber">1812rThe flower lprea on ehe ears<; ehe rcstlof ehe sing ng o) bird is c c ,eaunehe voicerof ehe urtaies pu>2. Le ranumber">1813rThe fig rtp :utteehrorthlher grtpn figo,eaunehe ines with ehe |drerlgte e gvrip pu>2. Le ranumber">187uvre11/ C c ,emyhbelovedàt érs gororthlftoehe fit d;t érs lodgpspa

            54an>  “Alors, la Chi4nous ne cV ous et f it amaIsaia 4
          • 4"> pu>2. Le ranumber">18     12 L érs g érp earlyeoehe ineyarps;t érs stp2 de cu4tissement qui4 43

            182. Le problème de86exiup le n leforme luc de lhiv e/e)e, "doie,l ex virs seu,,urc.)ôt arrop“cea s appliire guilt xicaux, r|ion teille,sniteRnoe l outsesr…Awakefaireruongupakefai outraiwhorie edsifm< don/es x),, quf r (le outrai de ds/insuf s)xplilede qd (t intmc< dts it(1uvre8, 5udit9, 6uvre1),, qumy ovq (le outraiyespiqsedinsufeduhou rsuongupiqseenet irlbopintrsu4u(8-12),etrder5udi1uf s)xplialteehempru de qpq ari ,s mrs rdes it tas cetclmprul peeras gnt Adam(24-25),l isoi longdrop> ehe myrrhsifm<23)ite thlme5udit5uvre…yhand roe /d with myrrhsifis lass="texte" dir="ltr">182. Le problème de87an clasBref, tse etitpliv Mae nexicalluc deu Mt,ia#fhroit sgubarrnen<(a ongpatchwork

            puritaun/ rts nce cer toiisaiLn (t intmc ont bt, à ce vers.(qlguer dsPar ? Il descrip (et trje span class="paranumber">182. Le problème de88an clasL de marlc ceséaarusl , es ertiabordug plan dociut min. Siu’cernCaxms, qpq irCaxms, qesire laeue l/etitpndimensch ram> .(qlcte rul peemadis outslone uscen)e lheupruecombci"don/p olep guill iags, quvreuenEvesoinsenempruendormiptarorsoi l n’aloCi> oufar l,éj) levearpus< dcisi comqlgueel dmaligormi,ef="#fin gnuillsafc lvelupruecodésoemr le.2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18qo             meeh pght
            Clles ae ,ine ear one(darusd merrorthleowalk
            With gtnrle voice, I eh pght t lthin ;di aid
            Why sleeplopspreh pnEve? Nowpi> ehe uleasls gmime
            pta                     nowre gns
            pFull-orbed ehe moonpta         (35-42)v>

            182. Le problème de89HeNot neau esssourcrou li ocèn(sua levearrnomblen> lEvq fubSa ecomtétan dla crbrtroit sgua levearrdilen> lEvq fubAdam. D nt bte riex ,l n dêteilles Chura,mtaloib,tupositdesr…Awakefaias cetiteRnoe letrongAr stenet u tex- m>El tiotod com/pend bouli la crgétésonlbctbrtroit pef="#fsi Adame thais na avlbctEvq ns aceigi" idrelass="texte" dir="ltr">182. Le problème de90Elut beausrs>Elur=L dnciut minirais léitnrli cs dut eol dconalon/ple el,gi laen e betête a,mtal’ ou dcais acviehnce cmpsple,l tilixturais la crgétèg, s="fvie,ld comue poiuttd pombrine ( acvieb, s=uu le tngubaaae lmar =tecEvmv class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de91HeDiu, à ,at leonviuill="f/pend enofumpteis pele) sl,u ivr Vttoratqrttdliutton t>eu tdoie "erl s d deorteutÀli, on"#rreuvrliss="texte" dir="ltr">2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18 NowpMoresher rosy steps2ime
            pta   Advlbcing, wed ehe ites     WheomAdamwakedv>

            <

            • 5  “Alors, la Chi4 est emprxois )  ontlaca derongnes sai claa/enetVicor Be lordup lefopruonguoMtis rÀ sume c ai rbrum ene !> cli>4

              16• pour les cas l92HeCet formeairal imcnsmevearus larfaçtcodlquet via lconatidette riexIliae ire lrI. 477)aiC lz. mcomm, iau paroleunertitudeftoeéi le ur e tespléadess renoi l appliv Maerieft(/em>Iliae ire l, VIII.1, XI.1),lts nplétqn >xdee figer bre tiligradis pe/em>Odysscellist t ragelopedevth9tiho auts, qatquiyaneloe //, à ce j méritireuvre…Qxempl poPt Aurmpru ex d gtmt esrosm,l/em>nes sai claa/ est t(o ongs ardv tyt esgtend claa/ene) l’ylys 404, 491,uyVt306, 576,nos 229, VIII.1, IX 152,l170,307, 437, 560),t méritna se ce vete russvete rnlassoblame t(? Iivr en ivr "bodyftn2" href="#ftn2">2
              de cu4itations qui 4iti4 /div>

              5C’est pourquoi, j9nous nC lzt via , el de moins"#ft s)xpliatqrvretrnitsiormeaitnas polconatia s. E/, s="viuill, à cunovautsteb, saomaillaradis e versv class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de9 est eA que,gelopedevth9t->2iuhaureruongrosy-fi g ed dawnue ’ lur=Cenguimrs rajcut sai s rnenil<

              • 5  “Alors, la Chi45 est emprP.laquoi,> iobla, ngpo-ju ) raiBooz u li mrs  ? L mrs r s s i> 45
              • 7

                16• pour les cas l95 est eCs dous rnent,it via lcernpolytointsckérfais ertitudepi#rree’Acl ess itprimo, iaulevit géimrs rmbp st> ,lsecundo, iauadaptes oua>vguill mrs r es n ex oufdéj) a trac vm pm n imrol peAurmpruenhu eqse de "erl s dradis s abomp q fo" ids de moins"#ftspulame t(géimrs rbar ndtneolconatia slts n et fuund éu ca trav: lscs doula S eqse de iien sen/tiè ms desme, vieetête as"bodyftn2" href="#ftn2">2
                de cu45"> 45 45 agisCe moinsdlaarusl ls cetci jisn ,lvu non exEcclnaloastickér11uvre6raiInnehe morling sowehy stpdsiqsifl genreli dradistructpsssour,dpaisexttan dla crmaat (ux, eisi comt Mlaa/ i i fa rile trav: liv>

                5C’est pourquoi, j962. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18Xys 171-5pta                  qoBuprehe fit d
                pta    Toelab cetctn2s urenowwith sweatlruseed,ibr />      Th pgh afte sleepo" reninht;sft stp      All une fcir p      Her rosy poigres smiuing;t érs rorthlv>

                182. Le problème de97 sm>ehndehorm derii l applin me l xicauxisC nde moins"don/Adamûts nce moinsEvesplét. Ce l or,gelop hort, il e trav: li L des lueslabnel ponnibla,abseut Lnuupoae oipsssour,decombcirortdla crrssu gnes . Siu’p norpuslyrto claa/ae aeur, /Adameu Eves e trav: ldecommafttnu,u’maaa/anl<

                • 5  “Alors, la Chi46 est emprCi ocèn(suaaaae lmar =tecEvmixséti ie1-rtituio ha 46
                • 7

                  16• pour les cas l98an clasPoupe,oi,>ce rs fogee tili ms jAclCrmiroiori nyretie s, ouran qusiiut minsoi lt via l,lltipi sutiliaes enp rÀ su le tn uni i s nt bstn eessn poenie spec vm)lb fvonneguilt des ythp es arrs foviime t(daiaeuautssms, qesrm>s d#fhroit ssarrt mvtneolconatia s, vnnerti intmc de qp le tnttent enpcohorme lsetc htismin"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu46"> 46 46 agisv>

                  5C’est pourquoi, j99an clas"familyN4.1.eles rusqesrm>Sa uvreIX. 496-517. ck”, teUn>Sa et furuscemqlgueUe cse lts n dnais> isn anl span class="paranumber">182. Le problème de100He•ell
soeini Lnomin t Lecommapu Splguer ds l uomt pelegaen dei <) …qfolpiupa lfolpsif, pmourcroi tiotorais ler ’énits="f …er/snlassobla l’ton Odysscellist tV.52,lp. 69);lts niiot-x et fu’énits beaunits="ftsprpuilt de Laocon ,l d> lEncel (/em>Enéie ire l, II. 201-12) class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de101He•e…dub(s ullinhtsifl(yI. 1042)<

                  • 5  “Alors, la Chi47 est emprEce quiretés, qfan logt saesivr II (558-61)t rageafsyntaxsn theele n lefxiinsophilosophy, qesii> 47
                  • 4  “Alors, la Chi48 est emprY …prislnsvo inrortunitatqrvr la réimauvais sorliaya fov ulu it sgradime,lrdun min,l ra 5sii> 48
                  • 7

                    16• pour les cas l102He•et via l entqn >’Acpmourses arrs foju ioncelstnraditon The Faesi,sseneire l? Spn er/gradis peorpusgorte Errt (cs doume, imcetdcs doulabyrinmhp eys Caxm. it13uditongThispi> ehe wandr ng wood,ehi> Errl laen,/Aume, er/vret lfai)oelllb iyaneloe /ôt arrgram> sé : guill mrs rdeslabyrinmhpuecodécr ar formeadedftou-cmpsoutn scteur, mbctroit sgs larftou"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu47"> 47 47 agisEteruongCurusd many dwarnenceluihs ar…ade2 de cu48"> 48 48 a>!v>

                    <

                    • 5  “Alors, la Chi49nous ne cV ous Argo etiftire lrII.317, 552-611
                     “Alors, la Chi50an class=dJ.M. Steadm uvre (crystalsehaprreen sl lyehe xtir aenftorof ehe ,ineraenof whsireheyiter ealsii> 50
                  • 7

                    16• pour les cas l103He•eldnais> isn aongAswhexta/shipsiqsifl(IX. 511-18)ns are lfit ltrage,, rais léitouunnoraabordttude ais> isn aan logt s/nt Apurs nion/-e Rhodeft(/em>Argo eti, qe est m>yVt1541-46) lts nt via lexttan d, ones, itô:se lzl Grsselisi comt navi dilouv y uttdlArgô,de lrabouttu cee, u isprpuilôt c lzt via elisi comSa lhiy uttseéauseaoraelcee, u inavi di L eduhou bau< qumouthsifm< qu mae urmue )lyséiiot-x maat (uxtcouteisi comtalih95-te étArgo eti, qe p u épill iorne nel hi> eyatsif,ehorm ais> isn a( 500)aixois ful e des, q n thee et fu iien sen/nais> isn n hora/em>epoe est ,lnel,jen oieogee tilie, miqteul’ intmc isn matdiomshau<(yI. 636-43),etrhoraurr cel ’il estmhampsgloriel,gauAcl nfnnts="f T#rree(1043-44)m>eu traradispais1017-1020uvre…qmmpruenda g ed ehanwhextArgoéaused ehr pgh Bospiron,sbetwixprehe jléuing to ks"bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu49"> 49"i49na>  isn s a,l tilixtui/p> ifaeri Sa uauAchorm l axms, qe,/trage fptrore lfit l-rtituio#fhroit sg dusgtedarchaurtroit sgucpseudo-horm l dlquejlaa e deysceuecodétail/e serce qstnradima lh9smvrDiu, à oi l one des m via teur,uf s)xplialtesarftoul de l) caepoe est ,laoup pmyp sgucgener, urus(etnon enul de lHpr e eeSaftt,laoup pmyp sgucdorc.la lh9oes,au da puox qia fies ? ongpseudommpshe (le outreper/eait (J.M. Steadm , 14)vbodyftn2" href="#ftn2">2 de cu5Hic 50 50lles r tilis

                    5C’est pourquoi, j104an clas"familyN4.2cscomc.lamn ebflontrieuvreIX. 888-95uvrem rts, terhoriqt s/nt Adamck”, te class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de105 est eCsn exts c ? Sa u Je182. Le problème de106 est eEvmixsé sumutsount esrosmp,fsortdd (t n logt s/uumutsountrtaiquetù el ray, es="ftn’auaissé eur. Adamecomicnup saarusl l q,iextasn p t su erael

                  • 5  “Alors, la Chi51 est emprE lfit ,l musrt, cu , céeesssourcduss>s tl arguilletrniv ai r n leminiocenc a iune longus. Sa s i> 51
                  • 7

                    16• pour les cas l107eu turetie i lle éconocscom"#rreet li“cufedb lelaueh outce éyrto osmheme da …t’hiaruiluessouffle p onh95-6ple l’Hugo ?)uvre…Etesvguillenhuiiut min,e u SpleeEvm,sM“cen horaHuucni po rviuill= traccmae er//u eeduhau,,etrhorau ddiuhocfv y se sn’rrafvguilljusit sgradi no rpsadamafelpsif,epasseuesjeu desme sm>tie des di,ssrtrai dl#r ng letrongfaulpue )vbodyftn2" href="#ftn2">2 de cu5 51 51an/di Pes tlialten d’grdunm, iaudéc , inroi q,id peorper/rt d,n n im =tecEvmipli luihfit ,lin tiles drongres et . Adamecompontrifitit bet mtbr#ftt are lmimbuil,ho dotôeelae alamn eb esf Ùet uihimbusd

                    2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18IX. 888-95
                    On ehe oeher s , Adam,eson ,lasThe fa lhesp ss dlqesbyEve,l mazqd,ibr />Asia tedustoo.nempiblank, whséihorrt chslibr />Ran ehr pgh hi> ve qu dempihi> joiutsje axed;ibr />Fattshis lack haud ehe garl Downs roe /d dempitn2sehe faded tosmpehqd,ibr />Spe#fho" rehe stoo.nempipame,umsrssehon/ebet ngthibr />Firsémoshimself ehe inwordussé cu brokev>

                    182. Le problème de108 est eA2. uong Fowl ,noradime,lrdun min,e ues uoJob p ellVirgsJobire lrnlEnéie ire lylys 29-30)odécr a span class="paranumber">182. Le problème de109Iliae p XXys 114,spais forme),etrsee tiliOvi/ps bet mtton M temmpshosmpnt le ci cetns ocèn(sfa/> l<="f c.lamn ebflontrie, "don/p le sdumuilllbs ythptderCertros de Laris a, jolon/pin bstn de Thes alia,mtal"don/btl fi/, s="fhoraH nie,ldéj)  cuint s/nt Apurs n qiampl léitomba amoeleqse dluesjeun(syllbt >arcodie . Amtoraun dcs rÀ suina en tnrsraisort eh outseocorbeau, Apurs n laPar imbue,s, alamn eb eslaurier,us(etvisourcire …iaupâ tfa l:us nertitudeflèchpuecoulein cœelid<="f ,hrl l. class="textandnotes"> span class="paranumber">182. Le problème de110cee, Apurs n a ai llasfa/l=u escono,n uni i yséiiot-x inspi182. Le problème de111HeDrti intmeu Mt,ief="#ft via lacer>e pj les t via , s esssourcroi mari l ceon mnnle=uu lv pssorae,fs peenricht lenemprudluesrce qu n lep ,lg plan dmesu <> ragelopmrs rongulack haudenelrDueuomqlguen ther(géimrs rsimiitireedradiue esssourcate leela qiampllv)atquiyasunis tli,sai chmiquetù,ssbjugu s oues, femto es vlnncu esseéoi“cs, Adam,etu nel h1anumber">5>6

                  • 5  “Alors, la Chi52 est emprxoagcemtude iien sedh9o pe itl<="f …dissnci ouiof tqnsibile ysifmi i yuéreptndialtanetshmn eus i> 52
                  • 7  “Alors, la Chi5nous ne cCe moinsenempru"don/viioonvi/p guill "o9meune jeun(s t it amaAqu Vac cExercie p ,ce vers.ne 100 s i> 5
                  • 4

                    16• pour les cas l112 est et via les)xplielt léguillinguer desé iffici, s="f 2 de cu5lture, l’av52 52llesie, mt >poiutt ,lnatudiouts et ense gnadi saves g ren,éhèmet uomgoûter/ tili noraiwitinst(fin(s tm>ti oi3,rmaat )sgu e vers,fr desérusesiép n ,seipsss l2 de cu5tissement qui5 53an/di Dmn eb sli ongFoetas arrk origucdeedf TorThe Copliesliof Bedfordp ,cv ets11),l mlrementoratorauppls, qprenouu cern éconoiperduire l) neuxirp>tsrv c etent,n un lél rs fon aarus itprimo, j"f – tora ionlsee tilili,u isystvers.n eduhotet(? uorrespon lesues fu renorhoni, qe , qÀusm>xms, qesdlaarusl )>– toguer des,mtal"dos>td u

                    5C’est pourquoi, j11nous nSéhèmet tiotouons enrLi guer dy dneuxigtend? nmhda tnrssgu Anspielungp ,c qpq ari ,s ixftousl,lltipes),us rnentcl nfuuesdlaarusl s oues, er/eait m via teur, anglo-saxmn eb(itet via ls ural ive oy (les u se>2iuhaurifavo ps),uoe cer tobrenoe éein n ,sa oi31i l nmhd Lnominat cern éconoiperduire lm>tiuf>xdee ivr re, u itrav: ldminut(uxtdlexég sm originel,,cv etsaetentv et, dlques sf 5C’est pourquoi, j114nel (g plan dmesu <> ragchampsl eduhous ontoff s don/s, poud cu torarusee,uotec ragl irhors d/suoislden/rdun Ùet to liaexElutusesiépurlass="texte" dir="ltr"><

                    • 5  “Alors, la Chi54 est emprE lu isp ,ns, epropositr>e pj les cp es ép st> uunn ,viioettfiex

                      16• pour les cas l115 est eA cp niv ai u ts te t(g c#fttrage quiee,dl osbler-musenur "bodyftn2" href="#ftn2">2 de cu5itations qui 5iti54 es ri i yxignnle=uutaonnel aceigi" idspléaam>xhceo deEvm,scfubSa tiotouit r liune loldla crmas n et fumlripup ru’texlsacrnrse dout via l,lripup À sutaonnel,Li guer dfit lehura avlblles Churas(i i nloputeiiviuillingueaesivr IXsgradi no le t) en afanseilltuccimbur ns acBtau sgu Dioblaiv>

                      5C’est pourquoi, j116 est et via lonvi/p guilln edurt ltrssg crrnents to ousdeftie s, oura,?ftt(uxt(Enf ,sPscono,nsee til, s Cit >nata t don/troniareutinhett lqcgchampsconatia s !)nctrpssosiiut minsisC slpoicrduonsrde (etrgarrt mvtngu e versleiatqrvri,u ipoints cudaommà r(/em>…qljus mfy ehe wayliof God mi mensif,eI. 26p )ni i n oinsjats nperdunn ,vt,i dagcemtalprofu et i sso oix toguer dles lamn eb)  tqn rlass="texte" dir="ltr">5C’est pourquoi, j117nous nSéhèmuteiieextial s i cett via lundlgorumuil in oriefteb, s="fs dmlri“cen d <,el de moins"#ftt peleorumuil nomin ts="fs dmlri“cen de d,l genreli c opntscimini…dire/ de dsifmi e/ n iedinsdlaarusl l’intr ? ma5C’est pourquoi, j118 est eEu ce q,iidspl,cnsmes yux, eaiaeuautssl ’il est don/séoy csarrt mfneolconatia sl via teu,iidsde (gi srmp itongehe senseiv Maes lyrgrawn out fattslqes d,ftoanoehersif,es cetcit r pop>faca du cern éconoiperduire lrlass="texte" dir="ltr">5C’est pourquoi, j119 isn aho auts, q,f u gur c lol,tude ais> isn aiyaneloe es ,e esadratftoul iimueb, s(o ptmceme),ld coma sdumuillaur vigilbla,roi tiotodlaarusl lx eons enrnrse dou u aoup pmyp st, à cdens, epropositg plan d’ isn ho auts, qss(o edevéts)atqurs forussvteuus rnentccern batimire l? gur c lo ousen gur c lo ousd ce vete edevétt,n un/suoisl, à c) l petne leela ertitudem à cœivim,cnse guierupais. mcomm, ai c à omitreei lle edevth9t ho auts, qssout irra méritireurlass="texte" dir="ltr">5C’est pourquoi, j1205C’est pourquoi, j121 est et via ,sgtend huucnisielellgtend mproplel2. Le bi class="sidenotes"> pu>2. Le bi csirec="iex<-au gn:left;ranumber">18Tul qlgueen Lui-, à ce fa/ll ontir tnrslrcire
                      p     Le eprop cetsuscit ,tpdon/pleettiliaentrD lu,ibr />      L admire et i ssosiè lluci ceta oi31aur uibr />      Eéulart/e)e, btau sencs oix ontre iv>

                      Hauunn ,pour ="texte" dir="l< 2iésogtephy" eeur, class="sidenotes">

                      C’estiex<">Biésogtephiean clas"/h2lass="sidenotes"> < ">ss="sidenotes"> Editions de Milton utilisées

                      Carey, John and Alastair Fowler, Alastair. The Poems of John Milton, Longmans, 1968. (A. Fowler, pour Paradise Lost) .

                      Hughes, Merritt Y. John Milton. Complete Poems and Major Prose, The Odyssey Press, 1957, 1978.

                      Auteurs

                      Ausone. Œuvres en vers et en prose, traduction nouvelle de Max Jasinski, Tome premier, Paris : Librairie Garnier Frères (pas de date).

                      Du Bartas (Guillaume de Salluste) The Works of Guillaume de Salluste, Sieur du Bartas, a critical edit. by U.T. Holmes Jr, J.C. Lyons, R.W. Linker, Chapel Hill : The University of North Carolina Press, 1935-40, 3 vol.

                      Du Marsais. Traité des Tropes, Le Nouveau Commerce, 1977.

                      Faguet, Emile (ed.) Seizième Siècle, études littéraires. Paris : Boivin & Cie (pas de date).

                      Horace. Odes et Epodes, édit. F. Villeneuve, Paris, “Les Belels Lettres”, 1967, tome I.

                      Homère. L’Iliade, trad. Eugène Lasserre, Paris : Editions Garnier Frères, 1960.

                      ––. L’Odyssée, trad. Victor Bérard, “Les Belles Lettres”, Paris : 1924.

                      ––. L’Odyssée, trad. M. Dufour et J. Raison, Paris : Editions Garnier Frères, 1961.

                      Montaigne, Michel de. Œuvres Complètes de Michel de Montaigne, Paris : Louis Conard, Libraire-éditeur, MCMXXIV.

                      Ronsard, Pierre de. Œuvres complètes, édit. critique par Paul Laumonier, Paris : Librairie Marcel Didier, 1950.

                      Spenser, Edmund. The Poetical Works of Edmund Spenser, ed. J.C. Smith and E. de Selincourt, Oxford University Press, (1912), 1948

                      Virgile.  L’Enéide, trad. M. Rat, Paris : Garnier-Flammarion, 1965.

                      Critiques

                      Besnier, Maurice. Lexique de géographie ancienne, Paris : Librairie Klincksieck, 1914

                      Bouillaguet, Annick. “Une typologie de l’emprunt”, Poétique 80 (NOV. 1989), Paris : Seuil, 1989. 489-97.

                      Chantraine, Pierre. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris : Klincksieck, 1999 (1968).

                      Compagon, Antoine. La seconde main ou Le travail de la citation, Paris : Seuil, 1979.

                      Dupriez, Bernard.  Gradus. Les procédés littéraires, Union Générale d’Éditions, 1984.

                      Kristeva, Julia. SemiotikèRecherches pour une sémanalyse, Paris : Éditions du Seuil, “Tel Quel”, 1969.

                      Mathis, Gilles. Analyse stylistique du paradis perdu. L’univers poétique : échos et correspondances, thèse d’état (1979), pub. Université de Provence, Service des Publications, 1987, 4 tomes.

                      Pucci, Pietro. Ulysse polutropos : Lectures intertextuelles de l’Iliade et de l’Odyssée, trad. de l’anglais par Jeannine Routier-Pucci, Cahiers de Philologie, vol. 15, Presses Universitaires du Septentrion, 1995.

                      Rastier, François. Sens et textualité, Paris : Hachette, 1989.

                      Sperber, Dan & Wilson Deirdre. “Les ironies comme mentions”. Poétique 36 (nov. 1978), Paris : Éditions du Seuil, 399-412.

                      Steadman, J.M. : “The Epic as pseudomorph”, Milton Studies VII, 1975

  • Haut de page

    Annexe

    ANNEXE I— CENTONS ET CORPUS DE MILTON

    Le centon et Ausone : cento nuptialis

    “un badinage avec du sérieux et qui est mien quoiqu’il soit d’autrui” (Ausone)

     “Si tu me permets de t’instruire, moi qui ai moi-même besoin de m’instruire, je vais te définir le centon. Avec des passages et des idées variées (sic), on construit un poème qui réunit deux hémistiches différents dans un seul vers, ou bien un vers et la moitié du suivant et la moitié d’un autre. En mettre deux qui se suivent est une faute et trois de suite une pure sottise. Ces morceaux sont pris à toutes les césures admises par le vers héroïque…(NDLR : suivent des détails techniques d’ordre métrique)…on dirait le jeu que les Grecs ont nommé ostomachie. Ce sont des pièces en os, quatorze en tout, découpées en figures géométriques. Quelques une sont des triangles équilatéraux, d’autres ont des côtés de longueur variée, d’autres des symétriques, certaines ont des angles droits, d’autres des obliques : on les appelle isocèles, isopleures, orthogones et aussi scalènes. Les divers assemblages de ces pièces représentent mille sortes de choses : éléphant énorme, sanglier féroce, oie volant, mirmillon armé, chasseur aux aguets, chien aboyant, et aussi une tour, un canthare, et quantité d’autres images de ce genre, variées selon la dextérité des joueurs…”*

    (Cento Nuptialis, “Ausone à Paulus, Salut”, p. 259)

    *Note du traducteur (p. 291) :

    “Il s’agit d’une sorte de puzzle décrite par Cassius Bussus (de lustris, p. 271 de l’édit. Keil) sous le nom de boîte d’Archimède : “Cette boîte a quatorze lamelles d’ivoire dont les angles sont variés et qui peuvent s’ajuster, toutes réunies, dans une forme quadrangulaire. Selon la façon dont elles sont disposées, ces lamelles représente tantôt un casque, tantôt une épée, ici une colonne, là un navire et produisent d’innombrables figures.”

    Le centon et Montaigne

     “De faire ce que j’ay descouvert d’aucuns, se couvrir des armes d’autruy, jusques à ne montrer pas sulement le bout de ses doits, conduire son dessein, com’ il est aise aus sçavans en une matiere commune, sous les inventions anciennes rapiecees par cy par là : a ceus qui les veulent cacher et faire propres, c’est premierement injustice et lascheté, que, n’ayans rien en leur vaillant par où se produire, ils cherchent à se presenter par une valur estrangiere, et puis grande sottise, se contantant par piperie de s’acquerir l’ignorante approbation du vulguere, se descrier envers les gens d’entandement qui hochent du nez nostre incrustation empruntee, des quels suls la loange a du pois. De ma part, il n’est rien que je veuille moins faire. Je ne dis les autres, sinon pour d’autant plus me dire. Ceci ne touche pas des centons qui se publient pour centons : et j’en ai veu de tres-ingenieux en mon temps, entre autres un, sous le nom de Capilupus, outre les antiens. Ce sont des esprits qui se font voir et par ailleurs et par la, comme Lipsius en ce docte et laborieux tissu de ses Politiques.” (I. xxvi, pp. 99-100)

    Du Bellay : “Si par la lecture des bons livres, je me suis imprimé quelques traits en la fantaisie, qui après, venant à exposer mes petites conceptions, selon les occasions qui m’en sont données, me coulent beaucoup plus facilement en la plume qu’ils ne me reviennent en la mémoire, doit-on pour cette raison les appeler pièces rapportées?” (cité par E. Faguet, op. cit. p. 215).

    Le centon de Milton : corpus

    Autour de Milton

    IV. 1-9 : contexte : Satan arrive en Eden

    O for that warning voice, which he who saw

    The Apocalypse, heard cry in heaven aloud,

    Then when the dragon, put to second rout,

    Came furious down to be revenge don men,

    Woe to the inhabitants on earth! that now,

    While time was, our first parents had been warned

    The coming of their secret foe, and scaped

    Haply scaped his mortal snare; for now

    Satan, now first inflamed with rage, came down

    Genèse : “ Woe to the inhabiters of the earth and of the sea! for the devil is come down unto you, having great wrath”,

    VII : 1-5

    Descend from heaven Urania by that name  (Descende caelo et dic age tibia/regina longum Calliope melos, Horace Odes, III.iv)

    If rightly thou art called, whose voice divine

    Following above the Olympian hill I soar,

    Above the flight of Pegasean wing

    The meaning, not the name I call.

    Autour de Satan

    I. 105-26 : l’appel de Satan à la seconde révolte :

    What though the field be lost?

    All is not lost; the unconquerable will…

    To bow and sue for grace

    IX. 656-714 : Satan et Eve : 3 volets :

    - Satan (656-58) : “Hath God then said that of the fruit/Of all these garden trees ye shall not eat,/Yet lords declared of all in earth or air” assez proche de l’orignal mais “with addition strange” à la fin (Genèse 3 : 1) : “Hath God said Ye shall not eat of every tree in the garden?”)

    - Eve (659-63) le corrige, car la question était hypocritement rhétorique :

    “Of the fruit/Of each tree in the garden we may eat/But of the fruit of this fair tree midst/The garden, God hath said, Ye shall not eat thereof, nor shall ye touch it, lest ye die” (659-63)

     (Genèse, 3 : 2-3 : “We may eat of the fruit of the trees of the garden : But of of the fruit of the tree which is in the midst of the garden, God hath said, Ye shall not eat of it, nor shall ye touch it, lest ye die”)

    IX. 711-14

    That ye should be as gods, since I as man,

    Internal man, is but proportion meet,

    I of brute human, ye of human gods.

    So ye shall die perhaps, by putting off

    Human, to put on gods, death to be wished,

    IX. 494-517: Satan et ses manœuvres d’approche d’Eve

    So spake the enemy of mankind, enclosed

    In serpent, inmate bad, and toward Eve

    Addressed his way-, not with indented wave,

    Prone on the ground, as since, but on his rear,

    Circular base of rising folds, that towered

    Fold upon fold a surging maze, his head

    Crested aloft, and carbuncle his eyes;

    With burnished neck of verdant gold, erect

    Amidst his circling spires, that on the grass

    Floated redundant; pleasing was his shape,

    And lovely, never since of serpent kind

    Lovelier, not those that in Illyria changed

    Hermione and Cadmus, or the god

    in Epidaurus; nor to which transformed

    Ammonian Jove, or Capitoline was seen,

    He with Olympias, this with her who bore

    Scipio the height of Rome. With tract oblique

    At first, as one who sought access, but feared

    To interrupt, sidelong he works his way.

    As when a ship by skilful steersman wrought

    Nigh river’s mouth or foreland, where the wind

    Veers oft, as oft so steers, and shifts her sail;

    So varied he, and of his tortuous train

    Curled many a wanton wreath in sight of Eve,

    Autour du Jardin 

    IV. 689-719 (extrait) : The blissful bower

    Thus talking hand in hand alone they passed

    On to their blissful bower; it was a place

    Chosen by the sovereign planter, when he framed

    All things to man’s delightful use; the roof

    Of thickest covert was inwoven shade

    Laurel and myrtle, and what higher grew

    Of firm and fragrant leaf; on either side

    Acanthus, and each odorous bushy shrub

    Fenced up the verdant wall; each beauteous flower,

    Iris all hues, roses, and jessamine

    Reared high their flourished heads between, and wrought

    Mosaic; underfoot the violet

    Crocus, and hyacinth with rich inlay

    Broidered the ground, more colours than with stone

    Of costliest emblem.

    More sacred and sequestered, though but feigned,

    Pan or Silvanus never slept, nor nymph,

    Nor Faunus haunted.

    Virgile :  Ecl. II. 54 :

    Et uos, o lauri, carpam, et te proxima myrte

    Georg.  II. 119  Quid tibi odorato referam sudantio ligno

    Balsamaque, et baccas semper frondentis acanthi

    Autour d’Adam et Eve

    V. 1-3

    Now Morn her rosy steps in the eastern clime

    Advancing, sowed the earth with orient pearl,

    When Adam waked

    V. 9-25

    His wonder was to find unawakened Eve

    With tresses discomposed, and glowing cheek,

    As through unquiet rest : he on his side

    Leaning half-raised, with looks of cordial love

    Hung over her enamoured, and beheld

    Beauty, which whether waking or asleep,

    Shot forth peculiar graces; then with voice

    Mild, as when Zephyrus on Flora breathes,

    Her hand soft touching, whispered thus. Awake

    My fairest, my espoused, my latest found,

    Heaven’s last best gift, my ever new delight

    Awake, the morning shines, and the fresh field

    Calls us, we lose the prime, to mark how spring

    Our tended plants, how blows the citron grove,

    What drops the myrrh, and what the balmy reed,

    How nature paints her colours, how the bee

    Sits on the bloom extracting liquid sweet.

    V. 35-42

    ...methought

    Close at mine ear one called me forth to walk

    With gentle voice, I thought it thine; it said

    Why sleep’st thou Eve? Now is the pleasant time

    now reigns

    Full-orbed the moon.

     (VI.2-3)

    ... till morn,

    Waked by the circling hours, with rosy hand

    Unbarred the gates of light.

    Cantique des Cantiques

     2 : 10  “My beloved spake, and said unto me Rise up, my love, my fair one, and come away.

    11. For, lo, the winter is past, the rain is over and gone;

    12  The flowers appear on the earth; the time of the singing of birds is come, and the voice of the turtle is heard in our land;

    13  The fig tree putteth forth her green figs, and the vines with the tender grape give a good smell. Arise my love, my fair one, and come away

    7 : 11 Come, my beloved, let us go forth into the field; let us lodge in the villages.

    12 Let us get up early to the vineyards; let us see if the vine flourish, whether the tender grape appear and the pomegranates bud forth : there will I give thee my loves”

    Isaiah 

    60 :1  Arise, shine; for thy light is come (et vers V. 20 : “Awake, the morning shines…”

    XI. 171-5

    ... But the field

    To labour calls us now with sweat imposed,

    Though after sleepless night; for see the morn

    All unconcerned with our unrest, begins

    Her rosy progress smiling; let us forth

    La couronne flétrie et la mort métaphorique d’Adam à l’annonce de la transgression d’Eve 

     IX. 890-95 

    Adam, soon, as he heard

    The fatal trespass done by Eve, amazed,

    Astonied stood and blank, while horror chill

    Ran through his veins, and his joints relaxed;

    From his slack hand the garland wreathed for Eve

    Down dropped, and all the faded roses shed,

    Speechless he stood and pale, till thus at length

    First to himself the inward silence broke

    ANNEXE 2 — VINGT-SIX NOTES SUR CE QUE CITER VEUT DIRE

    1. “Citation” : terme polysémique, actif et passif (renvoie à un acte, un produit, un champ de recherche : distinguer entre “citation” et “citationnel”)

    2. Citation et termes associés : source, redite, répétition, emprunt, imitation, paraphrase, plagiat, pastiche, parodie, adaptation, intertextualité, écho (verbal, thématique), allusion, évocation, réminiscence, cliché, voire traduction. Où passent les frontières?

    3. Réciter n’est pas citer (en général)

    4. Citation dans le discours écrit et citation dans le discours oral

    5. Citer qui? Citer quoi? : un nom, un texte (de l’énoncé bref à l’œuvre), une langue un procédé stylistique? Et dans le texte, citer quoi? La lettre (elocutio)? L’esprit (un contenu- inventio)? La forme (dispositio)?

    6. Les citations emboîtées (citation simple, citation complexe)

    7. Citation explicite (attestée, en discours direct ou indirect) ou implicite ;

    8. Citation oblique, masquée, déguisée, travestie ; pseudo-citation;

    9. Citation complète et/ou tronquée (opposition pertinente ou non selon les contextes)

    10. Citation consciente ou inconsciente (“Mon inconscient est une bibliothèque”)

    11. La citation anonyme, un faux paradoxe (il y a toujours une origine)

    12. Citation homoglotte (discours citant et cité, même langue), hétéroglotte (citation non traduite) et citation traduite.  

    13. Fonctions : esthétique (figure d’ornement), rhétorique (figure d’argument), stratégique, ludique.

    14. La citation est dans le texte. Elle est aussi dans la tête du lecteur : un donné et un construit; un fait d’écriture et un effet de lecture

    15. La citation comme vrai et faux en écriture (posture, imposture)

    16. La citation s’offre à qui veut (peut) l’entendre : à chacun sa bibliothèque, à chacun ses citations

    17. La citation comme accident du discours (du langage) du genre et comme fantaisie du parcours (de la lecture, de la mémoire)

    18. La citation : entre l’évident et l’indécidable

    19. La citation naît, vit et meurt comme le langage ; à chaque peuple, à chaque période, à chaque communauté, ses citations. Dimension historique de la citation. Une citation chasse l’autre

    20. Une citation peut en cacher une autre

    21. A force de passer de main en main, la citation est pleine de doigts : l’emprunt laisse toujours des empreintes.

    22. Le cité est toujours phagocyté

    23. La citation est contagieuse (de 2 façons : appelle la redite; affecte co-texte et contexte)

    24. Le citationnel pose (au moins) deux questions : qui parle? qui cite?

    25. La citation est à la merci de tous (rapporteurs; éditeurs, traducteurs, censeurs)…pour le meilleur ou pour le pire.

    26. La citation : lettre recommandable (lettres de noblesse), et lettre recommandée ; sans accusé réception elle reste lettre morte ou en souffrance ; la lettre affranchie ; la lettre volée (violée).

    Haut de page

    Notes

    1  “En effet, je suis persuadé qu’il se fait plus de figures en un seul jour de marché à la halle, qu’il ne s’en fait en plusieurs jours d’assemblées académiques” (Traité des Tropes 8). Question : Du Marsais s’est-il souvenu de Montaigne qui disait “...la recherche des phrases nouvelles et des mots peu connus vient d’une ambition scolastique et puérile. Puissé-je ne me servir que de ceux qui servent aux Halles à Paris!” ? (Essais, I. xxvi.).

    2  Montaigne ne parlait-il pas quelque part de ses « embrouillures » à propos de ses écrits?

    3  Littéralement “nous ne chantons pas pour les sourds” car, dans cette Eglogue X, Virgile désigne à la fois lui-même et la muse qui l’inspire, Aréthuse. Pour la détection de ces échos, les notes éditoriales des éditions utilisées m’ont été une aide précieuse, évidemment. Chaque fois que j’ai pu, j’ai corrigé les rares erreurs d’attribution et de références et réparé les omissions que mes propres lectures et relectures ont permis de détecter. Mais bien entendu, les analyses des stratégies citationnelles sont miennes, ce qui ne veut pas dire naturellement qu’elles soient toutes originales.

    4  “divin chœur” est emprunté à Hernani (V.3.29) : “Car la musique est douce…et, comme un divin chœur”, “divin chœur” que je réécrirais volontiers, “dit vainqueur”, en pensant au pouvoir des citations, qui souvent emportent l’adhésion.

    5  “Alors, la Chine?”, Roland Barthes, Oeuvres complètes, Editions du Seuil, 2002, tome IV, 516-20.

    6  Pour parodier l’Heptaplus de Jean Pic de la Mirandole (sur la Création en sept jours plus un prologue et une conclusion)

    7  Je n’ai malheureusement pas pu consulter l’édition de Sylvester.

    8  “guillemets” dont il serait intéressant de retracer toute l’histoire, si cela n’a pas encore été fait. Observons qu’à notre époque de communication tous azimuts on cite beaucoup, mais “nos” guillemets expriment aussi tout autre chose : un certaine prudence de parole, dictée par le relativisme et le scepticisme ambiant car, comme disait Donne, the “new philosophy calls all in doubt”, déclenchant cette gymnastique caractéristique de l’orateur qui lève les deux mains et agite indexes et majeurs comme s’il allait s’envoler ou faire de la barre fixe.

    9  Au temps de la “Pléiade”, par exemple, la distinction entre “imitation” et “traduction” est loin d’être claire.

    10  Dans “Ludus septem sapientum” in Œuvres, 215-17.Ausone rappelle que la formulation et même la paternité des deux devises inscrites au fronton de Delphes (gnôthi seauton ; meden agan) restent douteuses.

    11  Qu’il s’agisse de censure éventuelle, de souci esthétique poussant à la reformulation de l’énoncé, d’hommage déguisé ou tout simplement de désinvolture vis-à-vis du texte-source et de son auteur. Qui se souvient, par exemple, que la “Belle Marquise aux beaux yeux d’amour” du Bourgeois gentilhomme a un précédent “royal” (!) chez le Ronsard de la Préface à La Franciade (son art poétique) : “…il fault dire, le Roy alla coucher de Paris à Orléans, & non pas, à Orléans de Paris, le Roy coucher alla.”. (Laumonnier, tome XVI, 342). Ce plagiat ou pastiche relève-t-il du “citationnel” ?

    12  Pour ne prendre que quelques exemples : les contresens sur le ut pictura poesis d’Horace ou sur la catharsis aristotélicienne (même Milton, qui la mentionne dans la Préface de Samson Agonistes, adopte la version la plus répandue selon laquelle la purgation concerne toutes les passions, alors qu’Aristote n’a en l’esprit que la pitié et la terreur) ; l’aphorisme de Buffon “le style c’est l’homme” (qui n’a pas le sens psychologique qu’on lui prête le plus souvent) ou encore la remarque de Montaigne “nous ne faisons que nous entregloser”, qui ne veut pas dire “nous ne cessons de nous citer” mais qui stigmatise les discours sur les discours, au détriment de l’analyse des sujets.

    13  Epoque – faut-il le rappeler – à laquelle Milton appartient par formation, goût et pratique littéraire, bien que le hasard de sa naissance en ait fait un homme de la Restauration.

    14  E. Faguet : “la véritable théorie de l’imitation littéraire, c’est-à-dire la théorie de l’innutrition”, qu’il trouve illustrée dans la Seconde préface de l’Olive (1550) de Du Bellay. (Faguet, 214). On retrouve la même analogie chez Montaigne à propos de l’éducation des enfants (I. xxvi. p. 109.). On sait aussi, grâce à G. Deleuze, que “parler” c’est également “manger”, comme quoi écriture et lecture sont inséparables.

    15  Rappelons que les sources les plus importantes pour Milton sont : les Anciens (surtout auteurs épiques et tragiques), Ovide, Horace, Stace, La Bible (Vulgate et King James’s version, notamment) et les Pères de l’Eglise, Dante, La Sepmaine de Du Bartas dans la traduction de Joshua Sylvester, L’Arioste, Le Tasse, les dramaturges élisabéthains, à commencer par Shakespeare, à qui il emprunte beaucoup, les grands lyriques comme Spenser (“a better teacher than Aquinas”, disait-il), Sidney et quelques autres encore.

    16  Quelques exemples d’indécidables : dans “To be or not to be, that is the question.” de Hamlet, le dernier mot renvoie-t-il au terme technique quaestio (débat, controverse) de la scolastique médiévale ?; l’hommage qui conclut dans le Paradis perdu, l’hymne au Christ, III. 412 : “Hail, son of God, saviour of men…” est rapproché par l’éditeur de celui d’Hercule dans l’Enéide (VIII 301 : “Salut, ô véritable rejeton de Jupiter…” [Salve, uera Iovis proles, decus addite diuis]”). Mais pourquoi pas de Tite-Live (Histoire romaine, I.7,10) qui propose : “Fils de Jupiter, ô Hercule, salut…” ou encore d’une hymne homérique (la première ode en l’hommage d’Apollon, où le même salut conclut l’hymne : “Salut! ô fils de Jupiter et de Latone…”. Force est de conclure qu’on a plutôt affaire à une formule rituelle qu’à un écho spécifique. De même, l’incipit de Samson Agonistes : “A little onward lend thy guiding hand/To these dark steps…” est inspiré, selon la note éditoriale, soit de l’ouverture de l’Œdipe à Colonne de Sophocle, soit des Phéniciennes d’Euripide, soit, plus probablement selon moi, vu la richesse des échos lexicaux, de Sidney : Arcadia II.x. 3 : “lende me a hande to guide my darke steppes”. La chute du Satan hugolien (“Un souffle qui passait par là le fit tomber plus bas” (La Fin de Satan, 28) est-elle un pastiche de celle du Satan miltonien qui serait tombé pendant plus de quatre mille ans si un souffle qui passait par là ne l’avait (re)propulsé vers le haut (II. 934-38) ? L’Enéide (III. 658) “monstrum, horrendum, informe, ingens, cui lumen ademptum”a-t-elle inspiré le Baudelaire de l’Hymne à la Beauté (vers 18) : “O Beauté ! Monstre énorme, effrayant, ingénu !” (“ingénu” pour ingens, méprise ou malice ?) ? Enfin, si je puis évoquer un souvenir personnel : lorsque Stanley Fish m’assène, dans un entretien privé (Duke University été 1991), “Style is meaning. Nothing else is”, me demande-t-il vraiment, avec la seconde phrase, de penser à Donne et à The Sun Rising (vers 22), connaissant mon domaine de spécialité, où est-ce pur souvenir littéraire d’un spécialiste de la période et de l’auteur, cherchant une formule percutante et définitive et citant peut-être inconsciemment ?

    17  Comment expliquer par exemple que, relisant la préface des Contemplations (1856) où Hugo décrit son projet comme “les Mémoires d’une Ame”, j’aie immédiatement pensé aux “Mémoires d’un Ane” (1860) d’une certaine Comtesse de Ségur. L’écho est pour le moins problématique : à moins que Madame de Ségur, au banquet de la lecture, ne fût une “Comtesse insatiable” (John Marston!) doublée d’une imitatrice malicieuse, ce n’est plus le texte qui me parle, c’est ma propre mémoire qui m’en conte ! Pourquoi une certaine actualité politique m’a-t-elle un jour soufflé « Otan, suspends tes vols ? » et si mon auditeur entend les deux premiers mots de cette prière, qu’est-ce qui empêchera le souvenir lamartinien, vu l’impérialisme de la citation qui occupe (au sens presque militaire du terme) le champ de la mémoire ?

    18  Allusion à l’ouvrage très intéressant de Pietro Pucci : Ulysse polutropos : Lectures intertextuelles de l’Iliade et de l’Odyssée.

    19  Pour les langues modernes, il suffit de songer au prestige de l’allemand, symbole de qualité et de haute technologie et de l’exploitation qui en est faite parfois dans la publicité de langue française. Je me souviens de quelque chose du genre : “Telefunken za vonktiônne !”

    20  Sur ce point (entre autres) voir l’article très intéressant de Camille Fort : “Le détective et la citation : la communication oblique dans les récits de Dorothy L. Sayers (communication à la SAES d’Angers, mai 2000). J’ai retrouvé dans mes archives sur l’ironie un exemple tragique et grinçant de citation de langue. A l’époque de la guerre au Kosovo les Serbes étaient menacés de bombardements par l’Otan, notamment par les pays anglo-saxons. Un humoriste avait dessiné un cimetière rempli de croix et fermé par une grande grille style camp d’Auschwitz portant la mention “Bombs liberate”, allusion évidente au sinistre Arbeit mach frei du camp nazi mais l’emploi de la langue anglaise était aussi d’une ironie cinglante car c’étaient les Anglo-saxons qui avaient libéré les camps serbes à la fin de la seconde guerre mondiale.

    21  De même, le célèbre “No one is perfect” de Certains l’aiment chaud, doit sans doute une grande partie de son succès à ses conditions d’énonciation notamment comme réplique finale et conclusive du film de Billy Wilder.

    22  Un exemple récent en prose tiré du journal Le Monde, 21 janvier 2003, où une journaliste, page 10, rapporte un énoncé dûment sur-signalé par guillemets et italiques : “la solitude du médecin de campagne”, qui fait sans doute penser à “la solitude du coureur de fond”, pour au moins trois raisons : l’écho verbal en position initiale, le parallélisme syntaxique (SN préposition SN1-2), et le parallélisme prosodique, avec le même nombre de syllabes si l’on admet deux contractions (syncope plus apocope) au demeurant fort naturelles : “…méd’cin d’campagne”.

    23  Stanley Fish, s’appuyant sur une conception temporelle et linéaire de la lecture (parfois excessive, il faut bien le dire) a attiré l’attention sur ces effets stylistiques intéressants (indésirables ou voulus, qui le dira ?)

    24  Inversement c’est aussi la notoriété de l’auteur qui assure le succès et la pérennité d’une citation. Qui se souvient que le célèbre “Que diable allait-il faire dans cette galère” des Fourberies de Scapin est une redite à peine modifiée d’une réplique du Pédant Joué de Cyrano de Bergerac : “Que diable aller faire aussi dans la galère d’un Turc ?” (II.iv.)

    25  Citons (littéralement !) Donne : “Just as a perfect reader doth not dwell, / On every syllable, nor stay to spell, / Yet without doubt, hee doth distinctly see / And lay together every A, and B;” (Obsequies to the Lord Harrington, 93-96). Par exemple, l’ironie de la célèbre réplique de Jules César : “But Brutus is an honourable man” (III. 2. 83-100) ne tient pas seulement à la répétition mais peut-être aussi au fait qu’elle évoque un exemple cicéronien d’ironie repris par nombre de traités de rhétorique comme exemplaire et qu’une élite contemporaine de Shakespeare ne pouvait ignorer : “Tu as élu domicile chez ton camarade, M. Marcellus, homme excellent” (Invective contre Catilina).

    26  Aussi Compagnon situe-t-il la citation du côté de l’acte dénonciation et non du simple énoncé.

    27  Plus généralement, pour le travail de la citation, s’agissant de fidélité citationnelle, il faut distinguer entre la citation homoglotte (discours cité et citant usent de la même langue), la citation hétéroglotte (discours cité en langue originelle différente du discours citant), et la citation transglotte (citation traduite). Dans ce dernier cas, le traducteur peut utiliser une autre citation pour sa traduction, comme on vient de le voir.

    28  “mer inféconde” est la traduction retenue par Victor Bérard. Pour l’étymologie, voir Chantraine, 135.

    29  Si je puis me permettre, puisque j’ai parlé de banquet tout à l’heure, d’imiter l’incipit de Tom Jones où Fielding développe l’analogie écriture/repas (“The bill of fare to the feast”).

    30  Voir notamment l’incipit du livre IX. 13-47. Mettre en scène l’epos pour Milton c’est la mettre en question, en crise, non pour sa forme mais pour l’idéologie sous-jacente (le faux héroïsme païen).

    31  Voir Annexe pour cette définition. Une précision : le centon d’Ausone, entièrement virgilien, pratique le mélange des styles élevé, moyen et bas, représentés respectivement par l’Enéide, les Géorgiques et les Bucoliques.

    32  J’ai noté une trentaine d’occurrences sur quelque 85 comparaisons épiques dans le poème miltonien.

    33  I. 3 “Brought death into the world, and all our woe”; II. 872 (the fatal key of Sin) “Sad instrument of all our woe”, IX. 644-5 “The Tree of prohibition, root of all our woe”, IX. 935 “On me, sole cause to thee of all this woe”. Sur les répétitions de “woe”, voir E.E. Stoll “Time and Space in Milton” in From Shakespeare to Joyce, New York, 1944.

    34  Besnier (Lexique géographique…389) donne “trans Imaum”, l’une des deux parties de la Scythie d’Asie.

    35  Voir Carey et Fowler, 507. D’autre part, Virgile avait déjà imité un autre, à savoir Apollonios de Rhodes : Argonautiques, IV. 1479 : “ainsi qu’on voit ou qu’on pense voir la lune…”. Enfin, notons que Milton “bricole” l’écho car ce n’est pas la lune que semble voir le laboureur mais les fées et lutins.

    36  Il y aurait aussi beaucoup à dire sur la citation tronquée. Prenons un exemple tiré de La Franciade de Ronsard : au vers I. 201, le poète reprend verbatim le premier vers d’une comparaison épique de son ami Du Bellay, (“Comme un torrent qui s’enfle et renouvelle”), tiré d’un sonnet liminaire pour les Odes de Ronsard. Il s’agit d’une citation-hommage, mais l’écho ne peut se limiter au premier vers. Le lecteur informé se rappellera toute la comparaison épique du texte source.

    37  Sur l’image dominante de l’Enfer et le rôle de ce que j’ai appelé les “ tableaux-synthèses ” de l’Enfer, qui assurent la cohérence narrative et poétique du Paradis perdu, voir Mathis (thèse, 268-88)..

    38  Un autre exemple nous est fourni au livre II dans l’évocation du Chaos : “The womb of nature and perhaps her grave”, où Milton reprend ce cliché très ancien (déjà repris par Spenser, F.Q. III. Canto vi. 36) et développe l’idée sur six vers (911-16).

    39   Milton cite peut-être également ici St Paul (1 Cor 15 : 45-50)

    40  Enéide, VI. 126-9 : “…facilis descensus Auerno :/…./Sed reuocare gradum superasque euadere ad auras,/Hoc opus, hic labor est…”, traduction de Maurice Rat.

    41 Faerie Queene, II.c xii,52, The Poetical Works of Edmund Spenser, p.136.

    42  Liste peut-être inspirée de Spenser ou en quelques vers, on relève, dans le Jardin d’Adonis : “girlond…knitting…wanton….twyne…athwart”, tous évocateurs d’entrelacements.

    43  Voir aussi : Isaiah 60 : 1 “Arise, shine; for thy light is come” et Paradise Lost, V. 20 “Awake, the morning shines…”

    44  Mais à la place de “née au matin” Victor Bérard préfère “sortie de son berceau de brumes” !

    45  Pourquoi, diable, songé-je à “Booz endormi”, comme analogue nocturne de cette image ? L’image des moissons qui nous vaut depuis toujours des passages hautement poétiques, hanterait-elle l’imaginaire de l’homme ?

    46  Cette scène du cauchemar d’Eve est suivie d’une chanson d’aube, d’une oraison, d’un(e) hymne au Créateur et à la Création (V 153-208) où l’on observerait encore un autre aspect de la stratégie citationnelle de Milton, travaillant et retravaillant le matériau qu’il emprunte à des sources diverses (en l’occurrence le Psaume 148 et le Benedicite omnia opera pour les matines du Carême) pour faire œuvre originale, une œuvre formellement plus achevée, plus poétique, plus dramatisée aussi, tout entière placée sous le signe de l’Amour, qui reste selon Dante, le véritable primum mobile du cosmos (“l’amor che move il sole e l’altre stelle”, ultime vers de la Divine Comédie). Mais je ne m’étendrai pas plus ici sur ce magnifique passage car j’en ai parlé ailleurs et je me permettrai de renvoyer le lecteur à l’analyse détaillée que j’en ai faite dans un livre d’hommage au regretté Paul Denizot : “Tous les matins du monde en Eden : la vie des formes chez Milton” Bulletin de la Société d’études anglo-américaines des XVII et XVIIIème siècles, “Vie, Formes et Lumière(s), sept. 1999, 103-21.

    47  Effet stylistique analogue au livre II (558-61) où la syntaxe évoque les réflexions philosophiques tortueuses et torturées des démons sur la volonté, le libre arbitre, la providence, le destin, etc. Pour les allégories de Péché et Mort, Milton combine le monstre “Errour” de Spenser et “Hamartia” de Phineas Fletcher (The Purple Island, XII. 27-31).

    48  Y compris à votre infortuné serviteur, le mauvais sort ayant voulu que dans mon édition, le vers 510 soit une fin de page, masquant inévitablement l’artifice qui ne pouvait qu’échapper à ma vigilance, trompée en somme par Satan.

    49  Voir Argonautica II.317, 552-611.

    50  J.M. Steadman : “crystals that retain only the external form of the mineral of which they originally consisted. Inside they possess the internal structure and composition of the mineral that has replaced it” (14).

    51  En fait, l’importance de ce passage dépasse largement le niveau des réminiscences littéraires. Sa signification est en partie théologique : Adam, qui n’a pas encore commis le péché, au contraire d’Eve, subit, en revanche par cette sympathie profonde, souterraine qui l’unit à Eve, par empathie si l’on veut, et par anticipation, la mort physique, la mort du corps, le second degré de la mort selon les théologiens (culpabilité, mort spirituelle, mort corporelle, mort éternelle, sur ce voir A. Fowler, VIII 323-33 note, p. 832)

    52  Malgré une certaine théorie dite de la “dissociation of sensibility” qui eut un instant les honneurs de la critique avant la palinodie de son auteur, car elle était en fait sans réel fondement.

    53  C’est encore plus vrai évidemment des poèmes de jeunesse : At a Vacation Exercise, poème de 100 vers, comporte plus d’une douzaine de citations et d’échos divers, empruntés à au moins dix auteurs (Platon, Aristote, Homère, Ovide, Horace, Virgile, Sylvester (Du Bartas), Geoffrey de Monmouth, Drayton, Spenser,

    54  En un sens, la citation a toujours ce double statut de vrai et faux en écriture.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Gilles MATHIS, « Quand (re)dire c’est (re)faire : stratégies citationnelles dans le Paradis perdu », E-rea [En ligne], 2.1 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2004, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/406 ; DOI : 10.4000/erea.406

    Haut de page

    Auteur

    Gilles MATHIS

    Université de Provence
    Gilles Mathis est professeur émérite de l’Université de Provence. Il est spécialiste de Milton, à qui il a consacré sa thèse ainsi que de nombreuses études critiques. Stylisticien, il s’est attaché pendant toute sa carrière à promouvoir et à illustrer cette discipline aussi bien dans son enseignement que dans un corpus considérable d’articles.

    Articles du même auteur

    Haut de page
    • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • OpenEdition Journals