Navigation – Plan du site

La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ?

L’exemple du Lake District et de ses environs
Gentrification of a “Wild Countryside” in England: from Eco-Frontier Conquest to Settlement?
Frédéric Richard

Résumés

Le Royaume-Uni en général, mais plus encore l’Angleterre, s’illustrent par une forte densité de peuplement et un niveau de concentration urbaine extraordinairement élevé. Dans ce contexte singulier, les espaces les moins artificialisés, qu’ils soient ruraux ou « naturels », représentent une valeur toute particulière, du point de vue paysager, foncier, fonctionnel, symbolique et plus généralement social. Confortés en ce sens par des mesures de protection et de préservation sévères, dont les parcs nationaux restent les plus emblématiques, les espaces naturels et ruraux britanniques constituent donc l’objet de multiples convoitises, en particulier de la part d’acteurs aspirant à profiter des avantages et plaisirs qu’ils procurent. En l’espèce, si certains y pratiquent des sports de plein air, des activités de loisir et/ou touristiques socialement sélectives d’autres décident d’y résider, contribuant la plupart du temps la gentrification de ces espaces. Reposant sur le cas du Lake District et de ses environs, cette contribution vise un double objectif. Il s’agirait ainsi de réfléchir à la relation entre les notions de gentrification rurale et de front écologique. Laquelle relation contribuerait utilement à l’analyse des manifestations et modalités de la gentrification et de l’appropriation, parfois quasi exclusive des campagnes par les middle classes.

Haut de page

Texte intégral

1Comme un certain nombre d’autres pays européens, le Royaume-Uni fait l’objet de recompositions sociodémographiques internes qui, par le jeu des migrations interrégionales et mobilités résidentielles, bénéficient majoritairement aux « espaces ruraux ». Amorcée il y a quelques dizaines d’années et alimentée par la plupart des grandes agglomérations, cette redistribution géographique est qualifiée de « urban-rural movement » ou plus souvent de « counterurbanisation ». Eu égard, entre autres similitudes, au caractère socialement sélectif de ce processus, les géographes et sociologues britanniques ont pris le parti de se réapproprier la notion de gentrification, longtemps réservée à leurs collègues spécialistes des villes et autres métropoles. A l’image de ce qui a été abondamment décrit et débattu pour les milieux urbains, le processus de gentrification rurale se traduit par l’arrivée de nouveaux résidents appartenant aux catégories sociales moyennes à supérieures dans les zones rurales plus ou moins isolées. Entraînant l’éviction progressive des populations « locales » ou d’origine, leur implantation s’y manifeste également par de nombreuses mutations, de natures paysagères, socio-culturelles, économiques ou encore politiques.

2Si, contrairement à leurs collègues français, à l’exception notable de très rares auteurs (Raymond S., 2005, Pernoud M., 2008, Pistre P., 2009), les chercheurs britanniques associent régulièrement la recomposition des espaces ruraux, et plus généralement « naturels » d’Outre Manche1 à ce processus de gentrification, cela tient très probablement au fait qu’il y est relativement ancien, très diffusé et beaucoup moins discutable ou contestable, qu’il ne peut ou ne pourrait l’être en France. Cette différence résulte elle-même de quelques singularités géographiques et historiques propres à la Grande-Bretagne qui font des campagnes britanniques autant de véritables frontières écologiques, au sens de territoires porteurs de fortes valeurs écologiques et/ou esthétiques et convoités par différents acteurs (Guyot S., 2009) ; ce qui nous a incité à nous y intéresser dans le cadre de ce numéro thématique d’espace politique. En effet, le mouvement actuel de contre-urbanisation succède à une urbanisation précoce, intense, structurée par d’importantes métropoles et qui s’inscrit dans un petit pays, très densément peuplé (248 hab/km² au r-u, 390 hab/km² en Angleterre en 2006). Ces divers éléments contribuent, par contraste, à survaloriser les espaces à connotation plus ou moins naturelle ou rurale, à les investir d’une lourde charge symbolique, ce qu’illustre parfaitement bien la protection réglementaire et/ou de fait (sous l’effet du syndrome nimbyF2F) dont ils bénéficient. « Rares » et convoitées, donc « chères », les campagnes, britanniques en général, mais anglaises en particulier font ainsi l’objet d’une colonisation socialement sélective. C’est justement ce lien existant entre le processus de gentrification rurale et la notion de front écologique que cette contribution vise à interroger. Il s’agit plus précisément de montrer en quoi des aménités environnementales ou un « capital » naturel et patrimonial exceptionnels peuvent générer des formes d’organisations et de divisions socio-spatiales spectaculaires. Dans cette perspective, nous avons décomposé notre analyse en deux temps principaux. La première partie consistera à montrer en quoi il est possible d’articuler les notions de front écologique et de gentrification, au point de les considérer comme consubstantielles, en tout cas dans le contexte géographique et socioculturel britannique. La deuxième partie consistera en une étude de cas à la fois singulier et emblématique de la gentrification rurale telle qu’elle se manifeste en Angleterre puisqu’elle résulte d’un certain nombre d’observations et d’enquêtes de terrain conduites dans le fameux Lake District et dans son parc national, sans doute le plus connu de Grande-Bretagne.

1. Le front écologique, consubstantiel à la gentrification rurale

3Au même titre que celle de front écologique, que ce numéro thématique de l’Espace Politique contribue justement à éclairer, la notion de gentrification rurale reste très peu usuelle dans le paysage scientifique français, y compris en géographie et sociologie, les deux disciplines les plus à mêmes de s’en saisir. Il est donc souhaitable, sinon nécessaire, d’en rappeler les principaux éléments constitutifs. D’autant que, plus qu’un simple lien entre les deux notions, cette rapide mise au point conceptuelle devrait montrer qu’elles sont indissociables l’une de l’autre.

De la gentrification à la gentrification rurale

4La notion de gentrification rurale est directement inspirée de celle de gentrification urbaine dont la maternité revient à Ruth Glass, sociologue et co-auteur d’un rapport sur les mutations socio-spatiales de la métropole londonienne dans les années d’après-guerre. Constatant la diffusion de transformations inédites et jusqu’alors très localisées des tissus social et physique de certains quartiers de Londres, elle recourt au néologisme dont elle propose une protodéfinition3 qui s’imposera comme la matrice des recherches ultérieures (R. Glass, 1964 : xviii-xix). Quelques décennies plus tard, la recherche d’une définition neutre et consensuelle pourrait conduire à considérer la gentrification comme le processus par lequel des quartiers plus ou moins populaires et plus ou moins dégradés des zones urbaines centrales et péricentrales sont rénovés et investis par de nouveaux propriétaires ou locataires issus des classes moyennes et supérieures, dont l’implantation s’accompagne de l’exode au moins partiel des populations locales d’origine (F. Richard, 2009). Sans retracer dans tous ses détails l’historique des travaux et débats qu’a alimentés la notion de gentrification ces trente dernières années, celui-ci s’est longtemps cristallisé autour des trois grandes quasi-théories (C. Rhein, 1997) défendues respectivement par N. Smith, D. Ley et C. Hamnett quant à l’origine fondamentale du processus. Le premier et ses partisans se positionnent ainsi comme les défenseurs de l’explication par l’offre ou la production (en particulier via le mécanisme dit du rent-gap), à l’initiative de ceux qui contrôlent les marchés immobilier et foncier, de nouveaux types de logements et localisations résidentielles destinés aux gentrifieurs (Smith N., 1996, 2003). La contradiction la plus frontale sera proposée par D. Ley (1981, 1986), tenant d’une approche libérale ou néo-classique. A l’origine de la théorie dite de la demande, il s’appuie sur l’expérience canadienne pour défendre l’idée selon laquelle à l’économie post-industrielle naissante seraient associées, entre autres, des transformations politiques et socioculturelles. Celles-ci se traduiraient par l’émergence d’une nouvelle catégorie de citadins que les revenus, activités professionnelles, référents culturels et pratiques urbaines conduiraient à privilégier des stratégies et localisations résidentielles qui seraient à l’origine de la gentrification de tel ou tel quartier. Enfin, troisième acteur majeur du débat, C. Hamnett (1997, 2003) élaborera une position synthétique qu’il qualifiera de théorie intégrée de la gentrification. Il considère d’une part que les conditions de l’offre et de la demande sont nécessaires et complémentaires, et d’autre part, qu’elles sont insuffisantes. Selon lui, elles restent subordonnées aux transformations des appareils productifs des métropoles des pays industrialisés et plus précisément à l’expansion de catégories socioprofessionnelles spécifiques, les cadres supérieurs et autres professions libérales qui s’imposent comme les principaux acteurs de la gentrification. Pour autant, géographes et sociologues urbains ne se sont pas intéressés à la gentrification par le seul biais de ce débat. Ils ont au contraire généré une littérature abondante sur le caractère « épiphénoménique » ou au contraire historique du processus, sur les questions de genre qui pouvaient lui être liées, sur le profil ou les profils des gentrifieurs, sur la place des minorités ethniques, etc.

5Ajoutons par ailleurs, et sans doute cela tient-il autant à la nature même du processus qu’aux problématiques soulevées par les uns et les autres, que ces nombreux travaux sur la gentrification, qu’ils fussent à visée théorique, épistémologique ou monographique, n’ont pratiquement concerné que les espaces urbains. Pratiquement, mais pas exclusivement. En effet, dès les années 1980, constatant la présence massive et l’implantation continue de résidents aux profils variés mais qui disposaient de revenus supérieurs à ceux des populations autochtones ou locales, quelques ruralistes britanniques ont formulé l’idée selon laquelle le terme de gentrification rurale pourrait s’appliquer de manière pertinente à leurs observations (par exemple Little J., 1987). Mais c’est en profitant de la multiplication des travaux sur la gentrification urbaine et en s’appuyant sur les résultats empiriques tirés d’une vaste étude4 relative à l’impact économique local des classes moyennes dans les espaces ruraux britanniques qu’un groupe de chercheurs a, à la fois éprouvé la robustesse théorique de la notion de gentrification rurale, et vérifié sa dimension heuristique (Phillips M., 1993 ; Cloke P. et al. 1998). Aujourd’hui, le recours à la notion dépasse amplement le cercle de ces premiers auteurs, et constitue dorénavant un acquis scientifique pour un certain nombre de géographes britanniques et plus largement anglo-saxons (Smith DP., Phillips DA., 2001, Woods M., 2005, Phillips M, Page S., Saratsi E. et al., 2008, Smith DP, Holt L. 2005, Abram S. 1998, Stockdale A., 2009). D’autres sont plus prudents et en réclameraient a minima une application mesurée et circonstanciée, notamment au regard du poids démographique très variable des middle ou service classes d’une région à l’autre du Royaume-Uni (Hoggart, 1997). D’autres enfin, à en juger par la faible récurrence du terme dans leurs travaux, semblent bien peu enclin à l’intégrer à leur cadre d’analyse de la restructuration des espaces ruraux, tout en reconnaissant aussi implicitement qu’explicitement, la réalité géographique et sociale de ce qu’il est justement supposé décrire :

« This group [managers and professionals] has expanded in numbers during the postwar period (…) has a distinctive life style linked to certain consumption practices such as interchangeable housing locations born out of a high mobility, and it has exploited this mobility by seeking out housing in rural locations” (Marsden T. et al. 1993: 25).

“Work on gentrification has examined the movement of the middle class into areas traditionally “home” to other (working) classes within the city. But again, we have witnessed this phenomenon in villages such as Wingrave” (Murdoch J., Marsden T., 1994: 232)

Gentrification rurale et front écologique 

6Généralement, la notion de « front écologique » renvoie à différents types d’espace, réels ou imaginaires caractérisés par de fortes valeurs écologiques et esthétiques. Ces potentiels et ressources écologiques, ou plus généralement environnementales, suscitent la convoitise de la part d’un certain nombre d’acteurs qui cherchent à en tirer les fruits, les conquérir, parfois les confisquer. S’il est fréquent de voir la notion de front écologique appliquée aux pays ou régions peu densément peuplés ou disposant d’importantes réserves « naturelles », elle est plus rarement mobilisée dans des contextes géographiques fortement anthropisés tels que le Royaume-Uni. Or, elle nous paraît opportune pour qualifier les zones rurales et/ou « naturelles » britanniques en général, et anglaises en particulier, celles-là mêmes qui sont affectées à des mesures diverses par une ou des formes de gentrification.

7Pour comprendre ce lien, il est nécessaire de revenir sur l’une des principales dynamiques démographiques de l’espace britannique de l’après-guerre, à savoir la contre-urbanisation. Selon T. Champion (2001), ce mouvement d’exurbanisation de la population se serait mis à l’œuvre en chaine, ou en cascade, des grandes villes vers les villes petites et moyennes, de celles-ci vers les gros bourgs, les market towns, des accessible rural areas vers les remote rurale areas, etc. Quant aux facteurs, il en identifie un certain nombre, souvent identiques à ceux qui sont évoqués pour expliquer la périurbanisation en France : développement des moyens et réseaux de transports, et plus généralement de communication, déconcentration de l’emploi, amélioration des équipements et services en zone rurale, soutien actif des politiques publiques au développement local, « crise » des sociétés urbaines, auxquels il faudrait ajouter le rôle fondamental du vieillissement de la population britannique (Stockdale A., 2006). Surtout, Champion pointe deux spécificités britanniques. La première résulte de la mise en œuvre de diverses politiques de lutte contre la croissance urbaine initiées par la Town and Country Planning Act de 1947. La seconde consiste en ce qu’il nomme « l’histoire d’amour » qu’entretiennent les Britanniques avec leur campagne, que d’autres qualifient d’idylle. Si celle-ci n’est pas nouvelle, T. Champion prédit qu’elle ne s’arrêtera pas pour au moins trois raisons. En premier lieu, les mass-médias continuent d’entretenir une vision idéalisée des campagnes britanniques. En second lieu, la protection de l’environnement et plus précisément encore le contrôle strict de l’urbanisation et de la construction neuve ont permis de préserver l’essentiel de leur charme et de leur attractivité. Enfin, non seulement l’augmentation rapide des prix des logements constatées dans les zones rurales donne confiance aux nouveaux venus, mais plus encore, elle leur permet, simplement parce qu’ils sont capables d’accéder à ce segment du marché immobilier, de faire état de leur statut social. De fait, pour la majorité des observateurs, la contre-urbanisation est synonyme de prise de contrôle progressive de la campagne par une certaine frange de la société britannique, la middle class, dont certains estiment que ceux qui la composent ont construit la campagne (en particulier à travers sa dimension culturelle), qu’ils sont aujourd’hui identifiés à la campagne, et réciproquement.

8Or, les travaux sur les transformations sociales des espaces ruraux britanniques ont mis en évidence que « la consommation de l’environnement naturel est devenue une caractéristique distinctive des styles de vie spatialement étendus de certaines strates sociales, également mobiles et influentes5 » (Marsden et al., 1993 : 9). De même que les recherches plus précisément consacrées aux gentrifieurs ont permis de montrer que ceux-ci étaient attirés par la campagne pour son environnement, dans sa double composante à la fois sociale et écologique. Pour ne s’intéresser qu’à la seconde, la dimension environnementale est telle dans la démarche résidentielle des gentrifieurs ruraux que, D. Smith et D. Phillips n’hésitent pas à remplacer le terme de gentrification par celui de greentrification (Smith DP.,Phillips DA, 2001). C’est à partir de ce même constat que M. Phillips suggère de réévaluer la notion de nature dans la gentrification rurale et de s’engager dans l’étude de la gentrification, non plus (des zones) rurale(s), mais de la nature (M. Phillips, 2005). Dans la mesure où l’environnement est posé en facteur déterminant de la gentrification rurale, et que les middle classes se trouvent au contact d’autres groupes sociaux6 dont les intérêts et les projets sont parfois divergents, voire contradictoires avec les leurs, les tensions autour de l’appropriation, et à tout le moins, du contrôle des campagnes britanniques, donnent à penser de ces dernières qu’elles peuvent être qualifiées de fronts écologiques. D’ailleurs, les types de campagnes britanniques proposés par J. Murdoch, P. Lowe et al. (preserved/contested/paternalistic/clientelist countrysides) à partir des rapports de forces qui s’y établissent entre groupes de résidents et/ou d’usagers pourraient constituer autant de types de fronts écologiques définis sur la base de(s) acteurs localement dominant(s), entre tenants d’une vision romantique ou moderniste de ces territoires si convoités (Murdoch J. et al., 2003 : 12-17). Dans cette perspective, il semble tout à fait raisonnable d’avancer l’hypothèse selon laquelle dès lors qu’elles sont (ou seraient pour les sceptiques) passées du stade d’espaces de production à celui d’espaces post-productifs, voire de consommation (Marsden et al., 1993 : 21-27 ; Boyle P., Halfacree K., 1998 : 3-8 ; Hoggart K., Paniagua A., 2001), les campagnes britanniques seraient devenues de véritables frontières écologiques, naissant et évoluant au gré des mutations fonctionnelles et des jeux d’acteurs locaux… C’est en tout cas ce que la situation de la Cumbria et du Lake District inciterait à faire penser.

2. De l’invasion à l’occupation, l’exemple du Lake District

9Filer la métaphore guerrière ou militaire du front et de l’occupation suppose de mettre en scène les …envahisseurs. De fait, l’évocation, par les acteurs locaux ou les observateurs, de l’invasion des espaces ruraux britanniques par des « non ruraux », des « alter » en général, et par les middle classes en particulier, n’est ni exceptionnelle, ni récente. Elle s’adresse d’abord aux « urban invaders » (A. Howkins, 2003 : 188) pour qui les espaces ruraux représentent une aire de loisir, de récréation, de pratique sportive ou contemplative, qu’il s’agisse des touristes, trekkeurs ou simples promeneurs et pique-niqueurs du dimanche. Mais elle porte également sur ceux qui plus encore que d’en profiter ponctuellement font le choix de s’y installer et d’y vivre de manière permanente. Si les incomers (Fielding S., 1998 : 151 ; Boyle P., Halfacree, 1998 : 11), ou in-migrants (Woods 2005, Champion 2001, Boyle 1998) sont appréhendés de manière relativement neutre au travers de leur parcours migratoire ou de leur mobilité résidentielle, ils font parfois l’objet d’une catégorisation construite sur le mode de l’altérité plus distante, fabrique de strangers qui s’opposeraient aux locals, ou ordinary villagers (Phillips M., 1998-1). Mais dès qu’il s’agit de nouveaux résidents appartenant aux services classes ou aux middle classes, ils suscitent l’usage d’un champ lexical qui laisse supposer que les gentrifieurs partent en conquête, qu’ils montent au front (écologique !) : les invaders auraient ainsi entrepris une forme de colonisation (Cloke et al., 1998) avec pour résultat possible la « capture de la campagne anglaise » (Hoggart K., 1997).

10Pour inhabituelle qu’elle soit d’un point de vue français, la généralisation de la figure de l’invasion et/ou de l’envahisseur s’explique probablement par l’ampleur et les modalités des transformations sociales et démographiques qu’ont connues les campagnes britanniques depuis la fin de la 2nde Guerre mondiale. A moins que celles-ci ne soient plus anciennes encore puisque le poète romantique W. Wordsworth justifiait lui-même son Guide to the Lakes de 1810 en expliquant que

“The author has been induced to speak thus at length, by a wish to preserve the native beauty of this delightful district, because still further changes in its appearance must inevitably follow, from the change of its inhabitants and owners which is rapidly taking place. And about the same time, strangers began to be attracted to the country, and to feel their desire to settle in it (…)”. Et de redouter quelques lignes plus loin: « (…) it is probable that in the few years the country on the margin of the Lakes will fall entirely into the possession of gentry, either strangers or natives7 ».

11Formulés à près de deux siècles d’intervalle, les propos de l’un des pères de la littérature romantique et les conclusions des analyses géographiques portant sur les mutations fonctionnelles et sociales contemporaines d’une grande partie des campagnes anglaises se font remarquablement écho. Ce en quoi ils soulignent également l’une des particularités du Lake District.

Le Lake District, un territoire à la fois singulier et archétypique

12Le District des Lacs occupe en effet une place particulière dans la géographie et la culture britanniques. Il est localisé au cœur de la Cumbria, un comté rural du nord-ouest de l’Angleterre, enchâssé entre la mer du Nord à l’ouest, la frontière écossaise au nord et les premiers reliefs des Pennines à l’est (Carte 1). Vaste de quelques 2 292 km², le Lake District embrasse l’ensemble d’une zone montagneuse d’origine essentiellement volcanique. Bien que remodelée en partie par l’érosion glaciaire, elle concentre les points culminants d’Angleterre, dont le Pic Scafell (978 m). Le District offre une gamme variée de paysages spectaculaires allant des baies côtières au sud aux hauteurs sauvages des sommets centraux en passant par de nombreuses vallées décrites dans leurs plus menus détails par Wordsworth, lequel souligne à très juste titre qu’elles ont chacune leur identité propre. Séparées par des cols dont certains sont très difficiles d’accès, elles sont plus ou moins profondes et étroites, aux flancs tantôt boisés tantôt pelés, parfois flanquées de lacs aux dimensions variables ou parsemées de charmants villages. L’omniprésence et la familiarité des herdwicks (race ovine locale chère à Beatrix Potter) contribuent à forger ce caractère si pittoresque. Non seulement on leur doit en partie les milliers de kilomètres de murets de pierres sèches qui parcourent en tous sens le Lake District et ses environs, mais leur élevage extensif reste aujourd’hui la principale spécialisation agricole, complétée par un peu d’élevage bovin (à viande dans le cœur du Lake District et sensiblement plus orienté vers la production laitière sur les marges, notamment en direction de Carlisle au Nord).

13Ces mêmes paysages sont à l’origine de quelques singularités du district. La première réside dans le fait qu’ils aient été une source d’inspiration majeure des romantiques au 19ème siècle. En ayant participé à la reconnaissance et à la valorisation culturelle des espaces naturels britanniques (Curry N, 1997), ils ont influencé la mise en œuvre progressive de diverses politiques de protection dont la création des parcs nationaux en 1951 constitue toujours la pierre angulaire. Cette filiation indirecte explique qu’on soit tenté d’accorder un rôle tout particulier au Lake District dans la construction sociale et symbolique des espaces naturels et plus généralement ruraux de Grande-Bretagne. D’autant que ses/ces paysages « préservés » et supposés authentiques incarnent désormais La campagne anglaise telle qu’elle a été idéalisée et qu’elle est véhiculée dans la culture de masse. C’est en effet à partir de sa connaissance intime de la petite ville de Kendall et du Lake District (où il vivait et exerçait son métier d’enseignant) que le créateur de « Postman Pat » a imaginé le décor de la célèbre série télévisée de la BBC : champêtre, idyllique, archétypique, il est également immuable depuis son apparition sur les écrans dans les années 1980 (Horton J., 2008). C’est très précisément ce « décor » que viennent chercher nouveaux résidents et autres visiteurs plus ponctuels de la région : 95 et 92 % des 8,3 M de touristes et des 15,4 M de visiteurs (sans nuitée) de 2008 ont, respectivement, invoqué le paysage et des raisons affectives comme principales motivations à leur séjour en Cumbria (sources : Cumbria Tourism). Il ne s’agit pourtant là que d’une forme de perpétuation de pratiques anciennes puisque la fréquentation touristique de la région remonte en fait au début du 19ème, en partie sous l’impulsion ambigüe8 du mouvement romantique déjà cité. Et c’est à la même époque que les premiers « étrangers » fortunés, industriels et banquiers originaires des villes du nord de l’Angleterre ont été séduits par la qualité des paysages et de l’environnement (du point de vue sanitaire notamment) pour s’y installer ou y installer leurs familles de manière plus ou moins permanente générant les signes avant-coureurs de la gentrification annoncée et dénoncée par Wordsworth.

Carte 1 : localisation du Lake District et du Comté de la Cumbria

Carte 1 : localisation du Lake District et du Comté de la Cumbria

Planche photographique n° 1 : Paysages typiques du Lake District

Planche photographique n° 1 : Paysages typiques du Lake District

Clichés du haut (F. Richard) : de la proximité de la nature aux stéréotypes du monde rural (environs du lac de Ullswater)

Clichés du bas (F. Richard) : la valorisation du petit patrimoine agro-rural (environs de Keswick) et la muséification (Grasmere)

Mesures et modalités géographiques de l’occupation

14La mesure de la composition sociale des espaces de la Cumbria et du Lake District suppose un certain nombre de choix méthodologiques portant en particulier sur les indicateurs statistiques et l’échelle d’analyse les plus pertinents. Concernant la structure sociale, l’Office for National Statistics a inauguré une nouvelle nomenclature à l’occasion du recensement de 2001, la National Statistics Socio-Economic Classification (NS-SEC) qui remplace les anciennes Social Classes et Socio-economic Groups. La NS-SEC regroupe les actifs de 16 à 74 ans en 7 ou 8 grandes catégories, selon qu’on ajoute les chômeurs de longue durée et ceux qui n’ont jamais travaillé. En dépit des réserves qu’elle peut susciter (M. Phillips, 2007), cette classification offre la possibilité de visualiser de manière synthétique la structuration socioprofessionnelle et sociale, ou en classes, de la société britannique et de mesurer leurs poids respectifs dans les différents types d’espaces concernés. Agglomérées, les classes 1 et 2 correspondent précisément aux services classes (Philipps : 2007, Hoggart : 1997, Marsden et al. : 1993). En ce qui concerne la classe 4, son hétérogénéité impose de la manier avec précaution : elle comprend en effet à la fois de modestes auto-entrepreneurs, des artisans et commerçants ou de « small employers » qui comptent jusqu’à 25 employés (A. Donkin et al., 2002). Cela étant dit, en raison notamment de son poids et des réalités auxquelles elle correspond en milieu rural, les chercheurs britanniques semblent s’être accordés pour la considérer comme représentative de la « petite bourgeoisie » (en français dans le texte). De fait, dans le contexte du Lake District et de la Cumbria, l’omniprésence de commerces et autres sociétés de services liés aux activités touristiques conforterait cette proposition et nous inciterait à associer la classe 4 aux classes 1 et 2 pour constituer la « middle class ». S’il n’y a pas d’ambigüité concernant la classe 3 (intermediate occupations), la classe 5 pourrait faire l’objet d’une possible hésitation concernant son agglomération à la catégorie des « working class », agglomération préconisée par Phillips (2007 : 290) par exemple. De fait, compte tenu de la faible corrélation (- 0,10) calculée entre le poids de la classe 5 et les revenus moyens et médians des ménages en Cumbria (corrélation calculée à l’échelle du ward, cf. infra), nous n’agrègerons que les classes 6 et 7 (semi-routine et routine occupations) pour mesurer la présence des catégories les plus modestes.

15La question de l’échelle d’observation doit elle aussi faire l’objet de quelques précisions. La première consiste à présenter les wards qui sont à la fois les circonscriptions électorales des suffrages locaux et des unités territoriales importantes pour le traitement des données (en particulier censitaires) au Royaume-Uni. Au nombre de 168 pour l’ensemble de la Cumbria, ils comptent en moyenne (en 2001) quelques 2 177 habitants, soit l’équivalent très approximatif d’une commune en zone rurale et d’un quartier dans les secteurs urbains. Ensuite, s’ils n’offrent pas un niveau de précision optimal, comparé en particulier à celui qu’autorisent dorénavant les super output areas9 (encore que pour la Cumbria leur utilisation n’influence que la lecture des zones urbaines), ils ont en revanche l’avantage de constituer le niveau scalaire de référence pour la plupart des collectivités et autres producteurs occasionnels de statistiques. De sorte qu’il est possible de collecter, compiler et croiser des données originaires de sources diverses. Par ailleurs, dernière précision quant aux options méthodologiques et cartographiques retenues, les limites des wards ne coïncident pas forcément avec les périmètres d’entités territoriales non administratives comme ceux des parcs nationaux, ce qui est le cas pour le Lake District National Park. A défaut d’appartenir complètement et formellement au Parc National, si un ward se trouve à cheval sur la limite du parc, il appartient au même type de territoire dans le sens où, abstraction faite des indications officielles figurant sur le bord de la route, la transition entre l’intérieur et l’extérieur du parc est dans l’immense majorité des cas très progressive, parfois même insensible10. Par conséquent, les chiffres produits et présentés ci-après comme s’appliquant à l’échelle du Lake District résultent de l’agrégation de wards dont le périmètre peut localement être un peu plus étendu que celui du Parc National à proprement parler.

16Concrètement, cette première approche statistique vise à valider l’hypothèse selon laquelle le Lake District constituerait un lieu de résidence privilégié des classes supérieures de la société cumbrienne, et le cas échéant, ferait ou aurait fait l’objet d’un processus de gentrification. De fait, comparé à celui de la Cumbria dans son ensemble, le profil socioprofessionnel de la population active du Lake District est caractérisé par une surreprésentation systématique des plus qualifiés (tableau 1). Indiscutable sans être spectaculaire pour les actifs des services classes (10,4 % contre 8,2 %), elle est en revanche beaucoup plus prononcée pour la classe 4, celle de la petite bourgeoisie. Les petits employeurs et autres travailleurs indépendants représentent en effet près d’un actif sur quatre dans le Lake District, une proportion considérablement plus élevée qu’aux échelles régionale (12,6 %) et nationale (9,8 %). Par ailleurs, cette surconcentration des catégories socioprofessionnelles supérieures s’accompagne d’une sous représentation plus forte pour les catégories les plus populaires (classes 6 et 7) que pour les catégories intermédiaires (classes 3 et 5), accentuant ainsi le décalage entre la structure socioprofessionnelle moyenne de la Cumbria et celle du Lake District. En l’occurrence, non seulement la proportion relative des classes sociales supérieures (au sens de la nomenclature des NS-SEC) est près de 50 % plus élevée qu’à l’échelle régionale (57,4 contre 42,5 %), mais plus encore, celles-ci regroupent la majorité absolue (57,4 %) des actifs résidants. Par conséquent, ces chiffres nous autorisent à confirmer, d’une part, la singularité de la composition sociale du Lake District par rapport à la moyenne de la Cumbria, et d’autre part, le fait que les membres des services et middle classes et autre petite bourgeoisie y sont largement assez représentés pour considérer le territoire d’étude comme ayant effectivement fait l’objet d’un processus de gentrification11.

Tableau 1 : structures socioprofessionnelles comparées du Lake District, du comté de Cumbria et de l’Angleterre/Pays de Galles.

Tableau 1 : structures socioprofessionnelles comparées du Lake District, du comté de Cumbria et de l’Angleterre/Pays de Galles.

Source : ONS Census 2001.

Graphique 1 : comparaison du poids relatif des grandes catégories sociales dans le Lake District, en Cumbria et en Angleterre/Pays de Galle)

Graphique 1 : comparaison du poids relatif des grandes catégories sociales dans le Lake District, en Cumbria et en Angleterre/Pays de Galle)

Source : ONS Census 2001.

17Si, considéré dans sa globalité, le Lake District semble effectivement constituer un lieu de résidence privilégiée des middle classes, encore faut-il préciser les contours et les modalités géographiques de leur implantation résidentielle. En l’espèce, la représentation cartographique (cf. carte 2) du poids des middle classes par ward amène quelques remarques. En premier lieu, les classes 1, 2 et 4 regroupent plus de la moitié des actifs dans 30 des 33 wards que compte le Lake District et plus de 60 % dans près de 20 wards. Pour autant, elles sont manifestement plus attirées par les périphéries que par les zones centrales du parc qui concentrent les principaux points de passage et équipements touristiques offerts à Keswick, Ambleside ou Windermere. Cette distribution relative des middle classes à l’intérieur du district est en fait assez symptomatique de la relation complexe qu’elles entretiennent avec les concentrations urbaines sur l’ensemble du comté et qui, en retour, influence la composition sociale des zones rurales. Les villes sont en effet à l’origine de forces simultanément centrifuges et centripètes. D’un côté, les populations les plus favorisées s’installent très majoritairement dans les campagnes et autres secteurs à fortes aménités environnementales. De l’autre, elles restent à distance raisonnable des principaux gisements d’emplois qualifiés que sont Kendal, Penrith, Barrow-in-Furness, Carlisle, Workington, Whitehaven et, cas particulier, le site nucléaire de Sellafield12 au sud-ouest de la Cumbria. Les structures productives de chacune de ces villes étant souvent très différentes les unes des autres, elles entraînent des territorialités spécifiques, ou au minimum, très nuancées d’une classe sociale supérieure à l’autre (cf. carte 3).

Carte 2 – Les Middle Classes en Cumbria ou les gentrifieurs à l’assaut des campagnes

Carte 2 – Les Middle Classes en Cumbria ou les gentrifieurs à l’assaut des campagnes

Carte 3 – Les catégories socioprofessionnelles supérieures en Cumbria : des distributions géographiques différenciées, mais toujours extra-urbaines

Carte 3 – Les catégories socioprofessionnelles supérieures en Cumbria : des distributions géographiques différenciées, mais toujours extra-urbaines

18Cependant, pour nécessaire qu’il soit, et nonobstant le fait qu’il affine singulièrement la géographie de la gentrification rurale en Cumbria et dans le Lake District, le traitement cartographique des classes sociales à l’échelle du ward n’est pas totalement satisfaisant. Il ne l’est pas dans le sens où il ne prend en considération ni les inactifs (autres qu’étudiants) en âge de travailler, ni les retraités, et ce, malgré leurs poids dans la population. Les premiers représentent 15,6 % des 16-74 ans dans le Lake District (17,6 % à l’échelle régionale) et les seconds quelque 27 % du total des plus de 16 ans dans le Lake District (contre 27,6 % pour la Cumbria). Ainsi, en dépit du fait que ces deux catégories recouvrent des réalités socioéconomiques parfois très contrastées (par exemple entre un inactif durablement marginalisé du marché du travail et un rentier vivant confortablement de son patrimoine immobilier), elles influencent la géographie des revenus qui diffère sensiblement de celle des classes sociales13. Concrètement, au regard non plus des classes sociales, mais des revenus moyens des ménages, le Parc National et ses marges polarisent moins les populations les plus aisées, et ce, au profit des proches périphéries de quelques villes, au premier rang desquelles figure Carlisle (cf. carte 4). Par ailleurs, cette déconnection partielle entre géographie des revenus et concentration des middle classes souligne peut-être une dernière limite de la lecture statistique et cartographique des espaces ruraux à l’échelle des wards. Celle-ci a en effet tendance à lisser et occulter une partie des réalités géographiques micro-locales, dont celles qui sont liées au processus de gentrification.

Carte 4 – Géographie des revenus : une géographie sociale différente de celle des catégories socioprofessionnelles

Carte 4 – Géographie des revenus : une géographie sociale différente de celle des catégories socioprofessionnelles

Marquages territoriaux et modes d’appropriation

19Comme la plupart des campagnes britanniques gentrifiées ou en cours de gentrification14, le Lake District et ses environs offrent une panoplie de marqueurs conscients ou inconscients, volontaires ou involontaires, mais toujours symptomatiques de la présence des gentrifieurs et de leur emprise territoriale. Dans le Lake District, ces expressions visuelles et visibles de la gentrification se combinent à celles inhérentes à sa fonction de haut lieu du tourisme culturel et de nature en Grande-Bretagne. En l’occurrence, compte tenu du caractère relativement sélectif du point de vue culturel et/ou financier des activités et des sites touristiques locaux, les signaux émis par les touristes et excursionnistes convergent avec ceux produits par les gentrifieurs pour marquer leur appartenance, ponctuelle pour les uns, permanente pour les autres, à une communauté et un territoire singuliers. Par conséquent, les formes d’appropriation territoriale peuvent revêtir différentes formes.

20Certaines d’entre elles sont le fait des nombreux usagers des activités de plein air et autres pratiques ludiques et sportives de nature. Extrêmement variées, elles comprennent la voile, l’escalade, le canyoning, le rafting, la randonnée, le VTT ou l’escalade pour la période estivale et les activités de moyenne montagne (ski de piste exclu) en hiver. Au-delà même des aires de pratiques, de par leurs tenues vestimentaires très codifiées (via des vêtements de marque, aussi techniques qu’onéreux), de par les équipements qu’ils transportent sur le toit ou à l’arrière de leurs voitures, nombre de touristes et excursionnistes contribuent à assigner une fonction particulière au Lake District. Répondant aux normes qu’ils contribuent eux-mêmes à mettre en place au moment de la pratique réelle de leurs loisirs, les pratiquants de ces diverses activités, s’approprient le territoire, au moins d’un point de vue symbolique.

21D’autres marquages territoriaux résultent de la mise en œuvre de divers processus de patrimonialisation liés à la fois aux fonctions touristiques et résidentielles du Lake District. Qu’il s’agisse des villages « hyper » touristiques ou des parties les plus pittoresques des gros bourgs situées au cœur du parc (Windermere, Ambleside, Keswick ou Coniston), les mesures de protection et de mise en valeur du patrimoine architectural ont conduit à des formes de muséification qui participent à l’identité paysagère locale. En l’espèce, les entretiens conduits auprès des gentrifieurs ont confirmé l’investissement de ces derniers dans leur cottage qu’ils perçoivent et présentent souvent comme un élément fondamental de leur ancrage et de leur sentiment d’appartenance au Lake District. Il constitue alors le meilleur moyen de collaborer activement à la production d’un paysage singulier, celui-là même qui a motivé leur implantation dans la région. Ils prennent souvent un soin tout particulier à rénover et entretenir des cottages selon les critères esthétiques qu’imposent le respect de l’authenticité des lieux et les canons de l’architecture vernaculaire. Ils sont également nombreux à consacrer temps, argent et soins quotidien à la composition et l’entretien de jardins quasi manucurés. Parfois ouverts au public, toujours donnés à voir depuis l’extérieur, ils constituent avec l’enveloppe extérieure des logements des espaces d’intermédiation entre leurs propriétaires et les passants ou le voisinage. Les premiers démontrant aux autres qu’ils sont inscrits dans le territoire, qu’ils participent à forger son identité de lieu unique, qu’ils en sont eux aussi (avec leurs voisins, à leur échelle, etc.) les dépositaires, donc les « co-propriétaires ».

22Parfois encore, les marquages territoriaux confinent sensiblement plus à la confiscation et/ou à l’exclusion d’autrui. Conscients ou non, les signes ostentatoires de l’aisance matérielle des gentrifieurs pourraient être rangés dans cette catégorie. Ils tendent indiscutablement à produire un espace socialement marqué et discriminant. D’un côté, à travers la perception de ces signes de reconnaissance, les gentrifieurs se confortent mutuellement dans leur choix résidentiel. De l’autre, pour qui n’est par exemple pas en mesure d’être propriétaire de telle ou telle maison, de tel rutilant bolide ou tel puissant 4x4, la réception permanente de ces signaux peut conduire les plus modestes des touristes ou des résidents locaux à se sentir « différents », étrangers, parfois presque illégitimes. Ainsi, à l’occasion d’échanges informels ou d’entretiens semi directifs conduits avec des résidents relativement modestes, n’appartenant en tout cas pas aux middle classes, ceux-ci ont spontanément et très tôt exprimé leur positionnement « subalterne » au sein de la « hiérarchie » sociale locale. Cependant, les marquages territoriaux peuvent être porteurs de messages beaucoup plus directs et explicites. Ils prennent alors la forme de nombreux panneaux indiquant le caractère privatif de certains espaces. S’il s’impose comme une évidence pour les cottages et leurs jardins, il peut l’être beaucoup moins lorsque les limitations d’accès et d’usages s’appliquent à des voies et autres routes apparemment normales et publiques. Mais finalement, c’est bien la multiplication de ces marquages qui confirme la main mise des propriétaires et autres gentrifieurs sur le Lake District et ses environs. D’autant que dans un certain nombre de zones d’habitat groupé et de hameaux, ces rappels au respect de la propriété privée se doublent d’un contrôle social intense exercé collectivement sur l’espace public. Institutionnalisé par l’entremise des Neighbourhood Watch Areas15, il fait lui aussi l’objet d’une signalisation à laquelle il est difficile d’échapper.

Planche photographique n° 2 : Exemples de marquages territoriaux manifestant l’appropriation et le contrôle du Lake District

Planche photographique n° 2 : Exemples de marquages territoriaux manifestant l’appropriation et le contrôle du Lake District

Clichés du Haut (F. Richard) - Panneau de signalisation d’une Neighbourhood Watch Area et privatisation de la voie publique

Clichés du Bas (F. Richard) - Deux exemples de paysages domestiques manucurés, produits et donnés à voir par les gentrifieurs (Troutbeck et vallée d’Ullswater)

Occupation ou exclusion ?

23Les marquages territoriaux résultant des usages ludiques de la région et de la présence désormais majoritaire des gentrifieurs, sont l’expression d’une conquête ou d’une appropriation dont la nature n’est pas seulement symbolique. Bien au contraire, les enquêtes de terrain tendraient à montrer que la gentrification du Lake District s’est également traduite par la marginalisation et parfois l’exclusion des populations locales aux revenus modestes, en particulier par l’intermédiaire du marché du logement.

24Celui-ci se caractérise d’abord par la pression des nouveaux habitants retraités et autres acquéreurs de résidences secondaires, lesquelles représentent en moyenne 15 à 20 % des près de 25 000 logements du Lake District (source : Cumbria Tourism 2008). Mais il est également affecté par l’économie de l’hébergement touristique qui s’appuie notamment sur plus de 800 B&B et hôtels (dont les guesthouses) et surtout, particularité locale, sur 3 707 logements meublés à louer à la semaine ou à la quinzaine (dont un certain nombre, malheureusement indéterminé par les statistiques officielles, de chalets). Conjugués à la croissance généralisée des prix de l’immobilier au Royaume-Uni ces dix ou quinze dernières années, le business de l’hébergement touristique et les rares opportunités de constructions neuves (du fait du statut du Parc) ont conduit à une véritable envolée des prix de l’immobilier16, en particulier à partir de 1998-1999, consacrant le Lake District et ses environs immédiats comme les secteurs les plus onéreux et les moins accessibles aux populations modestes (source : Cumbria and Lake District Joint Structure Plan 2001 – 2016, Study of Housing Stress and Affordability in Cumbria). En l’occurrence, les gentrifieurs jouent ici un rôle doublement déterminant. D’une part, ils concourent à cette spirale inflationniste au moment de la quête et de l’acquisition de leur propre résidence. D’autre part, les exemples sont nombreux de gentrifieurs qui se saisissent de l’hébergement touristique comme d’une source de revenu complémentaire, voire principale parfois. Il peut s’agir tout autant de retraités souhaitant à la fois améliorer et agrémenter leur quotidien, que de nouveaux résidents qui investissent dans l’hébergement touristique pour en tirer de confortables subsides.

25Par conséquent, le marché du logement s’avère de moins en moins accessible aux populations locales les plus modestes. Pointée du doigt par les Housing Associations depuis de nombreuses années, cette question est dorénavant considérée comme un enjeu fondamental des politiques publiques territoriales adoptées par les collectivités locales et l’Autorité du Parc National (notamment au regard du développement de l’activité touristique qui pèse quelque 15 000 emplois directs dans le seul périmètre du Parc). Pour l’heure, elle se traduit par deux grandes modalités de ségrégation socio-spatiale variant avec l’échelle d’observation retenue. A l’intérieur du Lake District et sur ses périphéries immédiates, les populations modestes en sont réduites à composer avec leur manque de compétitivité sur le marché immobilier. Concrètement, elles peuvent se cantonner au secteur locatif, et dans tous les cas, elles se concentrent dans les parties des petites villes et dans les hameaux les moins courus par les gentrifieurs et les touristes en raison d’aménités paysagères ou environnementales limitées (lorsque le cadre bâti est peu valorisable ou à proximité des carrières par exemple). Pour certains, les jeunes notamment, ils sont contraints à la cohabitation intergénérationnelle en restant chez leurs parents, ou avec la co-location pourtant longtemps réservées aux zones urbaines. D’autres enfin, font le choix de quitter les zones rurales pour accéder au logement social des petites villes de Cumbria, lesquelles offrent en outre l’avantage de la compacité et de concentrer de nombreux services ou équipements absents du Lake District. D’ailleurs, la deuxième principale modalité de ségrégation socio-spatiale consiste à maintenir sur les périphéries (en particulier maritimes) du Lake District National Park tous ceux qui y vivent dans les conditions typiques de celles que connaissent les anciennes régions minières et industrielles qui sont restées en marge de la croissance britannique des années Blair. En dépit de la fermeture des mines dès la fin des années 1970, des chantiers navals et autres sites sidérurgiques dans la décennie suivante, le processus de désindustrialisation se poursuit. Ainsi, pour le seul District de Copeland (au sud-ouest de la Cumbria) 3 000 emplois industriels supplémentaires ont été détruits entre 1991 et 2001. En 2001, le taux de chômage pouvait atteindre près de 20 % dans certains wards de la plaine côtière, dans les quartiers les plus déshérités de Whitehaven, de Barrow ou de Workington. Chômeurs et malades inactifs permanents pouvaient y représenter jusqu’à près du tiers de la population en âge de travailler (source : census 2001). Enclavés, rarement motorisés, captifs de leur logement social ou du logement dont leurs parents sont propriétaires pour les jeunes, ceux-là semblent durablement exclus du Lake District, autant des opportunités d’emploi liées à son économie florissante que de ses atouts environnementaux.

Conclusion

26Après une cinquantaine d’années de contre-urbanisation, les flux migratoires internes au Royaume-Uni et à destination des zones rurales ne s’essoufflent pas, alimentés qu’ils sont par le vieillissement structurel de la population. Sur la dernière période intercensitaire (1991-2001), près de 800 000 personnes ont ainsi élu domicile dans les campagnes galloises et anglaises. Parmi d’autres facteurs, l’environnement et les paysages pèsent d’un poids considérable dans ce choix de localisation résidentielle. Ils agissent comme l’expression visible d’une aspiration généralisée à un retour vers des formes plus conviviales de sociabilités locales (la « communauté villageoise ») ainsi qu’à des modes de vie plus conformes aux liens traditionnels que les Britanniques seraient supposés entretenir avec la ruralité, voire la nature (la Countryside Agency ayant récemment été rebaptisée England Natural Agency). Le contexte géographique et historique d’un petit pays densément peuplé et massivement artificialisé tend à survaloriser un territoire exceptionnellement attractif qui s’est peu à peu affirmé comme un véritable front écologique donnant lieu à de multiples tensions et tentatives d’appropriation. Dans cette perspective, la gentrification des espaces ruraux britanniques ne serait qu’une manifestation parmi d’autres de ces jeux d’acteurs se nouant autour du front écologique. En revanche, en analysant la gentrification rurale à la lumière de l’existence d’un ou (localement) de fronts écologiques, le lien entre les deux phénomènes apparaît singulièrement renforcé : compte tenu de sa composante environnementale, la gentrification rurale ne peut tout simplement pas exister sans front écologique. S’il peut arriver que l’existence du front n’ait pas précédé le processus de gentrification, au regard des recompositions sociales des espaces (et des tensions qu’elles supposent) qui en résultent, c’est tout simplement le processus de gentrification lui-même qui génère l’émergence du front écologique. En dépit de son caractère quasi caricatural, l’exemple du Lake District et de ses environs est éloquent. La concentration d’aménités environnementales et paysagères d’une valeur exceptionnelle, institutionnalisées et garanties par la présence du Parc National a motivé l’installation de nombreux gentrifieurs, actifs ou retraités. Il en résulte une nouvelle géographie sociale dont les tracés semblent justement se superposer à ceux des territoires les plus riches de patrimoine naturel ou culturel. A l’intérieur du parc et sur ses marges immédiates, les diverses combinaisons entre qualité des paysages, potentialités architecturales et modalités réglementaires de conservation définissent la micro-géographie de la gentrification. Concernant les territoires et les populations les plus modestes qui se trouvent en périphéries (surtout sud et occidentale, et plus généralement dans les villes) du Lake District, elles sont reléguées et maintenues au-delà d’une véritable « ligne de front ». Métaphore sans doute trop facile pourrait-on penser. Mais à laquelle il est difficile de ne pas céder au regard de la violence symbolique induite par le contraste et la proximité entre deux territoires et deux sociétés aux trajectoires si divergentes.

Haut de page

Bibliographie

ABRAM, S., 1998, “Class, countryside and the “longitudinal study”: a respond to Hoggart”, Journal of rural studies, vol. 14, n° ”, p. 369-379.

BOYLE, P., HALFACREE, K., 1998, “migration, rurality and the post-prductivist countryside”, in Boyle, P., Halfacree, K. (Ed.), Migration into rural areas, Chichester, p. 1-20.

CHAMPION, T., 2001, « The continuing urban-rural population movement in Britain: trends, patterns, significance », Espace, populations, sociétés, 2001-1-2, p. 37-51.

CURRY, N., 1997, Countryside Recreation, Access and land use planning, London, Taylor & Francis.

CLOKE, P., PHILLIPS, M., THRIFT, N., 1998, “class colonisation and lifestyle strategies in Gower”, in Boyle P., Halfacree K., 1998, Migration into rural areas, Chichester, Wiley, p. 166-185.

CUMBRIA COUNTY COUNCIL, LAKE DISTRICT NATIONAL PARK, 2006, Cumbria and Lake District Joint Structure Plan 2001-2016.

DONKIN, A., LEE, Y. H., TOSON, B., 2002, “Implications of changes in the UK social and occupational classifications in 2001 for vital statistics”, ONS.

GLASS, R., 1964, “Introduction” in Centre for Urban Studies (Ed.), London, Aspects of Change, London, Macgibon & Kee, pages xiii-xlii.

GUYOT, S., Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) », Cybergéo, 2009, http://www.cybergeo.eu/index22651.html

HAMNETT, C., 1996, « Les aveugles et l’éléphant : l’explication de la gentrification », STRATES N° 9, Crises et mutations des territoires, 1996-97, http://strates.revues.org/doc611.html ?format =printU

HAMNETT, C., 2003, Unequal city, London in the global arena, London, Routledge.

HOGGART, K., 1997, “The middle classes in rural England, 1971-1991”, Journal of Rural Studies, vol. 13, n° 3, pp. 253-273.

HOGGART, K., PANIAGUA, A., 2001, “What rural restructuring?”, Journal of Rural Studies vol. 17, p. 41-62.

HORTON, J., 2008, “Producing Postman Pat: the popular cultural construction of idyllic rurality”, Journal of Rural Studies, vol. 24, p. 389-398.

HOWKINS, A., 2003, The death of rural England, A social history of the countryside since 1900, London, Routledge.

LAKE DISTRICT NATIONAL PARK, 2009, Sustaining the Lake District.

LEY, D., 1981, “Inner city revitalization in Canada: a Vancouver case study”, Canadian Geographer 25, p. 124- 148.

LEY, D., 1986, “Alternative explanations for inner city gentrification: a Canadian assessment”, Annals of the Association of American Geographers n° 69, p. 521-535.

LITTLE, J., 1987, “Rural gentrification and the influence of local-level planning”, in Cloke (Ed.), Rural planning: policy into action?, London, Harper and Lowe, p. 185-199.

MARSDEN, T., MURDOCH, J., LOWE, P., MUNTON, R., FLYNN, A., 1993, Constructing the countryside, London, Routledge.

PERRENOUD, M., 2008, « Les artisans de la « gentrification rurale » : trois manières d'être maçon dans les Hautes-Corbières », Sociétés contemporaines, n° 71, 2008/3, pages 95-115.

PISTRE, P., 2009, « gentrification rurale et évolution des structures de logement dans les campagnes françaises (1968-2006), Communication Journée d’étude « Jeunes Chercheurs » du Réseau Logement-Habitat, 13/11 2009, Université Toulouse le Mirail.

PHILLIPS, M., 1993, “Rural gentrification and the process of class colonisation”, Journal of rural studies, vol. 9, n° 2, p. 123-140.

PHILLIPS, M., 2005, “Rural gentrification and the production of nature: a case study from Middle England”, Paper prepared for the 4th International Conference of Critical Geographers, Mexico City, 2005, http://www.geog.le.ac.uk/staff/mpp2/Research/Publications/7_1martin.pdf

PHILLIPS, M., 2007, « Changing class complexions on and in the British countryside”, Journal of Rural Studies, vol. 23, p. 283-304.

RAYMOND, S., 2005, « Des risques de marginalisation aux risques de gentrification : espaces ruraux convoités et inégalement accessibles », in Arlaud S et Al. (coord.), Rural-Urbain : nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes, PUR, p. 235-249.

RHEIN, C.,1996, « Introduction à l’article de HAMNETT C. , Les aveugles et l’éléphant : l’explication de la gentrification », STRATES N° 9, Crises et mutations des territoires, 1996-97, http://strates.revues.org/doc611.html ?format =print

RICHARD F., 2010, « La gentrification, processus pluriel et manifestation de la croissance des inégalités, in C. Rhein, E. Preteceille (Dir.) (à paraître), La gentrification, approches critiques, Paris, Editions Economica.

SMITH, DP., PHILLIPS, D.A, 2001, “Socio-cultural representations of greentrified Pennine rurality”, Journal of Rural Studies, vol. 17, 457-469.

SMITH, DP, HOLT, L, 2005, ““Lesbian migrants in the gentrified valley”” and “other” geographies of rural gentrification, Journal of rural studies vol. 21, p. 313-322.

SMITH, N, 1996, The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, London, Routledge.

SMITH, N, 2003, La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la “régénération” urbaine comme stratégie urbaine globale, in Bidou-Zachariassen C. (Dir.), Retours en ville, Descartes et Cie, pages 45-72.

STOCKDALE, A., 2009, “The diverse geographies of rural gentrification in Scotland”, vol. 25, n° ’, p. 1-10 (sous presse).

WOODS, M., 2005, Rural Geography, London, SAGE Publications.

WORDSWORTH, W., 2004, Guide to the Lakes, London, Frances Collins.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : localisation du Lake District et du Comté de la Cumbria
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Planche photographique n° 1 : Paysages typiques du Lake District
Légende Clichés du haut (F. Richard) : de la proximité de la nature aux stéréotypes du monde rural (environs du lac de Ullswater)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-2.png
Fichier image/png, 426k
Titre Tableau 1 : structures socioprofessionnelles comparées du Lake District, du comté de Cumbria et de l’Angleterre/Pays de Galles.
Crédits Source : ONS Census 2001.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-3.png
Fichier image/png, 289k
Titre Graphique 1 : comparaison du poids relatif des grandes catégories sociales dans le Lake District, en Cumbria et en Angleterre/Pays de Galle)
Crédits Source : ONS Census 2001.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Carte 2 – Les Middle Classes en Cumbria ou les gentrifieurs à l’assaut des campagnes
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-5.png
Fichier image/png, 185k
Titre Carte 3 – Les catégories socioprofessionnelles supérieures en Cumbria : des distributions géographiques différenciées, mais toujours extra-urbaines
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-6.png
Fichier image/png, 150k
Titre Carte 4 – Géographie des revenus : une géographie sociale différente de celle des catégories socioprofessionnelles
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-7.png
Fichier image/png, 174k
Titre Planche photographique n° 2 : Exemples de marquages territoriaux manifestant l’appropriation et le contrôle du Lake District
Légende Clichés du Haut (F. Richard) - Panneau de signalisation d’une Neighbourhood Watch Area et privatisation de la voie publique
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1478/img-8.png
Fichier image/png, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Richard, « La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ? », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1478 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1478

Haut de page

Auteur

Frédéric Richard

Maître de Conférences en géographie
Université de Limoges, UMR 6042 CNRS GEOLAB
frederic.richard@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals