Navigation – Plan du site
Géographie et sociologie électorales : duel ou duo ?

Le vote intermittent - Comment les ségrégations urbaines influencent-elles les comportements électoraux en Ile-de-France ?

The Intermittent Vote - How Urban Segregations are Influencing Voting Behavior in Ile-de-France?
Antoine Jardin

Résumés

Cet article propose d’étudier l’effet des inégalités sociales sur les variations de la participation électorale en Ile-de-France entre les élections présidentielles de 2002 et 2012. Il mobilise des données électorales et de recensements agrégés à l’échelle de la commune. Plusieurs modèles de régression linéaire sont construits pour expliquer les variations du taux de participation en contrôlant l’effet de l’éloignement périurbain par les quotients de localisation des classes supérieures et des groupes immigrés. Enfin, ces modèles sont déclinés pour rendre compte de l’évolution des votes en faveur des partis de gauche et du Front National pour la séquence qui s’étend des élections européennes de 2009 à l’élection présidentielle de 2012.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : de la sociologie des quartiers marginalisés à l’analyse du comportement électoral des habitants.

1Depuis une trentaine d’années, la participation électorale est considérée comme déclinante dans la plupart des pays occidentaux. Les principaux facteurs explicatifs mentionnés dans la littérature sur les modèles sociologiques du vote sont la déstabilisation et la désorganisation du monde ouvrier, la perte d’influence politique des institutions religieuses et de nouvelles normes civiques moins participationnistes chez les plus jeunes générations. Ces évolutions ont amenés de nombreux chercheurs à se détourner des modèles sociologiques du vote, pour privilégier des approches cognitives, par les enjeux, ou reposant sur la personnalité des candidats. Mais depuis une dizaine d’années, les modèles sociologiques du vote connaissent de nouveaux développements. L’analyse écologique, aux origines de la discipline, connaît un regain d’intérêt alimenté par la numérisation massive des données électorales et la démocratisation des logiciels d’analyse. Dans le même temps, le paradigme de l’école de Columbia, mettant l’accent sur les logiques sociales des comportements politiques, développé dès les années 1950 par Lazarsfeld, Berelson et McPhee, fait l’objet d’un nouvel investissement. Ce fut le cas aux États-Unis d’abord, autour des travaux d’Alan Zuckerman (2005) et des théoriciens des modèles contextuels du vote. Cette nouvelle dynamique a également touché l’Europe et la France.

2Dans le cas français, les émeutes de l’automne 2005 ont provoqué un nouvel intérêt pour les questions urbaines (notamment l’étude des quartiers marginalisés des banlieues des grandes métropoles). Aux recherches sociologiques et politiques existantes (Beaud et Pialoux, 2005 ; Haegel, Rey et Sintomer, 2000 ; Rey, 1996) se sont greffées de multiples travaux inspirés par d’autres traditions de recherche. Une partie d’entre eux porte sur l’identification de nouvelles variables sociologiques susceptibles de venir compléter voir remettre en cause les effets des anciennes « variables lourdes » telles que la classe sociale, la religion et le genre dans les modèles sociologiques du vote. Ainsi les recherches sur les effets de l’origine nationale ou ethnique des individus se sont développées, alors que se renforçait l’attention portée aux effets du développement de l’Islam sur la sphère politique en France (Brouard et Tiberj, 2006; Tiberj, 2008; Kepel, 2010; Braconnier et Dormagen, 2011). Un second courant d’analyse insiste davantage sur des configurations locales spécifiques des comportements politiques dans certains contextes urbains de forte marginalité. Ainsi la dimension politique traverse souvent les travaux des sociologues (même si la dimension proprement électorale y reste plus fréquemment marginale), tandis que les politistes se sont portés sur les terrains d’enquête des sociologues. (Braconnier, 2010 ; Braconnier et Dormagen, 2006 2007 2010 ; Hamidi, 2010 ; Vornetti, Fauvelle Aymar et François, 2009 mais aussi Mauger, 2006 ; Wacquant, 2007 et Garbaye, 2011). Les interactions entre sociologie et science politique provoquent des échanges de concepts et de modèles théoriques, en s’appuyant sur la mise en relation de données jusqu’alors étudiées séparément. Par ailleurs, la géographie politique, souvent perçue comme concurrente historique des modèles sociologiques du vote et des enquêtes par sondage, apporte un éclairage nouveau sur les effets de la distance spatiale alors que les études électorales tentent de s’appuyer sur les résultats de la sociologie urbaine.

3Pour mieux comprendre les évolutions électorales, il nous semble primordial de continuer à étudier plus complètement et plus finement les évolutions sociologiques, sans se limiter à une analyse qui ne mobiliserait plus que les attitudes politiques comme variables indépendantes des comportements.

4Il nous faut d’abord préciser que nous cherchons à mettre en évidence l’existence d’inégalités de participation électorale spatialement structurées. Nous pensons aussi qu’il existe un effet spécifique de l’appartenance spatiale à certains quartiers sur l’inscription et la participation électorale. Autrement dit, il s’agit identifier la part des inégalités territoriales de participation qui découle directement de la composition sociologique spécifique des espaces étudiés, pour en distinguer l’effet propre du quartier. Cette hypothèse permet de réintroduire la dimension spatiale dans le cadre des modèles sociologiques du vote. Celle-ci ne recoupe pas toujours les approches des géographes qui tiennent au moins autant compte de la position relative des zones étudiées que de leurs caractéristiques sociologiques propres. La ségrégation n’est pas ici seulement considérée comme un facteur explicatif parmi d’autres. Il nous semble qu'elle constitue plutôt un creuset spécifique organisant la relation entre l’ensemble des variables sociologiques traditionnelles et permettant de comprendre la production de contextes locaux basés sur des configurations toujours singulières des effets de la classe, de l’origine nationale ou ethnique, de la religion, du diplôme, de l’âge ou encore du genre. Ainsi, l'articulation entre possibilités d'accès à l'emploi et part de la population immigrée peut prendre des formes différentes, influençant chacune de façon particulière les comportements électoraux. Ce modèle a notamment été mobilisé dans des travaux récents de sociologie urbaine (Oberti et Lagrange, 2006 et 2007). Leur déclinaison ouvre de nouvelles perspectives pour la sociologie électorale. Dans cette approche, l’effet du lieu n’est pas un effet spécifique de l’espace, mais un effet de la combinaison des caractéristiques sociologiques de ses habitants.

5On partira de la structuration spatiale des inégalités pour affiner l’articulation du lien entre ségrégation socio-spatiale et participation électorale. De nombreux travaux sur les quartiers marginalisés, en France comme ailleurs, tendent à mettre l’accent sur l’existence d’une mobilisation politique non électorale et non institutionnelle des habitants (Le Texier, 2006; Merklen, 2009). Mais le vote reste l’un des comportements politiques les plus fréquents. Il concerne toujours davantage d’individus que les formes protestataires, et ce y compris en milieu populaire. Il nous semble nécessaire d’approfondir l’étude du vote dans les quartiers les plus fortement touchés par les phénomènes de marginalité et de ségrégation. Nous mobiliserons différentes échelles d’analyse pour opérer une montée en généralité reliant les modèles issus des analyses générales et locales. Pour ce faire, nous utiliserons les données sociales de l'INSEE et les résultats électoraux à l'échelle de la commune pour l'ensemble de la région Ile-de-France. En filigrane, nous revenons sur l’hypothèse formulée par Merklen (2009) d’un effet important du glissement de l'identité des classes populaires de leur position économique vers l’appartenance au quartier. Il semble en effet que l’affiliation ethno-raciale, lorsqu’elle existe, ne s’étende que rarement à l’ensemble du monde social mais s’appuie davantage sur des représentations basées sur l’appartenance au groupe local (Lapeyronnie, 2008). Cette approche repose sur l’importance accordée à la socialisation politique produite par groupes de pairs et au contrôle social qui en découle. Si ce contrôle a souvent été présenté comme un facteur d’éloignement de la participation électorale (Braconnier et Dormagen, 2006), il peut également agir sur l’orientation du vote (Braconnier et Dormagen, 2010) voire même favoriser la mobilisation lorsque l’enjeu électoral est considéré comme porteur d’une menace ou d’une conflictualité structurée de longue date (c’est notamment le cas du rapport à Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles de 2007 et 2012, personnage connu y compris par les moins politisés et sur lequel nombre d’enquêtés formulent un jugement lorsqu’on leur en offre la possibilité dans les enquêtes qualitatives).

6Cette analyse porte sur l’évolution électorale de la Région Ile-de-France, en s’appuyant sur les mécanismes de polarisation sociale qui organisent les inégalités et les formes de ségrégation. Nous verrons comment s’articulent les effets de la concentration des classes supérieures, de la population immigrée en situation de voter et de la distance à Paris pour peser sur les comportements de vote. Nous mobiliserons des données écologiques à l’échelle de la commune. Ce niveau d’analyse n’est pas le plus fin disponible. En effet, les résultats de l’ANR Cartelec, présentés notamment par Russo et Beauguitte (2012) montrent qu’un traitement à l’échelle du bureau de vote permet des résultats plus robustes et plus fins. Toutefois, l’utilisation de données aussi détaillées n’est pas sans poser d’autres problèmes. D’une part l’analyse à l’échelle du bureau de vote est tributaire de l’évolution du découpage de ces derniers. D’autre part, la non superposition des unités électorales et des bureaux impliquent d’utiliser une procédure de ventilation des résultats qui fragilise l’appariement. Enfin, de nombreuses données électorales ne sont pas diffusées à l’échelle du bureau de vote, ce qui nous prive d’analyses aussi fines pour de nombreux scrutins. Si l’analyse à l’échelle du bureau de vote est théoriquement idéale, ces écueils pratiques peuvent amener à privilégier l’échelle de la commune. Les données sociales utilisées dans cet article reposent sur les exploitations des fichiers détails et du recensement de l’INSEE récemment diffusés pour 2010. Les données électorales proviennent du Ministère de l’Intérieur. Nous observerons ici la séquence électorale qui s’écoule des élections présidentielles de 2002 à celles de 2012.

La structure sociale de l’Ile-de-France entre anciennes inégalités et nouveaux clivages.

L’Ile-de-France, une région doublement polarisée.

7La région Ile-de-France est spécifique dans la configuration nationale. Elle est fortement urbanisée et polarisée socialement. Cette polarisation des structures urbaines s’articule autour de plusieurs dimensions. Nous en distinguerons plus particulièrement deux. La première concerne la distribution spatiale des classes sociales, marquée par l’abondance des espaces « moyens mélangés » (Préteceille, 2004) dans l’ensemble du tissu urbain et par des formes de polarisations plus fortes aux deux extrémités de la structure sociale. Il ne s’agit donc pas d’une dualisation mais d’un mécanisme de ségrégation socio spatiale aux extrémités de la structure de classe, qui concerne les groupes très favorisés d’une part et fortement marginalisés d’autre part.

8La carte ci-dessous présente la répartition des Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures (CPIS) selon leur quotient de localisation par commune rapporté à la moyenne régionale. Cette variable, comme celles qui suivront, est standardisée. Ainsi la valeur 0 correspond à une commune dans laquelle la part des cadres est équivalente à la moyenne régionale. Une valeur de -2 correspond à une commune pour laquelle les cadres sont très fortement sous représentés, à deux écarts types en deçà de la moyenne régionale a contrario, une valeur de +2 correspond à une très importante surreprésentation des cadres. Cette variable est ensuite partagée en déciles et projetée géographiquement. Les zones en rouge sont celles dans lesquelles les cadres sont fortement sous représentés, celles en bleu celles où ils sont fortement surreprésentés. On perçoit immédiatement que la concentration des groupes supérieurs est maximale à Paris et dans l’ouest parisien, tandis que les villes où les classes supérieures sont relativement absentes se concentrent en Seine-Saint-Denis et dans les zones périurbaines les plus lointaines de la Seine et Marne.

Figure : Quotient de localisation des CPIS par commune en Ile-de-France

Figure  : Quotient de localisation des CPIS par commune en Ile-de-France

INSEE 2010. Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.

9Une seconde forme de ségrégation concerne les immigrés et implicitement les descendants de migrants. En l’absence de données fines librement accessibles en matière de ségrégation ethno nationale (les pays d’origine des migrants n’étant documentés dans les fichiers détails qu’à l’échelle départementale), nous nous appuyons ici sur la part de l’ensemble des migrants dans le corps électoral théorique français.

10En recoupant les données sur la part de la population majeure étant française, étrangère, immigrée et non immigrée, nous définissons la part de la population française majeure qui est immigrée au sens de l’INSEE (c’est-à-dire né à l’étranger de nationalité étrangère et résidant aujourd’hui en France avec la nationalité française). Ainsi, on connaît la part des immigrés dans le corps électoral potentiel. En revanche, nous ne pouvons disposer de cette information dans le corps électoral réel. Nous savons grâce à la dernière enquête sur la participation de l’INSEE que les immigrés ont une probabilité 30 % plus faible d’être inscrits sur les listes électorales que leurs homologues dans la population native (Niel, Lincot, 2012). Par ailleurs, le taux d’inscription est estimé à 93 % pour l’ensemble de la population française métropolitaine selon cette dernière enquête de l’INSEE réalisée en 2012. Les approches par le quartier indiquent que l’on observe dans certaines Zones Urbaines Sensibles des taux d’inscription de 40 à 50 % seulement. Cependant, ces observations ne découlent pas nécessairement d’un effet spécifique du rapport à l’immigration mais plus vraisemblablement d’une combinaison particulière des facteurs socioéconomiques, du quartier et des impacts sur la socialisation politique des trajectoires migratoires.

11La carte ci-dessous présente la distribution par commune du quotient de localisation des français immigrés majeurs par rapport à la moyenne régionale en Ile-de-France (variable standardisée et représentée par déciles).

Figure : Quotient de localisation des français majeurs immigrés en Ile-de-France.

Figure  : Quotient de localisation des français majeurs immigrés en Ile-de-France.

INSEE 2010. Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.

12Les ségrégations socio spatiale et des immigrés en région Ile-de-France ne se recoupent que partiellement. Ainsi, les lieux d’implantation des classes supérieures dans l’ouest parisien présentent une légère sous-représentation notamment dans les zones les plus proches de Paris de la population immigrée pouvant potentiellement voter, mais celle-ci est de faible amplitude. Au nord et à l’est de la capitale, on observe une très nette surreprésentation des immigrés majeurs français, dans des zones qui présentent par ailleurs une très faible concentration des classes supérieures. En revanche, les immigrés sont sous représentés dans les zones périurbaines et notamment dans l’est de la Seine et Marne. Dans ces espaces, il y a une déconnection entre ségrégation socio spatiale et ségrégation des immigrés, la première ne recoupant pas la seconde.

13Dans d’autres contextes, ségrégation socio spatiale et ségrégation des immigrés se combinent voire se renforcent. Parfois, au contraire ces formes de polarisation sont dissociées et peuvent voir leur effet sur les comportements électoraux modifié ou atténué. Pour mieux comprendre ces mécanismes, nous modéliserons les effets spécifiques de chacune des formes de ségrégation, ainsi que leur interaction. Pour mieux comprendre l’effet de l’immigration sur l’évolution de la composition du corps électoral, présentons d’abord quelques indicateurs relatifs à la prise en compte de l’évolution de la population théoriquement en situation de voter (c’est-à-dire la population française majeure).

L’intégration croissante des migrants et descendants de migrants dans le corps électoral.

14Les travaux de démographie et de sociologie de l’immigration ont montré que la France, comme d’autres pays européens, était marquée par l’arrivée du « temps des immigrés ». L’immigration actuelle, alimentée par les dynamiques de la mondialisation est à prendre en compte, notamment en raison de son influence sur le cadrage des débats politiques, les formes de la polarisation partisane et la conception des politiques publiques. Mais en matière d’évolution du corps électoral et des comportements politiques, c’est d’abord l’immigration plus ancienne, déjà réalisée, qu’il importe de prendre en compte.

15Pour chacune des communes de l’Ile-de-France, nous avons d’abord calculé la part de la population française immigrée (sans condition d’âge), puis la part des immigrés qui ont acquis la nationalité française. Ces chiffres sont plus élevés en Ile-de-France que dans la plupart des autres régions du pays. Un faible coefficient de localisation à l’échelle francilienne ne signifie pas que la part des immigrés dans la population locale soit très faible par rapport à la moyenne nationale. Le graphique ci-dessous présente le nuage de points qui résulte du croisement de ces deux variables.

Figure : Nuage de points des communes selon la part de la population française immigrée et la part de la population immigrée de nationalité française.

Figure  : Nuage de points des communes selon la part de la population française immigrée et la part de la population immigrée de nationalité française.

Pondération selon le nombre d’habitants. INSEE 2010.

16Il en ressort une absence marquante de corrélation entre part des français immigrés et part des immigrés français. Ainsi, dans certaines communes, les immigrés représentent parfois plus de 25 % des nationaux. En revanche, dans la totalité des villes de plus de 1000 habitants, ce sont 40 à 50 % des immigrés qui détiennent effectivement la nationalité française. Ainsi l’évolution du corps électoral est articulée par ces deux mécanismes : d’une part la croissance de la population immigrée (et sans doute a fortiori issue de l’immigration, qui n’est pas identifiable dans les données) dans la population française et donc dans le corps électoral potentiel. D’autre part, un accès partiel à la nationalité parmi les immigrés qui pose question quant à l’accès à la participation politique institutionnelle, celle-ci restant asymétrique (les personnes françaises par acquisition pouvant voter à toutes les élections, les migrants d’Europe communautaire lors des élections locales et européennes seulement). De plus, si les étrangers non communautaires ne peuvent voter, on remarque que ce sont malgré cela près de 50% des migrants qui sont en situation d’accès théorique au vote en Ile-de-France en 2010.

Figure : Part des Français immigrés et des immigrés français en fonction du poids démographique de la population immigrée dans chaque commune.

Figure  : Part des Français immigrés et des immigrés français en fonction du poids démographique de la population immigrée dans chaque commune.

INSEE 2010.

17Lorsque l’on rapporte ces données à la part de la population immigrée dans la population totale résidente de chaque commune, on observe des corrélations inverses. Plus la part des immigrés est importante dans la population locale, plus les immigrés pèsent dans le groupe des nationaux (nuage bleu). En revanche, il semble plutôt que la part des immigrés détenant la nationalité française décline légèrement à mesure qu’augmente la part des immigrés dans la population totale de la commune (nuage marron). Cet apparent découplage peut être la conséquence des vagues migratoires successives, associées à un durcissement législatif et des pratiques en matière d’accès à la nationalité française. Dans les communes où les migrants sont les plus nombreux, ceux-ci sont plus fréquemment issus de vagues migratoires plus récentes, davantage marquées par la mondialisation que par l’histoire coloniale de la France1. Ces migrants arrivés en France plus récemment pourraient alors avoir davantage de difficultés et/ou moins d’incitation à demander comme à obtenir la nationalité française.

18Comment s’articulent alors ségrégation des immigrés et ségrégation socio spatiale selon l’évolution de la distance à la ville de Paris ?

Distance à Paris et ségrégations : des logiques cumulatives

  • 2 Il s’agit des valeurs des centroides des communes référencées dans les fichiers géographiques GEOFL (...)

19De nombreux travaux portent sur les espaces périurbains, dont l’émergence puis l’évolution sociologique ramène aux dynamiques générales de polarisation de la métropole. L’effet de la distance à Paris sur le vote a ainsi été particulièrement discuté dans les travaux de géographie électorale, notamment à travers la notion de gradient d’urbanité (Lévy, 2003). Pourtant la distance ne s’articule pas de la même façon avec les autres composantes du monde social, notamment dans la région Ile-de-France où la ségrégation socio spatiale et la ségrégation des immigrés s’articulent moins selon une logique centre/périphérie que selon une division est/ouest issue d’une longue histoire politique et économique. Dans les analyses qui suivent, la distance est exprimée à partir d’une mesure synthétique arbitraire, qui mesure l’éloignement selon des coordonnées X et Y du centre de Paris2.

Figure : Corrélations entre distance à Paris, ségrégation de classe et ségrégation des immigrés français.

Figure  : Corrélations entre distance à Paris, ségrégation de classe et ségrégation des immigrés français.

20On peut identifier une tendance au déclin de la présence des classes supérieures et des immigrés, dans les zones de l’Ile-de-France les plus éloignées de Paris. En revanche, les communes proches de la capitale sont beaucoup plus hétérogènes sur ces deux dimensions. De plus, nous avons montré que ces relations ne signifient pas pour autant que les villes ayant le moins de membres de classes supérieures et le moins d’immigrés soient les mêmes. Ainsi, la relation entre concentration des classes supérieures et part de la population immigrée est complexe. Les communes dans lesquelles les immigrés sont surreprésentés sont aussi celles dans lesquelles les classes supérieures sont absentes. A contrario, à quelques exceptions près (dont Paris), les villes qui concentrent les milieux supérieures ne présentent pas de surreprésentation des migrants (mais pas de sous-représentation non plus). Ces recoupements sont la conséquence des trajectoires dispersantes des migrants dans la société française. Certains de migrants connaissent une trajectoire sociale ascendante tandis que d’autres restent contraints par des processus de relégation.

Une participation électorale de plus en plus intermittente

Une irrégularité de la pratique du vote ancrée dans les milieux populaires

21L’analyse descriptive des résultats électoraux révèle que les inégalités de participation électorale varient en intensité au cours du temps mais conservent la même structure. Ce sont toujours les milieux les plus favorisés qui sont le plus mobilisés à toutes les élections. De plus, la participation dans les communes concentrant les classes supérieures décline peu lors des élections les moins mobilisatrices telles que les élections européennes. A contrario, dans les milieux populaires, l’élection présidentielle est la seule qui conserve un potentiel de mobilisation substantiel. La participation chute fortement lors des élections intermédiaires, entraînant une modification parfois radicale de la composition du corps électoral. Celle-ci renforce les risques d’erreurs écologiques dans l’analyse de l’évolution électorale, amenant à comparer des résultats reposant sur des niveaux très différents de suffrages exprimés rapportés à la population potentiellement en capacité de voter.

Figure : Variation du niveau et des inégalités de participation en fonction de la répartition des classes supérieures et du scrutin entre 2002 et 2012 (Présidentielle et Européennes).

Figure  : Variation du niveau et des inégalités de participation en fonction de la répartition des classes supérieures et du scrutin entre 2002 et 2012 (Présidentielle et Européennes).

22Ainsi, les milieux populaires présentent la double caractéristique de se démobiliser plus fortement en dehors des scrutins présidentiels, ce qui ne veut pas dire qu’ils s’éloignent durablement du vote, puisque les taux de participation observés depuis le second tour des élections de 2002 sont relativement important, au regard de l’histoire électorale française et comparativement au déclin observé pour les autres types d’élections. Ce double mouvement de démobilisation/remobilisation très rapide (sur moins de deux années) de l’électorat populaire et urbain en Ile-de-France est apparemment instable, mais correspond à une logique de participation intermittente dont l’amplitude tend à s’accroître à mesure que la participation décline pour les élections les moins mobilisatrices.

Des européennes de 2009 à la présidentielle de 2012 : une remobilisation exemplaire.

Figure : Cartographie par décile de la croissance du taux de participation des électeurs inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Figure  : Cartographie par décile de la croissance du taux de participation des électeurs inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.

23La participation électorale augmente surtout dans les zones du nord-est parisien, en Seine-Saint-Denis et en Seine et Marne, c’est-à-dire dans les communes où la participation était la plus faible lors des européennes de 2009 et qui effectuent un certain rattrapage à l’occasion des élections présidentielles de 2012.

24Le tableau ci-dessous présente la modélisation des effets de la distance à Paris, de la concentration des classes supérieures, et de la concentration des immigrés, ainsi que l’ensemble des interactions entre chacune des paires de variables indépendantes et la triple interaction de l’ensemble d’entre elles.

Tableau : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités. Données recensement INSEE et Ministère de l’Intérieur. Calcul de l’auteur.

Tableau : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités. Données recensement INSEE et Ministère de l’Intérieur. Calcul de l’auteur.

25Les effets sont dans la plupart des cas intenses et fortement significatifs. Ils sont exprimés en point de participation aux différents scrutins et sont standardisés.

26La concentration des classes supérieures exerce un effet spécifique positif sur le taux de participation lors des élections présidentielles, dont l’intensité augmente nettement pour les élections européennes. Ainsi les inégalités sociales en matière de mobilisation électorale sont sensiblement plus importantes lors des scrutins les moins mobilisateurs de la période étudiée. En conséquence, l’effet spécifique de la présence des groupes supérieurs est négatif sur la croissance du taux de participation entre 2009 et 2012. Pour mieux comprendre ce résultat, il est nécessaire de l’étudier en relation avec les effets des autres variables dépendantes.

27La distance à Paris joue un rôle positif et significatif sur la participation électorale en 2012, mais pas lors des européennes de 2009. Ainsi, la hausse de la mobilisation électorale entre les européennes et la présidentielle est légèrement plus importante dans les communes éloignées de la capitale que dans les villes limitrophes.

« Predictive margins » : il s’agit des valeurs prédites de la variable dépendante obtenues à partir des effets propres théoriques de chacune des variables indépendantes. Les nuages de points correspondent à la projection des valeurs réelles. Les droites n’indiquent donc pas des corrélations observées, mais confrontent les résultats de la modélisation réalisée avec les données empiriques.

28Conformément à ce que l’on pouvait envisager en étudiant les corrélations entre variables indépendantes, la concentration des immigrés joue en sens inverse de la concentration des classes supérieures. Les communes dans lesquelles la part de la population immigrée est la plus importante sont aussi celles dans laquelle la participation est la plus faible, et ce en 2009 comme en 2012. En revanche, ces villes voient leur niveau de mobilisation augmenter significativement en raison des changements de comportement politique de la population française immigrée entre les élections européennes et l’élection présidentielle. Les interactions entre les différentes variables incluses dans le modèle sont régulièrement significatives. Pour mieux saisir leur influence et comprendre les effets propres de la distance à Paris, de la concentration des classes supérieures et de la population immigrée, nous présentons ci-dessous le graphique des probabilités théoriques en fonction des différentes variables prédictives.

Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2012

Figure  : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2012

29En 2012, on observe ainsi une dominante des effets sociologiques sur les comportements électoraux, au détriment d’un effet de la distance à Paris. Singulièrement, l’effet de l’immigration est à la fois plus significatif et plus intense que celui de la classe sociale. Les communes dans lesquelles les migrants (potentiellement électeurs) sont les plus nombreux sont aussi celles dans lesquelles le taux de participation est plus faible, passant parfois sous la barre des 70 % des inscrits. L’effet de la classe sociale est presque aussi important, entraînant une sur mobilisation significative des électeurs appartenant aux milieux supérieurs.

Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2009

Figure  : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2009

30Lors des élections européennes, les inégalités de mobilisation électorale sont plus importantes. En conséquence, l’intensité des effets des principales variables sociologiques s’accroît. C’est ici la classe sociale qui joue un rôle prépondérant, entraînant des disparités de plus de 40 points entre la participation des villes concentrant les groupes les plus supérieurs et celle regroupant les milieux les plus précarisés.

31L’effet de l’immigration vient en second, entraînant à nouveau une démobilisation importante dans les communes où le quotient de localisation est le plus élevé. On note toutefois que dans les communes les plus aisées, la participation reste forte même lorsque la part de la population immigrée française majeure est supérieure à sa moyenne régionale. L’effet spécifique de la distance n’est ici plus statistiquement significatif. Il est essentiellement absorbé par les effets des variables mesurant la polarisation de l’espace social. Ainsi, une fois contrôlées les caractéristiques de composition de classe et de rapport à l’immigration de la population, l’éloignement de Paris n’a plus d’effet sur le taux de participation lors des élections européennes.

Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur la variation du taux de participation entre 2009 et 2012

Figure  : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur la variation du taux de participation entre 2009 et 2012

32La remobilisation électorale observée entre 2009 et 2012 est-elle davantage alimentée par des logiques liées à la composition en classe sociale des communes ou à une remobilisation des immigrés et des descendants de l’immigration (dont on peut estimer que la répartition géographique est, par rémanence, voisine de celles des immigrés eux même) ? Les résultats de notre modèle indiquent que les logiques de remobilisation et donc d’intermittence sont d’abord dépendantes de la composition de classe. L’effet spécifique de la classe fait varier de plus de 15 points la hausse de la mobilisation électorale, principalement dans les groupes les plus populaires qui voient leur participation électorale augmenter de 35 à 40 points entre les élections européennes et présidentielles.

33L’effet de l’immigration n’est cependant pas négligeable, faisant augmenter de façon spécifique de plusieurs points le niveau des dynamiques de remobilisation. L’effet de la distance à Paris est positif et significatif mais de faible intensité. Ainsi, les groupes populaires, comme les communes concentrant les immigrés, sont les moins participatifs, singulièrement lors des élections intermédiaires. Cependant ce sont aussi dans ces villes que l’on observe les plus importantes dynamiques de remobilisation, qui sont liées principalement, non pas à la distance vis-à-vis de la capitale, mais à leur composition sociologique particulière.

Figure : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives sur la hausse du taux de participation par commune entre 2009 et 2012

Figure : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives sur la hausse du taux de participation par commune entre 2009 et 2012

34Le graphique ci-dessus permet d’identifier les variations des effets croisés de l’ensemble des variables explicatives deux par deux. Les graphiques présentent les effets observés pour chaque paire de valeurs des variables explicatives sur l’évolution du taux de participation entre 2009 et 2012. Les zones rouges représentent les effets les plus importants, c’est-à-dire les zones dans lesquelles la mobilisation électorale progresse le plus entre 2009 et 2012. A contrario les zones bleues sont celles pour lesquelles la mobilisation électorale progresse le moins entre les élections européennes et les élections présidentielles.

35Le premier résultat marquant est l’effet d’une forte progression de la participation dans les zones dépourvues de classes supérieures, et ce quelle que soit leur distance à Paris. On observe un léger effet cumulatif, indiquant que dans les communes les plus éloignées, l’effet de la classe sociale sur l’évolution de la mobilisation électorale est légèrement plus important. Le croisement entre effet de la ségrégation des classes supérieures et des immigrés nous montre par ailleurs que ce sont dans les communes où les migrants sont les plus sur représentés que l’effet de remobilisation dans les milieux populaires est le plus importante. Ce ne sont donc pas les français des classes populaires dans leur ensemble, mais surtout ceux qui vivent dans des zones où les immigrés sont nombreux qui se remobilisent le plus entre 2009 et 2012.

36Enfin le croisement entre effet de la ségrégation des immigrés et distance à Paris illustre la présence de trois configurations spécifiques de remobilisation importante. On trouve d’abord les zones proches de Paris dans lesquelles les immigrés sont sur représentés, puis les zones modérément éloignées dans lesquelles les migrants pèsent d’un poids similaire à la moyenne régionale. Enfin on trouve les communes très éloignées de Paris, le plus souvent rurales ou semi rurales, dans lesquelles les immigrés comme les membres des classes supérieures sont sous représentés.

37Cette analyse permet de mieux comprendre les mécanismes de la mobilisation différentielle dans la séquence électorale de la dernière décennie. Elle montre que les évolutions ne sont pas linéaires, mais qu’il faut au contraire prendre en compte la combinaison des effets propres des différentes variables explicatives du vote, à partir de leurs interactions, pour percevoir comment l’éloignement de Paris s’articule avec des formes spécifiques de ségrégations et d’inégalités qui exercent des effets différents sur les pratiques électorales. Ainsi, on ne peut pas toujours dire de façon générale que les classes populaires ou que les descendants de l’immigration participent moins aux processus démocratiques. De la même façon, les zones périurbaines ne sont pas toujours les moins participatives. On remarque qu’en contrôlant pour les principales variables sociologiques, les effets propres de l’éloignement de Paris sont de faible importance, et même non significatifs dans les contextes de faible présence des classes supérieures (qui sont aussi ceux qui révèlent les structures sociales sous-jacentes des comportements électoraux collectifs).

38Nous avons donc montré que le régime actuel de la participation électorale n’était pas celui du déclin ou du retrait, mais celui d’une intermittence d’amplitude croissante, qui met en œuvre des mécanismes de mobilisation différentielle très forte des groupes sociaux en fonction de leur position de classe et de leur rapport à l’immigration. Aussi, cette intermittence n’est pas sans conséquence sur la représentation démocratique, ni sur les résultats des élections. Dans la partie suivante, nous tenterons de déterminer quels sont les partis qui tirent le plus avantage de la dynamique de remobilisation observée entre les élections européennes de 2009 et les élections présidentielles de 2012.

À qui profite l’intermittence électorale ?

39Les élections présidentielles de 2012 ont été marquées par le retour du Front National à ses scores les plus élevés. De plus, cette poussée du FN s’est opérée dans un contexte de forte mobilisation électorale. Il ne s’agit donc pas d’une démobilisation des électeurs favorables aux autres partis, mais bien d’un gain spécifique en nombre de suffrages obtenus. La représentation cartographique ci-dessous présente les niveaux de croissance du vote FN en pourcentage des inscrits. Elle combine donc à la fois les effets de la hausse de la mobilisation électorale globale et de la poussée du Front National.

Figure : Cartographie par déciles de la croissance du vote FN en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Figure  : Cartographie par déciles de la croissance du vote FN en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.

40On observe que le Front National réalise des progrès localement très importants, atteignant parfois 20 voire 30 % des inscrits. A contrario, à Paris et dans les espaces de l’ouest parisien plus dotés socialement, la progression du FN est contenue (moins de 10 points). Ce scénario se retrouve dans plusieurs communes populaires de l’ancienne ceinture rouge et singulièrement en Seine-Saint-Denis. La croissance du vote Front National répond donc à des logiques spatiales spécifiques, dont on peut se demander si elles découlent d’un effet propre du territoire, ou plutôt des formes particulières de ségrégation socio spatiale et des immigrés dans la région Ile-de-France.

41Nous répliquons cette analyse à partir des scores cumulés de l’ensemble de la gauche. Celle-ci voit son score progresser dans cette séquence électorale qui s’achève par la victoire de François Hollande lors de l’élection présidentielle de mai 2012. Là encore, les disparités de croissance du score de la gauche en pourcentage des inscrits sont très importantes. Elles oscillent entre une tendance au déclin, notamment dans les villes les plus ancrées à droite de l’ouest parisien, et une forte progression (allant jusqu’à frôler les 40 % des inscrits) en Seine-Saint-Denis et dans le Val de Marne.

Figure : Cartographie par décile de la croissance du score de la gauche en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Figure  : Cartographie par décile de la croissance du score de la gauche en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.

Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.

  • 3 Sont considérées comme d’extrême droite les candidatures du FN et étiquetées extrême droite (EXD) d (...)

42Ainsi, les logiques de croissance du vote en faveur de la gauche et de l’extrême droite3 semblent obéir à des logiques territoriales spécifiques. Alors que l’on s’interroge sur la mobilisation électorale des descendants de l’immigration postcoloniale, notamment dans les quartiers marginalisés, sur le changement des attitudes des membres des classes populaires et sur les effets politiques de l’étalement urbain, le modèle de régression à trois variables que nous avons mobilisé ci-dessus nous permet d’affiner notre compréhension des dynamiques à l’œuvre. On réalise deux modèles de régression linéaire, pondérés par la taille démographique de chaque commune, qui reprennent les variables indépendantes utilisées pour expliquer les dynamiques de la participation électorale, en détaillant ici leur effet sur la croissance en nombre de voix de la gauche et du Front National.

Tableau  : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités.

Tableau  : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités.

Données recensement INSEE et Ministère de l’Intérieur, calculs de l’auteur.

43L’effet de la concentration des classes supérieures est significatif dans les deux cas, négatif, et d’intensité comparable. La présence des classes supérieures limite la progression de la gauche comme celle du Front National. Rappelons que les classes supérieures étant les plus régulièrement mobilisées électoralement, ce résultat conforte les tendances dégagées plus haut. Il existe aussi effet positif significatif mais de faible intensité de la distance sur la progression du score du FN, alors que l’éloignement de Paris n’exerce pas d’effet propre, ni positif ni négatif, sur l’évolution du score de la gauche entre 2009 et 2012.

44Enfin, la ségrégation des immigrés joue un rôle crucial dans les évolutions électorales. Cet effet agit de façon inverse sur la progression du FN, qu’elle ralentit fortement, et sur la hausse du score de la gauche, qu’elle alimente de façon considérable. L’effet propre de la ségrégation des immigrés égale celui de la ségrégation de classe sur le score du Front National, alors que son intensité est deux fois plus forte que celui de la concentration des groupes supérieurs lorsque l’on considère le vote en faveur de la gauche. À partir de ces modélisations, on calcule les effets propres théoriques des principales variables indépendantes, que l’on compare à la représentation descriptive de l’ensemble des données. Ceci nous permet de confirmer graphiquement ce que nous pouvions identifier à l’aide du tableau de régression. La concentration des classes supérieures introduit un effet significatif et négatif sur la croissance des scores du FN et de la gauche, qui se concentre dans les milieux populaires, particulièrement dans un contexte marqué à la fois par une remobilisation électorale et par une forte défiance à l’égard du président sortant et de l’ensemble de l’exécutif occupé par la droite.

Figure : Effets marginaux sur la hausse des scores de la gauche et du FN entre 2009 et 2012

Figure  : Effets marginaux sur la hausse des scores de la gauche et du FN entre 2009 et 2012

45Nous retrouvons graphiquement la faiblesse des effets propres de la distance à Paris et nous pouvons identifier combien la corrélation descriptive entre éloignement de la capitale et vote FN semble forte alors que l’effet spécifique de cette variable est particulièrement faible fois une contrôlé par les effets des principales variables sociologiques. Alors que l’on envisage l’existence d’une relation positive à la lecture des données descriptives, les résultats de la modélisation indiquent que l’effet propre de la distance n’est pas significatif à effet constant des variables de concentration des classes supérieures et des immigrés. Enfin, l’inversion de l’effet de la ségrégation des immigrés est spectaculaire, fortement positive et très significative dans le soutien à la gauche et fortement négative dans le vote en faveur de l’extrême droite (alors même que les immigrés majeurs de nationalité française ne représentent dans aucune commune d’Ile-de-France ne serait-ce que la moitié du corps électoral théorique).

46Pour affiner la lecture de ces résultats et mieux comprendre les combinaisons spécifiques entres les facteurs explicatifs, nous répliquons l’analyse des effets propres à partir de la combinaison des deux autres facteurs explicatifs. La gamme de couleur est identique à celle utilisée plus haut : les zones en rouge correspondent aux effets les plus importants, les zones en bleu aux effets les plus faibles, sur les hausses respectives du score de la gauche et du Front National.

Figure : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives des scores en % des inscrits de la gauche et du Front National par commune entre 2009 et 2012.

Figure  : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives des scores en % des inscrits de la gauche et du Front National par commune entre 2009 et 2012.

47De gauche à droite, les différentes cases représentent l’effet croisé (1) de la ségrégation de classe et de la distance, (2) de la ségrégation de classe et des immigrés, (3) de la ségrégation des immigrés et de la distance à Paris. La progression de la gauche est la plus faible dans les zones populaires très éloignées de Paris, dans les espaces des classes supérieures très proches de la Capitale et dans les communes dans lesquelles les immigrés sont très peu nombreux.

48A contrario et de façon quasi symétrique, le Front National réalise ses plus faibles progressions dans l’ensemble des communes supérieures et ce notamment à mesure que l’on s’éloigne de Paris. La forte présence d’une population immigrée freine également très significativement la progression de l’extrême droite entre les élections européennes de 2009 et la présidentielle de 2012, ceci que l’on soit proche ou à grande distance de la Capitale.

49Enfin les logiques sociales du vote Front National et du vote en faveur de la gauche sont diamétralement opposées. L’extrême droite progresse là où la part des classes supérieures est faible et lorsque la part des immigrés l’est également. En revanche dans les milieux populaires où les immigrés sont nombreux, le FN ne progresse que très modestement. De façon similaire, le Front National n’améliore que de façon relativement faible ses scores dans les classes supérieures, y compris lorsque les immigrés sont sous représentés. A contrario, la gauche s’ancre surtout dans les milieux populaires disposant d’un lien personnel sinon de contact avec les immigrés ou l’histoire migratoire du pays. On note également une certaine implantation dans communes concentrant les groupes supérieurs lorsque ceux-ci sont associés à une forte présence des immigrés.

Conclusion : Des effets limités de la distance spatiale articulés au rôle central des logiques sociales du vote.

50Ces résultats permettent d’identifier empiriquement, à partir de modélisations fines, plusieurs évolutions qui font l’objet de nombreux débats tant académiques que politiques. On note d’abord une fragmentation de l’électorat populaire francilien, entre d’une part un bloc regroupant les personnes ayant un lien personnel (direct ou indirect) à l’immigration qui s’affilient principalement à la gauche. D’autre part on trouve un bloc dans lequel les immigrés sont sous représentés et où le vote Front National progresse entre 2009 et 2012. Par complément, on observe une fragmentions selon un critère de classe de l’électorat de droite. Les groupes supérieurs continuent à soutenir la droite parlementaire et résistent à la progression du Front National. Dans le même temps les anciens électeurs des classes populaires glissent progressivement vers l’extrême droite. La capacité de la droite à mobiliser l’électorat issu de l’immigration dans les milieux supérieurs semble être partiellement remise en cause lors du scrutin de 2012, secteur dans lequel la concurrence de la gauche est importante.

51L’éloignement de Paris exerce rarement un effet spécifique important, il se combine avec les autres facteurs sociologiques qui synthétisent les différentes formes de ségrégation. De plus, l’effet propre du territoire, lorsqu’il existe, est rarement linéaire. Les régularités électorales profondes apparaissent toujours structurées par des variables sociologiques lourdes telles que la concentration des classes supérieures (par opposition des groupes populaires), et la ségrégation des immigrés dans la métropole parisienne.

52Ces résultats illustrent le bénéfice des convergences entre modèles sociologique et géographique d'explication du vote. Hier concurrentes, ces approches sont aujourd'hui devenues combinables. Les variables géographiques ont leur place dans la construction des modèles explicatifs à côté des variables sociologiques. La comparaison des unités géographiques entre elles permet de mieux saisir l'importance relative des régularités génériques et des configurations spécifiques des phénomènes sociaux. La présentation géographique des résultats des analyses sociologiques, prenant en compte notamment le type de quartier, permet de visualiser plus facilement les probabilités prédites et théoriques des modèles de régression.

53Enfin, la combinaison des approches sociologiques et géographiques permet d'enrichir notre compréhension des effets du contexte sur les comportements individuels. Il devient possible d'identifier les mécanismes de diffusion (liés à la proximité entre deux quartiers) et de les distinguer des similarités observables dans deux quartiers aux caractéristiques sociologiques identiques. En s'extrayant des approches exclusives, on bénéficie à la fois d’une plus grande précision dans la compréhension des mécanismes génériques et d’une meilleure prise en compte des particularités locales jusqu'ici uniquement accessibles par la réalisation de travaux ethnographiques. L'approche des comportements électoraux est susceptible d'être profondément renouvelée par la combinaison des différentes méthodes existantes qui viennent à l'appui d'une réévaluation conceptuelle et théorique des grands paradigmes développés depuis l'émergence de la discipline.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSEN, R., HEATH, A., 2002, « Class Matters: The Persisting Effects of Contextual Social Class on Individual Voting in Britain, 1964-97 », European Sociological Review, vol. 18, n° 2, p. 125138.

BERELSON, B. R., LAZARFELD P., MCPHEE W.N., 1954, Voting: A Study of Opinion Formation in a Presidential Campaign, University of Chicago Press.

BERGAN, D. E., GERBER, A. S., GREEN, D. P., PANAGOPOULOS, C., 2005, « Grassroots Mobilization and Voter Turnout in 2004 », The Public Opinion Quarterly, vol. 69, n° 5, p. 760777.

BRACONNIER, C., 2010, Une autre sociologie du vote: Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, LGDJ.

BRACONNIER, C., DORMAGEN, J.-Y., 2007, La démocratie de l’abstention: aux origines de la démobilisation électorale en milieu populaire, Gallimard.

BRACONNIER, C., DORMAGEN, J.-Y., 2010, « Le vote des cités est-il structuré par un clivage ethnique ? », Revue française de science politique, Vol. 60, n° 4, p. 663‑689.

BRADY, H. E., VERBA, S., SCHLOZMAN, K. L., 1995, « Beyond Ses: A Resource Model of Political Participation », The American Political Science Review, vol. 89, n° 2, p. 271294.

BROUARD, S., TIBERJ, V., 2005, « Chapitre 7. Quelle(s) identité(s) ? », Nouveaux Débats, p. 121‑134.

GARBAYE, R., 2007, « 8 : Gouvernance urbaine, minorités ethniques et identités locales à Birmingham, Lille et Roubaix », Recherches, p. 165-183.

GERBER, A. S., GREEN, D. P., LARIMER, C. W., 2008, « Social Pressure and Voter Turnout: Evidence from a Large-Scale Field Experiment », The American Political Science Review, vol. 102, n° 1, p. 3348.

GERBER, A. S., GREEN, D. P., SHACHAR, R., 2003, « Voting May Be Habit-Forming: Evidence from a Randomized Field Experiment », American Journal of Political Science, vol. 47, n° 3, p. 540550.

GREEN, D. P., GERBER, A. S., 2010, « Introduction to Social Pressure and Voting: New Experimental Evidence », Political Behavior, vol. 32, n° 3, p. 331336.

GRUNBERG, G., MAYER, N., SNIDERMAN, P. M., 2002, La démocratie à l’épreuve: une nouvelle approche de l’opinion des Français, Les Presses de Sciences Po.

HAEGEL, F., REY, H., SINTOMER, Y. La xénophobie en banlieue : Effet et expressions, Paris, France, Editions L’Harmattan.

HILL, K. Q., LEIGHLEY, J. E., HINTON-ANDERSSON, A., 1995, « Lower-Class Mobilization and Policy Linkage in the U.S. States », American Journal of Political Science, vol. 39, n° 1, p. 7586.

JACOBS, L. R., SKOCPOL, T., 2007, Inequality and American Democracy: What We Know and What We Need to Learn, Russell Sage Foundation.

KAUFMANN, K. M., 2004, The Urban Voter: Group Conflict and Mayoral Voting Behavior in American Cities, University of Michigan Press.

KEPEL, G., 2012, Banlieue de la République: Société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Paris, Gallimard.

LAGRANGE, H., 2008, « Émeutes, ségrégation urbaine et aliénation politique », Revue française de science politique, Vol. 58, n° 3, p. 377‑401.

LAGRANGE, H., 2012, « Le Neuf-trois entre communauté et société », Le Débat, vol. n° 169, n° 2, p. 88‑95.

LAGRANGE, H., OBERTI, M., 2006, « Introduction », Nouveaux Débats, p. 11‑36.

LAPEYRONNIE, D., COURTOIS, L., 2008, Ghetto urbain: Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Robert Laffont.

LEIGHLEY, J. E., NAGLER, J., 1992a, « Individual and Systemic Influences on Turnout: Who Votes? 1984 », The Journal of Politics, vol. 54, n° 3, p. 718740.

LEIGHLEY, J. E., NAGLER, J., 1992b, « Socioeconomic Class Bias in Turnout, 1964-1988: The Voters Remain the Same », The American Political Science Review, vol. 86, n° 3, p. 725736.

LEIGHLEY, J. E., VEDLITZ, A., 1999, « Race, Ethnicity, and Political Participation: Competing Models and Contrasting Explanations », The Journal of Politics, vol. 61, n° 4, p. 10921114.

LESTAGE, F., 2007, « Emmanuelle LE TEXIER, Quand les exclus font de la politique. Le barrio mexicain de San Diego, Californie », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n° 2, p. 219‑220.

LÉVY, J., 2003, « Vote et gradient d’urbanité. », Revue électronique des sciences humaines et sociales. En ligne : http://www.espacestemps.net/articles/vote-et-gradient-drsquourbanite/

MAUGER, G., 2006, Les bandes, le milieu et la bohème populaire : Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires, Paris, Belin.

MERKLEN, D., 2009, Quartiers populaires, quartiers politiques, La Dispute.

MUXEL, A., CATZARAS, N., CHICHE, J., MAURER, S., TIBERJ, V., 2004, « 4. Une sensibilité de gauche dominante », Académique, p. 133‑166.

NIEL, X. LINCOT L., 2012. « L’inscription et la participation électorales en 2012. Qui est inscrit et qui vote ? », INSEE Première, n° 1411.

PAN KÉ SHON, J.-L., 2004, « Déterminants de la non-inscription électorale et quartiers sensibles en France », Population, Vol. 59, n° 1, p. 147‑160.

PAN KÉ SHON, J.-L., 2009, « Ségrégation ethnique et ségrégation sociale en quartiers sensibles », Revue française de sociologie, Vol. 50, n° 3, p. 451‑487.

PIALOUX, M., BEAUD, S., 2003, Violences urbaines, violence sociale, Paris, Fayard.

PRÉTECEILLE, E., 2009, « La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, p. 489‑519.

ROSANVALLON, P., 2008, La contre-démocratie: la politique à l’âge de la défiance, Éditions du Seuil.

RUSSO L., BEAUGUITTE L., 2014, Aggregation levels matters : evidence from French electoral data. Quality & Quantity., Vol.48, Issue 2, pp 923-938

SAFI, M., 2009, « La dimension spatiale de l’intégration : évolution de la ségrégation des populations immigrées en France entre 1968 et 1999 », Revue française de sociologie, Vol. 50, n° 3, p. 521‑552.

TIBERJ, V., 2013, « Les temps changent, renouvellement générationnel et évolutions politiques en France », Revue française de sociologie, vol. 54, n° 4, p. 741‑776.

VERBA, S., 1987, Participation in America: Political Democracy and Social Equality, University of Chicago Press.

VERBA, S., SCHLOZMAN, K. L., BRADY, H., NIE, N. H., 1993a, « Citizen Activity: Who Participates? What Do They Say? », The American Political Science Review, vol. 87, n° 2, p. 303318.

VERBA, S., SCHLOZMAN, K. L., BRADY, H., NIE, N. H., 1993b, « Race, Ethnicity and Political Resources: Participation in the United States », British Journal of Political Science, vol. 23, n° 4, p. 453497.

WACQUANT, L. J. d., 1993, « Urban Outcasts: Stigma and Division in the Black American Ghetto and the French Urban Periphery* », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 17, n° 3, p. 366-383.

WILSON, W. J., 2010, More than Just Race: Being Black and Poor in the Inner City (Issues of Our Time), W. W. Norton & Company.

ZUCKERMAN, A. S., 2005, The Social Logic of Politics: Personal Networks as Contexts for Political Behavior, Temple University Press.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Fiches thématiques - Population immigrée - Immigrés - Insee Références - Édition 2012 ; Fiches thématiques - Flux d'immigration - Immigrés - Insee Références - Édition 2012.

2 Il s’agit des valeurs des centroides des communes référencées dans les fichiers géographiques GEOFLA diffusés par l’IGN http://professionnels.ign.fr/sites/default/files/DC_GEOFLA_1-1.pdf

3 Sont considérées comme d’extrême droite les candidatures du FN et étiquetées extrême droite (EXD) dans les fichiers officiels publiés par le Ministère de l’intérieur. Sont considérées comme de gauche l’ensemble des candidatures labellisées LO, NPA, PCF, PG, FG, UG (union de la gauche), PS, PRG, DVG, Verts, EELV par ce même Ministère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Quotient de localisation des CPIS par commune en Ile-de-France
Crédits INSEE 2010. Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure : Quotient de localisation des français majeurs immigrés en Ile-de-France.
Crédits INSEE 2010. Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-2.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure : Nuage de points des communes selon la part de la population française immigrée et la part de la population immigrée de nationalité française.
Crédits Pondération selon le nombre d’habitants. INSEE 2010.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure : Part des Français immigrés et des immigrés français en fonction du poids démographique de la population immigrée dans chaque commune.
Crédits INSEE 2010.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-4.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure : Corrélations entre distance à Paris, ségrégation de classe et ségrégation des immigrés français.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-5.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure : Variation du niveau et des inégalités de participation en fonction de la répartition des classes supérieures et du scrutin entre 2002 et 2012 (Présidentielle et Européennes).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-6.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure : Cartographie par décile de la croissance du taux de participation des électeurs inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.
Crédits Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-7.png
Fichier image/png, 409k
Titre Tableau : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités. Données recensement INSEE et Ministère de l’Intérieur. Calcul de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-8.png
Fichier image/png, 93k
Titre Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2012
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-9.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur le taux de participation en 2009
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-10.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure : Effets propres des variables de ségrégation de classe, de distance et de ségrégation des immigrés sur la variation du taux de participation entre 2009 et 2012
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-11.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives sur la hausse du taux de participation par commune entre 2009 et 2012
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-12.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure : Cartographie par déciles de la croissance du vote FN en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.
Crédits Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-13.png
Fichier image/png, 251k
Titre Figure : Cartographie par décile de la croissance du score de la gauche en % des inscrits entre les européennes de 2009 et les présidentielles de 2012.
Crédits Données recensement INSEE. Calcul de l’auteur. Logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-14.png
Fichier image/png, 383k
Titre Tableau  : Régression linéaire par commune. Pondération pour la taille démographique des municipalités.
Crédits Données recensement INSEE et Ministère de l’Intérieur, calculs de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-15.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure : Effets marginaux sur la hausse des scores de la gauche et du FN entre 2009 et 2012
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-16.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure : Isoplèthes des effets propres des trois variables prédictives des scores en % des inscrits de la gauche et du Front National par commune entre 2009 et 2012.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/3082/img-17.png
Fichier image/png, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Jardin, « Le vote intermittent - Comment les ségrégations urbaines influencent-elles les comportements électoraux en Ile-de-France ? », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/3082 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3082

Haut de page

Auteur

Antoine Jardin

Doctorant
Centre d’Études Européennes – Sciences Po
antoine.jardin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals