Navigation – Plan du site

Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits

Appel à contributions pour L’Espace Politique n°33 (2017-3)
Date limite de soumission des propositions : 31 mai 2017

See this call for propositions in English

Coordinateurs de ce numéro : Amaël Cattaruzza (amael.cattaruzza@yahoo.fr) et Anne-Laure Amilhat Szary (anne-laure.amilhat@univ-grenoble-alpes.fr).

Ce numéro spécial propose l’exploration d’une notion essentielle et pourtant peu travaillée en géographie politique, celle de la paix : « Geographers have a long history of studying armed conflict and have by no means always been dedicated to peace » (Kobayashi, 2009). Les raisons de cette absence d’intérêt sont multiples, liées d’abord à l’histoire de la discipline (le lien de la géopolitique au pouvoir) et l’idée que « La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre » (Lacoste, 1976). Mais toute exploration de la paix part du constat de sa difficile définition, au-delà d’une approche en creux : l’absence de guerre ou la fin d’un conflit (Mamadouh, 2004). Comment remettre en cause l’opposition binaire guerre/paix et considérer plutôt ces notions comme des constructions sociales dont les contours sont flous et dont les réalités se chevauchent (Flint, 2005 ; Kirsch, Flint, 2011 ; Toal, Dahlman, 2011 ; Cattaruzza, Dorier, 2015).

Une approche par les acteurs et les pratiques de l’espace des individus peut bouleverser ces présupposés, mais elle n’est que relativement peu suivie aujourd’hui : seulement un livre tentant de formaliser les modes de collaborations territoriales (Bussi 2009) etquelques tentatives pour mettre la question du conflit en perspective (Flint 2004, un numéro des Annales de l’Association des Géographes Américains de 2009) précèdent l’ouvrage séminal sur les géographies de la paix (McConnell, F., N. Megoran and P. Williams, 2014). Il s’agit dans ce livre programmatique de réfléchir aux façons dont les facteurs spatiaux permettent de comprendre, voire de faciliter la paix, mais aussi d’analyser un renouvellement des approches de la souveraineté pour proposer des solutions de sortie de conflits territoriaux originales.

1. Les frontières jouent un rôle particulier dans l’alphabet de l’espace en ce qu’elles sédimentent des rapports de force (Foucher, 1988) et indurent donc, de manière symboliquement très puissante, des états de faits issus de guerres anciennes. Le principe même de l’équilibre territorial westphalien repose sur cette idée qu’un tracé frontalier peut éviter des guerres futures. Les formes d’irrédentisme montrent cependant que malgré les réglements frontaliers, des états de paix peuvent cacher une conflictualité latente et durable. L’histoire moderne et contemporaine de l’Europe en est une des nombreuses preuves.

Cet ordre s’est déployé de façon différenciée dans les territoires structurés par des puissances européennes anciennes et dans les espaces qu’elles ont colonisés, les ayant auparavant déclarés terra nullius, c’est-à-dire terre non occupée ou, dont la souveraineté ne pouvait pas être reconnue. Le tracé des frontières a donc marqué l’émergence d’un monde respectueux d’un statu quo post bellum, leur objectif étant de poser les conditions du maintien de la paix par le droit. Pourtant, l’époque moderne a pris un tout autre chemin que celui de la paix universelle kantienne, malgré les garanties construites peu à peu par le droit international.

Le lien entre paix, guerre et frontière peut donc être revisité de cette première manière, en regardant comment les solutions territoriales de sortie de conflit sont plus ou moins porteuses de stabilité durable.

2. Mais les border studies ont transformé radicalement cette formulation de la problématique, considérant désormais les frontières comme des constructions sociales en mouvement, dépendant plus du jeu d’acteur de part et d’autres, que d’une matérialisation physique. Leurs formes sont ainsi de moins en moins réduites à la ligne westphalienne, et peuvent s’inscrire dans des figures ponctuelles, zonales, archipélagiques ou réticulaires. In fine, la frontière a pu être décrite comme déterritorialisée et mobile (Amilhat-Szary, Giraut, 2015).

Ce numéro de l’Espace politique propose ainsi de creuser ce sillon, pour renouveler le regard de la géopolitique classique qui réduisait les frontières à des lignes de fronts.

De fait, si l’existence des frontières internationales est souvent liée au conflit, les interprétations sur cette interrelation fluctuent. Certains auteurs argumentent le fait que le tracé de frontières permet de régler des conflits, d’autres qu’il les attise. Par ailleurs, les évènements actuels invitent à reconsidérer le caractère conflictuel ou pacifique des tracés frontaliers. Pas de guerre entre le Mexique et les Etats-Unis, ni entre la Hongrie et ses voisins méridionaux, et pourtant des murs s’y érigent. Inversement, dans un contexte apaisé en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, les populations se trouvent de plus en plus divisées autour de frontières économiques, politiques et sociales qui s’imiscent au cœur des même des villes (Sarajevo, Mostar, Mitrovica, entre autres) et qui radicalisent les positions de part et d’autres.

3. Aujourd’hui cependant, les Etats ne sont pas les seuls détenteurs de la violence aux frontières, bien au contraire. Les organisations internationales, la Société des Nations puis l’Organisation des Nations Unies, ont joué un rôle important dans l’évolution du rapport aux frontières. Désormais, les règles du jeu des relations internationales ne se réduisent plus à une alternative entre des relations bilatérales ou le recours aux institutions internationales de niveau mondial. Les chartes de nombreuses autres organisations régionales requièrent de la part de leurs Etats membres qu’ils aient déterminé leurs frontières extérieures, encourageant un éventuel recours à la Cour Internationale de Justice. Le niveau régional constitue ainsi, depuis une cinquantaine d’années un élément déterminant pour la gestion des conflits frontaliers en Europe (OSCE) ou dans d’autres régions du monde où des processus d’intégration régionale sont en cours. C’est en Europe (UE et sa périphérie immédiate), que l’impact de l’intégration régionale sur la gestion des conflits frontaliers est le plus important, le plus diversifié aussi, mais également le plus original dans sa mise en œuvre. En tentant de réduire les inégalités autour des frontières, par des actions économiques, sociales ou culturelles, l’UE a considérablement fait évoluer les situations de conflit aux frontières. L’incapacité à empêcher la guerre et les massacres lors de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie (Toal, Dahlman, 2011) amène toutefois à nuancer ces propos.

La gestion de ces institutions sociales doit pourtant être comprise dans un contexte mondial où la violence interétatique est globalement en régression, comme l’illustre les repérages comptables effectués par l’ONG « Human Security Centre ». Les guerres civiles ont pris le pas sur les conflits internationaux dans la deuxième moitié du XXème siècle, et plus encore dans son dernier quart. Ce qui ne veut pas dire que les espaces frontaliers soient des zones totalement pacifiées. Au contraire, les conflits frontaliers constituent une représentation dominante des conflits territoriaux. Sans doute cette induration est-elle due à leur visibilité, sur les cartes notamment : les parties en présence peuvent tracer les périmètres revendiqués. C’est dans cette nuance paradoxale qu’il faut les examiner.

4. Les frontières ne fonctionnent plus comme un contour de protection des individus, mais forment désormais des lieux où, au contraire, ces derniers se trouvent en prise directe avec la violence de la mondialisation (Weber, Pickering, 2011). Conçues comme une enveloppe destinée à matérialiser le périmètre d’extension d’un pouvoir souverain, les frontières se trouvent remises en cause dans leur projet universalisant de marquage de contours au sein desquels un certain nombre d’individus se voit reconnaître et défendre un certain nombre de droits. L’évolution récente des frontières y fait apparaître une violence nouvelle, qui n’est pas celle du conflit armé, mais qui peut se révéler tout aussi léthale, notamment pour ceux qui tentent de les franchir sans détenir les papiers leur permettant une circulation aisée entre les territoires nationaux (Clochard, 2012 ; Rosière, 2012 ; Ritaine, 2015, Jones 2016).

Nous faisons désormais face à des frontières en apparence pacifiques, ou pacifiées, mais où le niveau de violence est extrême. Cette violence aux frontières questionne d’une façon inédite la binarité paix / guerre.

Les coordinateurs de ce numéro cherchent à réunir dans ce numéro spécial des articles revenenant sur les quatre thèmes développés ci-dessus, sur la dialectique de paix et de guerre aux frontières. Il s’agira de mettre l’accent sur les facteurs multiscalaires qui expliquent les évolutions géopolitiques récentes dans ces espaces complexes, mais aussi sur les conséquences pour les personnes de l’évolution du rôle des Etats.

Bibliographie

Amilhat Szary, A. L. & F. Giraut, Dir. (2015). Borderities: The Politics of Contemporary Mobile Borders. Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Bussi, M., Dir. (2009). Un monde en recomposition: géographie des coopérations territoriales. Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre.

Cattaruzza, A. & E. Dorier (2015), « Postconflit : entre guerre et paix ? », in Hérodote, n°158, 3/2015, pp.6-15.

Clochard, O. (2012). Atlas des migrants en Europe, Armand Colin

Flint, C., Dir. (2004). The Geography of War and Peace: From Death Camps to Diplomats New York, Oxford University Press.

Flint, C., P. Diehl, J. Scheffran, J. Vasquez & S.-h. Chi (2009). "Conceptualizing Conflictspace: Toward a Geography of Relational Power and Embeddedness in the Analysis of Interstate Conflict." Annals of the Association of American Geographers 99(5 (Geographies of Peace and Armed Conflict)): 827-835

Foucher, M. (1988). Fronts et frontières, Paris, Fayard

Jones, R (2016)/ Violent Borders: Refugees and the Right to Move, London, Verso

Kirsch, S. & C. Flint, Dir. (2011). Reconstructing Conflict, Ashgate

Kobayashi, A. (2009). "Editorial: Geographies of Peace and Armed Conflict: Introduction." Annals of the Association of American Geographers 99(5 (Geographies of Peace and Armed Conflict)): 819-826.

Lacoste, Y. (2012 [1976]). La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre. Paris, La Découverte.

Mamadouh, V. (2004). Geography and War, Geographers and Peace. The Geography of War and Peace: From Death Camps to Diplomats C. Flint. New York, Oxford University Press: 26-60.

McConnell, F., N. Megoran & P. Williams, Dir.. (2014). The Geographies of Peace, I.B.Tauris.

Ritaine, E. (2015), « Blessure de frontières en Méditerranée » in Cultures et conflits, 3/2015 (n° 99-100), p. 11-24

Rosière, S. (2012), « Vers des guerres migratoires structurelles », in BAGF, 2012-1, pp.74-93.

Toal, G. & C. Dahlman (2011), Bosnia remade, Oxford University Press

Weber, L. & S. Pickering (2011), Globalization and Borders, Palgrave

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals