Navigation – Plan du site
Des essais cliniques à la formation générale

Le psychiatre et la prescription piégée : entre les données de la recherche et la réalité

Smadar Valérie Tourjman

Résumés

La médecine fondée sur les données probantes régit de plus en plus la pratique clinique. L’enseignement en résidence et les programmes d’éducation et de formation continue en médecine sont structurés selon ce modèle. Bien qu’il soit important de reconnaître la valeur des données de la recherche, il est aussi essentiel de considérer leurs limites inévitables tout comme la valeur inestimable d’une pratique clinique qui se situe au-delà des recommandations des lignes directrices. La recherche fondamentale et clinique génère un savoir issu de contextes systématiquement simplifiés afin de répondre à des questions précises. Ces réponses sont donc forcément insuffisantes pour orienter adéquatement les interventions lors de situations cliniques complexes. Il y a alors lieu d’opposer à cette vision de la pratique médicale des arguments convaincants qui démontrent que l’innovation clinique permet d’approfondir le savoir médical et la recherche. La médecine fondée sur les données probantes doit certes contribuer à la pratique clinique et à l’éducation médicale, mais sans leur imposer son joug comme c’est de plus en plus le cas.

Haut de page

Texte intégral

1Les prescripteurs font aujourd’hui face à une évolution des attentes à l’égard de l’acte de la prescription. Lors de sa mise en marché, un médicament reçoit l’approbation pour une condition médicale spécifique, c’est-à-dire une indication. C’est pour cette indication que l’industrie pharmaceutique met au point la médication et, corollairement, c’est seulement pour elle que l’efficacité et la sécurité du produit sont établies. La première attente est que la prescription obéisse à l’indication autorisée. L’émergence de la médecine fondée sur les données probantes s’accompagne d’une deuxième attente, celle que la prescription se conforme aux conclusions générées par ce processus. Une troisième attente est que la prescription respecte les lignes directrices qui se multipient, étant formulées et adoptées par divers groupes, comme les experts nationaux ou internationaux et les associations médicales. Chacune de ces attentes impose des contraintes qui sont parfois en contradiction. Le clinicien se retrouve donc dans une zone grise où l’acte de prescrire, déjà complexe, implique de plus l’obligation implicite de se conformer à des consignes divergentes.

  • 1  D. L Sackett, W. M. C. Rosenberg, J. A. M. Gray, R. B. Haynes et W. S. Richardson, « Evidence-Base (...)
  • 2  R. E. Ashcroft, « Current Epistemological Problems in Evidence-Based Medicine », Journal of Medica (...)
  • 3  L. K. von Segesser, « Writing Off Evidence in Evidence-Based Medicine ? », Interactive Cardiovascu (...)

2La médecine fondée sur les données probantes a été définie comme « l’utilisation consciencieuse, explicite et judicieuse des meilleures preuves actuellement disponibles1 ». Elle a été proposée pour éviter les traitements dont la sécurité et l’efficacité seraient douteuses2. Les premiers articles sur ce sujet ont été publiés en 19923 et, depuis, la médecine fondée sur les données probantes est devenue une référence centrale dans le milieu médical. Une recherche sur PubMed en date du 3 septembre 2006 relève ainsi 22 520 articles en lien avec