Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

Le débat sur le projet de charte des valeurs québécoises proposé par le gouvernement a envahi l’espace public québécois à l’automne 2013. Diatribes passionnées, manifestations à répétition, nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, éditoriaux sont les signes d’une réflexion collective intense. Pour ne pas être en reste, la revue Éthique publique a invité quatre commentateurs à présenter de manière approfondie leurs réflexions sur le projet de charte, sur la laïcité, sur la neutralité de l’État ainsi que sur les droits et libertés des citoyens.

Enfin, deux articles ont également été retenus pour notre rubrique « Zone libre ». Le premier offre une réflexion sur les communautés en ligne qui représentent des formes de sociabilité nouvelles et amènent le chercheur à s’interroger sur les plans juridique et éthique. Le second traite de l’intérêt de se référer aux vertus civiques telles qu’elles ont pu être conceptualisées dans l’Antiquité et à la Renaissance pour guider l’action publique en général et le comportement à la fois collectif et individuel de ses agents devant les défis que rencontre l’administration publique moderne.

La direction de la revue

Texte intégral

1Penser une éthique de l’aide publique au développement (APD), c’est certainement réfléchir sur les finalités de l’APD, les principes éthico-moraux qui devraient l’inspirer, les valeurs qui la sous-tendent ou devraient la sous-tendre, les normes qui permettent le mieux d’actualiser ces valeurs, le lien entre les moyens utilisés et ces valeurs, normes et principes. Par exemple, on peut se demander si la valeur des moyens doit être jugée en fonction de leur efficacité par rapport aux buts qu’ils cherchent à atteindre ou plutôt en fonction de leur acceptabilité morale par rapport à des principes qui restent encore à clarifier. Mais à côté de ces considérations plus classiques, les dernières décennies ont vu émerger de nouveaux enjeux de l’éthique de l’APD, liés à sa gouvernance et à des inquiétudes légitimes par rapport à son manque d’efficacité. Il ne fait plus aucun doute que les stratégies adoptées jusqu’ici ne permettront pas d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement fixés par l’ONU en 2000 pour 2015. Les faibles résultats du modèle traditionnel d’aide au développement porté par les États (aide bilatérale et multilatérale) et les organisations non gouvernementales (ONG) du social incitent les États bailleurs de fonds à se désengager de cette forme d’aide et à chercher à innover dans la lutte contre la pauvreté. Les partenariats avec des entreprises privées relèvent de cette recherche d’innovation en même temps que d’une nouvelle conception de la coopération entre acteurs publics et acteurs privés.

2Nombre d’auteurs ont en effet souligné l’efficacité des partenariats public-privé dans la lutte contre la pauvreté dans les pays en voie de développement. Ces partenariats soulèvent cependant de nouvelles questions relatives, entre autres, à la possibilité de concilier les intérêts des entreprises privées et la poursuite du bien commun. Par exemple, l’APD doit-elle favoriser un développement économique qui privilégie les investissements étrangers, l’industrialisation et l’intégration des marchés fondée sur la libre circulation des biens et des personnes, ou plutôt soutenir l’intégration et la création d’un marché local et régional, centré sur une économie endogène et des priorités locales. Quelle est, dans ce contexte, la division de travail acceptable entre les pouvoirs publics (des pays receveurs et donateurs), les ONG et les partenaires privés comme les entreprises ? N’y a-t-il pas dans les partenariats public-privé un détournement des responsabilités gouvernementales en matière de gestion de l’aide ? Pour autant, les pays bénéficiaires ont-ils les moyens de refuser des apports d’aide au cas où les activités prévues seraient en contradiction avec leurs priorités de développement ?

3Dans le premier texte du présent dossier, Cécile Renouard et Hervé Lado s’intéressent à la possibilité de concilier les exigences de développement durable dans les pays en voie de développement avec le modèle de la croissance économique. Leur conclusion est que cette conciliation est difficile et laisse, finalement, peu de place aux dimensions sociale et environnementale qui continuent d’être instrumentalisées au profit du développement économique. Marc Maesschalck abonde en quelque sorte dans le même sens en se penchant sur les partenariats avec les entreprises du secteur minier, dont la participation au développement économique dans les pays en voie de développement est perçue comme une innovation et une occasion à saisir dans la coopération internationale. Il considère qu’en raison des transformations qui en découlent dans la gouvernance de l’APD, l’éthique de l’APD doit être redéfinie en tenant compte de « contraintes de transition vers une “durabilité forte” ». Adoptant un point de vue moins pessimiste, Ernest-Marie Mbonda croit lui aussi que les partenariats public-privé obligent à repenser l’éthique de l’APD. Il propose, cependant, une définition normative de la responsabilité sociale des entreprises capable de se conformer, à certaines conditions, aux exigences d’un développement éthique.

4Si on envisage la lutte contre la pauvreté extrême à l’échelle planétaire dans la perspective plus large d’une exigence de justice mondiale, selon laquelle chaque être humain a droit aux ressources nécessaires pour satisfaire ses besoins essentiels, on peut comparer les effets de l’aide au développement à ceux d’autres mesures politiques qui peuvent avoir des répercussions sur la pauvreté. Dans une vision instrumentale, c’est-à-dire sans exprimer une préférence pour les aspects éthiques intrinsèques de l’une ou l’autre mesure, mais en tenant compte uniquement de leur effet du point de vue de la diminution de la pauvreté, on peut alors comparer l’effet réel des différentes mesures. Dans cette perspective, considérant l’inefficacité des stratégies d’APD adoptées jusqu’à maintenant dans la lutte contre la pauvreté, Speranta Dumitru examine, pour sa part, une autre option : la migration comme substitut à l’APD. Compte tenu de l’importance des fonds envoyés par les migrants dans leur pays d’origine, elle pense que cette option doit être envisagée et montre comment l’évaluer à la lumière de son efficacité à réduire la pauvreté.

5La Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide publique au développement (2005) et, plus récemment, le Plan d’action d’Accra (2008) soulèvent également des questions relatives au type de développement visé par l’APD, aux acteurs qui doivent en décider, à leur légitimité pour le faire, aux intérêts qu’il sert véritablement, aux répercussions (bénéfiques ou nuisibles) sur les traditions, les savoirs locaux et les structures de pouvoir traditionnelles. L’éthique de l’APD doit permettre de s’interroger sur les conditions de possibilité d’une aide qui ne soit pas une nouvelle « colonisation », mais qui appuie sa stratégie sur des finalités liées au bien-vivre. C’est à une telle analyse, plus philosophique cette fois, que nous invite le texte de Vivianne Châtel.

6En conclusion de ce dossier sont présentées deux réflexions suscitées par des expériences de terrain. Catherine Dorion analyse le degré d’atteinte des objectifs du programme Québec sans frontières, auquel elle a participé, à partir d’entretiens réalisés auprès d’une vingtaine de stagiaires et d’intervenants. Elle propose ensuite quelques pistes pour rétablir une certaine cohérence entre les objectifs du programme et les ressources et moyens mobilisés. Le texte d’André Julliard, à la fois récit et analyse, rend compte du regard de l’ethnologue sur un projet de coopération internationale mené dans un village de la Guinée-Bissau ; ce regard est riche d’enseignements sur certaines causes de l’inefficacité de l’aide au développement et sur ce que celle-ci devrait être si elle se veut respectueuse des personnes et de leurs projets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dany Rondeau et Geert Demuijnck , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 2 | 2013, mis en ligne le 28 avril 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1209

Haut de page

Auteurs

Dany Rondeau

Dany Rondeau est professeure au département de lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski et professeure associée à l’Université Laval et à l’Université catholique d’Afrique centrale de Yaoundé au Cameroun. Elle est membre du Groupe de recherche Ethos (UQAR) et de l’Institut d’éthique appliquée (Université Laval). Ses recherches en philosophie pratique s’intéressent aux défis que pose le pluralisme culturel et moral à la pensée contemporaine en éthique et au vivre-ensemble. Ses publications portent sur la justice réparatrice et la justice transitionnelle, le mal politique, le concept d’interculturel et le programme d’Éthique et culture religieuse. En éthique appliquée, ses travaux s’inscrivent surtout dans les champs de l’éthique professionnelle et de l’éthique organisationnelle et se concentrent sur les conditions de possibilité de l’exercice du jugement moral, de la responsabilité et de la réflexion éthique dans les pratiques professionnelles et dans les organisations. Elle est l’auteure (en collaboration) de La construction du savoir éthique dans les pratiques professionnelles, publié chez L’Harmattan en 2011.

Articles du même auteur

Geert Demuijnck

Geert Demuijnck est professeur d’éthique à l’EDHEC Business School. Il enseigne également à l’université de Louvain-la-Neuve. Ses domaines de recherche sont l’éthique de l’entreprise, l’éthique économique et les aspects éthiques des politiques sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals