Navigation – Plan du site
Débat : Éthique et culture religieuse

Éthique et culture religieuse à l’école

Guy Durand

Résumé

Parmi les divers défis des prochaines années pour l’école, le principal sera de lui donner ou redonner une âme. Et indirectement, de contribuer à donner ou redonner à la civilisation la dimension humaniste et spirituelle qui lui est essentielle, quoique toujours fragile. Le débat québécois autour du cours « Éthique et culture religieuse » s’inscrit donc dans un débat beaucoup plus large – quoique moins médiatisé – sur la nature de l’éducation et le rôle de l’école. On croit ici qu’il est symptomatique du sort de la culture (au sens sociologique) ou de la civilisation. Si la civilisation influe sur l’école, les cours d’enseignement moral et religieux peuvent inversement avoir un impact sur la civilisation que l’on veut construire. Ainsi, à ce sujet, l’enjeu est bien plus large et profond que la seule tolérance ou le simple « apprendre à vivre ensemble ».

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les divers défis qui attendent l’école, le principal sera de trouver ou de retrouver une âme. Et, indirectement, de contribuer à donner ou à redonner à la civilisation la dimension humaniste et spirituelle qui lui est essentielle, bien qu’elle soit toujours fragile. À cet égard, le sort de l’enseignement religieux est symptomatique. Commençons par là. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Comment en est-on arrivé là, comment ce défi est-il lié à un enjeu de civilisation ?

Le chemin parcouru récemment

2Depuis douze ans, le Québec est soumis à un processus de déconfessionnalisation des écoles publiques :

  • 1995-1996 : états généraux de l’éducation ;

  • 1997 : modification de l’article 93 de la Constitution canadienne qui protégeait les droits des catholiques et des protestants à des écoles confessionnelles et, selon l’interprétation des tribunaux, à des commissions scolaires confessionnelles. Cette modification rendait inopérant l’article 29 de la Charte fédérale des droits de la personne ;

  • 1997 : la loi 109 établit des commissions scolaires linguistiques, abolissant par le fait même les commissions scolaires confessionnelles ;

  • 1999 : rapport du groupe de travail sur la place de la religion à l’école, Laïcité et religions. Perspective nouvelle pour l’école québécoise (appelé rapport Proulx);

  • 2000 : la loi 118 abolit les écoles confessionnelles (et les structures qui leur sont liées : sous-ministres et comités confessionnels du Conseil supérieur de l’éducation), maintient des écoles confessionnelles et transforme le service de pastorale en service d’animation spirituelle et d’engagement communautaire ;

  • 2005 : la loi 95 reconduit la situation, mais annonce pour septembre 2008 la fin des options en enseignement moral et religieux catholique et protestant ainsi que l’imposition d’un programme unique d’éthique et de culture religieuse pour tous les élèves du primaire et du secondaire. Par cohérence, la loi modifie l’article 41 de la Charte québécoise des droits de la personne qui reconnaissait aux parents « le droit d’exiger que, dans les établissements d’enseignement publics, leurs enfants reçoivent un enseignement religieux ou moral conforme à leurs convictions ».

3Plusieurs présentent ce parcours comme le fruit d’un processus largement démocratique et l’expression d’un consensus général de la population. Cela est loin d’être évident quand on regarde attentivement les faits. À cet égard, plusieurs des témoignages et des mémoires présentés à la commission Bouchard-Taylor sont révélateurs.

Comment en est-on arrivé là ?

4Après un temps d’arrêt et de résignation à la suite de la décision du gouvernement d’imposer un cours d’éthique et culture religieuse à tous les élèves en septembre 2008, je me suis plongé de nouveau dans le dossier : j’ai analysé le programme, lu divers ouvrages et autres textes récents, discuté avec des personnes engagées en éducation. J’en arrive à la conclusion qu’il