Navigation – Plan du site
Articles “hors thème”

Les cartes des chemins de fer au Etats-Unis dans la deuxième moitié du 19ème siècle : quelques réflexions sur la représentation géographique et la géographie imaginaire

Mila DI NAPOLI-MARCHETTI

Résumés

Sous l’impulsion des voies ferrées se développa aux Etats-Unis, dans la seconde moitié du 19ème siècle, une activité cartographique sans précédent. La représentation d’une réalité géographique, sous couvert de procédés graphiques et techniques, ne révèlerait-elle pas un autre type de géographie ? La carte étant un outil de communication, les cartes des chemins de fer publiées à partir de 1853 aux Etats-Unis ne furent-elles pas un outil privilégié destiné à véhiculer de façon plus ou moins délibérée, sous couvert d’une représentation graphique matérialisée sous des formes diverses, un message à la fois d’information, de propagande ou de publicité à la gloire d’une réussite économique et politique ?

Haut de page

Texte intégral

1Si tous les historiens s’accordent sur le rôle fondamental tenu par les chemins de fer dans l’expansion territoriale, parce qu’ils répondaient à une nécessité économique et à une volonté idéologique d’achever et d’affermir l’unité politique par une unité géographique, un aspect lié à cette activité est cependant resté méconnu. Parallèlement à la construction des voies ferrées reliant la côte Atlantique à la côte Pacifique afin de pallier la fragmentation géographique croissante de l’Ouest, et sous l’impulsion de celles-ci, se développa aux Etats-Unis une activité cartographique importante dont les implications sont méconnues.

2 Aucun projet d’aménagement du territoire ou de mise en valeur de celui-ci ne peut en effet s’accomplir sans des reconnaissances de terrain ni l’appui de la cartographie des espaces nouvellement explorés. L’activité cartographique ne naît pas spontanément, mais s’inscrit dans un schéma utilitaire relevant d’une volonté politique et économique qui vise à agir sur un territoire. Bien que la première loi autorisant la construction du premier chemin de fer transcontinental ne fût votée qu’en 1862, dès 1853 le Congrès prit une mesure dont les répercussions cartographiques furent quelque peu sous-estimées. A la demande de Jefferson Davis, alors ministre de la guerre, le Congrès subventionna le Army Topographical Corps afin que plusieurs groupes expéditionnaires d’ingénieurs étudient, parmi quatre itinéraires possibles, la route la plus directe, la plus praticable et économique pour la première voie de chemin de fer reliant le Mississippi à l’océan Pacifique. Jusque-là, la moitié Ouest du territoire n’était connue que par les opérations d’expéditions menées entre 1840 et 1850 sous la direction de différents officiers, tel John Fremont, dont le nom reste encore aujourd’hui lié à l’histoire de l’Ouest. Les résultats des levés de terrain effectués à partir de 1853 apportèrent des réponses favorables sur les différentes possibilités de construction des voies ferrées. Les observations et informations recueillies, consignées dans douze volumes d’une richesse et d’une précision inégalées, fournirent les connaissances nécessaires à une première représentation officielle de la globalité de l’espace qui influença la production cartographique ultérieure. Cette publication ouvrit en effet la voie à une production sans précédent. Très rapidement, et avant même la mise en œuvre de la première ligne transcontinentale, des maisons d’édition spécialisées dans la cartographie multiplièrent la publication de cartes, générales ou sectionnaires, des projets ou des nouvelles lignes en service venant compléter le réseau des chemins de fer américains. Le déplacement régulier de la frontière et l’élargissement consécutif du territoire étant indissociables de la mobilité et de l’accroissement de la population, il était nécessaire de multiplier et d’accélérer le flux de nouvelles informations auprès de toutes les catégories d’usagers potentiels. Très tôt également, deux autres types de publications, guides édités par les compagnies ferroviaires elles-mêmes, et guides de voyages, vinrent enrichir la production cartographique qui devint toujours plus fournie et variée au fur et à mesure que des lignes étaient achevées et entraient en service. La valeur des informations contenues sur ces cartes, ainsi que leur impact, à une époque clé de leur expansion territoriale, mérite donc d’être évalués sous un angle différent et quelque peu inhabituel.

3En premier lieu, sur les cartes des chemins de fer de la seconde moitié du 19ème siècle, époque dite plus « scientifique » de la cartographie, le degré d’information correspondait-il vraiment à une réalité géographique ? En second lieu, l’étude des codes graphiques et figuratifs coexistant sur certaines productions doit-elle être dissociée ? La cartographie des chemins de fer était-elle une science au service de l’information géographique ou ne cachait-elle pas aussi un discours politique annexe mais visible ?

L’image cartographique : la réalité géographique en question

  • 1  Jacob, 1992, p. 159.

4Une carte est certes destinée à permettre de se repérer, s’orienter, évaluer des distances, se déplacer. Les lignes imaginaires des p Parallès, des orialdink rphie, La cogiqies top >

Notes

1  Jacob, 1992, p. 159.

2  Jacques Lévy, « La carte, un espace à construire », La documentation française, N° 8036, juin 2004, p. 3.

3  C’est à cette date qu’a été publiée la première carte issue des explorations de 1853.

4  Ces deux pistes furent abandonnées assez rapidement.

5  Celle-ci fut abandonnée dès 1861.

6  Abandonnée en 1863.

7  Jacob, 1992., p. 137.

8  Jacob 1992, p. 209.

9  Jacob 1992,., p. 218.

10  Jacob 1987-janvier 1988, p. 82.

11  Jacob, 1992 p236.

12  Il s’agit de : The American Union Railroad Map of the United States, British Possessions, West Indies, Mexico and Central America, Haasis and Lubrecht, New York, 1872 ; la carte homonyme, de Darius L. Guernsey, Concord, N.H., 1874, et de A Geographically Correct County Map of States Traversed by the Atchison Topeka and Santa Fe Railroad and its Connections, Tiernan Woodward & Hale, Saint Louis, 1880.

13  Jacob, 1992 p. 136.

14  Jacob, 1992 p. 137.

15  Gombrich, 1987, p. 154.

16  “The real Oregon of my imagination”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mila DI NAPOLI-MARCHETTI, « Les cartes des chemins de fer au Etats-Unis dans la deuxième moitié du 19ème siècle : quelques réflexions sur la représentation géographique et la géographie imaginaire », E-rea [En ligne], 7.1 | 2009, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/erea/892 ; DOI : 10.4000/erea.892

Haut de page

Auteur

Mila DI NAPOLI-MARCHETTI

Chargée de cours à l’Université de Provence, Aix-Marseille  Université, Membre du Lerma
mila.ma@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals