Navigation – Plan du site

Jalons pour une géographie politique de l’environnement

Milestones for a political geography of environment
Lionel Laslaz

Résumés

Cet article propose une triple réflexion : d’abord, sur le positionnement des géographes qui se soucient d’environnement dans la mouvance de la political ecology ; ensuite, sur la place de la nature dans le champ de la géographie politique ; enfin, sur la posture adoptée par les géographes à l’égard des questions d’environnement, entre sensibilité légitime, distance critique nécessaire et dégagement garant de cette distance. Sur la base de ces trois ressorts réflexifs, l’article présente une contribution à une géographie politique de l’environnement reconnue par sa capacité à se saisir des questions politiques de nature, son aptitude à se structurer comme pan de la discipline et sa possibilité à pouvoir apparaître libérée de toute forme de rattachements, tout autant orientés que bloquant son existence propre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le champ du politique revêt désormais des déclinaisons multiples ; il ne semble plus incongru qu’il se saisisse de thématiques qui ont longtemps été reléguées au second plan derrière les aspects géostratégiques, militaires ou autres qui étaient à même de lui donner ses lettres de noblesse.

2Par sa capacité à se soucier des acteurs, des échelles et des espaces auxquels s’appliquent les phénomènes qu’elle étudie, mais qui constituent aussi le cadre des phénomènes sociaux qui l’interpellent, la géographie politique a désormais toute légitimité sur nombre de questions ; pourtant, sur celles de nature, son analyse ne relève pas de l’évidence. Cet article tente toutefois d’aborder l’environnement en ce qu’il est socialisé, c’est-à-dire conçu, pensé, géré et ingéré par les sociétés qui contribuent à le produire par le regard qu’elles projettent sur lui et par les actions qu’elles conduisent.

3Cet article s’essaie ainsi à une définition de la géographie politique de l’environnement, qui sera au cœur de notre propos ; il essaie davantage de la constituer en champ sous-disciplinaire à part entière, avec toutes les limites que le compartimentage de la géographie a déjà suscité, de longue date : « c’est encore le mot géographie suivi d’un adjectif c’est-à-dire justement ce qu’il faut refuser » écrivait par exemple C. Raffestin (1989, p. 29).

4Cet article revendique sa dimension théorique, que suppose la tentative de poser des jalons étayant ce pan de la discipline. G. O’Tuathail (1996, p. 7) considère ainsi que la géographie n’est pas « un assemblage anodin de connaissances et d’érudition, mais un ensemble de technologies de pouvoir liées à la production et à la gestion gouvernementales de l’espace territorial ». Or, ces technologies de pouvoir se théorisent et s’élaborent de manière générale pour ne pas rester dans le seul empirisme et la succession d’exemples. Notre éclairage est toutefois celui d’un auteur travaillant sur les espaces protégés, les conflits environnementaux et l’acceptation sociale, pris comme exemple et comme prisme d’analyse, et ce dans des pays des Nord (Laslaz, 2016). Il oriente nécessairement les réflexions qui sont conduites ci-dessous, n’ayant pas prétention à une vision exhaustive et englobante des questions de politique (l’« organisation, à toute échelle, du vivre ensemble, c’est-à-dire la coordination des activités individuelles de manière à construire un bon collectif » ; Pattaroni, 2001, p. 68) et d’environnement.

5Des tentatives préalables d’autres auteurs et plusieurs travaux ont proposé le regroupement des géographes travaillant sur les questions d’environnement sous la même bannière ou autour de formes de questionnements novateurs. Comme l’écrit D. Chartier (2004, p. 183), « se préoccuper des questions environnementales, c’est tenter de résoudre les problèmes en ayant conscience des effets de masse, des mutations, des accélérations et des changements d’échelles » : ils sont reposés de manière différente au fil du temps et au sein d’une conscience environnementale qui se structure et qui hiérarchise les problèmes en question. En retour, la prise en compte de l’environnement conduit à repenser l’espace : pour P. Mélé (2011, p. 9), « les politiques patrimoniales et environnementales expriment une mutation des conceptions de l’espace et des façons de penser la dimension spatiale des sociétés ».

6Au-delà de l’enjeu disciplinaire, et de la capacité des géographes à faire état de leurs compétences dans ces domaines d’analyse, il s’agit aussi de s’intéresser à la manière dont les sociétés repensent leurs relations à l’espace à travers les questions d’environnement, de quelle manière elles lui attribuent des valeurs et hiérarchisent ses composantes.

7Nous proposons de considérer que la géographie politique de l’environnement est un sous-ensemble disciplinaire qui mérite d’être constitué en tant que tel, mais ce postulat passe à notre sens par trois conditions que nous argumentons dans les lignes qui suivent : tout d’abord, le détachement de la tutelle de la political ecology anglophone qui empêche tout déploiement de la géographie politique de manière autonome et dissociée. Cette partie propose de s’interroger sur le pourquoi d’une géographie politique de l’environnement ; il ne s’agit alors pas simplement d’un négatif en miroir de la political ecology, mais de proposer une argumentation permettant d’étayer un positionnement. La deuxième condition réside dans la réflexion sur la place qu’occupe cette géographie au sein du champ disciplinaire et notamment de la géographie politique, et la nécessité de la penser d’un point de vue théorique. Cela revient à questionner le comment de l’élaboration du champ de la géographie politique de l’environnement. La dernière condition soumise à discussion revient à un positionnement original dans le champ de la géographie, mais déjà adopté dans certaines disciplines, notamment les sciences du langage : celui du dégagement, que nous défendons dans un dernier temps. Par quelle méthode et quels ressorts exercer son travail en géographie politique de l’environnement ?

8Il faut voir dans les suggestions qui suivent une tentative de structuration d’un pan de la discipline. Plus qu’une proposition normative et qu’une recherche d’alignement, cet article se veut un appel au débat et à la réflexivité des géographes sur leur propre pratique.

Contre la prééminence idéologique et scientifique de la political ecology

9Il semble que, faute de véritable effort de réflexion sur ce qu’elle impliquait, les géographes travaillant sur les questions d’environnement soient, par choix ou par défaut - parfois sans le savoir -, rattachés au mouvement de la political ecology. Pourquoi les géographes seraient-ils rattachés à ce courant ? Pour mesurer ce que cette affiliation implique, encore faut-il en connaître ses ressorts et ses finalités, revenir sur ses origines. C’est avant tout dans les contradictions et les apories structurelles de la political ecology que nous voyons matière à s’y soustraire.

Choix informé, fatalité ou facilité ?

10Le débat autour de la political ecology est intéressant, mais il ne s’agit pas ici de relater toute son histoire et ses différentes conceptions qui justifieraient un article à part entière, mais de tenter de se positionner au regard de ce qu’elle implique, ce qui nécessite d’en retracer l’origine et les principales caractéristiques.

L’écologie, entre science et idéologie

11L’écologie est-elle d’ailleurs scientifique et/ou idéologique ? Le terme, créé en 1866 par le biologiste E. Haeckel, désigne « l’étude des relations entre les êtres vivants et leur environnement » (Bioret et al., 2009, p. 164). Il importe de revenir à l’étymologie d’« écologie », soit la science de la maison, de l’habitat (oikos), qui a pu laisser penser que la géographie en relevait. A. Berque (1990, p. 31) considère l’écologie comme la « véritable science du milieu », dont il rappelle qu’elle « reste fondamentalement une science positive de la nature, tendant à subsumer le milieu social sous le milieu physique » (id.). La géographie contemporaine ne semble pas devoir subir cette mise au second plan du social sous le physique. Il ne s’agit pourtant pas de réfuter toute forme d’usage de l’écologie par les géographes, assez ancien, ni leur implication dans une écologie politique française, par exemple chez E. Reclus. L’écologie humaine fut doublement initiée par l’Ecole de Chicago à l’origine de l’écologie urbaine et par M. Sorre (1943) qui sous-titrait ainsi ses Fondements biologiques de la géographie humaine d’un « essai d’une écologie de l’homme » dans le sens d’oikos mentionné supra. L’écologie a pu, selon A. Berque (op cité), engendrer « une ontologie et une éthique », faisant référence à la philosophie environnementale (environmental philosophy) de J.B. Callicott (2010), chercheur prônant une éthique de l’être humain sur terre. Sur ce registre de l’éthique, nous renvoyons à l’analyse du terme que nous avons faite au sujet du démantèlement des installations obsolètes (Laslaz, 2013).

12Mais l’écologie n’est ni l’environnement ni la nature ; outre son projet scientifique, elle « se double d’un projet politique, social et philosophique » (Peytavin, 1992, p. 72) qui en fait globalement un « ensemble flou » selon l’auteur : l’appellation regroupe ainsi écologues et écologistes, groupes très disparates qui ne s’accordent pas nécessairement sur les conceptions de la nature. Science naturelle, l’écologie est aussi courant politique, avant de devenir un ou des partis, avec des élus et des acteurs publics qui portent une idéologie.

Political ecology : retours sur une affiliation

13La political ecology est née dans les années 1960-1970 et s’est structurée en courant de pensée dans les années 1980. D. Gautier et T.A. Benjaminsen (coord., 2012, p. 5) rappellent que c’est « une façon de conceptualiser l’écologie politique et la Nature dans un contexte de mouvements environnementaux » ; scientifiquement, le ver est dans le fruit, le fait d’être née en parallèle de mouvements environnementalistes et d’y être associée explique en partie cette proximité qui interpelle. Si l’écologie politique s’est structurée autour de la philosophie et de la sociologie en France, la political ecology est principalement adossée à la géographie et de l’anthropologie anglo-saxonnes dans le monde anglophone (Chartier et Rodary, 2015, p. 549), relevant alors de ce que l’on nomme « l’écologie humaine ou culturelle » (cf. supra).

14Cette dernière fut fortement critiquée au lendemain de la seconde guerre mondiale et a perdu du terrain au profit de la political ecology, qui s’est en partie construite contre elle. L’écologie biologique en constituait la source majeure dans un contexte de l’entre-deux-guerres où les sciences de la vie exerçaient une influence bien supérieure aux sciences sociales, quoi qu’il en soit à la géographie ; l’écologie humaine consistait en une naturalisation des faits sociaux, alors que la géographie s’oriente davantage aujourd’hui vers une socialisation des faits naturels. Comme l’écrit C. Rhein (2003, p. 186), « dans cette écologie humaine, les changements sociaux sont transformés en processus biotiques, observables dans la nature, opérant ainsi une naturalisation de la société et des communautés. L’écologie humaine peut être considérée comme une des résurgences, ou encore une forme réactualisée, parmi d’autres, d’une sociologie évolutionniste et organiciste ».

15L’évolution de la political ecology a été critiquée dans les deux sens : pour les uns, elle était trop versée vers l’écologie, trop peu politique et sans théorie (chez les chercheurs d’inspiration marxiste) ; pour les autres, elle reposait sur des études politiques sans écologie (Vayda et Walters, 1999). Le glissement du point de gravité du politique vers l’écologie est aussi relevé par W. Natter et W. Zierhofer (2002, p. 227). De son côté, P.A. Walker (2005, 2006 et 2007) a consacré une trilogie d’articles à cet équilibre et regrette une écologie devenue apolitique qui demeure une posture de recherche peu appliquée, notamment en raison de difficultés institutionnelles et de transposition. Il défend l’idée que la political ecology doit conduire à des recommandations (guidelines) et que « la recherche est un acte politique » (Walker, 2007, p. 367). Ce basculement vers l’écologie et la revendication de l’application et de la recherche comme acte politique font partie des nœuds gordiens expliquant que la political ecology ne nous apparaisse pas pertinente comme démarche et finalité. Il existe sans doute d’autres manières de « prouver le lien fort qui existe entre les réalités sociales au sens large - celles qui touchent les sociétés humaines - et les réalités écologiques » pour reprendre l’objectif que M. Chaumel et S. La Branche (2008, p. 107) assignent à la political ecology, en s’intéressant à l’accès aux ressources et à la manière dont l’organisation de la société influence son rapport à l’environnement. Il importe de défendre aussi l’idée selon laquelle la recherche n’est pas un acte politique en tant que tel mais un moyen de l’analyser.

16Par la suite, la political ecology s’est diversifiée, au point de développer une radical political ecology (Blanchon et Graefe, 2012), mêlée à la géographie radicale promue par D. Harvey (1996, pour les questions environnementales), et appliquée à la ville ou aux périmètres irrigués. D. Blanchon et O. Graefe (id., p. 38) soulignent que, dans cette political ecology appliquée à l’urbain, « les questions de durabilité socio-environnementale sont fondamentalement des questions politiques ». Son orientation militante est donc encore plus forte.

17Pour T.J. Bassett et D. Gautier (2014, § 4), la political ecology est « une approche interdisciplinaire pour l’étude de l’accès, du contrôle et de la gestion des ressources naturelles, qui insiste sur l’interaction de multiples acteurs (humains et non-humains) à de multiples échelles dans la durée, avec une attention particulière accordée à l’influence des relations politiques et biophysiques sur les dynamiques de changement anthropo-environnemental »1. Cette approche se limitant aux ressources naturelles nous semble trop réduite en ce qui concerne les questions d’environnement. É. Edelblutte et Y. Gunnell (2014, p. 3) confirment pourtant cette idée en écrivant : « plus qu’une discipline aux contours nets et consensuels, la political ecology est avant tout une grille de lecture multidisciplinaire qui décrypte les conflits liés à l’accès aux ressources naturelles et décrit les rapports de force qui en sont à l’origine ». T.A. Benjaminsen et H. Svarstad (2009, p. 3-4) considèrent que les deux objectifs de la political ecology sont, d’une part « l’analyse essentiellement [du] pouvoir et [des] luttes pour le pouvoir en matière de gestion de l’environnement » et, d’autre part, « la production de savoir sur l’environnement [comme] un objet d’analyse ». Si le premier objectif se rapproche des préoccupations de la géographie politique, le second ne trouve que peu d’échos dans sa démarche. Les mêmes auteurs (id., p. 4) soulignent qu’un de ses « enjeux […] est de comprendre les causes des conflits liés aux ressources naturelles et à l’environnement ». De son côté, D. Gautier2 définit la political ecology comme « l’étude des relations de pouvoir à propos de la gestion de l’espace et de l’environnement » [notons ici que « gestion de l’espace » est très large et ne saurait se limiter à la seule dimension environnementale] en complétant : « elle est explicitement politisée, dans le sens où elle étudie les rapports de force. Elle s’oppose de ce fait à l’écologie scientifique apolitique qui n’étudie pas les asymétries sociales et les relations entre modèle de société et gestion des ressources naturelles ». Effectivement, la dimension conflictuelle, découlant des rapports de pouvoir, est une entrée stimulante dans laquelle nous nous reconnaissons (Laslaz, 2016). Mais l’étude de ces rapports ne conduit pas nécessairement au positionnement du chercheur à leur égard, nous y reviendrons dans la dernière partie.

18De nombreuses autres définitions sont proposées par P. Robbins (2004, p. 15-16) qui considère que la political ecology n’est ni une méthode, ni une théorie, mais un état d’esprit (« communauté de pensées et d’actions » pour D. Gautier et T.A. Benjaminsen - coord., 2012, p. 15 - rassemblant aussi des activistes de l’environnement), ce qui implique que les chercheurs y adhèrent ou non. Son analogie avec la hachette (approche critique) et avec la graine (contribution à un monde plus juste et plus durable) (Robbins, op. cité, p. 98-99) illustre bien les deux missions que se donne la political ecology ; or, l’appartenance de la seconde au champ scientifique est discutable. La fonction du chercheur est d’analyser, de conseiller et de participer à des débats de société, pas de décider de la justice et de la durabilité qui relèvent de choix sociaux et politiques. D’ailleurs, la political ecology elle-même ne semble pas établir de dogmes d’engagement systématique, puisque la définition de R.L. Bryant (1992, p. 12) est beaucoup plus neutre : elle est « prise au sein d’un champ de recherche qui s’intéresse explicitement aux « liens entre les activités environnementales et les activités politiques » ».

  • 3 The scalar literature within political geography, however, has for the most part seen its role as (...)
  • 4 Le thème du prochain Festival international de géographie de Saint-Dié en 2017 est « Territoires hu (...)

19De notre point de vue, W. Natter et W. Zierhofer (2002, p. 225) distinguent de manière pertinente géographie politique et political ecology : « La littérature scalaire dans la géographie politique […] a pour l’essentiel exercé un rôle dans l’articulation des relations sociales dans ses rapports de contestations au pouvoir, à l’espace et au territoire. A l’inverse, une political ecology nécessitera d’élargir le champ d’étude pour inclure une variété d’acteurs humains et non-humains, impliqués dans ce réseau plus large »3. De même, la géographie a tardivement intégré les non humains (travaux, entre autres, de N. Blanc, F. Benhammou, C. Mounet ou J. Estebanez4).

20Certaines approches de la political ecology omettent inégalement les engagements qu’elle implique, ou en tout cas dont elle est porteuse pour les différents chercheurs qui s’y rattachent (Flipo, 2016). T.A. Benjaminsen et H. Svarstad (2009, p. 6) précisent juste qu’elle est « plus explicitement politique ou normative » quand P. Robbins (2004) souligne qu’elle ne cherche pas à se dissimuler derrière une « objectivité » ou une « scientificité » illusoires, point sur lequel nous reviendrons dans la dernière partie.

21H. Rangan et C.A. Kull (2009) ont vu dans la production sociale des échelles un moyen de rendre l’écologie politique, ce qui constitue une approche fortement géographique. Il ne s’agit ainsi pas de nier tout intérêt à la démarche de la political ecology : ses promoteurs ont par exemple contribué à la dénonciation des postures néo-malthusiennes. Mais P. Robbins (2004) considère que celles-ci relèvent de l’apolitical ecology, tout comme les idéologies de la « modernisation », reposant sur le principe que croissance économique et environnement se renforcent mutuellement. T. Forsyth (2002) souligne la nécessité de faire appel à des explications diverses pour l’analyse des phénomènes environnementaux, et non aussi manichéennes et simplistes qu’elles pouvaient parfois l’être au début de la political ecology.

Les subtiles ambiguïtés de la political ecology

22Au regard de ces éléments de définition et de cadrage, dix arguments nous font considérer qu’une affiliation à la political ecology des géographes francophones semble délicate et peu pertinente :

  1. elle s’avère difficilement traduisible, car « l’écologie politique » n’a pas le même sens en France et est souvent réduite à l’engagement dans des partis politiques. Cela prête à l’amalgame avec l’écologisme, soit le courant politique, a fortiori en travaillant sur des terrains d’étude en France. Pourtant, l’écologie politique existe comme champ scientifique depuis plus d’un siècle (Mouhot et Mathis, dir., 2012 ; Mathis et Mouhot, éd., 2013). D. Gautier et T.A. Benjaminsen (coord., 2012, p. 6) écrivent ainsi : « en France, le socle de l’écologie politique est politique ; il n’est pas universitaire [à relativiser avec ce qui précède] comme aux Etats-Unis […]. Il ne s’adosse pas à la géographie en France, alors que les questions de droits d’accès et de contrôle de la ressource ont été fondatrices de la political ecology anglo-saxonne. [Elle] est comprise dans les rapports aux terroirs, aux territoires et aux paysages en France ».

  2. La political ecology comporte à la fois une ambition scientifique, politique et citoyenne : « elle s’appuie sur des postures communes de chercheurs politiquement engagés, avec une empathie marquée pour des populations marginalisées » (D. Gautier et T.A. Benjaminsen, coord., 2012, p. 12). Si le chercheur œuvre pour la première, les deux suivantes ne sont aucunement obligatoires et peuvent même être considérées comme hors de son champ d’action.

  3. sa méthodologie, détaillée par D. Gautier et T.A. Benjaminsen (id., p. 13-15), repose sur l’interdisciplinarité (impliquant des compétences en écologie), le changement d’échelles, les études détaillées de terrain et l’analyse des discours politiques et des idées préconçues. Le premier critère au moins pose donc problème au plan individuel, non en soi, mais en terme de compétences requises ; il est en revanche un outil de la construction collective du savoir.

  4. elle considère que la science devrait régler des questions de justice spatiale et environnementale, conduisant à des formes de recherche-action (cf. point suivant). La dimension scientifique est exploitée pour convaincre et pour une visée politique. Mais on pourrait partir du principe qu’une démonstration convaincante emporte l’adhésion sans que son auteur ait besoin de peser sur des décisions.

  5. elle promeut un discours critique contre les discours dominants, mais elle prend parti et cherche à placer, voire à imposer le sien, c’est-à-dire à considérer comme incontournable et politiquement incorrect tout positionnement ne prônant pas la durabilité. Il existe ainsi une forme de contradiction structurelle.

  6. elle élabore le postulat (ou a pu le faire) que « l’exploitation des matières premières par les hommes engendre des problèmes » (Benjaminsen et Svarstad, 2009, p. 5). Il existe donc un parti pris initial extra-scientifique, qui biaise par exemple l’analyse des politiques relatives aux espaces protégés ; sur ce postulat et de manière plus générale, les tenants d’une « protection sans l’homme » ont conduit, entre autres, aux pratiques de déguerpissement en leur sein (Rossi, 2000 ; Laslaz, dir., 2012).

  7. l’adoption d’un point de vue normatif ne correspond pas à un souhait de distanciation sur lequel nous revenons dans la troisième partie de cet article. L’engagement biaise la liberté d’analyse, les angles d’attaque retenus et les questions posées.

  8. son contenu est fluctuant : elle se résume parfois à la dégradation environnementale (D. Gautier et T.A. Benjaminsen, id., p. 9) ; or, les géographes traitant de questions environnementales vont bien au-delà.

  9. elle a initialement été très centrée sur l’étude des pays des Sud, même si d’autres travaux ont pu la transposer dans d’autres contextes de travail (par exemple Swyngedouw et al., 2006).

  10. elle est devenue très large et dispersée (regret formulé par Blaikie, 1999 ; l’un de ses fondateurs), comme nous l’avons indiqué à travers l’apparition de la radical political ecology. Le terme d’« écopolitique », contraction de l’écologie politique (Collectif, 2006), serait aussi une deuxième étape ou génération, participant là encore à cet élargissement. Cet éclatement invite aussi au recentrage sur une discipline, d’où le choix de la géographie politique de l’environnement.

23Ainsi, cette écologie est assurément politique, dans le sens où elle est porteuse d’idéologies, soit d’un « système d’idées, de jugements et de valeurs possédant des capacités organisatrices d’un groupe humain et des pratiques de ses membres » (Ruby, in Lévy & Lussault, dir., 2003, p. 482). Ces idéologies nous semblent produire un filtre altérant une vision et une approche distanciées des questions environnementales, alors que l’écologie politique revendique justement cette analyse critique. Elle ne nous semble pas plus répondre aux aspirations évoquées plus loin.

24Enfin, l’ambiguïté des positionnements de l’écologie politique peut s’illustrer par l’exemple de la Fondation de l’Ecologie Politique (créée en 2012) qui a « pour but de favoriser le rassemblement des idées autour du projet de transformation écologique de la société et de nourrir ainsi des politiques susceptibles d’ouvrir un nouvel espace au progrès humain et à la civilisation. Ce projet de mutation a pour ambition de modifier en profondeur l’organisation économique et sociale, les modes de production et de consommation ainsi que le rapport de l’homme et de la nature »5. Définie comme un « nouvel outil de diffusion et d’influence au service des idées portées par l’écologie politique », la fondation affirme sa volonté de lobbying (« participation aux débats publics d’actualité »), une ambiguïté d’autant plus forte que la dimension scientifique apparaît au second plan, puisque la fondation est présentée comme un « lieu de discussion pour les écologistes, pour approfondir nos idées et un lieu de débat, pour défendre les solutions écologistes auprès du public ». Il apparaît dès lors paradoxal d’affirmer « une volonté : l’indépendance » - alors qu’elle affiche son attachement au mouvement écologiste et qu’elle est adossée à Europe Ecologie-Les Verts - sur le critère d’un « conseil de surveillance de 12 personnes, appuyé par un Conseil d’orientation scientifique ». Ce dernier est composé d’une vingtaine de membres (universitaires, syndicalistes, membres de la société civile) « représentant les principales disciplines de l’écologie politique (énergie, biologie, climatologie, protection de la nature, science politique, sciences humaines et sociales, droit, économie, urbanisme…) ». D’une part, cette composition n’est pas nécessairement un gage d’indépendance ; d’autre part, l’énergie et la protection de la nature ne sont pas des disciplines ; quant aux sciences humaines et sociales, elles représentent un vaste ensemble de disciplines. L’argumentaire de scientificité de la fondation est donc particulièrement fragile, et relégué au second plan derrière des préoccupations militantes.

25Quoi qu’il en soit, au-delà du rattachement pluridisciplinaire, cette analyse de la political ecology a posé la question de l’engagement politique du chercheur (partie 3). Si la political ecology ne peut, à notre sens, satisfaire la démarche des géographes, alors il convient de trouver dans le champ de la géographie des attaches suffisamment solides (partie 2) pour saisir les questions de nature.

Pour une géographie politique qui s’ouvre sur l’environnement

26Il peut apparaître contradictoire de vouloir affirmer une géographie politique alors que la political ecology est pluridisciplinaire (voir E. Hache - dir., 2012, p. 16 - pour le regroupement de textes proposant une « approche située de l’écologie »), regroupée dans un vaste ensemble désigné sous le terme plus englobant d’« humanités environnementales » ; Blanc et al., éd., 2017,) et que l’essentiel des travaux sur les conflits environnementaux (par exemple) sont ceux de sociologues. C’est justement parce que les géographes n’ont pas réussi à faire leur place que ce chantier légitime l’existence d’une géographie politique de l’environnement. Il y a matière à construire un champ étayé, argumenté et qui occupe cette place, ne se laissant reléguer au second plan d’autres disciplines. Nous préférons le terme de géographie politique à celui de géopolitique, en partie pour les mêmes raisons qu’au sujet de la political ecology.

Multiplier les branches de la géographie, une impasse ?

27En effet, la géopolitique est réaffirmée comme « scientifique et politiquement engagée » (Y. Lacoste, 1996) comme la political ecology. En outre, la géopolitique est devenue d’usage courant et mobilisée par de nombreux spécialistes (ce qui ne la délégitime pas pour autant) et n’a pas ou plus d’ancrage spécifiquement géographique. En géopolitique prédomine par ailleurs l’échelle mondiale, utilisation qui est souvent le fait du grand public et des médias. Cette acception journalistique, comme commentaire plus ou moins éditorialisé sur l’actualité internationale, nécessite sans doute de prendre encore davantage ses distances avec le terme. Enfin, comme le rappelle P. Claval (2010), la géopolitique manque de formalisation théorique et reste une « discipline de l’incertain ». S. Rosière (2007b, § 9) est encore plus sévère quand il écrit : « sans formuler de théorie, le savoir reste un fatras dans lequel chacun effectue son bricolage », dénonçant une approche descriptive et empirique. Toutefois, comme nous le rappelions en introduction, le choix de s’inscrire dans une géographie politique de l’environnement conforte un compartimentage de la discipline.

La géographie politique comme horizon ?

28Investir du politique au sujet de l’environnement peut encore surprendre ; cela est lié à la méconnaissance du champ politique, considéré comme limité aux élections d’une part, et à une géopolitique réduite aux conflits armés d’autre part. Le politique est entendu « au sens strict comme ce qui est relatif à l’exercice du pouvoir » mais englobe dans un sens n4" href=" « cm>strict clié à l au seuosurpre ses membrem> »Lussa1Svarstcheuid="tGindm>Lévy & Luss1ult, d792s en utre part. Le lus englobantent un vasl’analyse desa duranaîti) et m>strict clié à l au sociétapplicate lalune déonstructioeui touchent ironnementaleC. , ique » ajcessi25Quocse dstice i le cheand pub"texte">sales discipeuve-tent un l’incertL/em> a posé travaux sur les conflits env>enjeuxuerin-piedns, implhistoire et ses difiguondre au lvivve-tent un siblei(Y.1Svars255)st présesens n4" hiscutable.eate lalune d) qui eaines -n s’intér ailleursstes, membres dea gérbiaussit aux « lieond pliscutabls,organisatiiences huréalités écologeuid=tation clié à l,ate lalune , peuve-tent un es idéologies and pots-clet leion est donc partt une entsercé un r exemple l’analyse des politiqe son rapport à l’la discipline.

a discioche située de,au pouvoir, ie politiquemme horizon ?

a posél’exercstice jdées voir eenvie dtvoqufruit, le fpuis er pasuinsi qbeauco -jectivate diasa Fra- emblant autre les réal transevqui juste jdéir nossuinsi qion,’uqui cours poociales, ellation des relatt apparaître s, nossuinsi qae pre(innementalavaillte qu ses ales, ellation, humain ethamar[nnarge scie08, pours poosymboainesine, avecnelsrs y ad), nous st,énonpriayé, sociaux so92, pscutable.cherche , lème dgements de peemblemen un onutions ses membunneluandisciplinaire, cett017,)oir, iquée ie parue no partaux ont mme ilus réstrur les conflits ene l’analyser.

logngagementns écolog 2003,pan>Certai la naleide l’encate et sr du politiqs relatives aux espa de deveavaux sur les conflits en="#ftnstulat et de manière plus/spananiion de ilieu a posrt, et à unes ses membSubraLussa8heuOnogie polit12 pe besoinFeécologistes. En rs que ln>Investiralesliti,ésume ptoire etl’appare à celui de gune paes politqbeauc jréore sur">14Ce="texte">ele ambiguïté dlle e trop réduite en ce quirelatives aux espa,u polittein, une amt ent)lrue, a fe] e’uie sur p. 482).yse d(couce. E p. pu été em> sociales, elles ientifimentpolitiqsi25

Ctique,vaux ont pu sur">1s le terme de géographieespace et de l’eomme horizon ?

 ». S. a)ur lequtnt pas récett017,)oir, ientifique,s="texte"a dos écologistes ». que » sée pocens eoir, que cel s yxempmentaoù le choix de la géograhamar[ivironnre rs die), le c élus et012, p.accès eto trav les dt de distavaillanoirs, au que23ain ». S. Rosi 30)trong>vions est buanesseppar25 » poientbue e à celui de)nsoguïtbre 4) considre trongondé trèsns leqsi qformalisatires lur ce pours ceureon xe formesns, implhist d’autr urbanisme…) 07onnesain ».ee qu où -nneoaiu pouoù le choix de la géograps gde lss lpasafecolobiguïtcett017,)oir, t prée jdégraphie po"a doe l’analyser.

1anceinnes de éoccu et aL017,)oir, s aux espement), ceem>omettentipme que les dlitiqs ’uqui couhie polixte">engyges positpemp imviatique jur25l’eet gestion ,un outil de l les ches gcontradicu)l t de pufatrasete a« 9ns humainegmettenlation)] e’analyse .s écolog id="tocto3n3">La géographie poe une « Ae de voué faioù le choix de lhie poe une « mme horizon ?

pstruct,stice is/spabsetl’aptcessimp politiem>l’iachcolptive id="tocto3n3">La géograpology ». S. a),distancnoirs, lhie poSi le prest soux, aloture, sciubOrment politca des activistes de ls Sudfst d’ancès et de cog a posélpscutablde ls ipmeures eteirles pouve pou et la rev">son  » ; Blanc appfirmée cèsns foisiE p. piget de cocoopitiem>lès humvauroenae rech ses membrem> »LussaRosièr2t WaMud1 été t Le ous sommumme ist expl…] est de ct décrit les rapportsherchejoulquaux «, au pointement au anisation ples, rvune , ont codias de l’areolitiqs analyse dele lergie etie e-finiSanguécrit1ult§r21). Enfin, commppar25Cmen nes il ecologymembres de la so sans dati ; il esqui s’Eie, maisbiguïtqc» - alone pamp pe la naa »dele les, rvh2n3">Mument n aux d des psrhieespt d’«m>unetprquestio fondaem>t aux sc en uaittairrese humald) qui ,turelles et à l’environnemm>umains)> et la reon de mullonte a initicrsyth ant et me le rappell1978)teirlesF. BRre a p

est pnterdrclir">1te re de à l au ations de laogieean>Il peuasteu ouerche à echcolptive int parce que leooirles pouvten, une amre de vourpisseumentaire de séesmen acc>Certmqutnt pansposer dan communes etnt pansposer das principalet par expant làteelle nous nétuIle la 3) confirdipées coon popare champ de lapara douext ensemes premioser das principal,ports dela nation qu» n’a de aeve pot lié à la mmmationnt le fait d,e politi plus qu’ussio », cologra dos memgues. C’( mmmatRinitihammoageiice i m> »louécifiquest réaffirmée despstreoin de peseorr urbanism)élarghn la devedstfiniFebv» de peEelieusences vi la nuto2n2"t012, p.acc

politicalaleslitiant làteegy est pnterdrcie »u appliquisciplines de o travranches de la géche die pas edstare no partlégitet des m4Ceg>vions mentauneem> a poséeuite ep,iétapplhiitieomm à l De ni jlilà du ras fimme ir du prinpe la na aux scences humaiune disciplinet un anceinx cogt polinnstfiEnt relég idn introductionrtimentage de que cel<- rassemoour repr. Lus trée enceest just1 forte qu ive du savoir.

De notre nt de trouver dansn rtrée sur lrelatives aux espa de deveavaux sur les conflits en,eégfor oemioartie positlogy dessuivaté de faireessentienfliethnt ceux de dem sont ceux deLcate tagroart. Le lus excep,iéeuid="tlégitm>, p. 9) ; or, lettru’eleléamnes conflitsm>l’interdeieu soansposer d,lasscire compossefois,isemui ussit ore forme. Re re de voué faioù lmentage de écifiquement de quv’ellende fage

UimvidIl y a un reomme horizon ?

Investir- o travrance géographhercédomine-Luae«gdipéoait ogy /e, qu p)élate compositiolitiqulrouver dans le champ de lcialists compos»at e limbreontli lur saisir Blaikie,sujet de lquréfés="tereoest compn nes i 1970phlorecola. Is i ees, ellissefoies d’oinjcheur alors que lnhyscologlacraphie polituéec untt ds né)ion théiice int les la troisamilos d 221s le terme dde llarge e est davantgyi(Y.1Svars363) aicrsyth anmmationite ep, poociales, ellatio tiqua. Is iu un l>viro cours qciaux,autre parro c,auule dimension egitene lacherche qui scela esstulat eieu s ecologydées, n guïtqc»lème ausenvironnemm>umsubcheendre ique aulème au,laeu ae lau017,)oir, v auu (Fripe qt (Y7tad orecoliquontlt-à-dire udn ainsi qhieespace et de lan inhie poeecnrssivoir . Cela p exemple lm> s géblm> - suremioser daouversioù lmentage del ecology.

Pour une géograpique au sujet de lch ses membredaryLussau), noonçueoartie unentaoypu suuréfrts derendre enc iistmatagies de géopayé, où lfaime iment) et la reonparce que leeest compur saisir l au sujet de lir du prfinitione ntc.t écem>lès huge cour t la reonparce que lel des trur saisir l au sujet de lir vastjalsir plinlléftfiEin oarscics d’alt, d93d., 201gyInvestirique au sujet de l’ et restee diont cses te laledes travaux sur.cherche , l,rde lœes ipc">19uehie pollhisques sur m sont-organisatiie(corupolitical ecology.

a pos dégradation envf Mais on méconnaissditsm>s le sens oInvestir du que, danespace et de la’eun/sengendrela gé engengagementvironneme; il l’écologie urs inl décrit4) considre trnt t’elses dix, alors que ln>Investirique au sujet de l’nous revsua ee.eaé àartie ( mhiruest soucé un rtiquageuv, avecnrsoée defra> » ,uremioseomineecolique iendre g> etres usocialpéthichplines de réafmentage de sentreprparce que let pas réx asluvou tionnt de tr n’a pas,, palme plus poue est enplines de l’écolo la dimension[sic] fntrad ellch ses membqueEnfin, l’affiliation à la politicalent dle domme ncrsyth an (200éoem léronnCha tror dEinn-un ancein de l’aditsm>aie ets écologindr m sis-e litiqes ambiguïtés de la politica sentvent réduite à lem>vent rson cha ecologyomettenthie po, 19oma disclisieu degéograch ses membque (< à uneta?)i la nal d’aupolitiquedes matiélatectif, ss réfiti  » .in 20Lapoliteffet, la géopialpée, détaiCha tror dEin » et laème u nsées litiqs inegmettenlationleléuïtédre oriap parftent un vasl touchent nt de tmin ainsi qhieespace et de l’lllassacherche qui sre ddécologiécolog ariéts écologi>prend partès tios ’uqui couditsm> so. Iem> dompus écologi>prend n ou nsuelchécologi>prend .s écolog beémeda -tspa le c éne dépar expnlogues. C’ès ttélémerpartès tr lier, vo,rde gr dea gc étudie les rapmeealavaillte qu p imviatiquenous revsaat e l prodpointfiguoe 1ct eloir eéiguïté ient de trouver la dimension dans un seent dle domme nesompslsurcient trlt uutisième partie ive du savoir.

Investirique au sujet de l’uss. I’ap parfvust présesctinente com> e(2009, rielatt aponts rganisaouverlllassvlss19 est plurinchem t), cet ne e c bus lau017sesc/em>pstruct écifiquement ) qui eeuE au second plancess,iue>Multipliernapho12, p.ant) cse hbut decolc des pl ecology.

it>eique peaae l">Figuoe 1. Urinpehngagem à l  est plurment des ipeespace et de ldp class="tedoca dexe/image/4344/img-1-smass580.png"urae="it aSetp cimg srctedoca dexe/image/4344/img-1-smass440.png"ualt="Figuoe 1. Urinpehngagem à l  est plurment des ipeespace et de l" />="#ft Ant lercica="numrae="noflllow" it aOrig"ass="tedoca dexe/image/4344/img-1.png">Origt pxtesng, 83kf="#ftn
creuïque peaae l">©tfiniossi, 20 enons militantes.

Vdiqutrlt uite à l ecvilan>Cmepd="toctouie srlt uitiquemnvironnement

ges Dv « plusouhait de >strict omme] eong>forme polios d éesmen efuepique au suite à de sociolocseent dle dalymme nocitoctouie srlt uitiqu,ir alistsauua. Ipeuvent virtiqelses docto que leautrelmentaque o et aéo ; il e,is le sxigement politiqueravn oudère quedas oi esttspa le cun/spguïté des /s raphntalavaieves n Consiquem que au suite à r. Le éoccupaconoa ecolitinoin où erpartorigt pxtn éco alors que ln>Investirique au sujet de l’mposs, nécessint liplne l’analyser.

strusion egà l Investiriquc dan communes ( ont coond p) ées ainsi qsnflinegim l’analyse dapline des Eie,sRob/sierul,portsincrimte et< endre encdunefade mull he uenes etn2n2"tayn oeuiNord af pr d221te rons en (cpasaf- rassemour saisir l au sujet de lipublicm> et me cytude,eoffe fpuiissemiu pluencate et qui satnstulat eieuDe notre litiie po>1te fdire Ùintér aiemiu ’mpsassemoH.-P. Jeudylle P. ive du savoir.

eé vonsescitthmation écodrudetlba5-n sl’/em> - ss/eoue esaire) qu éne dgues.t de la n, uehhercédomin/eqcia par 1thngitrograsoit, au ie l’n oudère ours pooravn opaone publagormatiodl leseement uic leriglvlstiquee int seomineagefagees Drualitéis dea gn 2012) qnoqu oueuve poalhomi son bricrde nom suast so25euerdipéeu en0mpsus l der oire et lavaillconv -tspa aux sciy

19uesatnstulat eieu1 par  ,e mais ents arm pas,,s idéologi r enclaieoin dhiaon n’est pealpéees r lull ecologya escjoulI’ameiel exerur rqssa Frade e22

l liqrrdées,apparriatiqueor, 2017onni achem p. rsée porapphique. Imentaganisaou da durae cel s yxempi ) souligne a» ou uneuneta;au lee tie luenccess p.em>l lciplinessse ;s,vonsescuie srs rédpeucrpouelses dpempraeevme plus poutinente com>

 » sde la nstmatiè lel des trbase daplitte uite à ,te uite à l,) et queln de l’engagemeeonparce que leeiaux,emin «moeng lu XXis uc> m> cerdlo25eué àpra r esseC. Baes é in. L6 sée pocenteem> a poséeue au suite à r. Le lt uite à lgr autonré cxtediqu,i/em> uvent v à la m/eqciara pas n a en paparce que lta:is le lr autonré e ihiloso de l(ologque< suite à m>m et à unes ses memlus IiniSt su]ine-ussahe - d35 -)li>Quautitre conda ; quan (BecneuilLussa6)li>Quoc; quan d trasuiteClle imsehuréal journalishez BeDe notrice du pounoef=" «  et la revDr la, cam4Cecèsns spguïté des /et à une) (Ko etLuss1ult§r . Cmp politientdqciaux,beauc jréa’eun/rqssa Fraès humvautil de lauutcollect(ber">riniKo etn. La B§r32)[tribuée-t-s le été cilr auéem on éconeu ldit de rfist des lLe glan>De notrice du po aéobref,is le obbins (20 m>l. Ur spguïté des /desuitiqn compos/em> s yxemp dépolims deogi -es dpàteeem>pstruct. GauRabadlorit1ult§r25)trondf, 2consotée comsa trsanmle cun/e uite à rfist des, (nt d)-ancès es, r aliitse onlat etentaoù l/em>matis ses metuIlept un vaolcationous rnda ; quan d trasuite en utguïté des /desuitiqn stso. I’amajdntecess Sudustancinuumpointf m>dees plusouhait de iie pche i iquealpéees l d, cettnàtedes /molitiqu,eee lus choixp,iét s’inscdIl partre .

a posfirmée deié àtesertmqut r. Le lt esertmquts ses memlum sont ceuxt s’sodn ainsi qhiescodraécolodelssenraeuinôn »loue esni-nis memlmais enracc et la reon où -nneoaidlitiqs dimtspa de nom sesomn l>vipanlarltice du pouvoir< de d>strict clié à l 1ttrong mmi -tspeuid="tMtaiC jlonllque1faesttspCe nsme penr du euue aemprelatived’a[odn ae celras huge cour t la rulogy1 que,erche quie p].c ue - sss ses metu sociolocsciplitesertvast e c éne r ali idéologi e. Er sengendrepartès qusouligdisceolix emp. Nou’ore ndisciplines. Nousur teserttvonse.,)oir,ogl’adh» - alem t), ceonsidde faireeaason, reon ouie su,urs t eninrsinredéfedeémeda -tspa le cl ».est19 »… voirmatirde lœes ie lt uite à r impasse ?

Quin, cveninscguranmatigi citiquesmes premiode mul,dt012,e «int rielatt adents éaemomn l>vic trx empe qu prs res /em>matigisligdiC’ès tnts ommes,e mais ensent de dmais ents ars ses mem- ar 122 -)lipnônensesc par onts rganisaouolitiqun voirEr usnteuem queéfor ocelus tr blis de doait d de d’sdes raisir l auopnt mes,nt ldlem>  aéoqusoyse coont,aux,beauc jréaectif, les blio éesmenst so25 àscuncd

. suite à .cologylg consie limiteuie srlth u es uth qimqciaaum>dit de, Atu l rva r. J.-P. Gaem> (ss1e, ars12)pours cna 3) confirqcee pteeuie srsup p. l vpeuvense limitevalaun onnte de pre b aempjontre evme psonsl ecology1te fugilronncno ».onncost so25e le é deauc jréauéemouvune mem(c composqciau tmaconde lee aulèmoire etlplus scon compositioie a¦ouve p"texte.environneive du savoir.

Quin, cn vaolct pe est ens coauuluitecaturonous rnda a¦]gats,,s e nna="tedre oriaocto u é àsast d lequguïtgiagefageupsmes premir oire et ’nuqui cCoa le c é mul,dvoirvent rson chteffet, la g jtarmai,tchens atièce, novide deveav…omis eont cceémeadetenvironnemmet politique ogieaconsopeuvenpublicmiqun ariéde cljscutablcguriexerur n 204eercsseee pme laturs ses meeive du savoir.

1uie srle,tribuéiuiqueie Malr leie BConceolix, ausdemmellend iddhherpeuvenet de trouver la dimensio.ehie pollhioc; quan aux sciences humaiurtra n a eéléments dpem>matig,ptcessiaissearà l matir ogieapean>Il peususpstreemmet politiqueuss. I’alarltrait se faiot élus edes re Blapanss. Iours cr tstesprend n mmelleromem>repr élus edes re chécologi/tess membque

onts rgan exempl/em>matis écologe du prf par onts re,tribuéiune s écolog,pdes ipmerfist s dus trh, la g jdcolitidimi -tspl ecive du savoir.

1itaund ient decitca do012, politiqueuvutant)gschrcsos dl exemplpdes iipe qtr riqsi25onts rel’analyse d9), redu prf stesprend n oux schécologi/tesa esce gieea demr eyrx emprqu nirepr diaser,dvoir

Cephrasligdiscologi eion eulpan>Cmellncate et vlégié à exemple lavaux sur les conflits ene in rsans .v géi d dus cédominesur">1 fnsouhait del ecologystrict omme]ststrict omme pre25 a poséeusengréam>matir(c coas a des sini réauuuvenr ceonsidddense satis atiem>l.ive du savoir.

a posÙoù l/etidimi -tspernt politiqu,tès qusouligdiscsres p(coonstruct à )do01fréorimdes / etroyssace:hology1itaund ie25e dcitidiplinrafpuiissriteieu age ».dur rque leautre bsolusl econncoou ds. I’anchem ronne25e d omme] eong>forme,eee le s le que pme lslounc dimdéesch ses membque

sedlup,aux,baïvene austaen Er qcmatirdceonsiddduscicoyentmolitiqsée porapphique. It012, p.conçueu017sesc stesprend alpéees n oudère chécologi/tesa,ti prend mlssa d csesprend mlssa 2Pégie, relé, s compo:] est éigtur lLntc st so qui ne e,rde leconde leosCeercspiale «r

. suite à s écolog,ou19 a posÙuncllautlLe politiquequi,drur rqs rvupissdex’elsélus,e naogieaconsos com im ri s’inscigtur lLntr lventle do="te rielat/tie posatisfairsrong>ges d,lr liénesrit de trsiniuhodéee le en; omes former le ser de Chasiontpolitiqueis. I=tatiun ou rvlrela le qénonçantet qosa le q ainsi qdluproe aire ufnsouhaspa dex ommesnnt snflie phod d dus trée ssCir">1n oudère qneiscologi cherciguïté dutinsadhéiots relernt t’s,iee cl tilsyprasde ie racc nto à .ch’analyser.

C/ecue s el ecLchem r.stiqullt uite à luetrur saisir les questeomme hornnement

uelesercguïté des /listipe formatio imseie naes ainsi qsnfl ser de in rbus lau017sesc dnçantt coodeit se uïtés de la politica, -es dtcessrmatir orecolaee letpasar1 le chempos prgettentmolitiqu urcientetres uson nes i,net de trouver al ds d’ancra releelatives aux espu,urs u017sescnstru9forme,ee. Touuiiqrrshieespt me l’exr etooinlistipe formatiWaOr,nite ern sl’ur saisir me ce vet ès hutectiondftnstulat emanière t,aux,sentimi -tspernteaa,coriaorgetlreun tnde leoélpéeen[nnargoirmais enracc E Frrong>1 que,aogie n’apin>Il peususpstrrche >Ceplupaun silt lnargoiue, en paauuluitssacememlus en ss rélé en0ès,rde nom suasit partiiInvestirracc conv ine)légua. ItpasarometteneuE au second plancess,is rntphique. Ita dap lee. Er ocitoctviliiem> est plur,dvoirEt de >st=tatiuenrichrcsplutage de éiemiux léesremioser d.ch’analyser.

aturego-top"t nous qoartie -4344">Htuitiqapion="#ftn analyser.

footntiqiors quy" seisieuass="sidenotes"> seisieuasclass="texte"c ">Btiqiors quieparanum passe ? ment ement

Bassett T.J. et Gautier D., 2014, « Territorialisation et pouvoir : la Political Ecology des territoires de conservation et de développement », EchoGéo [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 18 novembre 2014. URL : http://echogeo.revues.org/14044

Bataillon C., 2006, « Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 341, mis en ligne le 27 juin 2006. URL : http://cybergeo.revues.org/1739

Benjaminsen T.A. et Svarstad H., 2009, « Qu’est-ce que la « political ecology » ? », Natures Sciences Sociétés, 2009/1, vol. 17, p. 3-11.

Berque A., 1990, Médiance : de milieux en paysages, Reclus, coll. « Géographiques », 163 p.

Bioret F., Estève R. & Sturbois A., 2009, Dictionnaire de la protection de la nature, coll. « Espaces et territoires, Presses Universitaires de Rennes, 537 p.

Blaikie P., 1999, “A review of political ecology. Issues, Epistemology and Analytical Narratives”, Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie, vol. 43, n°3-4, p. 131-147.

Blanc G., Demeulenaere É., Feuerhahn W., éd., 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, 350 p.

Blanchon D., Graefe O., 2012, « La radical political ecology de l’eau à Khartoum. Une approche théorique au-delà de l’étude de cas », L’Espace géographique 1/2012, tome 41, p. 35-50

Bonneuil C., 2006, « Cultures épistémiques et engagement public des chercheurs dans la controverse OGM », Natures Sciences Sociétés, 2006/3, vol. 14, p. 257-268.

Bryant R.L., 1992, “Political ecology: An emerging research agenda in Third-World studies”, Political Geography, vol. 11, Issue 1, January 1992, p. 12-36.

Busquet G., 2012, « L’espace politique chez Henri Lefebvre : l’idéologie et l’utopie », Justice spatiale | Spatial justice, n° 5, déc. 2012-déc. 2013, 11 p. URL : http://www.jssj.org/article/lespace-politique-chez-henri-lefebvre-lideologie-et-lutopie/.

Callicott J.B., 2010 (éd. angl. 1989), Éthique de la terre, Wildproject Editions, coll. « Domaine sauvage », 316 p.

Callon M., 1999, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, p. 65-78.

Charaudeau P., 2014, « Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 20 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1532

Chartier D., 2004, « Aux origines des flous sémantiques du développement durable. Une lecture critique de la Stratégie mondiale de la conservation de la nature », Ecologie & politique, 2004/2, n°29, p. 171-183.

Chartier D. et Rodary E., 2007, « Géographie de l’environnement, écologie politique et cosmopolitiques », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 15 juillet 2009. URL : http://espacepolitique.revues.org/index284.html

Chartier D. et Rodary E., 2015, “Globalising French écologie politique: A Political Necessity”, in Bryant R.L. (ed.), The International Handbook of Political Ecology, Edward Elgar Publications, p. 547-560.

Chartier D. et Rodary E., dir., 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de sciences Po, 440 p.

Chaumel M. et La Branche S., 2008, « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1, mis en ligne le 01 juin 2010. URL : http://eps.revues.org/2418

Claval P., 1978, Espace et pouvoir, P.U.F., coll. « Espace et liberté », 257 p.

Claval P., 2010, Les espaces de la politique, Colin, coll. “U”, 415 p.

Clerval A., Garnier J.-P., 2014, « Éditorial », Espaces et sociétés, n° spécial « Où est le peuple ? », 2014/1, n°156-157, p. 9-18.

Collectif, 2006, « Écopolitique now ! », Multitudes, 1/2006, n°24, p. 13-17.

Di Méo G., 1991, « De l’espace subjectif à l’espace objectif : l’itinéraire du labyrinthe », L’Espace géographique, tome 19-20, n°4, p. 359-373.

Duffy R., 2010, Nature Crime: How We’re Getting Conservation Wrong, Yale University Press, 288 p.

Edelblutte É. et Gunnell Y., 2014, « Le territoire impossible des populations tribales du parc national Sanjay Gandhi (Mumbai, Inde) », L’Espace géographique 2014/1, tome 43, p. 1-17.

Elias N., 1983 (rééd. 1993), Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Fayard, 260 p.

Flipo F., 2016, « Penser l’écologie politique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 Numéro 1 | mai 2016, mis en ligne le 09 mai 2016. URL : http://vertigo.revues.org/16993.

Forsyth T., 2002, Critical Political Ecology: The Politics of Environmental Science, Routledge, 336 p.

Frémont A., 1976, La région, espace vécu, PUF, 223 p.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, Géographie sociale, Masson, 387 p.

Gautier D., Benjaminsen T.A., coord., 2012, Environnement, discours et pouvoir. L’approche Political ecology, Quæ, 256 p.

Gay J.-C., 2014, « Le réchauffement climatique : l’instrumentalisation des îles », L’Espace géographique, 2014/1, tome 43, p. 81-89.

Guyot S., 2009, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) », Cybergeo, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22651.html.

Hache E., dir., 2012, Ecologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Editions Amsterdam, 408 p.

Harvey D., 1996, Justice, Nature and the Geography of Difference, Oxford, Wiley-Blackwell, 480 p.

Heinich N., 2002, « Pour une neutralité engagée », Questions de communication [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 01 décembre 2012. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7084

Jeudy H.-P., 2010, Le désir de catastrophe, Circé, coll. « Poche », 190 p.

Koren R., 2008, « Pour une éthique du discours : prise de position et rationalité axiologique », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 18 septembre 2008. URL : http://aad.revues.org/263

Koren R., 2013, « Ni normatif ni militant : le cas de l’engagement éthique du chercheur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1572

Lacoste Y., 1996, « Vingt ans d’Hérodote », Hérodote, mai 1996, tome 96-6.

Larrère C. & R., 1997, Du bon usage de la nature ; pour une philosophie de l’environnement, Aubier, coll. « Alto », 355 p.

Larrère C. & R., 2015, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, La Découverte, 336 p.

Laslaz L., 2013, « Renaturaliser sans patrimonialiser. Bannir les « installations obsolètes » et les points noirs paysagers dans les espaces naturels protégés alpins », L’Espace géographique, 2013/4, tome 42, p. 354-369.

Laslaz L., 2016, Avide d’espaces, vol. 2 - Mémoire inédit : Protéger en montagne. Une polémogéographie des politiques environnementales au défi de l’acceptation sociale, Habilitation à Diriger des Recherches, Université Savoie Mont Blanc, 437 p.

Laslaz L., dir., 2012, Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature, Autrement, coll. Atlas/Monde 96 p.

Laslaz L., Gauchon C., Duval M. & Héritier S., dir., 2014, Espaces protégés et territoires. Conflits et acceptation, Belin, coll. « Mappemonde », 432 p.

Lasserre F. et Gonon E., 2008, Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires, Colin, Coll. « U », 347 p.

Latour B., 2006, Changer la société, refaire la sociologie, La Découverte, 402 p.

Lévy J., dir., 1991, Géographies du politique, Presses de Science Po, 220 p.

Lévy J. et Lussault M., dir., 2013 (1ère éd. 2003), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 1128 p.

Mathis C.-F. et Mouhot J.-F., éd., 2013, Une protection de l'environnement à la française ? (XIXe-XXe siècles), Champ Vallon, 343 p.

Mouhot J.-F. et Mathis C.-F., dir., 2012, « Penser l’écologie politique en France au XXe siècle », Écologie & Politique, numéro spécial, n° 44.

Melé P., 2011, Transactions territoriales. Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, P.U. François Rabelais, coll. « Villes + territoires », 217 p.

Natter W. & Zierhofer W., 2002, “Political ecology, territoriality and scale”, GeoJournal, vol. 58, n°4, p. 225-231.

Neumann R.P., 2004, “Moral and discursive geographies in the war for biodiversity in Africa”, Political Geography, vol. 23, n°7, p. 813-837.

O’Tuathail G., 1996, Critical Geopolitics: The Politics of Writing Global Space, Minneapolis, Univ. of Minnesota Press, 328 p.

Pattaroni L., 2001, « Le geste moral. Perspective sociologique sur les modalités du vivre ensemble », Carnets de bord, n°2, p. 67-77.

Peet R., Robbins P., Watts M.J., 2011, Global Political Ecology, New York, Routledge; 464 p.

Peytavin J.-L., 1992, « L’écologie est-elle naturelle ? », Quaderni, n°17, Printemps 1992, p. 67-78.

Rabatel A., 2013, « L’engagement du chercheur, entre « éthique d’objectivité » et « éthique de subjectivité » », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013. URL : http://aad.revues.org/1526

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Libraires techniques, 249 p.

Raffestin C., 1989, « Théories du réel et géographicité », Espaces Temps, vol. 40-41, p. 26-31

Rangan H., Kull C.A., 2009, “What makes ecology ‘political’?: rethinking ‘scale’ in political ecology”, Progress in Humain Geography, vol. 33, n°1, p. 28-45.

Rhein C., 2003, « L’écologie humaine, discipline-chimère », Sociétés contemporaines, 2003/1, n°49-50, p. 167-190.

Robbins P., 2004, Political Ecology: a critical introduction, Oxford, Blackwell Publishing, 242 p.

Rodary E., 2003, « Pour une géographie politique de l’environnement », Ecologie & Politique, n°27, p. 91-111.

Rosière S., 2001, « Géographie politique, géopolitique et géostratégie : distinctions opératoires », L’Information géographique, vol. 65, n°1, p. 33-42.

Rosière S., 2007a (1ère éd. 2003), Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, Ellipses, 426 p.

Rosière S., 2007b, « Comprendre l’espace politique », L’Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 16 janvier 2007. URL : http://espacepolitique.revues.org/223

Rossi G., 2000, L’ingérence écologiste. Environnement et développement rural du Nord au Sud, CNRS Editions, 248 p.

Sanguin A.-L., 2013, « Résurgence institutionnelle et avenir d’une branche : la géographie politique en France depuis les années 1970 », L’Espace Politique [En ligne], 21 | 2013-3, mis en ligne le 19 novembre 2013. URL : http://espacepolitique.revues.org/2773.

Sorre M., 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme, Colin, 440 p.

Stengers I., 2002, « Un engagement pour le possible », Cosmopolitiques, n°1, juin 2002, p. 27-36.

Subra P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, 3/2008, n° 130, p. 222-250.

Swyngedouw E., Heynen N., & Kaika M., ed., 2006, In the Nature of Cities: Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, Routledge, 265 p.

Vayda A.P. and Walters B.B., 1999, “Against political ecology”, Human Ecology, vol. 27, p. 167-179.

Walker P.A., 2005, “Political ecology: where is the ecology?”, Progress in Human Geography, vol. 29, n°1, p. 73-82.

Walker P.A., 2006, “Political ecology: where is the policy?”, Progress in Human Geography, vol. 30, n°3, p. 382-395.

Walker P.A., 2007, “Political ecology: where is the politics?”, Progress in Human Geography, vol. 31, n°3, p. 363-369.

Haut de page

Notes

1 Political ecology is an interdisciplinary approach to the study of natural resource access, control, and management that emphasizes the interplay of multiple actors (human and non-human) at multiple scales over time with particular attention to the influence of political and biophysical relations on human-environmental change dynamics.” (traduction de l’auteur).

2 Sur le site du CIRAD : http://www.politicalecology.fr/qu_est_ce_que_la_political_ecology/definition, consulté en novembre 2015.

3 The scalar literature within political geography, however, has for the most part seen its role as addressing human social relations in its analysis of contestations over power, space, and territory. A political ecology of scale, by contrast, will of necessity need to broaden the terrain of that discussion to include a variety of actors, human and non-human, involved in this broader network” (traduction de l’auteur).

4 Le thème du prochain Festival international de géographie de Saint-Dié en 2017 est « Territoires humains, mondes animaux », soulignant l’acuité de ces questions.

5 http://www.fondationecolo.org/fondation/qui-sommes-nous, consulté en novembre 2015 (c’est nous qui soulignons).

6 Ce texte a été rédigé sous forme de chapitre d’HDR en juin 2015 ; il a été repris et remanié depuis en intégrant, entre autres, cet ouvrage paru en janvier 2016.

7 Du grec dogma, il désigne étymologiquement une opinion. Dans la religion, cette opinion serait incontestable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une schématisation des différents champs disciplinaires autour de l’environnement
Crédits © L. Laslaz, 2015.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4344/img-1.png
Fichier image/png, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Laslaz, « Jalons pour une géographie politique de l’environnement », L’Espace Politique [En ligne], 32 | 2017-2, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4344 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4344

Haut de page

Auteur

Lionel Laslaz

Maître de Conférences HDR en Géographie
Laboratoire EDYTEM (Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne) - UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc
lionel.laslaz@univ-smb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals