Skip to navigation – Site map
Études urbaines, études rurales

Rémanence d’anciennes frontières dans l’espace rural polonais

Persistence of Ancient Borders in the Polish Rural Space
Quentin Mackré

Abstracts

The partition of Poland and its occupation by foreign powers from 1795 to 1918 is still a major indicator in assessing nowadays’ organisation of the polish space. Ruled by three neighbouring countries, whose neither political system, nor economic development level were comparable, the polish territories experienced 123 years of radically different socio-economic trajectories. Today, the former state borders of the three empires which once ruled Poland are still clearly visible on numerous maps of the country, particularly at an agricultural level. Six years after Poland’s accession to the European Union, this article tries to delineate the effect of the common policies on the persistence of this historical « scar » dividing Poland’s rural territory.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Source : Eurostat, 2006.

1En dépit de l’importante restructuration opérée depuis la chute du système socialiste, l’espace rural polonais est encore marqué par la prépondérance de sa fonction agricole. Le secteur primaire représentait en 1990 14,9% du PIB polonais pour 26% des emplois. En 2003, ce même secteur ne comptait plus que pour 3,8% du PIB, mais toujours pour 19,6% du total des emplois du pays1. Ce dernier taux est l’un des plus hauts de l’Union européenne (UE) et reste considérablement élevé si on le compare à ceux d’autres pays d’Europe centrale et orientale (PECO) entrés dans l’UE en même temps que la Pologne, comme la Hongrie (6%) ou la République tchèque (4,5%).

  • 2 « Poussée vers l’est ».
  • 3 Appellation officielle de ces territoires par l’Etat polonais au cours de la période communiste.

2Une autre particularité de l’espace rural polonais est de présenter de fortes disparités régionales, notamment entre l’Est et l’Ouest du pays. Ces disparités résultent en partie d’héritages géopolitiques, comme celui de l’instabilité des frontières de l’État polonais, depuis leur création jusqu’à leur établissement moderne en 1945 (Fig. 1). Vers l’an 1000, la Pologne avait des frontières peu éloignées de celles qui sont les siennes aujourd’hui. Mais, dès le 11ème siècle, le centre de gravité de l’État polonais et ses frontières se sont déplacés vers l’est, sous l’effet combiné du Drang nach Osten2 et de la colonisation de ses marges orientales par la Pologne. Ainsi, la majeure partie des « territoires recouvrés3 » par la Pologne en 1945 avait fait partie, pendant plus de huit siècles, de l’Empire germanique, puis de la Prusse et de l’Allemagne. Au 18ème siècle, la Pologne a vu son territoire partagé par l’Autriche-Hongrie, la Russie et la Prusse. L’occupation par ces puissances étrangères de 1795 à 1918 reste aujourd’hui une donnée explicative de l’organisation de l’espace polonais. Placés sous la tutelle d’États, dont ni le fonctionnement politico-administratif, ni le niveau de développement économique n’étaient comparables, les territoires polonais ont connu durant 123 ans des trajectoires socio-économiques radicalement différentes. Aujourd’hui, les anciennes frontières étatiques des trois empires s’étant partagé la Pologne restent encore visibles sur de nombreuses représentations cartographiques du pays, notamment dans le domaine agricole (Fig. 3).

  • 4 Le powiat est l’échelon administratif intermédiaire entre la voïvodie et la gmina (commune). Le déc (...)
  • 5 Local administrative Unit (unité administrative locale), correspondant aux anciens échelons NUTS-4 (...)

3L’objet de cet article sera tout d’abord de montrer que les disparités régionales en Pologne résultent en grande partie d’héritages géopolitiques multiséculaires. Nous tenterons ensuite de déterminer si l’intégration de la Pologne dans l’UE peut être de nature à remettre en cause, par la redistribution des richesses et des pouvoirs qu’elle impose, cette organisation duale de l’espace rural polonais, en envisageant plusieurs scénarios d’évolution possibles. Certaines cartes présentées dans cet article (Fig. 3 à 6) ont été réalisées à partir de données statistiques recensées à l’échelle du powiat4 (LAU-15) ; pour les besoins de l’étude, seuls les powiats ruraux ont été pris en compte. Les chiffres proposés excluent donc les 65 plus grandes unités urbaines du pays, soit le tiers environ de la population polonaise présentant un caractère exclusivement urbain.

Fig. 1 : Les frontières mouvantes de la Pologne

Fig. 1 : Les frontières mouvantes de la Pologne

Sources : Davies (1982) et Vidal de la Blache, Atlas d’histoire et de géographie (1894)

Héritages géopolitiques

4« Les frontières sont du temps inscrit dans l’espace ; elles restent des buttes-témoins du passé ou des fronts vifs, selon les conjonctures locales, toujours des lieux de mémoire et parfois de ressentiment » Michel Foucher, L’obsession des frontières, 2007.

La période des partages : l’établissement de discontinuités durables

5En 1772, 1793 et 1795, la Prusse, l’Autriche-Hongrie et la Russie se partagent le territoire de la Pologne, qui disparaît de la carte d’Europe jusqu’en 1919. Durant ce chapitre de l’histoire polonaise, les trois partitions du territoire sont restées symboliquement soudées à la cause nationale par leur résistance à l’occupation étrangère, mais leurs sociétés ont connu des évolutions économiques et sociales largement différenciées. Les anciennes frontières de la période des partages apparaissent aujourd’hui comme des cicatrices historiques qui continuent de diviser le territoire rural du pays. Nombreuses sont les études qui ont montré les différences entre d’un côté les régions anciennement sous le contrôle de la Prusse et de l’autre celles contrôlées par l’Autriche-Hongrie et la Russie, en termes d’architecture, de développement économique et agricole, mais aussi de comportement des populations, comme celle de Leszek Kozlowski et Roman Rudnicki (Kozlowski, Rudnicki, 2002). Ces mêmes auteurs, grâce à un indice de différenciation historique, ont démontré que le legs de la période des partages sur les disparités régionales en Pologne reste beaucoup plus prononcé dans le domaine agricole que dans d’autres comme la démographie, la culture, l’économie ou même celui des transports (idem, p. 226). La carte de l’emploi agricole dans les régions rurales (Fig. 3) fait apparaître une discontinuité majeure à l’endroit des anciennes frontières étatiques entre la Prusse d’une part et l’Autriche-Hongrie et la Russie d’autre part. Ainsi, au-delà de la traditionnelle distinction villes/campagnes, les anciennes frontières des partages apparaissent comme le facteur le plus important de compréhension de la distribution des actifs du pays : « la distribution spatiale du secteur primaire suit fidèlement les limites historiques de l’ancienne zone de partage relevant de l’Empire russe, le Royaume du Congrès, ainsi qu’une partie de l’ancienne Galicie autrichienne » (Maurel, 2009b, p. 55). À l’est de cette ligne de partage, les emplois du secteur primaire dans les zones rurales (Fig. 3) dépassent souvent 59 % du total des emplois. La plupart des powiats ruraux qui y affichent un taux inférieur à 32,7 % correspondent à des espaces périurbains (Varsovie, Łódź, Częstochowa). À l’ouest de cette ligne, ce même taux est très rarement supérieur à 43,2 % et se situe en-deçà de 25,1 % dans la majorité des powiats issus des « territoires recouvrés ».

Fig. 2 : Héritage géopolitique (post congrès de Vienne) du territoire polonais moderne et découpages des voïvodies en vigueur depuis 1999.

Fig. 2 : Héritage géopolitique (post congrès de Vienne) du territoire polonais moderne et découpages des voïvodies en vigueur depuis 1999.

Auteur : Q. Mackré (2009) - Sources : Davies N. (1982), Kozlowski L. and Rudnicki R. (2003)

Fig. 3 : Emplois agricoles dans les powiats ruraux, en 2006

Fig. 3 : Emplois agricoles dans les powiats ruraux, en 2006

Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007

6Tout au long du 19ème siècle, la partition prussienne fait l’objet d’une politique d’assimilation forcée. Ces territoires sont pleinement intégrés au reste de la Prusse, comme le sont depuis le Drang nach Osten toutes les terres colonisées à l’est de l’Oder. Les régions prussiennes situées à l’est de l’Oder et de la Neisse sont au cœur de l’essor de la puissance industrielle et agricole prussienne, qui est l’une des bases de l’unité allemande en 1871. Ces territoires, auxquels Posnanie et Prusse occidentale sont économiquement bien intégrées, deviennent ensuite des espaces centraux de l’Allemagne de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. Dès la fin du 18ème siècle, les terres de la Couronne et de l’Église sont confisquées et confiées sous forme de grands domaines à de nouveaux junkers, afin de répondre à la pression foncière qui sévit en Prusse. En 1807, celle-ci est largement touchée par certaines idées progressistes de la Révolution française. Après le traité de Tilsit (1807), l’État prussien doit procéder à des réformes intérieures et notamment à l’abolition du servage, qui deviendra définitive. Pendant la période napoléonienne, des confiscations de terres permettent à des paysans d’accéder à la propriété mais le comité prussien de colonisation légifère dès les premières défaites françaises pour limiter le morcellement des parcelles cultivées. Une loi agraire, par exemple, rend difficile la division d’une ferme à la suite d’un héritage. Lors du congrès de Vienne (1815), qui est perçu comme un quatrième partage de la Pologne, la Prusse doit céder à la Russie une partie des territoires acquis lors des trois premiers partages, mais conserve la Posnanie et la Prusse occidentale. À la faveur de la révolution industrielle, la Prusse connaît, au 19ème siècle, une croissance économique considérable, favorisant l’essor d’une agriculture capitaliste. Elle se trouve alors à la pointe des progrès agronomiques, avec des chercheurs comme A. Thaer, qui crée à Möglin la première école d’agriculture (1806), ou J. Von Liebig, à qui l’on doit la mise au point des engrais azotés ainsi que la loi des facteurs limitants (1850). Le développement de l’industrie dans les villes, avec le besoin de main-d’œuvre qu’il implique, et, en parallèle, dans les campagnes, la mécanisation de l’outil de production, provoquent un surplus de main-d’œuvre qui alimente un considérable exode rural. Dans le même temps, le pouvoir prussien accompagne ce phénomène en encourageant par sa législation un redécoupage plus efficace des parcelles. « Pour obvier au morcellement des propriétés en parcelles de toute grandeur, qui nécessitent la construction d’une multitude de chemins et de sentiers et font gaspiller à la fois le temps et la terre du cultivateur, le gouvernement a édicté récemment une loi presque révolutionnaire, d’après laquelle les propriétaires de terrains enclavés les uns dans les autres sont autorisés à échanger leurs parcelles pour arrondir leur domaine, et qui rend cette réunion de parcelles obligatoire, quand les trois quarts des intéressés la réclament. La demande, une fois faite, ne peut être retirée que par l’unanimité de ses auteurs, et la restitution des immeubles échangés ne peut être demandée qu’en cas d’erreur ou de fraude ; quatre années après le jugement, le droit de réclamation est prescrit »  (Reclus, 1878, pp. 909-910). La situation est toute autre dans les partitions russe et autrichienne. Ces territoires ne sont que des marges mal intégrées de leurs empires respectifs, qui ne les considèrent que comme un glacis protecteur. Ces régions ne bénéficient de ce fait que de peu d’intérêt du pouvoir central pour leur mise en valeur.

7Après 1815, le duché de Varsovie créé par Napoléon disparaît au profit du Royaume du congrès, érigé sous tutelle russe. La constitution octroyée par le tsar à ce Royaume prévoit bien la modernisation des campagnes et la liberté des paysans, mais, dans les faits, c’est la dynamique inverse qui s’observe. En 1818, les paysans doivent à nouveau obtenir l’accord de leur seigneur pour se déplacer et voient les châtiments corporels rétablis (Beauvois, 2004, p. 221). L’agriculture des territoires sous influence russe reste pendant longtemps arriérée, la plupart des effets de la révolution agricole s’arrêtant à la frontière entre Prusse et Russie. À la suite de l’insurrection de 1863, la politique agricole menée dans la partition russe conduit à un émiettement de la propriété foncière. En 1859, les propriétaires fonciers, presque tous nobles, sont au nombre de 218 000 (sur une population totale de 3,6 millions d’habitants), la masse des cultivateurs étant composée de fermiers, de journaliers et de valets. La loi agraire de 1864, outre la suppression du servage, permet à de nombreux fermiers et journaliers d’accéder à la propriété. À partir de 1866, la distribution des terres de la Couronne et de l’Église est étendue. En l’espace de huit années, le nombre des exploitations agricoles augmente ensuite d’un peu plus d’un demi-million (Reclus, 1880, p. 403). Cette redistribution des terres correspond à une extension considérable des surfaces cultivées : « durant les quinze années antérieures à 1859, les terres en culture dans l’étendue du royaume ne s’étaient accrues que d’environ 220 000 hectares ; l’augmentation a été de 550 000 hectares pendant les dix années qui ont suivi la remise des terres libres aux paysans ; plus de deux millions d’individus, en y comprenant les familles, prennent part à la possession de la terre » (ibid.). À court terme, les conséquences de cette politique de redistribution des terres sont très profitables aux rendements agricoles, la production totale de céréales passant par exemple de 27 à 43 millions d’hectolitres de 1864 à 1874, cette augmentation bénéficiant largement aux classes les plus pauvres. Cette politique d’accession à la petite propriété foncière sera poursuivie, puisque encourageante par ses résultats, et, fait assez rare, approuvée par une majorité de la population (noblesse et clergé exclus). Ces mesures contribuent à fixer la population paysanne, dont la part relative reste stable, sur des parcelles dont la taille moyenne ne cesse de diminuer. L’exode rural que connaît l’Europe de l’Ouest est plus tardif et de moins grande ampleur dans le Royaume du congrès, presque inexistant dans le reste de la partition russe. Dans ces territoires, l’occupation a abouti à une organisation foncière duale où domine largement le modèle des minifundia, mais où subsiste aussi, surtout vers l’est, celui des latifundia, legs médiéval de la colonisation nobiliaire des confins orientaux.

  • 6 Rendue célèbre en 1888 par l’ouvrage de l’économiste galicien Stanisław Szszepanowski intitulé Nędz (...)

8Dans la partition autrichienne, le servage n’est aboli qu’en 1848 et l’absence de législation et de volonté du pouvoir en matière de politique agricole a conduit à une atomisation des parcelles agricoles. Dans la décennie qui suit l’abolition du servage, les affranchissements, sans rachat des parcelles, accentuent le morcellement de la structure foncière. Il n’est pas rare de voir ensuite des parcelles partagées de génération en génération, en bandes de 500 m de long pour 10 m de large. La Galicie est l’une des régions les plus arriérées de l’Empire et le surpeuplement paysan qui y est observé rend la « misère galicienne » proverbiale6. La structure de la société est extrêmement inégalitaire. Elle est dominée par l’aristocratie, seule classe socialement et politiquement bien intégrée à l’empire. Du fait du faible impact de la révolution industrielle, la société se caractérise par l’absence de classe moyenne ou ouvrière. Les paysans, qui en 1887 représentent 81 % de la population (Davies, 1982, tome 2, p. 143), sont extrêmement pauvres, le plus souvent illettrés et alimentent une émigration massive. Celle-ci s’oriente principalement vers l’ouest et notamment la partition prussienne, où la productivité agricole moyenne est deux fois supérieure et l’industrie en plein développement (idem, p. 146).

9En termes de productivité agricole, la période des partages a aggravé les déséquilibres qui pouvaient s’observer entre l’Est et l’Ouest du pays. Au cours de cette période, le dégradé ouest-est, qui existait avant 1772, s’est transformé en une nette ligne de rupture établie sur les frontières politiques en vigueur à cette époque. La structure foncière agricole s’en est trouvée fortement différenciée entre les trois partitions, notamment en termes de surface moyenne des parcelles. De la même façon, la répartition par secteurs d’activité a peu évolué à l’Est, où la population est restée en majorité rurale et paysanne, alors qu’à l’Ouest la révolution industrielle et l’exode rural l’ont profondément modifiée.

Un territoire moderne composite

10Après la Première Guerre mondiale, la Pologne n’a ses frontières définitivement fixées qu’après la conférence des ambassadeurs de 1923. Elle retrouve finalement à peu de choses près sa frontière occidentale d’avant les partages, mais perd une grande partie de ses confins orientaux. À l’Ouest, la Poméranie occidentale, la Silésie et la Prusse orientale sont conservées par l’Allemagne, selon les tracés frontaliers en vigueur avant la période des partages (Fig. 1). L’État polonais ressuscité hérite d’une agriculture à plusieurs vitesses et l’une des premières mesures de ses dirigeants est d’entreprendre une réforme agraire pour permettre l’établissement d’une agriculture productive qui favoriserait l’essor d’une classe moyenne. Dès le 15 juillet 1920 une loi exproprie contre indemnités une partie des grands propriétaires. Leurs terres sont partagées entre les petits paysans, qui ne disposent cependant que d’exploitations toujours trop réduites (la Pologne compte alors 74% de paysans). Cette réforme agraire, puis les suivantes qui seront entreprises au cours des années 1920 et 1930, n’auront que peu d’effet sur les disparités régionales en Pologne, du fait du manque de moyens des autorités, des effets de la crise économique mondiale, puis de leur interruption avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

  • 7 Puis Truman à Potsdam.

11Le problème des frontières de la Pologne est discuté et négocié par les trois grandes puissances alliées, représentées par Churchill, Roosevelt7 et Staline, au cours des conférences de Téhéran, Yalta et Postdam. Lors de ces rencontres, Staline se trouve en position de force pour négocier. C’est d’abord la frontière orientale de la Pologne qui est fixée, Staline se servant des travaux rendus par Lord Curzon 25 années plus tôt comme argument de poids pour la repousser 220 km plus à l’ouest. Pour compenser ces pertes territoriales pour la Pologne, il obtient ensuite des alliés que la frontière polono-allemande passe par la ligne Oder-Neisse, exhumant une frontière vieille d’un millénaire. Après cette « translation vers l’ouest », la Pologne a perdu 177 462 km² de terres au profit de l’URSS et en a gagné 101 513 km² sur l’Allemagne, soit environ un tiers de son nouveau territoire. Ces « terres de l’Ouest », ou « territoires recouvrés » avaient été colonisés depuis le 12ème siècle par des populations germaniques. Ils avaient depuis, été fortement urbanisés et ces Länder prussiens étaient devenus des modèles de développement économique en Allemagne, autant pour leur production industrielle qu’agricole. Les territoires ruraux de la Pologne moderne présentent donc divers caractères en fonction de leurs héritages géopolitiques (Fig. 2). À la suite de ces changements frontaliers, la volonté des alliés de faire coïncider les nouvelles frontières politiques avec les frontières des nationalités donne lieu, de 1945 à 1947, à un immense déplacement de population. Environ 5 millions d’Allemands sont expulsés des « territoires de l’Ouest », alors que presque autant de Polonais, dont 1,5 millions issus des territoires orientaux cédés à l’URSS, viennent les y remplacer (Davies, 1982, tome 2, p. 567).

L’effet amplificateur de la domination soviétique

12La Pologne fait figure d’exception en ce qui concerne les réformes agraires menées par les régimes socialistes de 1944 à 1956 en Europe centrale. Lancée par décret le 6 septembre 1944, une première réforme agraire prévoit la création d’exploitations de taille moyenne, en démembrant les domaines de plus de 100 ha et en les distribuant sous forme de parcelles de 5 à 15 ha. Pour les « territoires recouvrés », la taille moyenne des terres distribuées est plus importante, le décret du 6 septembre 1946 fixant leur superficie à 15 ha pour la culture de la terre et à 20 ha pour l’élevage (Davies, 1982, tome 2, p. 568). In fine, cette réforme renforce donc le poids relatif des exploitations moyennes (de 5 à 20 ha), au détriment des deux extrêmes, et contribue également à renforcer les inégalités régionales héritées.

13À partir de 1948, l’État entreprend la collectivisation forcée des terres agricoles sur le modèle soviétique. Celle-ci s’opère d’abord par la création de fermes d’État, qui couvrent en trois ans 13% de la surface agricole utile du pays. Ces fermes d’État sont surtout concentrées dans les « territoires recouvrés », où de grandes exploitations sont constituées avec les domaines laissés derrière eux par les Allemands (Bühler, 1997, p. 161). De 1950 à 1956, la collectivisation s’accélère et prend également la forme de coopératives encouragées et fortement encadrées par l’État. Là aussi, un déséquilibre spatial s’observe entre les « territoires recouvrés » et le reste de la Pologne. Les paysans fraîchement arrivés dans les nouveaux territoires, moins attachés à leurs terres que les autres paysans polonais, s’en sont séparés moins difficilement. Le déséquilibre s’observe aussi sur les anciennes frontières des partages : dans les anciennes partitions russe et autrichienne, l’importance de la possession foncière et le haut niveau de l’autoconsommation ont considérablement entravé la collectivisation. Le milieu agricole a ainsi mieux défendu ses positions là où le surpeuplement paysan était le plus prononcé. En effet, les petits paysans étaient d’autant plus attachés à leur propriété qu’elle était de surface modeste : « c’est paradoxalement là où les exploitations étaient de petite taille, où le surpeuplement agraire était le plus manifeste, que l’agriculture paysanne a le mieux défendu ses positions, comme si la pression de la masse paysanne parvenait à faire obstacle à la socialisation » (Maurel, 1988, p. 32). Le nombre de coopératives progresse jusqu’en 1956, date à laquelle on en dénombre plus de 10 000, qui représentent 8% de la surface agricole. En termes de rentabilité, la création de coopératives s’avère être autant un traumatisme pour les paysans, qu’un échec coûteux pour l’État, qui se désengage très vite de cette voie après le tournant politique de 1956.

  • 8 Terme russe désignant des paysans employant des salariés agricoles.

14Après 1956 coexistent donc deux systèmes : celui des fermes d’État, et celui de la propriété privée. Le premier, symbole du système socialiste, concentré sur les « territoires recouvrés », bénéficie de tous les moyens financiers et techniques de l’État. Le second subsiste, entre la volonté pragmatique de l’État de limiter le morcellement des parcelles et sa défiance idéologique envers les « koulaks8 ». Une autre mutation importante s’effectue à partir des années 1950, sous l’influence de l’industrialisation de masse encouragée par le pouvoir. Près des grandes villes et centres industriels (Varsovie, Łódź, Cracovie, Silésie) émerge une classe d’ouvriers-paysans, dont la production agricole se limite typiquement à l’autoconsommation.

15Les héritages géopolitiques des territoires constituant la Pologne moderne sont donc en partie à l’origine des différenciations spatiales observées lors de la collectivisation. Celle-ci a finalement accentué les discontinuités présentes le long des anciennes frontières des partages et sur les limites des « territoires recouvrés », alors qu’elle avait pourtant comme objectif de les estomper. Le nombre total d’exploitations n’aura finalement que peu évolué au cours de la période socialiste : en 1988, on dénombre 2 843 000 exploitations agricoles individuelles, contre 2 949 000 lors du recensement de 1950, au lendemain de la réforme agraire (Maurel, 1988). En entretenant le maintien de la petite paysannerie, très importante en Pologne orientale, le régime socialiste a aussi contribué à creuser les disparités régionales en Pologne. Les petits paysans, dont les conditions de vie étaient plus enviables que celles de nombreux citadins, pouvaient ainsi vendre leurs produits à des coopératives de transformation et de commercialisation des produits agricoles, à des prix fixes leur garantissant un revenu suffisant, sans se soucier du problème de leur écoulement.

16La fin du système socialiste et la transition brutale qui lui fait suite marquent la fin d’un confort -certes relatif- pour les petits agriculteurs. La victoire de Solidarność aux élections libres de 1989 et 1990 marque l’affranchissement du pays vis-à-vis du bloc communiste. En conséquence de l’effondrement du système soviétique, le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM), structure supra-étatique planifiée et centralisée, reposant sur une spécialisation des pays membres et donc sur leur dépendance mutuelle, est dissous en 1991. Dès les premières semaines suivant la chute de l’URSS, le nouveau pouvoir en place introduit l’économie de marché, dans le but de favoriser un rapprochement rapide avec l’autre modèle d’intégration politique et économique qu’est l’Union européenne.

L’intégration à l’UE : vers la cohésion des territoires ruraux ?

17« Les discontinuités spatiales font partie de la mémoire des systèmes spatiaux. Il est difficile de les effacer, notamment lorsqu’elles relèvent des conduites ou des relations sociales, comme c’est le cas de nombreuses frontières, car l’écart s’avère considérable entre les réalités politiques et les conduites des individus », Jean-Christophe Gay, Les discontinuités spatiales, 1995.

Conséquences spatiales d’une brutale transition politique et économique

  • 9 En 1975, le pouvoir socialiste avait effectué une réforme territoriale ayant conduit à la suppressi (...)

18En juin 1993, le rapprochement avec l’Union européenne se concrétise lors du Conseil européen de Copenhague, lors duquel est donné un accord de principe en vue de la future adhésion à l’UE des pays d’Europe centrale et orientale et sont définis les critères d’adhésion. Moins d’un an plus tard, en avril 1994, la Pologne se porte candidate à l’entrée dans l’UE et entame les réformes politiques et économiques qui devront lui permettre de répondre aux critères d’adhésion. Parmi ces réformes, une refonte complète du maillage politico-administratif du pays est mise en œuvre pour passer d’un système de gouvernance extrêmement centralisé, hérité du socialisme, à un autre permettant de prendre en compte les principes de décentralisation et de gouvernement local. L’enjeu de cette réforme consiste aussi à harmoniser les découpages politico-administratifs avec ceux de l’UE, pour permettre l’attribution des aides régionales et de la Politique agricole commune (PAC), basée sur la nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS) déjà en vigueur dans l’UE-15. La réforme aboutit le 1er janvier 1999, après cinq ans de débats politiques et publics animés, à un nouveau découpage territorial en trois niveaux, ayant chacun leur gouvernement local : la voïvodie à l’échelle NUTS-2, le powiat à l’échelle LAU-1 et la gmina (commune) à l’échelle LAU-2 ; les échelles NUTS 1 et 3 étant complétées avec des regroupements de voïvodies (NUTS-1) et de powiats (NUTS-3). Cette organisation en trois niveaux marque également la continuité de l’État polonais avec la Pologne de l’entre-deux guerres et celle d’avant les partages, où existaient déjà ces structures administratives9.

  • 10 Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles voïvodies avaient été créées à partir des  (...)

19En termes de gouvernance européenne, c’est l’échelle NUTS-2 (correspondant en Pologne aux 16 voïvodies) qui sert le plus souvent de base légale à l’attribution des fonds européens. Le découpage de ces nouvelles voïvodies a donc donné lieu à de nombreux débats et tractations politiques lors de la réforme administrative. Il est intéressant de constater qu’in fine, leur tracé s’appuie fréquemment sur celui d’anciennes frontières étatiques comme celles de la période des partages (à titre d’exemple : frontière entre la voïvodie de Varmie-Mazurie et celles de Mazovie et de Podlasie) ou de la Pologne de l’entre-deux guerres (frontière entre voïvodie de Grande-Pologne et celles d’Opole, de Basse-Silésie et de Lubusz, Fig. 2). En effet, dans le but de créer des régions fortes, le tracé des voïvodies établies en 1923 ou en 1946 a été réutilisé comme support du nouveau découpage. Souvent, ce tracé s’appuyait déjà sur d’anciens découpages hérités de la période précédant les partages (tracé de 1923) ou des frontières étatiques de l’entre-deux guerres (tracé de 194610). La conscience historique et l’attachement des habitants de ces régions à leurs territoires ont donc décidé, autant que les raisons économiques, du découpage régional ayant abouti en 1999.

  • 11 Source : GUS, όwny urząd statystyczny (Office statistique central), 2003.

20Cette transition brutale entre deux modèles économiques radicalement opposés prive dans un premier temps de leurs débouchés traditionnels de nombreux paysans, qui voient les coûts de production augmenter en même temps que diminuent ceux de leurs produits agricoles. Les fermes d’État sont dissoutes et sont souvent transformées en grandes exploitations capitalistes. Ces évolutions ne font qu’aggraver le clivage déjà existant entre l’Ouest et l’Est, où les petits agriculteurs ne sont pas armés pour résister à la concurrence. L’attachement à la terre y reste cependant fort, d’autant plus qu’une part croissante de la production est destinée à l’autoconsommation. Dans le Sud-est, où la terre sert de refuge aux exclus de la transition postsocialiste, la « partition des fermes prend un caractère pathologique » (Głebocki, 2005b, p. 82), et de nombreuses fermes sortent des circuits commerciaux traditionnels, pour se limiter au troc ou à l’autoconsommation. À l’Ouest, et notamment dans les anciens territoires allemands à caractère rural (Lubusz, Poméranie, Varmie-Mazurie), la dissolution des grandes fermes d’État permet la progression d’une agriculture compétitive sur le marché européen, mais entraîne en contrepartie une importante hausse du chômage dans les années 1990. En 2002, le taux de chômage moyen dans ces trois voïvodies est supérieur de plus de huit points à la moyenne nationale (26,1% contre 17,6%11) ; en 2006, les powiats issus des territoires recouvrés sont encore ceux affichant les taux les plus forts du pays (Fig. 5). Dans le même temps, les disparités démographiques continuent de se creuser dans l’espace rural polonais : les régions du Nord et de l’Ouest sont aussi celles qui affichent les plus forts taux d’accroissement naturel et le solde migratoire le plus important (Łodyga, 2005). Le vieillissement de la population rurale de l’Est se poursuit, notamment dans les limites de l’ex-partition russe (Fig. 4).

Fig. 4 : Retraités dans les powiats ruraux, en 2006.

Fig. 4 : Retraités dans les powiats ruraux, en 2006.

Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007

Fig. 5 : Taux de chômage dans les powiats ruraux, en 2006.

Fig. 5 : Taux de chômage dans les powiats ruraux, en 2006.

Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007

  • 12 Special accession program for agriculture and rural development, adopté en octobre 2000.

21Ces quinze années de transition sont également marquées par la mise en œuvre des instruments de préadhésion à l’UE, dont fait partie le programme SAPARD12. Selon certains observateurs (Bafoil, 2003), ce programme a parfois contribué à accroître les inégalités entre des exploitations performantes, surtout dénombrées dans l’Ouest du pays et la majorité des petites et très petites exploitations, qui sont nombreuses dans l’Est. En effet le programme SAPARD, destiné à la mise aux normes de l’agriculture polonaise, a surtout profité aux exploitations déjà compétitives et s’est révélé inadapté pour les autres. Pour diverses raisons liées à la complexité du montage de ces projets de cofinancements (pilotage du programme centralisé au ministère de l’agriculture, complexité technique du montage, obligation d’avancer 50% du budget), il a été plus difficile pour les petits agriculteurs d’y avoir accès. Pour certaines mesures, les règles d’éligibilité, basées sur des statistiques au niveau national, ont, en raison des grandes diversités régionales, exclu de fait des powiats entiers (Bafoil, 2001).

22À la veille de son adhésion à l’UE, l’espace rural polonais présente donc des disparités encore plus fortes qu’en 1945, les disparités héritées ayant été aggravées pendant la période socialiste puis au cours de la transition brutale vers l’économie de marché. Aujourd’hui, la cicatrice historique coupant le territoire polonais en deux suivant le tracé des anciennes frontières étatiques entre Russie et Autriche-Hongrie d’une part et Prusse puis Allemagne d’autre part, est par endroits toujours clairement discernable sur le terrain jusqu’à une échelle très fine. La différenciation concerne en premier lieu la taille moyenne des parcelles agricoles (Fig. 7), la répartition entre zones rurales et urbaines et le pourcentage de population agricole des zones rurales ; elle atteint par ricochet d’autres domaines comme le taux de chômage, le niveau de revenu ou le comportement électoral (Kozlowski et Rudnicki, 2002 ; Głebocki, 2005b). En 2003, la population urbaine était de moins de 50% dans les régions orientales, alors qu’elle atteignait de plus de 70% dans celles de l’Ouest. Dans les zones rurales, l’emploi agricole s’élevait à plus de 45% à l’Est alors qu’il était de moins de 25% à l’Ouest.

Fig : 6 : Résultats du référendum sur l’adhésion à l’UE dans les powiats ruraux (2003)

Fig : 6 : Résultats du référendum sur l’adhésion à l’UE dans les powiats ruraux (2003)

Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007

Fig : 7 : Photographies aériennes des environs des frontières de la période des partages

Fig : 7 : Photographies aériennes des environs des frontières de la période des partages

Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : Google Earth 2009

  • 13 Source : CBOS, Centrum badania opinii społecznej (Centre d’étude de l’opinion publique), 2003.

23Cette rémanence des frontières héritées de la période des partages est également clairement visible en termes de géographie électorale. Le résultat du référendum sur l’adhésion de la Pologne à l’UE en juin 2003 dans les powiats ruraux illustre bien l’euroscepticisme des campagnes polonaises, dont le vote en faveur du « oui » est largement inférieur au résultat national (77,5 %), notamment à l’Est. Une nouvelle fois, le monde rural polonais apparaît divisé, selon les frontières de l’époque des partages, et dans une moindre mesure, celles des « territoires recouvrés » (Fig. 6). Ce résultat s’explique cependant plus par la répartition des agriculteurs dans le pays, qui ont voté « non » à 65%13, que par les divergences politiques entre les ruraux de l’Est et ceux de l’Ouest. Outre l’importance démographique des agriculteurs à l’Est, les changements géopolitiques impliqués par la future adhésion de la Pologne à l’UE et la réorientation économique qu’elle a entrainé (ouverture de la frontière occidentale et fermeture de la frontière orientale) ont aussi pesé dans ce vote, mais de manière moins significative. Certains observateurs ont également avancé comme facteur déterminant la « mémoire » des populations des territoires anciennement prussiens et russes. La première avait en effet déjà connu, dans le courant du 19ème siècle, une intégration à un marché commun de type capitaliste avec le zollverein, ainsi que l’instauration d’une monnaie unique avec le thaler prussien ; la seconde, le protectionnisme de l’Empire russe. Cet élément explicatif nous paraît cependant très marginal au vu de l’important brassage des populations qui s’est effectué au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’élément qui nous paraît déterminant pour expliquer la rémanence de cette discontinuité majeure est la grande inertie de la structure foncière, qui a résisté aux politiques mises en œuvre pour l’uniformiser (Fig. 7). De par sa structure duale, cette structure foncière contribue à préserver une agriculture à deux vitesses, elle-même synonyme de fortes disparités régionales en termes économique, politique ou social (Stryjakiewicz, 2007).

Le rôle décisif des politiques européennes

24À partir du 1er mai 2004, l’adhésion de la Pologne à l’UE se traduit par le transfert de certaines compétences étatiques à l’échelle de la gouvernance de l’Union européenne. Avec pour objectif principal le développement équilibré de ses régions, l’UE s’appuie sur trois politiques pour lesquelles ce transfert de compétences est particulièrement abouti : la PAC, la politique régionale et la politique frontalière. Six ans après l’entrée de la Pologne dans l’UE, il est encore tôt pour juger si l’action de ces politiques sera en mesure de contribuer à l’effacement des lignes de partage héritées de l’histoire polonaise. Cependant, des tendances peuvent déjà être dégagées et permettent d’apprécier si l’UE pourra avoir une chance de réussir, là où 50 ans de socialisme et 15 ans de transition capitaliste n’ont fait qu’amplifier les disparités régionales.

  • 14 Décembre 2008 pour les frontières terrestres et maritimes, mars 2009 pour les frontières aériennes.

25Souvent sous-estimée en termes de développement régional car plus difficilement perceptible, moins importante en terme budgétaire que la PAC ou que la politique régionale, la politique frontalière a pourtant profondément bouleversé, depuis la procédure d’adhésion, l’équilibre des forces économiques du pays. En entrant dans l’UE, la Pologne entérinait par la même occasion le transfert de ses compétences en matière de politique frontalière et son entrée dans l’espace Schengen, devenue effective en mars 200914. Le jeu des frontières, marquant de fait le retour de la Pologne « à l’Ouest », entraîne un fort développement économique dans les anciennes régions prussiennes, grâce à l’ouverture de la frontière occidentale et aux liens historiques et économiques que ces régions ont pu garder avec l’Allemagne (Mackré, 2008). Pour des raisons évidentes de proximité, mais aussi structurelles (taille des parcelles plus importantes, meilleur état des exploitations, terres des fermes d’État sur le marché), les investisseurs allemands, français ou néerlandais s’orientent principalement vers les régions occidentales (Rudnicki, 2005, pp. 110-111). Dans les voïvodies orientales, on observe, au contraire, un ralentissement général car ces régions se trouvent désormais coupées de leurs partenaires historiques et de facto marginalisées sur les nouvelles périphéries de l’UE.

  • 15 En 2013, sa part dans le budget européen s’élèvera à 35,2%, soit 45,8 milliards d’euros. Source : C (...)
  • 16 L’objectif 1 de la politique régionale (convergence) a pour but de promouvoir le développement et l (...)
  • 17 Ces règles sont dorénavant basées sur la population des voïvodies, leur taux de chômage et leur PIB (...)
  • 18 Programme d’initiative communautaire pour la coopération interrégionale.

26La politique régionale représentait en 2005 36,4% du total du budget européen, soit 38,6 milliards d’euros15 et à ce titre le deuxième poste de dépense budgétaire de l’UE après la PAC. Principal levier de l’UE en vue de l’harmonisation du développement des régions en Europe, ses critères d’attribution sont définis à l’échelle régionale (NUTS-2). Lors de la première période de programmation ayant concerné la Pologne en tant que membre de l’UE (2000-2006), les 16 voïvodies polonaises étaient éligibles à l’objectif de convergence16, qui représentait 70% du budget de la politique régionale. Plusieurs études ont montré que l’efficacité de l’aide régionale au cours de cette période, en vue d’un développement économique sur le long terme, a été fortement différenciée entre les voïvodies polonaises, « les régions les plus riches étant aussi celles qui ont pu le mieux bénéficier des aides européennes » (Churski et Stryjakiewicz, 2006). En raison de la spécificité du tracé des voïvodies polonaises, ces différenciations dans les effets de la politique régionale ont pu contribuer à réactiver les discontinuités issues d’anciennes frontières. Pour la période de programmation 2007-2013, l’ensemble des 16 voïvodies polonaises est toujours éligible à l’objectif de convergence qui représente désormais plus de 81% du budget de la politique régionale. Les nouvelles règles concernant l’attribution des fonds17, leur concentration sur des projets ayant vocation à être des leviers du développement économique (innovation, infrastructures) et l’expérience accumulée de 2004 à 2006 par les réseaux d’acteurs intervenant dans le processus de sélection et d’attribution pourraient contribuer, pour 2007-2013, à rendre plus efficace la politique régionale à l’échelle polonaise. Un autre point primordial est la plus grande importance donnée au cours de cette période de programmation à la question des frontières externes de l’UE. Problématique traitée par l’ancien PIC INTERREG18 de 2000 à 2006, elle est désormais intégrée à la politique régionale pour 2007-2013 au titre de l’objectif 3 « Coopération territoriale européenne » qui sera doté de 2,5% du budget total de la politique régionale. Cette prise en compte de la spécificité des régions situées aux frontières externes de l’Union européenne pourrait profiter aux régions orientales de la Pologne, si des ajustements sont pris pour limiter les effets négatifs liés à la fermeture de cette nouvelle frontière externe de l’UE. Les années précédant l’adhésion à l’Union européenne laissaient présager un scénario dans lequel une agriculture industrielle se développerait sur l’ensemble du territoire national à la suite de l’intégration à l’UE. En vertu de la loi du marché, cette tendance aurait conduit à une brutale restructuration foncière dans l’Est du pays, constamment repoussée depuis deux siècles. La première conséquence de ce scénario aurait été l’augmentation du nombre des exploitations de taille supérieure à 50 ha et leur répartition plus homogène sur le territoire du pays. L’amélioration de la productivité au sein du marché européen et l’établissement d’une agriculture intensive auraient également entraîné une forte augmentation du chômage et causé des problèmes environnementaux nuisant à la biodiversité (Kołodziejczak, 2006). Ce scénario, redouté par de nombreux petits agriculteurs, ne s’est pour l’instant pas déroulé, principalement en raison de la nature des aides agricoles européennes allouées à la Pologne dans le cadre de la PAC.

  • 19 General Agreement on Tarifs and Trade (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce).
  • 20 Selon l’accord signé le 17 mai 2006 par les instances européennes, la PAC représentait en 2005 42,6 (...)
  • 21 Attribués à 1,5 millions d’agriculteurs sur la base de 130€/ha environ, représentant 35% du niveau (...)

27Depuis les accords du GATT19 de 1994, la politique de soutien aux prix qui était un des piliers de la PAC est devenue illégale ; pour la contourner, les aides directes aux exploitants s’y sont substituées. Question épineuse lors des négociations d’adhésion, les aides directes de la PAC ont finalement été obtenues par les nouveaux entrants après un compromis : elles n’atteindront le niveau de l’UE-15 qu’en 2013 et seront progressivement augmentées jusqu’à cette date20. En 2006, ces aides directes ont représenté pour la Pologne 1,8 milliards d’euros21, auxquels il faut ajouter d’autres aides comme le soutien aux investissements pour la modernisation des fermes. Cette manne européenne a eu deux conséquences principales : elle a d’abord radicalement changé l’opinion des agriculteurs concernant l’UE, ceux-ci devenant la catégorie socioprofessionnelle de loin la plus europhile du pays. L’autre conséquence est que ces paiements directs, en offrant un complément de revenu non négligeable aux propriétaires de petites et très petites exploitations, sont aussi un élément favorisant le statu quo structurel de l’agriculture polonaise. Le compromis trouvé devrait donc contribuer à préserver la structure duale de l’agriculture polonaise, au moins jusqu’à la fin de la période de programmation actuelle. Cette évolution consacrant une agriculture à deux vitesses est en marche depuis 1990 et elle est maintenant amplifiée par le jeu des frontières, conséquence de l’entrée de la Pologne dans l’espace Schengen depuis mars 2009. Ce scénario devrait donc se poursuivre au moins jusqu’en 2013 et accentuer la discontinuité entre Est et Ouest. À l’Ouest devraient se développer des exploitations toujours plus grandes et plus compétitives, intégrées jusqu’aux fonctions de transformation et de commercialisation des produits, et profitant pleinement de la politique régionale de l’UE pour moderniser leurs structures. À l’Est, de petits domaines ruraux devraient pouvoir subsister, subventionnés par les aides directes de la politique agricole commune. Ces domaines possèdent une haute qualité environnementale et paysagère, mais le faible apport des revenus agricoles contraint leurs exploitants à une pluriactivité peu rentable. Ce mode de redistribution des crédits de la PAC est aujourd’hui plébiscité par les Polonais, qui jugent plus positivement le rôle et les résultats de la PAC que le reste des habitants de l’UE, notamment en ce qui concerne le fait de « protéger les exploitations familiales » (39% contre 29%), ou « d’assurer un niveau de vie correct aux agriculteurs » (42% contre 32%) (Commission européenne, 2010, pp. 52-54). Dans sa tentative de rééquilibrage du développement rural des voïvodies polonaises et de réforme agraire, l’UE se heurte donc, plus qu’à des difficultés financières, logistiques ou structurelles, à la perspective d’une importante crise sociale.

Conclusion

  • 22 Fonds européen agricole pour le développement rural, comprenant les 3 objectifs suivants : « compét (...)

28La Pologne, première bénéficiaire de la politique agricole commune parmi les nouveaux pays membres de l’UE, va pleinement en profiter jusqu’en 2013. Après cette date, le budget de la PAC et le montant des aides directes risquent d’être revus à la baisse au profit d’autres domaines de la politique communautaire telle la politique de cohésion. La nouvelle orientation donnée à cette politique de cohésion pourrait donc donner jour au scénario menant à une agriculture intensive sur l’ensemble du territoire polonais, ou au contraire, conforter la situation actuelle d’une agriculture à deux vitesses et régionalement déséquilibrée. Pour l’instant, l’opinion européenne, et à plus forte raison polonaise, n’est pas prête à un changement d’orientation de la PAC ; seulement 6% des Polonais sont opposés au maintien des aides directes (le taux est de 12 % dans l’UE-27), et 50 % sont favorables à une augmentation du soutien financier aux agriculteurs (contre 39 % dans l’UE-27) (Commission européenne, 2010, pp. 163 et 176). L’évolution des disparités régionales en milieu rural dépendra également des résultats du FEADER22 sur la période 2007-2013 (notamment des possibilités des petits exploitants à en profiter ou non) ; puis de la suite qui lui sera donnée pour la prochaine période de programmation. En attendant, on peut déjà observer un début de spécialisation régionale, avec par exemple le développement de la culture du colza dans les régions du Nord, l’essor de l’agrotourisme dans les régions à fort potentiel touristique (Mazurie, Beskides) et la progression de l’agriculture biologique dans de nombreuses petites exploitations de l’Est.

29La rémanence de certaines frontières historiques est un élément important de la compréhension actuelle de l’espace rural polonais. À l’échelle régionale, elle permet souvent d’expliquer, mieux que les conditions naturelles, les particularités de la répartition spatiale de l’agriculture polonaise. Certains des héritages sont très anciens et font référence à une période très longue, comme la frontière entre monde germanique et Pologne en vigueur entre les 14ème et 17ème siècles. D’autres sont très récents comme la translation vers l’ouest des frontières du pays. La donnée qui paraît la plus profondément inscrite sur le territoire, et qui marque une des discontinuités spatiales les plus durables entre l’Est et l’Ouest, est la partition de la Pologne de 1795 à 1918. C’est au cours de cette période -courte à l’échelle de l’histoire polonaise- qu’ont pu avoir lieu, à la faveur des révolutions agricole et industrielle, les transformations structurelles importantes (notamment la division foncière) qui sont aujourd’hui une des bases de la différenciation de ces territoires. Le cas de cette rémanence frontalière illustre parfaitement la définition que donne M. Foucher de la frontière, cette « butte-témoin du passé », d’autant plus importante qu’elle s’est constituée au contact d’entités politiques en tous points opposées.

Top of page

Bibliography

ANCEL J., 1937, « Crise polonaise ? La question agraire et le mouvement paysan », In : Politique étrangère, n° 6, p. 563-578.

ANCEL J., 1938, Géographie des frontières, Gallimard, Paris, 206 p.

BAFOIL F., 2001, La question agricole en Pologne : le défi de l’intégration européenne, Paris, Fayard, Etudes du CERI, n°74.

BAFOIL F., 2003, « Pologne, profils d’agriculteurs », In : Le courrier des pays de l’Est, n°1034, p. 28-46.

BAFOIL F., 2007, Les paysans polonais. Evolution des structures agricoles et mobilisations sociales et politiques de 1989 à 2006, In : Bafoil F., La Pologne, 327-346.

BAFOIL F. et alii, 2003, « Pologne : profils d’agriculteurs », In : Le courrier des pays de l’est, n°1034, p. 28-46.

BAŃSKI J., 2005, « Obszary problemowe polskiej wsi », In : GŁĘBOCKI Benicjusz, Struktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wieku, p. 377-394.

BEAUVOIS D., 2004, La Pologne, Histoire, société, culture, Paris : La martinière, 522 p.

BERGER A., CHEVALIER P., CORTES G., DEDEIRE M. (dir.), 2009, Héritages et trajectoires rurales en Europe, Paris : L’Harmattan (coll. Logiques sociales), 253 p.

BÜHLER P., 1997, Histoire de la Pologne communiste : autopsie d’une imposture, Paris : Karthala, 808 p.

CHAUFFOUR C., 2007, « Les paysans polonais vont-ils payer des impôts ? », In : Le Monde, 30 mai.

CHAUPRADE A., 2003, Géopolitique, constantes et changements dans l’histoire, Ellipses, Paris, 960 p.

CHOUQUER G., 2009, « Ce que le temps fait aux formes planimétriques : du péché originel de l’analyse de morphologie agraire à sa réhabilitation », In : Géocarrefour, n°84, p. 217-227.

CHURSKI P., STRYJAKIEWICZ T., 2007, « New experiences of Polish regional policy in the first years of membership in the European Union », Quaestiones Geographicae 25/B, p. 17-28.

COMMISSION EUROPÉENNE, 2010, Les Européens, l’agriculture et la PAC, Special eurobarometer n° 336, 178 p.

DARROT C., BAZIN G., MOUCHET C., 2009, « Premiers effets de la nouvelle politique des préretraites agricoles en Pologne », In : Économie rurale, n°313-314, p. 85-98.

DAVIES N., 1982, God’s playground, a history of Poland, New-York, Columbia University Press, 2 volumes.

DURBIANO C., 1979, « Les transformations récentes de l’agriculture polonaise. Une voie nouvelle pour la socialisation de l’agriculture privée », In : Annales de géographie, n°487, p. 351-368.

DWERNICKI C., 2000, Géopolitique de la Pologne, Bruxelles, Complexe, 144 p.

FOUCHER M., 1991, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, 2e ed., Paris : Fayard, 691 p.

FOUCHER M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 249 p.

GAY J.-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Economica, Paris, 112 p.

GIORDANO C., 2001, « Réformes agraires et tensions ethniques en Europe centrale et orientale », in Études rurales, n°159-160.

GŁĘBOCKI B., 2006, « Changes in the agrarian structure of Poland in 1990-2002 », in Quaestiones Geographicae, n°25/B, p. 37-46.

GŁĘBOCKI B. (Dir.), 2000, Poland’s agrarian structure in the period of political and economic transformation, Poznań, Bogucki wydawnictwo naukowe.

GŁĘBOCKI B. (Dir.), 2005a, Strktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wielku, Poznań, Bogucki wydawnictwo naukowe, 203 p..

GŁĘBOCKI B., 2005b, « Struktura agrarna – zmiany po 12 latach restrukturacji polskiego rolnitwa », In : GŁĘBOCKI Benicjusz, Struktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wieku, p. 45-99.

GŁÓWNY URZĄD STATYSTYCZNY (GUS), 2007, Rocznik statystyczny województw, Varsovie, 703 p.

GŁÓWNY URZĄD STATYSTYCZNY (GUS), 2007, Rocznik statystyczny rolnictwa I obszarów wiejskich, Varsovie, 473 p.

HALAMSKA M., 1988, « La structure agraire en Pologne au XXe siècle : continuité ou changement ? », In : Économie rurale, n°187, p. 33-43.

HALAMSKA M., LAMARCHE H., MAUREL M.-C., 2003, Le repli paysan, trajectoires de l’après communisme en Pologne, Paris, L’Harmattan, 252 p.

HERVÉ A., 2007, « Les aides de Bruxelles font flamber le prix de la terre en Pologne », Le Figaro, 17 mars.

KACZMAREK T., 2007, Transborder co-operation and inter-territorial partnership of Polish communes and regions, In : Quaestiones Geographicae 25/B, 61-71.

KOŁODZIEJCZAK A., 2005, « Rolnitwo Polski przed akcesja do Unii Europejskiej i po niej », In : GŁĘBOCKI Benicjusz, Struktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wieku, p. 415-450.

KOŁODZIEJCZAK A., 2006, « Agriculture and the countryside in Poland : alternative scenarios of change », In : Quaestiones Geographicae, n°25/B, p.47-52.

KOMORNICKI T., 2007, « External border of the European Union – Permeability, co-operation, perspectives », Centre for Regional Studies of the Hungarian Academy of Sciences, Pécs, 89-103.

KLUBA M., 2003, « Influence de l’ancienne frontière étatique dans la différenciation des structures agraires : l’exemple de la province de Cujavie – Poméranie en Pologne », In : Mosella, tome XXVII n° 3-4, p. 201-206.

KOZLOWSKI L., RUDNICKI R., 2002, « Les bases historico-économiques des régions rurales actuelles en Pologne », In : Mosella, tome XXVII n° 3-4, p. 221-228.

ŁODYGA B., 2005, « Współczesne procesy demograficzne na obszarach wiejskich w Polsce », In : GŁĘBOCKI Benicjusz, Struktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wieku, p. 13-43.

MACKRÉ Q., 2008, « Regional development and geopolitics of the state borders in Poland : the implications of the EU membership », In : Quaestiones Geographicae, n°27-B/1, p. 53-65.

MAUREL M.-C., 1988, Les paysans contre l’État, le rapport de forces polonais, Paris, L’Harmattan, 240 p.

MAUREL M.-C., LACQUEMENT G. (dir.), 2009, Agriculture et ruralité en Europe centrale, Paris : Aux lieux d’être, 164 p.

MAUREL M.-C., 2009a, « Penser l’historicité des territoires », In : BERGER Alain, CHEVALIER Pascal, CORTES Geneviève, DEDEIRE Marc, Héritages et trajectoires rurales en Europe, p. 21-40.

MAUREL M.-C., 2009b, « Des agricultures en restructuration », In : MAUREL M.-C., LACQUEMENT G. (dir.), 2009, Agriculture et ruralité en Europe centrale, Paris, p. 53-80.

RECLUS É., 1878, Nouvelle géographie universelle, (Tome 3 : L’Europe centrale), Paris : Hachette, 982 p.

RECLUS É., 1880, Nouvelle géographie universelle, (Tome 5 : L’Europe scandinave et russe), Paris : Hachette, 944 p.

ROSIÈRE S., 2007, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Ellipses, Paris, 426 p.

ROSIÈRE S., 2008, Dictionnaire de l’espace politique, Paris : Armand Colin, 320 p.

RUDNICKI R., 2005, « Gospodarstwa rolne spółek prawa handlowego jako nowy element struktury agrarnej w Polsce », In : GŁĘBOCKI Benicjusz, Struktura przestrzenna rolnictwa Polski u progu XXI wieku, p. 101-132.

STRYJAKIEWICZ T., 2007, « La nouvelle géographie de la Pologne dans le contexte de la transition économique et sociale et de l’élargissement de l’Union Européenne », in L’information géographique 4, p. 100-120.

THEBAULT É., 2005, « La PAC et la Pologne : gagnant-gagnant... mais pour combien de temps ? », In : Mouvements, n° 42, p. 125-131.

Top of page

Notes

1 Source : Eurostat, 2006.

2 « Poussée vers l’est ».

3 Appellation officielle de ces territoires par l’Etat polonais au cours de la période communiste.

4 Le powiat est l’échelon administratif intermédiaire entre la voïvodie et la gmina (commune). Le découpage administratif en Pologne distingue 308 powiats ruraux et 65 powiats urbains (qui sont en fait des communes ayant le statut de powiat).

5 Local administrative Unit (unité administrative locale), correspondant aux anciens échelons NUTS-4 (LAU-1) et NUTS-5 (LAU-2).

6 Rendue célèbre en 1888 par l’ouvrage de l’économiste galicien Stanisław Szszepanowski intitulé Nędza Galicji w cyfrach i program energicznego rozwoju gospodarstwa krajowego (La misère de la Galicie en chiffres et programme de développement énergique des fermes d’État).

7 Puis Truman à Potsdam.

8 Terme russe désignant des paysans employant des salariés agricoles.

9 En 1975, le pouvoir socialiste avait effectué une réforme territoriale ayant conduit à la suppression des powiats et au morcellement des voïvodies (leur nombre passant de 28 à 49). Dans le même temps, une grande partie des compétences politiques des voïvodies polonaises fut transférée à l’échelon national. Durant la période des partages, le tracé des voïvodies polonaises servit parfois de base à la division du pays mais les voïvodies furent supprimées ou leur tracé modifié pendant la période d’occupation.

10 Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles voïvodies avaient été créées à partir des « territoires recouvrés » sur l’Allemagne.

11 Source : GUS, όwny urząd statystyczny (Office statistique central), 2003.

12 Special accession program for agriculture and rural development, adopté en octobre 2000.

13 Source : CBOS, Centrum badania opinii społecznej (Centre d’étude de l’opinion publique), 2003.

14 Décembre 2008 pour les frontières terrestres et maritimes, mars 2009 pour les frontières aériennes.

15 En 2013, sa part dans le budget européen s’élèvera à 35,2%, soit 45,8 milliards d’euros. Source : Commission européenne, 2006.

16 L’objectif 1 de la politique régionale (convergence) a pour but de promouvoir le développement et l’ajustement structurel des régions en retard de développement ou de faible densité et est éligible aux régions NUTS-2 ayant un PIB/hab. inférieur de 75% à la moyenne de l’UE.

17 Ces règles sont dorénavant basées sur la population des voïvodies, leur taux de chômage et leur PIB par habitant.

18 Programme d’initiative communautaire pour la coopération interrégionale.

19 General Agreement on Tarifs and Trade (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce).

20 Selon l’accord signé le 17 mai 2006 par les instances européennes, la PAC représentait en 2005 42,6% du budget européen, dont 81% pour les aides directes et 19% pour le développement rural.

21 Attribués à 1,5 millions d’agriculteurs sur la base de 130€/ha environ, représentant 35% du niveau de l’UE-15.

22 Fonds européen agricole pour le développement rural, comprenant les 3 objectifs suivants : « compétitivité » (soutien à la restructuration du milieu agricole), « environnement » (soutien à la gestion de l'espace rural) et « qualité de la vie » (encouragement de la diversification des activités économiques).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Les frontières mouvantes de la Pologne
Credits Sources : Davies (1982) et Vidal de la Blache, Atlas d’histoire et de géographie (1894)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-1.png
File image/png, 264k
Title Fig. 2 : Héritage géopolitique (post congrès de Vienne) du territoire polonais moderne et découpages des voïvodies en vigueur depuis 1999.
Credits Auteur : Q. Mackré (2009) - Sources : Davies N. (1982), Kozlowski L. and Rudnicki R. (2003)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-2.png
File image/png, 235k
Title Fig. 3 : Emplois agricoles dans les powiats ruraux, en 2006
Credits Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-3.png
File image/png, 754k
Title Fig. 4 : Retraités dans les powiats ruraux, en 2006.
Credits Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-4.png
File image/png, 702k
Title Fig. 5 : Taux de chômage dans les powiats ruraux, en 2006.
Credits Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-5.png
File image/png, 688k
Title Fig : 6 : Résultats du référendum sur l’adhésion à l’UE dans les powiats ruraux (2003)
Credits Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : GUS 2007
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-6.png
File image/png, 743k
Title Fig : 7 : Photographies aériennes des environs des frontières de la période des partages
Credits Auteur : Q. Mackré, 2009 – Source : Google Earth 2009
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/1998/img-7.png
File image/png, 994k
Top of page

References

Electronic reference

Quentin Mackré, « Rémanence d’anciennes frontières dans l’espace rural polonais », L’Espace Politique [Online], 14 | 2011-2, Online since 11 July 2011, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1998 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1998

Top of page

About the author

Quentin Mackré

Doctorant, ATER
ART-Dev, FRE 3027, Université Montpellier III
quentin_mackre@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals