Navigation – Plan du site

Pour une géographie de la démocratie

La géographie, ça sert maintenant à faire la paix ?
For a Geography of Democracy. Is Geography Now Used to Make Peace?
Michel Bussi

Résumés

La géographie politique a longtemps été présentée comme une science des rapports de force et de la maîtrise stratégique des territoires. De ce fait, elle a négligé les logiques de pouvoirs individuelles locales ou ascendantes. Aujourd’hui, une partie importante des rapports de pouvoirs territoriaux se joue à travers des enjeux de coopérations, dans une perspective démocratique qui s’universalise. Cette géographie de la démocratie s’intéresse non seulement aux résultats électoraux, mais également aux conditions d’émergence de la coopération territoriale (théorie des jeux, modélisation individucentrée…) et donc plus globalement du contrat social.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1En 1976, Yves Lacoste fait paraître son essai, « la géographie ça sert d’abord à faire la guerre ». Dans les éditions futures, Yves Lacoste précisera que dans son esprit, le « d’abord » de son titre signifiait davantage « aussi », ou « entre autres choses », que « seulement » ou « avant tout ». Peu importe après tout, une majorité de géographes (et de non-géographes, puisque la célébrité de l’essai a dépassé la discipline) n’ont pas pris l’affirmation de Lacoste au premier degré, mais en ont explicitement décrypté l’esprit : Yves Lacoste défendait, en forte rupture avec une discipline « bonasse et fastidieuse », une géographie engagée, traitant frontalement les enjeux sociétaux les plus actuels, une géographie des conflits, des rapports de forces, des dominations.

2Dans l’essai d’Yves Lacoste, la géographie est clairement présentée comme un savoir stratégique, presque toujours aux mains des élites, dont d’ailleurs l’exemple le plus caricatural est fourni par la confidentialité des cartes en URSS. Yves Lacoste exhorte les géographes à se saisir de ce savoir. Le silence des géographes sur le fait politique, depuis Reclus, est justement stigmatisé. L’objet politique d’Yves Lacoste est cependant assez clairement balisé : « il est de plus en plus nécessaire que les géographes se soucient des problèmes politiques et militaires ». Même lorsqu‘Yves Lacoste évoque des questions plus « démocratiques », par exemple des rapports de pouvoir infra nationaux, le paradigme de l’espace comme matrice d’affrontement qu’il faut au mieux maîtriser, reste dominant. Ainsi, il prend l’exemple d’une démocratique manifestation de rue, où le public « qui ne peut se procurer un plan de la ville », se trouve à la merci « de la police qui met en place un quadrillage d’autant plus efficace qu’il est difficile à d’autre qu’elle de se le représenter spatialement ».

3Yves Lacoste jette donc les bases d’une géopolitique qui occupera (et occupe toujours) le devant de la scène dans le rapport entre espace et pouvoir. D’autres ouvrages fondamentaux paraîtront à la suite (Claval, 1978 ; Raffestin, 1979), mais ils ne remettront pas fondamentalement en cause le concept « géopolitique ». De même, si dans les années 1980, des joutes mémorables vont opposer les deux géographes les plus médiatisés, Yves Lacoste et Roger Brunet, leur conception de l’espace politique n’est guerre éloignée. La géographie est présentée comme une science de domination des masses par les élites, et le géographe comme un expert, tour à tour conseiller ou critique des grands façonneurs de territoires (élus, DATAR, firmes ou organismes internationaux…).

4Si la rupture provoquée par Yves Lacoste a été salutaire pour la discipline, on peut désormais faire l’hypothèse que depuis trente ans, le monde (et la recherche) a considérablement évolué : la géographie du pouvoir ne se résume plus à la géographie des conflits. Les principales nations ne se font plus la guerre. Les grandes fractures idéologiques du monde se sont estompées. L’Etat nation n’est plus l’échelle unique de maîtrise du pouvoir. Il ne s’agit pas de nier que des rapports de pouvoir continuent de s’exercer, mais de reconnaître qu’ils prennent de plus en plus des formes négociées, coopératives, agrégatives. La maîtrise spatiale appartient désormais moins, et à toutes les échelles, à ceux qui savent conquérir ou se défendre, qu’à ceux qui savent s’associer, se constituer en réseau, co-signer des contrats.

5Pour aller plus loin, on peut faire l’hypothèse qu’un grand nombre de frontières, inter et intra étatiques, sont désormais largement figées et ne sont modifiables qu’aux marges : la géographie politique doit donc moins s’intéresser aux très hypothétiques modifications de ces frontières, qu’à des logiques négociées soient d’agrégations volontaires, soit de décentralisation, qui permettent d’adapter les territoires politiques sans déplacer les bornes.

6On peut donc penser que la démocratie au sens large apparaît comme un changement de paradigme majeur pour la géographie. Elle remet directement en cause les fondements de la géographie politique et de l’aménagement, mais également les approches traditionnelles de l’analyse spatiale, de la modélisation et de la simulation, de la réflexion sur les découpages de l’espace.

1. La démocratie : un « nouvel » objet d’étude ?

7Désormais, le monde, à toutes les échelles, est davantage géré, organisé, recomposé par des contrats territoriaux négociés entre des acteurs multiples, le plus souvent individuels, que par une hiérarchie pyramidale autoritaire et organisée. Le destin politique du monde n’est plus seulement régulé par les guerres et les conflits, mais également par les élections. Il ne s’agit pas ici de survaloriser le pouvoir des urnes mais de prendre conscience du passage d’une logique de domination à une logique de négociation. De même, les projets autoritaires d’aménagement s’effacent devant les contrats locaux débattus à toutes les échelles dans des territoires recomposés principalement par des coopérations volontaires (intercommunalités, réseaux de villes, coopérations transfrontalières…).

  • 1 Le « dictionnaire de l’espace politique », coordonné par S.Rosière et A.L. Sanguin, actuellement en (...)

8Lorsque l’on consulte l’index des principaux dictionnaires de géographie, P. Georges, 1970, R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, (1992), on y cherche vainement une entrée « démocratie » ou « participation ». On ne trouve pas plus de référence à la démocratie dans l’index du tome I de la géographie universelle de 1990, où dans L’Encyclopédie de la géographie (D. Pumain, A. Bailly, R. Ferras, 1996). Si l’on entre plus précisément dans le champ de la géographie politique, la démocratie ne tient pas non plus une place centrale. Elle n’apparaît spécifiquement ni dans le manuel de R. Kleinchmager (1993) ni dans celui de A.L.Sanguin (1977). Le dictionnaire de géopolitique dirigé par Y. Lacoste (1995), malgré plusieurs centaines d’entrées, ne compte aucune entrée directe traitant de la démocratie ! Dans les dictionnaires récents, le dictionnaire d’Yves Lacoste (2003), « de la géopolitique aux paysages » consacre une entrée à la démocratie. Mais cette courte entrée reste centrée sur l’échelle de l’Etat nation et s’intéresse strictement aux typologies descriptives des démocraties dans le monde (à l’instar des annuels « Etat du monde »). Les principales théories des politistes ne sont pas évoquées et l’échelle de l’individu oubliée. Le dictionnaire « de la géographie et de l’espace des sociétés », coordonné par J. Lévy et M. Lussault (2003) oublie lui aussi, curieusement, la démocratie (y compris dans l’index), alors que de multiples chapitres abordent de façon tangentielle la question (contrat, pouvoir, Siegfried…)1.

9La démocratie n’est donc jamais revendiquée comme un concept central, ni même secondaire, par les géographes. Seuls quelques rares ouvrages de géographie intègrent le mot « démocratie » dans leur titre. C’est le cas précocement pour A. Siegfried, dont la thèse concerne « la démocratie en Nouvelle-Zélande », et qui publiera par la suite un ouvrage appelé « la Suisse, démocratie témoin ». L’objectif affiché de Siegfried est explicitement, au croisement de la géographie des comportements électoraux et de l’analyse constitutionnelle, de s’intéresser aux logiques participatives. Néanmoins, dans le domaine de la démocratie participative, comme dans le domaine électoral, ou plus généralement des sciences politiques, A. Siegfried n’aura guère de disciples en Géographie. Depuis trois décennies, la question démocratique me semble néanmoins avoir été approchée par trois ensembles de chercheurs en géographie. Tout d’abord à travers les recherches en termes de géographie du pouvoir (P. Claval, C. Raffestin), ensuite comme élément de considérations géopolitiques (Y. Lacoste), enfin comme effet du dépassement des logiques étatiques traditionnelles à travers le double horizon mondial et individuel (J. Lévy). Néanmoins, une analyse détaillée de ces ouvrages montre que l’enjeu démocratique n’est jamais central ou explicite, et l’on peut alors se poser la question du manque général d’intérêt, sauf exceptions, des géographes pour cette question.

1.1. La distance entre géographie, démocratie et participation : six explications possibles

Hypothèse 1 : la distance géographie/démocratie est la conséquence de la distance entre géographie et politique

10La traditionnelle distance entre la politique et la géographie, la géographie française en particulier, a fait l’objet de longs développements. En 1979, Roger Brunet dans la préface d’« espace et pouvoir » de Claude Raffestin (1979) se réjouit de voir enfin « la vieille et honteuse Geopolitik sortir des coulisses ». Vingt ans plus tard, J. Lévy (1999) note que la relation entre géographie et politique avance « lentement... mais sûrement ». Si désormais, nul ne conteste que le politique fait partie des champs possibles d’exploration des géographes, ceux qui l’arpentent restent minoritaires. Selon J. Lévy, cette timidité est moins liée aujourd’hui à la tradition vidalienne qu’au rapport qu’entretiennent les géographes avec le pouvoir : « les géographes (les géographes français en tout cas) continuent de ne pas se sentir à l’aise avec le politique, peut-être à cause de la manière dont ils voudraient jouer le rôle de conseiller du prince (...) Plus fondamentalement encore, ils se perçoivent comme davantage co-gestionnaires de l’ordre étatique ou comme observateurs bienveillants, parfois interprètes habiles, des mythes territoriaux qu’en analystes de ses dynamiques ou en promoteurs de ses mutations » (Lévy, 1999). Les géographes, en investissant en force le champ de l’aménagement du territoire, auraient alors depuis longtemps rompu la classique « dichotomie weberienne » entre le savant et le politique/administratif en nouant avec les sphères de pouvoir une relation de complicité, ou « d’interactions paradigmatiques » pour reprendre les termes moins péjoratifs de Gilles Massardier (1995). Le géographe devrait-il éternellement choisir entre travailler sur les politiques ou avec les politiques ? On peut à l’inverse penser que dans le domaine du politique, comme dans tout autre d’ailleurs, l’implication et la réflexion doivent s’enrichir mutuellement. Il n’y a guère de meilleure place que celle de conseiller du prince pour comprendre comment le prince décide. N’ayons pas la prétention de croire que nous pourrions décider à sa place, mais ayons celle de penser que notre réflexion, y compris si elle est dérangeante, lui est indispensable.

Hypothèse 2 : la distance géographie/démocratie est la conséquence d’une géographie du pouvoir privilégiant les questions géopolitiques.

11L’objectif n’est pas ici, en quelques lignes, de relancer les longs débats entre géographie du pouvoir, géopolitique et géographie du politique. L’intention est simplement de souligner que lorsque les géographes s’intéressent au fait politique, ils le font le plus souvent en mettant l’accent sur les structures géographiques parfois qualifiées de « lourdes ». C’est explicitement l’impression qui ressort de la lecture des principaux manuels de géographie politique. L’apport de la géographie politique renvoie alors aux questions de taille et de forme des Etats, de droit frontalier, de contrôle matériel du territoire (choix d’une capitale, infrastructures de communication, gestion des ressources...), éventuellement de fédéralisme... Ces questions sont bien entendu fondamentales, mais il faut reconnaître qu’elles ne laissent pas une grande part à la liberté individuelle du citoyen et à l’influence d’une éventuelle participation. Ce n’est pas ici simplement la difficulté d’une géographie du politique à s’extraire de la maille de l’Etat qui est soulignée, mais plus généralement sa répugnance à reconnaître les « citoyennetés » ou les « civilités », individuelles ou collectives, comme des acteurs influençant l’espace politique. La géographie politique se résume le plus souvent aux méthodes employées par les élites dirigeantes pour contrôler, se disputer, se partager l’espace, ces enjeux semblant bien plus prégnants dans l’espace que la somme des volontés individuelles, réputée souvent manipulée, et de toutes les façons rarement respectée par les élus.

12Guy Di Meo (1998) est l’un des rares géographes à ne pas éluder cette question d’une géographie politique se concentrant principalement sur les formes de ce qu’il appelle le « pouvoir pur », c’est à dire celui qui est d’essence despotique et qui impose un contrôle permanent des individus et groupes assujettis. Il n’oppose pas cette conception à la démocratie, mais au contraire, il précise que la pratique du « pouvoir pur » se retrouve « dans la plupart des pays du monde, y compris dans les plus démocratiques ». Il l’explique par le fait que le principe démocratique de « contrat social » impose le respect des décisions de la majorité, y compris par la violence. Cette tyrannie de la majorité est supportable parce que l’espace social soumis à un pouvoir institutionnel contraignant fut le plus souvent à la base négocié, soit au sein de la société politique, soit entre celle ci et la société civile. A travers ces quelques lignes, G. Di Meo ouvre bien davantage le débat entre géographie et démocratie qu’il ne le clôt en évoquant le « pouvoir pur ». C’est toute la question de savoir si la démocratie repose (comme il le sous-entend) sur un espace légitime et une souveraineté nationale, ou sur le principe de représentation par la souveraineté populaire, impliquant les formes les plus diverses de participation au pouvoir. Pencher vers l’une ou l’autre des propositions, c’est décider d’une organisation spatiale de la société...

Hypothèse 3 : la démocratie se positionne au croisement de la politique et de la sociologie.

  • 2 On peut rejoindre en cela les propos de D. Daxie (1996), « la démocratie représentative », Montchre (...)

13La question démocratique pourrait se situer, selon une acception courante, scientifiquement au croisement de deux disciplines : le politique et la sociologie. Si la géographie entretient des relations réelles avec ces deux disciplines, ni la géographie sociale, ni la géographie politique ne font de la démocratie participative un objet central. Revendiquer une géographie de la démocratie revient, en quelque sorte, à revendiquer une géographie sociopolitique… Le terme n’a, à ma connaissance, pas souvent été utilisé par les géographes comme champ d’investigation principal. Certains pourtant s’en approchent. Pour Guy Di Meo (1998), il existe deux acceptions du politique, celle liée « aux organisations spatialisées de l’exercice du pouvoir », et celle liée « aux déséquilibres dans les relations (...) qui accompagnent le quotidien de toute société civile », qui sont donc par nature sociales. Il se réfère en cela aux travaux de Paul Claval et surtout de Claude Raffestin, qui distingue le Pouvoir (avec une majuscule) désignant l’assimilation (l’Etat par exemple) et le pouvoir au sens commun, présent dans chaque relation et dans chaque action. S’intéresser aux enjeux politiques de la participation, c’est explicitement étudier les interrelations d’ordre spatial entre les deux formes de (P)pouvoirs, qu’on pourrait très hâtivement qualifier de sociales et de politiques2.

Hypothèse 4 : la distance géographie/démocratie est liée à la nouveauté du fait démocratique

14Une autre explication possible est la relative nouveauté du fait démocratique, notamment à l’échelle planétaire. L’application politique de la démocratie à l’échelle nationale date au plus de deux siècles, le plus souvent de moins d’un siècle en occident, et n’a que quelques décennies d’existence pour la majorité des Etats de la planète. Les notions d’opinion publique, de souveraineté populaire, d’élection, de demande participation ne sont donc devenues que récemment des facteurs premiers d’organisation des territoires. Dans un contexte international pacifié, de frontières pour la plupart stabilisées, d’éducation et d’information individuelle plus importante qu’hier, on peut estimer que les explications « lourdes » de la géographie politique (la taille des Etats, leur enclavement, l’annexion autoritaire de portions de l’espace terrestre par des armées aux mains de quelques despotes...) s’effaceront progressivement devant la réelle prise en compte de l’expression politique par les habitants d’un lieu de leurs identités territoriales. La question démocratique serait donc un paradigme relativement nouveau pour la géographie politique.

15L’évolution du monde depuis la chute du bloc de l’est en fournit une illustration évidente. Paul Claval était, en 1978, obligé de différencier dans le monde deux modes de relations entre espace et pouvoir, l’une démocratique et l’autre non, et G. Di Meo signifiait que le terme démocratie ser.ait sement de f disésigner les Etats de l’Europe de l’ouest et d’Amérique du Nord. Tel n’est plus le cas. Le monde, espaces et systèmes publié en 1993 restera sans doute l’ouvrage de géographie dont la parution correspond au passage « d’un monde à l’autre » : « La vision géopolitique connaît un déclin dans les pays développés. C’est la montée en puissance de l’individu, autant que la démocratie qui la menace ».

  • 3 On retrouve une ouverture démocratique conclusive dans les dernières pages du tome 1 de la géograph (...)

16Il est alors fréquent que les ouvrages actuels de géographie politique soient conclu par la question démocratique, et « sous-entendent » ainsi une évolution du monde vers la démocratie, et donc une évolution des paradigmes de la discipline, comme dans l’ouvrage de géographie politique de Richard Kleinchmager. Après un recensement « classique » des fondements de la géographie politique (les Etats, les frontières, les capitales, le découpage), il intitule une cinquième partie « les territoires politiques comme volonté et reflet », et explique en conclusion qu’il ne s’agit en rien d’un hasard, mais bien d’une évolution souhaitable de la discipline : « son utilité sociétale (la géographie politique) serait certainement maximisée si ces analyses pouvaient contribuer à dégager à terme des concepts et des théories des territoires qui ne ressortent pas que du paradigme de la force et de son usage. Cette dimension a largement fondé l’essentiel des productions de la géographie politique et de la géopolitique comme science du conflit et de la guerre. Le temps est peut-être venu d’une révolution copernicienne qui en ferait, pour une part majeure, des sciences de la paix »3.

17Certains chercheurs évoquent alors ouvertement qu’il s’agit moins d’une évolution que d’une révolution. Jean-Paul Ferrier, dans son « contrat géographique », signale en introduction qu’il faut « être attentif à l’advenue de bouleversements géopolitiques pacifiques d’une amentur hors de proportion avec tout ce qui semblait prévisible ». J. Lévy (1994) affirme lui aussi : « parmi les acteurs capables de stratégie, les individus démontrent dans tous les domaines de l’intersection entre espace et politique une nette montée en puissance qui en modifie, souvent radicalement, les conditions d’analyse des configurations spatiales du politique ».

18Si l’on admet une telle révolution, et qu’on accepte de la qualifier de démocratique, il reste à analyser son effet sur l’espace. Il est assez fréquent d’imaginer qu’elle signifie « la fin des territoires », au sens de la souveraineté nationale ou de tout autre souveraineté collective. Ainsi, Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts (1998) signalent que l’on assiste à un « retournement du monde », puisque « toutes ces tendances clairement attentatoires à l’idée même de souveraineté favorisent l’émancipation de l’individu ». Ils en concluent la fin des mailles face l’émergence des réseaux ou de la coprésence. Mais tout l’intérêt, la richesse et l’ambiguïté du concept de démocratie et de participation, est qu’il peut apparaître au contraire à l’inverse comme l’instrument de résistance de ces mailles. Si l’on se pose la question : a-t-on encore besoin du territoire ? Il est possible de répondre « oui, plus que jamais, à cause même de la démocratie (au sens normatif), puisqu’il n’y a pas de démocratie (au sens descriptif) sans représentation territoriale ». Comme le signale Denis Retaillé (1969), de la prédation à la participation, l’impératif territorial continue d’être revendiqué. Individuelle et libérale la démocratie normative s’inscrit pleinement dans la fin des territoires. Souveraine et égalitaire, la démocratie descriptive devient l’argument de ntur survie. D’un bout à l’autre du fil, la démocratie me semble autoriser une traversée passionnante des enjeux géographiques actuels.

Hypothèse 5 : la distance géographie/démocratie est liée à la primauté d’une démarche ascendante

19En dehors du contexte politique, le rapport distendu entre géographie et démocratie est peut-être également lié à la définition même de la démocratie. Le principe de la démocratie, comme idéal, est que la liberté individuelle prime sur toute autre opinion, que ce soit la conviction intime des élites éclairées, les intérêts collectifs ou corporatistes, les appartenances communautaires. L’acte démocratique est fondamentalement un respect d’une démarche ascendante, partant de l’individu et/ou des espaces les plus locaux : toute domination d’un homme situé plus haut dans la hiérarchie sociale sur un autre, ou d’un territoire situé plus haut dans la hiérarchie spatiale sur un autre (transcendance) peut-être considérée dans l’absolu comme « démocraticide ».

20Cette conception (à ne pas confondre, même si elle s’en rapproche, avec la logique de subsidiarité), coïncide assez difficilement avec les paradigmes habituels de la géographie. Même lorsqu’elle s’affirme humaine ou sociale, son champ d’investigation reste l’influence d’un milieu, d’un environnement, d’un contexte spatial sur une somme d’individus. Une démarche de géographie, même locale, est presque toujours descendante, dans le sens où elle tente de comprendre à travers des influences externes, des attitudes individuelles. Elle présuppose dans son objet même que l’individu n’est pas libre de sa pensée et de son comportement. Dans ce sens chercher à observer des causalités physiques ou des lois de l’espaces, notamment à travers une approche macro-géographique, est presque antinomique à l’idée de démocratie.

21Néanmoins, la démocratie se définit avant tout comme un idéal impossible à atteindre, et dans ce sens, l’objectif d’une analyse scientifique doit être principalement de mesurer les écarts, les « résidus » entre le modèle théorique et son application, entre la norme et sa description. En ce sens, à travers une démarche géographique, analyser les influences collectives, c’est aussi observer les difficultés concrètes d’application de l’idéal démocratique, d’une élection pluraliste, d’un comportement citoyen, d’une implication participative. La géographie est donc une discipline indispensable pour analyser la démocratie appliquée... Mais ceci à condition de travailler sur une dialectique entre influence collective et liberté individuelle, et non tenter d’imposer une démarche seulement descendante et/ou collective, qui risque alors rapidement de transformer la géographie en science du déterminisme ou en science des évidences (Brunet, 1990). C’est sans doute en partie la faiblesse de la prise en compte du passage à la démocratie (ou autrement dit du passage à l’individualisation de l’opinion et du comportement), qui condamne les géographes-aménageurs à rester dans l’ombre d’élus-décideurs possédant pourtant de moins en moins de pouvoir, à travailler sur des espaces légitimes de plus en plus transgressés par les spatialités civiles, à se référer aux gouvernements plus qu’au concept multiforme de gouvernance, en bref c’est cet aveuglement qui risque de marginaliser les géographes vis-à-vis des médiatiques sciences non pas humaines, mais de l’individu : la sociologie, la psychologie, et même l’histoire.

22Cette revendication n’est bien entendu pas nouvelle, même si elle ne passe pas obligatoirement par le filtre de la démocratie. C. Raffestin, dans sa Géographie du pouvoir, clarifie les bases d’une telle géographie politique avant tout respectueuse de la participation individuelle potentielle : « Ratzel, sans le savoir a donné les bases d’une « géographie du totalitarisme », parce qu’il n’a tenu compte que d’une échelle, celle de l’Etat (...) L’enjeu de la géographie politique, c’est l’homme, en tant que membre d’une collectivité, dans son existence quotidienne. C’est donc une « géographie de l’autonomie » qui est en cause. Il ne s’agit pas de privilégier l’individu, mais de permettre à celui ci de conserver son identité et sa différence dans la collectivité à laquelle il appartient. Pour cela, il doit pouvoir disposer des instruments théoriques qui lui permettent d’analyser les relations de pouvoirs qui caractérisent le corps social dont il est membre ». D’autres chercheurs affichent aujourd’hui le même souci de prendre garde à ne pas écraser l’individu sous le territoire, qu’il s’agisse de la Formation socio-spatiale de G. Di Méo ou de l’habitant-référentiel de J.-P. Ferrier.

23Ce souci de tenir compte de l’échelle individuelle est également récurrent dans le travail de J. Lévy (1994), qui présente l’individu « comme autre forme de pouvoir à l’autre extrémité de l’Etat ». Il ne faudrait pourtant pas en conclure que le rôle du géographe serait simplement de « s’approprier » ces constats nouveaux (la mobilité, l’individualisme, la co-présence...) à l’aide de méthodes sociologiques (les enquêtes individuelles), mais avant tout d’analyser les affrontements, les soubresauts, les résistances, les recompositions, les faux-semblants de ces nouveaux constats face aux mailles, aux communautés, aux représentants légitimes des territoires, et plus généralement à l’espace. Affirmer que tous les individus disposent également et partout d’une liberté et d’une rationalité d’action, c’est aussi les écraser sous le poids d’une vérité qui n’a de sens que collective.

24Il faut également préciser que la prise en compte de la participation individuelle et donc de l’ascendance implique un objet de recherche, mais non une méthode. Une approche « écologique » (c’est-à-dire « collective », à partir de cartes zonales ou d’analyse spatiale par exemple), utilisant des méthodes quantitatives, peut néanmoins avoir pour objet de comprendre les effets de cette logique participative individuelle. C’est par exemple le cas d’une carte d’une élection ou d’un référendum. Les sociologues dissocient classiquement l’individualisme méthodologique (attribut de la démarche du chercheur) de l’individualisme sociologique (attribut de l’objet étudié). Les géographes pourraient et devraient au même titre revendiquer un « écologisme » méthodologique (l’approche cartographique) parfaitement dissociable d’un « écologisme sociologique » (« le milieu où ils évoluent influence le comportement des individus »).

Hypothèse 6 : démocratie et géographie se confondent.

25Dernière hypothèse, la distance entre géographie et démocratie n’est peut-être qu’apparente. On peut ainsi imaginer que les dictionnaires et les manuels de géographie ne mentionnent pas la démocratie, justement parce qu’elle leur semble une composante évidente, inhérente même à cette discipline. Ainsi, si l’expression « géographie démocratique » n’est guère usitée, celle de « géographie citoyenne » est par contre d’usage courant... En portant un regard sur le monde qui l’entoure, le géographe aurait par nature une fonction « citoyenne ».

26Depuis E. Reclus, nombreux sont les géographes à revendiquer un tel engagement. C’est classiquement la fonction dévolue à l’enseignement de la Géographie. Par exemple, Jacques Scheibling (1994), en tentant de définir Qu’est ce que la géographie ? conclue ainsi son manuel : « la fonction de l’enseignement de la géographie est aussi de préparer les jeunes à assurer leur rôle de citoyen à tous les échelons de la citoyenneté, de la commune à la région, de la région à la nation, de la nation à l’Europe, de l’Europe au monde ». Dans La face de la terre, P et G. Pinchemel (1988) s’engagent eux aussi pour une éducation géographique, à travers « un éveil à la conscience géographique, à la responsabilité de chaque habitant de la Terre, à la solidarité entre chaque lieu, entre les choses, entre les êtres ». La figure récurrente d’une telle revendication est celle de l’habitant de la terre, responsable à son échelle individuelle de l’équilibre planétaire ; le géographe, lui aussi habitant de la terre, est donc doublement responsable, puisqu’il est sensé être conscient par sa formation de la fragilité de ces équilibres.

27A partir d’une telle géographie « citoyenne », on pourrait extrapoler sans trop de difficultés une géographie qui serait par nature « participative » et « démocratique ». Mais peut-on pratiquer une « géographie démocratique », en faisant l’économie de définir ce que serait une « géographie de la démocratie », ou en d’autres termes, ce que la géographie apporte dans la compréhension des processus démocratiques en général ? Sans doute pas. C’est ce que rappelle F. Audigier à propos de la formation civique par les enseignants de géographie :

« en fait, tout objet susceptible de concerner le citoyen, tout objet sur lequel le citoyen est susceptible d’exprimer un choix, une opinion contribue à cette formation civique. Laissons courir cette logique et nous arrivons au point où tout ce qu’étudie la géographie prend place dans une dimension civique ».

28Il affirme alors au contraire :

« la formation civique requiert donc un dépassement du simple niveau descriptif ou analytique et la mise en évidence pour la géographie, des relations entre territoires et pouvoirs. Voilà qui limite la rencontre éducation civique et géographie, mais la rend aussi plus solide et plus dense ».

29A se réclamer par devoir citoyenne et civique, la géographie risque fort de se dispenser d’une introspection sur sa relation avec le politique, tout comme en se réclamant par nature « écologique », elle a finalement peu travaillé sur l’environnement. En effet, paradoxalement, plus la démocratie gagne du terrain, plus elle acquiert un statut universel, moins elle est confrontée à des modèles concurrents, et plus le risque est grand de voir les géographes la considérer comme un fait acquis, sur lequel chacun possède une connaissance empirique qu’il juge suffisante pour faire l’économie d’une confrontation scientifique. Il en va de même pour les notions de participation, de gouvernance, de développement local. Comme le signale D. Gaxie dans son manuel sur la démocratie « la révérence n’implique pas nécessairement la référence. Ce qui va de soi n’incite guère au questionnement ».

1.2. Géographie et démocratie : cinq points de rencontre

30Après avoir démontré la timidité des géographes vis-à-vis de la géographie, et avoir mis en lumière un certain nombre de pistes pouvant expliquer cette timidité, il reste à proposer quels peuvent être les points de rencontre entre la démocratie et la géographie. Si l’on se réfère aux définitions classiques de la démocratie (normative et descriptive), cinq caractéristiques fondamentales de la démocratie intéressent directement la géographie.

1. La démocratie est par essence anisotrope

31En premier lieu, la démocratie est un idéal, dont l’application n’est jamais identique, ni dans le temps, ni dans l’espace (Burgeau, 1997). Par définition, elle prend donc concrètement des formes variées selon les lieux. Ainsi définie comme phénomène anisotropique, l’approche comparative géographique est donc indispensable à la compréhension des enjeux démocratiques. Transposée aux logiques de développement local, elle implique qu’il n’existe « ni mode, ni modèle » et explique la référence récurrente mais polysémique au « territoire ». Le risque est cependant important pour les géographes de se contenter alors de recourir à l’analyse monographique.

2. Toute démocratie représentative implique un découpage de l’espace

  • 4 Cette classification, entre l’espace de facto et de jure, est notamment utilisée par P.Taylor et R. (...)

32La démocratie est appliquée le plus fréquemment sous la forme de la démocratie représentative, c’est à dire que le gouvernement par le peuple ne peut concrètement se mettre en place qu’à travers la médiation territoriale. Presque dans tous les cas, la démocratie représentative oblige à découper l’espace national en sous espaces. De même, toute démarche participative aboutissant à une prise de décision implique un accord précontractuel qui reste également presque toujours territorialisé. Pas de participation, donc, sans partition L’analyse du découpage de l’espace devient alors une question d’autant plus pertinente et complexe qu’aux périmètres institutionnels se superposent de multiples spatialités civiles organisées en territoires. L’analyse de la démocratie peut donc se présenter comme la partie de la géographie qui étudie la confrontation des organisations spatiales de jure et de facto4. La démocratie reste également indissociable de la notion de représentation politique, qui est toujours étroitement liée à des conditions géographiques, aussi bien matérielles que symboliques : au strict respect de l’égalité démographique (one man, one opinion), peut parfois être préféré une discrimination positive politique envers des minorités reconnues, ou au contraire envers des portions de territoire en déclin démographique. Cette forme de géographie de la démocratie, qui se réfère explicitement aux apports théoriques des politistes et des juristes (les « contractualistes »), reste curieusement très peu théorisée et très peu enseignée en géographie.

3. La démocratie repose sur un comportement individuel qui ne prend de sens que dans un cadre collectif

33La démocratie est le plus souvent présentée comme indissociable du principe de liberté individuelle, l’opinion libre et parfois secrète (vote) garantissant cette condition. Mais à l’inverse, le contractualisme implique une dimension collective des actes individuels. En ce sens, l’urne peut être considérée comme une métaphore assez complète du territoire des géographes : au centre d’un espace d’agrégation, objet symbolique de tous les regards et de toutes les représentations (espace mixte si l’on tient au principe de la représentation, espace homogène si l’on se réfère à la légitimation), elle mélange des attitudes individuelles, sans lien préalable nécessaire, mais qui n’ont pourtant de signification que dans une référentiel spatial commun, ce qui n’est pas sans influencer en retour ces actes individuels. C’est ce que J. Leca nomme « l’individualisme politique » (ou « individualisme possessif »), différent des autres individualismes (sociologique, philosophique, économique, juridique, poétique...) si l’on pose que « le contractualisme est la seule base rationnelle logiquement concevable de la justification de l’autorité juridique ou que l’agrégation des préférences est le moyen le moins coûteux (pour la raison et l’éthique) de parvenir à des choix collectifs ». Dans cette logique, la question de la prise en compte de participations « nimbistes » se pose, dans le sens où elles tendent à remettre en cause ce contractualisme. Néanmoins, d’autres auteurs soulignent à l’inverse que dénoncer toute opposition locale comme un « syndrome Nimby » revient à n’accorder de légitimité qu’au seul projet, alors que le citoyen peut tout autant affirmer : « Je suis légitime parce que j’habite et utilise l’espace que vous voulez modifier » (Jobret, 1998). A Jobret évoque alors une hypothétique « co-construction dans le local de l’intérêt général », à partir de la somme négociée d’attitudes locales qui sont toutes par nature nimbistes.

34Dans une jolie formule, C. Raffestin affirme : « l’espace est prison originelle, le territoire est la prison que les hommes se donnent ». Au sens propre, la définition du territoire de C. Raffestin renvoie directement au contractualisme. Le territoire est la prison acceptée collectivement... Le territoire relève donc de la souveraineté nationale, l’espace de la souveraineté populaire. La démocratie oscille entre ces deux horizons.

4. La démocratie suppose une égalité de condition entre les citoyens

  • 5 On pourra notamment se référer aux propos de Rousseau ou de Tocqueville

35Si la démocratie est associée au principe de liberté, d’autres (ou les mêmes) affirment que la démocratie n’est possible que lorsqu’il existe une égalité de condition entre les hommes. Autrement dit, il ne peut y avoir de consolidation démocratique dans une société inégalitaire5. Selon les modèles séquentiels de la transition démocratique, il n’y a pas de passage à la démocratie sans règlement de la crise de « redistribution ». Toute démarche participative démocratique implique également un respect du principe d’égalité, aussi bien procédural (la voix de chacun doit compter autant) que substantif (la collectivité doit assurer un système solidaire redistributif au moins approximatif). L’aménagement équitable, à partir d’une péréquation des ressources acceptée par des habitants solidaires au sein d’un espace légitime, serait dans ce sens une condition indispensable à la démocratie. Pas de démocratie, donc, sans aménagement du territoire (avec cette ambiguïté que l’aménagement est par nature liberticide, puisqu’il consiste à « disposer avec ordre »). De multiples études montrent que les processus démocratiques hors élection (conseils de quartier, enquêtes publiques…), loin de réduire les écarts de participation électorale imputable à une exclusion socio-spatiale, semblent au contraire les renforcer. En ce sens, la géographie, à travers par exemple la discussion des notions d’égalité, d’équité, d’efficience, est indispensable à l’analyse de la démocratisation par l’égalité de condition.

5. La démocratie nécessite une information plurale des citoyens

  • 6 Les données cartographiées à un niveau fin sont considérées en France par la CNIL comme indirecteme (...)

36Enfin, il n’y a pas de démocratie sans citoyenneté, et il n’y a pas de citoyenneté possible sans une information plurale. Pour être impliqué, le citoyen doit être auparavant éduqué et informé. Si la géographie possède un rapport particulier avec l’éducation civique, ayant été le plus souvent instrumentalisée à des fins notamment d’identification nationale, son objet est également de fournir une information localisée la plus objective possible. Depuis toujours la carte, et aujourd’hui les systèmes d’informations géographiques, sont des enjeux de pouvoir à toutes les échelles. L’argument de na « confidentialité cartographique », notamment au niveau local, est souvent soulevé, au nom même de la protection des libertés individuelles6: on peut considérer pourtant qu’il est démocraticide. Une forme de démocratie idéale consisterait au contraire à ce que chaque citoyen, éduqué à la sémiologie graphique, puisse avoir accès à la même information cartographique, multiscalaire (De Golbery, 1998), et puisse alors participer au débat public avec une pleine connaissance des causes et des effets spatiaux des décisions qui le concerne : tracé d’une autoroute, choix d’urbanisme, réduction d’inégalités sociales, péréquations fiscales, politiques environnementales. Pas de démocratie donc, sans information du citoyen, en particulier sans information cartographique (ou géoréférencée), notamment au niveau local, où les enjeux idéologiques revêtent souvent une forme spatiale.

2. Géographies de la démocratie

37La géographie de la démocratie peut donc prendre différentes formes. Je détaillerai simplement ici quelques pistes actuellement en développement : la comparaison des démocraties dans le monde ; les formes participatives de développement local ; la modélisation individu centrée basée notamment sur les jeux coopératifs ou non coopératifs ;

2.1. Une approche comparative des élections ?

  • 7 Taylor et Johnston dans leur géographie des élections limitent leurs exemples à la sphère occidenta (...)

38La géographie électorale peut être considérée sésormais comme une géographie du pouvoir ou de la démocratie, dans l’esprit des travaux britanniques de Taylor et Johnston (1979), ou en France de J. Lévy (1994). Dans ce cas, il semble sésormais impossible de limiter l’analyse des scrutins aux seules démocraties occidentales. Si « l’oubli » des démocraties « d’ailleurs » pouvait se justifier en 19797 quelques années après la naissance de la « troisième vague démocratique », un des changements planétaires majeurs des vingt dernières années est incontestablement le développement quantitatif de la démocratie électorale. Cette modification incite d’une part les chercheurs en géographie électorale à s’intéresser à ces nouveaux objets d’étude, et d’autre part oblige à repenser les paradigmes des sciences électorales dans les démocraties occidentales à la lecture des comportements électoraux « d’ailleurs ». Ainsi, P.J. Taylor, en 1990, dans l’ouvrage collectif qui prolonge la réflexion anglo-américaine sur la géographie électorale dix ans après leur ouvrage fondateur de 1979, reconnaît que la focalisation de ces deux volumes sur les élections dans les démocraties occidentales pose un problème fondamental, et affirme alors : « we need to extend the world of electoral geography ». Il développe en ce sens deux arguments. D’une part, en limitant l’analyse électorale aux démocraties occidentales, le chercheur adopte une posture de recherche privilégiant une forme de démocratie (la démocratie libérale) et d’attitude électorale (le vote individuel d’opinion) : « Electoral geographers have chosen to be students of liberal democracy. Elections failing to confort this particular ideal have been largely ignored ». D’autre part, l’analyse des élections non occidentales peut contribuer à relativiser et surtout renouveler nos propres modèles, notamment dans un contexte occidental où la démocratie électorale classique semble partiellement remise en cause (chute de la participation, déclin des partis...).

39Bien entendu, on peut émettre bien des réserves sur l’organisation, le déroulement et le résultat des scrutins : fraude, faiblesse de la participation, découpages et modes de scrutins partiaux, faiblesse de l’offre partisane et du débat idéologique, absence de liberté d’opinion, confiscation du pouvoir par une élite corrompue... De même, la désignation des gouvernants par le suffrage universel n’immunise pas contre le règlement des conflits par la violence. Enfin, ce modèle est encore loin d’être universel : il manque en particulier les pays communistes. Néanmoins, la démocratisation du monde semble l’un des faits majeurs de la fin du 20e siècle. Sa face la plus apparente, et de loin la plus médiatisée, reste le déroulement d’élections concurrentielles pluralistes.

40Si pour toutes ces raisons, une approche comparative des élections dans le monde semble indispensable, elle pose néanmoins de nombreux problèmes, en particulier à la géographie. La thèse de la « transition démocratique », longtemps défendue par les politologues américains et hispaniques, semble aujourd’hui remise en cause. Il est tout aussi ambigu de parler de « diffusion », en particulier à partir de l’héritage colonial : l’Inde s’impose comme la « plus grande démocratie du monde », et l’influence anglaise ne suffit pas à l’expliquer. Un certain nombre d’Etats sud-américains furent démocratiques avant leur « modèle » espagnol... Le problème de fond devient alors la signification même de la démocratie, et au final du sens du vote. La démocratie est-elle compatible avec des sociétés où l’individu est avant tout influencé par son appartenance communautaire et/ou religieuse ? La démocratie est-elle compatible avec des sociétés inégalitaires où la subsistance économique prime sur tout autre besoin ? Le vote « d’opinion », idéalisé dans les démocraties occidentales, se heurte à l’existence et à la résistance « ailleurs » d’un vote « communautaire » et d’un vote « d’échange ». Face à ce débat, le souci du chercheur peut-être à la fois de relativiser l’idée « d’universalité ou d’uniformité » de la démocratie, mais aussi celle d’une « géopolitique du chaos » (Ramonet, 1997), c’est-à-dire de l’implosion de la démocratie en des systèmes électoraux uniquement explicables par des histoires et des cultures endogènes.

41Sur le plan de la science électorale, il existe une coupure importante entre les manuels de « sciences politiques » et l’approche comparative, notamment afdémocraet sud-américainiviles organisan>S auxie du mondedansoù la suans l etut-he cola démomportante e telle g>S ains territoires, graphique », sltiviser l’is.. De mêmgalementciences des De multratuouvoiombrement sl qui reorale iveu centrée baes scrutins aux seules démn deux deche cées sela conc’est aussi obsle de lapolitiques » et lu finpque », sjectif d’untre bienes noune approche compi » des démocratieseanumber">24let de rbFacble srique,aocratiqe has ip démocobjectif d’uon acntre ces deux horizons.

n2" id="tocto2nspan>Sur le plan deues » et ldans un cadre collectif

Ilmmeratinienes . Il nent a>Bie. I sousfres une in . énomène anisoers une approchetr de « diffusi la même infortre qla la dout arcediscipline indisp elle poinro secrè reste le déroarative des ratie et une généraulier sans e, le plan de la querolartogrun rapporaugmde la notduexpliquer.te le dérquité,ter ctsentée ce et nvueographes vis (tive  on peutdéro lpinion  hisnréfè électntproche com)anumber">jet surl nent a>Bie. Idfichent a"paranumber d’une confrDinion », idéaliséa quee l’u il ne peut ylyser lend parte, absence « tes, pive, qui risqbjet estlaise ne citoyenientifiquie, et au Cetudes montes (Brunet, 199ds  pasentidité des géoaise ne citoyee, et alpinio on Un cele avec dene dialect » d’une seulee à laalomparatie pr peutLalites soci collective et lxtirpde rechesphique spatial sur géoaorales, not,velle,rarraphcomposmores, et côir démobjet de alites aînbase ratarvenir ,e évidentagement équi et drcel fongnnement, ds ip démocu finulier sans e,ciences politiquesplique une diet a ou torltn7">7e est-eltes sociologiques (les er de « diffusit-eltes sociolles, no (les er sales

politiqune telle revendicraphique, tion,ss="num"aradigmes desfs scienccratile -cidérer pjmocraulaase r locae la géogaméricainiv, idéalis,e éviies danoir àUrtesge fdnomie de ur de 1exempl(times deslobtoires, nces politiqu réclamant par nat)icipativee de desli requiercro-géog jume consol : au socheanm re en au sochemestmême i décratielème craties occite til ne s’agi-eltlectoe compnalyser leseouect » d’un à toutes les n géographie lectux mu finpqste jet surau seuère usi="no-n ocs concm>géograpSamtoraHuraphgques de chaoerative usiChocune infviis.. Descto7e esinexistenc Tayutiassage à lible. Dep nos propre de 1exempl le plan deLeC. Rafrt oblige à rormessfresseoueale. Pve nsants dans le monémocrat’est pas nce, estocratiiques s of electage fondateursous le terre, res casi dvoie ce de» delème fcontrt du t dvoie ce t surnt pas la , d’efficieuisse ue requierte que ljugatible’il estncer en retour hui rire ». Lcarto ur de 1exemplnmblantitre unirndu,lectodélisa systee, fEtatliion dattitudjet surns deuxmiu principe de» d la pl ce sens une conditiif ou analytique ee nég où letion des o seulement desce àUrtela naissanct pouvoéograph l’atligee comp-visf d’usmocraet su7">7omparticuli,. Faceraphi au svindividuelle,rtde un raar exemple), uyse des éleclectorne citoyeyse des élmondedansoratie epeut pasocratiaatie,isciplcraph d’raphie élect socio-soluent infl celle d’ chanssconstats RaOesser PréquationNoyeIes finsati» et « dinds géogrressehes: fcurieus revendicrpolitiqumbigu de ticulee, et alon pouraphesd’actales à la lecture des com. Si « l’oubli » des démocratiedans le les je spatiarpolitiq dit, ecom. Si « l’oubl dans les démsteie a8) s sembleection rté, dexemple), des cultures endogènes.

. Selc chevendice autoraenser dleunistes. Néanmoie suQ7" l nsantonfronte>. Selc chevible avec datibletli-e aus sc in de ceales à la lecture des coe su dévnt (« le miace. i ci de sce communauimidité des gopinion, coacrimina lsuQ7" ceales à la lecréquationer son ideressent des for pouvoir s àémoc miace.réquationeutissates aassage à Iomueus en plusbs démocspagnol.ibleta dt dcoe sntre ces deux horizons.

C des se que 2n2">1.2. Gédans un cadre collectif

Dans cettualicinq caractm ains tritoire en dm3n9" id="tocto3n9mocratie-se ? Le dieaémocs encore ll rormesaase raesue que lcocires, gra dans le,doendu,euse ? L égalayannser ps efd’unnce, es dans le,dmbigu loingraprée «herchcque hab: « mlle logiqu», ututaire Dans cettetre de ceales» etses attitudsete de la démocratioréfs sandtela nan et pschanges « ru prinbord1En premier l- semble semble inio on que edoes est incontestableres où la sualicde sctairFaveusee-se ? L est incontestabltairEuse ? L t été le t idase préféres où la s dans les tairEatuouv1En premier l- sembnce, es l’escratie reste égalemer des hratriquie géoirEuse ? Let hispaniquesa démocratie esn tiecommoie suSie e,tlaiseuse ? Lee estous les regacommoistairEaits p/span>En premier l- sembpeut éph l’ale compatibe posture de rraticiable du principe de « le sa sciencerm. Si « l’oubl ùsubsisantonfrones à la lecatarvenir ,evoale, sem Lesributoublces it léis cho?t palitrissancchange es derssates,n>BieulaLet hispanique o:tn7" le fond devient mby » rles, arrente d’sinro secrioneutiss de démocgocie suSoe-s hole fongéographcratie ( que res où la stie pr p,, res casml, moin nationamocratimultip,e « d’e l’existencdentale» drt des cgoccoe sntre ces deux horizons.

1.2. Gé uneanalr leseidité des géoaisrpolitiqummarche partinsante, ayantent à "numograp" le one au questionnement ».

3le monde ; litont les gn individu cenla gé SiDans cetsi formes participatives ,o3n9mocratie concernrherche pil semble sinir ce que serait une « géographimodèue, il,solidaire erative tisuee l,, res cas», d devient mocr ». vo élect Laissonimplique un? Lecr ». ,ation in de nég où lele monde ; lesfs sandographgitimitives ,oala concsuf néanmoiu thgrachangesratizependant importar h mlle dispensablecorder s sandte. Dans cetteuormes participatives eraude, faibf,t avoir mis fé. pour runaucs habitanpmes, en particulRnt les gn citoyir misndant importantatiquede recherpolitiquoncer tta sum infor principe d dén problème ès lexistencciper aespace dcratievulgausemeratieeus cheibln tiedopte unsengagpatie ecourir à ls Lasurmes parti poss79, rees loeiautresn partide piection rtcurieus-viss géoaisoscillet encore ls Lasuulier iers géoaisclamae ecourir à lnts çoiayantendu, ly a pas de pasoncer tctorale dom choscille plicitement as’intde» dh’etes, spa citengoes gffitAette condition. suulier iers géoaisclamae ment le d unh’etes, spaveut à ly tnjeux di cette lftn5">55. veisantonfrlle partt sants eme9mocpatibeitoyir misndonsidéréopooic en’y rofers panaassa. vo és» ent équs mail,elle, lteprincipe donsidérée de linyir mislexion an7" ley (19cratijectif d’uon atla gerraphiquxiofffitA habitaalors la sette ambiguïtonc, sans am,ependant importande s Le tniersésistance tidiomie mist-siecoie g,donsioddisciplipre de pib: t indispn une excts çoiayantmns un considnc. Dans ce cas anglo-américae n’a sette ambiguïtsete deidie qui seglettioésisnnettre ene lurrente d’un ». Toute d9mocpqueuïtde s’ime de la « trans déclin des partis...).

3le monde ; litation, l égalemere. Dep ptursée, res cI soustsentimpliqtuction t lxprers pa">6 Les , res cIaet lypothurmeratiutLalitmghaslelutudx d,...) si s’intimpliqtuction t ratie reemere. Désisngéoluence ux decegletf de ursous ls, d’ signifiire’y rof fdnost cependant importaement enamocratce sens, la gapraranibution ». Toute itont les g L ts’intimpliqtuction ta;ap" uesaivelle,confiscc, sans am,ea set39

3le monde ; lloncer ,sson démocique, tn des re mans dceseid les fotionamocratimultip,e est so fotioif ou ansyneréduit assurer/es civiles orgmocrtliguinumber">24substantifnégociée. Le pr,ees deslobtoires,,telle retimpliqtuavoir de consoegalité dces acceogramtrinées mu direca cette lftmatioirEuneté naux coopéroie suP et compleeddoit asse’e su d de moin hypothétiq i ci dun vsntre ces deux horizons.

s, le ciiculieret il nretr dgag loin en Fralavec des tre uni desle impuddoitne piipeaxionère usipendant importa,., estocratiation,celle dm>géograLeC. Ra usiCs acteunirudeouede ru cherDans cettArDaoe dex aru cDaoe tre qlarvion anglo-américe sua set39géograani. glo-américaligecer tnts Y lesLacost n,ss= de yir eémocratglo-américantractualisme iret il n civiqualavde f dii Lcartoeu cenla glect Laissonent d’ide «lidaire ecouq i ci dundes cultures endogènes.

géo (umber">t oclence ae ectde s « géographi, déclin des partis...).

jettt l’éthiq ps ede cetncclamant parnce monteprin juridiecatarvenir une inftt démocbjet civà rep(19-P Fivil r(iscalaisetACP (Apart, eCodélisaxion anPla cale)ment que unirndu,,rndémocratie esnetACP (Apart, edu,Cvmx dcrionPientifiqus)contreprincipe dcivà ,tella « syndromes ltie e, darenteeormesaase rin de ceito juridique de» des deslobtoires, in de ce juridiqueier,déclin démograeloppement locraphicratpan>let dainla glect Laissoneutiss de dém nimbistes » se posele chels pertiréodes réservron, oondat géographe mlle l auctncer en retou,dividu o sbzs acteur t de» d s’x uniquemeimmunimpnalyser lese Rcivique, ayantement presqs déclin des partis...).

5 quelmenhie, ets des , 2n2">s ce cas, dangeesseolibag il galemer des hrs territoi unant importe(Ches paente, VrvrThünns iTtoubsns iAlil n, Rereny, 2c.)iquerratitrp,ependant importa,solidaire esanç ca,e nécesslitsi245

5Si laéroi,an>Ilmmecn des impliqter,dDet civà resant l o sb des p direcn saeéres où nretr dnspan>Surion de repree la on peucro-géoctive posi déts gsudiocratlu orghnes, en particulLalitx carque objeq7" href="#ftn7">d rtcursrghnes, en partic celle d’ss ditrplpquede rechedenef qui phy ». Idémocradenef qui er cetlpquede rqe hapothurmentsisle spatiiffétiq ditsuftn5">55

Cdesle impLeC. aespace à ces noue quniblsignrnepraphies de la démocratie

37La géograngéoluence aphie élf fdueiciper au aranumber">37voir de conser les pays co(la nt x collaranumber">3724

3iret il n c él, il gu ’impose expliLeC. Ra usiAuheibln Sisyente rees l hi la tierl é il exist au éle chansscodjet bre deeibln Si l’esment exricainslrtiré f diroi,enline ineibln Siimpliqdiocratnslrtiré en particction d, de cha ussdsange, ees essogie gns acteur tJe : reemeforcer. En cedoess holues ees esecoupolvo électie ee’ydilea Sa f d" le ratijr">jetlarvion cems œe dor té, acstabltam>géot « déta Enfinsouveraineté celle der cetnientifiqu infl s çusa de oppo, sans am éux et pulemees shiqr,t avsment dit,ase préfr hfaographie éleectifecorder hispanique,tuissele, tiue ciedopte un encore dunarvantpre la. anquest éologiqurdn illidat anglo-américae et er leratied, darentnrer ps ce casmoire in de numbe lpinion larvic resa des De obsle de léchite casdt oùalaLetn. De il galimpliqtsàà partisela gé Silativ’ativiles org,ocgocconyles j déclin des partis...).

uniquemeui les syst rofers panvoir st élerleser leseidité des géoal dmse ccction d déclin des partis...).

géograprscipcratijrunet, 199endu,naïvd, de cha ly ppellei cettepriY lesLacost nt oluenuraesndat gcyne drL fforcer. En surns de entre lesnifiireqttransitet suadmoin n objeemble semie que ly éologiqueéoaisosmite va, moin ttpre lan des re manncipe dser les piques s er salaphceent àUrtesre lesninn ange preraesndatciviquephiqutioniviqupégme consoniviquns acteur tt « dr à a de oère usipenforcer. En hie der ru cl juge fge prem>géograpepriY lesLacost nrtesgments. luence ang au aranumber">37en Un c-major de» dn dangcratisignifinef qui es deslobtointre b Siéograpsdit,ase préf, ère usi au aranumber">3hie der ru cl juge fraixm>géograprtesgments.eence ang au aranumber">3angppemn dattitudn dag pisignifinef qui es deslobtointre b Siéograpsdit,ux coopéroi égal ctomb,edoes eosiedopte ueceéres où nr celle dontss ditriquursoussdis E.néf la dephiqux,pégme cons o sbzs acteur t .u dév set39t licitemstion leimplique rees leéoaisAcurn5 it se justgo-nep" otecalle monle-243">Haogr coorgaphies lin des partis...2> a claiblie world" che co

    Biblie worlraphclasse des élections ?<2> ">in des partis...).AUDIGIER F., 1997, « La didactique de la géographie », in R. Knafou (dir)., L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, Paris, Belin, coll. « Mappemonde ».

    BADIE B, SMOUTS M.C., 1998, Le retournement du monde, Presses de Science Po, 231 p

    BAILLY A, FERRAS R, PUMAIN P., 1996, « Encyclopédie de Géographie », Economica, 1132p.

    BRUNET R., DOLLFUS O., 1990, Monde nouveaux, vol. 1 de la géographie universelle, Hachette/Reclus.

    BUSSI M., 2001, Démocratie électorale et développement local, Mémoire d’HDR, Université de Rouen.

    BUSSI M, BADARIOTTI D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire-Démocratie-Elections, Paris, Economica.

    BUSSI M., 2001, « Géographie, démocratie, Participation : explication d’une distance, arguments pour un rapprochement », Géocarrefour, pp.265-272

    BUSSI M., 2004, Géocratie, communication au Colloque "espaces et sociétés aujourd'hui" (la géographie sociale dans les sciences sociales et dans l'action), Rennes, 21 et 22 octobre 2004. A paraître aux Presses Universitaires de France.

    CLAVAL P., 1979, Espace et pouvoir, Paris, PUF.

    CLAVAL P., 1984, Géographie humaine et économique contemporaine, PUF, fondamental.

    CURAPP, CRAPS., 1999, « la démocratie locale. Représentation, participation et espace public », PUF, 423 p

    DE GOLBERY L., CHAPPUIS A., 1998, « Aux carraphie">C///oie ese usiratie locale. atiencese">C//m>GéocarrBugratnafiquatiRouenfp> çaince.C », Ec, n° 156-272<59-77class="bibliographie">DE GOLBERARIEOaph « Aux graphie humaine dans lese pte-DémocrParis, ENatha « MappemonFacphie », in R. class="bibliographie">CURAPP, DRAPND1, , «LEVHAPJ «RET FERE04, , P et sociétéystèmrParis, Esec>, P Gérticipde Science craFal.BUSSI M., PU 1997J.-P « Aux grapLporaincalphie », iempo., listhabitune durables iente-DémocrParis, ELausa eticaérticesPayot class="bibliographie">BUSSI M.GAXIE04, , P GérticipdF.

    uvetchcrPle.cipClefsue. Territp class="bibliographie">BUSSI M.GEORGES79, Eonde noDiRennenaHDR, aphie du poliaris, PUF.

    CLAVAL GUIGOU97J.-L Géoconde noemon24ntel.BUSSI MHUNTINGTO996S « La dgrapLporhocs iencivilisam>, Paris, EconomicOdilc Jacob class="bibliographie">CLAVAL HUNTINGTO996S « L1x grapLratroisièmr vagitoiLiencie localesam>, Pnce crafnafiquvingtièmr siècliaris, PManihetteN/em>, v Horiz, P class="bibliographie">CLAVAL JOBRDOLL, « Aux carrListaménag mondeenue. Territo., cGéocarrP. Terx, Ec, n° 42-272<67-9 class="bibliographie">BUSSI MKLEINSCHMAG1997R  ue. Territ, Ec, Sncasbappg, Universitaires de France.CLAVAL LACOSTE Y. L’ocondcarrÉ Mogir l'ahie e. Territoenu/p> GéocarrHuerodot», Ec, n° 1cond72<3-1 class="bibliographie">CLAVAL LACOSTE Y.E6x grapLragie, démocraçaEsermiq faHDR,raphue-Diaris, PUF.

    Maspero class="bibliographie">CLAVAL LACOSTE Y.La dgrapVire,rapnam>, aris, PUF.

    Fayard class="bibliographie">CLAVAL LACOSTE Y..L5nde noDiRennenaHDR, aphie e. Territ, Ec, UF.

    FlammF.BUSSI M,LECAAPJ «LG6x grapSurplistindividualismiaris, PUF.

    e Science craFal.BUSSI M.LACOSTE Y.Armande "e. «41

    DE GOLBELEVHAPJ «m>L4état deublic e Science craFal.BUSSI M,LEVHAPJ «m>Lem>la dLeéta nt duanlphie », iemp. Pse erl deublic, Presse R. Koll. «UF.

    399p class="bibliographie">DE GOLBELEVHAP, .)BUSSI M,MA 2ARD 1997G.L5ndEncyclopxperlese l'aaménag mondeBUSSI M.PECQUEU997B.L5nde noLpopement local, Mémoire2Presup> GérticipdF.

    Syrop class="bibliographie">BUSSI M.PINCHEMEL G l'84, G8x grapLraficArmande "e. class="bibliographie">BUSSI M.RAFFEST1996C Espace e nouvellehie du politique.m>, Paris, PLITEC class="bibliographie">BUSSI M.RET FERE04, GéocarrCulturciétc>,f Tes, Ec, n° 21-22-272<21-40 class="bibliographie">BUSSI M.ROS 19E96S «oc3< Ec, hie ue. Territ l'ahie e. Territaris, Economicallipstp class="bibliographie">BUSSI M.SANGUIN AoiLE7e nosirahie ue. Territ, Ec, UF.

    CURAPP, SCHEIBLINGAPJ «m>L4Encyclopquistebt cGéo/Reclus. Sup class="bibliographie">BRUNET S 1GFU 1DLL, « 69 retoura SuiSciratie, Partic td’H aris, P Gérticence craBaconnièDR class="bibliographie">BRUNET TAYLOR P.J Mond“Extel.ing the World of Ee et dé Ge">BRUNy”oc/blinnafP  TaylorfP J &fou (JohnstplicR Deent le r un nafEe et dé Ge">BRUNyc/blin,/p> tledgeKLondrtp clblinBRUNET TAYLOR P.J Espac/blinGe">BRUNy of Ee et>, Parblin,/Harm>, s-worth, PsegunafBookp clblinBRUNET TAZDAIT Tu (&fal «oc5nde noCoopueratipace pje v npaccoopueratifs, Ec, CNRSca.

    eBRUNET WEB1997M E1m>la démocesavanlce pcrae. Territ, Ec R. KUF.

    Plop clas

Haut de page

Notes

1 Le « dictionnaire de l’espace politique », coordonné par S.Rosière et A.L. Sanguin, actuellement en cours de rédaction, sera en ce sens une exception puisqu’il abordera à la fois les concepts classiques de la géographie politique mais également ceux de la démocratie (partis, mode de scrutin, suffrage universel, référendum etc…).

2 On peut rejoindre en cela les propos de D. Daxie (1996), « la démocratie représentative », Montchrestien, Clefs politiques, deuxième édition, Paris, qui déplore que la spécialisation des branches des sciences sociales étudiant la démocratie détournent les chercheurs d’en proposer des synthèses.

3 On retrouve une ouverture démocratique conclusive dans les dernières pages du tome 1 de la géographie universelle et Le monde espaces et systèmes (Durand M.F., Lévy J., Retaillé D.)

4 Cette classification, entre l’espace de facto et de jure, est notamment utilisée par P.Taylor et R. Johnston (1979) pour justifier leurs recherches sur la géographie des élections. Taylor P.J., Johnston R.J. (1979), « geography of elections », Harmonds-Worth, Penguin Books

5 On pourra notamment se référer aux propos de Rousseau ou de Tocqueville

6 Les données cartographiées à un niveau fin sont considérées en France par la CNIL comme indirectement nominatives. Voir également à ce propos les débats sur la rénovation du recensement de population (l’espace géographique, n°1-2000, « recherche libertés et données publiques », p 1-63).

7 Taylor et Johnston dans leur géographie des élections limitent leurs exemples à la sphère occidentale (Europe, Etats-Unis, Australie) et n’abordent jamais la question de l’approche comparative. J. Lévy, dans l’espace légitime, n’aborde pas non plus frontalement cette question.

8 Voir à ce propos Claude Grasland (1997), « Contribution à l’analyse géographique des maillages territoriaux », Mémoire d’Habilitation à diriger les recherches, Université de Paris 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bussi, « Pour une géographie de la démocratie », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 30 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/243 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.243

Haut de page

Auteur

Michel Bussi

Université de Rouen, FRE CNRS IDEES 2795-MTG
michel.bussi@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals