Navigation – Plan du site

Dynamiques géopolitiques de l’Afrique centrale

Appel à contributions pour le n° 36 (2018-3) de la revue L’Espace Politique
Date limite de soumission des propositions : 18 février 2018

Coordinateurs de ce numéro

Marc-Louis ROPIVIA (Professeur Titulaire / Directeur du Centre d’Études et de Recherches en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP) / Responsable de la Formation doctorale en Géographie / Recteur de l’Université Omar Bongo de Libreville).

Serge LOUNGOU (Maître de Conférences / Membre du Centre d’Études et de Recherches en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP) / Responsable du Master recherche Géosciences Politiques du Monde Contemporain / Département de Géographie de l’Université Omar Bongo de Libreville).

Argumentaire

L’Afrique centrale est entendue dans le cadre de cet appel comme formée des ensembles institutionnels de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ; dans son extension maximale, elle regrouperait onze États : Angola, Burundi, Cameroun, Gabon, Guinée Équatoriale, République Centrafricaine (RCA), République Démocratique du Congo (RDC), Rwanda, São Tomé-et-Príncipe et Tchad.

Ce vaste ensemble, d’une superficie de 6,5 millions km² et 174 millions d’habitants en 2016, malgré une relative homogénéité culturelle liée à son appartenance à l’espace bantou, apparaît comme hétérogène sur les plans climatique, écologique, sociétal, démographique, linguistique, économique et politique. Il est aussi marqué par les crises et les tensions multiples : « crises » postélectorales récurrentes (Burundi, Congo, Gabon) ; insurrections au Cameroun, au Tchad et en RDC ; déliquescence avancée de l’État central en RCA (« Étatfailli »).

Pour toutes ces raisons, l’Afrique centrale forme un large champ d’investigation, cependant elle paraît sous-étudiée et trop marginalisée dans les réflexions géopolitiques. Le présent numéro vise à répondre à ces lacunes. Sans prétendre à l’exhaustivité des thèmes, il cible particulièrement trois axes de réflexion : disputes frontalières, déficit de gouvernabilité territoriale, crise de l’intégration.

Les disputes frontalières

Des contentieux frontaliers ou territoriaux plus ou moins sérieux, à terre comme en mer, opposent les États de la sous-région, à la fois, entre eux et face aux pays voisins (Foucher, 1988, 1991, 2004). Les contributeurs devront analyser les ressorts de ces différends, cerner les enjeux qui les alimentent et éventuellement proposer des esquisses de règlement.

Le déficit de gouvernabilité territoriale

De nombreux États de la sous-région peinent à exercer toute forme d’autorité aux marges de leurs territoires, et certains comme la RCA sur leur seule capitale. Les contributeurs sont invités à analyser les formes et les facteurs de cette ingouvernabilité territoriale. Ils devront également s’essayer à une démarche prospective, en esquissant les scénarii auxquels s’exposent les États concernés : éclatement ? rattachement/phagocytose ? réorganisation administrative (décentralisation, fédéralisme) ?

La « crise » de l’intégration

Comparée aux Afriques de l’Ouest, de l’Est ou australe, l’Afrique centrale apparaît en retard dans le processus d’intégration sous-régionale (Ropivia, 1994), ainsi qu’en témoignent le faible niveau des échanges commerciaux intracommunautaires et les restrictions en matière de circulation des personnes (Hammouda et allii, 2003 ; Loungou, 2010). L’occasion est donc offerte aux contributeurs de s’interroger sur les fondements profonds de cette « crise » de l’intégration et de proposer des pistes dans l’optique de bâtir un modèle sous-régional viable.

Instructions aux auteurs

Les articles ne doivent pas dépasser les 60 000 signes espaces compris et respecter les normes de publication de L’Espace politique [En ligne : http://espacepolitique.revues.org/1302].

Les intitulés (en français et en anglais), les résumés (en français et en anglais) et les mots-clés (en français et en anglais) doivent être envoyés avant le 18 février 2018, les textes finaux avant le 1er mai 2018 à l’adresse suivante : serloungou@gmail.com

  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals