Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques des politiques publiques relatives à des problématiques environnementales spécifiques

Énergie : l’éthique intergénérationnelle face à l’impasse fossile

Bernard Saulnier

Résumés

Le miracle pétrolier tourne au mirage. Il ne s’agit déjà plus de ferrailler sur l’à-propos de consommer un carburant fossile importé ou d’extraction locale, mais bien de dénoncer l’intenable ronde d’investissements massifs consentis à des projets d’extraction alimentant des usages que des filières, des technologies et des infrastructures viables, mieux qualifiées et plus structurantes peuvent satisfaire à moindre coût social.

Un cadre de comparaison technico-économique rigoureux entre les diverses filières de production d’énergie constitue la condition première d’une transition énergétique responsable sur le plan de l’éthique intergénérationnelle. À partir d’exemples témoignant du dynamisme de l’évolution technologique dans les ré­seaux énergétiques, on examinera les tenants et les aboutissants du cadre d’exa­men public des filières énergétiques qui doit présider, d’un point de vue intergé­nérationnel, à un consentement sociétal cohérent à l’égard des investissements publics ou privés dans le secteur de l’énergie.

Haut de page

Texte intégral

Entropies anthropiques et éthique énergétique

1Un code d’éthique reconnaît explicitement le fait qu’un aléa moral détournerait le sens et l’esprit d’un engagement contractuel responsable.

2L’éthique intergénérationnelle constitue dans cette perspective une méta-éthique qui astreint tous les codes d’éthique à une responsabilité morale, à une vision qui s’inspire de celle des « sept prochaines générations » inscrite dans la culture amérindienne. Mais la durée longue est un para­mètre compliqué à intégrer à un cadre transactionnel de durée générale­ment déterminée et assorti de clauses de « sortie » explicites pour les parties signataires. L’économie du monde vit ainsi sous la coupe de bilans financiers trimestriels d’entreprises commerciales sur lesquelles règne une poignée d’actionnaires globalisants dont les pouvoirs sont écrasants. Parmi ceux-là trônent bien en évidence les majors de l’industrie des hydro­carbures et les géants de l’automobile qui pèsent de tout leur poids sur l’amont et l’aval de la chaîne d’approvisionnements mondiaux en carbu­rants fossiles. En raison de pratiques commerciales identiques à celles que les procès publics contre l’industrie du tabac ont condamnées (Tamburri, 2013), c’est la santé des écosystèmes de tous les climats qui se trouve aujour­d’hui gravement menacée. Mais avec la fausse bonhomie des charla­tans, l’industrie fossile s’en tient à une devise réductrice : elle ne fait que répondre à la demande du marché.

3L’éthique intergénérationnelle doit désormais assiéger la forteresse d’une industrie fossile consolidée, qui vit dans le déni de ses impacts cli­ma­tiques dramatiques. Le portrait se complique en raison de l’activité dé­bridée de spéculateurs qui préfèrent à la réalité physique l’adrénaline d’un trading virtuel haute fréquence où la prochaine milliseconde tient lieu de futur. En un siècle à peine, des réserves planétaires uniques, constituées sur 25 millions d’années il y a 450 millions d’années, seront « passées à l’his­toire ». Dans ce télescopage du temps géologique, historique et biologique, les États et leurs citoyens sont broyés par des téra-transactions entre mégalo-magnats. Le règne du business as usual se poursuit, comme une fata­lité, soumis au casino d’actionnaires-spéculateurs invisibles, dans l’in­toxi­cation généralisée d’un dogme de croissance éternelle que mesure le produit intérieur brut.

  • 1  Le professeur Olav Hohmeyer est l’un des pionniers de la mise en place de la bourse du carbone en (...)

4Les enjeux de l’éthique intergénérationnelle exigent une reconnais­sance juridique de la réalité des coûts sociaux (Hohmeyer, 19881) dans la monétisation des échanges de biens et services entre les citoyens du monde, ainsi qu’une tarification, efficace et équitable, du vrai coût d’accès aux ressources énergétiques de la biosphère.

5Les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) constituent aujourd’hui le fonds d’archives scientifiques de l’éthique intergénérationnelle. L’état de santé de la biosphère qu’a pré­paré le GIEC (2013) à l’intention des législateurs le 27 septembre 2013 montre l’ampleur de l’effroyable gâchis.

6Les financiers souvent sans scrupules font un usage bien sélectif de la science quand ils participent au pillage des derniers gisements fossiles planétaires dans un crescendo de forages. Cette folie extractive doit être combattue dans chaque hameau, auprès de chaque élu et dans chaque insti­tution financière afin que le législateur s’engage enfin, résolument, dans l’incontournable transition énergétique vers l’après-pétrole.

7Si la fonte accélérée de la calotte glaciaire des pôles devait permettre à l’Alliance fossile de lancer sa dernière fuite en avant à travers les écosys­tèmes fragiles jusqu’ici inaccessibles à la navigation, ce serait le signe d’une terrifiante complicité des législateurs du monde dans la négation du droit et des attentes légitimes des générations futures à une biosphère en santé.

Le moteur à explosion, « cigarette » de l’empire fossile

8Le moteur à explosion est à l’industrie des hydrocarbures ce que la ciga­rette est à l’industrie du tabac : une technologie addictive garantissant des profits annuels croissants. Le rendement de conversion optimal des moteurs à explosion va de 30 à 40 % selon les technologies. Un véhicule automobile urbain alimenté en essence affiche un rendement de conver­sion global annuel moyen (énergie utile/valeur calorifique du carburant consommé) d’environ 15 % ; 85 % de la valeur énergétique de l’essence consommée est ainsi gaspillée (Lawrence Livermore National Laboratory, 2013). Une version électrique du même véhicule n’aurait besoin que de 1,5 kWh d’électricité pour effectuer la même distance en ville que celle parcourue par un véhicule à moteur avec un litre d’essence !

9En milieu urbain, la « chaleur fatale » – terme utilisé pour désigner l’énormité de ces pertes d’énergie dans le transport – s’accompagne donc de 85 % d’émissions de gaz à effet de serre (GES) et de smog que l’élec­tricité, idéalement renouvelable, permettrait d’éliminer à moindre coût. L’égarement collectif est phénoménal. L’extraction massive orchestrée par les majors de l’industrie fossile au moyen d’une mécanique huilée il y a plus d’un siècle a entraîné l’économie mondiale dans un piège financier dont elle semble incapable de s’extraire.

10Voilà l’accusation que l’éthique intergénérationnelle lance à l’Alliance fossile au regard des principes de l’efficacité énergétique, des normes de santé publique, des lois de la thermodynamique, des coûts sociaux des changements climatiques et des violations répétées d’une éthique com­mer­ciale juste et équitable sur le plan civilisationnel que constitue l’exploi­tation effrénée et irrationnelle du patrimoine pétrolier déclinant de la planète. Cela ne saurait se poursuivre au nom d’une science ou d’une stra­té­gie commerciale responsable.

11Le vertige est ressenti tant au Fonds monétaire international qu’à la Banque mondiale, à l’Agence internationale de l’énergie et à l’Organisa­tion mondiale de la santé. Le bilan catastrophique livré par le GIEC) (2013) interpelle tous les partenaires de l’Alliance fossile dans ce qui consti­tue un crime contre l’humanité. L’industrie pétrolière doit faire l’exa­men de conscience qu’elle aurait dû entamer il y a déjà quarante ans si l’appât du gain n’était pas devenu l’unique obsession de ses actionnaires.

Retrouver le sens d’un paysage énergétique soutenable

12Avoir toujours plus de forages ne mène qu’à l’appauvrissement accéléré, presque mécanique, d’une proportion croissante des citoyens du monde et, par la destruction de leurs lieux de vie historiques et de leur territoire naturel, à une impasse civilisationnelle. Collectivement, il faut retrouver la volonté citoyenne de remettre en question la prudence d’une mécanique financière toxique qui aboutit à l’enlisement structurel des États. De l’amont à l’aval de la chaîne d’approvisionnements en hydrocarbures, cette mécanique récompense, directement et indirectement, un système opaque de pillage des plus précieuses ressources énergétiques de la planète. Il faut revoir les programmes d’actions accréditives à l’exploration, les lois mi­nières anachroniques, les crédits et incitatifs immérités, les obstructions d’accès à l’information, l’évasion fiscale de paradis fiscaux en repaires juri­di­ques, et dénoncer le cynisme d’une ingénierie financière qui concentre ainsi la rente planétaire entre les mains d’une poignée d’oligarques (Saulnier, 2012 et 2013a).

13Pour briser un modèle mortifère d’allocation des ressources de la planète, la nécessité de mettre en place des politiques efficaces et équita­bles de substitution énergétique et de soutien aux technologies de transi­tion habilitantes s’impose. C’est du côté du déploiement massif de pro­grammes d’efficacité énergétique et de réduction de la consommation d’énergie – sur la route, à la maison, dans les commerces et en industrie – et vers des mécanismes incitatifs favorisant la pénétration des sources renouvelables locales et des meilleures électrotechnologies d’utilisation qu’il faut instamment canaliser les politiques et stratégies d’investisse­ments publics (Association Négawatt et al., 2012 ; Saulnier et Reid, 2009 ; Saulnier, 2011, 2012, 2013a et 2013b ; Chabot, 2013).

Le chant des fossiles : « échographie » de l’aléa moral

14En avilissant tous les États du monde dans une dépendance budgétaire systémique à l’égard des revenus de taxation qu’ils tirent des ventes de carburant sur leur territoire, la puissance commerciale du lobby pétrolier mondial a fait fi de la logique d’efficacité énergétique et manipulé l’exi­gence de rigueur scientifique qui doit présider aux décisions d’investisse­ments publics dans des infrastructures de transport viables.

15La mécanique est d’une telle inefficacité que les congestions quoti­diennes des transits urbains s’aggravent chaque année, amplifiées par un étalement urbain viral et des politiques de transport public incohérentes dont les avantages collatéraux sont une consommation de carburant accrue, des hausses de revenus annuels pour l’État et… des bénéfices de plus pour l’Alliance fossile. Par cet aléa moral qui nourrit la culture extrac­tive de l’industrie pétrolière mondialisée, le moteur à explosion empoi­sonne petit à petit tous les États.

16Cette inavouable complicité entre l’industrie pétrolière et les pou­voirs législatifs habilitants explique les résultats lamentables des pro­grammes de réduction des émissions de GES et l’inefficacité endémique qui résulte du sous-financement récurrent des infrastructures de transport public. La domination du moteur à explosion individuel fait obstacle à une évolution responsable du cadre d’investissements en infrastructures, en technologies, en transport urbain et périurbain et en aménagement du territoire. S’engager aujourd’hui dans l’exploration pétrolière en prétendant réduire ses émissions de GES ne saurait témoigner d’une politique éner­gétique préoccupée d’éthique intergénérationnelle ; elle parle plus d’un enfermement technologique dont les conséquences structurelles sont déjà tragiques à tous égards.

Les métamorphoses : enjeux énergétiques des réseaux autonomes

17La consommation d’énergie continue de croître, les ressources fossiles s’épuisent et leur coût irréversiblement croissant entraînera leur abandon graduel dans les marchés de masse (automobile, chauffage de l’eau et des locaux) au profit de nouvelles technologies de production et d’utilisation plus performantes. Cette réalité est aujourd’hui partagée dans tous les réseaux autonomes de la planète. Dans ces réseaux, ce sont principalement des centrales diesel qui produisent l’électricité pour répondre aux besoins prioritaires (éclairage, télécommunication, appareils ménagers, etc.) (Saulnier, 2011).

18Les besoins en chauffage des réseaux autonomes ont été tradition­nellement fournis, rendement thermodynamique oblige, par des chau­dières à l’huile plutôt qu’électriques ; cette convention a été établie à une époque où le carburant diesel était peu coûteux.

19Lorsque le prix du carburant importé atteint un niveau tel que sa conversion en électricité représente un coût en carburant supérieur à ce que des sources locales de production d’électricité considérées jusqu’alors comme non rentables permettent de réaliser, la logique du moindre coût social suggère naturellement d’autoriser, simultanément, le chauffage électrique et la pénétration de ces sources de production locales dans la communauté.

20Imaginons le pire : à quoi servirait un groupe électrogène diesel dans une communauté où le coût du carburant est si élevé et le revenu familial si faible que ses habitants préfèrent garder le carburant pour cuire leur repas plutôt que pour se chauffer ? Les autochtones du projet Chaninik en Alaska faisaient précisément face à cette réalité en 2008… et ils ont trouvé leur solution : le concept de Village Wind Heat s’est imposé sans difficulté pour assurer la sécurité énergétique des résidents (Kraemer, 2012). Dix-huit éoliennes réusinées étaient déjà en service en 2011. Le système compte sur des fours thermiques biénergie et des véhicules électriques per­mettant d’utiliser la production éolienne dans un mode d’exploitation de type smart grid. Le système vise la substitution de 750 kilolitres de carbu­rant (dont 250 associés à la production d’électricité des centrales diesel).

21Le moteur de cette révolution technologique dans les réseaux auto­nomes, c’est que le carburant éolien local, une fois transformé en électri­cité, permet de minimiser la hausse des prix de l’énergie dans la commu­nauté. Un important potentiel de substitution au pétrole émerge actuellement, partout à travers le monde, en raison de la hausse continue des coûts des carburants fossiles.

22Il arrive pourtant que des normes ou des conventions d’un exploitant fassent obstacle à l’évolution normale des réseaux énergétiques, et ce, malgré des déficits annuels d’exploitation en croissance continue. C’est le cas dans les réseaux autonomes du Québec où le coût évité en énergie de la production thermoélectrique est bien supérieur au coût de production de l’électricité éolienne, qui même avec des gisements éoliens modestes représente le premier plan de contingence pour protéger les abonnés des coûts crois­sants de l’électricité de source fossile (HQ-Distribution, 2013 ; Chabot, 2013).

  • 2  L’annexe 1 (p. 49-52) établit la chronologie de 1986 à 2002 des activités en jumelage éolien-diese (...)

23Alors que tout nouvel investissement dans un groupe diesel risque de devenir un actif irrémédiablement échoué à terme, les critères de service en vigueur retardent les investissements éoliens qu’impose la prudence devant une croissance irréversible et incontrôlable du coût des carburants fossiles… et du chauffage électrique « d’appoint ». Les Îles-de-la-Madeleine, où se trouve un gisement éolien de qualité exceptionnelle, témoignent de cadres institutionnels qui retardent des investissements énergétiques renouvelables plus judicieux (Saulnier, 2011 : 36-372).

24L’éthique intergénérationnelle oblige à revoir ces critères d’exploita­tion étriqués qui constituent de facto des obstacles artificiels à l’évolution technologique naturelle des réseaux énergétiques. Ce qui se passe à Chaninik en Alaska n’est qu’une préfiguration de la révolution énergétique et technologique que tous les planificateurs des réseaux électriques du monde doivent accueillir.

Le transport : un chantier de substitutions technologiques

25Imaginons l’un des scénarios complémentaires de lutte contre les émissions de GES. Le faible rendement du parc automobile urbain justifie à lui seul un scénario audacieux de substitution énergétique dans le secteur des transports – responsable de 20 % des émissions de GES au Québec. Imaginons une reconfiguration dynamique du secteur automobile urbain et périurbain menant au remplacement du groupe propulseur par des tech­nologies hybrides ou électriques. Au-delà des économies dues à l’efficacité accrue des procédés de conversion, il faudra également mettre à son crédit la réduction du smog urbain et ses effets récurrents bénéfiques sur le budget annuel de santé publique.

26Afin de réduire davantage la consommation de carburants fossiles (et les émissions de GES), un volet connexe du scénario encouragerait le raccordement au réseau de distribution d’électricité local de grandes éoliennes commerciales capables de fournir des approvisionnements com­pétitifs d’énergie primaire propre à des circuits de recharge distribués, rami­fiés. De propriété publique ou communautaire, elles seraient soumises à la protection d’une tarification clairement réglementée à laquelle les produits pétroliers échappent dans un marché mondial de plus en plus imprévisible en raison des aléas géopolitiques et des stratégies financières internationales des extracteurs, des exportateurs, des raffineurs et des distributeurs de l’industrie fossile.

27Les filières renouvelables de proximité voient leur marché exploitable s’agrandir sans cesse grâce aux effets combinés de la hausse irréversible du coût du carburant et de la compétitivité des solutions de remplacement, résultat de l’innovation technologique. Les manufacturiers éoliens pro­duisent commercialement des turbines conçues spécialement pour des gise­ments éoliens modestes (de classe 3, selon l’échelle de qualification des gisements éoliens), à des coûts de production compétitifs par rapport au tarif d’électricité résidentiel actuel au Québec (Saulnier, 2013b : 2-3).

28La dernière phase de ce scénario de reconfiguration de l’infrastruc­ture de ravitaillement pour le secteur du transport préparerait l’arrivée du carburant de la prochaine génération de véhicules : l’hydrogène. En fait, l’électricité de source éolienne alimenterait des unités d’électrolyse de l’eau pour la production d’hydrogène dans des stations-service graduellement reconfigurées à cette fin.

29L’efficacité énergétique des approvisionnements d’énergie renou­vela­ble de proximité et la priorité accordée à ces solutions débouchent ainsi sur la reconstruction du cadre décisionnel traditionnel des investissements dans les infrastructures énergétiques. Dans tous les grands réseaux électri­ques où la production d’électricité est dominée massivement par la com­bus­tion de carburants fossile et fissile (gaz, mazout lourd, uranium), cette évolution est en marche.

30Ce n’est pas la disponibilité du financement ni l’existence d’une limite technique de pénétration des énergies renouvelables qui font pro­blème dans de tels scénarios de substitution des approvisionnements énergétiques dans les infrastructures énergétiques. Pointons le doigt plutôt sur les critères d’allocation des ressources dont le manque de vision à long terme paralyse les instances décisionnelles et freine toute possibilité d’in­vestissements structurants capables de déployer efficacement les énergies et les ressources les moins dommageables. Il importe de revisiter avec rigueur et imagination ce cadre décisionnel sclérosé qui bloque le chemin vers la transition énergétique.

L’aléa climatique brise le mythe de la croissance infinie

31Un approvisionnement énergétique propre, fiable et sécuritaire, à coût équitable pour tous restera une condition primordiale de la qualité de vie et de la santé de toute communauté. Les citoyens sont incontestablement les premiers visés par les décisions qui touchent leurs communautés à cet égard. L’aléa climatique s’invite désormais dans le cadre décisionnel des investissements énergétiques et change les règles du jeu.

32L’évolution technologique reste bien au cœur des enjeux énergé­tiques, et l’industrie fossile comme les réseaux électriques n’y échappent pas. Le paradigme unidirectionnel d’un modèle de production centralisée dominé par une demande déterministe en croissance continue et un critère de capacité à « rencontrer » la pointe annuelle future est battu en brèche sur tous les continents. Le paradigme bidirectionnel et décentralisé du smart grid apporte les moyens d’assurer autrement l’équilibre entre l’offre et la demande dans le réseau de distribution et il constitue une vraie solution de remplacement au modèle de planification monolithique d’hier. Le smart grid stimule les synergies de proximité à l’intérieur des réseaux énergétiques régionaux : des sources d’énergie propre, des systèmes passifs, une meilleure efficacité énergétique répondent localement aux besoins énergétiques par l’intermédiaire de réseaux de télécommunication et d’électrotechnologies permettant une gestion active de la demande et de l’offre locales. Le modèle se décline selon des architectures inédites où coopèrent diverses technologies ; il redéfinit radicalement les tenants et les aboutissants des cadres d’investissements, de planification et d’exploitation des infrastructures énergétiques (Saulnier, 2011, 2012, 2013a et 2013b).

  • 3  Aux pages 318 à 336 de la référence, la méthodologie de calcul du coût de production de nouveaux a (...)

33Au sens de l’éthique intergénérationnelle, il s’agit désormais de se donner les outils d’aide à la décision qui permettent de comparer équita­blement – à partir d’une caractérisation établie sur la base de critères technico-économiques rigoureux – les projets d’investissements destinés aux nouveaux approvisionnements énergétiques en fonction de leur moindre impact environnemental et climatique (Saulnier et Reid, 2009)3.

34Un cadre d’analyse d’investissements énergétiques multicritères peut seul révéler la valeur sociétale du déploiement structuré de scénarios de transition permettant de reconnaître au paradigme décentralisé de type smart grid une légitimité technologique que le paradigme centralisé et les biais culturels d’un demi-siècle d’habitudes lui refusent obstinément. L’éthique intergénérationnelle exige désormais un examen rigoureux des impacts des filières pour établir des règles d’investissements responsables dans des infrastructures énergétiques structurellement viables. Dans cette évolution inévitable de la manière de concevoir l’architecture, l’ingénierie, la planification et l’exploitation de réseaux énergétiques, l’analyse du cycle de vie, du « berceau au tombeau », des filières thermiques fossiles et fissiles ne permet pas d’écarter la possibilité qu’elles soient devenues, structurelle­ment, des culs-de-sac à tous égards à l’horizon 2050.

35Pour ancrer cette perspective dans la dure réalité physique des sources d’énergie, il faut aborder les tenants et les aboutissants technico-économiques des filières de production par l’intermédiaire de l’électricité. Celle-ci constitue le vecteur d’intégration privilégié de toutes les filières énergétiques en raison des ramifications de son réseau partout sur le terri­toire et de son incomparable souplesse à s’intégrer à tous les procédés et usages de l’énergie. Ces qualités sont cependant tributaires des caractéris­tiques intergénérationnelles propres à toute source d’énergie.

La chaîne d’approvisionnements énergétiques : sources d’énergie, énergie de flux, énergie de stocks, énergie primaire, énergie utile et… électricité

36L’électricité n’est pas « attachée » à une source d’énergie particulière ; l’électricité est un vecteur énergétique. Le réseau électrique achemine la production des centrales qui y sont raccordées pour le transport ou la distribution. Or, chaque centrale électrique doit s’alimenter à un carburant source particulier : l’eau pour une centrale hydroélectrique, le pétrole, le charbon, le gaz ou un matériau fissile pour une centrale thermique, le vent pour une centrale éolienne, la réduction de la consommation pour les négawatts, etc. Une centrale convertit son carburant source en électricité que le réseau électrique acheminera jusqu’à la maison, au commerce et à l’usine, selon les caractéristiques locales, régionales ou mondiales de la demande du moment.

  • 4  Pour le secteur de l’électricité, les exemples sont surtout tirés du contexte nord-américain ; au (...)

37Mais les carburants source ne naissent pas tous égaux. Deux exem­ples serviront à illustrer les notions d’énergie primaire et de chaîne d’ap­provisionnements en carburants, essentielles à la discussion sur la valeur intergénérationnelle des investissements énergétiques4.

38Une éolienne exploite un flux d’énergie déterminé par la climatologie du site ; sa chaîne d’approvisionnements en carburants est courte ; l’énergie cinétique du vent, captée par son hélice, est transformée en électricité, sur place, par un système de conversion mécanique-électrique situé dans sa nacelle. L’électricité produite par l’éolienne est rendue disponible au point de raccordement au réseau et constitue de facto l’énergie primaire livrée par la centrale éolienne au réseau. L’énergie cinétique prélevée au fil du vent par une éolienne est régénérée par le vent qui balaie le territoire et reste disponible pour d’autres turbines situées en aval.

39Une centrale diesel, elle, consomme de l’énergie stockée sous forme de carburant raffiné. Ce carburant raffiné représente de facto l’énergie pri­maire qui alimente la centrale diesel. L’électricité rendue disponible par la centrale diesel au point de départ de son raccordement au réseau électrique représentera, au mieux, la moitié de la valeur calorifique (l’énergie pri­maire) du carburant consommé. Une fois consommé, c’est un stock d’hy­drocarbures qui a, irréversiblement, « disparu » de l’inventaire planétaire. Ce carburant extrait d’un sous-sol géologique a requis de multi­ples apports énergétiques à tous les stades de la chaîne d’approvisionnements : exploration, extraction, exploitation, conditionnement, transport, raffi­nage, acheminement vers les marchés de gros et distribution aux clients ul­times. Ces apports énergétiques indissociables doivent être comptabilisés pour établir les bilans énergétique et environnemental complets de son parcours, depuis son réservoir géologique de départ jusqu’à l’énergie pri­maire consommée par la centrale thermique.

40En toute rigueur, cette comptabilité « énergie » inclura derricks, usines de traitement, pipelines, fuites, pompes, raffineries, réservoirs, ports pétroliers, et l’acheminement à la centrale sans oublier la centrale diesel elle-même. Dans le cas de la centrale éolienne, la quincaillerie se résume à tout ce qui participe de la fabrication des turbines et de leur installation. Ce sont là deux chaînes d’approvisionnements bien différentes sur le plan de leur logistique de mise en œuvre et de leurs impacts environnementaux sur le territoire. Ces notions sont essentielles pour caractériser rigoureu­sement la valeur intergénérationnelle des différents gisements de res­sources énergétiques en vue de décisions structurantes à long terme. Le démantèlement des infrastructures de la chaîne d’approvisionnements constitue également un élément capital du cadre financier des filières.

41Le cas des parcs nucléaires exige une lisibilité sans faille à l’égard des garanties financières liées notamment à l’aval de la filière. Au-delà du « grand carénage » et de la mise à niveau post-Fukushima du parc nucléaire français, restent les questions liées à la sûreté de la gestion des matériaux irradiés et des carburants fissiles usés, au démantèlement et au remplacement inévitable du parc nucléaire. Cela représente des masses d’investissements publics et privés qui, sur le plan intergénérationnel, posent clairement la question de la substituabilité (Assemblée nationale française, 2014). L’écrasante portée de ces décisions milite en faveur d’un examen public exhaustif de leur coût d’opportunité complet par rapport au financement de scénarios de transition/substitution qui apparaissent sur le plan social plus prudents, plus sûrs, plus flexibles et plus ouverts à tous égards.

L’EROI (energy return on investment) des gisements énergétiques

42L’EROI est un indicateur physique qui représente le rapport entre l’éner­gie primaire totale livrée sur le marché par un projet d’exploitation d’un gisement énergétique donné et l’énergie requise pour rendre disponible ce volume d’énergie primaire sur les marchés. On conviendra qu’un projet d’EROI égal à 1 constitue un inutile gaspillage de ressources puisque, pour livrer sur le marché un volume d’énergie donné, il en aura fallu autant pour parvenir à l’y acheminer. L’EROI est indicatif de la qualité de chaque gisement exploité, une réalité pour toutes les filières de production. L’EROI de l’éolien peut varier de 35 à 70 selon la qualité du gisement (Enercon, 2012 : 14). L’EROI de l’extraction des gisements pétroliers des États-Unis est passée de 100 à 10 entre 1930 et 2005 (Saulnier, 2013a) : il faut désormais forer plus pour trouver toujours moins – c’est la loi des rendements décroissants qui n’épargne aucune entreprise d’exploitation des ressources naturelles ni aucune filière, même renouvelable.

43Rien ne va plus pour l’EROI de l’industrie extractive des hydro­carbures : épuisement graduel de la productivité des grands réservoirs (-4 à -5 % par an), destruction irréversible de réservoirs non conventionnels terrestres par des densités de forage et des procédés de fracturation intrusifs/toxiques ne permettant de récupérer que de 1 à 3 % des stocks, accès difficile en mer à des profondeurs croissantes, impacts environne­mentaux majeurs (Nelder, 2012).

44L’EROI est à la physique ce que le ROI (Return on Investment) est à la finance. Le ROI, qui servira ici d’avatar pour son cousin le Taux de rendement interne (TRI), représente le rapport entre la valeur actualisée nette (VAN) des revenus produits sur la vie d’un projet et l’investissement initial. Un ROI plus grand que 1 signifie qu’un projet, en première approximation, couvre ses coûts.

45Le ROI du lobby extractif, aujourd’hui comme en 1849, repose sur le free mining. Le cadre business as usual du ROI exclut la dimension du cycle de vie inscrite au cœur de l’EROI et révèle la courte vue du ROI. L’ampleur et la durée des spoliations sur les territoires convoités par la ca­ra­vane des foreurs du schiste n’apparaissent qu’une fois leur fait accompli ; au trésor public de s’occuper des sites orphelins et des impacts délétères d’un cadre d’autorisation complice de la dégradation du territoire.

L’EROI et l’éthique intergénérationnelle : vers une comptabilité du cycle de vie des filières énergétiques

46L’EROI révèle l’incapacité générique du ROI à intégrer les coûts sociaux croissants de l’exploitation de gisements de ressources naturelles. Et le ROI occulte nombre d’éléments de coûts sociaux. Par sa perspective phy­sique, l’EROI illustre l’importance d’un modèle de comptabilité multi­critères pour redynamiser l’analyse de la valeur intergénérationnelle des investissements du secteur énergétique et accroître la transparence du coût réel de l’énergie sur les marchés.

47Au Québec, par exemple, la filière éolienne est la seule dont le coût de démantèlement est exigé dans l’évaluation du coût de fourniture d’un projet de production. La nature pérenne du fabuleux gisement éolien qué­bécois se trouve curieusement récompensée quand l’extraction des res­sources héritées du temps géologique profite en même temps de privilèges exclusifs sur l’usage de toutes les ressources vitales du territoire (eau, sol, air, faune et flore) en laissant dans son sillage des territoires dévastés. La notion d’obsolescence planifiée doit bien avoir une limite.

48Un indicateur d’émissions nominales de GES (GESROI) pèserait lourd dans la balance de projets d’extraction si des pénalités financières reconnaissaient la réalité du coût de leurs impacts sociaux. Bien d’autres indicateurs de mérite environnemental doivent participer à la hiérarchi­sation responsable des filières énergétiques au regard des investissements financiers et des ressources qu’ils mobilisent : consommation d’eau, pollutions/émissions en amont et en aval de la chaîne d’approvisionne­ments en ressources, performance du procédé d’utilisation finale de l’énergie, sûreté des procédés, garanties logistiques en cas d’imprévus, etc. Seule une caractérisation robuste du cycle de vie complet peut garantir un déploiement responsable des filières de production et d’utilisation de l’énergie.

49Les 16 principes inscrits dans la Loi sur le développement durable du Québec (MDDEFP, 2006) suggèrent qu’autant d’indicateurs de per­formance spécifiques doivent intégrer l’examen de pertinence de tout projet à caractère énergétique. C’est la base incontournable d’une compa­rai­son efficace et équitable des projets énergétiques, conduisant à des décisions d’investissements cohérentes et à une solide culture énergétique commune des citoyens.

L’éthique intergénérationnelle et la tarification de l’énergie…

50Au siècle dernier, les coûts de la mise en œuvre des grands chantiers d’élec­trification se sont intégrés dans la base tarifaire de l’électricité en vertu du fait que les actifs de production, de transport et de distribution mis en service étaient reconnus comme ayant été prudemment acquis pour l’inté­rêt général. C’est par ce mécanisme tarifaire équitable (pour tous les abon­nés qui y trouvaient leur compte) et efficace (risque financier réduit, donc coût de capital faible) que la révolution énergétique de la fée Électricité s’est accomplie.

  • 5  Gipe, Paul, Wind-works. Site répertoriant l’état de la tarification FIT associée à la transition é (...)

51C’est ce même outil tarifaire qui a permis le déploiement industriel des filières de production comme l’éolien et le photovoltaïque depuis trente-cinq ans. Cet outil financier, ce sont les Feed-in Tariffs (FIT). Le Danemark, l’Allemagne, l’Espagne, la France5 ont adopté les FIT pour des projets raccordés au réseau de distribution, et le plus souvent financés par des coopératives, des regroupements communautaires, des municipalités, etc. La France utilise le vocable tarifs efficaces et équitables, un référent aux attributs évolutionnistes des FIT (Chabot et Saulnier, 2008).

52Un FIT reconnaît à une technologie émergente le privilège de s’intégrer aux réseaux énergétiques du territoire et de bénéficier d’un tarif d’achat garanti par l’État par des lois et règlements habilitants reconnais­sant leurs mérites. Le FIT est déterminé de manière à permettre aux investisseurs de rentabiliser leur capital en raison du fait qu’il apporte une valeur ajoutée à l’autonomie et à la sécurité des approvisionnements, à la stabilité des approvisionnements et des tarifs à long terme, grâce à la mise en œuvre de technologies à faible impact climatique. Les FIT peu­vent s’appliquer à tout type de projet énergétique, tant du côté de l’offre que de celui de la demande ; des projets d’efficacité énergétique dans le bâti­ment peuvent s’en prévaloir. Le FIT est consenti à des filières pro­metteuses selon des termes adaptés aux technologies, aux lieux de projet et au stade de développement industriel selon les visées du déploiement. Un FIT ne constitue en aucune manière un privilège permanent. Le cadre d’applica­tion du FIT prévoit que l’expansion des marchés pour les techno­logies qui en bénéficient entraînera des économies d’échelle qui se tradui­ront par des coûts de production à la baisse, de sorte que le FIT est retiré dès qu’une technologie est jugée suffisamment mature dans son marché de compétition.

53Le caractère universel du FIT exige cependant un cadre d’examen technico-économique rigoureux et cohérent des projets. Il reviendrait à une régie de confirmer l’admissibilité d’un FIT dans la base tarifaire de l’électricité, en vertu du principe de tarification efficace et équitable consen­tie à une technologie émergente viable. Ce puissant outil financier a démontré sa capacité à transformer les infrastructures énergétiques à tra­vers le monde et il constitue un instrument financier simple mais magistral dans la lutte contre les changements climatiques.

54À l’heure où le marché mondial du carbone reste engourdi dans des négociations pénibles, le FIT, universel, transparent, lisible, flexible et par­faitement équitable sur les plans sociétal et juridique, constitue un puissant instrument d’allocations de ressources ; il permet à un État de donner des preuves concrètes, comptables, de son engagement envers la construction d’un avenir énergétique responsable.

L’âge de pierre ne s’est pas terminé faute de matière première…

55L’âge fossile entre dans son déclin. Son âge d’or aura duré trois générations à peine. La hausse accélérée des prix des produits pétroliers parle de la réalité de l’épuisement graduel des gisements exploitables, d’une explora­tion pétrolière à haut risque, d’un marché pétrolier de plus en plus impré­visible et d’un lobby pétrolier qui cherche désespérément à entretenir l’insoutenable. La menace de rationnements pétroliers couve ; elle invite à une discussion décisive pour l’avenir des nations. Continuer de croire que le pétrole fait partie des solutions mène à un cul-de-sac évolutionniste.

56La transition énergétique est désormais un passage obligé ; les tech­­niques, les outils, les modalités et les savoir-faire permettant de s’y engager sont connus et maîtrisés. Le monde a tout à y gagner. Certaines juridic­tions possèdent des atouts dont une majorité de nations ne peuvent que rêver, mais partout doivent s’ouvrir les chantiers de la transition énergé­tique, plus flexible et interactive, plus décentralisée et viable, plus efficace et équitable, plus juste pour les générations montantes.

57Au départ, il importe de revoir le cadre logique des mécanismes d’autorisation des grands projets d’investissements à caractère énergétique. Les citoyens ne doivent plus permettre que des décisions à long terme continuent d’être prises derrière des portes closes en vertu de privilèges immérités et de chorégraphies qui ont fait leur temps.

58La transition énergétique passe par des politiques cohérentes dans leur vision à long terme, des programmes habilitants et conséquents, et par des règlements de mise en œuvre rigoureux. Les règles de droit et l’esprit des lois doivent intégrer dans tous leurs objets, tous domaines confondus, une prise en compte de l’éthique intergénérationnelle dans le changement de cap qui s’impose aux planificateurs des infrastructures énergétiques. Ces changements ne peuvent se concrétiser sans la volonté citoyenne de les faire advenir, sans des politiques énergétiques animées par la nécessité objective d’opérer la transition et sans une volonté politique de repenser la destination.

59C’est la seule garantie qui puisse témoigner un jour du fait que des décisions responsables en matière d’investissement public ou privé auront été prises au regard d’une éthique intergénérationnelle incarnée dans la réa­lité organique du vivant. Tous les citoyens doivent engager les législa­teurs, les régulateurs et tous les élus à mettre en œuvre la transition énergé­tique et à construire la culture énergétique intergénérationnelle que récla­ment de plein droit nos enfants, nos petits-enfants et les leurs.

Haut de page

Bibliographie

Assemblée nationale française (2014), Commission d’enquête relative aux coûts passés, présents et futurs de la filière nucléaire, comptes rendus no 16 et 24, [En ligne], [http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cenucleaire/13-14/index.asp], (14 mars 2014).

Association Négawatt et al. (2012), Manifeste Négawatt, Actes Sud – Domaine du possible, [En ligne], [http ://www.negawatt.org], (15 octobre 2013).

Chabot, Bernard (2013), « New IEC3A wind turbines – Bright strategic and economic perspectives for onshore wind in medium to low wind speed areas », WindTech International, vol. 9, no 6, p. 24-27, [En ligne], [http://www.windtech-international.com], (15 octobre 2013).

Chabot, Bernard, et Bernard Saulnier (2008), « Des tarifs efficaces et équita­bles applicables à l’électricité éolienne au Québec ? Pourquoi ? Com­ment ? », 7e Forum québécois sur l’électricité, Montréal, 12-13 mai.

Enercon (2012), « Scientific proof of sustainability ; Enercon receives certificate for life-cycle assessment », WindBlatt, no 02/12, p. 14, [En ligne], [http://www.enercon.de/en-en/205.htm], (15 octobre 2013).

Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) (2013), Approved Summary for Policymakers, Twelfth Session of Working Group 1, 27 septembre, [En ligne], [http://www.climatechange 2013.org/images/uploads/WGIAR5-SPM_Approved27Sep2013.pdf], (15 octobre 2013).

Hohmeyer, Olav (1988), Social Costs of Energy Consumption, Berlin, Springer-Verlag.

HQ-Distribution (2013),Coûts évités, Régie de l’énergie du Québec – Dossier R-3854-2013, pièce B-0017, 2 août, Tableau 2, p. 8, [En ligne], [http:// publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/222/DocPrj/R-3854-2013-B-0017-Demande-Piece-2013_08_02.pdf], (14 mars 2014).

Kraemer, Susan (2012), Wind Power Storage Keeps Alaska Out of the Cold, SmartGrid Update, [En ligne], [http://analysis.smartgridupdate.com/end-use/wind-power-storage-keeps-alaska-out-cold], (15 octobre 2013).

Lawrence Livermore National Laboratory (2013), Estimated US Energy Consumption 2012, diagramme de Sankey, mai,[En ligne], [https://flowcharts.llnl.gov/content/energy/energy_archive/energy_flow_2012/2012new2012newUSEnergy.png], (14 mars 2014).

Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) (2006), Loi sur le développement durable, chapitre II, article 6, Les principes, doc 6782-08-06, [En ligne], [http://www.mddefp.gouv.qc.ca/developpement/principes.pdf], (15 octobre 2013).

Nelder, Chris (2012), « The last Sip », The Energy Futurist, [En ligne], [http://www.smartplanet.com/blog/the-energy-futurist/the-last-sip/], (15 octobre 2013).

Saulnier, Bernard (2011), Analyse des variantes de jumelage éolien-diesel pour la conception, la planification et l’exploitation des réseaux autonomes du Québec : principes, balisage de projets, perspectives et recommandations, Expertise réali­sée pour le Regroupement national des conseils régionaux de l’environ­ne­ment du Québec (RNCREQ), 19 avril, [En ligne], [http://publicsde.regie-energie.qc.ca/projets/12/DocPrj/R-3748-2010-C-RNCREQ-0015-PREUVE-RAPPEXP-2011_04_19.pdf], (15 octobre 2013).

Saulnier, Bernard (2012), Enjeux technico-économiques sur les marchés de l’énergie, 11 janvier, [En ligne], [http://www.collectif-scientifique-gaz-de-schiste.com/images/pdf/CC_CSGDS_no3_Saulnier_11_jan_2012.pdf], (15 mars 2014).

Saulnier, Bernard (2013a), Pétrole, grenouilles et bœufs ; un regard sur les marchés pétroliers, janvier, [En ligne], [http://www.collectif-scientifique-gaz-de-schiste.com/images/pdf/CSGDS_Saulnier_KN_30_jan_2013.pdf], (15 octobre 2013).

Saulnier, Bernard (2013b), Dérives tarifaires, mémoire déposé à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, 1er octobre, [En ligne], [http://consultationenergie.gouv.qc.ca/memoires/20131001_222_Bernard_Saulnier_M.pdf], (15 octobre 2013).

Saulnier, Bernard, et Real Reid (2009), L’éolien – au cœur de l’incontournable révolution énergétique, Québec, Multimondes, [En ligne], [http://www. multim.com], (15 octobre 2013).

Tamburri, Rosanna (2013), « Un procès impliquant l’industrie du tabac met en lumière le rôle controversé de certains historiens », Affaires universitaires,2 octobre, [En ligne], [http://www.affairesuniversitaires.ca/un-proces-impliquant-industrie-du-tabac-met-en-lumiere-le-role-controverse-de-certains-historiens.aspx], (15 octobre 2013).

Haut de page

Notes

1  Le professeur Olav Hohmeyer est l’un des pionniers de la mise en place de la bourse du carbone en Europe ; il est membre du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC).

2  L’annexe 1 (p. 49-52) établit la chronologie de 1986 à 2002 des activités en jumelage éolien-diesel chez Hydro-Québec.

3  Aux pages 318 à 336 de la référence, la méthodologie de calcul du coût de production de nouveaux approvisionnements en électricité est appliquée à la comparaison, à service équivalent, entre des cen­trales éolienne et hydroélectrique qui ont la même productivité annuelle.

4  Pour le secteur de l’électricité, les exemples sont surtout tirés du contexte nord-américain ; au besoin, le lecteur aura soin de les transposer à sa réalité en prenant note du fait que la demande électrique du Québec est assurée principalement par la filière hydraulique et celle des États-Unis par la filière thermique (charbon, gaz et nucléaire).

5  Gipe, Paul, Wind-works. Site répertoriant l’état de la tarification FIT associée à la transition énergétique sur tous les continents : http ://www.wind-works.org/cms/index.php ?id=200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Saulnier , « Énergie : l’éthique intergénérationnelle face à l’impasse fossile », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 1 | 2014, mis en ligne le 16 août 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1402 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1402

Haut de page

Auteur

Bernard Saulnier

Diplômé de l’École Polytechnique de Montréal (génie physique, 1973), Bernard Saulniercumule quarante années d’expérience professionnelle consacrées aux problématiques d’intégration des sources d’énergies renou­velables dans les réseaux énergétiques. Chercheur à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec de 1977 à 2006, il a dirigé un projet de démonstration de la faisabilité de la technologie de jumelage éolien-diesel à haute péné­tra­­tion sans stockage ; en 1999, une première application commerciale de cette technologie a été réalisée à l’île Saint-Paul, en Alaska. Ce projet a débouché sur la caractérisation technico-économique de l’intégration de la filière éolienne dans le réseau électrique québécois et a donné lieu à de nombreux travaux de modélisation liés à l’intégration de la production éolienne dans le réseau de transport et de distribution. Depuis 2006, Bernard Saulnier se consacre à des activités d’éducation scientifique liées aux enjeux énergétiques, en répondant à des demandes d’expertises professionnelles et en réalisant divers projets d’écriture, de conférences et d’enseignement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals