Navigation – Plan du site
Zone libre

Réseaux numériques et pratiques de soi : le cas des communautés « Ana-mia ». Réinterroger l’articulation du droit et de l’éthique

Pierre-Antoine Chardel

Résumés

Par les réseaux sociaux numériques, les individus accèdent à des formes élargies de rapport à soi. Toutefois, les communautés qui se constituent en ligne représentent des formes particulières de sociabilité qui ne sont pas dissociables d’une économie des affects qui se propage dans nos sociétés de consommation. C’est ce que nous nous attachons à montrer dans la présente contribution, en nous basant sur une recherche en cours sur les communautés en ligne qui prônent les bienfaits de l’anorexie et de boulimie (« pro-ana » et « pro-mia », dans le jargon d’Internet). Dans un tel contexte, nous avons affaire à des formes de socialisation qui atténuent la dimension désocialisante des pratiques alimentaires qui sont en jeu. Intervenant sur les processus de subjectivation, les réseaux sociaux amènent alors le chercheur à se poser des questions d’un point de vue autant juridique qu’éthique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Enquête réalisée par l’association Calysto : http://www.association-calysto.fr/.

1Avec le développement des réseaux sociaux numériques, on assiste à l’affirmation d’une culture de l’horizontalité qui tend à déstabiliser l’ordre de la verticalité qui était jadis instauré par l’éducation parentale. Dans le développement des enfants et des adolescents, ce ne sont plus en effet seulement les valeurs familiales qui se révèlent comme étant immédiatement structurantes, ni même l’influence relativement plus directe et immédiate des éducateurs. L’expansion de la culture numérique fait apparaître des phénomènes de décentrement dans la constitution des subjectivités, elle tend à mettre en question les ordres établis. Avec les réseaux, « l’influence des pairs s’accroît, tandis que décline la transmission, l’influence parentale sur les goûts culturels des enfants » (Pasquier, 201 : 21). Le nombre de jeunes touchés par les réseaux sociaux numériques permet de dire que nous avons affaire, par l’expansion de ces dispositifs, à un phénomène social quasiment « total ». En France, une enquête récente révèle que 92 % des 15-17 ans et 80 % des 13-15 ans ont un profil Facebook, alors qu’ils sont 64 % chez les 11-13 ans.En 2010, 75% des 15-17 ans et des 13-15 ans étaient inscrits à Facebook, alors que les 11-13 ans étaient 55% à avoir un profil sur le réseau social1.

  • 2 Dans le jargon d’Internet, ces communautés désignent les sites Web et les forums qui font l’éloge d (...)

2Les dynamiques d’éclatement générées par ces modes de socialité en ligne par rapport à l’univers parental ne sont toutefois pas tout à fait nouvelles. Dans l’histoire relativement récente de nos sociétés industrielles, des cultures parallèles et hétérogènes, qui furent notamment portées par le cinéma ou la télévision, sont venues dérouter l’ordre symbolique qui était censé être instauré au sein de la cellule familiale. Ces mêmes cultures, qui s’inscrivaient dans la ligne droite des grandes « industries culturelles », furent d’ailleurs en leur temps régulièrement décriées par des générations de parents qui se montraient déjà anxieux de voir leur autorité s’affaiblir. En outre, on sait que toutes les grandes ruptures dans l’histoire des technologies de la communication ont suscité des controverses prenant la forme de véritables « paniques morales » (Cardon, 2011 : 145). Cela étant dit, si les réseaux sociaux en ligne ont des particularités indéniables, c’est parce qu’ils concernent des expériences sensibles qui peuvent être instantanément dévoilées sur la toile à un grand nombre d’interlocuteurs, ceux-ci n’étant pas nécessairement des proches mais le plus souvent de simples relations entretenues en tant que « liens faibles » (Granovetter, 1974 : 1360). Une somme considérable de ces liens peut se greffer à l’identité numérique d’un usager. Les réseaux sociaux en ligne produisent donc par conséquent une expérience de multitude. Celle-ci n’est-elle pas cependant plus fantasmée que réelle ? Certaines pratiques de soi qui sont à l’œuvre dans la culture numérique ne renvoient-elles pas à des logiques de résonance ? Nous tenterons d’apporter des éléments de réponse à ces questions en nous penchant sur le cas des communautés « pro-ana » et « pro-mia »2 et celles-ci en mettant en évidence les questions que ces dernières posent d’un point de vue éthique.

Socialités en ligne et modes de subjectivation

3La particularité de la sociabilité en ligne ne peut être comprise si l’on ne prend pas la mesure de ce qui se produit, sur les plans technique et esthétique, dans le passage de l’analogique au numérique. La numérisation des objets (le son, la vidéo, la photographie, etc.) permet d’échanger, avec une quantité importante de personnes, des goûts et des aspirations. La numérisation rend possible une mise en commun des affects. C’est en ce sens qu’il est possible de considérer qu’elle recouvre une dimension esthétique (parce qu’elle touche l’Aesthesis). Nous semblons ainsi technologiquement nous approcher de l’idée qui fut jadis exprimée par Friedrich Nietzsche selon laquelle « la conscience n’est qu’un réseau de communication entre hommes ; c’est en cette seule qualité qu’elle a été forcée de se développer » (1985 : 300). Cette réflexion montre que la conscience individuelle ne peut être à même de s’accroître sans cultiver des interactions fortes avec les autres. Cependant, si les réseaux sociaux en ligne permettent d’expérimenter un tel idéal philosophique, la constitution de soi, à plus forte raison si l’on se situe dans une perspective nietzschéenne, va de pair avec des moments de rupture et de mise en suspens. Il convient de devenir ce que l’on est en étant capable d’assumer une certaine indépendance d’esprit, voire une certaine solitude. Or le problème qui se pose aujourd’hui à nous avec les réseaux sociaux numériques, en particulier tels qu’ils sont utilisés par les jeunes générations, est celui d’une confusion entre le désir (nécessaire) de reconnaissance qui produit un renforcement du sentiment d’exister et le besoin (contingent) de communiquer à tout moment, souvent de manière très convulsive, avec une multitude de correspondants. Ce qui n’est pas sans induire une certaine « tyrannie de la visibilité » qui impose aux usagers des réseaux sociaux l’obligation d’être toujours sous le regard et l’appréciation d’autrui. Cette tendance a été justement définie par Serge Tisseron. Psychiatre, spécialiste des adolescents et de la culture des écrans, il insiste sur le fait qu’à côté du désir d’intimité de chacun apparaît de nos jours un désir d’« extimité », « qui nous incite à montrer certains aspects de notre soi intime pour les faire valider par les autres, afin qu’ils prennent une valeur plus grande à nos propres yeux » (Tisseron, 2011 : 121).

4Si des autres sont en jeu dans ces modes d’interaction, les possibilités d’ouverture à des univers qui soient réellement éloignés de la sphère du propre ne sont pas si évidentes. Sur le plan sociologique existe le risque de développer des modes d’interlocution qui restent confinés à des cercles restreints d’affinités, en ramenant ainsi à une certaine mêmeté. Il y a quelques années déjà, en se basant sur des études empiriques, Cass Sunstein (2001) avait pu à ce sujet montrer que les internautes se connectent rarement aux sites exposant des points de vue totalement opposés aux leurs. Il en avait déduit que lorsque l’on dialogue sur Internet, si l’on a le sentiment de parler à d’autres, on se parle finalement beaucoup entre soi, on veut entendre l’écho de sa propre voix, on cherche des arguments pour penser comme on pense déjà. Les réseaux sociaux en ligne ne semblent pas de nos jours totalement échapper à de tels effets de résonance. Une reconnaissance de soi est le plus souvent recherchée dans ces nouvelles modalités de coexistence. Cette recherche n’est pas indépendante des crises que nous traversons, en particulier à l’heure où la plupart des grands repères de sens semblent se fragmenter au sein des sociétés « hyperindustrielles » (Stiegler, 2004 : 180). Les liens interactifs tendent à rassurer dans une époque marquée par nombre d’incertitudes, qu’elles soient d’ordre économique, social ou écologique.

  • 3 Nous renvoyons au site Web consacré à cette application : http://www.intel.com/museumofme/r/index.h (...)

5Un certain degré de dépendance à l’égard de la communication en réseau peut inciter les usagers à aller toujours plus loin dans la mise en scène d’eux-mêmes. Les réseaux sociaux numériques alimentent une certaine forme de narcissisme dans la mesure où une grande part de l’information s’organise autour du soi. La société Intel vient par exemple de développer une application, qui nous semble très significative, appelée The Museum of Me. Cette application, à laquelle il suffit de se connecter par son compte Facebook, génère une exposition virtuelle dont le sujet est soi-même : « On se met alors à parcourir des salles pour admirer sur les murs les portraits de ses amis, ses propres albums de photos, les liens et les vidéos partagées3. » C’est ici une forme égotiste de rapport à soi qui tend à se développer et qui fait évoluer le réseau comme un « vase clos », produisant de singuliers effets de miroir.

6Dans ces formes de culture de soi médiatisée, on voit aussi apparaître une volonté de se conformer à certains canons esthétiques qui sont véhiculés par les médias (par la publicité notamment) et les industries culturelles. Ces formes symboliques créent les conditions d’un être en conformité avec certaines normes en vigueur. Les modes d’existence en réseau ne sont en effet pas totalement dissociables d’une économie des affects qui se propage dans la société de consommation où des représentations dominantes, avec leurs canons esthétiques, se répandent. Le consumérisme est en l’occurrence dominé par des modes de rapport au corps qui peuvent orienter la recherche d’un certain idéal physique (dans le cas de l’anorexie) ou bien, au contraire, le besoin de combler une peur du manque (comme cela peut être le cas pour la boulimie). Au sujet d’un tel besoin, le sociologue anglo-polonais Zygmunt Bauman a pu mettre en évidence la façon dont la société de consommation tend à générer un mode d’être basé sur l’accumulation. Pour celles et ceux qu’il désigne comme des « boulimiques », les événements et les sources d’information qui surgissent dans les multiples réseaux de communication sont une nourriture idéale : « Les boulimiques doivent se débarrasser rapidement de la nourriture qu’ils ingèrent afin de faire la place pour de nouvelles ingestions – ce qu’ils recherchent, ce n’est pas la satisfaction de leur faim, mais bien l’acte vorace du remplissage » (Bauman, 2005 : 246).Le temps de l’accumulation rythme l’organisation sensible de nos sociétés. Or un tel mode d’être avec soi n’est pas sans lien avec la fréquentation des réseaux sociaux numériques. Comme tout dispositif technologique, ces réseaux sont insérés dans des contextes socioculturels variés ainsi que dans divers jeux d’interaction qui amènent les subjectivités à organiser leur existence en fonction de certaines zones d’influence symbolique.

Communautés « Ana-mia »

  • 4 « La sociabilité “Ana-mia” : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en lign (...)
  • 5 Les chercheurs engagés dans cette étude sont Claude Fischler, Antonio A. Casilli, Christy Shields, (...)

7Ce problème de l’influence est particulièrement bien révélé par une recherche à laquelle nous participons depuis plus de trois ans sur le cas des communautés en ligne qui prônent les bienfaits de l’anorexie et de la boulimie. Cette étude interdisciplinaire intitulée « Ana-mia4 » est née à l’origine du constat de la prolifération sur la toile de mouvements qui font l’apologie de l’anorexie ou de la boulimie par l’intermédiaire de blogues et de forums de discussion. Le point de départ de cette recherche, menée conjointement en France et au Royaume-Uni par une équipe de chercheurs issus principalement de la sociologie, de l’économie quantitative, de la psychologie sociale, du droit et de l’éthique appliquée5, a consisté à prendre appui sur cet état de fait, en soulignant que si par le passé la connaissance des déterminants sociaux des troubles des conduites alimentaires a déjà largement contribué à leur compréhension scientifique et à leur traitement clinique, la prise en compte de ces nouvelles formes de sociabilité en ligne est désormais nécessaire étant donné l’intensification du phénomène au cours des dernières années. Dans les pays occidentaux, comme le mentionne Antonio Casilli, les estimations du taux de mortalité lié à l’anorexie et à la boulimie se situent entre 5 % et 10 % (après 10 ans d’évolution) – l’un des taux les plus élevés pour de tels troubles. Selon les statistiques du ministère de la Santé, ce problème touche 40 000 Français, dont 90 % sont des jeunes femmes. De quoi alimenter la hantise d’une épidémie fomentée par les sites Web, ce qu’un projet de loi français de 2008 entendait combattre en interdisant l’incitation à l’anorexie sur Internet (Casilli, 2010). Ce type de démarche législative demeure cependant largement inefficace dans la mesure où elle se heurte aux logiques de dissémination et de migration des sites Web, au fait que les phénomènes à neutraliser s’avèrent essentiellement déterritorialisés. Les auteurs des sites « pro-ana » ou « pro-mia » s’efforcent en effet de « faire migrer fréquemment leurs sites vers de nouveaux services d’hébergement en ligne. Comme souvent les anciens emplacements restent référencés, le besoin de clandestinité contribue en fait à multiplier le nombre de pages Web dédiées à ces troubles des conduites alimentaires » (Casilli, 2010 : 197).

8En outre, les tentatives d’endiguer totalement le phénomène sur la toile sont d’autant plus susceptibles d’être vouées à l’échec que les éloges les plus soutenus de l’anorexie ne proviennent pas d’Internet mais, plus indirectement, des médias de masse, à savoir la télévision et la presse généraliste (Casilli, 2010 : 197). C’est en fait une grande part de l’économie des affects qui domine dans les sociétés hyperindustrielles qui est en cause, celle qui se répand par l’intermédiaire de régimes particuliers de contrôle de l’attention et qui font circuler des images de corps censés répondre à un certain idéal esthétique. Si nous n’avons pas attendu l’expansion des médias de masse pour voir se développer les troubles du comportement alimentaire (TCA) – la spécificité de l’anorexie ne tient pas seulement aux canons de beauté véhiculés dans les magazines féminins ou dans les émissions de télévision (Darmon, 2008) –, nous ne pouvons toutefois pas négliger le fait que des régimes d’attention particuliers s’intensifient par l’accélération technologique. La captation de l’attention, comme l’exprime à ce propos Bernard Stiegler, par des voies technologiques est devenue un phénomène mondial qui touche toutes les couches de population, massif (il touche toutes les générations) et totalement nouveau :

[…] il atteint en moyenne plus de six heures par jour aux USA, sans parler des phénomènes dits de hyper attention, selon une formule de Katherine Hayles, qui induisent un éclatement de l’attention entre plusieurs médias simultanément, et qui conduisent la Kaiser Family Foundation à modifier son calcul – portant cette moyenne à huit heures et demi par jour chez les adolescents américains (2009 : 107).

9Soucieux de décrire d’un point de vue phénoménologique les particularités des régimes d’attention en vue de discerner les contours d’un « psychopouvoir », Stiegler analyse les effets de synchronisation des consciences individuelles qui sont à l’œuvre dans un tel déploiement. Ainsi, lorsque des consciences, tous les jours, répètent le même comportement de consommation audiovisuelle, regardent les mêmes émissions de télévision, au même moment et régulièrement,

parce que tout est fait pour cela, ces consciences finissent par devenir celles de la même personne – c’est-à-dire personne. Personne au sens où Ulysse rencontre le cyclope. Un cyclope n’a qu’un œil : il n’a pas de perspective, pas de vision stéréoscopique, tout est pour lui aplati : il n’a ni profondeur de champ, ni profondeur de temps. Ce cyclope qui (ne) voit Personne, c’est la figure de notre mal-être (Stiegler, 2004 : 180).

10Venant indirectement illustrer cette thèse – pour le moins radicale –, une étude nous apprend qu’aux îles Fidji, avant la généralisation de l’écoute de la télévision, aucune adolescente ne pratiquait de régime. Or après sa généralisation dans les foyers, 69 % d’entre elles se sont mises à contrôler leur poids, puis 11 % à se faire vomir (Desmurget, 2011). Dans ces cas précis, on peut s’accorder à reconnaître que la virtualité ne s’oppose pas au réel, mais intervient sur la vie réelle (en l’occurrence négativement), ce qui nous impose de ne pas nous en tenir à une définition du virtuel qui serait conçu comme étant opposé à l’actuel. Comme l’exprime Pierre Lévy (1995), le virtuel, rigoureusement défini, n’a que peu d’affinité avec le faux, l’illusoire ou l’imaginaire. Le virtuel n’est pas du tout l’opposé du réel. C’est au contraire un mode d’être fécond, qui permet de stimuler les processus de création, d’ouvrir des avenirs et de creuser des brèches de sens. À ce titre, les modes de sociabilité en ligne apparaissent significatifs, sans que l’on puisse pour autant aisément les définir de manière trop systématique. Il convient donc de tenter de déterminer inlassablement ce que ces modes d’être avec soi et avec les autres peuvent signifier, en posant la question de la production de sens qui traverse ces expériences. C’est à ce titre qu’une interrogation éthique se justifie. Dans un tel horizon, l’enjeu n’est bien sûr pas de stigmatiser les nouveaux médias, ou encore moins de montrer leur quelconque nocivité, comme si les technologies nous déterminaient. Nous souhaitons par là nous démarquer d’un grand nombre d’approches critiques qui entendent montrer que les technologies de l’information et de la communication auraient comme principaux méfaits de générer des formes de désocialisation. Loin d’engendrer de quelconques pertes de soi et des autres, les réseaux sociaux en ligne semblent plutôt être les vecteurs de nouvelles formes de coexistence et d’écoute.

  • 6 Des formes de solidarité s’expriment même assez nettement en ligne. Sur cette question, voir Gavin, (...)

11Dans le cadre de l’étude « Ana-mia », une grande partie des résultats que nous avons pu obtenir jusqu’à présent tendent à montrer que les usages d’Internet, loin de se voir ramener au registre des causes des comportements alimentaires étudiés, sont d’une part (comme nous l’avons dit plus haut) le reflet de régimes d’attention qui se répandent dans l’ensemble de la société médiatique, les idéaux esthétiques qui circulent par leur intermédiaire étant des les produits de contextes socioculturels et de représentations symboliques dominantes. D’autre part, si les réseaux sociaux numériques peuvent bien entendu véhiculés des discours que l’on peut qualifier de « néfastes » pour la santé des personnes, et il suffit de se rendre sur des sites Web « pro-ana » pour comprendre l’ampleur du phénomène, ces mêmes réseaux permettent également de créer des lieux de dialogue que les usagers ne trouvent pas dans la vie « réelle »6. Les liens intersubjectifs qui se développent en ligne créent des modes de socialisation pour des populations qui se trouvaient le plus souvent marginalisées avant l’essor du numérique. Ces nouveaux modes d’être en réseau permettent à des formes d’intersubjectivité de se constituer, renforçant ainsi une manière d’être avec soi (de maintenir un lien avec soi comme avec les autres), même si, dans le cas des troubles alimentaires observés, ces modalités renvoient à des expériences limites. On pourra ici, en se référant à Michel Foucault, énoncer l’hypothèse que ce qui stimule le plus ces pratiques est « la question du soi, de sa dépendance et de son indépendance […], des procédures par lesquelles il exerce son contrôle sur lui-même et de la manière dont il peut établir la pleine souveraineté sur soi » (1984 : 273). Les réseaux ont en commun avec la culture du soi d’intervenir comme des modes de subjectivation où la virtualité participe d’une certaine « construction », même si celle-ci s’avère dans les cas étudiés extrême. Mais la radicalité qui caractérise les pratiques des communautés étudiées ne doit pas nous empêcher de discerner le fait qu’avec les médiations technologiques, nous avons affaire à des éléments du virtuel qui s’imbriquent dans la vie réelle, et qui ainsi la recomposent. Au-delà même des communautés « pro-ana » et « pro-mia », on se rend compte qu’Internet ne vient pas appauvrir ou détériorer les relations sociales, mais il vient, comme le souligne Casilli, non seulement leur offrir de nouvelles modalités, mais également les complexifier. De manière générale, les personnes à qui on accorde des privilèges d’accès à un réseau social, par exemple MySpace, sont aussi des personnes dont on sollicite des contenus, des commentaires, des suggestions, des mises à jour. Dans l’établissement de cette relation, l’accent est mis sur un élément qui pourrait paraître éminemment utilitariste (s’emparer des fichiers d’autrui). Mais derrière cette attitude peu noble se cache en réalité un travail commun d’ajout, de triage, de classification de l’information mise en commun. L’aspect de coopération sociale vers une tâche commune, qui n’est pas toujours présent dans l’amitié hors ligne, s’avère ici essentiel (Casilli, 2010 : 273).

12Par rapport aux phénomènes observés dans le contexte particulier de l’étude « Ana-mia », et après une série d’entretiens, nous avons pu nous rendre compte que si la socialisation en ligne intervient dans le processus qui consiste à vouloir se préoccuper de son apparence, elle permet également le développement des expériences de partage qui concernent une gamme de produits spécialisés, ainsi que tout un savoir-faire particulier qui permet aux usagers « d’atteindre, dans la vraie vie, l’idéal de perfection qu’ils affichent sur leurs écrans » (Casilli, 2010 : 199). Si les messages véhiculés par ces sites semblent de prime abord répréhensibles, les technologies qui les portent assurent néanmoins une dimension pharmacologique si l’on prend en compte le fait que la communication en réseau, quel que soit le degré d’ambiguïté de son contenu, permet aux sujets de cultiver des liens affinitaires, et de garder ainsi le cap de leur propre vie. Cet aspect pharmacologique a été souligné, dans tout autre contexte, par Jacques Derrida, qui a mis en évidence le fait que toute technique est susceptible d’être comprise comme un pharmakon, c’est-à-dire à la fois comme un poison et comme un remède : « […] le propre du pharmakon consiste en une certaine inconsistance, une certaine impropriété, cette non-identité à soi lui permettant toujours d’être contre soi retourné » (1992 : 325). Or avec les réseaux sociaux en ligne, nous avons bel et bien affaire à une même ambivalence, puisque des formes de socialisation se constituent et atténuent la dimension « désocialisante » des pratiques alimentaires qui est normalement en jeu dans l’anorexie et la boulimie. Dans le cas des pratiques boulimiques, par exemple, on sait en effet qu’un certain sentiment de honte qui accompagne des prises alimentaires excessives pousse les individus à vivre dans une certaine clandestinité, voire dans une certaine culpabilité, qui tend à provoquer une sortie progressive de la vie sociale :

  • 7 Voir « Boulimie », Doctissimo : http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/boulimie_niv 2.htm (...)

La (le) boulimique peut très bien garder longtemps son problème pour elle (lui), sans que son entourage familial ou amical en prenne conscience : la culpabilité enferme la personne dans le secret. La constitution d’une véritable dépression peut donc être longtemps masquée, avec souvent des tendances suicidaires7.

13Par rapport à ces pertes progressives de liens, les résultats de notre étude tendent à montrer que les réseaux numériques constituent des lieux d’écoute pour celles et ceux qui les fréquentent, en favorisant ainsi des formes très précieuses de reconnaissance mutuelle, ce qui tend à mettre en question la notion même de « pro-ana » et de « pro-mia ». Les sujets interviewés n’adoptent pas en effet des postures d’apologie des TCA ni n’expriment de ressentiment ou d’opposition à l’égard des établissements de santé, mais s’inscrivent au contraire dans une démarche de demande d’accompagnement et d’accès au soin. Ainsi, les blogues et les forums de discussion sont plutôt perçus comme des outils qui permettent de combler un manque ressenti de prise en charge dans les systèmes de santé actuels, pour ces pathologies complexes et souvent de longue durée. La dimension pharmacologique des réseaux tiendrait donc aussi au fait que ceux-ci peuvent être des lieux où les sujets ont l’occasion de s’exprimer et de se sentir entendus dans leur singularité. Mais, au-delà de cette compréhension plus complexe des modes de sociabilité en ligne qui ont pu en définitive émerger au cours de notre étude, quelles questions d’éthique rencontre le chercheur qui aborde ce type de réalité où la virtualité intervient dans l’évolution des comportements des adolescents qui s’adonnent à des conduites alimentaires singulières ? De tels phénomènes sociaux peuvent-ils être traités comme des « choses » (Durkheim, 1999) ? C’est ce que nous examinerons dans la troisième partie.

Traitement des données et questions d’éthique

  • 8 Strugala est notamment l’auteure d’une thèse de doctorat en droit privé intitulée « L’identité phys (...)

14Une recherche scientifique qui implique le traitement de données personnelles, à plus forte raison si elle concerne des populations mineures (comme ce fut le cas pour notre étude), doit s’inscrire dans un cadre juridique strictement défini. Le problème du respect de l’anonymat et de l’exploitation des renseignements personnels sur les populations étudiées est ici central. Une exigence méthodologique majeure est de ne pas sous-estimer la complexité de la démarche qui consiste à recueillir des données sur des populations critiques. Le droit nous offre à cet égard des repères fiables. Dans le cadre du projet de recherche « Ana-mia », nous avons dû faire appel à une juriste, Claire Strugala8, spécialisée dans la protection des données personnelles, qui fut pendant près de six mois chargée d’établir une demande d’autorisation de traitement de données sensibles de populations adolescentes. Un avis favorable à la réalisation du projet a été obtenu le 19 mai 2010 par le Comité de veille éthique de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). La procédure d’autorisation auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a ensuite été élaborée, et la décision, favorable, a été prise le 3 juin 2010. Par ailleurs, le Comité d’éthique de l’Université de Greenwich a accepté la notification de ces démarches et décisions en juillet 2010 (pour la collecte des données sur le territoire du Royaume-Uni).

  • 9 Les personnes visées peuvent exercer ce droit en s’adressant à l’Agence nationale de la recherche ( (...)

15Au cours de ces procédures, il a principalement été considéré qu’une information devait être donnée à chaque enquêté conformément à l’article 32 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée et devait être potentiellement accessible aux responsables légaux. Une dérogation à l’obligation d’information du responsable légal des jeunes de 16 et 17 ans a été jugée pertinente eu égard à la finalité du traitement, au biais que pourrait entraîner un tel consentement et à la capacité de discernement des pré-majeurs et qu’à l’issue de l’appareillement des données du questionnaire et des données de l’entretien, les adresses électroniques et les numéros de téléphone seront supprimés. De plus, conformément à la loi n78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les personnes visées par l’étude disposent d’un droit d’accès, de rectification et de suppression des données personnelles les concernant9.Toutefois, au-delà de ces aspects juridiques, des questions d’éthique se posent de manière particulièrement cruciale dans le cadre de cette recherche sur les communautés « pro-ana » et « pro-mia ».

16Dès le lancement du projet, il a été question de souligner sa « visée éthique », celle-ci s’illustrant principalement par l’exigence de formuler à l’issue de la recherche des recommandations en matière de santé publique. Sans nous situer dans une perspective proprement thérapeutique ou médicale, l’attention à l’objectif du projet censé contribuer à redéfinir certaines politiques de soin a, dès le départ, permis d’affirmer son positionnement éthique. Cette orientation s’est trouvée renforcée par le souhait d’instaurer un mode de compréhension particulier des effets de la virtualité sur des comportements « réels » en insistant sur les problèmes susceptibles d’être engendrés par l’enquête elle-même. Cela a engagé une interrogation de type conséquentialiste sur les incidences que pourraient avoir les entretiens sur les personnes interviewées. Car si les sujets étudiés se révèlent sur la toile, et se mettent pour ainsi dire en scène (au moyen de photos ou de témoignages), ces expériences ne sont pas à mettre sur le même plan que la mise en récit de soi qui intervient toujours indirectement dans l’exercice de l’entretien pour les besoins d’une étude sociologique.

  • 10 Nous prenons ici le parti de parler de personnes « vulnérables » en songeant aux réflexions d’Emman (...)

17Sur ce plan se profile assez distinctement la complémentarité de l’éthique et du juridique, si l’on s’en tient à l’idée que l’éthique s’illustre non seulement dans des textes de loi relatifs au respect de la dignité et à la protection de données jugées sensibles, mais qu’elle s’affirme aussi là où s’exerce une attention particulière au sort d’autrui dans le long terme. On peut ainsi entrevoir dans l’éthique un questionnement qui est pleinement contenu dans la dimension juridique et qui en même temps la déborde. La distinction proposée par Emmanuel Kant (1988) entre le droit et l’éthique nous paraît à cet égard très significative : au droit correspond la justice du tribunal, à l’éthique, le tribunal intérieur de la conscience. Dans la continuité d’une telle distinction, nous avons été conduits à réfléchir, non pas uniquement sur la conformité de notre démarche avec des textes de loi et des règles juridiques, mais aussi en tenant compte de la particularité des cas étudiés et des malaises qu’ils révèlent. Ce qui s’est notamment illustré dans la réflexion que nous avons pu mener, essentiellement au commencement de l’étude, sur l’opportunité (ou non) d’utiliser des médiations technologiques pour recueillir des données sensibles de personnes « vulnérables10 ». Cette question des dispositifs techniques s’est posée dans la mesure où il a été nécessaire pour les besoins des enquêtes de déployer une architecture technique assez importante. Une plateforme Web originale pour la collecte des données de réseau, incluant un dispositif innovant de visualisation en temps réel du réseau social des interviewés, a été conçue par les membres de l’équipe Ana-mia et intégrée dans une structure dédiée de questionnaire en ligne. La plateforme a constitué une méthode d’enquête novatrice dans le domaine de l’analyse empirique des réseaux sociaux en ligne. Le souci principal était de développer des moyens adaptés aux sujets traités en vue d’épouser au mieux les pratiques culturelles des interviewés, sans créer de situations intrusives. Par rapport aux entretiens classiques en face à face, les modes de communication dématérialisés paraissent moins contraignants. L’attention portée au fait qu’un entretien avec un adolescent en souffrance peut laisser des traces, et avoir une influence considérable sur le sujet engagé dans la recherche, a nettement orienté notre démarche d’enquête.

  • 11 Dans le cours de notre étude, nous avons pu constater que l’enquête Web peut être perçue comme moin (...)

18Cette question de l’attention nous est apparue d’autant plus délicate dans le contexte de la culture numérique, dans la mesure où si les échanges en ligne auxquels participent les adolescents visés par notre étude reflètent une certaine capacité à exposer des expériences subjectives, àmettre en commun ce qui est de l’ordre du corps propre et de l’expérience vécue, c’est essentiellement dans un entre-soi, en fonction de liens affinitaires avérés. La communication en réseau est pour ces subjectivités une intimité partagée.Cela signifie que la venue de celui ou de celle qui va mener l’enquête peut être perçue comme une rupture de lien, comme une intrusion dans la sphère de l’intime, voire comme une violation. Le phénomène étudié dans sa dimension technologique nous a donc conduits à nous tenir attentifs au fait que les individus « souffrants », tout en créant des formes de sociabilité en réseau, ne sont pas pour autant prêts à se dévoiler à des regards extérieurs. Il ne faudrait donc pas que celles et ceux qui s’expriment ou qui témoignent ressentent a posteriori le sentiment d’avoir été trompés, ou instrumentalisés, pour les besoins de l’enquête11. Ce fut là une difficulté majeure de notre entreprise.

19Car si nous avons souligné le bien-fondé des objectifs de notre étude, les problèmes induits par le cours de l’enquête demeurent ouverts dans la mesure où les modes de communication qui se développent en réseau traduisent le plus souvent un rapport au langage très contradictoire. Les multiples effets de mise en scène de soi qui sont produits en ligne, les parts de soi souvent très fragmentaires que les adolescents laissent sur la toile, qui sont des caractéristiques fortes de l’environnement Web 2.0, prouvent que les modes d’interlocution demeurent le plus souvent voilés. Ce qui doit nous inciter d’un point de vue éthique, au-delà des aspects purement juridiques que nous avons été conduits à aborder au cours de notre étude, à faire preuve d’une grande vigilance à l’égard des aspects communicationnels des enquêtes menées. Car vouloir entrer en relation avec des adolescents qui sont amenés à s’exprimer sur leurs pratiques alimentaires extrêmes, doit nous amener à prendre autant que possible la mesure des écarts qui subsistent toujours entre des phénomènes étudiés complexes et leur mise en récit. Cela, surtout pour des sujets qui vivent les réseaux comme une manière d’être ensemble mais séparément, autrement dit, dans des modes de relation où le lien avec les autres demeure fondamentalement contradictoire.

Haut de page

Bibliographie

Bauman, Zygmunt (2005), La société assiégée, traduit de l’anglais par Christophe Rosson, Rodez, Le Rouergue/Chambon.

Bethlehem, Jelke, et Silvia Biffignandi (2012), Handbook of Web Surveys (Wiley Handbooks in Survey Methodology), New Jersey, John Wiley & Sons.

Cardon, Dominique (2011), « Réseaux sociaux de l’Internet », Communications, « Cultures numériques », no 88 (mai), p. 145.

Casilli, Antonio (2010), Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.

Darmon, Muriel (2008), Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte.

Derrida, Jacques (1992), La pharmacie de Platon, précédée du Phèdre dePlaton, traduction inédite, introduction et notes de Luc Brisson, Paris, Flammarion.

Desmurget, Michel (2011), TV lobotomie. La vérité scientifique sur les effets de la télévision, Paris, Max Milo.

Durkheim, Émile (1999), Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Foucault, Michel (1984), Le souci de soi, Paris, Gallimard.

Gavin, Jeff, Karen Rodham et Helen Poyer (2008), « The presentation of “pro anorexia” in online group interactions », Qualitative Health Research, vol.18, no 3, p. 325-333.

Granovetter, Mark (1973), « The strenght of weak ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, p. 1360-1380.

Kant, Emmanuel (1988), Métaphysique des mœurs, première partie : « Doctrine du droit », traduit de l’allemand par Alexis Philonenko, Paris, Vrin.

Levinas, Emmanuel (1996), Autrement qu’être ou au-delà de l’essence, Paris, Le Livre de poche.

Lévy, Pierre (1995), Sur les chemins du virtuel, Paris, La Découverte.

Nietzsche, Friedrich (1985), Le gai savoir, traduit de l’allemand par Alexandre Vialatte, Paris, Gallimard.

Pasquier, Dominique (2011), « À cran face aux écrans », Le Monde Magazine, 26 février, p. 21-27.

Stiegler, Bernard (2004), De la misère symbolique, tome 1 : L’époque hyperindustrielle, Paris, Galilée.

Stiegler, Bernard (2009), « Technologies de contrôle de l’attention : du psychopouvoir à la noopolitiques », dans Pierre-Antoine Chardel et Gabriel Rockhill (dir.), Technologies de contrôle dans la mondialisation : enjeux politiques, éthiques et esthétiques, Paris, Kimé, p. 107-117.

Sunstein, Cass (2001), Republic.com, Princeton, Princeton University Press.

Tisseron, Serge (2011), « Les nouveaux réseaux sociaux », dans Nicole Aubert et Claudine Haroche (dir.), Les tyrannies de la visibilité, Toulouse, Éditions Érès, p. 117-129.

Haut de page

Notes

1 Enquête réalisée par l’association Calysto : http://www.association-calysto.fr/.

2 Dans le jargon d’Internet, ces communautés désignent les sites Web et les forums qui font l’éloge de l’anorexie et de la boulimie.

3 Nous renvoyons au site Web consacré à cette application : http://www.intel.com/museumofme/r/index.htm (dernier accès le 29 juin 2012).

4 « La sociabilité “Ana-mia” : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors ligne ». Débutée en 2010, l’étude est financée par l’Agence nationale de la recherche (Subvention ANR-09-ALIA-001) et coordonnée par le sociologue Antonio A. Casilli. Cette recherche a la particularité d’intégrer un large éventail d’outils méthodologiques : des entretiens semi-directifs, des questionnaires en ligne, de l’analyse de réseaux sociaux et des simulations informatiques à base d’agents.

5 Les chercheurs engagés dans cette étude sont Claude Fischler, Antonio A. Casilli, Christy Shields, Fred Pailler, Alice Quérel (Centre Edgar-Morin, École des hautes études en sciences sociales, Paris) ; Lise Mounier, Paola Tubaro, Sylvan Lemaire, Manuel Boutet, Pedro Araya (Centre Maurice Halbwachs, Centre national de la recherche scientifique, Paris) ; Estelle Masson, Christèle Fraïssé, Sandrine Bubendorff (Centre de recherches en psychologie, cognition et communication, Université de Bretagne Occidentale, Brest) ; Pierre-Antoine Chardel, Patrick Maigron, Claire Strugala, Débora de Carvalho Pereira (Équipe de recherche « Éthique, technologies, organisations, société », Institut Mines-Télécom, Paris/Évry) ; Juliette Rouchier (Groupement de recherche en économie quantitative d’Aix-Marseille, Université Aix-Marseille 2, Marseille). Les résultats sur lesquels nous nous appuyons dans la présente contribution sont le fruit des recherches menées par les différents membres de l’étude.

6 Des formes de solidarité s’expriment même assez nettement en ligne. Sur cette question, voir Gavin, Rodham et Poyer (2008).

7 Voir « Boulimie », Doctissimo : http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/boulimie_niv 2.htm (dernier accès le 26 juin 2012).

8 Strugala est notamment l’auteure d’une thèse de doctorat en droit privé intitulée « L’identité physique de la personne humaine », préparée sous la direction du professeur Philippe Bonfils à l’Université d’Aix-Marseille (2009).

9 Les personnes visées peuvent exercer ce droit en s’adressant à l’Agence nationale de la recherche (http://www.agence-nationale-recherche.fr/Contact).

10 Nous prenons ici le parti de parler de personnes « vulnérables » en songeant aux réflexions d’Emmanuel Levinas sur la vulnérabilité d’autrui qui vient déclencher une responsabilité qui déborde le cadre de toute thématisation. Car thématiser une relation, c’est déjà la perdre, ou la manquer. La vulnérabilité est « irréductible à l’apparaître d’autrui » (Levinas, 1996 : 129).

11 Dans le cours de notre étude, nous avons pu constater que l’enquête Web peut être perçue comme moins contraignante par les participants, surtout dans le cas des ana-mia qui sont déjà des utilisateurs du Web, et qui ne voudraient sans doute pas qu’en allant les voir, on révèle à leur entourage pour quelles raisons on s’intéresse à eux. Sur cette question, voir Bethlehem et Biffignandi (2011). Je tiens ici à remercier ma collègue Paola Tubaro pour son éclairage sur ce point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Antoine Chardel , « Réseaux numériques et pratiques de soi : le cas des communautés « Ana-mia ». Réinterroger l’articulation du droit et de l’éthique », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 2 | 2013, mis en ligne le 28 avril 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1295 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1295

Haut de page

Auteur

Pierre-Antoine Chardel

Pierre-Antoine Chardel est docteur en philosophie et en sciences sociales, chercheur associé au Centre de recherche Sens, Éthique, Société (CERSES), UMR 8137 CNRS/Université Paris Descartes (Sorbonne Paris Cité), professeur à Télécom École de Management (Institut Mines-Télécom) où il dirige l’équipe de recherche Éthique, Technologies, Organisations, Société (ETOS). Ancien responsable de séminaire au Collège international de philosophie, Chardel mène des travaux sur les enjeux éthiques et socio-philosophiques des nouveaux médias. Il s’intéresse en particulier à la redéfinition des modes de subjectivation et du vivre-ensemble dans la société des réseaux. Depuis 2010, il est impliqué dans une recherche consacrée à l’influence des réseaux sociaux en ligne sur les comportements alimentaires des adolescents, financée par l’Agence nationale de recherche (en collaboration avec le Centre Edgar-Morin, UMR 8177, CNRS/EHESS). Il a publié de nombreux articles et chapitres de livres en France et à l’étranger ainsi que six ouvrages, dont le dernier s’intitule Zygmunt Bauman. Les illusions perdues de la modernité (CNRS Éditions, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals