Navigation – Plan du site

Jalons pour une géographie politique de l’environnement

Milestones for a political geography of environment
Lionel Laslaz

Résumés

Cet article propose une triple réflexion : d’abord, sur le positionnement des géographes qui se soucient d’environnement dans la mouvance de la political ecology ; ensuite, sur la place de la nature dans le champ de la géographie politique ; enfin, sur la posture adoptée par les géographes à l’égard des questions d’environnement, entre sensibilité légitime, distance critique nécessaire et dégagement garant de cette distance. Sur la base de ces trois ressorts réflexifs, l’article présente une contribution à une géographie politique de l’environnement reconnue par sa capacité à se saisir des questions politiques de nature, son aptitude à se structurer comme pan de la discipline et sa possibilité à pouvoir apparaître libérée de toute forme de rattachements, tout autant orientés que bloquant son existence propre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le champ du politique revêt désormais des déclinaisons multiples ; il ne semble plus incongru qu’il se saisisse de thématiques qui ont longtemps été reléguées au second plan derrière les aspects géostratégiques, militaires ou autres qui étaient à même de lui donner ses lettres de noblesse.

2Par sa capacité à se soucier des acteurs, des échelles et des espaces auxquels s’appliquent les phénomènes qu’elle étudie, mais qui constituent aussi le cadre des phénomènes sociaux qui l’interpellent, la géographie politique a désormais toute légitimité sur nombre de questions ; pourtant, sur celles de nature, son analyse ne relève pas de l’évidence. Cet article tente toutefois d’aborder l’environnement en ce qu’il est socialisé, c’est-à-dire conçu, pensé, géré et ingéré par les sociétés qui contribuent à le produire par le regard qu’elles projettent sur lui et par les actions qu’elles conduisent.

3Cet article s’essaie ainsi à une définition de la géographie politique de l’environnement, qui sera au cœur de notre propos ; il essaie davantage de la constituer en champ sous-disciplinaire à part entière, avec toutes les limites que le compartimentage de la géographie a déjà suscité, de longue date : « c’est encore le mot géographie suivi d’un adjectif c’est-à-dire justement ce qu’il faut refuser » écrivait par exemple C. Raffestin (1989, p. 29).

4Cet article revendique sa dimension théorique, que suppose la tentative de poser des jalons étayant ce pan de la discipline. G. O’Tuathail (1996, p. 7) considère ainsi que la géographie n’est pas « un assemblage anodin de connaissances et d’érudition, mais un ensemble de technologies de pouvoir liées à la production et à la gestion gouvernementales de l’espace territorial ». Or, ces technologies de pouvoir se théorisent et s’élaborent de manière générale pour ne pas rester dans le seul empirisme et la succession d’exemples. Notre éclairage est toutefois celui d’un auteur travaillant sur les espaces protégés, les conflits environnementaux et l’acceptation sociale, pris comme exemple et comme prisme d’analyse, et ce dans des pays des Nord (Laslaz, 2016). Il oriente nécessairement les réflexions qui sont conduites ci-dessous, n’ayant pas prétention à une vision exhaustive et englobante des questions de politique (l’« organisation, à toute échelle, du vivre ensemble, c’est-à-dire la coordination des activités individuelles de manière à construire un bon collectif » ; Pattaroni, 2001, p. 68) et d’environnement.

5Des tentatives préalables d’autres auteurs et plusieurs travaux ont proposé le regroupement des géographes travaillant sur les questions d’environnement sous la même bannière ou autour de formes de questionnements novateurs. Comme l’écrit D. Chartier (2004, p. 183), « se préoccuper des questions environnementales, c’est tenter de résoudre les problèmes en ayant conscience des effets de masse, des mutations, des accélérations et des changements d’échelles » : ils sont reposés de manière différente au fil du temps et au sein d’une conscience environnementale qui se structure et qui hiérarchise les problèmes en question. En retour, la prise en compte de l’environnement conduit à repenser l’espace : pour P. Mélé (2011, p. 9), « les politiques patrimoniales et environnementales expriment une mutation des conceptions de l’espace et des façons de penser la dimension spatiale des sociétés ».

6Au-delà de l’enjeu disciplinaire, et de la capacité des géographes à faire état de leurs compétences dans ces domaines d’analyse, il s’agit aussi de s’intéresser à la manière dont les sociétés repensent leurs relations à l’espace à travers les questions d’environnement, de quelle manière elles lui attribuent des valeurs et hiérarchisent ses composantes.

7Nous proposons de considérer que la géographie politique de l’environnement est un sous-ensemble disciplinaire qui mérite d’être constitué en tant que tel, mais ce postulat passe à notre sens par trois conditions que nous argumentons dans les lignes qui suivent : tout d’abord, le détachement de la tutelle de la political ecology anglophone qui empêche tout déploiement de la géographie politique de manière autonome et dissociée. Cette partie propose de s’interroger sur le pourquoi d’une géographie politique de l’environnement ; il ne s’agit alors pas simplement d’un négatif en miroir de la political ecology, mais de proposer une argumentation permettant d’étayer un positionnement. La deuxième condition réside dans la réflexion sur la place qu’occupe cette géographie au sein du champ disciplinaire et notamment de la géographie politique, et la nécessité de la penser d’un point de vue théorique. Cela revient à questionner le comment de l’élaboration du champ de la géographie politique de l’environnement. La dernière condition soumise à discussion revient à un positionnement original dans le champ de la géographie, mais déjà adopté dans certaines disciplines, notamment les sciences du langage : celui du dégagement, que nous défendons dans un dernier temps. Par quelle méthode et quels ressorts exercer son travail en géographie politique de l’environnement ?

8Il faut voir dans les suggestions qui suivent une tentative de structuration d’un pan de la discipline. Plus qu’une proposition normative et qu’une recherche d’alignement, cet article se veut un appel au débat et à la réflexivité des géographes sur leur propre pratique.

Contre la prééminence idéologique et scientifique de la political ecology

9Il semble que, faute de véritable effort de réflexion sur ce qu’elle impliquait, les géographes travaillant sur les questions d’environnement soient, par choix ou par défaut - parfois sans le savoir -, rattachés au mouvement de la political ecology. Pourquoi les géographes seraient-ils rattachés à ce courant ? Pour mesurer ce que cette affiliation implique, encore faut-il en connaître ses ressorts et ses finalités, revenir sur ses origines. C’est avant tout dans les contradictions et les apories structurelles de la political ecology que nous voyons matière à s’y soustraire.

Choix informé, fatalité ou facilité ?

10Le débat autour de la political ecology est intéressant, mais il ne s’agit pas ici de relater toute son histoire et ses différentes conceptions qui justifieraient un article à part entière, mais de tenter de se positionner au regard de ce qu’elle implique, ce qui nécessite d’en retracer l’origine et les principales caractéristiques.

L’écologie, entre science et idéologie

11L’écologie est-elle d’ailleurs scientifique et/ou idéologique ? Le terme, créé en 1866 par le biologiste E. Haeckel, désigne « l’étude des relations entre les êtres vivants et leur environnement » (Bioret et al., 2009, p. 164). Il importe de revenir à l’étymologie d’« écologie », soit la science de la maison, de l’habitat (oikos), qui a pu laisser penser que la géographie en relevait. A. Berque (1990, p. 31) considère l’écologie comme la « véritable science du milieu », dont il rappelle qu’elle « reste fondamentalement une science positive de la nature, tendant à subsumer le milieu social sous le milieu physique » (id.). La géographie contemporaine ne semble pas devoir subir cette mise au second plan du social sous le physique. Il ne s’agit pourtant pas de réfuter toute forme d’usage de l’écologie par les géographes, assez ancien, ni leur implication dans une écologie politique française, par exemple chez E. Reclus. L’écologie humaine fut doublement initiée par l’Ecole de Chicago à l’origine de l’écologie urbaine et par M. Sorre (1943) qui sous-titrait ainsi ses Fondements biologiques de la géographie humaine d’un « essai d’une écologie de l’homme » dans le sens d’oikos mentionné supra. L’écologie a pu, selon A. Berque (op cité), engendrer « une ontologie et une éthique », faisant référence à la philosophie environnementale (environmental philosophy) de J.B. Callicott (2010), chercheur prônant une éthique de l’être humain sur terre. Sur ce registre de l’éthique, nous renvoyons à l’analyse du terme que nous avons faite au sujet du démantèlement des installations obsolètes (Laslaz, 2013).

12Mais l’écologie n’est ni l’environnement ni la nature ; outre son projet scientifique, elle « se double d’un projet politique, social et philosophique » (Peytavin, 1992, p. 72) qui en fait globalement un « ensemble flou » selon l’auteur : l’appellation regroupe ainsi écologues et écologistes, groupes très disparates qui ne s’accordent pas nécessairement sur les conceptions de la nature. Science naturelle, l’écologie est aussi courant politique, avant de devenir un ou des partis, avec des élus et des acteurs publics qui portent une idéologie.

Political ecology : retours sur une affiliation

13La political ecology est née dans les années 1960-1970 et s’est structurée en courant de pensée dans les années 1980. D. Gautier et T.A. Benjaminsen (coord., 2012, p. 5) rappellent que c’est « une façon de conceptualiser l’écologie politique et la Nature dans un contexte de mouvements environnementaux » ; scientifiquement, le ver est dans le fruit, le fait d’être née en parallèle de mouvements environnementalistes et d’y être associée explique en partie cette proximité qui interpelle. Si l’écologie politique s’est structurée autour de la philosophie et de la sociologie en France, la political ecology est principalement adossée à la géographie et de l’anthropologie anglo-saxonnes dans le monde anglophone (Chartier et Rodary, 2015, p. 549), relevant alors de ce que l’on nomme « l’écologie humaine ou culturelle » (cf. supra).

14Cette dernière fut fortement critiquée au lendemain de la seconde guerre mondiale et a perdu du terrain au profit de la political ecology, qui s’est en partie construite contre elle. L’écologie biologique en constituait la source majeure dans un contexte de l’entre-deux-guerres où les sciences de la vie exerçaient une influence bien supérieure aux sciences sociales, quoi qu’il en soit à la géographie ; l’écologie humaine consistait en une naturalisation des faits sociaux, alors que la géographie s’oriente davantage aujourd’hui vers une socialisation des faits naturels. Comme l’écrit C. Rhein (2003, p. 186), « dans cette écologie humaine, les changements sociaux sont transformés en processus biotiques, observables dans la nature, opérant ainsi une naturalisation de la société et des communautés. L’écologie humaine peut être considérée comme une des résurgences, ou encore une forme réactualisée, parmi d’autres, d’une sociologie évolutionniste et organiciste ».

15L’évolution de la political ecology a été critiquée dans les deux sens : pour les uns, elle était trop versée vers l’écologie, trop peu politique et sans théorie (chez les chercheurs d’inspiration marxiste) ; pour les autres, elle reposait sur des études politiques sans écologie (Vayda et Walters, 1999). Le glissement du point de gravité du politique vers l’écologie est aussi relevé par W. Natter et W. Zierhofer (2002, p. 227). De son côté, P.A. Walker (2005, 2006 et 2007) a consacré une trilogie d’articles à cet équilibre et regrette une écologie devenue apolitique qui demeure une posture de recherche peu appliquée, notamment en raison de difficultés institutionnelles et de transposition. Il défend l’idée que la political ecology doit conduire à des recommandations (guidelines) et que « la recherche est un acte politique » (Walker, 2007, p. 367). Ce basculement vers l’écologie et la revendication de l’application et de la recherche comme acte politique font partie des nœuds gordiens expliquant que la political ecology ne nous apparaisse pas pertinente comme démarche et finalité. Il existe sans doute d’autres manières de « prouver le lien fort qui existe entre les réalités sociales au sens large - celles qui touchent les sociétés humaines - et les réalités écologiques » pour reprendre l’objectif que M. Chaumel et S. La Branche (2008, p. 107) assignent à la political ecology, en s’intéressant à l’accès aux ressources et à la manière dont l’organisation de la société influence son rapport à l’environnement. Il importe de défendre aussi l’idée selon laquelle la recherche n’est pas un acte politique en tant que tel mais un moyen de l’analyser.

16Par la suite, la political ecology s’est diversifiée, au point de développer une radical political ecology (Blanchon et Graefe, 2012), mêlée à la géographie radicale promue par D. Harvey (1996, pour les questions environnementales), et appliquée à la ville ou aux périmètres irrigués. D. Blanchon et O. Graefe (id., p. 38) soulignent que, dans cette political ecology appliquée à l’urbain, « les questions de durabilité socio-environnementale sont fondamentalement des questions politiques ». Son orientation militante est donc encore plus forte.

17Pour T.J. Bassett et D. Gautier (2014, § 4), la political ecology est « une approche interdisciplinaire pour l’étude de l’accès, du contrôle et de la gestion des ressources naturelles, qui insiste sur l’interaction de multiples acteurs (humains et non-humains) à de multiples échelles dans la durée, avec une attention particulière accordée à l’influence des relations politiques et biophysiques sur les dynamiques de changement anthropo-environnemental »1. Cette approche se limitant aux ressources naturelles nous semble trop réduite en ce qui concerne les questions d’environnement. É. Edelblutte et Y. Gunnell (2014, p. 3) confirment pourtant cette idée en écrivant : « plus qu’une discipline aux contours nets et consensuels, la political ecology est avant tout une grille de lecture multidisciplinaire qui décrypte les conflits liés à l’accès aux ressources naturelles et décrit les rapports de force qui en sont à l’origine ». T.A. Benjaminsen et H. Svarstad (2009, p. 3-4) considèrent que les deux objectifs de la political ecology sont, d’une part « l’analyse essentiellement [du] pouvoir et [des] luttes pour le pouvoir en matière de gestion de l’environnement » et, d’autre part, « la production de savoir sur l’environnement [comme] un objet d’analyse ». Si le premier objectif se rapproche des préoccupations de la géographie politique, le second ne trouve que peu d’échos dans sa démarche. Les mêmes auteurs (id., p. 4) soulignent qu’un de ses « enjeux […] est de comprendre les causes des conflits liés aux ressources naturelles et à l’environnement ». De son côté, D. Gautier2 définit la political ecology comme « l’étude des relations de pouvoir à propos de la gestion de l’espace et de l’environnement » [notons ici que « gestion de l’espace » est très large et ne saurait se limiter à la seule dimension environnementale] en complétant : « elle est explicitement politisée, dans le sens où elle étudie les rapports de force. Elle s’oppose de ce fait à l’écologie scientifique apolitique qui n’étudie pas les asymétries sociales et les relations entre modèle de société et gestion des ressources naturelles ». Effectivement, la dimension conflictuelle, découlant des rapports de pouvoir, est une entrée stimulante dans laquelle nous nous reconnaissons (Laslaz, 2016). Mais l’étude de ces rapports ne conduit pas nécessairement au positionnement du chercheur à leur égard, nous y reviendrons dans la dernière partie.

18De nombreuses autres définitions sont proposées par P. Robbins (2004, p. 15-16) qui considère que la political ecology n’est ni une méthode, ni une théorie, mais un état d’esprit (« communauté de pensées et d’actions » pour D. Gautier et T.A. Benjaminsen - coord., 2012, p. 15 - rassemblant aussi des activistes de l’environnement), ce qui implique que les chercheurs y adhèrent ou non. Son analogie avec la hachette (approche critique) et avec la graine (contribution à un monde plus juste et plus durable) (Robbins, op. cité, p. 98-99) illustre bien les deux missions que se donne la political ecology ; or, l’appartenance de la seconde au champ scientifique est discutable. La fonction du chercheur est d’analyser, de conseiller et de participer à des débats de société, pas de décider de la justice et de la durabilité qui relèvent de choix sociaux et politiques. D’ailleurs, la political ecology elle-même ne semble pas établir de dogmes d’engagement systématique, puisque la définition de R.L. Bryant (1992, p. 12) est beaucoup plus neutre : elle est « prise au sein d’un champ de recherche qui s’intéresse explicitement aux « liens entre les activités environnementales et les activités politiques » ».

  • 3 The scalar literature within political geography, however, has for the most part seen its role as (...)
  • 4 Le thème du prochain Festival international de géographie de Saint-Dié en 2017 est « Territoires hu (...)

19De notre point de vue, W. Natter et W. Zierhofer (2002, p. 225) distinguent de manière pertinente géographie politique et political ecology : « La littérature scalaire dans la géographie politique […] a pour l’essentiel exercé un rôle dans l’articulation des relations sociales dans ses rapports de contestations au pouvoir, à l’espace et au territoire. A l’inverse, une political ecology nécessitera d’élargir le champ d’étude pour inclure une variété d’acteurs humains et non-humains, impliqués dans ce réseau plus large »3. De même, la géographie a tardivement intégré les non humains (travaux, entre autres, de N. Blanc, F. Benhammou, C. Mounet ou J. Estebanez4).

20Certaines approches de la political ecology omettent inégalement les engagements qu’elle implique, ou en tout cas dont elle est porteuse pour les différents chercheurs qui s’y rattachent (Flipo, 2016). T.A. Benjaminsen et H. Svarstad (2009, p. 6) précisent juste qu’elle est « plus explicitement politique ou normative » quand P. Robbins (2004) souligne qu’elle ne cherche pas à se dissimuler derrière une « objectivité » ou une « scientificité » illusoires, point sur lequel nous reviendrons dans la dernière partie.

21H. Rangan et C.A. Kull (2009) ont vu dans la production sociale des échelles un moyen de rendre l’écologie politique, ce qui constitue une approche fortement géographique. Il ne s’agit ainsi pas de nier tout intérêt à la démarche de la political ecology : ses promoteurs ont par exemple contribué à la dénonciation des postures néo-malthusiennes. Mais P. Robbins (2004) considère que celles-ci relèvent de l’apolitical ecology, tout comme les idéologies de la « modernisation », reposant sur le principe que croissance économique et environnement se renforcent mutuellement. T. Forsyth (2002) souligne la nécessité de faire appel à des explications diverses pour l’analyse des phénomènes environnementaux, et non aussi manichéennes et simplistes qu’elles pouvaient parfois l’être au début de la political ecology.

Les subtiles ambiguïtés de la political ecology

22Au regard de ces éléments de définition et de cadrage, dix arguments nous font considérer qu’une affiliation à la political ecology des géographes francophones semble délicate et peu pertinente :

  1. elle s’avère difficilement traduisible, car « l’écologie politique » n’a pas le même sens en France et est souvent réduite à l’engagement dans des partis politiques. Cela prête à l’amalgame avec l’écologisme, soit le courant politique, a fortiori en travaillant sur des terrains d’étude en France. Pourtant, l’écologie politique existe comme champ scientifique depuis plus d’un siècle (Mouhot et Mathis, dir., 2012 ; Mathis et Mouhot, éd., 2013). D. Gautier et T.A. Benjaminsen (coord., 2012, p. 6) écrivent ainsi : « en France, le socle de l’écologie politique est politique ; il n’est pas universitaire [à relativiser avec ce qui précède] comme aux Etats-Unis […]. Il ne s’adosse pas à la géographie en France, alors que les questions de droits d’accès et de contrôle de la ressource ont été fondatrices de la political ecology anglo-saxonne. [Elle] est comprise dans les rapports aux terroirs, aux territoires et aux paysages en France ».

  2. La political ecology comporte à la fois une ambition scientifique, politique et citoyenne : « elle s’appuie sur des postures communes de chercheurs politiquement engagés, avec une empathie marquée pour des populations marginalisées » (D. Gautier et T.A. Benjaminsen, coord., 2012, p. 12). Si le chercheur œuvre pour la première, les deux suivantes ne sont aucunement obligatoires et peuvent même être considérées comme hors de son champ d’action.

  3. sa méthodologie, détaillée par D. Gautier et T.A. Benjaminsen (id., p. 13-15), repose sur l’interdisciplinarité (impliquant des compétences en écologie), le changement d’échelles, les études détaillées de terrain et l’analyse des discours politiques et des idées préconçues. Le premier critère au moins pose donc problème au plan individuel, non en soi, mais en terme de compétences requises ; il est en revanche un outil de la construction collective du savoir.

  4. elle considère que la science devrait régler des questions de justice spatiale et environnementale, conduisant à des formes de recherche-action (cf. point suivant). La dimension scientifique est exploitée pour convaincre et pour une visée politique. Mais on pourrait partir du principe qu’une démonstration convaincante emporte l’adhésion sans que son auteur ait besoin de peser sur des décisions.

  5. elle promeut un discours critique contre les discours dominants, mais elle prend parti et cherche à placer, voire à imposer le sien, c’est-à-dire à considérer comme incontournable et politiquement incorrect tout positionnement ne prônant pas la durabilité. Il existe ainsi une forme de contradiction structurelle.

  6. elle élabore le postulat (ou a pu le faire) que « l’exploitation des matières premières par les hommes engendre des problèmes » (Benjaminsen et Svarstad, 2009, p. 5). Il existe donc un parti pris initial extra-scientifique, qui biaise par exemple l’analyse des politiques relatives aux espaces protégés ; sur ce postulat et de manière plus générale, les tenants d’une « protection sans l’homme » ont conduit, entre autres, aux pratiques de déguerpissement en leur sein (Rossi, 2000 ; Laslaz, dir., 2012).

  7. l’adoption d’un point de vue normatif ne correspond pas à un souhait de distanciation sur lequel nous revenons dans la troisième partie de cet article. L’engagement biaise la liberté d’analyse, les angles d’attaque retenus et les questions posées.

  8. son contenu est fluctuant : elle se résume parfois à la dégradation environnementale (D. Gautier et T.A. Benjaminsen, id., p. 9) ; or, les géographes traitant de questions environnementales vont bien au-delà.

  9. elle a initialement été très centrée sur l’étude des pays des Sud, même si d’autres travaux ont pu la transposer dans d’autres contextes de travail (par exemple Swyngedouw et al., 2006).

  10. elle est devenue très large et dispersée (regret formulé par Blaikie, 1999 ; l’un de ses fondateurs), comme nous l’avons indiqué à travers l’apparition de la radical political ecology. Le terme d’« écopolitique », contraction de l’écologie politique (Collectif, 2006), serait aussi une deuxième étape ou génération, participant là encore à cet élargissement. Cet éclatement invite aussi au recentrage sur une discipline, d’où le choix de la géographie politique de l’environnement.

23Ainsi, cette écologie est assurément politique, dans le sens où elle est porteuse d’idéologies, soit d’un « système d’idées, de jugements et de valeurs possédant des capacités organisatrices d’un groupe humain et des pratiques de ses membres » (Ruby, in Lévy & Lussault, dir., 2003, p. 482). Ces idéologies nous semblent produire un filtre altérant une vision et une approche distanciées des questions environnementales, alors que l’écologie politique revendique justement cette analyse critique. Elle ne nous semble pas plus répondre aux aspirations évoquées plus loin.

24Enfin, l’ambiguïté des positionnements de l’écologie politique peut s’illustrer par l’exemple de la Fondation de l’Ecologie Politique (créée en 2012) qui a « pour but de favoriser le rassemblement des idées autour du projet de transformation écologique de la société et de nourrir ainsi des politiques susceptibles d’ouvrir un nouvel espace au progrès humain et à la civilisation. Ce projet de mutation a pour ambition de modifier en profondeur l’organisation économique et sociale, les modes de production et de consommation ainsi que le rapport de l’homme et de la nature »5. Définie comme un « nouvel outil de diffusion et d’influence au service des idées portées par l’écologie politique », la fondation affirme sa volonté de lobbying (« participation aux débats publics d’actualité »), une ambiguïté d’autant plus forte que la dimension scientifique apparaît au second plan, puisque la fondation est présentée comme un « lieu de discussion pour les écologistes, pour approfondir nos idées et un lieu de débat, pour défendre les solutions écologistes auprès du public ». Il apparaît dès lors paradoxal d’affirmer « une volonté : l’indépendance » - alors qu’elle affiche son attachement au mouvement écologiste et qu’elle est adossée à Europe Ecologie-Les Verts - sur le critère d’un « conseil de surveillance de 12 personnes, appuyé par un Conseil d’orientation scientifique ». Ce dernier est composé d’une vingtaine de membres (universitaires, syndicalistes, membres de la société civile) « représentant les principales disciplines de l’écologie politique (énergie, biologie, climatologie, protection de la nature, science politique, sciences humaines et sociales, droit, économie, urbanisme…) ». D’une part, cette composition n’est pas nécessairement un gage d’indépendance ; d’autre part, l’énergie et la protection de la nature ne sont pas des disciplines ; quant aux sciences humaines et sociales, elles représentent un vaste ensemble de disciplines. L’argumentaire de scientificité de la fondation est donc particulièrement fragile, et relégué au second plan derrière des préoccupations militantes.

25Quoi qu’il en soit, au-delà du rattachement pluridisciplinaire, cette analyse de la political ecology a posé la question de l’engagement politique du chercheur (partie 3). Si la political ecology ne peut, à notre sens, satisfaire la démarche des géographes, alors il convient de trouver dans le champ de la géographie des attaches suffisamment solides (partie 2) pour saisir les questions de nature.

Pour une géographie politique qui s’ouvre sur l’environnement

26Il peut apparaître contradictoire de vouloir affirmer une géographie politique alors que la political ecology est pluridisciplinaire (voir E. Hache - dir., 2012, p. 16 - pour le regroupement de textes proposant une « approche située de l’écologie »), regroupée dans un vaste ensemble désigné sous le terme plus englobant d’« humanités environnementales » ; Blanc et al., éd., 2017,) et que l’essentiel des travaux sur les conflits environnementaux (par exemple) sont ceux de sociologues. C’est justement parce que les géographes n’ont pas réussi à faire leur place que ce chantier légitime l’existence d’une géographie politique de l’environnement. Il y a matière à construire un champ étayé, argumenté et qui occupe cette place, ne se laissant reléguer au second plan d’autres disciplines. Nous préférons le terme de géographie politique à celui de géopolitique, en partie pour les mêmes raisons qu’au sujet de la political ecology.

Multiplier les branches de la géographie, une impasse ?

27En effet, la géopolitique est réaffirmée comme « scientifique et politiquement engagée » (Y. Lacoste, 1996) comme la political ecology. En outre, la géopolitique est devenue d’usage courant et mobilisée par de nombreux spécialistes (ce qui ne la délégitime pas pour autant) et n’a pas ou plus d’ancrage spécifiquement géographique. En géopolitique prédomine par ailleurs l’échelle mondiale, utilisation qui est souvent le fait du grand public et des médias. Cette acception journalistique, comme commentaire plus ou moins éditorialisé sur l’actualité internationale, nécessite sans doute de prendre encore davantage ses distances avec le terme. Enfin, comme le rappelle P. Claval (2010), la géopolitique manque de formalisation théorique et reste une « discipline de l’incertain ». S. Rosière (2007b, § 9) est encore plus sévère quand il écrit : « sans formuler de théorie, le savoir reste un fatras dans lequel chacun effectue son bricolage », dénonçant une approche descriptive et empirique. Toutefois, comme nous le rappelions en introduction, le choix de s’inscrire dans une géographie politique de l’environnement conforte un compartimentage de la discipline.

La géographie politique comme horizon ?

28Investir du politique au sujet de l’environnement peut encore surprendre ; cela est lié à la méconnaissance du champ politique, considéré comme limité aux élections d’une part, et à une géopolitique réduite aux conflits armés d’autre part. Le politique est entendu « au sens strict comme ce qui est relatif à l’exercice du pouvoir » mais englobe dans un sens plus large « ce qui est lié à l’organisation de la société » (Rosière, 2001, p. 33). Pour G. Prévélakis (in Lévy et Lussault, dir., 2013, p. 792), le politique est l’« ensemble des phénomènes qui ressortissent à l’organisation de la gestion et de la régulation collective des sociétés » ; J. Lévy (id.) ajoute qu’il s’agit de la « mise en débat, en scène et en œuvre des méthodologies de l’être-ensemble ». La question des conflits environnementaux est de plain-pied dans ces différentes configurations du vivre-ensemble, car le politique est vu par J. Lévy (1991, p. 255) comme une « fonction de régulation globale réalisant à l’échelle de la société des arbitrages entre les autres fonctions, économiques et sociologiques ». Pouvoir, organisation, régulation, être-ensemble nous semblent des mots-clés particulièrement stimulants dans l’analyse des politiques relatives à l’environnement.

Plus que l’écologie, l’espace est politique

29G. Busquet (2012), relisant les travaux d’H. Lefebvre, a bien montré que l’espace était politique, car objet de politiques publiques, lié à la question du pouvoir et enjeu de luttes. Il « est loin d’être un simple support neutre - ou un réceptacle - des activités sociales. Il devient un enjeu et un support de stratégies et de représentations sociales contradictoires, un support actif (induisant des tensions, représentations, pratiques, car chargé de signes et de symboles, intentionnels ou non), produit, approprié et transformé en fonction d’intérêts, de valeurs et d’idées antagonistes » (p. 3) : cette analyse de l’espace urbain est parfaitement transposable aux aspects environnementaux.

30Pour J. Lévy (in Lévy et Lussault, dir., 2013, p. 901), « la géographie du politique n’est plus taboue pour les géographes ; elle n’a pas pour autant acquis une position centrale ou même stable », elle reste donc à conforter et à étayer. A.-L. Sanguin (2013, § 34) affirme que la géographie politique « a pour mission de montrer la pertinence de la spatialité à tous les types et à tous les niveaux de pouvoir ». Elle a le mérite de réaffirmer le rôle des acteurs, les entrées par leurs pratiques, leurs stratégies et les lieux emblématiques. Ces approches sont pleinement pertinentes au sujet des espaces protégés ou des conflits environnementaux. De manière plus générale, l’aménagement, dont les politiques environnementales sont une des formes, est une « question géopolitique » (Subra, 2008). On peut s’appuyer sur F. Lasserre et E. Gonon (2008, p. 18) qui écrivent que « l’espace est un ensemble de lieux […] où la construction de l’histoire de certains groupes ou acteurs s’incarne, et qui dès lors acquièrent une valeur géopolitique ; mais aussi lieux de vie, lieux de production, lieux d’échanges, lieux de loisirs, lieux où s’incarnent les valeurs d’un groupe : espaces protégés, marchés, villes, ports, zones industrielles… ». Ils ajoutent que « les acteurs agissent dans et sur l’espace […] développent des pratiques spatiales, qui découlent de stratégies qui peuvent parfois les opposer » (c’est nous qui soulignons). En outre, la géographie politique prétend, à la différence de la géopolitique, à une relative neutralité ; cette dernière s’avère d’autant plus utile en ce qui concerne les espaces protégés, sujet teinté d’a priori et de postures idéologiques qui supposent que ces derniers représentent le « bien », ce qu’il faut faire, ce vers quoi il faut tendre et qu’à l’inverse tout ce qui les entraverait représenterait le « mal ». Ou le contraire en fonction des positionnements, notamment de certains acteurs locaux.

Comment transposer cette géographie politique à l’environnement ?

31Le « cadre géographique » mentionné par S. Rosière (2007a) revient à faire de l’espace le « cadre du déploiement du politique » ; l’espace comme enjeu serait ainsi l’objet du politique ou plus précisément de la géopolitique pour S. Rosière (id.). Mais cet espace relève à nos yeux bien de la géographie politique, car il y a affrontement d’acteurs pour le contrôle ou la domination sur des territoires (ibid., p. 26). Ainsi, S. Rosière (2007b, § 30) se révèle plus nuancé lorsqu’il souhaite « souligner la validité de la démarche en géographie politique, l’intérêt éventuel de reprendre le label géopolitique si tant est que celle-ci est fondée sur un effort théorique réel et de montrer des axes de recherches dans ces disciplines ». D’ailleurs, la revue l’Espace politique, fondée en 2007 par S. Rosière et « porte-parole » de la géographie politique française, traite tout autant de l’espace comme enjeu que comme cadre.

32Certes, les espaces protégés connaissent des affrontements armés en leur nom (Neumann, 2004 ; Duffy, 2010), ou en sont les théâtres (ceux du Kivu par exemple) ; ils sont davantage les lieux de violences (déguerpissements, destructions de cultures ou de villages dans les espaces protégés) et de rapports de forces autour des usages (partagés, dominants, exclusifs) de l’espace que l’on souhaite protéger. La notion de « front écologique » (Guyot, 2009) est d’ailleurs révélatrice de cette terminologie militaire. L’espace protégé implique également des objectifs et des stratégies qui s’avèrent divergents de ceux en vigueur (jusqu’alors de production ou de chasse) ou que certains acteurs souhaiteraient développer (exploitation de ressources, constructions d’infrastructures). Il est donc un espace politique, enjeu (pour éviter la disparition d’espèces) et cadre (périmètre au sein duquel se déploient les réglementations) de politiques. La géographie politique comme discipline englobante a donc toute légitimité sur ces questions.

Affirmer la place de la géographie comme discipline

33L’analyse de l’espace ne peut se faire sans remise en contexte, sans perspective, et en l’absence de toute considération diachronique. La géographie politique peut, tout autant que la géopolitique, saisir ces dynamiques. Son objet est l’étude des tensions dans l’espace, ce qui place les conflits au cœur de ses préoccupations. De surcroît selon S. Rosière (2007a), le territoire comme objectif fait la géopolitique. Or, dans le cas de l’environnement, même s’il ne s’agit pas de conquête au sens strict (toutefois, les espaces protégés sont souvent concernés par des objectifs quantitatifs, de contrôle de la gestion du fonctionnement, des usages et parfois de modification de contenus, comme pour les réserves intégrales ; Laslaz et al., dir., 2014), les acteurs intervenant dans les espaces protégés sont bien géopolitiques, la violence pouvant être restituée « sur un gradient qui va de la coopération à la confrontation » (Rosière, 2007b, § 29). Même si l’usage de termes peu communs au sujet de l’environnement, comme pouvoir et puissance, peut perturber, cette entrée est indispensable pour comprendre les rapports de force qui s’y jouent, entre développement économique et préservation, entre acceptation et rejet des politiques de protection. A.-L. Sanguin (2013, § 21) le rappelle lorsqu’il mentionne les changements conceptuels et les innovations théoriques de la géographie politique lors des vingt dernières années : « La société civile prend sa revanche sur l’Etat d’autant qu’elle a une conscience aiguë de préserver les biens publics communs à l’humanité : les droits de la personne humaine, le patrimoine culturel global, l’environnement ». La multiplication des acteurs avait été soulignée par P. Claval (1978) et par C. Raffestin (1980), mobilisant la notion de pouvoir comme une force d’exécution en rapport avec le savoir.

34A l’ère de la pluridisciplinarité, cette réaffirmation de la géographie peut paraître désuète, voire anachronique. Les géographes ont parfois tenté d’affirmer leur scientificité par le raccrochement à d’autres chercheurs et à d’autres disciplines contribue à cette reconnaissance. Il est pourtant temps de sortir la géographie du cadre assigné par les autres disciplines, qui en ont souvent le même niveau de méconnaissance que le grand public, celui d’une discipline donnant un « cadre » justement (ce que R. Brunet dénonçait en plaçant le géographe comme « inspecteur des décors »). Cet héritage de L. Febvre et d’E. Lavisse tend parfois à perdurer et à exclure les géographes des discussions ; ils sont utiles pour le contexte préalable, mais moins lorsqu’il s’agit de problématiques sociales.

35Si la political ecology prétend à cette pluridisciplinarité, regroupant notamment l’écologie ou la géographie, une dissymétrie de traitement existe. Cette dernière révèle bien une question de conception et de hiérarchisation des disciplines, que l’on ne peut attribuer à la seule antériorité historique, l’écologie ne naissant guère plus tôt que la géographie contemporaine des A. de Humboldt, K. Ritter ou E. Reclus. Ce déséquilibre cache deux réalités : l’écologie comme science « dure » est un point de ralliement plus fiable qu’une science humaine et sociale aux contours indéterminés et inconnus. En second lieu, le choix de la discipline relève aussi de l’objet d’étude ; parce qu’il touche aux questions de nature, il serait forcément de la compétence d’une « science du vivant » comme l’écologie, reléguant au lointain la part du social et du spatial. Fort heureusement, les lignes bougent et la faible acceptation de certains espaces protégés pousse les gestionnaires à intégrer cette dimension.

36Ces assertions ne seraient que points de vue de « spécialistes » si elles n’avaient pas des conséquences sur la place de la géographie dans l’étude des questions d’environnement, et sur la manière dont ses travaux sont mobilisés par les autres sciences. De ce point de vue, dans le champ de l’étude des espaces protégés ou des conflits environnementaux, la plupart des articles de géographes font appel à des travaux d’ethnologues ou de sociologues. La réciproque est l’exception. Pour exister, les géographes seraient condamnés à l’interdisciplinarité dont se passeraient bien volontiers d’autres, si ce n’est sous les emballages officiels des programmes de recherche. Réaffirmer la place de la discipline géographique ne revient pas à dénier tout intérêt aux autres.

Un vide à combler ?

37Le défi est d’autant plus grand que la géographie politique - ou la géopolitique d’ailleurs -, a longtemps oublié la dimension environnementale, hormis l’accès aux ressources et l’étude des conflits hydropolitiques (cf. Lasserre). Ce n’est pas le seul champ de la géographie qui ne s’est guère soucié de ces questions ; l’environnement, terme adopté dans les années 1970, permettait de présenter sous un nouveau jour la géographie physique (issue de l’école martonnienne) et restait en grande partie sa chasse gardée. La nouvelle géographie demeurait très distante à son endroit. Pourtant dans le champ de la géographie sociale, G. Di Méo (1991, p. 363) a souligné que le concept de représentation ouvrait de nouvelles voies et que la « la voie « environnementaliste » s’intéresse à la manière dont la perception-représentation de l’environnement influence nos comportements en tant qu’individus ». La mise en avant de l’individu, la notion d’espace vécu (Frémont, 1976) permettent de considérer un rapport à l’environnement non comme donné, mais comme construit, et la reconnaissance de l’approche sociale de ces questions. L’espace vu comme un « tissu dense de relations sociales » selon l’expression d’A. Frémont (et al., 1984) correspond à l’analyse des interactions sociales que sont, par exemple, les conflits environnementaux. Les apports de la géographie sociale, culturelle ou politique doivent ainsi permettre un éclairage nouveau sur l’environnement, sans que l’existence d’une géographie politique soucieuse de ce dernier n’oblitère les autres champs de la discipline.

La plus-value de l’approche spatiale

38« Pour une géographie politique de l’environnement » (Rodary, 2003), premier article à employer ce terme, est davantage le constat d’un acte manqué et de la faible implication des géographes dans les questions d’environnement qu’un cadrage de ce que pourrait être ce sous-ensemble de la discipline. Le même auteur récidive quatre ans plus tard (Chartier et Rodary, 2007) mais toujours davantage sous forme d’invitation à la mobilisation des géographes sur les questions d’environnement que de jalons réflexifs. E. Rodary (2003, op. cité, p. 93) écrit, à juste titre, que la géographie politique de l’environnement « décentre son objet d’étude depuis les relations des sociétés à leur environnement vers la relation des hommes entre eux à propos de l’environnement » ; ce décentrage est notamment révélateur de l’intérêt des géographes pour les rapports de force au sujet de l’environnement. Ce texte met en avant l’action politique qui cherche à réguler les conflits d’intérêt, au cœur de notre propos. Néanmoins, deux désaccords peuvent être avancés : le premier lorsque l’auteur regrette (op. cité, p. 96) que les géographes se méfient de la « dimension normative d’exigence de protection ». Plus loin (op. cité, p. 98) il affirme que « la réflexion politique s’impose si l’on admet que les destructions portées à l’environnement nécessitent de modifier […] les dynamiques socio-économiques qui sont la cause de ces destructions ». En d’autres termes, la « nécessité » d’une action sur le système socio-économique qui ne permet pas la réussite des politiques de protection actuelles, impliquant un engagement des géographes qui relève davantage de la political ecology.

  • 6 Ce texte a été rédigé sous forme de chapitre d’HDR en juin 2015 ; il a été repris et remanié depuis (...)

39D. Chartier et E. Rodary (2007) considèrent à bon escient que la question environnementale fait partie du champ d’intervention de la géographie, car « elle est politique au sens où l’environnement est un problème, une problématique, et non pas un objet matériel » (op. cité, § 1). Problème social donc et non donnée naturelle, que la définition de l’environnement soulève de manière récurrente. Sans clairement préciser ce qu’ils entendent par écologie politique et les rapports que celle-ci entretient avec la géographie politique de l’environnement dans la suite de l’article (ce sera fait dans l’ouvrage mentionné infra), les auteurs mettent en avant à plusieurs reprises l’écologie comme discipline incitant les géographes à faire évoluer la leur dans le même sens, parlant d’une « écologie politique scientifique [sic] fructueuse » (id., § 7). Le fait que l’adjectif « scientifique » soit ajouté conforte les risques d’ambiguïté de la political ecology que nous avons soulignés précédemment. D. Chartier et E. Rodary (ibid., § 8) dénoncent notamment « l’incertitude comme principe de non-détermination et d’inaction » ; des sous-entendus de la political ecology incitant à l’engagement et à l’action. Le terme de « non détermination » est en revanche plus équivoque et incertain : si le scientifique contribue à déterminer les faits sociaux qu’il étudie sans prendre position, alors il remplit sans doute son office. En revanche, nous rejoignons les auteurs lorsqu’ils écrivent que la conservation de la nature n’est pas simplement « une procédure de gestion de la nature, mais également […] un domaine de l’action politique » (ibid., § 8) ; plus loin, les « positions opposées de la géographie et de l’écologie dans leurs façons de gérer l’espace et leurs liens à la politique » ne sont guère détaillées, laissant supposer que les liens de la seconde à la politique (n’est-ce pas davantage le politique ?) sont plus forts que la première. Ce serait faire fi d’un héritage d’engagement d’une partie de la géographie française, notamment dans le marxisme au lendemain de la seconde guerre mondiale (cf. supra). « La » politique est reprise par D. Chartier et E. Rodary (dir., 2016, p. 17)6 pour inviter la géographie française à s’en rapprocher tout autant que de l’écologie, sollicitant un engagement franc dans le débat (id., p. 27). Ils souhaitent que la géographie environnementale française « emboîte [les] pas » de l’écologie politique, car elle « replace la question écologique dans la politique » (ibid., p. 36). Nous préférons le politique comme champ d’expression et un environnement qui ne soit pas considéré, à l’instar de l’écologie, comme « nouveau mouvement social » (ibid., p. 38). La différence majeure vient du fait que les auteurs appellent les géographes à « être acteurs d’une réponse à ce qui a été déclenché » (ibid., p. 45) quand nous privilégions une démarche qui s’appuie sur le dégagement développé dans la dernière partie de cet article ; c’est la raison pour laquelle nous n’adhérons pas aux « sept positionnements théoriques » qui sont proposés dans l’introduction de l’ouvrage.

40Dès lors, on peut s’essayer à une tentative de définition de la géographie politique de l’environnement. Elle est la branche de la géographie, et plus spécifiquement de la géographie politique, qui analyse les phénomènes spatiaux (l’espace entendu comme social ici) relatifs à l’environnement, ce qui implique l’étude des programmes et des planifications, des actions et des réglementations conditionnant l’être ensemble des sociétés dans leur rapport à l’environnement. Elle s’intéresse aux acteurs et à leurs stratégies d’intervention, de déploiement et d’opposition, à leurs rapports de force et de pouvoir, puisque la construction sociale de l’environnement ne peut supposer que ce dernier soit un acquis consensuel. Ces modalités d’action contribuent justement à le définir et à le recomposer, au gré des rapports de forces et des tensions en vigueur dans la sphère sociale. La figure 1 tente de la positionner dans le champ scientifique plus large que nous avons esquissé depuis le début de cet article.

41L’effort de construction épistémologique de la géographie politique de l’environnement ne doit pas être vu comme une démarche intellectuelle d’élaboration d’une école ou la constitution d’une chapelle. Elle vise avant tout à préciser les contours d’un champ. Elle vise aussi à positionner notre démarche dans un cadre plus général de la géographie, car la définition claire du sous-ensemble disciplinaire n’implique pas l’abandon d’une perspective géographique globale. En d’autres termes, les branches ne doivent pas occulter le tronc commun.

Figure 1. Une schématisation des différents champs disciplinaires autour de l’environnement

Figure 1. Une schématisation des différents champs disciplinaires autour de l’environnement

© L. Laslaz, 2015.

Vers le dégagement : repères pour une posture dégagée

42De ces deux premières parties émergent la volonté, par le choix de la géographie politique, d’une distanciation à l’objet de recherche qui passe par le refus de l’engagement. C’est ce que nous nommons ici une posture dégagée, qui ne saurait être confondue avec une objectivité bien illusoire. En revanche, elle exige du chercheur la conscience des difficultés d’un positionnement se passant des avis orientés, de l’engagement et du militantisme. Le créneau porteur et original de la géographie politique de l’environnement est sans doute à ce prix.

La conscience de l’illusion de l’objectivité…

43Ce débat est constant autour des questions d’environnement : une publication récente illustre l’orientation de certains géographes et fait écho à ce qui suit. Il s’agit de l’article de J.-C. Gay (2014) « Réchauffement climatique : l’instrumentalisation des îles » ; il ne recommande pas une posture dégagée, car il dénonce une posture apolitique de ces chercheurs (entre autres) par rapport aux régimes politiques de certains Etats corrompus, qui incriminent davantage des facteurs extérieurs et les pays des Nord afin de garder leurs chances de revenir sur le terrain en ne froissant pas les autorités. Mais il réfute une prise de parti non scientifique et une forme de suivisme par rapport aux médias et aux gouvernants : « bons sentiments et sciences ne font pas bon ménage. Nous désapprouvons les quelques « experts » en environnement qui ont adopté une approche alarmiste pour alerter l’opinion et les politiciens sur la nécessité d’agir vite et nous louons la prudence de la plupart des chercheurs qui ne se prononcent qu’avec circonspection sur les conséquences locales du changement climatique » (J.-C. Gay, 2014, p. 87). Et à la même page, plus loin : « Face à cette tragédie échafaudée, les sciences sociales doivent exercer leur devoir de vigilance et dénoncer le raisonnement des « lanceurs d’alerte » qui consiste à partir de situations-limites mal interprétées, intentionnellement ou pas, pour aboutir à une validation universelle des hypothèses » (id.). Cette réaction, qui traite aussi de questions d’environnement médiatiquement relayées, offre un éclairage pertinent sur la manière dont les géographes peuvent se positionner et sur l’usage du catastrophisme (Laslaz, 2016, p. 254-266). De ce point de vue, on peut se référer à l’éclairant essai de H.-P. Jeudy (2010).

44Par le « bon usage de la nature », C. et R. Larrère (1997) avaient ramené à une éthique de la prudence balisant les critères de « l’action juste », telle que l’envisage J.B. Callicott. Pourtant, les mêmes auteurs (C. et R. Larrère, 2015, p. 241) cautionnent ce « régime de la peur », défendant, sans le justifier d’ailleurs, que l’argumentation scientifique du catastrophisme vise à alerter l’opinion publique, jouant sur la double rhétorique du réveil des consciences et de la contrainte pédagogique en raison d’indices peu visibles. Les auteurs défendent la rationalité des « prophètes de malheur » au nom du fait que le temps du processus est différent des temporalités humaines, tout en redoutant le risque de fatalisme ou le sentiment de toute-puissance qu’il pourrait engendrer.

45Notre positionnement vise ici à clarifier la manière dont les géographes peuvent aborder les questions d’environnement. Nous réfutons le vocable désengagé, car cela suppose que nous l’ayons été avant et que nous y ayons renoncé. Le terme dégagé nous semble le plus adapté. Trois définitions du terme « dégager » dans un dictionnaire de français nous paraissent les mieux à même d’exprimer ce positionnement : « libérer de ce qui contraint, oblige » ; « délivrer de ce qui bloque, coince, emprisonne » ; le dernier, dans un autre sens, nous semble révélateur de la nécessaire prise de recul : « extraire d’un ensemble pour mettre en évidence ». Si l’on s’attarde sur l’adjectif dégagé, l’analogie avec l’horizon nous semble aussi pertinente : « où rien n’arrête le regard » ; il s’agira pour nous que partis pris et a priori ne jouent pas ce rôle d’obstacle au regard.

46Ce positionnement renvoie à une éthique, qui se veut personnelle (« mode de réflexion individuel sur l’agir humain » selon R. Koren, 2008, § 9) à la différence de la morale qui serait un système de principes imposé de l’extérieur, plus général à un contexte social. Cela n’ôte pas pour autant tout risque de verser dans l’incantation. Entre l’idéal et la pratique se glissent les dérives de la plume et les errements de la rigueur que l’on cherche à s’imposer. Mais il s’agit bien d’un choix qui relève à nos yeux d’une nécessité scientifique ; les deux se percutent et les arguments liés à une posture s’entrecroisent avec ceux relevant d’une démarche intellectuelle scientifique.

47La géographie sociale mentionnée plus haut, ou encore la géopolitique portée par Y. Lacoste, se sont construites sur les bases de cet engagement, engagement essentiellement politique des géographes de la deuxième moitié du XXe siècle tel que l’a retracé C. Bataillon (2006). Mais cette question de l’engagement et du dégagement n’a été abordée, à notre connaissance, que rarement par les géographes : elle l’a été en philosophie (« engagement cosmopolitique » d’I. Stengers - 2002, p. 35 -), en histoire des sciences (Bonneuil, 2006), en sciences du langage ou en sociologie, comme chez B. Latour (2006) qui juge qu’avoir un « point de vue » (ce qui est encore différent de l’engagement, notons-le) est une condition du travail scientifique. De même, certains auteurs réfutent cette « disqualification de la recherche engagée, normative ou militante » (la deuxième repose sur des règles fixées a priori, la dernière sur un positionnement politique) (Koren, 2013, § 10), considérant que la neutralité est un obstacle à la construction du savoir. Ainsi R. Koren (2008, § 32) dénonce-t-elle « l’axiome de la non intervention […] profondément ancré dans la recherche en sciences humaines » qui se veut déontologique et qu’elle suppose impossible (§ 2). Elle évoque la « rectitude éthique » (id., § 18) comme « devoir de justification raisonnée du point de vue ». En bref, elle considère l’argumentation comme prioritaire sur toute autre considération. Un positionnement dégagé n’est à nos yeux pas incompatible avec cette perspective. A. Rabatel (2013, § 25) se dit ainsi « partisan d’un engagement raisonné, (auto)-contrôlé, qui n’exonère rien de la critique ». Il semble donc que dans les sciences du langage, le positionnement dégagé ne soit pas majoritaire, même si les pistes proposées ici sont très fécondes. Ce positionnement est supposé difficilement atteignable, si l’on suit N. Elias (1983, p. 9-11) qui a avancé l’idée qu’engagement (implication) et distanciation (détachement) n’existaient pas dans l’absolu, étaient difficilement strictement opposables, et qu’ils constituaient deux pôles marqués par des équilibres changeants et formant un continuum. La façade de distanciation peut dissimuler une prise de position nettement engagée, et l’inscription dans une des deux paraît artificielle pour l’auteur.

  • 7 Du grec dogma, il désigne étymologiquement une opinion. Dans la religion, cette opinion serait inco (...)

48De son côté, M. Callon (1999) a posé la question « de l’attachement et du détachement » du sociologue dans son rapport à sa pratique de travail. Prônant le « ni-ni » dans un contexte où le chercheur est porte-parole, il reconnaît, dans le cadre de la mise en œuvre d’un nouveau modèle de co-production des savoirs et des savoir-faire, que le sociologue (le chercheur plus largement) est « enfermé dans un cadre d’action » (p. 74) ; cela implique aussi qu’il soit prisonnier dans un cadre de dire ou non. Selon lui, le travail du scientifique peut être « de participer à la multiplication des porte-parole et des entités au nom desquelles il parle » mais aussi à l’organisation de débats (ce qui est déjà une forme d’engagement, certes réduite). Plus exactement, nous envisageons le fait que le scientifique soit porteur de débats sociaux davantage qu’acteur de ceux-ci. Au final, en effet, la position du chercheur ne doit être qu’un éclairage en vue de décisions raisonnées qui relèvent de la compétence de ceux qui sont en charge de les prendre, qu’il s’agisse d’élus par leur légitimité démocratique ou de techniciens ou d’administrateurs par leurs compétences et leurs fonctions. Cela ne revient pas à se dédouaner de ses responsabilités, mais à penser que le chercheur n’a pas à endosser ni à exercer, seul ou accompagné, cette responsabilité. Pour M. Callon (op. cité, p. 76), les scientifiques recomposent en permanence leurs positionnements : « cette faculté constante qu’ont les acteurs de se déprendre des liens qu’ils tissent dans leurs actions pour s’ouvrir de nouveaux espaces [on relèvera la mobilisation du terme qui, pour le géographe, revêt ici un double sens intéressant]. Se détacher pour s’attacher autrement : telle me semble être la seule définition acceptable de l’action, qui, sans cesser d’être dépendante des actions passées, devient moins déterminée par ces dernières ». C’est cette attache de l’action qui nous semble poser problème et à laquelle nous n’adhérons pas ; nous préférons l’attache à un espace, sans qu’elle implique celle à des thèses, des postures, et in fine des modalités d’intervention. La frontière est toujours ténue, et M. Callon (id., p. 77) souligne « les complémentarités et les solidarités entre action et analyse de l’action » ; tout comme l’illusion de l’objectivité, notre démarche tente d’échapper au dogme7 mais, dans la mesure du possible, cherche à atteindre une forme d’équilibre. Personne ne peut prétendre parvenir à ce dessein. La neutralité serait sans doute plus adaptée, mais elle nous semble garder une part d’utopie.

… mais la nécessité de la distanciation critique au cœur du dégagement

49N. Heinich (2002), en appelant à une visée de « neutralité axiologique » (forme de distanciation méthodique à l’égard des valeurs des acteurs : « cesser de redoubler les adhésions ou les critiques opérées par les acteurs, pour expliciter les conditions auxquelles ces adhésions et ces critiques se nouent à leurs objets, dans un sens ou dans un autre » - p. 122 -), prône une neutralité paradoxalement engagée. Pour l’auteur (id., p. 121), « la neutralité n’est pas un fait, une réalité établie, mais elle est elle-même une valeur - une valeur épistémique -, c’est-à-dire un programme d’action et de jugement ». Elle avance que la pluralité d’interprétations de ses analyses par les acteurs des conflits étudiés implique qu’elle a respecté « une règle de neutralité » (ibid., p. 125). Les acteurs peuvent s’emparer des discours d’un chercheur, mais à son corps défendant en quelque sorte. A titre d’exemple, les travaux scientifiques sur un espace protégé peuvent donner lieu à des interprétations ambivalentes, de la part de l’établissement public ou d’associations d’opposants à ce dernier. En quelque sorte, la neutralité serait établie par le fait qu’aucun des deux protagonistes ne s’y reconnaisse.

50Mais la neutralité du chercheur est une façon « d’entrer autrement dans la mêlée » (ibid., p. 126) qui serait une autre forme d’engagement. « Favoriser l’intercompréhension plutôt que la dénonciation, c’est là […] un rôle moins héroïque que celui du militant en lutte contre les pouvoirs, qui s’est imposé il y a une génération comme la seule posture digne d’un authentique « intellectuel » » poursuit l’auteur. Sur un tout autre thème, celui de la gentrification, A. Clerval et J.-P. Garnier (2014, p. 12) montrent pourtant que cette posture supposée être la seule valable a encore de beaux jours devant elle : « Il va de soi, néanmoins, que […] [les] auteurs [sont] conscients de ce qui doit distinguer le chercheur du militant, sans pour autant devoir se réfugier derrière on ne sait quelle « neutralité axiologique » qui n’est que le masque de l’indifférence quand ce n’est pas du mépris de classe. ».

51N. Heinich (op. cité, p. 127) en appelle donc à « s’« engager » dans les épreuves, non en adoptant l’une ou l’autre des positions défendues par les différentes catégories d’acteurs, mais en explicitant les logiques de ces positions, de façon à permettre aux acteurs de mieux s’orienter dans les « mondes » disponibles à l’action politique et morale, en construisant s’il le faut des passerelles ou des compromis entre ces mondes ». Le chercheur peut ainsi être médiateur, acteur d’intercompréhension, « présent au monde dans lequel circulent ses productions, en échappant tant au syndrome de la « tour d’ivoire » qu’à l’injonction virile d’« avoir une opinion » ».

52Mais les travaux de P. Charaudeau (2013, § 9) sont sans doute les plus éclairants sur ces aspects :

53« un chercheur n’est pas un militant (ce qui ne l’empêche pas de l’être par ailleurs), et son choix n’a pas à être en l’occurrence politique. Son choix est un choix intellectuel : le choix politique implique un positionnement a priori pour ou contre ; le choix intellectuel engage à rendre compte de toutes les données d’un événement. ».

54Plus loin, l’auteur poursuit « cette posture de dénonciateur du Mal ou du Bien n’a évidemment pas lieu d’être dans le champ scientifique. […] les sciences humaines et sociales étant par définition critiques, toute déclaration de posture critique peut apparaître suspecte. Le chercheur ne doit pas parler à la place des acteurs sociaux ; il doit montrer comment parlent les acteurs sociaux » (id., § 11).

55L’auteur différencie à bon escient un discours d’analyse critique d’un discours de dénonciation, pour des raisons d’éthique et de crédibilité :

56« D’éthique, parce qu’on peut se demander dans ce cas si le chercheur ne va pas gauchir son analyse pour démontrer ce qu’il a décidé par avance. Révéler ce qui est occulté par une certaine doxa, mettre au jour le comment ça fonctionne, décrire les termes d’une controverse sans prendre parti comme acteur, procéder à des interprétations comparatives, voilà ce qui pour moi est le rôle du chercheur. Tenter de comprendre les discours des politiques lors d’un conflit ne veut pas dire y adhérer ni les accepter, mais en révéler la teneur, les stratégies, les faux-semblants » (ibid., § 29).

57Cette dernière phrase nous semble particulièrement pertinente pour l’analyse des conflits environnementaux. L’auteur valorise d’ailleurs cette distanciation : « Le chercheur doit essayer de mettre entre parenthèses ses propres opinions par rapport à l’objet qu’il traite et à l’objectif qu’il se propose. Il doit […] s’appuyer sur un principe de distance. […] C’est une question de probité intellectuelle ou d’éthique de responsabilité » (ibid., § 29). Effectivement, cela nous semble être la démarche adaptée, à savoir une prise de distance critique qui n’a pas de finalité autre que celle de la démonstration.

58Au-delà de la rigueur et de l’éthique se pose aussi la question de la crédibilité du chercheur, à laquelle nous sommes (collectivement) si fréquemment renvoyés : « De crédibilité, parce qu’[…] on peut se demander quel crédit aura un écrit dont on sait que son auteur cherche à dénoncer un mal au nom d’un positionnement personnel. Bien sûr, il n’y a pas en la matière d’objectivité absolue : on ne choisit pas n’importe quel objet de recherche, et le choix est lié à nos propres opinions ou sentiments » (ibid., § 30). On pourrait néanmoins rétorquer que l’on ne peut pas non plus accorder de crédit à un chercheur dont on ne sait pas « que ses écrits cherchent à dénoncer un mal au nom d’un positionnement personnel ».

59Toutefois, P. Charaudeau (2013) résume assez bien une posture que nous jugeons adéquate :

60« évidemment, je n’aurai pas, là non plus, la naïveté de penser qu’il est facile de séparer la posture du chercheur critique de celle du citoyen engagé. Mais il s’agit pour le premier d’une prise de conscience, d’un effort de mise à distance de son objet et d’une tentative de mise entre parenthèses de ses opinions. Pour le second, c’est prendre la posture de ce que l’on appelle l’« intellectuel engagé », et celle-ci est tout à fait légitime, au risque de se voir reprocher de jouer sur les deux tableaux » (ibid., § 32).

61L’engagement, outre politique, soulève au final la question du statut du chercheur qui, d’observateur devient acteur, et peut ainsi s’exprimer dans une posture de recherche scientifique comme la recherche action collaborative. Nul anathème ici, mais il s’agit de se positionner face aux vues hégémoniques consistant à tous adopter les mêmes démarches, les mêmes méthodes, sous le prétexte qu’elles seraient émergentes, reconnues dans le financement de programmes de recherche ou autres. Chaque chercheur doit pouvoir conserver sa propre approche et son propre rapport plus ou moins distanciés aux objets et aux méthodes d’études. Cette conscience nous semble d’autant plus utile que lors des entretiens, l’interlocuteur invite souvent au positionnement de celui qui l’interroge, le prend parfois comme témoin, l’incite encore à relayer son mécontentement.

Conclusion : L’impossible dégagement des questions de nature ?

62L’objet de nature, en tant que tel, avec toutes les passions et tous les débats qu’il suscite, peut-il souffrir du dégagement ? Sans doute est-ce plus complexe que pour d’autres thèmes. Préciser d’où l’on parle, avec quel référentiel, quel arrière-plan conceptuel, quel rattachement scientifique n’est pas chose aisée. Cela oblige à clarifier son positionnement épistémologique en soi et par rapport aux autres. L’abandon d’une accroche commode à la political ecology, avec toutes les limites que cet article a tenté de souligner, nous semble effectivement utile. Le défi n’en demeure pas moins de construire un appareillage théorique, un bagage sémantique permettant de traiter de questions politiques d’environnement en qualité de géographe ; si cette œuvre est largement engagée depuis plusieurs années, dans le champ plus spécifique des espaces protégés, et d’une lecture politique de leurs dynamiques, cela relève déjà moins de l’évidence. A fortiori en tentant, comme nous l’avons proposé ici, le parti du dégagement, de la prise de distance avec l’objet de recherche, comme pierre à l’édifice d’un renouveau épistémologique. Or, concernant les questions relatives à la nature de manière générale, la sensibilité du thème, l’urgence rebattue de sa prise en charge dans un contexte de catastrophisme ambiant, les enjeux financiers, politiques laissent supposer, aux yeux de multiples acteurs, le délaissement de la neutralité au profit de l’engagement. Qui ne pousse pas en ce sens peut même paraître suspect, voire coupable, à charge pour les « engagés » d’en faire le procès, au nom du principe d’irresponsabilité. Nourrie des approches et des lectures distanciées des autres sciences sociales, la géographie politique contemporaine pourrait traiter de ces questions d’environnement, et sans doute d’autres également. En d’autres termes, il ne s’agit pas de proposer ici un repli disciplinaire, mais une ambition à pouvoir enrichir une discipline éclairée par les autres.

Haut de page

Bibliographie

Bassett T.J. et Gautier D., 2014, « Territorialisation et pouvoir : la Political Ecology des territoires de conservation et de développement », EchoGéo [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 18 novembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/14044

Bataillon C., 2006, « Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 341, mis en ligne le 27 juin 2006. URL : http://cybergeo.revues.org/1739

Benjaminsen T.A. et Svarstad H., 2009, « Qu’est-ce que la « political ecology » ? », Natures Sciences Sociétés, 2009/1, vol. 17, p. 3-11.

Berque A., 1990, Médiance : de milieux en paysages, Reclus, coll. « Géographiques », 163 p.

Bioret F., Estève R. & Sturbois A., 2009, Dictionnaire de la protection de la nature, coll. « Espaces et territoires, Presses Universitaires de Rennes, 537 p.

Blaikie P., 1999, “A review of political ecology. Issues, Epistemology and Analytical Narratives”, Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie, vol. 43, n°3-4, p. 131-147.

Blanc G., Demeulenaere É., Feuerhahn W., éd., 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, 350 p.

Blanchon D., Graefe O., 2012, « La radical political ecology de l’eau à Khartoum. Une approche théorique au-delà de l’étude de cas », L’Espace géographique 1/2012, tome 41, p. 35-50

Bonneuil C., 2006, « Cultures épistémiques et engagement public des chercheurs dans la controverse OGM », Natures Sciences Sociétés, 2006/3, vol. 14, p. 257-268.

Bryant R.L., 1992, “Political ecology: An emerging research agenda in Third-World studies”, Political Geography, vol. 11, Issue 1, January 1992, p. 12-36.

Busquet G., 2012, « L’espace politique chez Henri Lefebvre : l’idéologie et l’utopie », Justice spatiale | Spatial justice, n° 5, déc. 2012-déc. 2013, 11 p. URL : http://www.jssj.org/article/lespace-politique-chez-henri-lefebvre-lideologie-et-lutopie/.

Callicott J.B., 2010 (éd. angl. 1989), Éthique de la terre, Wildproject Editions, coll. « Domaine sauvage », 316 p.

Callon M., 1999, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, p. 65-78.

Charaudeau P., 2014, « Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 20 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1532

Chartier D., 2004, « Aux origines des flous sémantiques du développement durable. Une lecture critique de la Stratégie mondiale de la conservation de la nature », Ecologie & politique, 2004/2, n°29, p. 171-183.

Chartier D. et Rodary E., 2007, « Géographie de l’environnement, écologie politique et cosmopolitiques », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 15 juillet 2009. URL : http://espacepolitique.revues.org/index284.html

Chartier D. et Rodary E., 2015, “Globalising French écologie politique: A Political Necessity”, in Bryant R.L. (ed.), The International Handbook of Political Ecology, Edward Elgar Publications, p. 547-560.

Chartier D. et Rodary E., dir., 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de sciences Po, 440 p.

Chaumel M. et La Branche S., 2008, « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1, mis en ligne le 01 juin 2010. URL : http://eps.revues.org/2418

Claval P., 1978, Espace et pouvoir, P.U.F., coll. « Espace et liberté », 257 p.

Claval P., 2010, Les espaces de la politique, Colin, coll. “U”, 415 p.

Clerval A., Garnier J.-P., 2014, « Éditorial », Espaces et sociétés, n° spécial « Où est le peuple ? », 2014/1, n°156-157, p. 9-18.

Collectif, 2006, « Écopolitique now ! », Multitudes, 1/2006, n°24, p. 13-17.

Di Méo G., 1991, « De l’espace subjectif à l’espace objectif : l’itinéraire du labyrinthe », L’Espace géographique, tome 19-20, n°4, p. 359-373.

Duffy R., 2010, Nature Crime: How We’re Getting Conservation Wrong, Yale University Press, 288 p.

Edelblutte É. et Gunnell Y., 2014, « Le territoire impossible des populations tribales du parc national Sanjay Gandhi (Mumbai, Inde) », L’Espace géographique 2014/1, tome 43, p. 1-17.

Elias N., 1983 (rééd. 1993), Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Fayard, 260 p.

Flipo F., 2016, « Penser l’écologie politique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 Numéro 1 | mai 2016, mis en ligne le 09 mai 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16993.

Forsyth T., 2002, Critical Political Ecology: The Politics of Environmental Science, Routledge, 336 p.

Frémont A., 1976, La région, espace vécu, PUF, 223 p.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, Géographie sociale, Masson, 387 p.

Gautier D., Benjaminsen T.A., coord., 2012, Environnement, discours et pouvoir. L’approche Political ecology, Quæ, 256 p.

Gay J.-C., 2014, « Le réchauffement climatique : l’instrumentalisation des îles », L’Espace géographique, 2014/1, tome 43, p. 81-89.

Guyot S., 2009, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) », Cybergeo, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22651.html.

Hache E., dir., 2012, Ecologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Editions Amsterdam, 408 p.

Harvey D., 1996, Justice, Nature and the Geography of Difference, Oxford, Wiley-Blackwell, 480 p.

Heinich N., 2002, « Pour une neutralité engagée », Questions de communication [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 01 décembre 2012. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7084

Jeudy H.-P., 2010, Le désir de catastrophe, Circé, coll. « Poche », 190 p.

Koren R., 2008, « Pour une éthique du discours : prise de position et rationalité axiologique », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 18 septembre 2008. URL : http://aad.revues.org/263

Koren R., 2013, « Ni normatif ni militant : le cas de l’engagement éthique du chercheur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1572

Lacoste Y., 1996, « Vingt ans d’Hérodote », Hérodote, mai 1996, tome 96-6.

Larrère C. & R., 1997, Du bon usage de la nature ; pour une philosophie de l’environnement, Aubier, coll. « Alto », 355 p.

Larrère C. & R., 2015, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, La Découverte, 336 p.

Laslaz L., 2013, « Renaturaliser sans patrimonialiser. Bannir les « installations obsolètes » et les points noirs paysagers dans les espaces naturels protégés alpins », L’Espace géographique, 2013/4, tome 42, p. 354-369.

Laslaz L., 2016, Avide d’espaces, vol. 2 - Mémoire inédit : Protéger en montagne. Une polémogéographie des politiques environnementales au défi de l’acceptation sociale, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Savoie Mont Blanc, 437 p.

Laslaz L., dir., 2012, Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature, Autrement, coll. Atlas/Monde 96 p.

Laslaz L., Gauchon C., Duval M. & Héritier S., dir., 2014, Espaces protégés et territoires. Conflits et acceptation, Belin, coll. « Mappemonde », 432 p.

Lasserre F. et Gonon E., 2008, Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires, Colin, Coll. « U », 347 p.

Latour B., 2006, Changer la société, refaire la sociologie, La Découverte, 402 p.

Lévy J., dir., 1991, Géographies du politique, Presses de Science Po, 220 p.

Lévy J. et Lussault M., dir., 2013 (1ère éd. 2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 1128 p.

Mathis C.-F. et Mouhot J.-F., éd., 2013, Une protection de l'environnement à la française ? (XIXe-XXe siècles), Champ Vallon, 343 p.

Mouhot J.-F. et Mathis C.-F., dir., 2012, « Penser l’écologie politique en France au XXe siècle », Écologie & Politique, numéro spécial, n° 44.

Melé P., 2011, Transactions territoriales. Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, P.U. François Rabelais, coll. « Villes + territoires », 217 p.

Natter W. & Zierhofer W., 2002, “Political ecology, territoriality and scale”, GeoJournal, vol. 58, n°4, p. 225-231.

Neumann R.P., 2004, “Moral and discursive geographies in the war for biodiversity in Africa”, Political Geography, vol. 23, n°7, p. 813-837.

O’Tuathail G., 1996, Critical Geopolitics: The Politics of Writing Global Space, Minneapolis, Univ. of Minnesota Press, 328 p.

Pattaroni L., 2001, « Le geste moral. Perspective sociologique sur les modalités du vivre ensemble », Carnets de bord, n°2, p. 67-77.

Peet R., Robbins P., Watts M.J., 2011, Global Political Ecology, New York, Routledge; 464 p.

Peytavin J.-L., 1992, « L’écologie est-elle naturelle ? », Quaderni, n°17, Printemps 1992, p. 67-78.

Rabatel A., 2013, « L’engagement du chercheur, entre « éthique d’objectivité » et « éthique de subjectivité » », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1526

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Libraires techniques, 249 p.

Raffestin C., 1989, « Théories du réel et géographicité », Espaces Temps, vol. 40-41, p. 26-31

Rangan H., Kull C.A., 2009, “What makes ecology ‘political’?: rethinking ‘scale’ in political ecology”, Progress in Humain Geography, vol. 33, n°1, p. 28-45.

Rhein C., 2003, « L’écologie humaine, discipline-chimère », Sociétés contemporaines, 2003/1, n°49-50, p. 167-190.

Robbins P., 2004, Political Ecology: a critical introduction, Oxford, Blackwell Publishing, 242 p.

Rodary E., 2003, « Pour une géographie politique de l’environnement », Ecologie & Politique, n°27, p. 91-111.

Rosière S., 2001, « Géographie politique, géopolitique et géostratégie : distinctions opératoires », L’Information géographique, vol. 65, n°1, p. 33-42.

Rosière S., 2007a (1ère éd. 2003), Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, Ellipses, 426 p.

Rosière S., 2007b, « Comprendre l’espace politique », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 16 janvier 2007. URL : http://espacepolitique.revues.org/223

Rossi G., 2000, L’ingérence écologiste. Environnement et développement rural du Nord au Sud, CNRS Editions, 248 p.

Sanguin A.-L., 2013, « Résurgence institutionnelle et avenir d’une branche : la géographie politique en France depuis les années 1970 », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 19 novembre 2013. URL : http://espacepolitique.revues.org/2773.

Sorre M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme, Colin, 440 p.

Stengers I., 2002, « Un engagement pour le possible », Cosmopolitiques, n°1, juin 2002, p. 27-36.

Subra P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, 3/2008, n° 130, p. 222-250.

Swyngedouw E., Heynen N., & Kaika M., ed., 2006, In the Nature of Cities: Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, Routledge, 265 p.

Vayda A.P. and Walters B.B., 1999, “Against political ecology”, Human Ecology, vol. 27, p. 167-179.

Walker P.A., 2005, “Political ecology: where is the ecology?”, Progress in Human Geography, vol. 29, n°1, p. 73-82.

Walker P.A., 2006, “Political ecology: where is the policy?”, Progress in Human Geography, vol. 30, n°3, p. 382-395.

Walker P.A., 2007, “Political ecology: where is the politics?”, Progress in Human Geography, vol. 31, n°3, p. 363-369.

Haut de page

Notes

1 Political ecology is an interdisciplinary approach to the study of natural resource access, control, and management that emphasizes the interplay of multiple actors (human and non-human) at multiple scales over time with particular attention to the influence of political and biophysical relations on human-environmental change dynamics.” (traduction de l’auteur).

2 Sur le site du CIRAD : http://www.politicalecology.fr/qu_est_ce_que_la_political_ecology/definition, consulté en novembre 2015.

3 The scalar literature within political geography, however, has for the most part seen its role as addressing human social relations in its analysis of contestations over power, space, and territory. A political ecology of scale, by contrast, will of necessity need to broaden the terrain of that discussion to include a variety of actors, human and non-human, involved in this broader network” (traduction de l’auteur).

4 Le thème du prochain Festival international de géographie de Saint-Dié en 2017 est « Territoires humains, mondes animaux », soulignant l’acuité de ces questions.

5 http://www.fondationecolo.org/fondation/qui-sommes-nous, consulté en novembre 2015 (c’est nous qui soulignons).

6 Ce texte a été rédigé sous forme de chapitre d’HDR en juin 2015 ; il a été repris et remanié depuis en intégrant, entre autres, cet ouvrage paru en janvier 2016.

7 Du grec dogma, il désigne étymologiquement une opinion. Dans la religion, cette opinion serait incontestable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une schématisation des différents champs disciplinaires autour de l’environnement
Crédits © L. Laslaz, 2015.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4344/img-1.png
Fichier image/png, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Laslaz, « Jalons pour une géographie politique de l’environnement », L’Espace Politique [En ligne], 32 | 2017-2, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4344 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4344

Haut de page

Auteur

Lionel Laslaz

Maître de Conférences HDR en Géographie
Laboratoire EDYTEM (Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne) - UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc
lionel.laslaz@univ-smb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals