Navigation – Plan du site

Dix ans de L’Espace politique. Géographie politique et géopolitique en question

Ten Years of L’Espace politique. Questioning political geography and geopolitics.
Stéphane Rosière

Résumés

Cet éditorial du numéro anniversaire des dix ans de L’Espace politique revient d’abord vers la revue : les circonstances de sa création, ses objectifs et sa diffusion actuelle. L’auteur esquisse ensuite un bilan épistémologique de la décennie passée en géographie politique et géopolitique, soulignant la domination de l’école « critique ». Enfin, il tente de mettre en exergue quelques lignes de force dans l’évolution du monde depuis dix ans et notamment la réhabilitation de l’usage de la force dans les relations internationales, la fissuration des accords régionaux, la recomposition des systèmes politiques dans le cadre démocratique (ou pseudo démocratique). Il conclut en soulignant la domination de l’échelle anthropologique (grande échelle) et des thèmes liés aux individus plutôt qu’à l’analyse de l’état du monde. Cette posture, si elle est trop systématique, peut poser problème.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le chiffre de 260 intègre tous les articles, y compris textes introductifs des numéros thématiques, (...)

1En janvier 2007, L’Espace politique publiait son premier numéro, sur un site indépendant basé au Québec. En une décennie, la revue s’est transformée et s’est consolidée. 260 articles y ont été publiés, avec régularité, en trois numéros annuels1. La commémoration des dix ans de la sortie du premier numéro de L’Espace politique est l’occasion d’un bilan en trois points : sur la revue elle-même en soulignant ses mutations et la croissance de son lectorat (1), sur la géographie politique et la géopolitique auxquelles la revue est dédiée (2) ; mais aussi sur l’évolution le monde (3) qui, s’il n’est pas son objet exclusif, ne peut pas ne pas la concerner.

Les mutations de la revue L’Espace politique : croissance du lectorat et internationalisation

2Lancée comme revue de la Commission de géographie politique et de géopolitique du CNFG2 en 2007, L’Espace Politique a été portée par l’équipe de recherche Habiter de l’université de Reims dès l’année 2008. Seul un laboratoire pouvait offrir à une revue les conditions minimales de son développement. L’Espace Politique a intégré le portail Revues.org en 2009 puis a été référencé par le Ministère de la recherche en 2010. La revue renforce depuis son référencement. Elle s’est nettement affirmée dans le paysage de la géographie française et francophone, et son rayonnement international augmente. Des soutiens précieux ont permis cette consolidation :

3- Le Comité National français de géographie (CNFG), émanation française de l’Union géographique internationale. La commission de géographie politique et géopolitique du CNFG était dirigée, de 2004 à 2012, par Stéphane Rosière (aujourd’hui directeur de publication), avec Amaël Cattaruzza (membre du comité éditorial qui pilote la revue). L’UGI a joué son rôle aussi en tant que réseau structurant l’ensemble fut le vivier naturel des membres des différents comités ;

4- L’Université de Reims puisque après un an d’existence, L’Espace politique a été intégrée au projet du laboratoire Habiter (EA.2076) porté par S. Rosière. Une revue académique nécessite des moyens qui ne sont pas forcément très importants en termes financiers mais surtout stables et pérennes. C’est cette stabilité que lui offert l’intégration au projet scientifique de l’équipe Habiter, en tant qu’outil de rayonnement de disciplines promues sur place (Master, doctorats).

5- Le rôle de Revues.org doit aussi être souligné. L’intégration de L’Espace politique à Revues.org en 2009, a porté la publication et lui a assuré une bien meilleure lisibilité avec un grand professionnalisme. L’intégration à cette plateforme de revues en sciences humaines et sociales a été un élément précieux dans la consolidation de la revue. 

  • 3 Il est difficile de lister l’ensemble des revues ayant adopté le label « géopolitique ». En 2007, e (...)

6La réunion fondatrice de L’Espace politique en décembre 2005 à Paris, directement liée à la mise en place de la nouvelle commission du CNFG en 2004, exprimait le besoin d’enrichir l’offre académique en géopolitique3, mais aussi de fonder la première revue française qui s’attache au label « géographie politique » (il n’existait aucune revue française défendant ce label avant 2007).

  • 4 Si l’on condamne une science en raison de ses développements initiaux, alors l’Histoire devrait êtr (...)

7Le fait d’assumer ces deux appellations offre à la revue un positionnement inédit en France dans la mesure où les tenants de la géopolitique dédaignent traditionnellement la géographie politique, la réciproque étant aussi vraie. De ce fait, la revue tentait de renouer les fils entre deux démarches proches mais qui cristallisés deux écoles (Paris 8 pour la géopolitique, Paris 1 et Paris 4 pour la géographie politique). Dès le départ, l’équipe éditoriale de L’Espace politique postule que les deux démarches sont proches sur le fond : elles sont « des branches concurrentes pour un objet commun » (Rosière, 2007). Ainsi, importe-t-il de dépasser une querelle d’appellations qui est surtout une rivalité de pouvoirs au sein de la géographie et qui impliquerait en creux pour les uns que la géographie politique n’existe pas ou pour les autres que la géopolitique n’est pas une science, ou seulement une étude des rivalités territoriales entre les États rendue obsolète par la mondialisation. Les deux points de vue paraissent indéfendables : des dizaines de scientifiques ont écrit sous le label géographie politique et défendent cette démarche depuis les travaux fondateurs de Friedrich Ratzel (1844-1904). Il n’est pas possible de considérer cette appellation comme inexistante ou nulle et non avenue. Quant à la géopolitique, si elle a bien été conçue comme une démarche nationaliste visant à l’hégémonie, elle n’est pas intrinsèquement limitée à cette finalité. L’Histoire a par exemple été pensée, en de nombreux lieux et en de nombreuses périodes comme un récit nationaliste visant à renforcer la cohésion d’une nation. Cet objectif ne limite pourtant pas l’histoire à cette finalité. De nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux ont enrichi la réflexion géopolitique depuis les réflexions fondatrices de Karl Haushofer (1869-1946) ou d’Halford MacKinder (1861-1947), mais l’interaction entre espace et pouvoir reste clairement portée par le néologisme géopolitique qui ne saurait être dédaigné en raison d’une origine douteuse (la géopolitique serait une science nazie vouée à la guerre4), cette discipline a été construite dans un contexte de rivalité impériale entre l’Allemagne et les Anglo-Saxons (Ó Tuathail 1996). Au-delà de ces débats épistémologiques, la revue s’efforce de se faire l’écho de toutes les démarches scientifiques et de toutes les écoles de pensée questionnant l’articulation entre espace et politique.

8Lancer une revue de géographie politique et de géopolitique académique n’était pas un pari aisé avec les faibles moyens dont l’équipe disposait (essentiellement humains, mais comme le soulignait Jean Bodin dès le XVI siècle : « il n’est de richesse que d’hommes »). Le faible nombre de revues en géopolitique ou géographie politique a joué son rôle dans l’épanouissement et l’activité de L’Espace politique. Le positionnement choisi dès l’origine : celui d’une revue en ligne (sans support papier) et gratuite (pour le lecteur) y a aussi aidé, bien entendu. En décembre 2007, après 12 mois d’existence, notre site comptabilisait 780 visiteurs uniques dans le mois ; en décembre 2016, il était supérieur à 21 500. La progression est spectaculaire. Ce nombre de visiteurs uniques est élevé pour un journal subdisciplinaire (L’Espace politique n’est pas une revue de géographie généraliste). La visibilité de la revue s’est donc largement accrue.

  • 5 Sous le titre de Political Geography Quarterly de 1982 à 1991, puis de Political Geography.

9Une des causes du développement de la revue est sans doute lié à l’intérêt du public pour les questions de géographie politique ou géopolitique. En France au moins, les grandes librairies ou chaînes de distribution disposent de rayons de « géopolitique », c’est un indice de cet engouement populaire. Le développement d’une revue comme L’Espace politique s’inscrit dans une tendance de long terme dont les étapes seraient, entre autres, le lancement de la revue Hérodote en janvier 1976, celui de Political Geography en janvier 19825, la création en 1984 d’une commission de géographie politique et géopolitique au sein de l’IGU/UGI sous le nom de « Commission carte politique mondiale » (Cf. Sanguin 2013), de la revue Limes (Rivista italiana de geopolitica) en 1993, de la revue Geopolitics en 1996 ; ou la transformation en février 2017 de la revue Environment & Planning C devenue Environment & Planning C: Politics & Space qui, comme le dit son éditorial, ambitionne de devenir un « forum pour explorer les espaces du politique et de la politique de l'espace. » Voilà qui renvoie très exactement à la citation d’Henri Lefebvre mise en exergue sur notre propre page d’accueil depuis 2009 et à nos préoccupations épistémologiques qui sont en phase avec les préoccupations du temps, même si les chapeaux géographie politique et géopolitique sont diversement définis, revendiqués ou rejetés.

Géopolitique de L’Espace politique

10L’Espace politique est une revue académique largement francophone (10% de papier en anglais sur dix ans, le premier article en anglais étant publié en 2009). De ce fait, la revue était historiquement largement centrée sur la France, premier pays par le nombre de pages vues. En 2010, la revue totalisait 219 381 pages vues au total dont 137 458 en France, soit 62,5%. Cependant, les pages vues à l’étranger sont de plus en plus nombreuses depuis 2012 : 342 961 sur 796 406 en 2016 (soit 43% du total). La part des connexions françaises a baissé sur le long terme. Elle était inférieure à 40% en 2014 (38,5%) et 2015 (31%). La diffusion de la revue s’est donc internationalisée de façon régulière, années après années (cf. Tableau 1). Cette internationalisation n’a pas été empêchée par la faible proportion d’articles en anglais. Comme quoi on peut écrire en français et être lu à l’étranger, même si – ne soyons pas naïfs – une diffusion en anglais assure une meilleure internationalisation.

Tableau 1 - Évolution des connexions de 2009 à 2016, avec part des connexions françaises dans l’ensemble

Tableau 1 - Évolution des connexions de 2009 à 2016, avec part des connexions françaises dans l’ensemble

Source : http://logs.openedition.org/​awstats.pl?month=12&year=2015&output=main&config=espacepolitique&framename=index

Note : Tous les noms de pays sont donnés en anglais dans la source même.

11Les États-Unis sont le deuxième pays en ce qui concerne les connexions. Pourquoi ? Les liens institutionnels sont forts entre les deux rives de l’Atlantique. Nous pouvons souligner la présence d’Américains dans le comité scientifique qui est le fruit de collaborations effectives transatlantiques (et parmi les collègues américains, certains ont publié en français dont Kevin Cox dans le numéro 7, 2009-1). Le haut niveau de connexion des Nord-Américains explique aussi cette situation. En comparaison, l’Europe du Nord, presque plus massivement anglophone est bien plus marginale dans les connexions, la croissance des lecteurs concerne plutôt l’Allemagne et l’Europe centrale, mais aussi la Russie.

12En Europe, effectivement, c’est l’Allemagne qui est le pays où la hausse du nombre de pages vues est le plus significatif depuis 2014 (plus de 51 000 pages vues/an entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2016 inclus). Les connexions sont beaucoup plus nombreuses qu’avec le Royaume-Uni par exemple. Dans le monde francophone, les connexions sont beaucoup plus fortes avec la Belgique qu’avec la Suisse (mais il est vrai que les Suisses Romans sont environ 2 millions, les francophones belges sont plus de 4 millions).

13En Afrique, le Maroc a été longtemps le pays africain le plus connecté à la revue (mais 8 articles publiés concernent ce pays, ce qui est beaucoup, contre 4 sur la Belgique par exemple – dont, un seul utilisant le mot-clef Belgique ce qui est révélateur d’une situation intérieure très clivée entre les régions constitutives du royaume). Le Maroc était le deuxième pays en 2009 après la France en termes de connexions, mais il n’occupait plus que la septième position en 2016. Pour une population grosso modo équivalente, l’Algérie génère environ trois fois moins de connexions. Depuis 2015, la progression des connexions en Côte-d’Ivoire a été très importante. C’est le cas aussi en Afrique centrale restée jusqu’alors sous-connectée. La RDC est le troisième pays Africain pour les connexions. Le potentiel de lecteurs de ces régions africaines est évidemment très important et constitue un axe de développement évident pour le futur de toute revue francophone.

14L’anamorphose 2009-2016 (carte 1), aimablement réalisée par Hervé Théry, montre bien la répartition géographique des lecteurs. Celle-ci est assez centrée sur la France, mais le niveau d’internationalisation augmente de façon constante. La variation des couleurs qui souligne l’évolution du nombre des pages vues entre 2009 et 2016 est très révélatrice. La France n’est plus le moteur de croissance du lectorat de l’EP, on peut au contraire mettre en exergue la croissance des connexions depuis l’Afrique centrale, l’Europe centrale et orientale, l’Extrême-Orient. La croissance très forte, mais difficilement explicable concerne aussi la Norvège (cf. aussi tableau 1).

Carte 1 - Anamorphose des connections à L’Espace politique en fonctions du nombre de connections.

Carte 1 - Anamorphose des connections à L’Espace politique en fonctions du nombre de connections.

15Les mêmes dynamiques sont observables sur la carte 2, elle aussi réalisée par Hervé Théry, qui montre bien la répartition géographique des pages lues. Au total, la dominante francophone de la revue se retrouve dans sa diffusion. L’Europe, l’Afrique (et notamment Côte d’Ivoire, Maroc et RDC) et l’Amérique du nord, qui sont les trois pôles de la francophonie, dominent largement alors que, entre autres, l’Asie reste très marginale en termes de connexions ou pages vues (l’Inde, la Chine, l’Indonésie ou le Pakistan notamment ont, chacun, moins de connexions que la Côte d’Ivoire).

Carte 2 – Nombre de pages lues et nombre de pages par million d’habitants en 2016

Carte 2 – Nombre de pages lues et nombre de pages par million d’habitants en 2016

16Par sa diffusion, L’Espace politique recouvre donc assez bien l’hémisphère francophone qui unit l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Afrique et dont le centre de gravité géographique serait à peu près Dakar. Dans cette perspective, une part plus importante d’articles en langue anglaise permettra de mieux répartir le lectorat de la revue, sans perdre de vue que c’est la faiblesse de l’offre dans nos disciplines en langue française qui assure le rayonnement de la revue qui doit être pensée non pas en termes de concurrence directe avec les grandes revues anglo-saxonnes mais en termes de complémentarité.

Tendances épistémologiques : la domination de l’approche critique

17Comment la géographie politique et la géopolitique ont-elles évolué en une décennie ? Ces démarches sont restées plurielles et hétérogènes. Pour reprendre une grille de lecture « critique » (Ó Tuathail 1996, p.60), la production des discours en ces disciplines distinguent toujours nettement des discours « théoriques » (formal) et des discours « pratiques » (practical) – sans creuser ici les discours « populaires » (popular). Les premiers relèvent des universitaires, les seconds des praticiens de la politique dans les ministères, les think tanks ou autres structures gravitant autour des lieux de pouvoir. L’interconnexion entre ces deux sphères reste faible. Et pour cause, les premiers cherchent notamment à analyser les discours géopolitiques, en tant qu’outil de domination, que les seconds produisent.

18La géopolitique « théorique », universitaire, est aujourd’hui nettement colorée par le courant « critique » alors que la géopolitique « pratique », reste beaucoup plus « réaliste » (en référence au courant des relations internationales). La dégradation des relations internationales, et notamment la tentation croissante du recours à la force (cf. 3), accroit l’écart entre ces deux démarches. La géopolitique critique vire à l’anthropologie, elle est de très grande échelle (s’intéresse aux individus, aux représentations humaines) quand la géopolitique « pratique » reste de très petite échelle (analyses mondiales) et s’intéressent plutôt aux États et aux tensions interétatiques, ce qui la rapproche de la stratégie. La première est souvent de gauche, la seconde plus souvent de droite. Ces positionnements antagoniques, ces représentations et ces méthodes contradictoires, cohabitent et se juxtaposent dans un écheveau de discours dits « géopolitiques » qui, dans les faits, ne sont unifiés par aucune théorie.

19Un bilan épistémologique de la décennie 2007-2017 confirme à la fois la position dominante de l’école « critique », suivant les postulats qu’elle a mis en place dans les années 1990 (Dalby 1990, Ó Tuathail 1996, Ó Tuathail et Dalby 1996), notamment en tant que démarche fondée sur l’analyse des discours des acteurs géopolitiques. La domination de l’école critique n’est cependant pas le seul élément marquant de la dernière décennie, sans prétendre être exhaustif, nous pourrons souligner aussi : le dynamisme des études frontalières, les discussions sur le pouvoir (souveraineté de l’État, gouvernance), le renforcement des questions liées à l’environnement et à la sécurité, ainsi que l’émergence du « cyberespace » comme nouveau terrain et nouveau champ d’application stratégique. Ce tableau général sera conclu par une réflexion sur la fragilité de nos disciplines dans un contexte de rétraction des soutiens et des fonds publics qui n’est pas sans impacter la recherche.

La domination de l’école « critique »

20L’école critique lancée par Simon Dalby, Gearoid Ó Tuathail et John Agnew (entre autres) au dans la première moitié des années 1990 à complétement modifié l’agenda de la recherche en géopolitique. Dans cette perspective,

« [Les chercheurs ont] conceptualisé la géopolitique comme une forme de discours politique plutôt que comme un simple terme descriptif destiné à englober l'étude de la politique étrangère et de la grande diplomatie. » (Dodds, 2001).

21L’influence de ce courant a été profonde, comme dans la géographie dans son ensemble. L’école critique est arrivée non seulement à l’âge de la reconnaissance académique, mais presque de l’hégémonie (voir le contenu de la revue phare Political Geography où l’approche critique sans être exclusive, paraît devenue dominante). Cette position dominante est éminemment paradoxale pour une démarche qui s’oppose par essence au pouvoir établi. Selon le géographe Nicholas Blomley (cité par Gintrac, 2012) : « à mesure que la géographie critique s’étend, elle risque de perdre sa dimension critique » (2006, p. 88). Cependant, cette position dominante qui s’exprime par la recherche d’objets, de points de vue ou d’études en opposition avec les approches traditionnelles est devenue très hétérogène. Cécile Gintrac constatait ainsi la « pluralisation » des pensées critiques (Gintrac, 2012). En 2017, comme en 2007, le centre économique du monde (les États-Unis) se superpose avec le centre en termes d’agenda, de méthodes et de réseaux (Rosière 2008), l’affirmation de la Chine n’a pas modifié la position centrale de l’Amérique du Nord et de la langue anglaise.

22Il est difficile de prédire comment le paradigme critique évoluera dans le cadre de son inéluctable « institutionnalisation ». La variété des approches critiques permet cependant de nuancer cette première affirmation, la diversité des courants doit restituer une certaine diversité mais unit par le fait qu’ils visent à « dévoiler les mécanismes économiques, politiques et sociaux à travers lesquels est perpétuée la domination » (Gintrac, 2012).

23L’interaction disciplinaires s’est aussi accentuée, en s’agrégeant en « studies » (champs d’étude), assemblages de chercheurs originaires de différentes disciplines autour d’objets comme les territoires, les frontières, les villes, les groupes et les communautés, les cartes (critical GIS), etc. Dans ce nouvel arrangement des savoirs et des compétences, le transdisciplinaire est devenu la norme, notamment dans les programmes de recherches. Cette insistance de plus en plus pressante à l’interdisciplinarité rend-elle désuète des démarches comme la géographie politique et/ou la géopolitique ? Ces arrangements disciplinaires préfigurent-ils leur réinvention ou leur disparition ? La question reste posée.

Le renouveau des études frontalières

  • 6 Par « limocentrique », nous entendons « centré sur la frontière », en utilisant la racine latine li (...)

24Le retour de la frontière dans le champ académique paraît un élément notable pour la géographie politique. La frontière est un objet multidimensionnel à forte dimension interdisciplinaire et multiscalaire. Elle est aussi un lieu privilégié pour observer les mutations contemporaines. Dans cette perspective, Thomas Nail a pu récemment présenter une thèse limocentrique6, selon laquelle les sociétés et les États sont le produit du processus de frontiérisation (bordering) et non l'inverse (Nail, 2016). Cette thèse paraît symbolique des changements de paradigmes contemporains. Après l’âge de l’ouverture dans les années 1990, vient l’âge de la fermeture, mentale (représentation), spatiale (gated communities, barrières frontalières, teichopolitiques : cf. Ballif et Rosière, 2009), autant de réflexions qui mettent la frontière au « centre ».

25De marginale au sens strict, peu étudiée au XXe s., la frontière est devenue un élément central de l’espace politique et des politiques. A une réhabilitation tardive dans les années 1970, a suivi un désintérêt soudain dans les années 1990 alors que tous les géographes (ou presque) s’accordaient à annoncer leur inéluctable effacement. A cette période, les géographes ont largement participé à la diffusion de cette représentation. La « planète transactionnelle », esquissée par Jacques Lévy en 2008, symboliserait en quelque sorte l’aboutissement de ce processus d’effacement. De façon intéressante, en 2008 aussi, les forces russes menaient une guerre éclair en Géorgie et envahissaient des territoires géorgiens au profit des États autoproclamés d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. La logique inverse de « retour des frontières » (formule exagérée dans la mesure où, malgré les discours, elles n’avaient jamais disparues – cf. Foucher 2015, p.30) était en fait déjà en marche. Désormais, les frontières internationales sont un objet fortement interrogé par la communauté scientifique. Il ne s’agit pas seulement de la frontière « ligne ». Les « dispositifs frontaliers » sont aussi mis en exergue (Bigo, Bocco et Piermay, 2009). Soulignant la progressive « délinéarisation » de ces outils de gestion de l’espace politique, se sont développées les notions de « frontières réticulaires » selon Christiane Arbaret (2008), ou de « pixellisation des frontières » par Didier Bigo et Elspeth Guild (2005). La militarisation des frontières a été soulignée à juste titre par Reece Jones (2012, 2016). Liée aux frontières, la question des migrations a retrouvé sa centralité notamment du fait de la « crise migratoire » européenne en 2015. Au cœur des logiques politiques et économiques contemporaines, les frontières sont un « objet de politique publique et une ressource pour les intérêts privés » (Amilhat Szary 2015, p.149). Elles sont désormais au cœur des mutations sociales et politiques engendrées par la mondialisation. L’Espace politique leur consacrera un numéro cette année (2017-3).

Le pouvoir en question

26Le pouvoir est resté source de questionnement. La question de l’État et de son rôle a été posée, entre autres et de façon pertinente, autour de deux objets ou deux politiques, par Wendy Brown à propos des « murs » frontaliers (Brown, 2010), et par Thomas Hippler par l’étude des bombardements aériens (Hippler, 2014).

27Wendy Brown épousait les représentations dominantes (en Amérique du Nord et en Europe occidentale), selon laquelle l’État connaît, depuis la fin du XXe siècle, un déclin de sa souveraineté. Ainsi, dans l’essai de W. Brown, érigerait-il des « murs » à ses frontières pour se protéger. Cependant, plus récemment Reece Jones et Corey Johnson (2016) soulignaient que ce mouvement de barriérisation des frontières internationales n’exprimait en rien un recul de la souveraineté des États. Pour eux, « la militarisation des frontières représente une ré-articulation et une expansion de la souveraineté de l'État dans de nouveaux espaces. » (Jones et Johnson, 2016). On serait ainsi passé, dans les années 2010 d’un regard décliniste à celui d’une nouvelle expansion du rôle des États. Il ne s’agit pas ici de trancher mais de souligner l’évolution des représentations.

  • 7 Dans le sillage d’I. Wallerstein, K. Van der Pijl a conçu un système-monde articulé en trois ensemb (...)

28De façon très intéressante, le philosophe et historien Thomas Hippler (2014) fondant son analyse sur l’interprétation du système-monde selon de Kees van der Pijl (1998)7, a analysé l’usage du bombardement aérien comme arme militaire puis policière (formule de police bombing). Les bombardements aériens sont devenus de plus en plus massifs depuis leur invention en 1911. D’arme tactique, ils sont devenus un élément d’une stratégie globale de « police planétaire », hors des zones de guerre, une forme extrême de « régime de dominate » dont le drone serait le symbole. Cette analyse fort éloignée des perspectives « déclinistes » des années 1990 suggère plus un redéploiement de la puissance étatique, animée par une inquiétante pulsion « totalitaire » (Hippler, p.219) que sa disparition pure et simple.

29La mise en exergue de la notion de « gouvernance territoriale » est un autre élément de cette réflexion sur le pouvoir qui mobilise la communauté scientifique depuis les années 1980 au moins (Davoudi et alii, 2008). Politique par essence puisqu’elle implique l'interaction (d’acteurs, d’enjeux, d’intérêts, de stratégies, de visions du monde, etc.), elle marque un « tournant » épistémologique par rapport au « pouvoir » de la géographie politique/géopolitique classique. Elle met en effet l’accent sur les actions et sur les interactions et souligne la part et le rôle de chaque acteur dans une dynamique spatiale. Appelée « gouvernance territoriale » ou « spatiale » ou « géographique », ou même « géogouvernance » (Masson et alii, 2012), la notion de gouvernance – incluant gouvernance des entreprises et gouvernance économique — réfère à la coordination entre les acteurs publics et privés dans le cadre de projets d’évaluation et de transformation des territoires (Davoudi et alii, 2008). Surtout utilisée dans les contextes urbains, et plutôt dans les pays développés (en Europe et notamment dans les régions transfrontalières), elle s’applique de plus en plus à d'autres territoires, notamment dans les pays en développement, à l'analyse géographique des projets de développement transfrontaliers, liés à la construction d’oléoducs ou de gazoducs ou la création d’aires naturelles protégées (D’Alessandro, 2016, 2017 ; Smit, 2016). Par ailleurs, la gouvernance territoriale met l’accent sur les outils de gestion et d'analyse les plus adaptés de ces dynamiques complexes et multiscalaires, dont les SIG au premier chef. Outils qui intéressent naturellement les géographes.

Le renforcement des questions liées à l’environnement et à la sécurité

30Le renforcement des questions liées à l’environnement se manifeste par l’existence de revues spécifiques en la matière et d’abord Ecologie & Politique fondée en 1992. Une revue portée par une « exigence théorique », mais aussi par son « insertion dans les débats sur l’écologie politique et, par conséquent, dans les mouvements sociaux de l’époque. » (Déléage et Chartier, 2012 ; Brun et Rodary, 2012), VertigO fondée en 2000, Développement Durable et Territoire paraissant sous formes de numéros et de volumes depuis 2010 (ces deux dernières sur Revues.org). Là aussi, le dynamisme des publications sur le sujet doit être souligné.

31Les enjeux politiques liées à l’écologie sont devenus plus sensibles, les grandes conférences internationales sur le climat (COP 21 à Paris en 2015, COP 22 à Marrakech en 2016) soulignant l’enjeu énorme autour de ces questions. Les géographes se sont scindés entre « climato-sceptiques » comme Jean-Robert Pitte, (cf. Brunel et Pitte, 2010, à titre d’exemple) et les tenants d’une écologie politique plus incisive et non limitée à la seule étude de l’environnement, mais centrée sur l’interaction politique/environnement notamment incarné par le Manifeste pour une géographie environnementale de Denis Chartier et Estienne Rodary (2016). D’une façon générale, les jeunes générations de géographes sont beaucoup plus portées que leurs aînés sur les questions d’environnement (la profusion des thèses sur les aires protégées en serait une illustration) alors qu’il s’agissait d’une terra incognita jusqu’à la fin des années 1990. Les inquiétudes liées au changement climatique expliquent aussi, bien entendu, que ce thème se soit massivement invité dans les agendas académiques que ce soit pour le critiquer ou, plus fréquemment, pour en souligner l’importance. La césure entre les discours théoriques des scientifiques et les discours pratiques des « politiques » pourrait aussi être mise en exergue à propos de la question du climat et de l’environnement en général.

32Articulés ou non aux questions environnementales, les questions de sécurité (environnementale, climatique, alimentaire, des individus ou des États) sont aussi devenues centrales. La sécurité a pu être définie de façon large par Richard Ullman, faisant écho aux travaux du politologue norvégien Johan Galtung, comme :

« Une action ou une série d'événements qui risquent, au sein d’un État, de porter atteinte à la qualité de vie de la population ou de réduire l’éventail des moyens d’intervention dont disposent le gouvernement et les acteurs privés intra-étatiques » (Ullman, 1983, p.133).

33La dimension non militaire de la sécurité prend désormais une place très importante dans les comportements des États et les recherches des universitaires (à cet égard, la thèse de T. Hippler sur les bombardements aériens montre aussi l’extension du domaine de la « sécurité » et nous la reverrons plus bas à propos du cyberespace). Soulignons dans cette perspective comment les projets européens ont fait de la « sécurité » un des mots-clefs de leurs appels à programmes…

L’intérêt croissant pour le cyberespace

34Un autre tendance significative depuis une décennie a été l’intérêt croissant porté au cyberespace. Les études sur le sujet étaient encore rares en 2007, elles sont devenues de plus en plus nombreuses, les accusations de piratage informatique se sont multipliées (entre autres durant les élections américaines de 2016, le rôle de la Russie étant évoqué).

« Internet est devenu en moins d’une décennie un réseau vital pour des activités aussi cruciales que la banque, les transports, l’administration, les services de santé, etc. De fait, la numérisation de la gestion des systèmes sociaux, économiques et militaires fait office de mini révolution » (Cattaruzza, Sintès, 2016, p.147).

35Cette révolution génère une fragilité nouvelle pour de nombreux acteurs (États, entreprises, ONG, mais aussi individus). En effet, la gestion en ligne d’activités (économiques et culturelles, mais aussi de plus en plus de la pratique de la citoyenneté) est décisive. Elle rend vulnérable à des attaques d’un genre nouveau (le hacker renouvelant plus ou moins la figure du pirate). C’est précisément en 2007 que s’est déroulée l’une des premières cyberattaques d’envergure :

« Cette menace, sous ses diverses formes (piratage de sites internet, blocage, destruction de données, espionnage, etc.), est apparue au grand jour après l’attaque subie au printemps 2007 par l’Estonie, derrière laquelle on a évoqué l’ombre de la Russie. » (Cattaruzza et Sintès, 2016, p.148).

36Les notions nouvelles de cyberguerre, cybervulnérabilité ou cyberattaque, ont ainsi focalisées l’attention des praticiens de la politique, de l’économie, de la guerre ou des chercheurs (Arpagian, 2009 ; Ventre, 2011 ; Douzet, 2014, etc.). La capacité à participer à cette cyberguerre, et à s'en prémunir, est aujourd'hui l’une des composantes majeures de toute stratégie de sécurité et de puissance. Ce champ nouveau (à l’échelle de nos disciplines) devrait évidemment être appelé à se renforcer dans le futur.

Une géographie politique indépendante ou aux services des bailleurs de fonds ?

37La dernière évolution sur laquelle je souhaiterais ici insister ne concerne pas un thème ou une approche mais le fonctionnement même de la recherche qui paraît menacée notamment en géographie politique ou géopolitique du fait de la diminution continue des fonds publics en la matière et, corrélativement de la dépendance croissante des chercheurs aux fonds privés, c’est-à-dire d’acteurs qui n’ont ni les même finalités ni les mêmes temporalités que celles de la recherche. L’exemple de la sécurité mentionné plus haut est éloquent. Les fonds européens vers la recherche (dans le cadre d’appel d’offres sélectifs qui ne sélectionnent que 4% des projets proposés) ont été ainsi orientés vers des coopérations public/privé qui ne paraissent pas propices à l’existence d’une recherche indépendante en matière de géographie politique/géopolitique. Cet agenda à la fois sécuritaire (qui implique la restriction des accès aux sources, le contrôle de la recherche) et entrepreneuriale ne propose finalement aux chercheurs que d’accorder leur pas dans ceux des industriels dans la perspective de renforcer, entre autres, la « sécurité » de l’Union européenne. Cette vision purement utilitariste de la recherche est inquiétante sur le long terme, car l’utilitarisme est un trait typique de la tendance « totalitaire » soulignée, entre autres, par T. Hippler.

38Le développement d’une revue comme L’Espace politique illustre la vitalité d’une réflexion scientifique dans un contexte peu favorable en termes de reconnaissance et de financements, bien au contraire. L’utilitarisme est une menace dans la mesure où les seuls financements viendraient des collectivités locales (département, région) ou des bailleurs de fonds privés (entreprises) qui sont intéressés par des rendus rapides, des processus d’évaluation le plus souvent fortement praxéologique liés à des recherches d’économie d’échelle, ou aux mutations sociales et politiques en marche. Sans nier intrinsèquement l’intérêt de ces réflexions, il paraît dangereux d’en faire le seul horizon d’une discipline qui cherche à comprendre le monde et pour ce faire nécessite du temps et des moyens (non pas forcément très importants mais surtout stables et pérennes). Il est d’autant plus paradoxal de devoir le souligner alors que le contexte géopolitique mondial reste dangereux et belligène.

Tendances de la politique mondiale : une montée des périls

39Quelle que soit l’échelle qu’ils privilégient, la scène qu’analysent les géographes du politique (ou les géopoliticiens) a beaucoup évolué en une décade. Toutes les évidences du début des années 1990 paraissent remises en question. Cet aggiornamento concerne aussi bien les rapports internationaux que, à l’intérieur de chaque pays, les rapports sociétaux qui se manifestent notamment par des comportements électoraux en faveur du repli (le Brexit étant, de ce point de vue, exemplaire).

Les paradigmes des relations internationales remis en cause

40L’année 2007 a été marqué par un événement dont les conséquences sont encore sensibles : la crise des subprimes (subprime mortgage crisis). Cette crise initialement liée aux prêts immobiliers déboucha ensuite sur une crise bancaire et financière d’ampleur mondiale à l’automne 2008, entraînant le monde entier dans la crise économique. Le ralentissement de l’économie mondiale a été significatif, certains BRICS sont entrés en récession (Brésil et Russie), pour d’autres, la croissance a ralenti de façon significative (Chine). Au-delà de leurs dimensions strictement économiques, les crises de 2007-08 ont eu de nombreux effets sur les relations internationales ou ce que nous pourrions appeler l’ordre géopolitique mondial. Cet ordre paraissait solidement fondé sur la suprématie de la démocratie et de l’économie de marché, dont l’un des corolaires était la renonciation à l’usage de la force armée (triomphe du Soft Power théorisé par Joseph Nye). Dans une perspective d’échanges commerciaux renforcés et facilités (primat du libre-échange), les relations multilatérales affirmaient une vision post-étatique dans laquelle les organisations internationales devaient jouer un rôle décisif. Las ! Cette vision du monde me paraît tout à fait synthétisée dans la formule de Jacques Lévy esquissant une « planète transactionnelle » (Lévy, 2008) où tout ne serait plus que business et échanges financiers (transaction). Cette vision épousant profondément les dogmes du libéralisme semblent actuellement remise en cause tout à la fois par la réhabilitation de l’usage de la force, la fissuration des accords régionaux et la recomposition des paysages politiques.

La réhabilitation de l’usage de la force

41Le retour aux politiques de force est d’abord illustré par la Russie et la Chine, mais aussi par les États-Unis depuis l’investiture de Donald Trump en janvier 2017. Après avoir envahi une partie de la Géorgie (2008), puis de l’Ukraine (2014), la Russie s’est ouvertement affranchie des principes mis en exergue après la guerre froide. Certes, les Russes ont considéré que leur rôle en Ukraine n’était que la réponse à la sécession du Kosovo sous la houlette américaine, ou au processus d’extension de l’OTAN, mais en s’affranchissant d’une politique pacifique et multilatérale, la Russie s’affirme, avec la Chine (mais aussi Israël), comme l’une des puissances remettant le plus ouvertement en cause le statu quo territorial mondial. Gearoid Ó Tuathail a analysé très récemment l’influence et l’usage du hard-power russe dans son « étranger proche » ainsi que la résonnance mondiale des conflits qui y sont localisés (Toal, 2017). De son côté, la Chine renforce ses bases militaires dans la mer de Chine méridionale et au-delà (stratégie du collier de perles). Les risques d’affrontements armés vont croissant autour des archipels des Paracels et des Spratleys, sinon jusqu’au Japon (archipel des Senkaku ou Diaoyutai en chinois).

42Cette agressivité nouvelle portée par deux membres permanents du Conseil de sécurité marque la reprise d'une conflictualité classique dont le Proche-Orient est l’épicentre depuis 2001 (guerre en Afghanistan) et surtout en 2003 (invasion de l’Irak par les Etats-Unis). Dans ce contexte de violence extrême (rappelons le bilan de sept ans de guerre en Syrie : 320 000 morts, 11 millions de déplacés et réfugiés, soit la moitié de la population du pays) a prospéré l’État Islamique et autres acteurs armés dont l’objectif est le renversement de l’ordre international par les armes. Au-delà de la période de guerre asymétrique durant l’occupation américaine de l’Irak (2003-2013), les conflits au Machrek apparaissent relativement « classiques ». La guerre en Syrie a montré la prépondérance des armées classiques et de l’arme aérienne en particulier (appui aérien russe au régime syrien) qui implique la maîtrise de chaines logistiques complexes et ne donne pas forcément la victoire au « faible ».

  • 8 New York Times, Trump to Seek $54 Billion Increase in Military Spending, mis en ligne le 27 février (...)
  • 9 La nomination du général James Matthis au poste de Secrétaire à la Défense des États-Unis (équivale (...)
  • 10 Voir la déclaration télévisée du 27 février 2017 du président américain [En ligne] https://www.chan (...)

43L’entrée en fonction de Donald Trump en janvier 2017 ajoute encore du danger. Imprévisible, depuis son entrée fonction il remet en cause les liens entre les Etats-Unis et le reste du monde (Mexique, ALENA, UE, Japon et Corée du Sud). Un peu plus d’un mois après son entrée en fonction, il propose une « hausse historique » des dépenses militaires (+9% soit 54 milliards US supplémentaires)8 et procède à des nominations de « faucons »9, tout en déclarant que : « Nous devons recommencer à gagner des guerres. »10 Ces signaux sont très clairs et bien éloignés des paradigmes des années 1990.

44Dans ce contexte de nouvelle « rugosité » des relations internationales, la multiplication des attentats terroristes a modifié le monde et les représentations du monde qui n’a pas gagné en sécurité bien au contraire. Le repli derrière les frontières semble se généraliser, et de nouveaux États pourrait apparaître (Ecosse et Catalogne en Europe), alors que l’État était présenté, suivant la doxa néo-libérale, comme un cadre désuet, en voie de dépassement.

45Le paradoxe contemporain en termes de recherches est que, malgré la gravité des tensions et des menaces contemporaines, les géographes s’intéressent peu à la conjoncture, au retour du hard-power et aux guerres. La réflexion des géographes (humains) a souvent une allure quelque peu « Belle époque », méprisant les crises et les tensions croissantes, contournant les guerres et les morts violentes (attentats), elle se concentre sur l’individu, ses goûts, sa consommation, alors que la société est en crise ouverte (la France n’est-elle pas en guerre dans le cadre de ses « Opex »?). Les grandes fresques décrivant la situation internationale sont relativement rares (cf. Baylis et alii, 2015). Il y a là un hiatus inquiétant pour la discipline (mais l’on retrouve ce positionnement dans d’autres sciences sociales, en histoire par exemple, avec la microhistoire – cf. Revel 2010). Sans nier la pertinence d’une réflexion centrée sur l’individu, une démarche dans laquelle le bronzage apparaît comme un sujet plus important que les bombardements pose d’autres problèmes. Si ce positionnement « nombriliste » n’est pas dépourvu de légitimité scientifique, la faiblesse des publications sur les crises et guerres dans la géographie contemporaine paraît inquiétante pour une discipline qui semble renoncer à penser le monde en termes de pouvoir et de violences.

La fissuration des accords régionaux

46Un autre élément étonnant (au regard des représentations dominantes dans les années 1990-2000) est la fragilité des accords régionaux. Les gouvernements actuels développent de plus en plus fréquemment des rhétoriques nationalistes (ou identitaires, soulignant le succès, malgré tout, de théories du repli et de la confrontation comme celle du « choc des civilisations » de Samuel Huntington). Dans cette perspective, les accords de coopération régionale sont souvent les premières cibles.

47Des signaux relativement nouveaux apparaissent en ce qui concerne les processus d’intégration régionale comme l’Union Européenne. Le vote en faveur du Brexit de 2016 (analysé dans ce numéro par notre collègue britannique Peter Taylor) est ainsi le premier départ d’un État-membre depuis la fondation de la Communauté économique européenne en 1957. Rappelons qu’en c’est en 2007 (année où était lancée notre revue) que la Bulgarie et la Roumanie entraient dans l’Union européenne qui atteignait son maximum de membres après l’adhésion effective de la Croatie en 2013. En 2007, la Slovénie intégrait la zone euro qui elle, a continué à s’étendre. Cette dynamique d’expansion géographique et d’approfondissement semble arrivée à son terme. Le Brexit symbolise cette remise en question des zones d’intégration régionales. L’UE passera de 28 à 27 États-membres quand le Brexit sera consommé, la candidature turque devient une fiction et aucun élargissement n’est plus envisagé.

  • 11 Cité dans Les Échos, mercredi 25 janvier 2017, p.7.

48De l’autre côté de l’Atlantique, le 23 janvier 2017, le Président D. Trump désengageait les États-Unis du processus de mise en place de l’accord de Partenariat Transpacifique (Trans-Pacific Partnership) qui était un accord de libre-échange mais aussi un cadre plus général harmonisant de nombreuses normes et valeurs (autorisation des syndicats, salaire minimum, refus du travail des enfants, respect amélioré de la propriété intellectuelle, normes environnementales, etc.). Le Président Obama avait intégré ce projet en 2009 en estimant qu’il était un outil permettant d’accroître l’influence des États-Unis autour du Pacifique (Fergusson, Vaughn, 2010). La sortie des États-Unis, prenant à contre-pied les postulats des années 1990, a pu être considérée comme un « désastre géopolitique » par Jeff Kingston, directeur des études asiatiques à la Temple University de Tokyo.11

49Ces manifestations relativement nouvelles de défiance vis-à-vis du libre-échange et des traités de coopération internationale — qui plus est de la part de pays très influents et jouant un rôle central dans les échanges internationaux — mettent à mal l’un des paradigmes des relations internationales depuis 1989 sinon 1945. Cette défiance est bien entendu, la concrétisation à l’échelle mondiale du retour en force du populisme et du protectionnisme – comme à la Belle époque (voir la comparaison menée entre les deux périodes : Lenglet 2008, ou Dély et alii, 2014).

La recomposition des systèmes politiques

50Dernier point qu’il paraît important de mettre en exergue : éclatement du cadre politique classique dans le jeu politique et électoral. Malgré l’uniformisation du monde promise par la « démocratie de marché » (qui devait mener à la « fin de l’histoire » comme l’expliquait Fukuyama en 1990), les crises politiques restent nombreuses. Depuis la révolution arabe de 2011 citons, par exemple, la crise politique thaïlandaise (2013-14), les protestations contre le pouvoir central à Hong Kong (révolution des parapluies en 2014), l’agitation politique en Corée en 2016 (destitution de sa présidente Park Geun-hye en décembre 2016), mais aussi des crises politiques au Burkina Faso (renversement de Blaise Compaoré en octobre 2014), en Gambie, en République démocratique du Congo, au Brésil (et destitution de sa présidente Dilma Rousseff en août 2016). Inutile d’allonger la liste, les exemples de soubresauts et crises politiques, nourris par la corruption ou l’incurie, sont très nombreux.

51Dans ce contexte tendu, la déconfiture des partis classiques est notable (partis socio-démocrates au premier chef, plus récemment les libéraux se retrouvent aussi en difficulté). Cette remise en cause s’accompagne d’une montée en puissance des populismes et notamment d’extrême-droite mais pas seulement. De nouvelles formes de mobilisation notamment structurées par les réseaux sociaux tentent de rompre avec les formes de représentation politique traditionnelle (et d’abord les partis).

52La décennie 2007-2017 est marquée par la montée du « populisme », terme discuté et discutable, les populistes se présentent souvent comme n’étant ni de droite ni de gauche, mais sont souvent de droite, sinon très à droite. Ils se distinguent des libéraux notamment sur la question des relations avec l’étranger, la gestion des flux migratoires, des accords commerciaux. Ils remplacent souvent la gauche notamment dans la mesure où ils sont fréquemment en faveur de politiques sociales séduisantes pour les plus pauvres. Leur représentation parlementaire ou dans les gouvernements s’est nettement accrue depuis la crise de 2007. L’Europe centrale est pour l’instant la plus concernée. La Hongrie et de Pologne (qui furent à la pointe de libéralisation de l’ex-bloc soviétique, à la fin des années 1980) illustrent le succès de ce modèle à tendance fasciste mais dans lesquelles existent néanmoins une opposition, une presse libre. Ces pays glissent vers une « démocratie défectueuse » qui prospère sur l’affaiblissement de l’état de droit et des contre-pouvoirs face à l’exécutif (Müller, 2016). Les partis nationalistes et populistes « existent aussi et prospèrent en Europe occidentale. En Europe centrale, différence non négligeable, [ils] sont désormais au pouvoir » (Rupnik, 2017, p.51).

53La Turquie d’Erdogan et plus encore la Russie de Poutine illustrent la « régression démocratique » contemporaine qui prend à contre-pied les tenants de la « transition démocratique » mise en exergue par les politologues au début des années 1990.

54Tout n’était pas mieux avant cependant. La révolution arabe de 2011 a souligné l’émergence de nouvelles formes de mobilisation, notamment par les réseaux sociaux (qui contribuent à propulser le cyberespace au cœur des nouvelles problématiques géopolitiques). Des mouvements citoyens (Occupy, Podemos, Idle No More, Movimento 5 stelle, etc.), qui ne sont pas toujours des partis politiques au sens strict, montrent la capacité de rebond des sociétés, notamment en Occident, et même si leur mue est parfois difficile (Podemos en Espagne trébuche aux portes du pouvoir ; d’autres se fondent dans le populisme), autant de signes d’une « mondialisation du politique » (Baylis et alii, 2014) qui paraît positive. Les ferments de renouvellement et de mutation sont en tout cas présents, L’Espace politique les interrogera dans un futur numéro en 2018.

Conclusion

55Comme en 2008 se pose la question des échelles et des thèmes de la géographie politique et de la géopolitique contemporaines (Rosière, 2008). Ces deux notions peuvent structurer une conclusion.

56En ce qui concerne l’échelle d’analyse privilégiée par les géographes, la recherche semble avoir privilégié l’échelle « anthropologique », au plus près de l’homme. Si ce changement de focale a été une nécessaire remise en perspective, alors que — depuis l’apparition de la géopolitique « classique » notamment — cette discipline ne considérait que le globe dans son entier, la situation a beaucoup évolué et désormais, c’est la domination de l’échelle anthropologique qui pose problème. La géopolitique devenue critique semblent souffrir d’un manque d’analyse à petite échelle (soulignons quand même les analyses d’ampleur de Gearoid Ó Tuathail, sous le nom de plume de Toal). La posture « micro » s’accompagne trop souvent d’un désintérêt pour l’analyse globale. Combien de géographes mènent des réflexions d’ordre planétaire ? Bien peu (a contrario citons : Grataloup 2009, Carroué 2015 ou Toal 2017). Le parti pris « micro », partie intégrante de la démarche « critique » montre là ses limites en marginalisant la réflexion globale perçue comme outil de pouvoir et de domination (mais jamais comme outil de contre-pouvoir et de résistance). On peut certes arguer que l’article académique n’est pas un format idéal pour mener des analyses macro, mais la tendance est là et les géographes paraissent se désintéresser de la marche du monde considéré dans son ensemble.

57En ce qui concerne les thèmes, en lien avec cette focale « anthropocentrique », ceux-ci sont de plus en plus liés aux représentations, à l’espace vécu, la vie quotidienne et la géographie politique semble déserter les échelles nationale et mondiale. Même les analyses électorales sont rares (un numéro de l’EP en dix ans). On peut bien sûr considérer qu’une géographie politique qui déplace le curseur depuis les pratiques du pouvoir vers les pratiques des citoyens est porteuse de résistance, d’autonomisation des individus/citoyens, mais on peut aussi considérer qu’il s’agit là d’un nouvel avatar de l’individualisme méthodologique ; en tout cas, il semble y avoir risque à s’enfermer dans une trop grande échelle car il est aussi nécessaire de penser le monde dans sa globalité. En tout état de cause, le raisonnement multiscalaire reste une vertu.

58Au-delà cette réserve quant au « tout » anthropocentrique, le rôle d’un journal académique comme L’espace politique reste bien d’accueillir les réflexions sur l’évolution du monde, à toutes les échelles et suivant toutes les approches.

L’auteur remercie Cristina d’Alessandro, Amaël Cattaruzza, Pierre Grosser, Estienne Rodary, René-Éric Dagorn et Christian Grataloup pour leur aide et réflexions critiques à cette réflexion générale.

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT SZARY, A.-L., 2015, Qu'est-ce qu'une frontière aujourd'hui ?, Paris, PUF, 160 p.

ARBARET-SCHULZ, C., 2008, La question du continu et du discontinu à l’épreuve de la dimension technique des sociétés, in Continu et discontinu dans l’espace géographique, Tours, Presses universitaires François-Rabelais [En ligne] http://books.openedition.org/pufr/2405, DOI : 10.4000/books.pufr.2405.

ARPAGIAN, N., 2009, La cyberguerre : La guerre numérique a commencé, Paris, Vuibert, 251 p.

BAYLIS, J.; SMITH, S.; OWENS, P. (Eds.), 2014, The Globalization of World Politics. An Introduction to International Relations, Oxford, Oxford University Press, 554 p.

BALLIF, F. ; ROSIÈRE, S., 2009, « Le défi des teichopolitiques. Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace Géographique, vol. 38, n°3/2009, pp.193-206. [En ligne] http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=EG_383_0193

BIGO, D. ; BOCCO, R., PIERMAY, J.-L., 2009, « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières », Cultures & Conflits, n°73 [En ligne] mis en ligne le 28 décembre 2009, consulté le 08 septembre 2017. URL : http://conflits.revues.org/17484 ; DOI : 10.4000/conflits.17484

BIGO, D. ; GUILD, E. (eds.), 2005, Controlling Frontiers : Free Movement into and within Europe, London, Ashgate.

BLOMLEY, N., 2006, « Uncritical critical geography? », Progress in Human. Geography, vol. 30, n°1, pp. 87-94.

BRUN, F. ; RODARY, E., 2012, « Vingt ans de la revue Écologie & Politique, ou la volonté de peser en théorie sur l’espace de l’écologie », Ecologie & politique, 2/2012, n° 45, pp. 33-46.

BRUNEL, S. ; J.-R. PITTE, J.-R., (Eds), 2010, Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Paris, Jean-Claude Lattès.

BROWN, W., 2010, Walled States, Waning Sovereignty, New York, Zone Books, 167 p.

CARROUÉ, L., 2015, La planète financière. Capital, pouvoirs, espace et territoires, Paris, Armand Colin, coll. « U », 256 p.

CATTARUZZA, A. ; SINTÈS, P., 2016, Géopolitique des conflits, Paris, Bréal, 285 p.

CHARTIER, D. ; RODARY, E., (dir.), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie et politique, Paris, Presses de Science-Po, 440 p.

DALBY, S., 1990, Creating the Second Cold War: The Discourse of Politics. London / New York, Pinter / Guilford Press, 211 p.

DALBY, S. ; Ó TUATHAIL, G., 1996, « Critical Geopolitics », Political Geography, vol. 15, n°6-7, pp. 451-665.

D’ALESSANDRO, C., 2017, ‘Towards a Fluid and Multiscalar Governance of Extractive Resources in Africa’, Journal of Sustainable Development Law and Policy, vol.8, n°1 [En ligne] https://www.ajol.info/index.php/jsdlp/article/view/159219

D’ALESSANDRO, C., 2016, ‘When Nature Becomes a Resource: Spaces of Environmental Protection, Land Management and Development Issues in Francophone Africa”, in Besada H. (ed), Governing Natural Resources for Africa’s Development, Oxford, Routledge, pp. 171-194.

DAVOUDI, S. ; EVANS, N. ; GOVERNA, F. ; SANTANGELO, M., 2008, « Territorial Governance in the making. Approaches, methodologies, practices », Boletín de la A.G.E., n°46, pp. 351-355.

DELÉAGE, E. ; CHARTIER, D., 2012, « Écologie politique. Vingt ans d’engagement et après ? », Ecologie & politique 2012/2, n° 45, pp. 11-20. DOI 10.3917/ecopo.045.0011

DÉLY, R. ; BLANCHARD, P. ; ASKOLOVITCH, C., 2014, Les années 30 sont de retour : Petite leçon d'histoire pour comprendre les crises du présent, Paris, Flammarion, 352 p.

DODDS, K., 2001, « Political Geography III : Critical geopolitics after ten years », Progress in Human Geography, vol.25, n°3, pp. 469-484.

DOUZET, F., 2014, « La géopolitique pour comprendre le cyberespace », Hérodote, n°152-153, pp. 3-22.

DUBUS, N. ; HELLE, C. ; MASSON-VINCENT, M., 2010, « De la gouvernance à la géogouvernance : de nouveaux outils pour une démocratie locale renouvelée », L’Espace Politique [En ligne], 10 | 2010-1, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 02 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1574 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1574

FERGUSSON I.F. ; VAUGHN, B., 2010, The Trans-Pacific Partnership Agreement, Washington, Congressional Research Service, Report for Congress, 7-5700, 15 p.

FOUCHER, M., 2015, « La réaffirmation des frontières », in Y. Gastaut et C. Wihtold de Wenden (dir.), Frontières, catalogue de l’exposition au Musée National de l’Histoire de l’Immigration, Paris, Magellan & Cie, MNHI, pp.30-34

GINTRAC, C., 2012, « Géographie critique, géographie radicale : Comment nommer la géographie engagée ? », Carnets de géographes, n°4 [En ligne] Consulté le 30 janvier 2017, http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_04_04_Gintrac.php

GRATALOUP, Ch., 2009, L’invention des continents : comment l’Europe a découpé le monde, Paris, Larousse, 224 p.

HIPPLER, Th., 2014, Le gouvernement du ciel, Histoire globale des bombardements aériens, Paris, Les prairies ordinaires, 264 p.

JONES, R. ; JOHNSON, C., (2016), “Border Militarization and the Rearticulation of Sovereignty”, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 41(2), pp. 187-200.

JONES, R., 2012, Border Walls: Security and the War on Terror in the United States, India, and Israel. London, Zed Books, 224 p. 

LENGLET, F., 2008, La crise des années 30 est devant nous, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 160 p.

LÉVY, J., (dir.), 2008, L’invention du monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de sciences-Po, 403 p.

MASSON, M. ; DUBUS, N. ; BLEY, D., et alii, 2012, « La Géogouvernance : un concept novateur ? », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], document 587, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 01 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25086 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25086

MÜLLER, J.-W., 2016, Qu’est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace, Paris, Premier Parrallèle, 200 p.

NAIL, T., 2016, Theory of the Border, New York, Oxford University Press, 290 p.

Ó TUATHAIL G., 1996, Critical Geopolitics: The Politics of Writing Global Space, Minneapolis, University of Minnesota, Borderlines, Vol. 6, 314 p.

REVEL, J, 2010, « Microstoria », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiographies, concepts et débats, Paris, Gallimard, Folio Histoire, tome 1, p. 529-534.

ROSIÈRE, S., 2008, L’espace politique : quels concepts et quelles échelles ?, in S. Rosière, K. Cox, C. Vacchiani-Marcuzzo et C. Dahlman, Penser l’espace politique, Paris, Ellipses, pp.17-33.

ROSIÈRE, S., 2007, « Comprendre l’espace politique », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 16 janvier 2007, consulté le 02 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/223 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.223

RUPNIK, J., 2017, « Populismes et révolution conservatrice en Europe de l’Est », Questions Internationales, n°83, janvier-février, pp.44-51

SANGUIN, A.-L. 2013, « Résurgence institutionnelle et avenir de la géographie politique en France depuis les années 1970 », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 13 février 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2773

SMIT, W., 2016, Urban governance and urban food systems in Africa: Examining the linkages, Cities, Vol.58, pp.80-86 [en ligne] http://dx.doi.org/10.1016/j.cities.2016.05.001

TOAL, G., 2017, Near Abroad. Putin, the West and the Contest over Ukraine and the Caucasus, New York, Oxford University Press, 408 p.

ULLMAN R., 1983, « Redefining security », International Security, vol. 8, n° 1, pp.129-153.

VAN DER PIJL, K., 1998, Transnational Classes and International Relations, Londres et New York, Routledge, viii + 192 p

VENTRE, D., 2011, Cyberespace et acteurs du cyberconflit, Paris, Hermès Lavoisier, coll. « Cybercriminalité et Cyberconflits », 288 p.

Haut de page

Notes

1 Le chiffre de 260 intègre tous les articles, y compris textes introductifs des numéros thématiques, mais pas les comptes rendus d’ouvrages.

2 Comité National Français de Géographie, URL : http://www.cnfg.fr

3 Il est difficile de lister l’ensemble des revues ayant adopté le label « géopolitique ». En 2007, en laissant de côté les revues qui mettent en exergue les Relations internationales, la diplomatie ou la stratégie, trois revues françaises pouvaient être citées : Hérodote, fondée en 1976 par Yves Lacoste ; Géopolitique fondée en 1982 par Marie-France Garaud (devenue la Nouvelle revue de Géopolitique), plus conservatrice ; enfin, Outre-Terre, revue trimestrielle de géopolitique fondée en 2002 par Michel Korinman (ancien membre du Comité de rédaction d’Hérodote).

4 Si l’on condamne une science en raison de ses développements initiaux, alors l’Histoire devrait être fustigée car d’abord construite pour fortifier les discours nationalistes, l’anthropologie ou l’ethnologie abandonnées car d’abord pensées suivant des postulats racistes et européocentriques, etc.

5 Sous le titre de Political Geography Quarterly de 1982 à 1991, puis de Political Geography.

6 Par « limocentrique », nous entendons « centré sur la frontière », en utilisant la racine latine limes, frontière, aussi utilisée le terme « limologie » (science des frontières) tel que l’a créé Henri Dorion.

7 Dans le sillage d’I. Wallerstein, K. Van der Pijl a conçu un système-monde articulé en trois ensembles : un centre hégémonique « lockéen » (fondé sur la tradition libérale anglo-saxonne dans lequel l’État est relativement en retrait), autour duquel se structure une semi-périphérie d’États rivaux (contender states) , « hobbesienne » (ou l’État est omniprésent, où les rivalités interétatiques sont plus marquées et éventuellement armée), puis une périphérie coloniale, ou postcoloniale, dominée et pauvre, marquée par une violence structurelle et qui ne répond à aucun des postulats précédents (Hippler, 2014, pp.26-27).

8 New York Times, Trump to Seek $54 Billion Increase in Military Spending, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 14 mars 2017. [En ligne] https://www.nytimes.com/2017/02/27/us/politics/trump-budget-military.html?_r=0

9 La nomination du général James Matthis au poste de Secrétaire à la Défense des États-Unis (équivalent du ministre de la Défense) est emblématique alors que la nouvelle administration a promis d'intensifier la guerre contre Daech en Irak et Syrie.

10 Voir la déclaration télévisée du 27 février 2017 du président américain [En ligne] https://www.channel4.com/news/trump-we-have-to-start-winning-wars-again

11 Cité dans Les Échos, mercredi 25 janvier 2017, p.7.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Évolution des connexions de 2009 à 2016, avec part des connexions françaises dans l’ensemble
Crédits Source : http://logs.openedition.org/​awstats.pl?month=12&year=2015&output=main&config=espacepolitique&framename=index
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4327/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Titre Carte 1 - Anamorphose des connections à L’Espace politique en fonctions du nombre de connections.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4327/img-2.png
Fichier image/png, 355k
Titre Carte 2 – Nombre de pages lues et nombre de pages par million d’habitants en 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4327/img-3.png
Fichier image/png, 615k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Rosière, « Dix ans de L’Espace politique. Géographie politique et géopolitique en question », L’Espace Politique [En ligne], 32 | 2017-2, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4327 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4327

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Professeur
Laboratoire Habiter (EA 2076) – Université de Reims Champagne-Ardenne
stephane.rosiere@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals