Navigation – Plan du site
De quelques enjeux des pratiques et alternatives actuelles

Regards croises sur l’économie sociale et la responsabilité sociale des entreprises

Myriam Michaud et Luc K. Audebrand

Résumés

Les valeurs et les principes de l’économie sociale (ÉS) semblent s’arrimer naturellement aux principes de la responsabilité sociale des en­tre­prises (RSE), voire en constituer une certaine garantie. Un examen plus attentif de la RSE en contexte d’ÉS permet toutefois de nuancer ce por­trait. D’une part, des critiques s’élèvent à l’égard du bilan social de l’ÉS ; on peut se demander si ses principes permettent d’atteindre les objectifs de la RSE et dans quelles mesures ils le font. D’autre part, il est permis de croire que la préoccupation grandissante relative à la RSE provoque une érosion de l’avantage concurrentiel des entreprises d’ÉS. Dans le présent article, nous traçons le portrait des convergences et des divergences entre les principes de l’ÉS et ceux de la RSE, de manière à esquisser les limites et les obstacles d’un rapprochement qui pourrait sembler aller de soi, mais qui se révèle complexe et ambigu.

Haut de page

Texte intégral

1Les valeurs de l’économie sociale (ÉS) semblent s’arrimer naturelle­ment aux principes de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). En plaçant l’humain au cœur de son action, l’ÉS fait preuve d’emblée d’une forte préoccupation sociale. Puisque le rendement économique n’est pas son unique critère de réussite, elle peut faire davantage de place aux enjeux sociaux et écologiques (Novkovic, 2012). Préoccupées par la réponse aux besoins de leurs membres ou bénéficiaires et résolument ancrées dans leur territoire, les entreprises d’ÉS paraissent naturellement garantes de prati­ques éthiques et socialement responsables, voire des précurseurs dans la pratique de la RSE (Bocquet et al., 2010 ; Blanc, 2008 ; Bouchard et al., 2011 ; Haigh et Hoffman, 2014).

2Toutefois, un examen plus attentif de la RSE en contexte d’ÉS per­met de nuancer ce portrait. D’une part, il est permis de croire que la préoc­cupation grandissante envers la RSE de la part des entreprises privées capitalistes provoque une érosion de l’avantage concurrentiel des entreprises d’ÉS (Persais, 2012 ; Van der Yeught et Bergery, 2012), car celles-ci ont davantage de ressources que les entreprises d’ÉS pour transformer leurs efforts en attrait commercial. D’autre part, et d’une manière plus fondamentale, des critiques s’élèvent à l’égard du bilan social des entreprises d’ÉS. Certains mettent en doute leur capacité à redis­tribuer la richesse, à lutter contre le « plafond de verre », à améliorer les conditions de travail de leurs employés ; d’autres craignent qu’elles créent une « économie de la pauvreté » qui servirait de caution au retrait des res­ponsabilités de l’État-providence (Boivin et Fortier, 1998). Dans le contexte actuel, où de plus en plus d’entreprises privées traditionnelles amorcent ou déploient des pratiques revendiquées comme responsables, où se situe l’avantage comparatif des entreprises d’ÉS en matière de responsabilité sociale ?

3Pour apporter des éléments de réponse à cette question, le présent article trace le portrait des convergences et des divergences entre les principes de l’ÉS et de la RSE. D’une part, nous examinons les principes et les pratiques de l’ÉS au regard des engagements de la RSE sur les plans économique, social et écologique. D’autre part, nous considérons les pratiques de RSE des entreprises privées capitalistes à l’aune des principes de l’ÉS. À cette fin, nous ferons appel à la typologie de Alain-Charles Martinet et Marielle A. Payaud (2008), qui met en évidence certaines formes particulièrement engagées de responsabilité sociale.

4Cette réflexion croisée nous permet d’évaluer dans quelle mesure les principes de l’ÉS permettent aux entreprises qui s’en réclament de se situer à l’avant-garde des pratiques de RSE (Blanc, 2008). Ce faisant, nous dégageons certains traits distinctifs des entreprises d’ÉS au regard des enjeux éthiques fondamentaux mis en évidence par la RSE. Nous souhaitons ainsi contribuer à la réflexion actuelle sur l’apport particulier de l’ÉS à un projet de société plus juste et équitable (Frémeaux, 2011), convaincus que celui-ci passe notamment par une réappropriation des structures économiques par et pour l’ensemble des citoyens.

RSE, DD et ÉS : définition de quelques concepts-clés

5La notion de RSE résulte d’une réflexion sur le rôle et la place de l’entre­prise dans la société. Fondées sur des conceptions différentes de la société et de la relation qu’entretient l’entreprise avec elle (Garriga et Melé, 2004 ; Gond et Mullenbach-Servayre, 2004), les approches théoriques de la RSE se concluent en général par l’idée que la société a certaines attentes envers les entreprises et que celles-ci doivent y répondre, en tout ou en partie (Lauriol, 2004). Or, actuellement, ces attentes se cristallisent dans la notion de développement durable (DD), dont l’atteinte des objectifs devient en bonne partie le but des entreprises dites socialement respon­sables (Van der Yeught et Bergery, 2012). Ainsi, dans sa plus simple expression, la RSE peut être définie comme la « transposition aux entre­prises de la logique du développement durable » (Blanc, 2008 : 3).

6Depuis le rapport Brundtland, l’idée que le développement doit répondre « aux besoins du présent sans compromettre la capacité des géné­rations futures de répondre aux leurs » (CMED, 1987 : 51) a fait son chemin. Le schéma bien connu met en relation les sphères économique, sociale et environnementale. Ainsi, une entreprise ou une initiative « du­ra­ble » l’est d’abord sur le plan économique, la rentabilité ou le profit étant la condition d’une durabilité dans le temps. Elle répond aux attentes de la société par des actions philanthropiques ou par un engagement social et elle respecte les droits des travailleurs en les traitant avec dignité et justice (Pfeffer, 2010). Enfin, elle entreprend des actions pour réduire son em­preinte écologique.

7La notion d’ÉS, tout comme celle de RSE, souffre d’une identité floue à plusieurs égards (Defourny et Mertens, 1999 ; Gendron et Gagnon, 2011) et sa conceptualisation est en constant renouvellement (Dacheux et Goujon, 2011). De surcroît, les notions d’économie solidaire et d’entreprise sociale, de plus en plus présentes dans la littérature et dans la pratique, en rendent la définition encore plus difficile (Demoustier et al., 2006). Néanmoins, au cœur de cette notion, on retrouve l’idée par­tagée que l’ÉS œuvre à une mission sociale, au service de laquelle elle met une mission économique, qui lui est subordonnée et qui est considérée comme un moyen (Defourny, 2005 ; Defourny et Mertens, 1999).

8Au Québec, l’ÉS est circonscrite selon trois critères : le statut juridi­que de l’entreprise (les coopératives, les mutuelles et les organismes sans but lucratif producteurs de biens et services), sa mission, qui place l’écono­mique au service du social, et sa volonté de respecter certains principes éthiques (Bouchard, Cruz-Filho et Saint-Denis, 2011). Au terme d’une vaste étude théorique et empirique, Marie J. Bouchard, Paulo Cruz-Filho et Martin Saint-Denis (2011) formulent ainsi ces principes, qui sont en même temps des critères de définition de l’ÉS : production organisée de biens ou de services, distribution limitée ou interdite des excédents, hybri­dation des ressources, autonomie par rapport à l’État ou à ses partenaires, gouvernance démocratique et, finalement, rentabilité sociale.

9Bien que la RSE et l’ÉS « ne sont ni de même nature, ni du même monde » (Blanc, 2008 : 4), les critères de la RSE peuvent être appliqués aux entreprises d’ÉS, dans la mesure où celles-ci sont avant tout des entre­prises (Bouchard, Cruz-Filho et Saint-Denis, 2011). Cette conception de l’ÉS en tant qu’entreprise est présupposée dans le présent article puis­qu’elle nous permet de comparer deux formes d’organisations qui se parta­gent le terrain économique (Leroux, 2013) et qui se positionnent, par leurs principes et leurs pratiques, de manière différente par rapport aux questions éthiques imposées par les objectifs du DD.

Les entreprises d’ÉS à l’aune des principes de la RSE

10Selon certains, les entreprises d’ÉS entretiennent d’emblée, par leurs struc­tures, leurs principes et les valeurs qui les sous-tendent, des affinités naturelles avec les objectifs du DD et, partant, de la RSE, qui en est le pen­dant managérial (Boquet et al., 2010 ; Blanc, 2008 ; Gendron et Gagnon, 2011 ; Gertler, 2006 ; Bouchard et al., 2011). De fait, l’ÉS, dont le fondement même est de mettre la réussite économique au service de la mission sociale, semble concilier d’emblée ces deux pôles, que l’entreprise privée ne parvient à réconcilier que difficilement. Il est toutefois permis de se demander dans quelle mesure il y a une réelle relation de congruence entre les principes et les pratiques de l’ÉS et ceux du DD, voire s’ils en constituent l’opérationnalisation (Gendron et Gagnon, 2011). Peut-on aller jusqu’à poser certains principes de l’ÉS comme garantsd’un déve­loppement juste et durable pour l’entreprise et la société ?

L’axe économique

11Tout comme l’entreprise privée, l’entreprise d’ÉS doit générer des revenus pour survivre. La différence fondamentale se situe dans la manière dont sont utilisés ces revenus. En effet, le principe de la distribution limitée ou interdite des excédents implique que les trop-perçus des entreprises d’ÉS doivent être réinvestis dans l’entreprise pour en améliorer la structure ou les services, redistribués à ses membres (par l’intermédiaire de ristourne calculée au prorata de l’utilisation des services de la coopérative plutôt qu’au regard de l’investissement financier dans l’entreprise) ou réinvestis dans la communauté.

12De ce principe découle, selon certains auteurs, que la gestion d’une entreprise d’ÉS est nécessairement durable (Bodet et Lamarche, 2013 ; Birchall et Ketilson, 2009 ; Gertler, 2006 ; Harris, 2004). En effet, la logi­que de redistribution devrait induire naturellement une gestion durable et créer de la cohésion sociale (Dacheux et Goujon, 2014), tournées vers le bien-être et l’enrichissement de la collectivité. De plus, la gouvernance de ces entreprises, orientée démocratiquement par les membres, devrait les porter à prendre des décisions bénéficiant à l’ensemble de la collectivité. On imagine mal, par exemple, les membres d’une coopérative de travail exiger la délocalisation de l’entreprise qui leur fournit un emploi (Blanc, 2008).

13La distribution limitée des excédents n’est toutefois pas une formule magique garantissant une redistribution égale de la richesse. Par exemple, rien n’empêche les gestionnaires de coopératives ou d’organismes sans but lucratif de demander – et d’obtenir – des primes ou des salaires impor­tants. Dans la mesure où ces entreprises se frottent parfois aux entreprises privées dans un secteur commun (Persais, 2012), elles doivent demeurer concurrentielles sur le marché de l’emploi : les entreprises d’ÉS n’évoluent pas hors du monde (Hély et Moutévier, 2013). L’idée d’une limitation du salaire des dirigeants des entreprises d’ÉS fait toutefois son chemin chez certains législateurs (Dacheux et Goujon, 2011).

14Par ailleurs, la gestion démocratique repose sur l’engagement des membres, la formation et l’information qu’ils reçoivent, la démarche parti­cipative qui précède le vote (Boquet et al., 2010). Or, on constate que les structures et l’information optimales ne sont pas toujours en place (Bisson, 2013). Il y a là un défi particulier d’éducation, d’information et de com­mu­nication dans les entreprises d’ÉS pour actualiser pleinement le poten­tiel de justice distributive que recèle leur structure démocratique.

15L’hybridation des ressources, si elle peut être considérée comme une force de l’ÉS (Dacheux et Goujon, 2011), peut également se révéler une faiblesse. De fait, la réussite économique des entreprises d’ÉS repose sou­vent sur l’engagement bénévole de leurs membres, sur des partenariats avec le gouvernement ou l’entreprise privée ou sur des subventions. Si la primauté des personnes sur le capital, incarnée par le credo « Un membre, un vote », protège l’entreprise contre toute prise de contrôle par les déten­teurs de capitaux, elle n’empêche pas la création d’une relation de dépen­dance envers les partenaires financiers, qui peuvent mettre une pression indue sur les décisions stratégiques et opérationnelles.

L’axe social/sociétal

16La responsabilité sociale d’une entreprise se mesure également à son enga­gement envers la société : son engagement dans la communauté et son soutien des populations locales, son respect des droits de la personne, des consommateurs, des travailleurs.

17Jérôme Blanc (2008) relève certaines caractéristiques de l’ÉS qui témoignent de son engagement social : l’inclusion des parties prenantes au sein même de l’entreprise, la démocratie interne, l’ancrage territorial. His­toriquement, le principe de rentabilité sociale a poussé les entreprises d’ÉS à se doter « de principes qui favorisent l’accumulation collective, le traitement équitable des travailleurs et des utilisateurs, et le réinvestisse­ment dans la communauté » (Bouchard, Cruz-Filho et Saint-Denis, 2011 : 39).

18À première vue, les entreprises d’ÉS semblent se distinguer avanta­geusement des entreprises privées en ce qui concerne les conditions de tra­vail de leurs employés. De fait, tant la Commission européenne que l’Organisation internationale du travail reconnaissent l’apport des entre­prises d’ÉS quant à la qualité, à la durabilité et au caractère inclusif
des em­plois qu’elles créent (Commission européenne, 2009 ; Blanc, 2008). Cela est particulièrement évident dans le cas des coopératives de travail, dont les employés sont également membres et collectivement propriétaires.

19Par contre, la double finalité de l’entreprise d’ÉS, à la fois sociale et économique, peut porter celle-ci à négliger la qualité des conditions de travail de ses employés. Judy Haiven et Larry Haiven (2009) remarquent, par exemple, qu’une dualité est parfois perçue par les gestionnaires entre la nature non lucrative de l’organisation et les revendications des employés pour obtenir de meilleures conditions de travail. D’ailleurs, une étude récente montre que les entreprises d’ÉS du Québec ne sont pas particu­lièrement en avance en ce qui concerne le traitement du personnel du point de vue des conditions salariales et des avantages sociaux (Comeau, 2003).

20D’aucuns nous mettent également en garde contre une interpréta­tion trop optimiste de la place des femmes dans l’ÉS (Lamoureux, 1998 ; Dussuet et Flahaut, 2012 ; Descarries et Corbeil, 2001). Par exemple, Diane Lamoureux (1998) considère que la « récupération » des tâches traditionnellement féminines (soin des enfants, des aînés et des malades, maintien du lien social) par l’ÉS se fait au détriment de l’amélioration de la situation économique des femmes, les conditions salariales étant moins avantageuses dans les entreprises d’ÉS que dans les secteurs public et para­public. D’autre part, le « plafond de verre » semble bien présent (Nicolas, 2013 ; Salgues, 2012), notamment dans certaines coopératives québécoises (Comeau, 2003).

  • 1  Voir à ce sujet la très sérieuse et très amusante étude de Damien Rousselière (2013) qui utilise l (...)

21La force et la particularité de l’ÉS tiennent essentiellement à la pré­pondérance de sa préoccupation sociale, qui s’inscrit souvent dans la mis­sion même de l’entreprise (Dacheux et Goujon, 2011). Contrairement au préjugé répandu, les entreprises d’ÉS n’ont pas toujours pour mission de soigner, de soulager ou d’aider les plus démunis, mais peuvent être pré­sentes dans tous les secteurs d’activité (Bouchard, Cruz-Filho et Saint-Denis, 2011). Les besoins des membres ne sont pas nécessairement « so­ciaux » ; ils peuvent être aussi divers que la création d’un emploi, l’accès à un produit ou à un service ou la création d’une structure de distribution. De ce point de vue, rien n’empêcherait, en théorie, une organisation criminelle d’adopter la formule coopérative1 ! Il y a donc lieu de nuancer l’idée reçue selon laquelle ÉS est synonyme d’activité altruiste : rien dans ses principes ne mène automatiquement à une entreprise qui se consacre au soin d’autrui.

22Néanmoins, l’ÉS contribue de façon particulière à la société en participant à un renouvellement, voire à une radicalisation de la démo­cratie (Neamtan, 2003 ; Lévesque, 2003), ce qu’aucune entreprise lucra­tive ne peut revendiquer sérieusement (Blanc, 2008 : 12). La parti­cipation citoyenne aux instances ou à la vie démocratique et associative des entre­prises d’ÉS peut améliorer la vie démocratique de la société elle-même puisque, d’une part, une éducation continue et concrète y est diffusée et que, d’autre part, des espaces de proximité y sont créés (Boquet et al., 2010),à l’intérieur desquels les membres peuvent exprimer leur vision du monde, voire participer à la construction d’un monde meilleur par l’inter­médiaire de l’entreprise dont ils sont sociétaires (Dacheux et Goujon, 2014 ; Harris, 2004). La vitalité démocratique au sein de l’ÉS demeure toutefois fragile ; elle demande à être constamment stimulée (Fonteneau et Gijselinckx, 2010). Contentons-nous ici de noter que son affirmation, fût-ce à titre d’idéal à atteindre, constitue en soi, pour autant qu’elle soit sincèrement recherchée, une contribution sociale majeure (Alperovitz, 2013).

L’axe environnemental/écologique

23En ce qui a trait aux initiatives visant à préserver l’environnement et à réduire l’empreinte écologique, il faut reconnaître qu’à première vue, rien dans la définition ou dans les principes de l’ÉS ne les aborde directement. La raison de ce silence est peut-être simplement historique : les principes au fondement de l’ÉS ont été définis bien avant que la notion de DD et son axe environnemental ne deviennent la norme.

24Les entreprises d’ÉS disposent toutefois d’un certain nombre d’accointances avec l’axe environnemental du DD. D’abord, leur ancrage territorial les incite à porter davantage attention à leur impact écologique. Ensuite, elles sont caractérisées par un mandat à long terme, un contrat social envers leur territoire local et leurs parties prenantes (Gertler, 2006). Elles sont ainsi moins susceptibles que les entreprises privées de quitter un territoire pour fuir les pressions posées par des demandes sociales pour un comportement plus responsable. Par ailleurs, les espaces publics de proximité qu’elles créent permettent de mettre en œuvre une délibération collective, se substituant avantageusement au marché « pour présider à la création d’activités conformes aux attentes locales, non délocalisables et répondant à l’intérêt général » (Dacheux et Goujon, 2014 : 149).

25Michael E. Gertler (2006) met également en lumière la plus faible dépendance des entreprises d’ÉS envers la performance financière : le « capital patient » de ces entreprises leur permettrait d’être moins à la merci de la rentabilité à court terme pour privilégier l’équité intergéné­rationnelle et les effets à long terme. Blanc (2008) rappelle aussi que l’absence de pression financière par des actionnaires permet à ces entre­prises d’être plus attentives aux demandes des autres parties prenantes, d’une part, et d’envisager avec plus de facilité la mise en œuvre de projets à forte valeur environnementale mais à faible rendement économique, d’autre part.

26De fait, on retrouve dans l’ÉS une gamme d’initiatives explicitement tournées vers des objectifs écologiques (Gallais et Paillet, 2012 ; Dacheux et Goujon, 2011) : de la gestion des matières résiduelles à la mise en place de réseaux alternatifs de transport en passant par la revalorisation de biens personnels, l’ÉS regorge de solutions novatrices et durables pour faire face au défi écologique. Alors que les organismes non gouvernementaux et locaux qui se consacrent à la défense de l’environnement adoptent souvent des stratégies de lobbying et de pression auprès des entreprises, l’ÉS adopte une stratégie complémentaire en mettant en œuvre des solutions écologiques concrètes (Blanc, 2008), permettant généralement de répon­dre en même temps à un besoin sociétal de lutte contre la pauvreté ou contre l’exclusion sociale.

27Rappelons toutefois que ni les statuts ni les principes de l’ÉS ne les contraignent à une responsabilité écologique. Ainsi, lorsque l’intérêt des membres ou la poursuite de la mission semblent être contrecarrés par des impératifs environnementaux, rien n’empêche l’entreprise de préférer les premiers aux seconds, et ce, en toute légitimité. Le processus démocra­tique en lui-même ne garantit aucune sensibilité écologique particulière, celle-ci n’étant que le reflet des préoccupations de ses membres.

La RSE à l’aune des critères de l’ÉS

28Voyons maintenant comment la RSE se mesure au regard des principes de l’ÉS, qui deviendront des critères d’évaluation de ces pratiques. Si les frontières entre les entreprises privées et les entreprises d’ÉS deviennent de plus en plus poreuses à mesure que celles-ci s’engagent dans des pro­cessus éthiques, est-ce que les entreprises d’ÉS en perdent leur particula­rité, voire leur « avantage concurrentiel » ? En contexte de RSE, que devient cet « entreprendre autrement » dont se targue l’ÉS ?

29Afin de structurer cette comparaison, nous prenons appui sur la typologie élaborée par Martinet et Payaud (2008), qui offre l’avantage de regrouper la diversité des pratiques de RSE en quatre niveaux « d’engage­ment » émanant des initiatives de RSE : la RSE cosmétique, périphérique, intégrée et Bottom of the Pyramid (BoP). Les caractéristiques de ces quatre types d’initiatives permettent une comparaison entre certaines logiques d’inclusion de la RSE dans l’entreprise privée, d’une part, et les principes de l’ÉS, d’autre part. Certains types d’engagements sont-ils de nature à supplanter l’ÉS en matière de responsabilité sociale ?

La RSE cosmétique et périphérique

30Les deux premiers niveaux, la RSE cosmétique et périphérique, permet­tent peu de points de contact entre l’entreprise privée capitaliste et l’entre­prise d’ÉS. Le premier désigne la pratique la plus légère de la RSE. Ces initiatives se contentent de respecter des conditions légales et mettent en œuvre des projets minimaux et ponctuels et de degrés variables d’en­gagement. Souvent fortement médiatisée, cette approche instrumentalise le DD et donne prise à la majorité des critiques d’écoblanchiment (greenwashing).

31Le second niveau, la RSE périphérique, caractérise les actions ayant un plus grand degré d’engagement, sans toutefois être incorporées à l’ensemble des pratiques de gestion. Il s’agit d’activités qui auraient pu être menées par n’importe quelle autre entreprise, puisque « la nature de l’action ne dépend pas des compétences de métier ou des activités de l’entreprise » (Martinet et Payaud, 2008 : 202), et qui sont, dans les faits, souvent laissées entre les mains d’un tiers ou d’une filiale (par exemple, une fondation) par l’intermédiaire de partenariats ou de subventions.

32Il est facile de montrer que ces deux types d’initiatives ne permettent pas à l’entreprise privée de se comparer favorablement à l’ÉS au regard des critères qui la définissent. Ces pratiques n’impliquent aucune remise en question du mode de gouvernance attribuant le pouvoir aux détenteurs de capitaux. Elles considèrent les activités liées à la RSE comme des pertes nettes, des dépenses « coûteuses et en rien susceptibles de créer de la va­leur économique » (Martinet et Payaud, 2008 : 210). On peut leur adres­ser les mêmes critiques qu’au mécénat et à la philanthropie : attri­bution des sommes selon la sensibilité des détenteurs de capitaux plutôt qu’en fonction des besoins, substitution à l’État quant au rôle de redistri­bution de la richesse, achat d’une « bonne conscience », relation de dépen­dance accrue entre le bénéficiaire et le donneur ou le prêteur (Draperi, 2010).

La RSE intégrée

33Certaines entreprises vont toutefois plus loin et intègrent la RSE à leurs pratiques de gestion et à leurs activités courantes. Les initiatives relevant de la RSE intégrée sont en relation directe avec les activités de l’entre­prise, que ce soit dans la gouvernance (par exemple, comité RSE au sein du conseil d’administration ayant un statut qui équivaut à celui des co­mités financiers) ou les activités mises en œuvre (par exemple, équipe d’in­tervention humanitaire liée au secteur d’activité de l’entreprise).

34Une autre manière d’intégrer la RSE au cœur de l’entreprise est d’inclure des parties prenantes externes (stakeholder) dans les décisions stratégiques. Éric Persais (2012) va jusqu’à proposer qu’une telle pratique atténue l’exclusivité du droit de propriété sur le capital, tout en apportant une validation sociale à cette propriété. De ce point de vue, certaines « en­treprises capitalistes socialement responsables » (ECSR) intégreraient des pratiques de participation aux processus décisionnels au point de rejoindre l’ÉS sur ce plan. Le partage d’information et la reddition de compte qui doivent accompagner un processus d’inclusion des parties prenantes demeurent toutefois largement problématiques pour la plupart des entre­prises capitalistes ; ils sont souvent vus comme une contrainte, alors qu’ils doivent « devenir un élément à part entière du processus de communica­tion entre l’entreprise et l’ensemble des “détenteurs d’inté­rêts” » (Persais, 2012). À cet égard, les coopératives multisociétaires (coo­pératives de soli­darité au Québec, sociétés coopératives d’intérêt collectif en France) pro­posent un modèle particulièrement innovant, qui garantit la pérennité du pouvoir des parties prenantes dans la mesure où celles-ci sont membres de la coopérative et la constituent.

35En outre, et de manière plus fondamentale, si l’octroi d’un réel pou­voir aux parties prenantes apporte un équilibre entre les droits et les devoirs de l’entreprise, les profits demeurent redistribués dans une logique de propriété privée : entre une propriété privée « atténuée » et une pro­priété collective, la différence n’est pas relative au degré, mais à la nature. Enfin, la rentabilité sociale visée par l’ÉS, qui se veut porteuse d’un projet politique d’économie alternative, est niée par l’ECSR, qui, nous semble-t-il, cherche au contraire à permettre à la logique de l’entreprise privée de se maintenir dans un contexte où les parties prenantes externes sont de plus en plus informées, mobilisées et actives.

La RSE Bottom of the Pyramid

36Penchons-nous maintenant sur un quatrième « type » d’initiative de RSE : l’engagement social de certaines entreprises, qui se tournent vers les quatre milliards d’individus dans le monde qui vivent avec moins de deux dollars par jour, constituant le Bottom of the Pyramid (BoP). Ce « mouve­ment » entrepreneurial est considéré par Martinet et Payaud (2008) comme une forme particulièrement engagée de RSE. Son pari est de repenser l’opposition entre intérêt individuel et intérêt collectif, entre capitalisme et philanthropie. Ce type d’initiative est à l’œuvre lorsque des entreprises privées capitalistes mettent en avant des innovations radicales, du point de vue de l’offre, des moyens de production ou des méthodes de distribution, pour offrir aux plus pauvres des produits et des services, souvent de première nécessité, qui leur étaient jusque-là inaccessibles. Il s’agit ainsi de voir les plus pauvres comme une « occasion d’affaires », tout en s’appuyant sur des partenariats avec les populations locales, ce qui per­met de « redessiner totalement le système d’activités et [de] le rendre éco­nomiquement viable » (Payaud, 2012 : 3).

37Sans nier les avantages de cet engagement sociétal des entreprises pour les populations les plus pauvres, nous devons souligner que les cri­tères de l’ÉS mettent en évidence certains problèmes liés à ces projets. D’une part, si les organismes, les gouvernements et les populations locales sont pris en compte et intégrés dans le processus, il est permis de se demander quelle est la part réelle de pouvoir qui leur revient. On est loin ici du principe de « double qualité » selon lequel le bénéficiaire d’un service est en même temps le sociétaire de l’entreprise qui l’offre (Draperi, 2010). Là où l’ÉS verrait un membre, la BoP voit un client. Par ailleurs, même si les populations locales disposent d’un certain pouvoir de contribution sur le projet mis en œuvre dans leur collectivité, elles n’ont aucune emprise sur l’entreprise mère. Même si « les stratégies BoP s’inscrivent dans la du­rée » (Payaud, 2012 : 3), il y a lieu de s’interroger sur ce que deviendraient ces projets exogènes d’aide au développement local si la stratégie se révé­lait soudain plus coûteuse que bénéfique : quel pouvoir décisionnel conser­veraient les « populations locales partenaires » ?

38Les retombées économiques pour les communautés qui accueillent ces initiatives sont notamment créées par les emplois rémunérés que per­mettent ces projets. Il est toutefois évident que les profits eux-mêmes ne seront pas redistribués aux bénéficiaires. Malgré toutes les améliorations qui peuvent être apportées aux structures sociétales pour accroître le pou­voir d’achat des consommateurs, l’objectif de l’entreprise BoP demeure de tirer profit de ce pouvoir d’achat. Une telle marchandisation des besoins, alors même qu’ils sont souvent vitaux, n’est pas sans poser un certain nombre de questions éthiques.

39Enfin, si les initiatives de RSE BoP sont assimilables à une certaine forme d’entrepreneuriat social (Draperi, 2010), elles ne permettent certainement pas de mettre en œuvre un projet social qui viserait à renouveler la démocratie ou à remettre en question l’ordre marchand ou la logique capitaliste. Elles en sont au contraire la réaffirmation, voire l’extension, d’une logique de production-consommation, là où une logi­que de réciprocité aurait pu être développée.

Conclusion

40Au terme de cette brève analyse comparative, les frontières entre les entre­prises d’ÉS et les entreprises privées à fort engagement dans les pratiques de RSE semblent effectivement poreuses et floues. Si les principes et les structures caractérisant l’ÉS montrent des convergences certaines avec les principes de la RSE, ils ne constituent pas toujours des garanties de pratiques innovantes en matière de redistribution de la richesse, d’amé­lioration des conditions de travail des employés ni de respect de l’environ­nement. Par ailleurs, certains types d’engagement socialement responsable rapprochent l’entreprise privée capitaliste des entreprises d’ÉS à certains égards, notamment lorsqu’ils permettent aux parties prenantes de prendre réellement part aux orientations de l’entreprise ou qu’ils proposent une redéfinition de l’aide internationale par une offre de produits et services adaptée aux besoins des individus les moins fortunés des pays en voie de développement.

41Néanmoins, notre article met également en évidence certaines caractéristiques de l’ÉS, qui lui sont exclusives et la distinguent toujours de l’entreprise capitaliste, aussi socialement responsable et engagée soit-elle : la participation à un renouvellement de la vie démocratique, la propriété collective, l’inclusion des parties prenantes au sein même de l’effectif des membres, l’ancrage territorial et social d’un projet qui émane des besoins de la volonté d’un groupe d’individus, qui veulent se donner ensemble les moyens d’y répondre. Ces traits distinctifs s’imposent comme autant de défis posés aux acteurs de l’ÉS : la participation des membres à la vie démocratique, l’inclusion de parties prenantes aux inté­rêts parfois contradictoires, l’actualisation de la mission afin qu’elle ré­ponde aux besoins des membres tout autant qu’à ceux de la commu­nauté demandent des efforts de tous les instants. Il nous semble évident que la réflexion et, surtout, l’action doivent se poursuivre pour permettre à l’ÉS de se démarquer dans un contexte où les entreprises privées capita­listes font la démonstration de leur engagement dans des démarches de RSE.

42L’engagement des entreprises privées dans une démarche de RSE est sans aucun doute souhaitable. Il pose toutefois un défi supplémentaire aux entreprises d’ÉS, qui se voient sommées de préciser à nouveau leur distinction, à leurs propres yeux tout autant qu’aux yeux de la société. Pour ce faire, est-il préférable de positionner le discours sur le terrain de l’économie de marché, de faire valoir les traits distinctifs de l’ÉS comme autant « d’arguments de vente » qui inciteraient les consommateurs, les entrepreneurs, les décideurs à accorder leur faveur aux entreprises d’ÉS ? Devrait-on plutôt enraciner plus profondément ce discours dans la construction d’un projet de société alternatif, profondément différent du modèle que nous propose le néolibéralisme économique (Alperovitz, 2013) au risque d’en effrayer plusieurs, ou plus simplement de passer pour des « tisseurs de rêve » ? L’opposition entre ces diverses options n’est peut-être pas si grande, et c’est là, certainement, l’une des forces de l’ÉS : celle-ci permet de placer les jalons d’une société alternative au sein même de la société actuelle. Néanmoins, si elle souhaite se montrer à la hauteur de l’espoir qu’elle peut susciter, elle devra continuer d’entretenir le doute nécessaire à la réflexion critique sur ses propres pratiques.

Haut de page

Bibliographie

Alperovitz, Gar (2013), What then Must We Do ?, White River Junction (VT), Chelsea Green Publishing.

Birchall, Johnston, et Lou Hammond Ketilson (2009), Resilience of the Cooperative Business Model in Times of Crisis, Genève, International Labour Organization.

Bisson, Luc (2013), Démocratie participative et rentabilité : Les composantes d’un modèle optimal de gouvernance dans les coopératives de travail, Rimouski, Cahiers de l’ARUC – Développement territorial et coopération. (Série « Recherches », no 14.)

Blanc, Jérôme (2008), « Responsabilité sociale des entreprises et économie sociale et solidaire : des relations complexes », Économies et sociétés, t. XLII, no 1, p. 55-82.

Bocquet, Anne-Marie, et al. (2010), « Économie sociale et solidaire et dévelop­pement durable : quelles spécificités pour les coopératives et les mu­tuelles ? », Géographie, économie, société, vol. 12, no 3, p. 329-352.

Bodet, Catherine, et Thomas Lamarche (2013), « Bilan sociétal »,dans Nicolas Postel et Richard Sobel (dir.), Dictionnaire critique de la RSE, Villeneuve-d’Ascq, Septentrion, p. 31-34.

Boivin, Louise, et Mark Fortier (dir.) (1998), L’économie sociale : l’avenir d’une illusion, Montréal, Fides.

Bouchard, Marie J., Paulo Cruz-Filho et Martin Saint-Denis (2011), Cadre conceptuel pour définir la population statistique de l’économie sociale au Québec, Montréal, Université du Québec à Montréal, Cahier de la Chaire de recherche du Canada en économie sociale. (Coll. « Recherche », R-2011-02.)

Bouchard, Marie J., et al. (2011), Le développement durable et la responsabilité sociétale des entreprises : un domaine où les entreprises publiques et d’économie sociale peuvent innover ?, Montréal, CIRIEC.

Comeau, Yvan (2003), La diversité du rapport salarial dans le troisième secteur au Québec, Montréal, Les Cahiers du CRISE. (Coll. « Études théoriques », ET0305.)

Commission européenne (2014), Un rôle plus important pour le secteur privé en vue de parvenir à une croissance inclusive et durable dans les pays en dévelop­pement, Bruxelles, La Commission.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) (1987), Notre avenir à tous, Montréal, Éditions du Fleuve.

Dacheux, Éric, et Daniel Goujon (2011), Principes d’économie solidaire, Paris, Ellipses.

Dacheux, Éric, et Daniel Goujon (2014), « Cohésion sociale et richesse éco­nomique : compléter l’apport d’Elinor Ostrom par une étude empirique de l’ESS », Management & avenir, no 7, p. 141-153.

Defourny, Jaques (2005), « Économie sociale », dans Jean-Louis Laville et Antonio David Cattani (dir.), Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard, p. 233-241.

Defourny, Jacques, et Sybille Mertens (1999), Le troisième secteur en Europe. Un aperçu des efforts conceptuels et statistiques, Liège, Université de Liège, Centre d’économie sociale.

Demoustier, Danièle, et al. (2006), « Débats autour de la notion d’économie sociale en Europe », RECMA – Revue internationale de l’économie sociale, no 300, p. 8-18.

Descarries, Francine, et Christine Corbeil (2001), « Femmes, féminisme et économie sociale », dans Anita Caronet al. (dir.), L’économie sociale et la lutte contre l’appauvrissement des femmes, Montréal, Relais-femmes, p. 7-15.

Draperi, Jean-François (2010), « L’entrepreneuriat social, un mouvement de pensée inscrit dans le capitalisme », Cestes-Cnam, Recma, Acte 1, février 2010, [En ligne], [http://www.recma.org/actualite/lentrepreneuriat-social-un-mouvement-de-pensee-inscrit-dans-le-capitalisme-j-f-draperi], (9 novembre 2014).

Dussuet, Annie, et Érika Flahaut (2012), « Des emplois soutenables dans les associations ? La part du genre », Cahiers du Cirtes, hors série no 2, p. 159-172.

Fonteneau, Bénédicte, et Caroline Gijselinckx (2010), « Au cœur de la coopérative : les sociétaires », Liège, Université de Liège, E-note 9, [En ligne], [https://lirias.kuleuven.be/bitstream/123456789/277578/1/ Enote_9_FR.pdf], (9 novembre 2014).

Frémeaux, Philippe (2011), La nouvelle alternative ? Enquête sur l’économie sociale et solidaire, Paris, Les petits matins/Alternatives économiques.

Gallais, Antoine, et Matthieu Paillet (2012), L’économie sociale, actrice du développement durable ?, Collection Working Paper, Think Tank européen pour la Solidarité.

Garriga, Elisabet, et Domènec Melé (2004), « Corporate social responsibility theories : mapping the territory », Journal of Business Ethics, vol. 53, nos 1-2, p. 51-71.

Gendron, Corinne, et Christiane Gagnon (2011), Développement durable et éco­nomie sociale : convergences et articulations, Montréal, Cahiers de la CRSDD. (Coll. « Recherche », no 02-2011.)

Gertler, Michael. E. (2006), Synergy and Strategic Advantage : Co-operatives and Sustainable Development, Saskatoon, Université de la Saskatchewan, Le Centre.

Gond, Jean-Pascal, et Astrid Mullenbach-Servayre (2004), « Les fonde­ments théoriques de la responsabilité sociétale de l’entreprise », Revue des sciences de gestion, no 205, p. 93-116.

Haigh, Nardia, et Andrew J. Hoffman (2014), « The new heretics : Hybrid organizations and the challenges they present to corporate sustainability », Organization & Environment, vol. 27, no 3, p. 223-241.

Haiven, Judy, et Larry Haiven (2009), « Do cooperatives protect workers’ rights ? Lessons from Canada », dansRoger Blanpainet al. (dir.), The Modernization of Labour Law and Industrial Relations in a Comparative Perspective, Alphen-sur-le-Rhin, Kluwer Law International, p. 459-471.

Harris, Andrea (2004), « Co-operative social responsibility : A natural advan­tage », dans Brett Fairbairn et Nora Russell (dir.), New Directions in Research and Practice, Saskatoon, Université de la Saskatchewan, Centre for the Study of Co-ooperatives.

Hély, Matthieu, et Pascale Moulévrier (2013), L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute.

Lamoureux, Diane (1998), « La panacée de l’économie sociale : un placebo pour les femmes ? », dans Louise Boivin et Mark Fortier (dir.), L’économie sociale : l’avenir d’une illusion, Montréal, Fides, p. 25-53.

Lamoureux, Henri (2002), « Le danger d’un détournement de sens : portée et limites du bénévolat », Nouvelles pratiques sociales, vol. 15, no 2, p. 77-86.

Lauriol, Jaques (2004), « Le développement durable à la recherche d’un corps de doctrine », Revue française de gestion, no 5, p. 137-150.

Leroux, Alain (2013), L’économie sociale : la stratégie de l’exemple, Paris, Economica.

Lévesque, Benoît (2003), « Mondialisation, démocratie plurielle, économie sociale et solidaire », Économie et solidarités, hors série, p. 103-121.

Martinet, Alain-Charles, et Marielle A. Payaud (2008), « Formes de RSE et entreprises sociales », Revue française de gestion, no 180, p. 199-214.

Neamtan, Nancy (2003), « L’économie solidaire comme radicalisation de la démocratie », Revue du MAUSS, no 21, p. 128-134.

Nicolas, Yveline (2013), « L’égalité femme-homme dans l’économie sociale et solidaire », Adéquations, [En ligne], [http://www.adequations.org/spip. php?article2056], (29 avril 2014).

Novkovic, Sonja (2012), « The balancing act : Reconciling the economic and social goals of co-operatives », dansMarie-Joëlle Brassard et Ernesto Molina (dir.), The Amazing Power of Cooperatives, Québec, Sommet international des coopératives, p. 289-299.

Payaud, Marielle A. (2012), « Les communautés locales démunies au cœur des stratégies BoP », dans Actes des états généraux du management d’expression la­tine, Lisbonne, Portugal p. 1-18, [En ligne], [https://halshs.archives-ou vertes.fr/file/index/docid/690251/filename/EGMPEL_2012_PAYAUD_text.pdf], (9 novembre 2014).

Persais, Éric (2012), « Entreprises sociale et sociétalement responsable : le fossé est-il si grand ? », Management international, vol. 16, no 4, p. 41-56.

Pfeffer, Jeffrey (2010), « Building sustainable organizations : The human factor », Academy of Management Perspectives, vol. 24, no 1, p. 34-45.

Rousselière, Damien (2013), « La New Day Co-op est-elle (réellement) une coopérative ? Revisiter les théories sur la coopération à partir d’une expé­rience de pensée », International Review of Sociology/Revue internationale de sociologie, vol. 23, no 2, p. 461-481.

Salgues, Floriane (2012), « Qui sont les cadres dans l’économie sociale et solidaire ? », L’Express, [En ligne], [http://www.lexpress.fr/emploi/business-et-sens/qui-sont-les-cadres-de-l-economie-sociale-et-solidaire_1192329.html], (29 avril 2014).

Van der Yeught, Corinne, et Line Bergery (2012), « Quelles compétences de l’entrepreneuriat social et solidaire transférer vers la petite entreprise res­pon­sable ? », Revue internationale P.M.E., vol. 25, nos 3-4, p. 155-194.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet la très sérieuse et très amusante étude de Damien Rousselière (2013) qui utilise la série télévisée The Wire à titre d’expérience de pensée pour mettre à l’épreuve les principes de la coopération dans une hypothétique organisation criminelle. L’auteur y met notamment en évidence les paradoxes et les incohérences entre les valeurs et les principes du modèle coopératif et le fonction­ne­ment et les objectifs d’une organisation criminelle

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Michaud et Luc K. Audebrand , « Regards croises sur l’économie sociale et la responsabilité sociale des entreprises », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1516 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1516

Haut de page

Auteurs

Myriam Michaud

Myriam Michaud est étudiante au doctorat à la Faculté des sciences de l’administration et chargée de cours à la Faculté de philosophie de l’Uni­versité Laval, où elle a obtenu sa maîtrise en 2010. Elle est la cofondatrice et l’actuelle présidente de la coopérative de solidarité Antidoxe (www.antidoxe.com), une entreprise spécialisée dans l’animation philo­sophique et la pédagogie. Elle évolue depuis de nombreuses années dans le monde des coopératives et de l’économie sociale, un domaine fascinant duquel ont émergé ses intérêts de recherche actuels, qui sont les enjeux de l’éducation en gestion et de l’éducation coopérative, le développement de la pensée critique et la promotion du modèle coopératif.

Luc K. Audebrand

Luc K. Audebrand est professeur adjoint à la Faculté des sciences de l’admi­nistration de l’Université Laval. Il a terminé son doctorat en 2008 à HEC Montréal avec une thèse s’intitulant « La fabrique de la stratégie du commerce équitable ». Ses intérêts de recherche sont les enjeux et les défis des entreprises de l’économie sociale et solidaire ainsi que l’enseignement et l’apprentissage des modèles alternatifs dans les écoles de gestion. Il est titulaire, depuis septembre 2012, de la Chaire de leadership en enseigne­ment en création et gestion de coopératives et d’entreprises collectives. Il est aussi membre régulier du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Il a publié des articles entre autres dans les revues Journal of Business Ethics,Academy of Management Learning & Education et Revue française de gestion.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals