Navigation – Plan du site
Varia

L’Open space ou comment les jeux de pouvoir engendrent de nouvelles formes de micro-territorialités dans les bâtiments intelligents

Open Space: How Power Games Give Rise to New Forms of Micro Territoriality in Smart Tertiary Buildings
Amélie Coulbaut-Lazzarini et Guillaume Bailly

Résumés

Cet article vise à étudier de nouvelles formes de ségrégations socio-spatiales, au sein d’un bâtiment tertiaire dans une perspective micro-géographique au niveau du bâtiment et de ses étages. Sur les terrains étudiés, les entreprises multinationales se révèlent fortement hiérarchisées, et peuvent être perçues comme des organisations quasi-totalitaires à l’image des asiles et des prisons, qui sont des marqueurs forts de contrôle socio-spatial. Il s’agira d’analyser de quelle manière les usages des bâtiments concernés ont un impact sur les pratiques spatiales de leurs occupants. Nous observerons comment ces pratiques s’articulent avec les représentations dominantes relatives aux rôles, aux positions, remplis par les acteurs et agents qui agissent en leur sein. Parallèlement, nous verrons dans quelle mesure les contraintes, le contrôle social et l’organisation spatiale conduisent les personnels à innover, à investir différemment les espaces constitutifs des bâtiments. Nous observerons de quelle manière ces détournements d'usage engendrent un redécoupage spatial fondé sur de nouvelles territorialités. Enfin, nous nous intéresserons à la fabrique de nouveaux liens sociaux, de nouveaux rapports de solidarité, et de nouvelles relations spatiales mues par la coopération pour atteindre l’objectif commun du programme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En France, les études menées par les Nations unies montrent que le pourcentage d’habitants vivant dans une aire métropolitaine s’élèvera à 70 % d’ici 2050 (Véron, 2008). Compte tenu de ces données, les enjeux de réduction de la production de CO² en milieu urbain sont majeurs. À ce titre, la question centrale de la mise en place d’une véritable coopération individuelle, collective et effective de la durabilité a notamment été discutée au travers un rapport produit par les Nations unies intitulé : «Breaking Down the Silos: Integrating Environmental Sustainability in the Post-2015 Agenda». Par suite, l’United Cities and Local Governments s’est positionnée sur cette base commune afin de traduire dans l’action cette déclaration d’intention. Du point de vue architectural et urbanistique, les objectifs affichés par l’UGCL consistent à proposer de nouvelles typologies de bâtis peu coûteux et peu énergivores, qu’ils concernent la sphère du domicile et celle du travail. Comme le mentionne Labardin (2011), la prise en considération de l’espace en tant qu’outil de contrôle dans les bâtiments date d’un siècle environ. Il répond à plusieurs impératifs : la réduction des frais généraux de l’entreprise, la mise en place d’un management pour réguler les relations sociales et enfin une réorganisation de l’espace permettant la surveillance des employés. De plus, Evette et Fenker (2011) relèvent que la maîtrise des coûts par la diminution des espaces dépend d’un contexte et d’une pratique, celle du community management. Dans ce cas de figure, l’exploitation et l’occupation des bâtiments dépendent d’une gestion du risque dont les qualifications ISO sont les normes de références. En aucun cas, l’occupation des lieux ne repose sur les pratiques des utilisateurs.

2Nous proposons de nous intéresser à cette dernière dimension en étudiant les pratiques des usagers dans les bâtiments intelligents. Cet article vise à analyser de quelle manière les usages des bâtiments, en particulier ceux liés à la consommation énergétique ont un impact sur les pratiques spatiales de leurs occupants. En nous appuyant sur un retour d’expérience francilien, nous observerons comment ces pratiques s’articulent avec les représentations dominantes relatives aux rôles, aux positions, aux fonctions remplis par les acteurs et agents qui agissent en leur sein. Parallèlement, nous verrons dans quelle mesure les contraintes, le contrôle social et l’organisation spatiale conduisent les personnels à innover, à investir différemment les espaces constitutifs des bâtiments. Nous observerons de quelle manière ces détournements d'usage engendrent un redécoupage spatial fondé sur l’appropriation de nouvelles territorialités.

3Précisons que le qualificatif intelligent utilisé pour les bâtiments s’envisage ici strictement sur le plan technique : il s’agit de bâtiments pilotés par des systèmes de régulation informatiques plus ou moins automatisés.

4Quant à la modernité, elle est ici perçue comme « une structure historique et polémique de changement et de crise. Inextricablement mythe et réalité, la modernité se spécifie dans tous les domaines : État moderne, technique moderne, musique et peinture modernes, mœurs et idées modernes – comme une sorte de catégorie générale et d'impératif culturel. » (Encyclopaedia universalis : Modernité p.1). Dans les bâtiments étudiés qui appartiennent à des entreprises qui se veulent à la pointe de l’innovation, la modernité correspond à une « tradition du nouveau » (Rosenberg, 1962), un symbole de l’image idéale qu’ils doivent représenter, au moins en apparence.

5Nous allons, dans cet article, livrer un aperçu de nouvelles formes de modernité dans les bâtiments intelligents. Nous nous intéressons à la manière dont les occupants investissent les locaux et organisent leur rapport à ces espaces (Gutman et Glazer, 2009). Cela s’inscrit dans deux dimensions croisées, matérielle et psychologique (Klitzman et Stellman, 1989), qui influent sur le bien-être des travailleurs. Nous montrerons de quelle manière la technique et les systèmes de pouvoir au sein des bâtiments intelligents ont un impact sur les pratiques socio-spatiales de leurs occupants. Nous souhaitons discuter du renforcement des contraintes du système de domination traditionnel dans l’entreprise, de la notion de progrès telle que nous l’avons définie, en nous appuyant sur plusieurs hypothèses. Nous vérifierons si l’innovation contribue à inscrire dans l’espace le pouvoir hiérarchique et si les usagers réagissent à la contrainte sociale en s’appropriant de nouveaux espaces. Par ailleurs nous vérifierons si les usagers portent des formes de revendications liées à leurs conditions de travail au travers de nouvelles relations socio-spatiales.

6Nous avons souhaité observer toutes les configurations et reconfigurations spatiales à l’œuvre dans les bâtiments tertiaires étudiés. L’open space ne constituait pas a priori une focale centrale. Cependant, nos données issues des entretiens et observations de terrain lui confèrent une place incontournable dans notre article. Nous proposons donc de revenir ici brièvement sur l’open space dans la littérature.

7Comme le montrent différents travaux (Brennan, Chugh et Kline, 2002 ; Hirning, Isoardi et Cowling, 2014) la mise en place d’open spaces dans des bâtiments est productrice d’une dégradation des conditions de travail de leurs occupants, en contradiction avec les formes de modernité promises par les promoteurs de ces nouvelles logiques spatiales. D’autres soulignent l’ambivalence entre ouverture spatiale et contrôle hiérarchique (Maclouf, 2013 p.33). Certains auteurs insistent également sur l’importance du sentiment de contrôle de son espace de travail, qui est limité en open space (de Korte et al., 2015 ; Fischer et Fousse, 2002 ; Lee et Brand, 2005). C’est bien ces modalités de contrôle et d’appropriation des espaces que nous souhaitons interroger dans cet article.

8Nous nous inscrivons dans le cadre de la géographie politique (Rosière, 2003), dont l’analyse historique (Sanguin, 2013) vient préciser notre angle d’approche et notre démarche. Nous nous appuierons sur les écrits de Claval (1978) et de Raffestin (1980). Raffestin et Bresso, (1979) indiquent que le travail en tant que pouvoir essentiel des hommes forme la base de la géographie du pouvoir. Cette géographie du pouvoir n’est pas circonscrite à une échelle de prédilection mais revêt des formes multiples bornées à la fois par les limites du temps et de l’espace. En cela, le temps de travail à l’intérieur des bâtiments intelligents constitue un terrain d’étude privilégié pour observer les rapports de pouvoirs noués entre individus à l’intérieur des entreprises. L’objectif consiste à mieux y saisir de nouvelles formes de modernités socio-spatiales et d’en comprendre les effets. L’échelle d’analyse, celle du bâtiment se prête bien à la pratique d’une micro-géographie. Germon (2009) montre ainsi comment la configuration de l’espace, jusque dans ses détails les plus précis (tels que l’agencement des open spaces), influe sur les pratiques quotidiennes. Il s’agit ici d’autant de repères d’analyse utiles pour les pratiques observées selon les types d’espaces dans les bâtiments que nous étudions. Par ailleurs, les travaux d’Erving Goffman (Goffman, 1968) sur les asiles et d’Olivier Milhaud (Milhaud, 2009) sur les prisons révèlent des stratégies d’utilisation et d’appropriation de l’espace qui nous semblent tout à fait intéressantes et opératoires dans le cas des immeubles de bureaux, bien que ces derniers offrent la liberté ultime de sortir de l’espace confiné concerné. La micro-géographie de la liberté développée par ces auteurs permet ainsi de différencier les espaces où les contraintes institutionnelles sont plus ou moins marquées.

  • 1 Un smart grid est un réseau électrique intelligent, c’est-à-dire piloté par des systèmes informatiq (...)

9Cet article s’appuie sur des données recueillies lors d’une étude menée au sein d’un projet collaboratif impliquant différents acteurs académiques et industriels, des PME aux grands groupes internationaux, entre avril 2012 et décembre 2014. Ce projet était focalisé sur la mise en œuvre d’un démonstrateur smart grid1 en Île-de-France. Il devait notamment apporter une validation théorique des nouvelles applications d’optimisation énergétique et de la méthode de diagnostic et d’amélioration continue sur différents profils d’infrastructures, avec en particulier une approche comportementale et sociologique des utilisateurs afin de mieux identifier et qualifier les principaux leviers de changement dans un contexte d’activité professionnelle tertiaire. Nous avions la charge d’appréhender les comportements des occupants des deux bâtiments définis comme sites pilotes, leurs interactions avec les systèmes techniques, les freins et les leviers permettant l’évolution de leurs usages des bâtiments vis-à-vis de l’optimisation énergétique. Un questionnaire a été passé auprès de 825 salariés des deux bâtiments franciliens pilotes, sièges sociaux de grands groupes du secteur de l’énergie. En complément, des entretiens semi-directifs ont été menés auprès de certains de ces salariés afin d’affiner et d’enrichir les réponses obtenues par questionnaire. Vingt-deux ont pu être exploités. Des observations ethnographiques permettant un accès direct aux pratiques en train de se produire ont complété ce recueil de données. Ces observations ont été effectuées sur des laps de temps allant d’une heure à une journée, à intervalles irréguliers durant deux ans, au gré des opportunités d’accès aux bâtiments (réunions, entretiens, comités de pilotage, visites techniques…). La population sur laquelle porte l’étude est celle des sièges de grandes entreprises. Elle est donc fortement diplômée (60 % ont un niveau bac+5 et plus), âgée de 22 à 64 ans, et constituée en majorité de cadres.

Micro-territorialité dans les bâtiments intelligents : Quelles empreintes spatiales du pouvoir hiérarchique ?

Affectation à un type de bureau selon le grade : un état des lieux de « nouvelles » formes de ségrégations socio-spatiales

10Cette étude prend pour cadre les locaux de grandes entreprises fortement hiérarchisées où les employés composent entre leurs libertés et le poids de l’organisation (Crozier et Friedberg, 1992), ce qui implique qu’ils sont modelés autant qu’ils modèlent la structure et les processus de travail dans lesquels ils s’inscrivent. L’usage du bâtiment répond à un management comportant un processus décisionnel descendant, pour lequel l’illusion de la transparence répond à de nouveaux modes de contrôle (Pélegrin-Genel, 2012). Sur les 264 répondants, 259 (98,1 %) occupent un bureau, dont 168 (63,6 %) en open space, 56 (21,2 %) en bureau fermé collectif et 37 (14 %) en bureau individuel (Figure 1).

Figure 1 - Type de bureau occupé

Figure 1 - Type de bureau occupé

11Ayant noté cette sur-représentation nette des occupants d’open space, nous souhaitons maintenant repérer comment s’organise spatialement cette répartition. Cette répartition spatiale repose sur une forme de ségrégation sociale que nous transposons à l’échelle du bâtiment. Comme l’indiquent Levy et Lussault (2003 : 831), la ségrégation renvoie à un : « Processus et état de séparation spatiale tranchée des groupes sociaux qui se manifestent dans la constitution d’aires marquées par une faible diversité sociale, des limites nettes entre ces espaces et ceux qui les jouxtent et les englobent, une légitimisation sociale, par une partie des acteurs au moins, de ce processus et de cet état. »

12Plus que cela, c’est ici d’une forme particulière de ségrégation dont il s’agit de rendre compte, la « spécialisation » (Levy et Lussault, op. cit.).

Figure 2 - Types d'espaces existant sur un étage

Figure 2 - Types d'espaces existant sur un étage

13En effet, nous constatons que l’espace d’évolution est fragmenté en zones (Figure 2) dont les frontières physiques sont plus ou moins matérialisées (boxes aux murs bas, open space sans délimitation côté couloir, espaces de convivialité sans porte…). Chaque type d’espace possède une dimension hiérarchique symbolique. Comme c’est classiquement le cas dans les entreprises très hiérarchisées (Zalesny et Farace, 1987) le degré d’intimité et la taille des espaces sont corrélés au grade de leur occupant.

  • Ainsi, les bureaux fermés individuels sont réservés aux plus hautes sphères de la hiérarchie.

  • Les bureaux fermés collectifs sont ensuite attribués par ordre hiérarchique descendant, à l’exception des bureaux des secrétaires de direction.

  • Les open spaces sont attribués aux autres occupants qui ne peuvent bénéficier d’un bureau fermé.

  • Les boxes servent aux occupants des open spaces qui ont besoin d’un peu plus d’intimité pour leurs conversations téléphoniques ou un travail à plusieurs. Cependant, dans l’un des deux bâtiments, leur cloisonnement partiel rend la protection strictement visuelle, les sons se propageant largement dans les open spaces voisins.

14Par ailleurs, la hiérarchie spatiale s’observe non seulement au travers des espaces délimités sur le plan, mais également de manière plus subtile, comme l’exposent Des Isnards et Zuber (Des Isnards et Zuber, 2008) : « comme tous les juniors, on les a installés direct à des bureaux côté couloir aux écrans bien exposés. Sonia, avec trois ans d’expérience, est placée près de la fenêtre dos au mur. Il y a une hiérarchie géographique »

15On voit que les bureaux fermés encadrent de manière tout à fait stratégique tous les open spaces. Nous ne chercherons pas ici d’explication fournie ou non à cette répartition, mais seulement à observer une distribution des différents espaces dans le cadre plus large de l’étage du bâtiment.

16N°16 : « Alors, ce qu’y a de très drôle quand même ici. Vous avez des bureaux seuls… c’est les VIP’s résidents. Euh si euh… ça leur arrive d’être là. Mais c’est… pour les VIPs résidents. Et là ils ont un bureau tout seul. Après vous avez les bureaux de deux, deux personnes, c’est pour le directeur. Et après c’est l’open space. Après c’est pour les autres. Le directeur… Bon bein voilà, vous passez devant le bureau, vous savez que c’est bien gardé. Bon, bon… c’est anecdotique, mais pas que quand même hein… »

17Si l’organisation spatiale des bâtiments étudiés rend compte d’une distribution hiérarchique des rôles, technologie et technique peuvent aussi concourir à son renforcement (Vanolo, 2014).

Un renforcement du contrôle socio-spatial : la technique au service du pouvoir ?

18Le pouvoir se matérialise sous différentes formes dans les bâtiments étudiés. On observe un contrôle de l’accès à l’espace mais également la diffusion de messages de propagande sur différents supports, le contrôle de certaines formes de production des employés, ainsi que, pour une part, leur utilisation de l’énergie.

19L’espace de travail se décline en plusieurs dimensions spécifiques qu’il convient d’explorer. Tout d’abord des zones bien définies réservées à des tâches précises. Ces dernières sont ensuite délimitées par des frontières poreuses de circulation. Enfin, un lieu immatériel, celui de l’espace numérique, sert de vecteur de transmission de l’information et également de moyen de contrôle.

20Les spécificités des espaces dans lesquels cette recherche s’effectuent influent dès la phase de recueil des données, où nous nous confrontons à ce que Jean-Christophe Gay dénomme les traversées du quotidien (Gay, 2013). Ainsi, des badges délimitent les accès aux unités spatiales telles que les différents étages de l’entreprise. Les frontières des zones d’ascenseurs ou les espaces plus ou moins ouverts des bureaux et autres salles fragmentent les circulations des personnes et brident nos déplacements et observations. Il n’existe pas à proprement parler d’impossibilité physique de franchir ces espaces, mais le contrôle social, la pression hiérarchique et l’autocensure conduisent les salariés à ne fréquenter les espaces que dans la mesure où leur usage est justifié par la mission qui leur est confiée. Une particularité s’observe dans une zone qui semble anodine : le sas des ascenseurs. Dans l’un des bâtiments, il est nécessaire d’utiliser un badge pour pouvoir sortir de ce sas et accéder aux étages. Les employés qui oublieraient leur badge se verraient contraints soit d’attendre un collègue, soit de redescendre à l’accueil signaler leur oubli, marquant symboliquement ainsi une déviance temporaire.

21Une fois franchis les sas, ouverts ou fermés selon les bâtiments, les couloirs se présentent comme des lieux empreints de normes et de traces du pouvoir. Les messages envoyés par la hiérarchie rappellent à l’usager les comportements qu’il doit adopter à l’intérieur du bâtiment. Si l’on trouve ces marques sur les murs des couloirs (Figure 3) ces messages de propagande sont également diffusés dans certains espaces de détente comme les cafétérias (Figure 4).

Figure 3. Les murs de la propagande

Figure 3. Les murs de la propagande

Figure 4. Incursion télévisuelle à la cafétéria

Figure 4. Incursion télévisuelle à la cafétéria

22Des téléviseurs affichent en boucle les valeurs de l’entreprise et les attitudes à adopter en termes d’efficacité énergétique. En définitive, dans ces lieux, le responsable du site garde une pression, si ce n’est un contrôle sur les occupants en leur rappelant les consignes à appliquer. On voit là une forme de délocalisation du pouvoir, qui envahit, via des systèmes technologiques, des espaces-temps de liberté des occupants. En effet, la temporalité (Schmitter et Santiso, 1998) des messages diffusés dans ces espaces constitue une manière de poursuivre les salariés afin de mieux diriger leurs faits et gestes. Cette « intensification de l’espace-temps » (Riain, 2006) s’observe bien dans l’utilisation des espaces de convivialité par les responsables de sites. Nos données montrent également que la diffusion de messages dans ces espaces-temps est efficace (Tableau 1).

Tableau 1 - Moyens de communication qui font réagir les occupants

Tableau 1 - Moyens de communication qui font réagir les occupants

23Un dernier dispositif technique retient notre attention en termes de contrôle spatial. Il s’agit de l’éclairage. Il est à noter qu’à partir de 19 h, chaque soir l’éclairage est automatiquement coupé par le système. Au-delà de la première extinction automatique, l’utilisateur peut rallumer. En revanche, à partir de cet instant, l’éclairage est de nouveau coupé toutes les demi-heures. Ces coupures d’éclairage tendent à conditionner l’occupant à se conformer au schéma défini pour lui. Il s’agit d’une invitation à quitter le bâtiment en fin de journée en dehors des plages horaires standard. Le fait de ne pas travailler dans les plages horaires définies par la hiérarchie n’est pas conforme aux normes de réduction énergétique qu’une occupation d’un bâtiment intelligent sous-tend. S’il paraît légitime d’allumer un étage pour un collectif d’une cinquantaine de personnes, la démarche peut paraître contre-productive si elle concerne un seul utilisateur.

24Les problématiques d’efficacité énergétique et les rapports sociaux inscrits dans l’espace se trouvent intimement liés comme l’illustre l’entretien n° 9 : « l’autre jour après la coupure personne ne rallumait alors qu’il faisait un peu noir, tout le monde attendait que quelqu’un le fasse. Je crois que tout le monde veut la paix, donc ça peut jouer contre nos objectifs mais ça peut jouer avec. »

25Ici, c’est l’usage de la lumière qui illustre ces liens, car la localisation de l’interrupteur nécessite que quelqu’un prenne la responsabilité de se lever, sous le regard de tous les occupants de la zone, pour aller allumer la lumière, signe d’une volonté de confort qui supplante la volonté de contribuer à l’efficacité énergétique. Ce geste a donc une portée sociale dans l’espace de travail occupé, dans deux sites qui se veulent pilotes en matière d’efficacité énergétique.

26Nous venons de voir que technologie et technique peuvent concourir au renforcement du contrôle dans l’espace de travail étudié. Il convient à présent de nous intéresser aux positionnements individuels des usagers face à la contrainte spatiale.

À chacun sa place : des pratiques sous l’influence des représentations dominantes

27Ainsi, les bureaux fermés individuels sont réservés aux plus hautes sphères de la hiérarchie. Lors de la majeure partie de nos phases d’observation, nous avons constaté que la plupart des bureaux de ce type étaient vacants. Les entretiens montrent que les dirigeants occupent peu les locaux car leur fréquence de déplacement en dehors du bâtiment est telle que leur lieu de travail est un continuum temporel multispatial (Tillous, 2009).

28N°18 : « Euh… si je parle de mes chefs… ils sont euh… très rarement euh … sur place. Ils voyagent beaucoup. Enfin… eux ils sont plutôt dans la… que les réunions. »

29En conséquence, les espaces de travail les plus confortables et prisés ne sont pas nécessairement accessibles et pourtant visibles (baie vitrée). En effet, l’accès peut en être autorisé pour certains sous couvert d’un passe-droit octroyé par le titulaire dudit bureau.

30Les bureaux fermés collectifs sont ensuite attribués par ordre hiérarchique descendant, à l’exception des bureaux des secrétaires de direction. Les open spaces sont attribués aux autres occupants, qui ne peuvent bénéficier d’un bureau fermé. Cependant, cette catégorie de travailleurs est largement composée de managers et autres chefs de projets, qui, bien qu’ils aient un grade synonyme de leadership, n’ont pour autant pas accès au privilège du bureau fermé. Ils sont donc ramenés à la représentation sociale (Jodelet, 2003) des ouvriers non qualifiés, par leur affectation spatiale.

31Parmi les éléments de l’espace physique sur lesquels s’ancrent un contrôle social, il nous faut mentionner ici le cas des fenêtres, dans l’un des bâtiments étudiés. En effet, dans ce bâtiment, les fenêtres sont fermées par interdiction, par le biais de stickers apposés. Comme nous l’a montré une personne interrogée, à l’initiative de la pose de ces stickers, les fenêtres peuvent en réalité s’ouvrir en grand, y compris aux étages élevés. Ce qui est intéressant ici, c’est que cette contrainte, purement sociale, ne répond pas aux mêmes impératifs de la part des différents acteurs à l’origine de cette contrainte. De la part des acteurs techniques, la fermeture permanente des fenêtres répond à un but d’efficacité énergétique, qui est celui annoncé aux occupants. Il s’agit de rendre les comportements des utilisateurs conformes à la conception de la régulation technique du bâtiment (Schakib-Ekbatan et al., 2015) De la part de la personne interrogée et des responsables hiérarchiques, il s’agit davantage d’un contrôle social, pour empêcher les gens de passer par la fenêtre : « Les fenêtres, c’est moi qui ai fait rajouter les stickers mais au départ, on n’a pas à ouvrir la fenêtre. […]. Comme auparavant j’étais chez Renault et qu’il y a une personne qui a sauté, pas dans la réunion où j’étais, mais dans un environnement proche, pour moi c’est toujours un stress, et on peut pas empêcher les gens de faire des actes comme ça mais si ils ont pas la possibilité de le faire tout de suite peut-être qu’après ils réfléchissent et bon ils se calment et voilà ». (Entretien n° 1).

32Cet aspect a été renforcé par des vagues de suicides ces dernières années, particulièrement en Ile-de-France, ce qui pose question en termes de pression sociale. Cependant, ce qui est éclairant ici c’est que le contrôle social s’avère plus puissant que le contrôle physique, comme en témoignent certains extraits d’entretien : « les fenêtres on a interdiction de les ouvrir. Donc c’est respecté, fait. Il y a pas de possibilité de jouer sur les fenêtres ouvertes fermées. Faut pas jouer sur l’ouverture des fenêtres. Parce que tout est piloté, réglé. Donc, faut pas jouer avec les fenêtres. C’est bien noté ne pas ouvrir les fenêtres. On le sait tout de suite. » (Entretien n° 2).

33La personne ne questionne pas les possibilités réelles qu’elle a, elle se conforme aux règles édictées pour elle au sein de l’espace qu’elle occupe. Ici, les liens à l’espace en l’absence de réel blocage matériel sont prégnants.

34En open space, la surveillance, le contrôle, et le manque d’intimité se font sentir. Comme l’expriment Des Isnards et Zuber (2008 : 42), « L’open space ressemble à un petit village où les petits vieux observent ce qui se passe dans la rue à travers les persiennes. Les petits vieux, ce sont les Vincent, Guillaume, Sonia and co, des consultants ni langue de pute ni délateurs mais des personnes qui jugent. Tout le monde surveille tout le monde. Tout le monde s’entend, se voit, s’épie. »

35Cette dimension du contrôle ayant cours dans les open spaces est également évoquée par certains de nos interlocuteurs, surtout lors des entretiens informels : « l’open space, c’est clair, c’est une surveillance de tous les instants, par tout le monde et pour tout. Si tu pars à 16 h, il y aura toujours quelqu’un pour te dire, sur le ton de la plaisanterie ou pas, « tu prends ton après-midi ? » Tes moindres faits et gestes sont observés. » (Entretien informel, 25.2.2015).

36Comme le mentionne également un répondant, cette proximité engendre une autorégulation fondée sur la surveillance permanente. N° 23 indique à ce titre « Suis en open space et flex office. On a des gens à peu près civilisés dans notre service donc ça va. Non, non j’ai déjà eu le problème donc euh…on arrive pas à bosser. Donc il faut que chacun fasse un effort. Là on vient de passer tous en flex office… open. Y a des gens il faut les voir. Si y a le téléphone, tu le baisse. Ta bouche aussi, parce que on entend que toi. Voilà il faut faire la police. Après c’est le rôle de l’encadrement que de faciliter ce genre de trucs. Voilà. »

37Conformément à une pratique de la géographie du pouvoir (Rosière, 2001, p.35), nous avons identifié les jeux d’acteurs au regard des positionnements hiérarchiques d’une part, et d’autre part de ces positionnements hiérarchiques dans l’espace. L’observation de la variété de ces modes de contrôle, qui rend compte des empreintes spatiales du pouvoir hiérarchique, se double par ailleurs d’une surveillance collective que nous avons pu mettre en lumière. Il en résulte un effet rétroactif, puisque la surveillance collective concourt à renforcer les logiques de domination hiérarchique. En effet, chaque individu peut être le témoin permanent d’un écart de l’autre par rapport à la norme sociale définie par la hiérarchie.

38En conséquence, les occupants cherchent ailleurs une échappatoire au pouvoir. Il convient, à présent, d’en discuter les modalités.

Quand les usagers redessinent leur espace : un aperçu de nouvelles formes de modernité

S’adapter ou travailler hors de son bureau pour se libérer du poids hiérarchique et collectif

39En cas de réagencement spatial, le positionnement de chaque individu varie en fonction de son statut et de sa capacité à négocier. Car comme le mentionne n° 21 : « Moi j’aime bien être à la lumière. Donc euh… parce que j’ai un poste où je suis là toute la journée. Au dernier déménagement, bein tout le monde me proposait d’être au milieu là. Là j’ai dit non. J’ai dit moi il faut celui-là […] Donc j’ai demandé être à côté d’une fenêtre. Je suis un peu loin de lui, mais suis à côté d’une fenêtre. Donc c’était plutôt sympa de m’avoir accepté. Donc de ce côté-là bein j’ai de la lumière suis bien, il me faut de la lumière. »

40Cependant, pour certains occupants, partir de son bureau devient une nécessité pour échapper à l’organisation sociale et au contrôle social induit. Certains lieux théoriques de convergence deviennent répulsifs, leurs occupants captifs de la co-présence et du poids collectif (Edelman, Habart et Desage, 2012). Dans ce cas, l’altérité peut se manifester sous deux angles. Ainsi, les différences sont d’ordre corporatiste et culturel. Concernant le premier point, N° 10 déclare ainsi : En plus le problème c’est que y a des métiers où on a besoin d’être concentrés. Y a des métiers où les gens ont besoin de parler. Si vous mettez un self et un marketing ensemble c’est affreux. Parce que le self il a besoin de parler à ses clients, donc il va parler ce qui est normal. Et l’autre il a besoin d’avoir […] se concentrer sur les stats. C’est un peu compliqué. Donc ça c’est horrible. »

41Sur le plan culturel cette fois, N° 10 indique : « On est dans une équipe où y a beaucoup de gens qui viennent de partout, c’est très international […] Bon, notre boss lui il est Américain, lui il supporte pas la chaleur. Et si vous pouvez lui foutre la clim à 15, il serait ravi. Au Moyen-Orient c’est ça, en Inde c’est ça […] Donc c’est, c’est on a… c’est très compliqué à… la collectivité c’est compliqué. »

42En conséquence, certains usagers développent des stratégies pour échapper à la densité et la co-présence. N° 2 indique que la proximité d’autrui le conduit à se soustraire à ce poids en quittant le lieu : « je suis depuis deux ans en open space. C’est pas forcement pour moi l’idéal pour moi pour … pour me concentrer. Mais bon, et… le problème c’est qu’on dérange aussi hein () on est mal à l’aise parce que… on est dérangé, mais quand on dérange… on… est mal à l’aise aussi pour travailler hein personnellement… de déranger. D’ailleurs on me l’a déjà dit…c’est vrai que quand on a des écouteurs ou… parfois bein on parle hein. On m’a déjà dit qu’il fallait parler moins fort. Bon, pas qu’à moi mais euh… entre autres. Bein oui mais c’est… compliqué. Et comme les salles, je vous disais les salles de réunions y en a pas… y en a pas de disponible euh… quand on en a besoin. Bon…on s’arrange, on squatte euh… par si, par là… »

43C’est justement parce que l’art du repli donne lieu à diverses stratégies territoriales qu’il s’agit désormais d’en étudier les spécificités.

Les lieux investis : de nouvelles territorialités pour les occupants

44Si la fuite temporaire est une échappatoire du contrôle hiérarchique, elle témoigne également d’une quête de confort et de réappropriation de ses conditions de travail (Chua et Iyengar, 2006). Il existe en effet une marge d’action pour les occupants, leur permettant de contourner les affectations spatiales qui leur sont attribuées dans les bâtiments que nous étudions. L’open space n’est pas nécessairement un lieu de convergence et de ralliement qui témoigne de la dynamique collective par la proximité. Dans le bâtiment étudié, les occupants des open spaces équipés d’ordinateurs portables quittent fréquemment ces zones pour investir des lieux tels que les salles de réunion, boxes ou cafétérias. Ces derniers disposent ainsi de l’éclairage individuellement souhaité. Certes les occupants ne peuvent pas recomposer totalement le lieu investi, mais l’endroit choisi leur offre un panel restreint d’opportunité nécessaire à la quête d’une certaine forme de confort.

45N° 11 indique être souvent en recherche d’autres lieux : « des espaces de convivialité. (...) il faut au moins avoir des espaces où on puisse, enfin un tout petit peu s’isoler… »

46Ainsi, les couloirs originellement dédiés à la circulation deviennent, au travers de leurs décrochés, et des micro-espaces aménagés, des lieux de halte où il devient possible d’échanger malgré la proximité du flux des passants (Figure 5). En témoigne cette observation au cours de laquelle deux personnes, installées dans cet espace, à qui notre accompagnateur a lancé « Alors la [nom du service], on travaille dans les couloirs ? », ont répondu malicieusement « Flex office ! ».

Figure 5 - Espace aménagé

Figure 5 - Espace aménagé

47De même, « espaces de convivialité » est la dénomination consacrée des cafétérias, où plusieurs de nos entretiens se sont déroulés, faute de salle de réunion disponible ou parce que nos interlocuteurs considéraient l’endroit plus agréable. Avant le démarrage de l’enregistrement des entretiens, ou après leur fin, nos interlocuteurs nous ont ainsi expliqué que ces cafétérias leur servaient régulièrement de lieu de travail collectif ou même, paradoxalement, d’espace « au calme » pour travailler « tranquillement près d’une fenêtre ». Nous avons pu effectivement observer des personnes venues s’installer dans ces espaces pour travailler, seules ou en petits groupes. Et ce, aussi bien dans les petites cafétérias d’étages que dans la grande, qui est aux heures de repas la salle de restauration rapide.

48Enfin, d’autres stratégies peuvent s’observer. À titre d’exemple n° 2 explique son comportement nomade : « je déambule avec mon ordi. Ça m’est arrivé de … d’être dans une salle, quelqu’un arrive … donc de quitter la salle, continuer ma conf call avec le casque, la webcam et puis euh… dans les couloirs jusqu’à attendre que je retrouve un bureau de libre parce que quelqu’un n’est pas là, il est en déplacement, je rentre dans son bureau, et je m’installe et je continue la conf call. »

49La fuite liée à la densité et la co-présence peut donc donner lieu à des logiques d’appropriation spatiale. Ce réinvestissement des lieux et leur détournement questionnent le rapport entre modernité, technique et progrès social qu’il convient d’étudier à présent.

La modernité comme oxymore : quand la technique interroge le progrès social

50Si comme l’indique Legoff (2004), l’ouvrier au XIXe siècle était alors un « barbare » qu’il fallait dompter, le constat diffère ici. La logique mise en place dans les bâtiments étudiés consiste bien plus à maintenir une pression constante sur les cadres de l’entreprise. Il s’agit pour la hiérarchie de s’assurer du constant degré de performance de ces derniers. La logique de réussite passe par le respect de valeurs communes, telles que l’» esprit d’équipe, l’écoute, l’exemplarité». Par ailleurs, comme l’indique Ragon (1991a, 1991b), la réduction des frais généraux de l’entreprise possède d’autres répercussions qui répondent à un « impératif » fonctionnaliste à l’échelle du bâtiment. Celui-ci possède une finalité spécifique. Dans notre cas, le bâtiment répond à l’impératif du développement durable. Le contenu de la plaquette vise à faire du bâtiment « une vitrine exemplaire et ambitieuse des savoir-faire ... en matière de développement durable ». Cette description est suivie d’une liste de labels permettant d’ancrer la démarche dans la norme contemporaine correspondant à une diminution de l’empreinte carbone. Enfin, la liste des caractéristiques techniques des systèmes novateurs est dressée. Le vocable de la plaquette promotionnelle se double d’un discours de communication externe. Les visites effectuées par les responsables de la communication auprès d’un public extérieur sont principalement axées sur les spécificités techniques du bâtiment, alors esthétique, intelligent et moins énergivore. De plus, l’extrait du communiqué de presse est assez révélateur de la démarche de réduction des frais généraux discutée en amont de ce paragraphe : « Il s'agit d'un véritable concentré des innovations les plus performantes du bâtiment durable : le meilleur assemblage pour la meilleure performance à coût global maîtrisé. » Sur le plan social, le communiqué précise à la marge quelques modalités liées aux conditions de travail : « L’objectif des aménagements intérieurs a été de faire de l’immeuble une « vitrine » qui valorise les technologies et les savoir-faire […] tout en créant un environnement de travail fonctionnel et convivial ».

51Cette déclaration d’intention pose la question de la mise en œuvre d’un tel dessein. L’on peut s’interroger sur le véritable impact du projet décrit dans la plaquette et pointer ainsi une forte contradiction entre la création d’un environnement de travail convivial et les conséquences négatives liées à ces aménagements sur le personnel présent dans le bâtiment. Est-ce à dire qu’il s’agit d’une opération de greenwashing de la part des dirigeants de l’entreprise étudiée ? Nous pouvons nous poser la question au regard des définitions proposées par (Cordelier et Breduillieard, 2014) portant sur la publicité verte. Si comme l’indiquent ces deux auteurs, la tentative d’écoblanchiment consiste à communiquer pour mettre en avant les avancées de l’entreprise en termes de développement durable « bien qu’elles ne réalisent pas de véritables actions responsables », ou comme le mentionne (Biros, 2014) « la dissimulation d’une vérité peu positive concernant une entreprise dans une enveloppe de vert » aucun élément ne nous permet d’affirmer que la mise en place du réagencement spatial interne fondé sur l’open space correspond à une stratégie tacite de la part des dirigeants qui serait parfaitement conscient d’une dégradation supposée des conditions de travail. La commande de cette étude avait également pour objectif de servir de retour d’expérience au commanditaire lui-même afin de réfléchir aussi aux conséquences de la mise en place d’un aspect de sa politique RSE. Si l’agencement spatial conduit à une certaine dégradation des conditions de travail, il convient toutefois de dissocier cet aspect d’une volonté de mettre en place une politique d’efficacité énergétique fondée sur une évolution des comportements des usagers du bâtiment. Ainsi, les logiques spatiales correspondent à des logiques de pouvoir tandis que les programmes de conduite de changement des comportements correspondent à des logiques d’efficacité énergétique.

52En termes d’agencement spatial, pour certains, le travail en open space peut se révéler contre-productif, et la proximité dans la densité n’est pas nécessairement un gage d’efficacité et de performance. Comme le déclare par exemple N° 16 : « on dit : « les open space, c’est pour favoriser la communication « Alors là, suis … je m’insurge contre ça ! Parce qu’en fait, quand tout le monde travaille ensemble, plus personne ne se parle. Et donc que…il y a plus de communication entre… entre collègue. Et ça fait partie aussi… ça peut faire partie du management d’une équipe. Ça peut faire partie de… d’un certain confort, de faire un petit break, parler d’autre chose. Et voilà, donc euh… là au niveau confort, on est très très mal lotis. Mais par contre, avoir un bureau où euh… à la limite on peut s’asseoir, prendre un moment, pour discuter d’un sujet ou d’un autre »

53Pis, le changement de conditions de travail généré par l’agencement des différents espaces a parfois des répercussions néfastes sur l’atmosphère générale. N° 16 déclare à ce titre un effet étonnant lié à la densité : « C’est personnel, c’est la solitude. Non, c’est la mauvaise ambiance interne. C’est ça… c’est ça le plus gênant. Si on était 10, y en n’a pas un qui s’adresse à l’autre. C’est plus comportemental que… que technique en fait. Le facteur humain… me dérange plus que la technique. »

54Cette dégradation des conditions de travail, pointée dans la littérature (Lee, 2010), ressort des entretiens bien qu’elle ne fasse pas l’objet de revendications auprès de la hiérarchie. Certains usagers admettent renoncer à certains aspects de leur confort mais tout de même jusqu’à un certain seuil. Comme le souligne n° 18 : « moi je ne demande pas à être dans un environnement confortable. Par contre, j’aimerais euh… euh, qu’on me donne euh… la possibilité euh… de… de mieux travailler (...) Et puis c’est simplement la présence humaine là, vraiment à proximité immédiate. Donc euh, on voit toujours des gens qui bougent, des gens qui passent, des gens qui parlent… c’est… c’est de la déconcentration. »

55Si nous pouvons retenir que l’un des effets induits du réagencement spatial par le décloisonnement et la densité peut donner lieu, chez certains usagers, à des phénomènes de déconcentration, d’autres évoquent une fatigue récurrente :

56À ce sujet N° 4 déclare « C’est pas évident de travailler … dans un espace où …très…très… très grand. On est dérangé en fait (). .On est constamment dérangé. C’est une fatigue inutile. Moi j’appelle ça une fatigue inutile.»

57Les modifications techniques dues au fonctionnement du bâtiment intelligent provoquent également des adaptations de ses occupants (Keyvanfar et al., 2014). Parmi la liste, nous relevons ainsi l’adaptation à la variation des températures entre période hivernale et estivale, le rapport au bruit et à la luminosité. Ces changements, dégradations provoquent parfois l’ire de certains directeurs de sites qui tentent de faire entendre leur voix. Comme l’indique n° 7 « Vous seriez venus en décembre euh… … 2010, vous auriez vu les environnements de travail qui étaient… très impersonnels, sans … pratiquement… de cloisonnement. Ce qui faisait un bruit important d’une part, aucune confidentialité, aucune euh… aucune maîtrise de son espace. Y’avait pas de cloisonnette y’avait rien, aucune maitrise de son espace. Et… moi j’appelais ça des…(silence). »

58Sur le plan du confort thermique, nos entretiens révèlent deux discours antagonistes. L’un émane des responsables techniques du site qui tentent d’optimiser le chauffage au regard des normes ISO et des spécificités du bâtiment intelligent. L’autre discours est lié à la perception de chaque usager selon son ressenti. N° 6 reconnaît la pluralité des discours mais doit pour autant trouver une solution satisfaisante en termes de consommation :

59« y a les personnes qui sont plus sensibles que d’autres. Beaucoup de gens se plaignaient qu’il fait froid, mais forcément ils arrivaient à sept heures trente / huit heures. Heure de démarrage des CTA sept heures, donc on… n’allait pas remettre les CTA à six heures pour faire plaisir à trois pèlerins. De la même manière que le soir à dix-neuf heures quand elle se coupe, les gens qui restent beaucoup plus tard se plaignent. Mais… c’est pareil, on peut pas… se permettre de… de laisser tourner les CTA…voilà… pour les quelques pèlerins ».

60À l’autre bout de la chaîne les déclarations sont d’un autre ordre : N° 3 : En ce moment c’est le sujet du chauffage, parce que ce n’est pas homogène, et il y a des coins froids, et quand on est dans ces coins froids c’est pénible. ». Pour N° 10 : « typiquement nous cet été dans notre open space c’était horrible, on avait super froid puisque la clim est vraiment trop forte. Donc dehors il faisait très chaud et à l’intérieur on avait des pulls. C’est horrible hein ?»

61Ce type de changements liés à l’évolution des normes de confort technique et l’inertie du bâtiment possède des répercussions sur l’usager qui désormais s’adapte comme le montre la déclaration de N°12 : « Euh… je m’en accommode. Si j’ai froid je mets un pull, si j’ai chaud je l’enlève. Euh… la lumière, bein si elle est éteinte quand j’en ai besoin je la rallume. Euh… suis pas… suis assez spartiate. Je préfère être à côté d’une fenêtre, c’est évident. Là je vois bien là, c’est bien.

62Sur le plan de la lumière, l’automatisation est parfois sujette à interrogation plutôt qu’à facilitation comme l’indique N° 23. « Bein moi quand j’arrive le matin et je sais pas quel bouton et que j’en ai quatre bein… j’appuie sur les quatre comme ça je serais sûr d’avoir la lumière dans mon bureau. Parce que c’est pas du tout indiqué».

63Enfin, le bruit dû à l’ouverture des espaces de travail est perçu en open space comme un facteur de dégradation des conditions de travail comme indiqué par Mital et al. ou Sundstrom et al., par exemple (Mital, McGothlin et Faard, 1992 ; Sundstrom et al., 1994). N°7 évoque également le problème : » Ce qui me gêne beaucoup, c’est le bruit dans les open spaces. Chez moi je mets pas de musique, pas de bruit. Ici quand les gens sont au téléphone, ou parlent, c’est très désagréable, donc ça c’est gênant pour mon confort. ».

64Nous avons vu que différents facteurs liés à l’organisation spatiale des espaces de travail ont des effets importants sur les usagers des bâtiments intelligents étudiés. Pour autant, si comme nous l’avons observé, des stratégies de fuite des espaces attribués et de réinvestissement de lieux tiers se développent de manière éphémère dans le temps, nous pouvons désormais nous interroger sur l’existence de contre-pouvoirs visant à améliorer ces conditions. Ces derniers auraient pour objet de faire remonter des doléances à une hiérarchie elle-même contrainte d’appliquer des normes de fonctionnement. Nous allons désormais observer les mécanismes du jeu de pouvoir entre parties prenantes dans les bâtiments étudiés.

Des relations socio-spatiales alternatives en lien avec les programmes innovants : une liberté sous contrôle

Échapper à la pression hiérarchique en développant des relations socio-spatiales alternatives

65Ce développement de relations socio-spatiales alternatives peut être largement favorisé par la mise en place de programmes innovants par un service de l’entreprise, conférant ainsi à ces relations un cadre dans lesquelles s’inscrire. Paradoxalement, les utilisateurs se retrouvent alors dans un nouveau cadre, régi par des règles, que nous évoquerons dans notre dernière partie. Dans l’un des bâtiments, un programme visant à l’atteinte d’une meilleure efficacité énergétique en s’appuyant sur les pratiques des utilisateurs du bâtiment a été mis en place. Dès lors, il s’agit pour les « ambassadeurs » de ce programme de contribuer à la sensibilisation de leurs collègues aux problématiques d’efficacité énergétique, et aux gestes permettant de contribuer aux économies d’énergie. Sans entrer dans le détail de la description de ce rôle, cela les conduit à établir de nouvelles relations sociales, dans différents espaces du bâtiment. Cette nouveauté et cette impression de s’extraire d’un carcan nous ont été rapportées en entretien :

66N° 8 : « L’ambiance du groupe, les petits déjeuners… sortir un peu du cadre et faire quelque chose de différent qui m’a plu, pour un investissement minimum ça fait un break, nous ouvrir l’esprit un peu, regarder les bonnes choses qui sont faites dans la société. […] Ma motivation principale est pas sauvegarder la planète, c’est plus m’ouvrir l’esprit à ce qui se fait et sortir la tête du guidon. Derrière il y a les gains d’énergie, la planète, mais là c’est une opportunité avec un bon fond qui permet d’agrandir son réseau et de sortir de son poste et ses actions. »

67Cependant, au-delà de ces propos, nos extraits d’entretiens enregistrés ne portent pas trace d’éléments concernant la pression hiérarchique. Ces aspects, dont une grande partie des personnes interrogées ont fait mention, restent tabous. Ils ont été évoqués soit hors temps de l’entretien, lorsque nos interlocuteurs nous raccompagnaient, soit après avoir requis une interruption dans l’enregistrement. La pression hiérarchique est largement ressentie comme particulièrement présente, mais les personnes interrogées ne souhaitent pas en parler ouvertement. Le programme d’optimisation énergétique, en offrant aux salariés participants une raison légitime de s’ouvrir à de nouvelles relations sociales avec des collègues d’autres services, leur permet, dans ce cadre, de s’affranchir de cette pression en allant échanger sur des sujets qui ne constituent pas le cœur de leur travail quotidien.

68Leur rôle modifie donc le rapport à l’espace et à l’énergie des ambassadeurs, en élargissant les frontières usuelles en vigueur sur le lieu de travail. En effet, comme le soulignent Germon et Gay (Gay 2013; Germon 2009), l’espace quotidien est empli de codes, de signes et de frontières, plus ou moins matérialisées mais bien incorporées, qui influent sur les déplacements. Dans notre bâtiment 1, ce programme désignant des ambassadeurs modifie ces codes et ces frontières en poussant les ambassadeurs soit à investir des espaces au-delà de leur zone de travail habituelle, soit à se rendre dans ces espaces dans des temps dépassant leurs déplacements usuels. Par exemple, un ambassadeur peut se rendre dans l’open space voisin, voire dans tous les autres open spaces de l’étage pour divulguer son message. Il peut également se rapprocher d’une salle de réunion occupée par des collègues et leur adresser la parole sans être convié à participer à la réunion, pour leur rappeler de penser à éteindre un vidéoprojecteur inutilisé, par exemple. Ces nouveaux rapports sociaux impliquent des nouveaux rapports spatiaux, libérateurs de l’espace contraint usuel.

69Toutefois, bien qu’elle débouche sur des initiatives collectives conviviales, l’autonomisation du mouvement ambassadeur est éphémère et s’inscrit en définitive dans une logique descendante légitimée par des impératifs techniques.

La modernité comme moteur de reproduction des logiques hiérarchiques descendantes

70Au cours de notre étude, nous avons constaté que le caractère intelligent du bâtiment, entendu au sens technique de l’optimisation de la consommation énergétique, et son image moderne et innovante, reposent sur une organisation descendante et une légitimation des logiques hiérarchiques. Cela se décline au travers de trois logiques distinctes.

71La première d’entre elles a trait au rôle des responsables, c’est-à-dire toute personne occupant un rôle de décisionnaire et de régulateur des technologies d’optimisation énergétique. Le discours produit par ces acteurs vise à s’insurger contre le cadre normatif pour mieux renforcer leur leadership. L’entretien N° 7 montre cet acte de résistance au nom du collectif :

72« J’ai refusé, j’ai refusé… que mes équipes travaillent dans cet environnement-là. Je l’ai refusé. Je ne prends pas la direction du site, si c’est pour mettre mes équipes là-dedans. Je peux pas concevoir qu’on puisse travailler comme ça. »

73La deuxième logique de contrôle hiérarchique s’applique de manière graduelle du haut vers le bas de la pyramide et ce en fonction des responsabilités endossées. Nous relevons un fait intéressant : les hauts dirigeants échappent aux normes sociales qu’ils souhaitent voir appliquer en reportant le poids du caractère exemplaire sur leurs subordonnés, à quelques exceptions près qui sont rapportées lors des entretiens mais qui restent peu visibles, du fait de la faible présence de ces hauts responsables dans les locaux de leur entreprise. L’entretien n° 9 montre que l’effort en termes d’économie d’énergie est reporté sur le plus grand nombre sans que les hauts responsables soient les émetteurs ou l’incarnation au quotidien des pratiques vertueuses à adopter dans le bâtiment.

74 » Les gens sont de plus en plus sollicités et du coup… si on voit pas en quoi ça sert. Les gens sont quand même solidaires un minimum, donc il faut trouver des images, et il faut que ça vienne des gens d’en haut. » « Les dirigeants du site ne sont pas visibles. Sauf le chef de Camille. Les autres il y a peut-être encore plus de réticences. Mais ce serait bien si des hauts dirigeants pouvaient faire passer les messages. Il y a un VP, Mr X, qui est impliqué. »

75L’entretien n° 23 montre cette répartition de l’effort collectif et le caractère illégitime du pouvoir des haut-dirigeants qui se cristallise dans le discours des véritables messagers devant appliquer et relayer l’information de réduction de consommation énergétique. Cette délégitimation a pour effet second d’affaiblir la position des ambassadeurs qui ne peuvent sanctionner tout manquement au respect des règles du jeu comme le montre l’entretien N° 23 : « Quand on fixe des règles dans un bâtiment, il faut des garants. Et les garants… je pense qu’aujourd’hui économie d’énergie ce sont les gens plus ou moins généraux, et ils n’ont pas forcément la puissance de feu nécessaire pour maintenir… je dirais les règles du jeu. Je dirais qu’à un moment donné il faut un pouvoir hiérarchique pour pouvoir… faire respecter la règle de fonctionnement du bâtiment. Parce que c’est toujours la règle de l’exception je crois. »

76Enfin, la dernière logique touche directement la part d’occupants volontaires. Cette population qui souhaite agir, soumise à la hiérarchie, se heurte à des contradictions : le fait de ne pas pouvoir imposer des normes pourtant venues d’en haut aux supérieurs censés les appliquer. A ce titre, N°14 déclare : « je pense que… avec les personnes. Je sais pas comment vous expliquer. M’adresser à … pas au Directeur mais euh…aux gens… qui, qui mais pas au directeur directement. »

77Cette contradiction est symbolique d’une illusion de pouvoir dont il s’agit de pointer à présent les ressorts.

Nouveaux liens sociaux et pouvoir, des relations paradoxales

78La création et le déploiement de programmes innovants impliquant les occupants des bâtiments intelligents mettent au jour un mécanisme paradoxal de renforcement du contrôle et du pouvoir hiérarchique par la mise en œuvre de relations socio-spatiales alternatives. C’est en retraçant la genèse de ces programmes et en en suivant la fresque temporelle que nous découvrons ces implications.

79En effet, on observe que le programme innovant est d’abord décidé et validé par la haute hiérarchie de l’entreprise. Il s’inscrit dans une logique descendante qui vise à demander des efforts aux personnels afin de réduire les coûts énergétiques de l’entreprise.

80Par la suite, le programme est confié à un service, qui crée un rôle d’ambassadeur chargé de diffuser le message d’optimisation énergétique. Un premier paradoxe apparaît : alors que le choix d’un challenge entre étages est retenu, pour stimuler les efforts d’optimisation énergétique par la compétition, les entretiens expriment pour parler de ces événements une orientation vers des notions de solidarité et des relations socio-spatiales alternatives basées sur la coopération. Au travers des réunions organisées dans le cadre du programme ambassadeur, certains mettent l’accent sur les échanges ayant pu avoir lieu avec des collègues :

81N° 17 : « Les gens dans le reste du bâtiment, je les ai vus, entendus euh, surtout au mois de juin. Là ça été des moments de rencontre quand même privilégiés, puisqu’on faisait un petit-déjeuner par semaine dans la cafétéria. Euh… donc là ça été un moment d’échange. […] Et y a eu beaucoup de gens qui sont venus dans les cafétérias discuter. […] Et… à peu près en moyenne, par semaine 200 personnes dans les cafétérias. […], on sait qu’on est en interaction avec beaucoup de gens dans le bâtiment. »

82La coopération et ces nouvelles relations aux autres et à l’espace apparaissent comme un moteur de l’implication des occupants dans ce programme. Enfin, le second et principal paradoxe se dessine au travers de l’obtention de résultats par ce programme, qui valide ainsi la décision initiale des responsables, relégitimant les logiques hiérarchiques. On perçoit ainsi que les relations socio-spatiales créées, certes alternatives et permettant un temps de s’extraire des logiques hiérarchiques imposées dans le cadre habituel des missions des personnels, s’inscrivent dans un nouveau cadre, régi par des règles. Donc la liberté acquise ne l’est que dans le cadre très strict du programme défini par la hiérarchie, dont les résultats nourrissent la puissance et la légitimité.

Conclusion

83Le jeu d’acteurs étudié illustre les mécanismes d’inscription spatiale du pouvoir à l’intérieur d’un bâtiment intelligent et la mise en place d’une surveillance collective permanente qui tend à renforcer les logiques de domination hiérarchiques. Nous avons montré que cette surveillance et les modes d’organisation spatiales des espaces de travail ont un impact conséquent sur les conditions de travail de la population étudiée. Parmi les effets les plus marquants, nous pouvons relever des logiques de résistance mais aussi de fuite des espaces attribués ainsi que des stratégies de réinvestissement circonstanciées de lieux tiers. Dans ces lieux, de nouveaux rapports sociaux se nouent en tant que symboles libérateurs de l’espace contraint usuel. Cependant, il n’est en définitive possible de redéfinir dans ces endroits que les contours d’un exercice professionnel conforme à l’atteinte d’objectifs initialement fixés par la hiérarchie. Par ailleurs nous avons relevé que des relations socio-spatiales alternatives pouvaient également émerger par un nouveau réinvestissement des lieux. Cependant, ces dernières échappent peu au pouvoir hiérarchique. Tel est le cas des programmes innovants impliquant les occupants des bâtiments intelligents.

84Si nous avons vérifié l’hypothèse selon laquelle l’inscription spatiale du pouvoir était profondément marquée dans les bâtiments intelligents en fonction du principe de spécialisation, les résultats observés montrent un fait intéressant qui ne corrobore pas la seconde hypothèse de recherche : si les usagers s’arrangent de la contrainte spatiale pour se réapproprier des lieux existants plus propices à la réalisation de leurs objectifs professionnels, en aucun cas, il n’existe de formes de « contre-démocratie » (Rosanvallon, 2006). Dit autrement, la population de cadres étudiée ne fait pas remonter à la hiérarchie des revendications propres à la modification de leurs conditions de travail, bien qu’ils fassent état de dysfonctionnements inhérents à l’agencement spatial dont ils sont l’objet. Cette absence d’action pose question. Si aucune distanciation critique n’existe, le phénomène est-il dû au statut même de cadre dans l’entreprise ? Est-ce lié à un faible taux de syndicalisation, une certaine forme de fatalisme ? Un réagencement socio-spatial par le bas est-il concevable et sous quelles formes (Sundstrom et Burt, 1980 ; Welzel, 2014)? Voilà autant de pistes pour de futures recherches.

Haut de page

Bibliographie

BIROS C., 2014, Les couleurs du discours environnemental, Mots. Les langages du politique, 105, 45‑66.

BRENNAN A., CHUGH J., KLINE T., 2002, Traditional versus open office design, a longitudinal field study, Environment and Behavior, 34, 279‑299.

CHUA R.Y.-J., IYENGAR S.S., 2006, Empowerment through Choice? A Critical Analysis of the Effects of Choice in Organizations, Research in Organizational Behavior An Annual Series of Analytical Essays and Critical Reviews, 27, 0, 41‑79.

CLAVAL P., 1978, Espace et pouvoir, Paris, PUF, 257 p.

CORDELIER B., BREDUILLIEARD P., 2014, Publicité verte et greenwashing, Gestion 2000, me 30, 6, 115‑131.

CROZIER M., FRIEDBERG E., 1992, L’acteur et le système: Les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

DE KORTE E.M., SPIEKMAN M., HOES-VAN OEFFELEN L., VAN DER ZANDE B., VISSENBERG G., HUISKES G., KUIJT-EVERS L.F.M., 2015, Personal environmental control: Effects of pre-set conditions for heating and lighting on personal settings, task performance and comfort experience, Building and Environment, 86, 166‑176.

DES ISNARDS A., ZUBER T., 2008, L’open space m’a tuer, Hachette Littérature, Paris, 211 p.

EDELMAN M., HABART C., DESAGE F., 2012, L’espace et l’ordre social, Politix, 97, 1, 7.

EVETTE T., FENKER M., 2011, Conception et usages de l’espace – une autre lecture des risques psychosociaux - laboratoire espaces travail - LET, in F. Hubault, dir.), Risques psychosociaux : quelle réalité, quels enjeux pour le travail ?, Octares, Toulouse.

FISCHER G.-N., FOUSSE C., 2002, Espaces de travail et communication – Une lecture psychosociale, Communication et organisation, 21.

GAY J.-C., 2013, Les traversées du quotidien., Espaces-Temps.net. Revue électronique des sciences humaines et sociales.

GERMON O., 2009, Les chorégraphies urbaines des piétons parisiens, Géographie et cultures, 70, 57‑78.

GOFFMAN E., 1968, ASILES. : Etude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les Editions de Minuit, 452 p.

GUTMAN R., GLAZER N., 2009, People and Buildings, New Brunswick, N.J, Transaction Publishers, 492 p.

HIRNING M., ISOARDI G., COWLING I., 2014, Discomfort glare in open plan green buildings, Energy and Buildings, 70, 427–440.

JODELET, D., dir.), 2003, Les représentations sociales, Paris, Presses Universitaires de France - PUF, 447 p.

KEYVANFAR A., SHAFAGHAT A., ABD MAJID M.Z., BIN LAMIT H., WARID HUSSIN M., BINTI ALI K.N., DHAFER SAAD A., 2014, User satisfaction adaptive behaviors for assessing energy efficient building indoor cooling and lighting environment, Renewable and Sustainable Energy Reviews, 39, 0, 277‑295.

KLITZMAN S., STELLMAN J.M., 1989, The impact of the physical environment on the psychological well-being of office workers, Special Issue Festschrift for Jack Elinson, 29, 6, 733‑742.

LEE S., BRAND J.L., 2005, Effects of control over office workspace on perceptions of the work environment and work outcomes, Journal of Environmental Psychology, 23, 25, 323‑333.

LEE Y.S., 2010, Office layout affecting privacy, interaction, and acoustic quality in LEED-certified buildings, Building and Environment, 45, 7, 1594‑1600.

MACLOUF E., 2013, Espaces de travail et management, Revue de gestion des ressources humaines, 81, 5‑18.

MILHAUD O., 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, phdthesis, Université Michel de Montaigne - Bordeaux III.

MITAL A., MCGOTHLIN J., FAARD H.., 1992, Noise in multiple-working station open-plan computer rooms: Measurements and annoyance, Journal of Human Ergology, 21, 69‑82.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, Géographie économique et sociale), 249 p.

RAFFESTIN C., BRESSO M., 1979, Travail, espace, pouvoir, Pratiques des sciences de l’homme, 166 p.

RIAIN S. ó, 2006, Time-Space Intensification: Karl Polanyi, the Double Movement, and Global Informational Capitalism, Theory and Society, 35, 5/6, 507‑528.

ROSENBERG H., 1962, La Tradition du nouveau, traduit par MARCHAND A., Les Editions de Minuit, Paris, Arguments), 284 p.

ROSIÈRE S., 2001, Géographie politique, géopolitique et géostratégie: distinctions opératoires, L’information géographique, 65, 1, 33‑42.

SANGUIN A.-L., 2013, Résurgence institutionnelle et avenir de la géographie politique en France depuis les années 1970, L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, 21.

SCHAKIB-EKBATAN K., ÇAKICI F.Z., SCHWEIKER M., WAGNER A., 2015, Does the occupant behavior match the energy concept of the building? – Analysis of a German naturally ventilated office building, Building and Environment, 84, 142‑150.

SCHMITTER P.C., SANTISO J., 1998, Three Temporal Dimensions to the Consolidation of Democracy, International Political Science Review, 19, 1, 69‑92.

SUNDSTROM E., BURT R.., 1980, Privacy at work: Architectural correlates of job satisfaction and job performance, Academy of Management Journal, 23, 101‑117.

SUNDSTROM E., TOWN J., RICE R., OSBORN D., 1994, Office noise, satisfaction, and performance, Environment and Behavior, 26, 195‑22.

VANOLO A., 2014, Smartmentality: The Smart City as Disciplinary Strategy, Urban Studies, 51, 5, 883‑898.

VÉRON J., 2008, Enjeux économiques, sociaux et environnementaux de l’urbanisation du monde, Mondes en développement, 142, 2, 39‑52.

WELZEL C., 2014, Evolution, Empowerment, and Emancipation: How Societies Climb the Freedom Ladder, World Development, 64, 33‑51.

ZALESNY M., et FARACE R., 1987, Traditional versus open office: A comparison of socio-technical, social relations, and symbolic meaning perspectives, Academy of Management Journal, 30, 240‑259.

Haut de page

Notes

1 Un smart grid est un réseau électrique intelligent, c’est-à-dire piloté par des systèmes informatiques automatisés

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Type de bureau occupé
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 2 - Types d'espaces existant sur un étage
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 3. Les murs de la propagande
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-3.png
Fichier image/png, 84k
Titre Figure 4. Incursion télévisuelle à la cafétéria
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-4.png
Fichier image/png, 100k
Titre Tableau 1 - Moyens de communication qui font réagir les occupants
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 5 - Espace aménagé
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4251/img-6.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Coulbaut-Lazzarini et Guillaume Bailly, « L’Open space ou comment les jeux de pouvoir engendrent de nouvelles formes de micro-territorialités dans les bâtiments intelligents », L’Espace Politique [En ligne], 31 | 2017-1, mis en ligne le 19 avril 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4251 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4251

Haut de page

Auteurs

Amélie Coulbaut-Lazzarini

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication
URE //TransitionS, Université de Nice
amelie.coulbaut@uvsq.fr

Guillaume Bailly

Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme
Laboratoire ESO Le Mans, Université du Maine
guillaume.bailly@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals