Navigation – Plan du site

Crises et mutations contemporaines : analyses géopolitique et géo-économique

Appel à contributions pour L’Espace Politique n°34 (2018-1)
Date limite de soumission des propositions : 1er octobre 2017

See this call for contributions in English

Coordinateurs de ce numéro : François Bost (francois.bost@univ-reims.fr) et Stéphane Rosière (stephane.rosiere@univ-reims.fr)

L’objectif de ce numéro, qui poursuit le colloque organisé à Reims en mai 2016, est de faire le point sur les crises et les mutations qui affectent le monde contemporain sur les plans géopolitiques et géoéconomiques. Le monde est en effet entré dans une période de forte instabilité dont les symptômes sont nombreux : guerres, attentats, crise économique, baisse de la croissance, chômage, etc. Ce numéro de L’Espace politique souhaite comprendre les formes que prennent cette crise et les conséquences, notamment sur le plan (géo)économique et (géo)politique.

Un aspect essentiel des articles attendus pour intégrer ce numéro sera d’envisager comment l’évolution contemporaine du monde s’écarte des représentations en cours dans les années 1990 et 2000. Des événements forts soulignent ces trajectoires inattendues. Sur le plan économique, la « crise des subprimes » apparue en 2007 aux États-Unis, s’est étendue à l’ensemble de la planète. En 2017, les difficultés perdurent : stagnation de la croissance dans les pays développés et ralentissement dans les pays émergents, explosion du chômage, désindustrialisation et délocalisations, tensions boursières en Chine, dans la zone euro, etc.

Sur le plan géopolitique, les foyers de tension se sont aussi multipliés en Afrique saharienne et sahélienne, au Proche-Orient (Irak et Syrie), en Extrême-Orient (mer de Chine) comme en Europe orientale (Ukraine). Dans ce contexte tendu, les forces nationalistes, les mouvements populistes, les partis favorables à la fermeture semblent avoir le vent en poupe. Les pôles de puissance se redéployent entre les États-Unis, la Chine et les autres puissances régionales. Les organisations régionales, à la charnière du géo-économique et du géopolitique, sont largement concernées par les tensions actuelles. Le Brexit, les tensions internes au Conseil de coopération du Golfe ou de l’ALENA soulignent ces évolutions que nul analyste ne pronostiquait il y a seulement dix ans.

Le numéro « Crises et mutations contemporaines » vise donc à interroger ces bouleversements en apportant des éléments d’analyse. Il s’agira de confronter les attendus de la mondialisation avec les représentations contemporaines de la mondialisation en soulignant notamment les logiques de fermeture qui semblent la caractériser. Les coordinateurs de ce numéro souhaitent mettre l’accent sur trois thématiques principales :

1. La crise, depuis 2007-2008, le monde est-il confronté à une « crise » ou connaît-il une « mutation » largement inédite, annonciatrice de bouleversements majeurs et en chaîne ? A cet égard, il s’agira de déterminer quelles sont les expressions les plus pertinentes de cette crise et / ou de ces dynamiques qui esquissent l’émergence d’un monde nouveau.

2. La « fermeture » (repli sur soi, formes plus ou moins larvées de protectionnisme, logiques de blocs concurrents, construction de barrières aux frontières, etc.) paraît être une des manifestations de la situation actuelle. S’agit-il d’une nouvelle logique mondiale dominante ? Dans quelle mesure la fermeture, toujours relative, renvoie-t-elle à la notion d’asymétrie et est-elle créatrice de déséquilibres ?

3. Quel lien est-il possible d’établir entre économie et politique dans l’évolution contemporaine du monde ? Quelle imbrication existe entre ces deux registres ? Les textes pourront apporter des réponses à ces questions à toutes les échelles, du local au mondial, et en considérant tous les types d’acteurs.

Ce numéro de L’Espace politique est consacré aux changements à l’œuvre dans le monde contemporain. Sont-ils une chance ou une menace ? Quel est leur nature ? Comment peut-on les analyser ? Pour mener ce travail critique et analytique, les coordinateurs souhaitent mettre en évidence trois réflexions fondamentales.

1. Questionner les notions de crise et mutation

Les termes de « crise » et « mutation » expriment les évolutions à actuelles mais expriment des analyses et des représentations très différentes. Le mot crise est anxiogène et traduit l’idée d’un accident de parcours dans une évolution générale qui resterait inchangée. Le mot mutation est d’une interprétation plus positive, quoiqu’il implique l’entrée dans une période d’incertitudes et de reconfigurations profondes.

La discussion sur les termes de « crise » et de « mutation » pose une question centrale : l’ordre du monde est-il seulement malmené actuellement, tout en restant globalement stable, ou entrons-nous dans une nouvelle ère qui implique une révision complète de nos grilles de lecture ? Malgré les réticences, la transition énergétique offre un exemple de mutation tout à fait profonde qui n’est pas seulement liée à une crise passagère mais à une transformation profonde du fonctionnement du monde.

In fine, il importe donc de répondre à cette question en montrant comment, d’un point de vue géoéconomique et géopolitique, un « nouvel ordre mondial » s’imposerait, plus multipolaire et plus conflictuel que celui dont rêvaient les hommes politiques et les économistes néolibéraux des années 1990.

2. Une logique de « fermeture » ?

Alors que l’idée d’ouverture, associée à la mobilité, est l’un des mots-clefs de la mondialisation, la paradoxale « fermeture » du monde paraît tout la fois un symptôme et une cause des tensions actuelles. Cette dernière se manifeste aussi sur les plans économiques, territoriaux ou culturels. Une réévaluation de ces notions fétiches (ouverture, mobilité, etc.) semble nécessaire.

Les formes économiques de la fermeture sont nombreuses : stagnation de l’intégration économique du monde depuis Doha en 2001, régionalisation du monde en organisations intergouvernementales concurrentes, remise en question des coopérations régionales (Trump, Brexit) retour au protectionnisme et renforcement de la « guerre économique », etc.

D’un point de vue géopolitique, loin de la « fin de l’histoire » et de l’avènement d’une paix généralisée, la situation contemporaine est marquée par des guerres, des revendications territoriales (signalons les cas de la Russie et de la Chine), des crises politiques (Corée, printemps arabe, populisme européen), le maintien de foyers et de menaces terroristes, et les tensions sécessionnistes (Écosse, Catalogne). La vision post-territoriale, qui a été la doxa de la géographie, depuis vingt-cinq ans est-elle remise en cause ?

La fermeture interculturelle mérite aussi d’être évoquée. Les partisans du « choc des civilisations » sont nombreux, et de nouvelles ségrégations se consolident. Revendications territoriales ou tensions interethniques et migratoires perturbent l’intégration du monde. Quel sens donner aux nombreux « murs » qui sont érigés dans les villes comme aux frontières ? La situation contemporaine valide-t-elle le paradigme néo-libéral de paix par le commerce ?

3. Quels liens entre (géo)économie et (géo)politique ?

Dans une perspective plus épistémologique, ce numéro souhaite porter une réflexion sur les relations existant entre géopolitique et géo-économie. Quels liens peut-on esquisser entre ces deux démarches (qu’Edward Luttwak, par ex., a pu considérer comme se succédant dans le temps : le monde passant selon sa conception de la géopolitique à la géo-économie). Ce postulat est-il fondé ? Les deux logiques ne sont-elles pas plutôt corrélées ? L’interaction entre les deux approches reste-peu investiguée et paraît fructueuse. La crise économique et/ou monétaire peut devenir géopolitique ou inversement. En Ukraine, en 2014, la sécession de la Crimée, puis des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, s’est transformée en crise monétaire pour leurs habitants et en crise (et sanctions) financière pour la Russie, l’Union européenne répondant par des mesures financières aux annexions russes. Ces mesures sont-elles efficaces ? L’Allemagne, championne de la rigueur, dépourvue de forces armées et de prétentions territoriales, s’inquiète désormais du délabrement de son outil militaire. La situation économique actuelle dégradée explique-t-elle ces comportements et ces craintes que l’on croyait disparus ?

Les coordinateurs de ce numéro attendent des propositions de communications autour de ces 3 thèmes généraux ou une discussion autour des concepts clefs (crise, mutation, fermeture, mondialisation) ou un examen critique des représentations confrontées à des situations localisées. Celles-ci pourront se référer à différents champs disciplinaires tels que la géographie, l’économie, les sciences politiques, la sociologie politique, etc.

Calendrier

Les propositions de textes sont attendues d’ici le 1er octobre pour une mise en ligne à la fin de l’hiver 2017-18. Elles doivent être envoyées à François Bost (francois.bost@univ-reims.fr) et Stéphane Rosière (stephane.rosiere@univ-reims.fr).

  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals