Navigation – Plan du site
Débat. Journalisme et médias sociaux

L’État idéal à la rescousse

Pierre Lemieux

Résumés

Un État idéal pourrait intervenir efficacement pour articuler l’interface entre les médias classiques et les médias sociaux. L’État réel, par contre, ne dispose pas de l’information nécessaire et ses acteurs ne sont pas soumis aux incitations requises. De plus, il n’existe pas d’intérêt public dont l’État puisse se réclamer. Il faut se demander si découlerait du laissez-faire une situation meilleure que celle que produit la coercition des processus politiques et bureaucratiques.

Haut de page

Texte intégral

1Il est facile d’arguer que l’État doit intervenir pour articuler l’inter­face entre les médias classiques et les réseaux sociaux (y compris les blogs). L’information est un « bien public ». Quand elle échappe au contrôle traditionnel des médias professionnels, elle devient moins exacte, moins crédible, plus difficile à cerner, filtrer, interpréter. Sa prolifération même pose problème. Les normes de vérification s’atténuent. Le désordre du marché remplace le contrôle effectué par les organes établis. N’importe qui peut diffuser n’importe quoi. De fausses rumeurs vont se répandre. La concurrence des réseaux sociaux et des blogs fragilise les médias tradition­nels, minant leur rôle de contrepoids à l’État. Chez les consommateurs d’information, le biais cognitif dit de la confirmation est nourri par le choix que chacun fait de ses relations sur les réseaux sociaux, avec pour résultat que chacun vit dans un univers séparé où tout le monde semble d’accord avec lui. Ajoutez à cela le fait que les réseaux sociaux appartien­nent à des propriétaires privés, offrent peu d’interopérabilité et jouissent de pouvoirs quasi monopolistiques. Il est clair que l’État doit contrôler ce chaos et faire prévaloir une éthique de l’intérêt public.

L’intervention dans le monde réel

2Cette sorte d’argument rayonne d’une certaine beauté formelle, mais n’a rien à voir avec la réalité.

3La première réalité est que l’État ne détient pas, et ne peut obtenir, l’information qui serait nécessaire pour ordonner le marché des médias traditionnels et des réseaux sociaux. Je prends ici « information » dans son sens le plus large, soit les conditions d’opération des producteurs et les préférences et contraintes des consommateurs. Les planificateurs étatiques sont nécessairement aveugles. Pensez à l’État français qui a, durant pres­que deux décennies, défendu le Minitel contre l’Internet. L’impossibilité de planifier une société complexe à cause d’un manque d’information constitue un problème général. Le lecteur familier avec le débat sur l’im­possibilité de la planification que Friedrich Hayek et Ludwig von Mises ont mené et gagné avant la Deuxième Guerre mondiale comprendra que l’État est inefficace dans la production ou la réglementation de l’infor­ma­tion journalistique pour la même raison que les planificateurs soviétiques étaient incapables de produire les chaussures dont les consommateurs avaient besoin. L’intervention étatique uniformise et simplifie ce qu’elle touche, alors que l’anarchie des solutions privées permet la diversité et l’expérimentation. A fortiori, les bureaux étatiques ne savent pas, et ne peuvent pas savoir, ce qui est vrai et faux dans le domaine des opinions et des théories qui servent à interpréter le monde.

4Même si on suppose un État omniscient, rien dans les processus politiques et bureaucratiques ne nous assure – bien au contraire – que les politiciens et les bureaucrates auront les motivations requises pour contrô­ler efficacement les réseaux d’information. Les incitations des agents de l’État constituent une deuxième réalité dont il faut tenir compte. Souvent, l’intérêt personnel fera tomber les bureaucrates réglementeurs sous l’in­fluence des acteurs dominants qu’ils sont censés contrôler – phénomène que les économistes ont identifié comme la capture de la réglementation. De toute manière, les bureaucrates se préoccuperont surtout de leurs salaires et avantages sociaux et, par conséquent, de l’étendue des pouvoirs des bureaux étatiques.

5Quant aux politiciens, même s’ils étaient aussi angéliques que les bureaucrates, les préférences qu’ils expriment dans les lois diffèrent néces­sairement de celles de l’ensemble des citoyens. Je parle bien de l’ensemble des citoyens. L’État ne peut satisfaire tout le monde. Pour paraphraser Anthony de Jasay, l’État doit choisir qui satisfaire et qui défavoriser, et on ne se surprendra pas qu’il favorise les clientèles qui lui sont les plus utiles. De plus, la machine étatique cédera facilement à la tentation de la propagande. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) défend les « valeurs canadiennes » et les bureaucrates québécois de la culture, les valeurs québécoises, c’est-à-dire, dans les deux cas, les valeurs définies par l’État. Cette réalité de l’existence de préférences individuelles différentes est incontournable.

6Celui qui doute de l’imperfection de l’État n’a qu’à se demander à quels groupes de bureaucrates ou de politiciens il serait prêt à confier la détermination de la vérité, le choix de règles éthiques, et la conduite de sa vie. Imaginez Mark Zuckerberg expliquant au CRTC ou aux bureaucrates de la culture québécoise pourquoi Facebook sera dans l’intérêt des consommateurs !

Malentendus

7Outre les erreurs fondamentales concernant l’angélisme des politiciens de même que la nature et le fonctionnement des bureaux étatiques, les argu­ments pour le contrôle de l’interface entre les médias traditionnels et les réseaux sociaux reposent sur plusieurs malentendus.

8D’aucuns ne semblent pas se rendre compte que réglementer l’inter­face entre médias traditionnels et réseaux sociaux implique des contrôles gou­vernementaux soit des premiers, soit des seconds, soit des deux. Il n’y a pas de réglementation éthérée ; toute réglementation contrôle quelqu’un quel­que part. La situation en Chine devrait nous en convaincre, même si nous n’en sommes pas rendus là. Mais donnez un centimètre de corde au Léviathan et il en prendra un kilomètre.

9Un argument un peu facile veut que l’information soit un bien public au sens économique pur du terme et, à ce titre, appelle l’intervention étatique. En réalité, il existe plusieurs sortes d’information et chacune ne constitue un bien public que pour ceux qui désirent précisément la sorte d’information en cause. Prenez le problème à l’envers. Certaines formes d’information ne représentent pas un bien, et donc pas un bien public, pour des groupes importants : l’information sur l’érotisme n’est pas un bien, et donc pas un bien public, pour les puritains ; l’information sur les frasques de Mahomet n’est pas un bien, et donc pas un bien public, pour les islamistes ; l’information sur la fabrication domestique d’armes indi­viduelles (bientôt, sans doute, avec des imprimantes 3D) n’est pas un bien public pour les tyrans et leurs courtisans, et cetera. Sinon au niveau le plus abstrait de la liberté pour chacun de produire ou d’acheter l’information qu’il veut (et peut-être d’en fournir un minimum aux enfants en for­mation), il n’y a pas de bien public. Et de toute manière, même si l’on croit que certaines formes d’information constituent des biens publics, l’État n’a pas l’information nécessaire pour les produire ou les contrôler efficace­ment, comme j’en ai esquissé la démonstration plus haut.

10On cherchera en vain un argument sérieux pour la réglementation des réseaux sociaux comme monopoles naturels et utilités publiques. Per­sonne, y compris les bureaux étatiques, ne possède l’information nécessaire pour gérer efficacement le changement et l’innovation. Et il n’y a pas vrai­ment de monopole des réseaux sociaux – à moins que l’État n’en crée. On sourit aujourd’hui devant la question que posait en 2007 un chroniqueur du Guardian : « MySpace perdra-t-il jamais son monopole ? » Et qui se rappelle que Compuserve et AOL furent les premiers réseaux sociaux ? Ce ne sont certainement pas les politiciens et les bureaucrates qui savent ce qui remplacera Twitter et Facebook. Quant aux questions techniques comme l’interopérabilité, elles sont mieux gérées par le marché, c’est-à-dire par l’interaction continue des demandeurs et des offreurs. L’étendue même des grands fournisseurs de réseaux sociaux fournit un contrepoids à l’État, probablement aussi effectif que celui des grands groupes de presse. Mais on doit admettre que la résistance au Léviathan n’est jamais facile.

11Un autre malentendu concerne la protection de la vie privée, que l’on accuse les réseaux sociaux de violer. Pourtant, personne ne force qui que ce soit à participer à Twitter, Facebook, ou quelque autre réseau social. De plus, dans une bonne mesure, les participants y dévoilent seulement l’in­for­mation qu’ils veulent bien dévoiler. Au vu de la facilité avec laquelle l’État amasse des données personnelles sur les individus, et de la naïveté générale qui accueille cette entreprise coercitive, la crainte des atteintes à la vie privée par les réseaux sociaux est étrange pour ne pas dire rigolote.

Le mythe de l’intérêt public

12Une des erreurs les plus tenaces de notre époque – peut-être depuis Rousseau – consiste à considérer l’intérêt général ou l’intérêt public comme un critère clair et net d’intervention étatique. Il n’en est rien. On revient au problème, esquissé plus haut, de la divergence des préférences individuelles. L’intérêt public est toujours, ou du moins presque toujours, l’intérêt de certains individus formant une certaine portion du public. Il ne peut être vraiment général, c’est-à-dire accepté à l’unanimité, que s’il concerne des conditions très abstraites de la vie en société – disons la paix ou la liberté, encore qu’il faut bien définir de quoi il s’agit. Ce n’est que métaphoriquement et tyranniquement que certains individus invoquent l’intérêt public pour justifier des interventions qui favorisent leurs propres préférences ou valeurs au détriment d’autres individus.

13Les politiciens et les bureaucrates sont incapables de concevoir et de mettre en œuvre les politiques publiques idéales – disons celles que vous, lecteur, idéalisez. C’est du reste pourquoi, quand ils ne sont pas au pouvoir, les plus grands adorateurs de l’État sont souvent ses critiques les plus viru­lents : ce n’est jamais leur État idéal qui gouverne, mais ils n’en conti­nuent pas moins de l’appeler de leurs vœux. Dans toute société ayant dépassé le stade tribal, dans une société où les préférences individuelles sont riches et diversifiées, l’État le moins non-idéal ne peut être qu’un État minimum. On le voit bien dans le cas de l’information : au mieux, l’intervention éta­tique imposera les molles intuitions de la majorité concernant l’organisa­tion des réseaux sociaux ; au pire, elle imposera la conception majoritaire de l’information vraie.

14Certes, beaucoup de faussetés circulent sur l’Internet en général et sur les réseaux sociaux en particulier. Mais on observe la même chose dans la presse traditionnelle. Les médias concurrentiels vendent ce que leurs lecteurs veulent, c’est-à-dire surtout (sauf pour la presse financière) du divertissement et la confirmation des biais idéologiques. De plus, le jour­na­liste typique considère une information comme vérifiée dès lors qu’elle est parue dans un autre organe de presse. On répliquera que la presse tradi­tionnelle incorpore des mécanismes auto-correcteurs en incitant les pro­priétaires et les journalistes à maintenir la valeur de leur réputation. Cela est vrai. Il n’en demeure pas moins que l’Internet en général et les réseaux sociaux en particulier offrent un grand avantage : l’information y est décentralisée, brisant le contrôle que l’establishment politique et intellectuel y exerçait. Le porte-parole officiel et le clerc ne sont plus les seuls à parler pour interpréter le monde. Malgré ses dangers – et ils existent indé­niablement –, cette évolution apparaît moins périlleuse que la situation antérieure et, surtout, que l’établissement de nouveaux pouvoirs pour le Léviathan.

Chaos créateur et éthique

15La crainte des réseaux sociaux résulte en bonne partie de la peur du chan­gement. Comme disait Héraclite, on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Il faut voir les avantages de ce fleuve-là, et pas seulement ses dangers. Vingt-quatre siècles après Héraclite, Joseph Schumpeter parlait de « destruction créatrice ». Le chaos des réseaux sociaux qui se concur­ren­cent et bousculent la presse établie est un désordre créateur dont sortiront de nouvelles configurations de l’information. Si l’État n’intervient pas dans le processus pour le scléroser ou le détourner à son service, toute nou­velle configuration demeurera contestable et, par conséquent, aussi efficace que l’on puisse espérer dans le monde réel.

16L’éthique n’est souvent qu’un paravent pour cacher des appels à l’intervention de l’État. Devant les réseaux sociaux et l’information sur l’Internet, les individus impliqués – notamment les journalistes – font sans doute face, parfois, à des dilemmes éthiques. On n’en voudra pas à ceux qui ressassent les questions éthiques débattues depuis vingt-cinq siècles ; peut-être devrait-on les encourager. Mais au niveau macro-éthique, c’est-à-dire au sens de la philosophie politique, il n’y a pas vraiment de dilemme. Il s’agit de laisser les individus faire ce qu’ils veulent dans un cadre général de liberté individuelle. Il s’agit de s’assurer, si on le peut, que l’État laisse faire. Du laissez-faire sortira une situation meilleure que ce que produirait la coercition des processus politiques et bureaucratiques de l’État.

Haut de page

Bibliographie

de Jasay, Anthony ([1985] 1998), The State Indianapolis, Liberty Fund, [En ligne], [http://www.econlib.org/library/LFBooks/Jasay/jsyStt.html] (15 fé­vrier 2013).

Lemieux, Pierre (2008), Comprendre l’économie. Ou comment les économistes pensent, Paris, Belles Lettres.

Levi, Lili (2012), « Social media and the press », North Carolina Law Review, vol. 90, no 5, [En ligne], [http://ssrn.com/abstract=2143324] (15 février 2013).

Thierer, Adam (2012), The Perils of Classifying Social Media Platforms as Public Utilities, Mercatus Center, Working Paper nos 12-11, [En ligne], [http://mercatus.org/sites/default/files/PerilsClassifyingSocialMediaPublicUtilities.pdf] (15 février 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Lemieux , « L’État idéal à la rescousse », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1088

Haut de page

Auteur

Pierre Lemieux

Pierre Lemieux est professeur associé au Département des sciences administratives de l’Université du Québec en Outaouais et Senior Fellow à l’Institut économique de Montréal (PL@pierrelemieux.com). Il est titu­laire de diplômes d’études supérieures en économie et en philosophie, de l’Université de Toronto et de l’Université de Sherbrooke respectivement. En plus d’articles universitaires et d’articles pour la presse, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, publiés en France et en Amérique, sur des questions d’économie et de philosophie politique. Son livre le plus récent est The Public Debt Problem. A Comprehensive Guide, publié en 2013 à New York, chez Palgrave Macmillan.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals